Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Contre la loi sur les retraites, une possibilité supplémentaire (...)

Contre la loi sur les retraites, une possibilité supplémentaire d’action

« Soyez résolus de ne servir plus et vous serez libres. Je ne veux pas que vous le* poussiez ou l*’ébranliez, mais seulement ne le* soutenez plus et vous le* verrez, comme un grand colosse à qui on a dérobé sa base, de son poids même, fondre en bas et se rompre. »
Etienne de La Boëtie (1530-1563)
(* le tyran)

Comme on le voit avec la forme ubuesque qu’a pris le "débat parlementaire" sur les retraites, le régime sarkoziste ne tient plus aucun compte (s’il ne l’a jamais fait) ni de la "représentation nationale" dont la légitimité est désormais si proche de zéro (abstentions + votes blancs près de deux fois supérieurs à l’ensemble de tous les votes exprimés), ni des demandes de réouverture de négociation présentées par les organisations syndicales, par ailleurs reconnues comme représentatives par la loi.
 
Ce déni de prise en compte de la réalité de la société civile est une marque de fabrique de ce régime, dont la communication n’a jamais été basée que sur le mépris du débat et, dans l’épreuve, la stigmatisation de telle ou telle classe sociétale défavorisée ("karcherisation" de la "racaille" de banlieue, expulsions racistes, aides aux entreprises pour leurs plans de licenciements, bouclier fiscal pour les plus riches, ...).
 
Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que nous avons à faire à un régime autiste, dont la capacité à s’aveugler va de paire avec des gesticulations ridicules, des déclarations vaseuses et hors de propos et une conduite provocatrice, porteuse en elle-même de risques de dégénérécence des manifestations civiles et civiques, aujourd’hui encore (à peu près) pacifiques.
 
En gros, que pouvons-nous retenir des déclarations de nos "dirigeants" ?
 
Deux choses :
 
1) - "Cette réforme est nécessaire". Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Les aveugles sont les thuriféraires du régime. Et nous sommes les borgnes. Personne, en France, ne doute de la nécessité de réformer les retraites. Mais personne, non plus, n’est dupe quand aux arrières pensées de la réforme actuelle (transfert à des intérêts privés de la responsabilité de la gestion des futures pensions de retraite). L’exemple de l’Angleterre et des Etats-Unis, où de nombreux fonds de pension n’ont pas résisté à la crise financière de 2008 et ont donc obligé nombre de retraités à devoir retravailler pour vivre, ne sert à rien rue du Faubourg Saint-Honoré. La rue a, face à elle, une pensée dogmatique (type paternalisme ?) remontant à la deuxième moitié du XIX° siècle, totalement incapable de se remettre en question.
 
2) - "Le mouvement s’essouffle. Il suffit de regarder les chiffres de la police". Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Monsieur Péchenard, le prévaricateur en chef de la police nationale et grand ami de Son Eminence Nain de Jardin 1°, a des techniques de décomptage du nombre de manifestants qui me rappellent les "glorieuses réalisations" des plans quinquénaux de la grande époque du socialisme soviétique triomphant. Là, quand un ouvrier produisait une tonne d’acier, son chef déclarait 1,1 tonne, son sur-chef, 1,25 tonne et ainsi de suite jusqu’au Kremlin où l’on pouvait arriver à une productivité "soviétique" avec des machines obsolètes double de ce qui se faisait de l’autre coté du rideau de fer avec des machines à la pointe de la technologie. Aucune relation avec la réalité ? Qu’importe ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes !!! Ici, 1.000 manifestants recensés par les "compteurs" sur le terrain, se transforme en 950 au commissariat, 900 à la direction régionale, 850 à la préfecture, etc, jusqu’à la Place Beauvau (cf. les déclarations du syndicat des policiers de Marseille).
 
Face à cette incapacité gouvernementale à appréhender la réalité profonde de ce mouvement social, les manifestations commencent à se radicaliser d’autant plus que la "France profonde" reste massivement (+/- 70%) opposée à ce qui lui apparaît de plus en plus comme le diktat d’une catégorie socio-professionnelle (le "monde de la finance" avec tous les fantasmes qui lui sont attachés) sur le politique ; diktat entaché de relents pestilentiels de népotisme (Guillaume Sarkozy, frère du Cher Leader et PDG de Malakoff-Méderic prévoit de prendre rapidement près de 17% de cette manne inespérée). Relents pestilentiels, s’il en ait, comparables à la tentative heureusement avortée de nomination du Prince Jean à la tête de l’Epad.
 
Comment faire bouger un pouvoir coupé de la réalité sociale ?
 
Cette phrase d’Etienne de La Boëtie, tirée du "Discours de la servitude volontaire" (1548, La Boëtie a alors 18 ans), est la première à appeler à la désobéissance civile.
Celle-ci peut prendre des formes très diverses mais force est de constater qu’elle a permis des avancées sociales parfois insoupçonnées. Rien qu’au XX° siècle, deux grands mouvements de désobéissance civile le prouvent. L’un, en Inde avec Gandhi, l’autre, aux Etats-Unis avec Martin Luther King.
Quelles formes doit-elle et peut-elle prendre ? Là est la difficulté à se prononcer car elles peuvent être multiples et variées. Mais nombre d’ouvrages ont étudié ce phénomène et les possibilités sont incroyablement nombreuses.
Tapez "Désobéissance civile" sur Google et vous n’aurez que l’embaras du choix.
 
Je ne peux m’empécher de conclure en vous conseillant l’écoute du morceau de Keny ARKANA. On aime ou on n’aime pas, évidemment. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. N’est-ce pas Mrs Guaino, Soubie et consorts (complices) ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Lovichi Jean-Pierre Lovichi 23 octobre 2010 07:58

    Je suis d’accord, tous les moyens sont bons pour tenter d’infléchir le gouvernement mais je propose moi-même une autre solution qui pourrait surprendre le gouvernement, la mise en oeuvre concrète d’une négociation entre les partis qui critiquent la réforme et l’intersyndicale, voir mon article « Lettre ouverte aux manifestant ».


    • Defrance Defrance 23 octobre 2010 13:49

      Cette reforme ne résout pas le VRAI problème, elle sert juste a rassurer les voleurs de la finance !

       c’est la GLOBALISATION qui doit être serieuisement régulée, si non on va vers l’esclavage ?


    • liberta 23 octobre 2010 11:36


      Pour l’instant il y a un Mouvement de résistance en marche qu’il faut soutenir et il serait bon d’être solidaire dans notre démarche de citoyen
      Pour ceux qui ne peuvent faire grève mais souhaite la victoire du Mouvement, vous pouvez aider ---ici----

      http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/?page_id=16 et à diffuser largement


      • Croa Croa 23 octobre 2010 22:52

        Tout à fait, ce n’est pas de la désobéïssance civile comme le suggère l’auteur mais la grève en est un donc la soutenir c’est bien !

        Par ailleurs cela ne concerne pas que ceux qui ne peuvent pas faire grève (les gendarmes ?) mais plutôt tous ceux dont les grèves gêne bien peu ! De nombreux syndiqués en ont marre de ces grèves perlées sans effets réels et de ces joyeux défilés en ville qui font marrer Sarko. Arrêter ces conneries et donner à la place l’équivalent d’un ou de plusieurs jours de grèves pour soutenir ceux qui mènent un combat moins douteux,
         smiley je suis pour ! smiley 


      • Defrance Defrance 23 octobre 2010 13:45

        Il faut établir, immédiatement la liste de TOUT CEUX QUI ONT VOTES CONTRE LE PEUPLE A VERSAILLES et de TOUT CEUX QUI ONT VOTE POUR CETTE REFORME qui exonère les nantis !

         Vite, un site avec tout ces noms a consulter avant chaque élection !

         Une reforme pourquoi pas, mais il FAUT TOUT PRENDRE EN COMPTE car il n’y a qu’un problème de SPÉCULATION qui entraine un problème de LICENCIEMENT, qui entraine le CHÔMAGE et par conséquent le MANQUE DE COTISATIONS !

         Par conséquent, il faut voler les spéculateurs pour rééquilibrer les caisses et partir en retraite apres 38 ans de VRAI TRAVAIL ( pas de vol ni de detournement)


        • spartacus spartacus 23 octobre 2010 15:10

          Il n’y a que des « gentils manifestants » et un méchant gouvernement.

          Mais qui est dans la rue ?

          Principalement des « bonifiés » aucun ne va actuellement jusque 60 ans (SNCF, EDF, RATP, Portuaires, Fonction publique, Même le camarade de chez Total entreprise privée bénéficie d’une dérogation payée par l’employeur payée pour partir à 55.

          Bref ceux qui veulent faire payer par les autres leurs bonifications en expliquant que c’est la « justice qu’ils réclament ». 

          Mais qui est touché par les grèves ? Pas les gouvernants, pas l’état, chaque préfecture a par grande ville fait bloquer pour les services d’état une station service.

          Y’en a marre de voir des faignants se plaindre que c’est trop dur de partir à 62 au lieu de 60. Ils viennent tous de la même catégorie socio-professionnelle, les bonifiés.

          Vous posez une question : Comment faire bouger un pouvoir coupé de la réalité sociale ?

          Posez vous en une autre : Comment faire bouger des individus dépendants coupés de la réalité économique ? Comment expliquer que ce qu’ils appellent « droits acquis ne sont que privilèges et différence prise sur la masse ». Comment les rendre moins égoïstes ?

          Au nom de quoi le public paierait moins de cotisation que le privé ?

          Au nom de quoi le conducteur de TGV part à 49ans ?

          Au nom de quoi le salarié EDF ne paye pas de cotisation chômage ?

          Si demain il existe un grève contre les « bonifications » du député à l’employé EDF, sur j’irai.


          • Croa Croa 23 octobre 2010 23:35

            - J’étais dans la rue !
            Je fais déjà parti des baisés. Je pourrais partir à 60 ans mais j’hésite car je n’ais plus droit à une pension complète. Mais j’ai la chance d’avoir ce choix car les types du privé qui n’ont pas réussi à devenir cadres ont été virés depuis longtemps à mon âge. Ils attendront aussi mais au chômage ! C’est pour eux surtout que je défile ! Peut-être y avait-il aussi des « bonifiés » comme tu dis mais n’est-ce pas tout leur honneur d’être, eux aussi, solidaires ? D’ailleurs le vrai avantage qu’ils ont sur toi c’est d’avoir tout comprit de ce monde, alors ils ne sont pas innocents... effectivement, tout le contraire de toit ! smiley 

            Par ailleurs, oui, tout le monde est touché par les grèves ! D’abord celui qui la fait, ensuite les innocents qui croyaient vivre dans un monde de bisonours... ( Désolé mais il faudrait sortir un peu !) Ainsi que tous ceux qui, comme moi même, sont solidaires, comprennent et finalement se réjouissent parce que ce n’est pas la mort tout de même, ni un drame d’ailleurs (sauf à la télé !)
            Ceci dit et afin de te préparer un petit peu aux vrais problèmes qui, sait-on jamais, pourraient te tomber dessus, sache que nous ne sommes tout de même pas en guerre, Dieu nous en préserve !


          • epapel epapel 24 octobre 2010 15:37

            Des Spartacus comme vous n’ont jamais mis Rome en danger.


          • oscark 23 octobre 2010 18:26

            TF1 nous révèle la vérité sur les manifestants... Des anes et des moutons ahahahha trop fort mais TROP vrai...



            • epapel epapel 24 octobre 2010 15:40

              Et aussi le Figaro, le Point, Canal+.

              Vive l’information libre et indépendante que nous offrent Dassault, Bolloré, Lagardère et Bouygues !


            • BA 23 octobre 2010 21:55

              Manifestation à Lyon contre la réforme des retraites, mardi 19 octobre 2010 : la CGT infiltrée par la police.

              Plusieurs policiers de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) sont en civil. Ils sont déguisés en membres de la CGT. Ils portent des autocollants CGT sur leur blouson. Plusieurs portent un bonnet noir.

              Un membre de la BAC n’a pas de bonnet noir, mais il porte un keffieh.

              Ces membres de la BAC déguisés en cégétistes retiennent des manifestants derrière une porte cochère.

              Malheureusement pour eux, ils sont repérés et filmés : le policier situé à gauche laisse dépasser son tonfa ! C’est vachement discret !

              Les manifestants s’approchent d’eux et commencent à les insulter.

              Des gendarmes mobiles interviennent. Les policiers déguisés en cégétistes se réfugient derrière la porte cochère. Les gendarmes mobiles se mettent devant la porte cochère pour les protéger.

              Les manifestants commencent à jeter des pierres sur les gendarmes mobiles.

              Un membre du service d’ordre de la CGT s’approche, il parle aux gendarmes mobiles, puis il se tourne vers les manifestants : « Dégagez ! Ils vont les lâcher si vous dégagez ! »

              Les manifestants reculent.

              La porte cochère s’ouvre. Les policiers déguisés en cégétistes s’enfuient en courant, les uns derrière les autres, en rasant le mur.

              Ils courent en restant derrière la rangée des gendarmes mobiles qui les protègent des pierres avec leurs boucliers.

              Les manifestants leur jettent des pierres.

              Certains policiers déguisés en cégétistes essaient de protéger leur tête avec leur tonfa !

              Les manifestants les poursuivent.

              Les manifestants leur jettent des poubelles.

              C’est une vidéo extraordinaire :

               

              http://www.dailymotion.com/video/xfa7p6_manifestation-lyon-19-10-10-la-cgt_webcam


              • dogon dogon 23 octobre 2010 22:56

                Je vous remercie tous pour vos réactions/analyses/contributions à cet article.


                Eh oui, Oscark ! Ubu Roi est bien français et merci Jary ! Ils ont dû être troublés par ce député (?, je ne suis pas sûr. Je viens d’entendre ça sur itélé) qui demande pourquoi l’autorisation d’émettre de TF1 est automatiquement renouvelée pour le groupe Bouygues sans appel d’offres. Quand on sait que tout téléviseur vendu en France est programmé pour afficher ce programme par défaut, ce qui lui donne un avantage concurrentiel indéniable, le prix de ce genre de licence pourrait échapper, en cas de libre concurrence, à certains budgets donc à certaines influences. D’ailleurs, avez-vous vu, qu’hier, le gouvernement a décidé d’abaisser de 0,5% la taxe sur la publicité payée par les chaînes de télévision privées ? Quand je parle de « concussion » au plus haut niveau de l’Etat, vous me comprenez mieux, j’espère. Bouygues, Bolloré, Bettencourt, Winstein, Peugeot, G. Sarkozy, ... (complétez la liste à vos souhaits).

                Jean-Pierre, j’apprécie beaucoup cette idée de demander à l’ensemble des organisations (syndicats, partis, associations, ...) de créer une sorte de shadow cabinet à l’anglaise. Nous sommes nombreux à avoir pensé à cette alternative particulièrement crédible. Mais nous ne sommes pas ensemble. Le MODEM tente l’expérience. Espérons seulement qu’ils observent ce qui se passe à l’étranger et en prennent de la graine. En cas de réussite, ça leur filerait une foutue crédibilité. En Angleterre, le shadow cabinet est une réelle force de proposition. Mais il ne peut exister que dans un système où l’opposition est « crédible ». Si le PS ou tout autre opposant de taille, les verts par exemple (dans toutes les acceptations pour ce terme très générique) avait eu ce s.c avant les mouvements et un réel projet alternatif, aujourd’hui, peut-être ne serions-nous pas dans une impasse sociétale où l’incompréhension se cumule à l’ignorance. Du coup, comme nous pouvons nous en apercevoir avec les derniers évènements, « la rue » a du mal à se faire entendre. MAIS ELLE CONTINUE A PARLER ! Encourageant, je trouve.

                Spartacus, je vis avec une fonctionnaire.
                Depuis Fillon 2003, il lui faut autant d’annuités que dans le privé pour la même retraite. Son salaire est nettement inférieur à ce qu’elle pourrait obtenir dans le privé à qualification et expérience égales mais, à son âge, hors de question de faire le grand saut, ce serait idiot. Donc, mini 65 ans pour elle. Elle a la « sécurité de l’emploi » mais elle paye aussi une cotisation chômage, comme dans le privé, car, désormais, elle peut être licenciée si, parce qu’on veut la déplacer, elle refuse trois propositions de reclassement, QUELQU’ELLES SOIENT ! Province, banlieue, outre-mer, autre poste à qualifications totalement différentes, etc ... Comme disait je ne sais plus quel humoriste : « En France, tout le monde dit que les fonctionnaires ne font rien, mais, dès qu’ils s’arrêtent, plus personne ne travaille ! ». D’ailleurs, reconnais, comme nous tous, que si tous les « bonifiés » n’y étaient pas, comme désormais dans le privé, grève = licenciement (marche ou crève), peu de monde pourrait se payer ce « luxe ». A ce propos, tout fonctionnaire qui fait la grève se voit retirer une journée de salaire, comme dans le privé. Les « privilèges » des fonctionnaires sont bien moins nombreux que ce que l’on en sait et s’érodent lentement mais surement. Beaucoup d’entre nous reste sur des a priori. Mais, je te rejoins sur le point que, parfois, certaines exceptions à la règle, comprends aussi dans ces catégories, les députés, sénateurs, présidents élus parmi les élus locaux de tel GIE, telle communauté urbaine, etc... en profitent.

                Defrance, oui. Cela fait longtemps qu’existent, créés aux US comme par hasard, des sites qui recensent le vote de chaque député, sénateur, maire, conseiller municipal, régional, communal, etc ...
                Pour une solution « folle ? » mais simple de résolution de ce pseudo exercice comptable, je te renvois, sans prétention, à ma réponse à l’article de Bernard Dugué du 21 octobre. Et, cela ne reste qu’une solution parmi tant d’autres. La plus immédiate, la plus efficace mais pour ça, il faut le pouvoir !!! Comme je le répète, il y a beaucoup de solutions partielles à ce problème général. C’est leur cumul qui amènera une solution acceptée.

                Liberta, ton lien est intéressant mais n’oublie pas qu’à peine 10% des français sont salariés. Et là, je remercie Jean-Pierre pour son article que je ne saurais trop vous conseiller d’aller lire.

                Pour moi, c’est exactement ça, la démocratie. Quelques soient les sacrifices, il faut qu’ils soient acceptés, consentis par une société qui se sent présente dans les décisions prises en son nom. En conséquence de quoi, il faut que, quand « ça » va mieux, elle en tire aussi les bénéfices.


                • spartacus spartacus 24 octobre 2010 10:51


                   il lui faut pour une fonctionnaire autant d’annuités que dans le privé pour la même retraite. Ce qui est un minimum, mais la cotisation salarié va être « alignée », en soit la réforme est juste.

                  Son salaire est nettement inférieur à ce qu’elle pourrait obtenir dans le privé, la sécurité de l’emploi compense la différence. Elle a comme indiqué 3 choix en cas de poste devenu inutile est correct. Tu voudrai qu’on la paye a rien faire ?

                  Les bonifiés ont tout tué. Les gens dans la rue ne représentent que ces catégories sociales devenues au fils du temps des privilégiés.

                  Dès qu’ils s’arrêtent, plus personne ne travaille C’est assez logique pour des situations de monopoles.
                  tout fonctionnaire qui fait la grève se voit retirer une journée de salaire, C’est normal.
                  omme dans le privé. 

                  Les « privilèges » des fonctionnaires sont bien moins nombreux que ce que l’on en sait il n’ya aucune raison qu’ils en aient. C’est une question de justice et d’égalité.
                  Les députés, sénateurs, présidents élus parmi les élus locaux de tel GIE, telle communauté urbaine, etc... en profitent. 
                  La on se rejoint. J’étais surpris qu’ils annonces une baisse de 8% de leur retraite. en réalité ils ont simplement supprimé le 13 eme mois de retraite. Mais qui a 13mois à la retraite ?
                  Des pourris

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès