Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Contre la République, le retour en force des cléricalismes

Contre la République, le retour en force des cléricalismes

En France, le premier échelon de la démocratie est la commune, premier service public auquel les citoyens ont l’égal accès, en particulier l’école.
Les coups de boutoir contre la République y sont très sensibles au quotidien, et on ne peut pas dire que tous les Maires y résistent bien. Il est vrai que les adversaires traditionnels de la République s’infiltrent facilement dans les listes électorales des conseillers municipaux les plus diverses. Et que les républicains, citoyens chloroformés ou paresseux, semblent s’en remettre à l’état pour défendre l’héritage des Lumières et du Conseil national de la Résistance au pouvoir à la libération de 1945.
Le monde a pourtant besoin encore du modèle français. Les nouveaux modernistes qui trouvent vieillottes nos idées républicaines de 1905 ou 1945 veulent revenir aux années bonapartistes, aux Restaurations, et pourquoi pas aux monarchies de doit divin....encore plus anciennes. Le déferlement de la loi du Marché porte ces réactionnaires, et la République court les plus grands dangers.

Contre la République, le durcissement des pressions politico religieuses et la dérive scolaire.

Les intégristes monothéistes ne cachent à personne leur détestation de la démocratie, leur volonté de remplacer les enseignements scientifiques par la transmission de vérités prétendument révélées (La Terre aurait moins de 10 000 ans, l’évolution des êtres vivants serait une imposture pour ces « créationnistes »), et la justice des hommes par une justice divine via un dirigeant de droit divin. Monsieur SARKOZY voulait mettre fin à la séparation des pouvoirs exécutifs et judiciaires en supprimant les juges. D’autres idiots des dieux veulent que la « charia » s’impose à tous les citoyens et que la loi prenne en compte une règle interne aux religions qui serait le délit de blasphème. Un idiot des dieux pourrait critiquer une philosophie athée, mais un athée ne pourrait pas critiquer une philosophie religieuse. Le vocabulaire que j’emploie ici montre qu’au cléricalisme le devoir s’impose de répondre par l’anticléricalisme.

Les traités de l’union européenne ont imposé que des représentants religieux soient consultés officiellement dans un partenariat pouvoirs législatifs, exécutifs, judiciaires/religions. Pas toutes, celles qu’on choisit de nommer sectes n’ont pas accès à ce partenariat. La première à se manifester pour obtenir l’application des traités sur ce point est la religion catholique par la voix de leur patron du Vatican. Le drapeau européen a retenu le bleu marial et les douze étoiles représentant les « apôtres » du christianisme comme si les habitants de ces régions n’existaient que depuis 2000 ans…Cléricalisme sous marin…Pas de publicité, on avance masqués !

Pour les Français, leur constitution laïque et leur loi de séparation de l’église et de l’Etat (1905) sont fragilisées : il va falloir demain se mettre en conformité…..
Mais tout cela vient de loin, une dérive scolaire organisée a préparé le terrain.

Les politiques ont produit insidieusement une double contre révolution : le recul de la République par le minage de son pilier « Laïcité » constitutionnelle, et le développement du financement de plus en plus grand de religions par l’état.

La Présidence de la République ne définit plus la laïcité comme la séparation des églises et de l’état (loi de 1905), chacun étant maître chez lui, mais comme la prise en compte par l’état de toutes les religions à égalité…avec même dans le discours de LATRAN une surprenante préférence pour le curé par rapport à l’instituteur pour éduquer les élèves des écoles publiques : Surprenante dans le contexte de l’omerta sur des centaines de milliers de viols ecclésiastiques commis par une large fange de ces éducateurs pédophiles obsédés.

Le forfait communal des classes élémentaires privées sous contrat d’association avait été instauré par la loi Debré du 31 décembre 1959 là où il fallait pallier un manque de place à l’école publique. Le problème est que les écoles privées sont essentiellement catholiques et que les directives de leur pape, de leur direction nationale, des directions diocésaines, insistent sur leur obligation d’évangéliser tous leurs élèves.
http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=142

Grignotage stupéfiant
 : les préfets font aujourd’hui pression pour imposer aux Maires des délibérations favorables à la signature d’un contrat d’association entre l’Etat et l’école privée, et des milliers de maires donnent leur accord alors même qu’ils ont de la place dans leur école publique. Les Préfets jouent un grand rôle dans l’attribution de subventions aux communes pour des constructions, des aménagements, et dans le « faire valoir » des Maires auprès de leur électorat. Ceux là servent donc leur intérêt personnel en ponctionnant leurs contribuables pour apporter une nouvelle dîme à l’école privée. C’est cette même attitude qui explique que tant de communes aient fait inscrire, dans le contrat d’association Etat / Ecole privée, le financement des classes maternelles privées. Financement qui jusqu’ici n’a jamais été obligatoire, mais qui est supprimé par peu de communes à ce jour, alors qu’elles pourraient facilement le faire et qu’elles manquent d’argent pour leur service public.

Une liste de dépenses est publiée dans la circulaire n° 85-105 du 13 mars 1985.
Cette liste indique bien la prise en compte dans le calcul du forfait communal des dépenses liées à la masse salariale des seuls personnels de service.
http://www.fnogec.org/fnogec/fichiers/info_juridiques/texte38_38b.pdf

Cette circulaire n’a pas été abrogée, mais une circulaire d’application liée à l’amendement Charasse à la Loi n°2004-809 du 13 août 2004 (article 89) donne une liste nouvelle des dépenses à prendre en compte qui n’est pas innocente ! La Circulaire d’application n°2005-206 du 2 décembre 2005 ajoute dans les dépenses les activités péri scolaires, les contrôles techniques, les personnes extérieures qui apportent à l’école publique des cours de musique, d’éducation physique, et les ATSEM qui, pour être pris en compte dans le calcul du forfait communal des classes élémentaires sont baptisés agents territoriaux de service des écoles maternelles, un corps qui n’existe pas !

Apparaissent ainsi dans les dépenses en prendre en compte les professeurs extérieurs venus apporter des cours, alors que les textes de lois en vigueur comme le code de l’éducation ne prévoient que des dépenses matérielles liées aux activités d’enseignement.

Les personnes qui écrivent les textes à appliquer semblent consulter prioritairement la Direction de l’enseignement catholique qui avait cru réussir un lobbying stupéfiant pour multiplier par trois au moins le coût du forfait communal pour les communes. Cette circulaire ne respectait pas la loi, les Maires ruraux et diverses organisations donnèrent consigne de ne pas l’appliquer, d’en rester à la circulaire de 1985.

Finalement, la circulaire, objet de multiples recours fut annulée par le Conseil d’Etat (Arrêt n° 289792 et 290183 du 4 juin 2007) pour vice de forme : le texte avait été signé par les directeurs de cabinet des ministres de l’intérieur et de l’éducation nationale, alors qu’il aurait dû l’être par les directeurs d’administration centrale.

Elle fut remplacée par une nouvelle (n° 2007-142 du 27 août 2007 du même article 89
), toutefois rectifiée et amputée de trois obligations concernant les dépenses de contrôle technique des bâtiments, la rémunération des ATSEM et les dépenses relatives aux activités extrascolaires. Il est ainsi reconnu que les ATSEM, éducatrices petite enfance, faisant partie de l’encadrement, n’entrent pas dans le calcul du forfait communal des écoles élémentaires.
http://www.education.gouv.fr/bo/2007/31/MENF0701576C.htm

Mais il reste dans la circulaire 2007 quelque chose du grignotage 2005 : on compte dans le forfait communal (si on l’applique) des professeurs extérieurs, donc de l’encadrement (Musique, Education physique…). C’est une avancée de la Direction de l’enseignement catholique qui ouvre la voie à des contestations des OGEC vis-à-vis des communes nombreuses, qui, sans prendre en compte les personnels d’encadrement ATSEM, paient pour les classes maternelles privées le forfait communal des classes élémentaires. Les ATSEM doubleraient le coût des classes maternelles privées. Les communes dans cette situation feraient bien de notifier à l’école privée qui les taxe qu’elles mettent fin au financement de leurs classes maternelles, puisque l’Arrêt du Conseil d’Etat n° 110303 du 22 mars 1996 (Millau) le leur permet.
http://contenus-en-ligne.editionsdumoniteur.com/lgr/CServlet?vpath=consultation⊂=tocLeaf&id=600118

Certes, à la différence des lois et des jurisprudences, les circulaires ne disent pas le droit. Et les Maires qui se référaient à la loi contre la circulaire 2005 ne pouvaient pas être mis dans leur tort ! Mais presque tous les préfets imposaient cette circulaire, ce qui était un abus de droit.
La circulaire 2007 liée à l’article 89 est « tombée » avec cet article, ce qui n’a pas empêché le Conseil d’Etat statuant sur le fond, de la juger parfaitement conforme à la Loi….et de donner désormais à son contenu la force de la loi.

http://droit-finances.commentcamarche.net/jurisprudence/administrative-3/mentionnes-3/3090220-conseil-d-etat-3eme-et-8eme-sous-sections-reunies-02-06-2010-309948

L’Arrêt du Conseil d’Etat n° 309948 du 2 juin 2010 a en effet la force d’une loi. Il apporte une clarification intéressante mais aussi (et cela paraît contraire aux lois de 1959 et 2004), une validation de la prise en compte du coût des professeurs extérieurs (c’est de l’encadrement, pas de la dépense matérielle) dans le calcul du forfait communal. Les OGEC pourraient se servir de cet arrêt pour essayer d’exiger des communes qui commettent l’imprudence de payer pour les maternelles privées, qu’elles paient en même temps ce qui va avec les maternelles, les ATSEM qui ne sont pourtant pas des agents de service.

La question scolaire nous a ainsi éloignés de la stricte séparation des églises et de l’état. Elle n’était que la partie visible de l’iceberg qui est en train de couler la République. L’encouragement de l’Etat dans la promotion d’enseignements sectaires et très peu portés sur les Lumières a déjà produit des effets dans la société civile.

Les parents qui envoient leurs enfants à l’école privée expriment majoritairement une prétendue supériorité de leur communauté : pas question de se mélanger ! C’est en même temps l’expression d’une fragilité, car on a peur de l’esprit critique, on a peur de la vérité scientifique, du pluralisme des opinions. Peur de l’autre. C’est l’actualité. Ce qui vient de se remettre en marche, c’est bien la xénophobie, l’intolérance religieuse, la volonté d’imposer sa croyance à tous : ostentation du voile islamique en plein essor, fast food d’état via la Caisse des Dépôts et consignations ne proposant ses plats qu’ « hallal », menaces de mort à tous ceux qui critiquent des textes prétendus sacrés.
Ces cléricalismes antagonistes se fortifient les uns contre les autres. Les catholiques veulent imposer la croyance à nos racines chrétiennes, gommant toute la richesse des cultures et traditions antérieures. Leur chef en visite au Royaume uni se plaint que des fêtes du solstice d’hiver ne portent plus le nom de Noël, les catholiques avaient tenté d’effacer le fondement de ces fêtes qui était depuis des millénaires le retour du soleil, en décidant que leur prétendu dieu Jésus, qui pendant des siècles naissait au printemps, naissait désormais le 24 décembre.

La montée intégriste musulmane est aussi une réponse à la montée du cléricalisme catholique qui, lui-même, en réaction se montre de plus en plus intransigeant dans ce que nos lois ne devraient plus accepter si elles lui obéissaient ; la bien normale homosexualité pour ceux à qui elle plaît, la liberté des femmes à disposer de leur corps, l’avortement thérapeutique…

La République est ainsi minée par des violences que l’on croyait éradiquées, comme si tous ces idiots dangereux voulaient une guerre civile.

Qui sait ? La France et peut être le monde seront peut être bien obligés de réinventer la laïcité pour ne pas périr !

Mais la République ? Deux autres piliers sont fortement attaqués : les service publics (accès aux soins identiques et au même prix pour tous, aux services comme La Poste où qu’on habite, etc..), la protection sociale (retraite, santé, dépendance…). La République n’existe que sociale, et l’égalité entre les citoyens en est le premier fondement
Ce serait un autre chapitre.

Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Castor 27 septembre 2010 11:17

    Le corollaire du financement public des écoles privées est qu’aucune discrimination ne doit avoir lieu sur la base d’une confession religieuse ou d’une autre.

    De ce fait, nombre d’établissements catholiques se retrouvent avec un pourcentage très faible de catholiques, ce qui de fait rend l’enseignement délivré un enseignement expurgé de toute connotation religieuse.

    • Satournenkare 27 septembre 2010 12:10

      Très intéressant article, merci à l’auteur. 

      Une petite rectification : 
      Il s’agit bien du symbole marial et il n’a rien à voir avec les apôtres, dixit le concepteur du drapeau :
      Ceci ne change rien au fond de votre très bonne analyse

      • Gabriel Gabriel 27 septembre 2010 14:16

        C’est un constat juste que vous faites là. Ce que l’on ignore encore et ce dont très peu on prit conscience, c’est la montée en puissance des revendications intégristes des différentes religions, de leurs messages et attitudes d’intolérance par rapport aux sociétés laïques et républicaines. 


        •  C BARRATIER C BARRATIER 27 septembre 2010 14:30

          Bonjour Castor,
          Il ne nous appartient pas, ni aux parents de l’école privée, ni aux catholiques, de décider que les écoles catholiques soient évangéliques. Nous ne sommes pas à l’Eglise en démocratie « remontante » mais en direction descendante du type droit divin : cela ne part même pas de leur pape d’après eux, mais de leurs divinités.

          Les instructions sont formelles et publiques, dans les deux missions de l’église à l’école catholique, il y a celle d’évangéliser, les directeurs sont là pour veiller à ce que cela soit fait à tout instant, ils sont eux mêmes sous le contrôle de leur diocèse et de sa direction de l’enseignement catholique. Les professeurs n’ont pas le choix. La direction nationale de l’enseignement catholique l’a rappelé en 2009, il s’agit d’une reprise en mains ! 

          On apprend ainsi que le secrétariat général de l’Enseignement catholique vient d’envoyer à tous les chefs d’établissement un document dont tout le monde parle, intitulé Annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement. (septembre 2009) à découvrir in extenso sur Internet.

          "Les écoles chrétiennes : une responsabilité de la mission de l’Eglise

          Face à la sécularisation de la société, comment faire une proposition explicite de foi dans les écoles chrétiennes ? s’interroge-t-on. Selon le secrétaire général de l’Enseignement catholique, Eric Delabarre, la conférence nationale de l’enseignement catholique élaborera d’ici à juillet 2009 « des orientations claires » et des instruments pour « aider » tous les établissements à « assumer pleinement leur rôle » : « En matière d’annonce explicite de la foi, explique-t-il, il y a une nécessité de donner des grandes lignes de conduite pour dire ce que l’on peut faire, ce que l’on doit faire et comment. Il ne s’agit pas de convertir les jeunes, mais de proposer pour les professeurs un témoignage de croyant ». D’où ce document Annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement qu’il vient d’envoyer à tous les chefs d’établissement, sur lequel nous aurons tout le loisir de revenir.(Nota : ce guide est paru, disponible sur internet)

          Dans un entretien donné sur le site de la Conférence des évêques de France, il répond à la question de savoir quelle part prend l’Enseignement catholique dans l’évangélisation (lire ici) :

          « Tout élève proche ou éloigné de la foi a le droit d’entendre que Jésus-Christ peut être un chemin pour lui s’il exerce sa liberté responsable. (...) L’annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement montre une vraie prise de conscience de l’importance de satisfaire le droit des parents et des enfants à entendre cette annonce dans le respect des libertés de chacun. Dans le cas contraire, l’Enseignement catholique ne répondrait pas à la mission qui lui a été confiée. Il ne suffit pas de vivre l’Evangile à l’intérieur de nos établissements, même si c’est bien et nécessaire. Il faut dire au nom de quoi nous vivons. Et c’est un défi ! »

          Comment évangéliser à l’école ?


          Dire au nom de quoi nous vivons n’est pas suffisant... si, justement, l’annonce n’est pas explicite, autrement dit si le kérygme n’est pas offert librement dans le cadre d’une première annonce (lire ici une définition de l’annonce explicite et de la première annonce). Ainsi, pour être crédible, le témoignage de vie des enseignants et catéchistes doit être en adéquation avec la Parole de vie annoncée. On ne peut donc faire l’économie de l’amour porté par les enseignants et catéchistes envers les enfants, d’où l’urgence de réfléchir à de nouvelles méthodes éducatives, qui sans laxisme, permettent de respecter l’enfant dans toutes ses dimensions (affectives, psychologiques, spirituelles...) et donc de l’aimer vraiment. Il faut alors des enseignants et catéchistes à la fois exemplaires dans leur conduite et qui, vivant avec le Christ, souhaitent le faire connaître aux enfants qui leur sont confiés. Donc espérer de tout son coeur évangéliser les enfants, tout en respectant leur liberté.
          ….Si l’on ne s’attache qu’à la seule identité de ces écoles (leur caractère propre »), c’est une entreprise qui court de le risque de se cantonner à vouloir simplement transmettre aux enfants un savoir, un enseignement chrétien (qui est Jésus ? que dit la Bible, etc.), donc une catéchèse purement théorique. Là se posent de nombreuses questions : qu’est-ce qui distinguerait un cours de musique d’un « cours » de caté ? Comment les élèves seraient-ils plus motivés de participer à ce dernier ? Quelle est la place de la prière à l’école ? On s’aperçoit vite que si une rencontre personnelle avec Jésus n’a pas été vécue chez l’enfant, il sera beaucoup plus difficile - voire presque impossible - de lui apporter une formation spirituelle, d’autant plus si le catéchisme revêt un caractère obligatoire, au même titre qu’un autre « cours ». Il paraît donc indispensable de distinguer les enfants croyants des non-croyants, les premiers pour les instruire et nourrir leur foi, les seconds pour leur proposer cette annonce explicite, dans le but de rencontrer le Christ."

          Voilà pourquoi il y a incompatibilité constitutionnelle selon moi entre le financement public national ou local d’une école religieuse quelle qu’elle soit. Il y a atteinte à la loi de 1905 et à la République qui par les textes ne doit financer aucun culte. On sait que l’exception historique de l’Alsace et de la Moselle découle de traités lors du retour de départements que l’Allemagne avait colonisés. On a peut être tort de permettre des exceptions, mais c’est un tout ici( Sécurité sociale, retraite)...

          Il y a donc l’instruction officielle et la manière, la pédagogie. Bien entendu ces instructions ne figurent pas dans les publicités de recrutement de ces écoles, et tout est fait pour faire croire aux citoyens qu’au contraire l’école privée aurait une mission laïque de service public.

          Là encore on avance masqués.
          Jamais même en France l’école catholique n’a reçu une mission de service public :

          http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=141

          Bonjour Satournenkare
          Je pense qu’avec les étoiles on a encore masqué la réalité. On aurait pu en mettre 8 ...mais il n’y a jamais eu 12 états membres. Nos timbres postes ont perdu la devise Liberté Egalité Fraternité, et même la mention République française. Notre Marianne y est auréolée comme la prétendue pucelle Marie des des douze étoiles sur fond marial dont l’origine de la couleur a longtemps été niée. Il s’agit de travailler sur les symboles...Agir sur l’inconscient des gens fait partie des manipulations...
          Je ne dirai pas que l’auteur a menti, peut être songeait il aux 12 mois de l’année ? (un symbole manquant d’envergure). Le pape des catholiques avec des pays très influencés par lui ont pu sauter sur l’occasion ...mais voilà un débat qui n’a jamais été public. On aurait pu faire un appel à des propositions populaires...Mais ce n’était pas l’état d’esprit !


          • Castor 28 septembre 2010 15:41

            Permettez-moi de m’inscrire en faux.

            De plus en plus, l’école catholique abandonne l’éducation religieuse.

            Mes enfants sont dans le privé catholique, c’est tout juste s’il leur est proposé de faire leur communion, dont l’organisation ne doit surtout pas interférer avec les cours.

            Ce sont les parents eux-mêmes qui se chargent d’organiser cette « fête », dont la direction s’est entièrement désintéressée au profit d’une organisation externe.

            Et je vous parle là d’un établissement dans une commune « bien comme il faut ».

            Dans mon autre exemple, celui d’un collège privé catholique de Roubaix dans lequel ma femme exerce depuis 20 ans, plus aucune manifestation religieuse pour cause de pourcentage de catholiques rendu à quelques 10%...
            Les crucifix ont déserté les classes et c’est l’histoire DES religions qui prédomine.

            Quand mes enfants étaient petits, la catéchèse était enseignée sur la base du volontariat, le mercredi (hors-école) et par une personne âgée qui n’avait rien à voir ni avec le rectorat ni avec le diocèse, le tout de manière totalement désintéressée.

            Bref, je crois que tout prosélytisme a pratiquement disparu dans la majorité de ces établissements, lesquels sont devenus au fil du temps des établissements classiques à tel point que dans le collège de ma femme, les parents d’élèves réclament une cantine halal.

          • jeanclaude 27 septembre 2010 17:48

            Quelle étroitesse d’esprit dans le portrait caricatural et les noirs desseins que vous prêtez à vos adversaires politiques en cette matière.

            L’excès conduit à la disqualification d’une défense aussi statique d’une valeur fondamentale de notre République. Mais l’histoire continue, il n’y a pas de position définitivement valable et qui ne puisse évoluer avec le temps.

            D’ailleurs c’est purement français, les autres états sont mal éclairés.


            • diego149 diego149 27 septembre 2010 19:32

              Encore un énième article haineux sur les religions. Il n’y a quasiment qu’en France (même à Cuba il est plus cool d’être catho) que les athées deversent un tel torrent de haine. Croire ou ne pas croire est une liberté fondamentale. Et je ne vois pas de quel droit les athées se permettent de juger les croyants, pas plus que l’inverse d’ailleurs.
              Le modèle français ??? Excusez moi mais personne n’en veut. Il est inexportable. Moi qui vit à l’étranger depuis longtemps, quand on parle des français et de leur fameux modèle, les réactions vont de la franche rigolade à l’hostilité la plus complète. Ce qui en somme est assez désagréable à entendre.
              Arrêtez, vous, les français de voir partout des complots, les religions, les politiques, les pays étranger...
              Calmez vous et redevenez sérieux. Il y a des problèmes beaucoup plus grave que les pseudos complots de l’église catholique pour renverser la république française.


              •  C BARRATIER C BARRATIER 27 septembre 2010 20:09

                Je vous donne des faits, des citations des vôtres....Les crédules ont fait l’inquisition contre les athées, dans les pays musulmans, essayez de critiquer leur religion en réponse à une critique de leur part d’une autre religion ou d’un esprit au dessus de ces superstitions.Ce sont des faits. Le même droit des uns et des autres, c’est la laïcité...mais dans un, vivre ensemble différent, chacun respectant chacun alors que la volonté de s’opposer aux lois démocratiques entreine forcément une riposte ; l’anticléricalisme répond nécessairement au cléricalisme. Depuis des siècles ! Voilà encore des faits.
                Encore un fait, lors de la Révolution française, à l’étranger on ne voulait pas non plus du modèle français. Depuis, notre déclaration des droits de l’homme est devenue universelle (loin d’être appliquée correctement p


                •  C BARRATIER C BARRATIER 27 septembre 2010 20:21

                  DIEGO, je vous donne des faits, des citations des « vôtres »...Les crédules ont fait l’inquisition contre les athées,.Dans les pays musulmans, essayez de critiquer leur religion en réponse à une critique de leur part d’une autre religion ou d’un esprit au dessus de ces superstitions.Ce sont des faits. Le même droit des uns et des autres, c’est la laïcité...mais dans un vivre ensemble différent, chacun respectant chacun alors que la volonté de s’opposer aux lois démocratiques entraine forcément une riposte ; l’anticléricalisme répond nécessairement au cléricalisme. Depuis des siècles ! Voilà encore des faits.
                  Un fait encore, lors de la Révolution française, à l’étranger on ne voulait pas non plus du modèle français. Depuis, notre déclaration des droits de l’homme est devenue universelle (loin d’être appliquée correctement partout).
                  La laïcité seule a mis fin en France aux tueries au nom d’un dieu ou d’un autre, ce n’est pas le cas partout ! Laïcité de respect mutuel et non de simple tolérance. SARKOZY a déterré à LATRAN la hache de guerre catholique, mais n’oubliez pas que RAMADAN et AL KAIDA ont déterré la lance intégriste musulmane. Sans oublier la hache juive colonisatrice et assassine en Palestine.
                  Il faudra bien remettre les religions dans le vivre ensemble sans intention de s’imposer aux autres. Nous n’avons je pense pas le choix....Voilà encore des faits bien concrets. Hélas !


                  • diego149 diego149 27 septembre 2010 21:01

                    C’est vrai que les catholiques ont fait l’inquisition, mais il y a bien longtemps ce qui n’excuse rien je vous le concède, mais les communistes ( à mon avis le Marxisme Léninisme est aussi une religion) ont fait bien pire. Tuant des gens par milliers dans les camps staliniens. Et ce , il n’y a pas si longtemps. Quant à l’islam tout à fait d’accord. Les pays musulmans appliquent la charia sans se poser de question, si vous vous trouvez par exemple en Tunisie au moment du ramadan impossible de trouver un commerce qui vende de l’alcool . Toutefois je mettrais un bémol en ce qui concerne des pays comme la Malaisie et l’Indonésie à ce sujet. Il est vrai aussi que les musulmans ont des tendances très prosélytes . En ce qui concerne le problème juif et la Palestine, c’est plus un problème d’expansionnisme que religieux. Beaucoup d’israéliens étant athées.
                    Je pense qu’en Europe les religions sont dans le vivre ensemble. Cher ami ne venez jamais en Amérique Latine, vous risqueriez un infarctus. Il y a des crucifix partout.  smiley


                    • jeanclaude 27 septembre 2010 22:04

                      @ C BARRATIER - je n’ai pas le sentiment que l’école catholique cache sa spécificité aux familles des candidats entrants.
                      C’est à elles de prendre la décision d’être de mettre leur enfant dans un établissement où il y a aussi une sensibilité religieuse.

                      Ensuite je pense que vous ne pouvez pas mettre tous les établissements sur le même rang
                       - autant que je sache, il y a des établissements catholiques qui accueillent des enfants musulmans
                      - la majorité sont plutôt neutres en la matière et il y a du pour et du contre dans la proposition de la foi
                      - il y a certainement quelques établissements plus « musclés », mais çà, les familles le savent. . On ne frappe pas à la porte de ce type d’établissement sans être renseigné.

                      Il est vrai cependant que le texte des évêques est offensif. Reste à voir comment il sera mis en pratique dans les établissements, tous les enseignants n’y sont pas dans une croyance personnelle de type « prosélyte ». La réalité c’est qu’il y a un fossé entre la théorie - ce que devrait être un établissement catholique, à savoir un foyer d’éducation à la foi ; et ce que sont la plupart : une alternative pour une partie significative de parents et les enfants indépendamment de la question religieuse.

                      ___________________

                      Quant à votre tirade « La laïcité seule a mis fin en France aux tueries au nom d’un dieu ou d’un autre », permettez-moi d’être incisif. On na pas attendu 1789 pour enterrer la hache de guerre.
                      J’ai un livre d’histoire« Guerres et paix de religion en Europe XVI - XVII siècle », écrit par deux universitaires de l’université publique - Armand Colin - collection Cursus. Les tentatives de conciliation, le non recours à la lutte armée a progressivement pris le dessus un bon siècle avant la révolution ( grosses variations selon les états). Votre phrase généralisante est le type même du slogan qui revient régulièrement davantage comme un coup de marteau idéologique que comme une relation correcte des faits.

                      Là où nous pouvons être en colère ensemble, c’est que les protestants aient été virés par un Louis XIV vieillissant et influencé par son entourage et les confréries de dévots. Ce n’est quand même pas tout à fait des tueries. Ce n’est pas en simplifiant l’histoire à ce point qu’on favorise une discussion correcte sur ces questions.

                      Il y a chez nous un traumatisme issu de ce monopole de l’Eglise catholique sur les consciences sous l’ancien régime (monopole accepté, voire demandé par une grande majorité de la population) qui nous poursuit encore. Traumatisme qu’on cultive et qu’on ressasse, un peu comme les Serbes, s’agissant de leur recul historique dans l’Europe du sud-est.

                      Comme le dit justement @diego 149, ce n’est pas une posture très raisonnable pour des champions de la raison éclairée ; ainsi le perçoivent à juste titre les non-français.


                      • ffi ffi 27 septembre 2010 23:05

                        Ca n’a rien à voir, mais quand je vois dans quel état la République a mis le pays (sans que j’en comprenne bien le mécanisme) : au bord de la dissolution ; Je me demande parfois s’il ne serait pas judicieux de remettre un roi : ça nous éviterait d’écouter les promesses d’arrivistes qui nous trahissent dès qu’ils peuvent et ça nous éviterait d’avoir à nous prononcer sans que cela soit pris en compte (2005).


                        • eric 28 septembre 2010 10:00

                          Décryptons : un fonctionnaire nous explique que l’on ne peut faire confiance ni aux citoyens en général, ni aux non fonctionnaires en particulier pour avoir un sens de l’intérêt de leurs enfants en particulier et de l’intérêt public en général. Aprés avoir traité de fous dangeureux et sectaires qu’il serait au fond préférables, sinon d’éradiquer, au moins d’évacuer du débat public tous les gens qui auraient des visions un peu différentes en les accusants d’être des fauteurs de désunion civile, il conclue qu’en tout état de cause, il faut donner l’argent à ses semblables.

                          C’est très rassurrant : cela veut dire qu’il a compris que les caisses sont vides et qu’à 56% de prélèvements obligatoires, il va falloir faire des choix financiers. faire payer les riches ne suffirra pas. Chaque bénéficiaire de fond va devoir justifier de son utilité sociale.

                          Il est moins rassurant qu’il évalue l’utilité sociale d’une alternative possible à l’école publique à l’aune de critères idéologiques plus que de critères de rapport qualité prix ou de volonté maintes foi ré exprimée démocratiquement d’un immense majorité de parents de conserver la possibilité d’un choix.

                          Qu’il s’agisse de poste, d’école, de soins, le discour sest peut importe ce que cela coute et quels sont les résultats, du moment que c’est public, laïque et pareil pour tous ( dernier point qui en tout état de cause est mensonger et l’a toujours été)

                          On pourrait espérer mieux sur des enjeux aussi important.






                          •  C BARRATIER C BARRATIER 28 septembre 2010 11:11

                            Assez d’accord avec Jean Claude, les professeurs ne font pas forcément beaucoup de zèle pour évangéliser avec deux approches différentes les enfants de familles catholiques et les autres qu’il faut approcher avec plus de prudence, en veillant à ce que les parents les laissent bien dans l’école privée. C’est sur l’enseignement de l’histoire, de la biologie, de l’instruction civique qu’il est plus facile de suivre les directives du pape et des évêques.
                            Je ne pense pas non plus que dans nos pays les tueries catholiques comme les croisades, la St Barthélémy, puissent se reproduire. D’accord avec Jean Claude. Par contre je me méfierais des musulmans au vu de ce qui se passe en Orient et dans certains pays d’Asie...et des menaces de mort par leurs cinglés, en France même. Ils vont développer leurs écoles coraniques qu’ils feront subventionner au même titre que les écoles catholiques, ou juives, ce qui sera normal. Je pense que s’ils continuent leur prosélytisme efficace (beaucoup de Français se convertissent à la religion musulmane et parfois sont aussitôt très agressifs), les autres religions durciront aussi leurs positions. Les religions monothéistes sont en concurrence entre elles et beaucoup de leurs représentants se sont entretués et continuent à le faire (ça vient de se calmer en Irlande depuis peu).
                            C’est pourquoi je pense que SARKOZY en se présentant à LATRAN le souteneur de curés parfois pas très propres a ouvert la porte à une désunion de la France qui n’existait pas avant lui. Nous savons vivre, crédules et athées en bonne intelligence depuis que la laïcité s’est imposée par l’école publique. Je pense que nous retrouverons une sérénité républicaine lorsque nous aurons à nouveau un Président qui respecte la Constitution.


                            • Castor 28 septembre 2010 15:52

                              Bonjour, Monsieur Barratier,

                              Je vous crois englué dans une posture un peu caricaturale.
                              Pour compléter ce que je vous ai précisé plus haut, et au regard de ce que vous précisez vous-même ci-dessus, les établissements catholiques sous contrat ont obligation de respecter strictement le programme du rectorat.

                              Hors de question pour eux, donc, de pratiquer la religion en douce sous couvert d’éducation civique (où l’on parle DES religions et non de la seule religion catholique), d’histoire ou de biologie.

                              Vous avez raison sur votre combat sur la laïcité, mais de grâce, ne caricaturez pas à outrance, sous peine de perdre votre crédibilité.

                            • eric 28 septembre 2010 11:45

                              A l’auteur : Je ne pense pas. Quel que soit le président, les matérialistes athés socialisant sont en telle perte de vitesse sur le plan intellectuel et démocratique que l’on devrait voir se développer leur aggressivité obsidionnale et peut soucieuxe des lois et de la constitution telles qu’elles sont vraiment, continuer à agresser pour un oui ou pour un non les croyants qui sont en général les plus respectueux de la neutralité et de la laïcité de la république et du service public. Je pense que ceux ci, mais également les parents non croyant, auront de plus en plus de mal à accepter que des enseignants qui tranforment leur cours en bourrage de crâne idéologiques, écolobioalter quelque chose, au mépris des grands principes arrétés par Jules Ferry et autres, leur donnent des leçons de laïcité. L’organisation de l’école en ghetto sociaux,essentiellement au profit des rejetons d’enseignants et au mépris de l’égalité républicaine la plus élémentaire, hérisse déjà par exemple, un électorat Fn plus populaire que la moyenne, placant les possibilités d’accés au privé pour leurs enfants, en tête de leurs préoccupations.
                              Du reste, on voit bien, notamment dans le nord, que les familles musulmanes préfèrent dès qu’elles ont le choix, les écoles de curées, où,
                              1, on ne les emmerde pas avec les voiles,
                              2 Ils ont le sentiement que la communeauté éducative s’intéresse aux enfants avant de s’intéresser aux intérêts corporatifs des profs
                              3 on demande leur avis au parents.
                              4 On respecte leurs choix familliaux et religieux

                              Les trois derniers points intéressant accesoirement les parents même non musulmans...

                              Comme tous cela va plus tot en embellissant, il y a gros à parier que laicards de combats vont de plus en plus raviver les dissensions soit disant autour de la religion, mais en réalité pour ne pas rendre de compte aux parents de ce qu’ils ont fait de notre école républicaine.

                              Et comme la certitude qu’il est peu vraisemblable qu’un palestinien ait pu marcher sur l’eau il y a 2000 ans et à peu prêt la seule chose qui puisse conforter à leur propres yeux, le sentiement de leur supériorité intellectuelle, face à la débacle de toutes leurs autres convictions, il y peu de chance qu’il nous lâche de si tôt....




                              • croc 28 septembre 2010 22:27

                                Les islamistes ont programmé la fin de la démocratie en France et donc de la laïcité et vous attaquez l’église et les écoles privées qui n’osent presque plus faire de catéchisme.
                                Au moins deux guerres de retard !!! Inquiétant


                                • croc 28 septembre 2010 22:29

                                  Je précise, je suis un laïc convaincu mais je crois que tout le monde n’a pas que l’ennemi n’est plus le même.....


                                  •  C BARRATIER C BARRATIER 28 septembre 2010 23:36

                                    Castor, je n’ai rien écrit sans le vérifier. Les instructions de l’Etat (les Rectorats ne décident rien) en matière de programme pédagogique n’interdisent pas du tout que les écoles privées catholiques suivent à la lettre les instructions des évêques en matière d’évangélisation de tous les enfants. Ces écoles depuis cette rentrée scolaire n’ont plus à indiquer à quels moment de la journée elles placent ces enseignements, et je trouve cela assez normal. Bien sûr les horaires et programmes officiels de lecture, écriture, calcul...etc...doivent être respectés. C’est un autre sujet : intéressez vous aux changements de programmes scolaires y compris au collège et au lycée depuis cette rentrée en Histoire..
                                    .L’important est que tout cela se sache et ne soit pas caché !

                                    Vous ne le savez peut être pas, mais XAVIER DARCOS que j’ai bien connu en activité et qui a beaucoup agi pour l’école privée toute la durée de son Ministère de l’Education Nationale est membre de l’Opus Déi, organisation puissante et combattante de la foi catholique. On est ce qu’on veut, il n’y a aucune raison de le cacher. Il a inspiré aussi cette réforme des programmes. Il est donc important de savoir d’où venaient ces modifications. La transparence !
                                    Je n’ignore pas l’inconfort pour une religion d’en voir monter une autre que je juge moi aussi dangereuse. Mais tout laxisme en matière de séparation des églises et de l’état favorise aujourd’hui les religions juives et catholiques (je n’ai rien contre les croyances ni les croyants), favorisera demain et favorise déjà l’essor musulman qui en France se manifeste de manière aussi intégriste que le catholicisme actuel en Pologne.
                                    Je pense que les lois et les constitutions sont faites pour être appliquées, même si des minorités n’ont toujours pas accepté la République, ni la démocratie, et ne s’en cachent pas, rêvant au retour d’ayatolas ou de rois imposant un droit prétendu divin. Des contributions ci dessus illustrent mon propos : les ennemis de la République n’ont jamais digéré 1936, et encore moins 1945, ces familles de pensée s’étaient ralliées à PETAIN. La majorité de catholiques et des juifs sont républicains et le restèrent sous le gouvernement de VICHY. Mon propos s’en tient à la République et sa laïcité, et je suis d’accord avec des quantités de gens qui croient à un ciel ou à aucun, mais qui partagent cet idéal de vivre ensemble.
                                    Il faudrait faire un référendum sur ce principe de respect de notre constitution, peut être proposer de la casser, mais pas le faire en catimini. Bien sûr, il faudrait s’incliner devant le résultat d’un référendum.


                                    • xray 29 septembre 2010 11:12


                                      Europe 

                                      Les
                                      Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                                      Ils sont soumis à : 

                                      - Une monnaie d’occupation ; 

                                      - Des journalistes d’occupation ; 

                                      - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                                      - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe, les Américains, ou le Vatican ? 

                                      Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                                      - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice, la misère, les maladies, les épidémies, les conflits, les guerres, les famines, etc. » 
                                      Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

                                      L’Europe est soumise au diktat de l’axe CIA-Vatican. 
                                      Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

                                      - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

                                      - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

                                      - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc. 


                                      L’EUROPE des curés
                                      http://mondehypocrite.midiblogs.com/ 

                                      L’hypocrisie religieuse 
                                      http://echo-athees.over-blog.com/ 



                                      • croc 29 septembre 2010 16:45

                                        Rigolo, je t’invite à un repas avec des potes qui ont des idées farfelues (j’en fait partie). Qu’est ce qu’on rigole autour d’un bon Armagnac !


                                      • xray 29 septembre 2010 11:32


                                        J’ai failli oublier. 

                                        La loi 1905 (France) La première grande imposture du 20 ième siècle.
                                        http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2008/05/06/moralistes-par-devant-sans-scrupule-par-derriere.html



                                        • Josué Finkelstein 19 octobre 2010 14:20

                                          Vous écrivez : « Les intégristes ne cachent à personne leur volonté de remplacer les enseignements scientifiques par la transmission de vérités prétendument révélées (La Terre aurait moins de 10 000 ans, l’évolution des êtres vivants serait une imposture pour ces « créationnistes ») »

                                          Mais sérieusement, qu’est ce que ça peut vous faire ???

                                          Vous rappellez vous-mêmes que « la laïcité est la séparation des églises et de l’état (loi de 1905) » (et vous regrettez que la « Présidence » ait une autre définition). Vous avez bien fait de le rappeler : cela signifie que la laïcité ne s’applique pas au-delà de la sphère de l’Etat.

                                          Or, le créationnisme est enseigné en France dans les écoles privées évangéliques, donc en dehors de la sphère de l’Etat, donc la laïcité ne s’applique pas.

                                          Et je ne crois pas que les évangéliques veulent l’enseignement du créationnisme dans les écoles publiques, car pour le moment, le créationnisme est la valeur-ajoutée des écoles privées par rapport aux écoles publiques.


                                          •  C BARRATIER C BARRATIER 23 octobre 2010 14:32

                                             

                                            Josué Finkelstein, pour répondre à votre question franchement,  ça ne peut que me faire rire, car les constats d’ignorance d’une telle ampleur sont comiques, depuis toujours.

                                             

                                            Vous vous trompez, il n’y a pas de la liberté totale à l’intérieur d’une secte, en raison de la protection  obligatoire par la loi de mineurs contre les dangers de toutes les sectes, y compris des sectes « évangéliques » dont vous affirmez qu’elles ont le droit d’enseigner tout ce qu’elles veulent.

                                             

                                             Vous savez pourtant que l’Etat s’est  mêlé récemment de la répression d’une massive pédophilie sacerdotale. On sait mieux faire que l’église en matière d’éducation sexuelle !

                                             Ce n’était pas une question de laïcité, mais de protection des mineurs.

                                            Il est cependant vrai que la tolérance a été grande pendant des décennies, avec l’omerta d’une hiérarchie vaticane intimidant les politiques de nombreux pays.

                                             

                                            Dans le même cadre de la protection des mineurs, les programmes officiels scolaires sont  obligatoires. Je sais bien que des inspecteurs de l’éducation nationale ne font pas leur boulot, je sais bien que malgré les interdictions légales, des écoles privées sous contrat d’association continuent à exiger des professeurs embauchés leur certificat de baptême. Je sais donc  bien qu’on a souvent affaire à des organisations évangélico sectaires de menteurs, de tricheurs. Je crois bien savoir que monsieur DARCOS ministre membre de l’Opus Déi et son successeur CHATEL n’ont pas fréquenté l’école publique et n’y ont pas envoyé leur progéniture, et que, la prise personnelle d’intérêt passant avant leur mission républicaine pour laquelle ils sont payés, ils n’ont  pas découragé le laxisme général dans le contrôle de ces officines.

                                             

                                            Il n’est  pas étonnant non plus que, pour faire fortune sur le dos des gens, il vaille mieux passer par ces écoles là, le milieu est propice, les parents profiteurs sont là et se fréquentent, unis dans une détestation de l’état républicain qui de temps en temps ose en effet rappeler leur école prétendue « libre » à la règle.

                                             

                                            Un reportage de France 2 alertant l’opinion, et pointant indirectement des inspecteurs négligents qui laissaient un collège catholique enseigner n’importe quoi dans des domaines scientifiques et historiques, contraignent un Recteur sous contrôle ministériel à le fermer,  cependant que d’autres enseignants en créationnisme (le sujet que vous avez à cœur) continuent probablement ailleurs leur bourrage de crâne menteur à l’encontre de mineurs qui ne sont pas assez protégés.

                                            http://www.20minutes.fr/article/575365/Bordeaux-Le-college-catholique-des-Infiltres-va-devoir-fermer.php

                                            Voilà des enfants enfin à l’abri  du traditionnel obscurantisme d’une religion où il n’y a pas si longtemps, les fidèles n’étaient même pas autorisés à lire leur livre dit sacré.

                                             

                                            La triche de ces maisons là commence à être dénoncée :

                                             

                                            http://www.leprogres.fr/fr/article/3734143/Une-famille-de-Lons-emmene-une-ecole-privee-devant-la-justice

                                             

                                            Il est connu en effet que ces maisons « charitables » mettent dehors les élèves obtenant des notes insuffisantes avant que leur échec joue sur leurs statistiques. Mais il faut quand même une équipe professorale super menteuse pour faire admettre à la classe supérieure un élève qui n’y est pas prêt, en précisant qu’il doit « passer » mais ailleurs que dans on établissement.

                                            J’ai eu à surveiller des boites privées qui tentaient la fraude aux examens (une trace « innocente » avant le premier mot de la copie, un tiret par exemple,  ou,  en dissertation, la même citation pouvant n’avoir aucun rapport avec le sujet présente dans plusieurs copies). Pour le cas où le correcteur averti aurait en main ces copies. Professeurs et élèves de connivence avant l’examen pour tricher !

                                             

                                            Ces maisons là que j’espère rares doivent être placées sous une surveillance particulière par la République qui doit promouvoir l’égalité des enfants, qui doit les protéger de cet apprentissage de la magouille.

                                             

                                            Voir pour approfondir la question la new« Dérives communautaires, écoles privées hors la loi »

                                             

                                            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=160

                                             

                                            Des politiques n’hésitent pas à la « magouille » de prise personnelle illégale d’intérêt pour se servir en servant leur communauté religieuse sur le dos du contribuable !  Ils sont parfois pris la main dans le sac !

                                            Voir la new « Elus en échec de transgression de loi républicaine »

                                             

                                            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=132

                                             

                                            Tout cela est très injuste vis-à-vis de la République mais aussi des croyants sincères et honnêtes qui vivent leur foi dans la République laïque de respect et qui sont atteints indirectement part ces errements auxquels vous semblez souscrire ! Il ne s’agit pas pour moi de pointer une religion, respectable, mais des nostalgiques d’époques totalitaires et obscurantistes qui ont toujours tenté de restaurer ces temps maudits à leur profit.


                                            • Josué Finkelstein 25 octobre 2010 11:16

                                              Bonjour Monsieur,

                                              « Il n’y a pas de liberté totale à l’intérieur d’une secte, en raison de la protection obligatoire par la loi des mineurs contre les dangers de toutes les sectes, y compris les sectes évangéliques »

                                              La République ne reconnaît pas les assemblées évangéliques comme des sectes, pourquoi vous permettez-vous de le faire ?

                                              « l’Etat s’est mêlé récemment de la répression d’une massive pédophilie sacerdotale »

                                              Oui, comme vous le dites, ça prouve que, heureusement, tout n’est pas permis. Il n’est pas permis de contrevenir à la Loi, sinon l’Etat intervient. Et c’est sur cet exemple que vous vous basez pour me prouver que l’enseignement du créationnisme est interdit ? Il faudra trouver autre chose.

                                              « Dans le même cadre de la protection des mineurs, les programmes officiels scolaires sont obligatoires. Je sais bien que les inspecteurs de l’éducation nationale ne font pas leur boulot »

                                              Non. Les écoles hors contrat ne sont pas soumises aux programmes officiels de l’Education Nationale. Toutefois, elles les appliquent en y ajoutant des thèmes (le créationnisme) et en les enseignant à la lumière des valeurs de l’école.

                                              Quant aux inspecteurs, veiller au respect des programmes officiels dans les écoles hors contrat ne fait pas partie de leurs compétences.

                                              « Voilà des enfants enfin à l’abri du traditionnel obscurantisme d’une religion où il n’y a si longtemps, les fidèles n’étaient même pas autorisés à lire leur livre sacré »

                                              Cette situation, c’était celle des catholiques. Nous sommes évangéliques et nous encourageons « les fidèles » à lire et à connaître leur Bible.

                                              * * *

                                              Quant aux liens que vous publiez, je vous en remercie.
                                              En me montrant ce qui se passe mal chez les autres (écoles catholiques), vous me faites vraiment prendre conscience que ça se passe très bien chez nous (écoles évangéliques). Je vous encourage à continuer.

                                              * * *

                                              Veuillez recevoir mes meilleurs salutations,

                                              JF


                                              • Bartik Bartik 28 décembre 2010 22:13

                                                Je suis d’accord avec le sens de votre article et sur les atteintes à la laïcité mais je ne vois pas en quoi le catholicisme peut devenir une menace. Les scandales pédophiles récemment mis à jour ont fortement flagellés la crédibilité de l’Eglise qui connaissait le sujet mais qui obéit à une autre loi que le Code Pénal ( la faute avouée est entièrement pardonnée)...
                                                Pour ma part, je reste convaincu que la religion (quelle qu’elle soit) ne doit plus influer sur la vie de la cité et qu’il faut rester vigilant. Mais je conçois ( j’approuve et j’encourage) qu’une foi soit nécessaire pour avancer dans la vie. On ne pourrait reprocher à l’unijambiste d’utiliser des béquilles pour marcher...Le plus dur est de devenir son propre Dieu.


                                                •  C BARRATIER C BARRATIER 29 décembre 2010 10:52

                                                  Le catholicisme n’est pas une menace plus grande dans notre pays que l’islam en Turquie ou en Algérie, le judaïsme en Palestine. Derrière les croyants qui laissent faire il y a des appareils politiques de prise du pouvoir à petits pas, de colonisation par prétendue mission divine, avec l’aide des armées et de l’arsenal juridique. Je pense que pour les croyants conscients c’est un vrai problème, je les côtoie, je les entends, je les plains.
                                                  Le catholicisme est aussi instrumentalisé par le libéralisme, les maîtres financiers du monde utilisent tout ce qui peut avoir un pouvoir sur les esprits, ils ont besoin de gens résignés, canalisés par leur vote sur des questions religieuses. SARKOZY n’a pas été choisi pour son intégrisme catholique (LATRAN) mais en raison d’illusions sécuritaires. Il a eu en sous main le soutien de l’église catholique téléguidée par les pouvoirs financier du monde, et les USA en particulier.
                                                  J’ai donné le 11 décembre 2010 une conférence sur ce thème à BOURG EN BRESSE, organisée par le comité 1905 du département de l’Ain. De nombreux élus présents, des questions pointues, des prises de conscience, des agacements aussi de gens démasqués.
                                                  Voici le texte de cette conférence :

                                                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=123

                                                  J’ai pris conscience de l’enjeu républicain de l’école communale, où se côtoient ceux qui vont à un catéchisme et ceux qui ne vont à aucun.

                                                  Les hommes n’ont pas attendu les religions pour avoir un idéal. Les héros de la tragédie antique dépassaient par transcendance humaine la valeur des dieux despotiques auxquels on leur faisait croire. Il s’est dégagé hors religions et avec les religions des valeurs qui sans être universelles ont un impact certain comme la liberté de pensée, l’égalité des hommes et des femmes, la justice sociale, l’égalité des citoyens devant la loi, le respect des différences, la solidarité devant le handicap...à ne pas confondre avec la charité. Ces idéaux sont en partie concrétisés, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de notre République a fait le tour du monde, et pour les étrangers, la FRANCE symbolise plus ces valeurs que la valeur du marché libre et non contraint, du fric, de la force conquérante de territoires.
                                                  La foi n’a pas fait avancer l’égalité des hommes et des femmes, ni la liberté de pensée et de critiquer dans le respect. Les hommes ont des idéaux qui furent représentés par des dieux, qui par essence mettaient en évidence un nécessaire assujettissement, l’obéissance à une puissance non sortie des urnes !
                                                  Avec le citoyen, il s’agit à chaque instant d’instituer à partie de la base les valeurs de la République. Je fais confiance aux citoyens malgré les médias et la déchéance de la misère pour beaucoup, pour rebondir dans un sursaut républicain de nouveau nécessaire. je suis assez d’accord avec Jean Luc MELENCHON pour une élection présidentielle dont l’enjeu serait une nouvelle assemblée constituante.
                                                  Je pense que les citoyens ont compris que rien de bon ne pouvait venir de classes plus riches, plus bling bling sarkozien ou vatican, et qu’ils ne pouvaient compter que sur eux mêmes. Qu’il n’existe rien de providentiel pour eux et qu’on leur a assez menti.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès