Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Contre les hystériques de tous bords politiques : « la paix ! (...)

Contre les hystériques de tous bords politiques : « la paix ! »

Effet Sarkozy, l’avantage va en politique aux hystériques de tous bords. Résistons par un appel au calme, face à la nouvelle religiosité d’un bouleversement général de l’ordre civil, qu’il vienne de Sarkozy ou d’ailleurs.

L’Etat-Sarkozy s’est donné une mission : réformer la France. Concrètement, cela signifie qu’aucune semaine ne peut passer sans qu’un grand chantier soit ouvert. Sarkozy ne sera pas satisfait tant que les institutions françaises ne seront pas toutes ventre ouvert comme le centre de Paris au temps de la reconstruction des Halles, dans l’attente de son scalpel de grand chirugien. On ne peut s’empêcher de penser au Dr. Knock et à tout son village mis au lit. C’est toute la France qui est malade. Rien ne saurait poursuivre sa gentille petite vie, rien ne doit demeurer stable. Il faut que la France bouge, et il faut tout mettre sens dessus dessous.

Dans ce climat hystérique, plus personne ne se sent le droit de demander : pourquoi réformer ? Chacun doit, au contraire, reconnaître qu’en effet, il faut des réformes, et toute la différence dont un opposant s’ose capable, c’est de dire que « oui, il faut réformer, mais pas comme cela ». Dans cette entreprise de déstabilisation totale, la prime, parmi les opposants, va à ceux qui attendent le renversement de la société. Le Nouveau Parti Anticapitaliste d’O. Besancenot n’est-il pas du Sarkozy à l’envers ? Les intelligents aiment dire que Sarkozy fait Besancenot comme Mitterrand fit Le Pen. Au-delà du douteux parfum de théorie du complot, on peut affirmer que cela est vrai dans l’exacte mesure où, dans cette atmosphère générale de renversement de toutes les institutions de la République, alors qu’il est interdit de demander un peu de calme (et n’est-ce pas précisément en temps de crise qu’il faut chercher une certaine stabilité institutionnelle ?), l’opposition légitime à Sarkozy le destructeur de droite ne peut consister que dans un appel au renversement de toutes choses, mais de gauche.

Hannah Arendt montre, dans les Origines du totalitarisme, que le système totalitaire se caractérise notamment par la faculté de créer un incessant « mouvement », d’empêcher que quoi que ce soit ne demeure stable. Le nazisme comme le stalinisme, explique-t-elle, se donnèrent pour mission de laisser les grandes forces de l’Histoire agir (conformément à l’idéologie), et cela devait se faire au prix d’une annulation de toute liberté humaine, celle-ci risquant toujours de freiner l’action de ces grandes forces.

Nous ne sommes certes pas dans une telle situation. Mais n’y a-t-il pas dans les circonstances présentes comme un effort pour entraîner chacun dans la pensée qu’il doit se soumettre à un destin qui va s’accomplir ? Chacun doit se faire le serviteur du nécessaire bouleversement général. Si Sarkozy est le plus haut représentant de cette forme de doctrine, il n’en est pas le seul. N’entendons-nous pas chaque jour que nous sommes coupables de vivre comme nous vivons, que nous devons prendre conscience des crimes que nous commettons en mangeant ce que nous mangeons, en buvant ce que nous buvons, en achetant ce que nous achetons ? Bref, il faut un homme nouveau pour une terre nouvelle, renoncer à tous les usages de l’homme ancien (et il y a, dans l’incessant appel aux générations futures, comme une manière de vouloir faire disparaître l’humanité présente…). Il faut renoncer, baisser la tête, s’agenouiller encore, avec componction, honte, remords.

Contre cette tendance générale qui incline à rendre inepte toute liberté de pensée, qui cherche à faire passer l’exigence de rendre raison pour de l’ignorance des catastrophes imminentes, face à ces nouvelles eschatologies de droite et de gauche, la vraie résistance consiste à demander du calme, à se refuser à l’hystérie générale, à faire l’éloge de ce qui marche, et en particulier à nous féliciter d’avoir hérité de l’histoire, récente ou plus ancienne, des institutions qui ont fait leurs preuves (une école, une université, un État social, des droits qui ne sont pas si mauvais). Il faut s’opposer à tous ceux, complices objectifs, dont l’ennemi premier est l’ordre juridique de la République, qui est notre abri et la garantie de notre liberté.


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • tomasi75 21 février 2009 18:06

     L’Etat sarkozy, une grande erreur pour la France qui va laisser des sequelles. Cet homme ne pense pas aux francais. Il est aveuglé par son idéologie mais surtout par son image. Il suffit de le voir avec sa rolex, ses raybans et sa carlita. Son cigare au bec, on dirait les cailleras de banlieux avec chaines en or qui veulent montrer qu’ils ont du fric...

    lorsque l’on voie comment le pdt remercie ses amis avec des cadeaux c’est déguelasse.
    Regarder la liste de cadeau qu’il a offert à ses amis :

    http://voxx.over-blog.com/article-27778604.html


    • clostra 21 février 2009 19:12

      Merci de nous rappeler quelques repères. Bonne analyse.
      "Nous ne sommes certes pas dans une telle situation. " : ?
      Créer de l’anarchie et arriver en sauveur...


      • plancherDesVaches 21 février 2009 23:58

        Et comme disait Richelieu :
        "Les postes éminents rendent les grands hommes encore plus grands, et les petits encore plus petits. ..."

        Cela s’est toujours vérifié. Cela s’appelle l’humain. Une autre ?

        "Le peuple américain est le seul qui, à ma connaissance, soit passé de la préhistoire à la décadence sans passer par la civilisation." Albert Einstein


        • plancherDesVaches 22 février 2009 00:54

          Hé hé... j’ai fait une erreur dans l’auteur de la première citation.

          Certainement trompé par l’amalgame fait avec celle-ci :
          "Il faut approcher le pouvoir avec précaution, de peur qu’il n’éblouisse vos yeux". Un cardinal qui régna.
          "En politique, une absurdité n’est pas un obstacle." Napoléon Bonaparte


          Bon, néanmoins sinon. On rêve tous de politiques francs et massifs. C’est à se demander pourquoi.
          Il ne faudrait pas élire un joyeux "conducteur du peuple" qui se révèlerait être un fachiste... mais quelqu’un qui pense à son peuple, tout bêtement.


          • Blé 22 février 2009 07:45

            Il a parfaitement raison l’auteur de cet article aussi beaucoup de citoyen-ne-s avant lui ont pensé qu’en se mettant en situation de résistance, cela leur permettaient de réfléchir, de poser les problèmes. Prendre du temps, le Petit ne le peut pas car si on "l’entend bien", il a été élu pour agir, prendre des décisions, etc... Comme un gamin à l’école maternelle : ""Maman a dit que........ alors je dois faire ça et ça !!!"

            Il n’y a que les médias pour croire que tout le monde s’agite comme le "Petit", car beaucoup ne tiennent plus compte de ce qu’il dit sachant que ce sera périmé sous les 24 h.


            • jaja jaja 22 février 2009 11:13

              @ l’auteur : "Dans cette entreprise de déstabilisation totale, la prime, parmi les opposants, va à ceux qui attendent le renversement de la société. Le Nouveau Parti Anticapitaliste d’O. Besancenot n’est-il pas du Sarkozy à l’envers ? Les intelligents aiment dire que Sarkozy fait Besancenot comme Mitterrand fit Le Pen. Au-delà du douteux parfum de théorie du complot, on peut affirmer que cela est vrai.... "

              Enfin une théorie du complot qui n’est pas douteuse à vos yeux et que vous affirmez vraie, sans rien démontrer bien sûr...
              Par ailleurs ni Besancenot ni personne, que je sache, n’appelle au renversement de la société comme vous le dites. Ce qui serait stupide, les humains vivant tous et partout en société. Renverser la société capitaliste oui. C’est le but du NPA et cette précision sémantique est de taille...

              Par ailleurs lorsque vous dites que Besancenot c’est du Sarkozy à l’envers je l’espère vivement.... En effet depuis à peu près 30 ans la part des salaires a diminué de 10% au profit des dividendes versés aux actionnaires. Besancenot propose en effet de refaire le chemin à l’envers de ce qu’ont fait les sarkozystes et leurs prédécesseurs. A savoir reprendre cette part des profit, tirés de la poche des salariés, et les redistribuer en augmentant les salaires et les minima sociaux...
              Pourtant là tous les partisans du "calme" social, que vous prônez dans cet article, nous expliquent que c’est impossible, que ce qui est fait est fait....

              Si nous suivions votre conseil il est certain que rien ne bougera et que le peuple continuera d’en prendre plein la gueule. Mais ce n’est apparemment pas votre problème...




              • Elisa 22 février 2009 12:48

                Il ne faut pas confondre l’écume et la substance : le mouvement perpétuel c’est l’écume qui permet de dire que tous ceux qui s’opposent sont des ringards et qu’on a élu Sarkozy pour faire "bouger" la France !

                La substance c’est la volonté de mettre la France au pas du libéralisme (de moins en mois triomphant).
                Toutes les réformes substantielles (défiscalisation, réduction des charges sociales, privatisations des services publics, saupoudrage d’aides temporaires pour les pauvres et cadeaux somptueux pour les riches sont inexorablement appliquées.

                Le peuple français l’a compris par le désaveu grandissant à l’égard du chef de l’Etat et surtout de sa politique. Mais quel relais véritable de la part du Politique ?

                Ce n’est pas mouvement contre mouvement qu’on peut déplorer mais la complicité objective d’une opposition parlementaire incapable d’affronter la "substance sarkozienne" de démantèlement des solidarités au nom de " l’efficacité et de la modernité".

                Ce n’est pas l’hystérie qui nous guette mais la complaisance et la passivité.




                • dom y loulou dom 22 février 2009 12:58

                  il n’y avait absolument qu’UNE seule chose à réformer, le partage du pouvoir décisionel avec le peuple. C’est TOUT.

                  au lieu de cela les sionistes imposent leur agenda de tyranie mondiale et la destruction de tout ce qui permet les liens entre les aom et pire apparemment... en prétextant des réformes qui sont précisément ce que les peuples ne veulent plus voir :

                  L’oppression, la ruine financière par la guerre qui en enrichit 0,1% au détriment de tous, le pillage, les mensonges grossiers et la folie érigée en vertu suprême, l’aom torturé, lapidé psychologiquement, gommé pour être parodié en grand guignol, modèle de tous et suprême guide des fous furieux qui n’ont jamais eu besoin de guide pour suivre leurs folies du moment.

                  Peu importe s’il dit juste l’inverse, à savoir que chacun doit apprendre à se prendre en main et se reposer sur son coeur, il sera présenté comme un tyran infect, justifiant la barbarie complète. la sagesse elle-même anéantie par l’habitude gluqe de se rssurer en permanence de la pire des manières, en souhaitant que ce seront les enfants de leurs enfants qui paieront les dettes organisées par l’empire. Dettes qu’ils pensent en fait ne devoir jamais payer quand c’est l’unique loi économique, l’unique régulation des marchands entre eux.

                  Ea, porteur d’eau, transformé en hideux Lucifer à qui on fait porter la responsabilité du mal sur terre comm au Chist le péché du monde... pour pouvoir tranqillement continuer la merde en briques. Trop pratique et jouissif pour que les foules ne se détournent d’un tel mensonge quand le mal est légion d’anges déchus et non d’un seul et qu’ils tiennent la sagesse captive en ce monde depuis son aube temporelle.

                  (voir le livre d’Enoch et les récits du début de l’humanité livrés par les sumériens, textes dont on peinerait à comprendre pourquoi de tels récits auraient été écrits s’ils ne devaient pas être de source tant ils sont complexes, décrivant des évènements en-dehors du système solaire, mais faisant des descriptions du notre avec une étonante précision. Des récits soigneusement camouflés, remplacés par des allegories pour les masses stupides que nous sommes supposés être et culpabilisant les humains depuis le premier Adam jusqu’au dernier... pas un peu trop pratique pour les démons non ? ça ne vous saute pas aux yeux ?)

                  La destruction programmée de toutes les bases qui permettent la vie sur terre tant ils flottent dans un astral irréel, lubrique, mortifère et répandant sans honte aucune, des êtres supérieurs ont tous les droits face au bétail, le sang des innocents par des vues à dix mille années lumière des lois d’équilibre du monde vivant et du simple respect basique qui doit exister entre les êtres.

                  Loin St.François d’Assise et l’égalité des créatures devant le créateur.
                  Loin Gandhi et la sagesse de la résistance constructive.
                  Loin le Christ dont l’amour se monnaie à babylone.
                  Loin Socrate et Diogène, l’apparence superficielle des êtres superficiels, encouragés par le système à débiliter et à être d’une méchanceté que la terre n’aura que rarement connue.
                  Loin le Bouddha et la nécessité pour chaque être de travailler à son propre équilibre, le supermarché du coin lui livrera une babiole de plastique coloré en compensation et des drogues en veux-tu en voilà.

                  Loin l’humilité qui fait courir vers celui que l’esprit éclaire, peu importe nos jugements sur lui et sur notre propre nature humaine, pour se conforter dans l’idée jalouse de la compétition bien apprise, qu’on doit le surpasser et que le laisser croupir est un bienfait pour l’ego qui se vante devant les caméras... Indicible connerie qui mâche le monde comme un chewing gum sans goût, la course à la ruine.


                  Et de toutes ces souffrances occasionnées, en filigrane, l’espoir d’un paradis outre-tombe parce que la vie est rendue infernale. rarement les puissants se seront comportés avec autant de négligence et d’insensibilité. Jamais auparavant pourtant TOUTES les générations présentes recevèrent consciemment autant d’informations du porteur d’eau et jamais auparavant ne purent elles comprendre le cirque dans lequel ils sont maintenus. Uniquement grâce à leur consentement il faut le dire. Le dernier joker est laissé à l’abandon et la foule croit que c’est drôle quand c’est d’elle-même qu’elle rit, alors qu’une vague de tendresse sait briser tous les murs de la séparation.

                  Pauvre monde... et glorieuse transition qui anéantit les sombres machinations qui tiennent les hommes captifs de leur mauvais penchants par la convoitise, la démesure et l’amour du pouvoir.

                  Loin le pouvoir de l’amour pour cette Babyblone numérisée qui préfère sectionner, trancher, embastiller, séparer les êtres en fonction de leurs utilités pratiques, mercantiles et de l’empilement de cailloux quand ils pourraient les soulever d’une simple demande !! Vues ignobles qui poussent à exiger violemment et sous menaces meurtrières ce qu’on n’a pas l’humilité de demander à soi-même et qu’on rend donc impossible par autant de violences faite aux êtres sensibles, les seuls capables de réguler les énergies du vivant par la prière, les humbles.

                  Le règne des violents donc... forcément très court tant la nature va leur donner la mesure de leur ignorance.

                  On a beau les prévenir, ils savent toujours mieux et ensuite il est trop tard. 


                  • Peretz Peretz 22 février 2009 19:52

                    Le "sauveur" Sarko fait simplement le contraire de ses prédécesseurs : il s’occupe des cages d’escalier. C’est ce qu’il appelle des réformes. Il n’est pas plus malin que les autres. La société est bloquée depuis pas mal de temps. (Il faut redresser la France ont-ils toujours dit). Pour la débloquer, les massages n’y font rien : il faut changer la colonne vertébrale, c’est-à-dire la Constitution. Le mal est là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès