Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Copenhague : branle-bas de combat

Copenhague : branle-bas de combat

A quelques semaines d’un sommet qui se veut historique, il y a beaucoup de fébrilité dans l’air. Et beaucoup d’incertitudes...

Copenhague approche : on fait sonner les portables pour rappeler aux politiques qu’il ne faut pas rater le sommet sinon on va toucher le fond.
 
On danse, on chante, on court, on marche…j’en passe, pour sauver le climat.
 
On s’engueule aussi comme Allègre, avec ses gros sabots, qui cherche Hulot trop heureux de dégraisser le mammouth. Mais ça n’élève pas le débat. Pas plus que DCB invitant Borloo, Hirsch et De Sarnez à dépasser leurs chapelles pour gagner la bataille écologique à coups de contribution climat-énergie dont seront exonérés les très riches et principaux pollueurs qui pourront s’acheter des droits à polluer.
 
On réunit les 42 Etats insulaires qui vont bientôt disparaître sous la montée des eaux.
Mais on n’avait pas prévu l’ampleur du typhon qui vient de sévir aux Philippines. Les météorologues nous disent qu’un autre se prépare. Il aurait été préférable de prendre quelques dispositions avant le premier. Résultat : des centaines de morts, des centaines de milliers de sans abris, privés de tout !
 
« C’est le réchauffement climatique à l’œuvre » dit-on à Bangkok où un énième sommet de l’ONU se tient pour sensibiliser l’Asie. Comme si les régions tropicales étaient soudainement frappées par ces cataclysmes extrêmes ? C’est dire si les prévisions à un siècle sont à relativiser.
 
A Paris, un tout récent rapport du groupement interministériel nous promet bien du plaisir si on ne contient pas le climat. Il s’agit d’un rapport d’évaluation du coût des impacts du changement climatique pour la France. http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/Resume_pour_decideurs.pdf 
Nous vous le laissons découvrir. On aura été prévenus. Les auteurs ont écarté le scénario du pire. Mais si j’habitais le littoral languedocien, je n’attendrais pas 2100 pour m’installer sur le Larzac !
 
A New-York, il y a quelques jours, le sommet sur le climat a donné lieu à des mouvements de manches et de menton très médiatisés mais la plupart des observateurs ont convenu que peu de décisions concrètes y avaient été annoncées.
 
Quand on parle d’argent, dans cette période de crise nullement terminée, encore moins résolue, les regards se font fuyants, les engagements évasifs. D’autant que le principal pollueur a le plus grand mal à prendre des engagements précis dans ce domaine, tout comme dans celui d’un minimum de sécurité sociale pour les dizaines de millions de personnes sans couverture sociale parce que souvent sans travail et sans abri.
 
Pourtant Obama avait trouvé 700 milliards en peu de temps pour sauver les banques en faillite et racheter leurs actifs pourris. Il est vrai que les E-U sont le pays le plus endetté de la planète. La France n’est pas mal non plus. Mais ça ne les empêche pas de se poser en modèles du système économique et politique et en leaders du monde !
 
Ils l’ont pas mal dominé, pillé et même souillé. Aujourd’hui, il leur faut changer de fusil d’épaule puisque leur modèle a épuisé les sources d’énergie qui ont permis une croissance et une domination dont ont bénéficié les pays riches d’aujourd’hui. Et qui veulent le rester. Mais qui est riche et à quel prix ?
 
Si Copenhague pouvait servir à jeter les bases d’un autre mode de développement, économe, durable, solidaire, respectueux de la nature, rompant avec un productivisme historiquement coupable des inégalités, de l’extrême pauvreté comme des pollutions, de l’exploitation à outrance des richesses naturelles, au profit d’une infime minorité de prédateurs, alors on aurait quelque raison d’être optimiste.
 
Mais ce n’est pas cette problématique qui est à l’ordre du jour. On ne change pas de paradigme. C’est « tous unis contre le climat » puisque c’est nous tous qui sommes responsables des incidences de notre mode vie sur le climat, disent-ils.
 
Le tour est joué : les enjeux de classe ? Au musée de l’histoire ! Partager les richesses, les pouvoirs, les savoirs, vous n’y êtes pas. On va moraliser le capitalisme, le peindre en vert, réguler la finance, y mettre un peu d’éthique, remonter le moral du climat...des affaires et faire baisser la température de la planète.
 
On a tout de même quelques doutes sur les qualités de prévisionnistes de ceux qui n’ont pas vu venir la crise et qui nous assurent que nous tiendrions les clés des changements climatiques ?
 
Il est évident, en revanche, que le niveau atteint par les pollutions –gaz à effet de serre compris– découlant du mode de production imposé par les puissances dominantes, ainsi que l’épuisement des ressources d’énergies fossiles, qui en est une des conséquences, tout cela appelle une révolution écologique, économique et sociale d’urgence et de grande ampleur.
 
René Fredon
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Maximus 30 septembre 2009 20:09

    L’article a comme inconvénient de ne pas pousser l’analyse assez loin à mon goût et de trop rester à la surface des évènements.


    Il a néanmoins le mérite de poser en creux le problème qui se dessine sous nos yeux ; tous ces sommets ne sont que de la vaine gesticulation, du théâtre. On joue le spectacle d’un pouvoir que l’on a renoncé depuis longtemps à exercer dans les faits. 

    Le mot de « paradigme », qui apparait votre texte, est bien choisi et explique cette impuissance politique que les sociétés occidentales se sont infligées à elles mêmes. En se dépossédant d’un grand nombre de moyens d’action, elles ont perdu tout crédit, tant cette impuissance qui ne vient pas du ciel, mais d’un processus social et culturel souterrain et de longue durée, est à la fois douloureusement ressentie et à tort vue comme inévitable, inéluctable.

    Ce paradigme est fait d’une multitude de règles non écrites dont la violation constitue l’interdit majeur au niveau politique. Ces règles n’ont pourtant rien d’évident sur le plan rationnel, car elles ne sont que le produit d’une idéologie bien spécifique.

    Ce décalage entre le caractère absolu et arbitraire de ces règles et leur absence de justifications « naturelles » entraine automatiquement une perte d’efficacité de la politique publique des états, qui mutilent d’avance leur propre politique sociale et économique.

    • mika.baila-girl mika.baila-girl 30 septembre 2009 20:16

      Le pouvoir, il est sous ton nez, banane !


    • Maximus 30 septembre 2009 20:48

      Eh, c’est bon, je sais très bien où est le pouvoir, dans les bulletins de vote. Je n’ai en conséquence jamais voté pour des partis de droite ni pour le PS ou le centre.


      Forcément, j’aspire à autre chose, je veux une autre règle du jeu. Si la majorité de la population veut croire qu’elle est trop intelligente et que la loi de la jungle sera à son avantage (car ils ont tous un si grand talent à les en croire), ça la regarde. Hélas pour eux, ils ne seront que les cocus du système, pour un parvenus, un millier de gogos qui croient que la Roue de la Fortune va s’arrêter sur eux.

      Tout le reste, les délires sur les financiers qui font se coucher les gouvernements, les complots, la « dictature » de Sarkozy, ce pouvoir sur lequel nous n’aurions aucune prise, c’est de la foutaise.

      A plus Showford

    • mika.baila-girl mika.baila-girl 30 septembre 2009 20:51

      Ben oui foutaise, le pouvoir il peut être ici même.

      Ca te défrise ?

      T’inquiète, t’as encore rien vu

      Tu ricanes ?

      Itou

      Bon c’est pas tout j’vais voir Real OM

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fredon


Voir ses articles







Palmarès