Mais rassurez moi ? les gens ont le droit de changer oui ou non ? Faut il avoir lu Marx pour être de gauche et vouloir changer la société ? faut-il maitriser la dialectique marxiste , parler de lutte DES classes pour avoir raison ? et penser que Krondstadt était mérité pour ces salopards de racailles mencheviks pour être "de gauche" ?

Attention, à bien comprendre mes mots. Je m’interroge sur le sens du mouvement de certaines personnalités en dehors de la droite. "Sens" au sens de direction, vers quel zone politique. Ensuite il faut mesurer l’intensité de la force qui anime ce mouvement pour déterminer la zone d’arrivée.

Il est donc utile de sonder avec nos petits moyens des individus abordables pour les blogueurs que nous sommes, des personnalités dont certaines se révèlent ensuite à nos yeux potentiellement re-interrogeable dans quelques mois. C’est le cas de Corine Lepage. On va vous la faire simple, elle se pose de bonnes questions et y met du sens et manifestement on ne peut plus dire qu’elle est de droite vous allez voir. D’ailleurs elle ne supporte pas les idées de Peyrelavade. J’espère pouvoir aborder ce sujet du déplacement du centre de gravité politique avec des blogueuses comme Mip ou Hypos ce soir à la république des blogs Parisienne.

Voici donc la vidéo brute du débat/interview entre Corine Lepage (CAP21/Modem) et Pierre Larrouturou (PS)


J’ai dû passer provisoirement par un système qui impose l’installation d’un player, par ce que Youtube n’a pas voulu des 2h de vidéo (malgré le statut realisator) , et que Dailymotion au bout de 48h n’avait toujours pas validé ma vidéo alors que j’ai le statut de "creative content". Elle était victime d’un problème technique solutionné par un simple mail... Tous ces systèmes de vidéo en ligne sont un peu cheap en fait. Il y a un écho dans le son, tout ça parce que Marc Vasseur progresse : à Reims il oubliait de brancher le micro, là c’est déjà mieux.

Ça fait 2 heures, ça dure. Larrouturou a pris des notes pendant tout le temps. Nous avons déjeuné avec lui ensuite, mais de ça vous n’en saurez rien.

Corine Lepage s’est avouée "fasciné" par Sarkozy qui bouge dans tous les sens, annonce parfois des trucs "bien" en terme de diagnostic mais fait n’importe quoi ensuite. Vogelsong rappellera le coup de la fracture sociale de Chirac ensuite. Questionnée sur l’affaire Clearstream elle sort un truc fort : "On prend les gens pour des crétins  !". Dans mes bras Corine ! c’est ça qu’il faut expliquer aux citoyens de ce pays. Et le faire dans le JT de 20H avec des gros-mots, peut-être que cette bande de journalistes paresseux posera alors les bonnes questions.

Voici ce que j’ai noté d’intéressant, pourquoi ne pas boycotter les banques ayant des filiales dans les paradis fiscaux (simple : toutes sauf la poste et le très cher crédit bobo-coopératif : Kamarade choisis ton camp, la poste !) ou alors se lancer comme cet italien dans un mouvement de retrait massif dès le début du mois de tout le cash requis au fonctionnement de votre budget. Je que je fais de plus en plus, avec mes modestes moyens.

Pierre Larrouturou a expliqué que les Pays-bas commençaient à limiter les écarts de salaire. Et que dans la lutte contre les paradis fiscaux, le diable se cache dans les détails. Les banques Françaises n’ont pas le droit de commercialiser les produits dérivés. C’est vrai, ce qui veut dire qu’elles n’ont pas le droit d’en faire la publicité et de le proposer aux clients. Par contre elle ont le droit de vous en vendre si vous en demandez en vous pointant au guichet avec vos millions à faire "prospérer". La nuance est de taille. La différence avec la drogue, c’est que le commerce, la vente et la détention sont interdits ainsi que la fabrication. On devrait s’inspirer de cette partie du code pénal pour réguler le fonctionnement des banques française et cloisonner leur fonctionnement.

Lepage est dans le camp du progrès, c’est à dire qu’elle oppose deux camps : celui du progrès qui veut inventer un nouveau système à ceux qui se contentent de rustines. Elle n’a pas cité de nom pour les rustines et pour le nouveau système vous allez le voir elle avance à tâtons. Mais explique que c’est obligatoire par ce que les matières premières et certaines énergies sont dans la finitude. La démocratie va être mise en danger par la rareté ( NDLR de choses variées). Là ou le libéral pense valeur et création de fric sur la rareté, elle oppose la démocratie et précise qu’il n’y a pas encore de système pensé pour le 21e siècle. J’imagine à ce moment là que mes lecteurs pro-NPA-FDG et autres dans le "vrai" et la pureté sautent sur leur fauteuil ikea en hurlant, mais si bordel de merde ! Et bien, à vos claviers les amis ! Et par système on entend un truc qui décrit des processus, pas du bla bla et des mots vide de sens : Il ne suffit pas de couiner "transformation sociale" si vous n’expliquez pas comment vous transformez en autre chose que 2 ou 3 tracts.

Posez les mêmes questions à un KYSTE, vous serez parfois surpris. Elle nous a donc expliqué qu’il fallait dégager des marges et lutter contre les inégalités. Ça ne mange pas de pain me direz vous, mais la suite mérite qu’on s’y attarde un peu.

Un sujet passionnant a été abordé quand elle nous a expliqué qu’elle est allée rendre visite aux salariés en lutte pendant la campagne des européennes. Elle a constaté que les syndicats avaient un questionnement "en avance’, et discuté avec des salariés qui anticipent plus que les directions financières qui sont dans l’immédiat. Certains lui ont parlé de ré-emploi de matériaux de pneu en plus du re-cyclage ce qui n’est pas du tout la même chose. Ceux qui fabriquent des sièges de voiture qu’ils peuvent aussi faire la même chose dans les avions, trains, bus etc.. Alors que les directions financières ne sont plus que dans l’immédiat et le cours de bourse, quitte à re-investir 4 ou 5 ans plus tard dans un truc proposé "trop tôt" dans leur timing idiot.

Tout ça, c’est comme la révolution industrielle du XIXe siecle où le charbon a joué un rôle majeur : énergie, acier. De quand datent certaines solutions ? D’avant pour le libéralisme sauvage, et du début de cette révolution pour le marxisme. Or nous entrons dans une économie de la rareté et de-carbonée. IL va donc falloir prendre en compte les coups sociaux et écologiques qui génèrent de la déstructuration sociale. Par prise en compte, je suppose par l’impôt, en effet elle cite le cout de la tonne de carbone en Suède à 108€ et ils n’ont pas l’air d’être plus mal en point que nous.

Je lui ai donc posé une question simple, sur ces salariés en avance sur le temps des actionnaires. Ne faut il pas leur donner plus de pouvoir ? Et la réponse est tombée : Il faut leur donner accès aux informations stratégiques des groupes au niveau européens. J’ai mis ça en gras et c’est important. L’information stratégique c’est le pouvoir, celui de décider, d’anticiper, d’adapter et de faire des contre-propositions. Ici on déplace cette information réservée au capital vers le travail. N’est ce pas là changer les rapports capital-travail ? C’est une proposition des syndicats qui avaient d’ailleurs interpelé le PS à ce sujet.

Son mouvement Cap21 propose de parler d’évolution soutenable plutôt que de décroissance. Par ce que certaines chosent doivent croitre et d’autre baisser, d’où évolution qui ne prédétermine pas le sens. Et soutenable par ce qu’il y a des limites à ne pas dépasser quand même. Ils lancent donc un mouvement NO-PIB pour influencer sur Copenhague 2009. Je pense que mes potes blogueurs adeptes de la décroissance vont observer ce truc, et ils auront raison. Les buveurs de bière aussi , par ce que le houblon et la malt sont dans ce type de problématique.

C.Lepage parle de sortir d’un système bancaire crétin, qui favorise le profit immédiat. Ce système "courtermiste" en panne doit faire penser à d’autres formes d’entreprises. C’est elle qui va nous parler du tiers secteur de l’économie, des systèmes mutualistes. Et commencer à nous expliquer qu’il n’y existe pas de système de financement local des entreprises locales , tout ça par les citoyens. Elle propose de revenir aux gestions dans les territoires (logique, pensez après pétrole), de rapprocher les décisions des citoyens et de procéder à des décentralisations énergétiques qui permettent aux régions qui en ont la capacité de produire de l’énergie propre (voir pour ça le Poitou-Charentes).

Tout cela doit être pensé en tenant compte du besoin d’autonomie énergétique et de la transformation de l’industrie chimique basée sur le pétrole : La chimie verte devra remplacer la pétro-chimie, et les méthodes sont déjà connues et exploitées, mais pas encore assez. 20% de la chimie devra être verte en 2020.

Là on se place dans le prévision, les orientations stratégiques de l’industrie, de la décentralisation poussée, des nouveaux pouvoirs aux salariés : ça ressemble à de planification de l’économie non  ? Elle refuse le mot. Peut-être que je me trompe, mais ces gens là sont dans la non immédiateté et donc plus proche de la planification que du laisser faire ou du grand n’importe quoi Sarkozyste pour ses amis du Fouquet’s.

En parlant énergie on ne peut donc pas zapper EDF et le nucléaire. Comme moi elle n’est pas contre l’énergie nucléaire mais contre sa mise en œuvre chez nous. Elle dénonce le recours massif à la sous-traitance sous payée et la privatisation. Elle a des contacts avec les syndicats sur ces sujets, ils ont des choses à raconter. L’EPR est une saloperie commerciale qui coûte bien plus cher que prévu ( France, Finlande), mais ça n’implique pas de tout jeter. Le problème se trouve dans le lobby EDF qui concerne des élus de droite et de gauche et qui n’est plus un vrai service public de l’énergie. Celui-ci devait selon elle avoir un objectif d’économie d’énergie dans un contexte de fin de l’énergie carbonée et pas le cours de la bourse. Moi je rajoute un truc à cette chose évidente : Plaçons des usagers des services publics dans les organes de contrôle des services publics et donnons leur du pouvoir de décision et de communication d’information vers le public : Tuons le lobby EDF en le nationalisant au sens propre du terme  : Des citoyens, des chercheurs plutôt que des hauts-fonctionnaires ou élus !

Larroutourou a tiqué quand j’ai parlé de "gens de bonne volonté" au sujet de Marseille et de l’espoir à Gauche. Alors que son processus de pensée et d’action est complémentaire : Faire réagir les gens de bonne volonté à des idées et projets concrets plutôt que de signer des tribunes creuses dans Libération.

Il nous a parlé de choses concrètes comme la réduction du temps de travail soutenue par Lepage dans un appel commun. Et propose de mettre le logement social ou pas sous le contrôle des syndicats de citoyens comme aux Pays-bas où les loyers sont parait-il plus faibles (à vérifier).

Et il a exhibé des courbes, et surtout ce numéro du Monde qui date des années 90 et parle de la réduction du temps de travail comme une solution au chômage. Pierre est déçu par le PS, il n’y pas aucune remise en cause possible dans les têtes du PS : que ce soit les erreurs de Jospin entre 1997 et 2002, ou celles de Mitterrand, il propose de remettre de l’espoir par des propositions concrètes. Les élites de Solferino devraient s’en inspirer !