Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Corinne Lepage, l’autre candidate écologiste de 2012

Corinne Lepage, l’autre candidate écologiste de 2012

Raisonnable, focalisée sur le concret, avec des idées certes intéressantes, Corinne Lepage n’arrive pas à se faire entendre. Malgré son épaisseur intellectuelle, est-elle pourtant au bon endroit pour influer efficacement sur la société française ?

Encore sur France Inter ce vendredi 9 mars 2012, Corinne Lepage est très mal considérée par les médias. Le statut de "petits candidats" est rudement difficile en 2012 car leur audience est encore plus réduite que d’habitude.

Corinne Lepage est une indépendante. Elle prône l’écologie avec une particularité originale : les progrès écologiques ne pourront jamais se faire sans intérêt économique. Pour elle, la préoccupation sociale est aussi importante que la priorité environnementale et c’est sans doute ce qui la distingue d’une Eva Joly plus punitive que positive.

De l’indépendance, donc, et surtout, de la ténacité. Car avec moins de la moitié d’un pourcent dans les sondages, il en faut, de la persévérance, pour croire qu’elle a raison de s’engager.

Elle n’est pas une inconnue. Grande avocate des causes écologistes : Amoco Cadiz (16 mars 1978) est la première référence sur son CV. Mais il y en a d’autres : Cattenom et Creys-Malville, par exemple, ou encore Erika (12 décembre 1999) et La Faute-sur-Mer dévasté par Xynthia (28 février 2010).

Docteur en droit, professeur à l’IEP Paris, elle est une experte qui compte dans le droit environnemental.

Élue locale très indépendante ; adjointe à Cabourg de 1995 à 2001, elle est capable de s’opposer au maire en cas de problème (en y mêlant la justice).

Ministre de l’Environnement quelques jours après son 44e anniversaire, ce n’est pas mal pour quelqu’un qui n’a jamais fréquenté les partis bien établis. Si le RPR est une multinationale, le MoDem une PME, alors, elle, son petit parti, son nanoparti, Cap 21, fondé en 1996, est carrément une TPE voire une EURL.

L’un de ses dadas, comme je l’ai écrit en introduction, est de montrer que l’écologie peut contribuer à la lutte contre le chômage alors que les Verts font tout pour faire croire que l’écologie va à l’encontre de l’économie ; elle doit au contraire la compléter et l’associer.

C’est elle aussi qui institue la surveillance permanente de la qualité de l’air dans les grandes villes avec réduction de la circulation automobile en cas de grande pollution pendant l’été (loi du 30 décembre 1996).

Les deux ans ministre d’Alain Juppé l’ont un peu marquée politiquement. Alors, elle s’est autonomisée.

En juin 1997, elle échoue aux législatives à Paris face au patron du PS parisien (avec un score respectable). Et changeant d’adversaire, en mars 1998, elle échoue aux régionales face à une liste de droite en Basse-Normandie.

Candidate à l’élection présidentielle lors de ce fameux 21 avril 2002. Elle est arrivée avant-avant-dernière. Avec un peu moins de 2%.

C’est sûr, ce n’est pas la star charismatique. C’est une studieuse, avec dossiers bien renseignés et l’air sage de l’écolière qui veut briller d’abord par les bonnes notes. Ce qu’elle dit est plutôt raisonnable. Mais rarement passionnant.

C’est déjà un petit capital, ces presque cinq cent trente-six mille électeurs de 2002. Elle s’unit avec l’UDF pour les régionales de mars 2004 mais reprend son indépendance pour les européennes de juin 2004.

En 2007, elle aurait eu, cette fois-ci encore, les signatures pour se présenter mais le 10 mars 2007 (il y a tout juste cinq ans), elle renonce à la candidature et rejoint François Bayrou. Normal, le 19 novembre 2006, elle avait expliqué : « Nous nous situons entre le centre droit et le centre gauche. ».

Du coup, elle arrive avec armes et bagages (sa TPE) au MoDem. Elle devient filiale de PME. Au début, ça va. Elle apporte au centriste sa notoriété écologique. Elle se fait ainsi élire députée européenne en juin 2009. Sans trop d’incertitude car elle est tête de liste.

Mais patatras ! Le 17 mars 2010, elle lâche l’affaire. Autoritarisme, manque d’écoute… Elle ne peut plus travailler avec un autre ego. Trop d’ego tue l’ego. Les régionales de 2010 ont en fait laissé de vives traces : elle avait préféré s’allier avec gauche, avec les verts plutôt qu’avec l’orange centriste.

Elle compte alors bien concourir pour le championnat des Verts. Hélas, le choc de deux célébrités (une juge et un présentateur de télévision) l’éclipse du débat. Elle n’est même pas candidate à la candidature. Car elle ne semble pas avoir sa place. Pourtant, elle comptait sur cette tribune.

Résultat, comme une huître, on rentre dans sa coquille et on reste autonome. Candidature confirmée pour 2012 lors de quelques rares minutes au journal de TF1 (le 4 octobre 2011). Elle aura 61 ans à l’issue de l’élection présidentielle.

Isolée ? Ambitieuse ? Pas forcément. Malmenée par la droite entre 1995 et 1997, elle a eu deux propositions pour être encore ministre sous Sarkozy : en mai 2007, Bernard Kouchner lui a proposé au quai d’Orsay d’être Secrétaire d’État à la Francophonie et en juin 2007, Jean-Louis Borloo lui a proposé d’être sa Ministre déléguée aux Transports. Elle a refusé les deux fois car elle n’a pas pensé être en phase avec la majorité sur plein de sujets.

Très liée à Daniel Cohn-Bendit, elle ne se mêle pas avec les Verts car elle trouve qu’eux prônent une « écologie de punition » alors qu’elle veut une « écologie de solution » (notamment à la pollution mais aussi au chômage).

Elle est très discrète en ce moment. Enfin, plutôt, les médias la boudent. C’est sûr, elle ne ferait pas dresser l’audimat. Elle est en soldes. Les experts se demandent si elle partira finalement ou si elle abandonnera, comme en 2007.

Les paris sont ouverts.
Les jeux ne sont pas encore faits.
Si ce n’est que ce monde n’est pas vraiment fait pour elle.
Elle, toute placide, elle s’applique à exprimer quelques idées, pas à faire du chiffre.

Si elle n’a pas ses parrainages, il est fort probable qu’elle rejoigne… François Hollande, comme l’a déjà fait Jean-Pierre Chevènement.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (10 mars 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Candidature de Corinne Lepage (4 octobre 2011).
Corinne Lepage quitte le MoDem (17 mars 2010).
François Bayrou.
Eva Joly.
Jean-Pierre Chevènement.
Hollande coincé entre Chevènement et Eva Joly.


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Bill Grodé 10 mars 2012 11:15

    Vous dites ;« l’autre candidate écologiste ».
    Cela sous-entend qu’elle n’est pas la seule. Je ne vois pas qui est la première ?


    • Croa Croa 10 mars 2012 12:54

      L’auteur a sûrement voulu dire « l’autre candidate environnementaliste »

      Ces dames ont une vision auxiliaire de leur rôle en politique, d’abord sociale pour l’autre, d’abord libérale pour elle.


    • Croa Croa 10 mars 2012 12:59

      Madame Lepage n’est pas « indépendante » ainsi que le prétend l’auteur, sinon elle aurait rejoint l’Alliance ainsi qu’elle y avait été invitée.

      Le seul candidat écologiste est Jean-Marc Governatori.


      • SergeL SergeL 10 mars 2012 14:51

         

        l’écologie peut contribuer à la lutte contre le chômage alors que les Verts font tout pour faire croire que l’écologie va à l’encontre de l’économie


        Programme EELV 2012 « Vivre mieux... » p 71 Travailler tou-te-s & travaillez mieux.

        Votre article ( concernant EELV) est profondément malhonnête voir mensonger, méprisant et diffamatoire (concourir pour le championnat des Verts .)



        • manusan 10 mars 2012 15:34

          Elle quitte le modem en 2010, devient écolo en 2011. Idem que Joly qui hésitais entre modem et Vert il y a 2 ans.

          On est loin d’un Yves Cochet Adhérent des Amis de la Terre dès 1973.

          L’écologie va se casser la gueule en 2012 à cause du choix de représentants qui n’ont strictement rien à faire dans ce parti.


          • o.labadie 10 mars 2012 16:30

            Corinne Lepage milite pour l’écologie depuis plus de 35 ans...


          • Croa Croa 10 mars 2012 20:07

            « Corinne Lepage milite pour l’écologie depuis plus de 35 ans... »

            Non, pour l’environnement, ce qui est très différent. Elle a été membre d’un gouvernement libéral pour s’occuper d’environnement...

            Sans grande efficacité forcément ! smiley

            Elle conserve une vision très conformiste de la politique.


          • Thierrywien 11 mars 2012 22:31
            Franchement la seule crédible pour l’écologie, c’est bien Corinne Lepage, eva joly l’insulte et refuse une confrontation public, un débat d’idée, car eva joly sait bien qu’elle va se faire laminer par Corinne Lepage depuis 35 ans que Corinne Lepage se bat pour la planète, elle connaît très bien les dossiers et son livre Bestseller sur la vérité sur le nucléaire prouve son expertise dans nombre de domaine, avec Corinne Lepage enfin l’écologie deviendra économiquement viable, je vais voter MM. Lepage c’est sur.
            En plus Si il y a une chose qui va finir de compliquer la campagne des écologistes c’est le récent accord PS/MRC.Le PS fait le grand écart sur le nucléaire où il est signataire d’un accord qui dit le contraire de celui signé avec les écologistes.Sur le nucléaire, les positions PS et MRC se juxtaposent Qu’en sera-t-il aux législatives pour les écologistes dans ces 15 circonscriptions où il s’agira de soutenir des candidats clairement pro-nucléaire ? C’est le monde à l’envers les soi.disant écologistes vont appeler à soutenir un candidat pro nucléaire, ils sont fou eva joly détruit la confiance mise en elle, en accréditant ces pratiques anti écologiste 
            Corinne Lepage est vraiment et de loin la plus crédible pour défendre l’écologie d’ailleurs 62% des français le pensent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès