Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Course à l’investiture : forte chute de Ségolène Royal après (...)

Course à l’investiture : forte chute de Ségolène Royal après l’Université de la Rochelle ?

Moins sept points en deux semaines ! A ce rythme, l’avance de Ségolène Royal dans la course à l’investiture socialiste risque d’avoir sérieusement fondu le 16 novembre, jour où sa candidature sera soumise au vote des adhérents du PS.

Le dernier sondage CSA pour Le Parisien-Aujourd’hui en France et I-Télé" enregistre en effet un net recul de la députée dans le classement des candidats socialistes préférés pour 2007. Par rapport à l’étude réalisée une semaine avant l’Université d’été de la Rochelle, la candidate perd 7 points auprès de l’ensemble des Français et 9 points au sein des sympathisants socialistes.

 

Conséquence du feu de critiques qu’elle a essuyé à cette occasion, contrecoup de sa prestation quelque peu laborieuse au JT de France 2 du 26 août ou début de lassitude face à un “phénomène” médiatique entretenu depuis maintenant 9 mois, cette baisse semble marquer une inversion de tendance à 12 semaines du vote interne au Parti socialiste.

Dans le détail, cette baisse est particulièrement brutale dans les catégories où elle fait généralement le plus la différence sur ses concurrents, à savoir les femmes (- 10 points), les jeunes (- 16 points chez les moins de 30 ans) et les non diplômés de l’enseignement supérieur. Elle perd aussi de la sympathie au sein des électeurs situés à la gauche de la gauche et des inactifs en général (- 20 points). Inversement, elle gagne des points au sein des catégories socioprofessionnelles supérieures (+ 5 chez les cadres), des salariés du secteur privé (+ 9) et des électeurs “bobos” des Verts (+ 6) ou du centre.

Des mouvements d’opinion à relativiser

 

Cependant, l’ampleur des mouvements observés est à relativiser pour des raisons qui ne tiennent pas seulement de la taille de l’échantillon (870 personnes).

D’abord, il faut souligner que cette étude ne marque un recul que par rapport à une seule enquête (celle du 17 et 18 août), réalisée au cœur de l’été - c’est-à-dire dans un faible contexte de politisation - et sur la base d’un échantillon encore plus restreint (802 personnes). Or, dans cette enquête à interpréter avec prudence, Ségolène Royal effectuait un bond spectaculaire par rapport au niveau moyen qu’elle occupait les mois précédents (situé plutôt autour de 40% auprès des Français, de 50% sein des sympathisants socialistes). Ainsi, dans la toute dernière enquête de l’institut CSA, Ségolène Royal ne fait que retrouver le score qu’elle obtenait au mois de juin, avec même un gain substantiel (+ 5 points auprès des Français, + 15 points au sein des sympathisants socialistes).

Ensuite, il faut insister sur les écarts exceptionnels qu’elle maintient sur ses concurrents, avec un soutien à sa candidature au moins deux fois plus fort au sein des sympathisants socialistes. Parmi ces derniers - qui reflètent sans doute le mieux de l’opinion des 200 000 adhérents socialistes. -, elle surpasse ses rivaux de près de 40 points  : Lionel Jospin (30%), Dominique Strauss-Kahn (19%), Jack Lang (15%), François Hollande (12%) et Laurent Fabius (11%) étant toujours loin de s’imposer comme une alternative à sa candidature. D’ailleurs, conséquence de sa prestation remarquée du week-end dernier ou simple retour à son niveau du mois de juin, Lionel Jospin récupère une place de numéro deux que seule l’enquête du mois milieu du mois d’août lui avait fait perdre. Dominique Strauss-Kahn aussi ne fait que retrouver le niveau moyen qu’il obtient généralement depuis janvier.

Enfin,

le poids qu’a pu avoir l’Université d’été dans cette baisse de popularité est à relativiser étant donné qu’à la veille de son ouverture, l’institut LH2 signalait déjà une «  érosion du succès de Ségolène Royal auprès de la gauche non socialiste  » (- 10 points par au mois de juin). L’écho donné par le rendez-vous de la Rochelle aux critiques de ses rivaux - sur son refus de débattre avec les militants, son manque de “contenu”, sa peopolisation de la politique, etc. - n’a donc fait que conforter un début de tendance à la baisse ou plutôt à la “décrue” vu l’ampleur de son avance dans l’opinion.

Ce classement dans la course à l’investiture est d’ailleurs confirmé par la dernière enquête IPSOS-Le Point qui s’appuie sur un plus large échantillon de sympathisants socialistes (510) même si elle s’est achevée alors que l’université d’été n’était pas terminée (le samedi 26 août). Or, dans cette étude qui diffère quelque peu dans la formulation de ses questions, la présidente de la région Poitou-Charentes recueille 57% des intentions de vote des sympathisants socialistes, loin devant Lionel Jospin (15%) qui distance Dominique Strauss-Kahn (11%), Jack Lang (9%), Laurent Fabius (5%) et François Hollande (3%).

Ainsi, si Ségolène Royal n’a sans doute rien gagné au cours des journées d’été de son parti, l’impact de cet évènement sur sa “popularité” est difficilement mesurable et, en tous cas, loin d’avoir réduit l’énorme avance qu’elle avait sur ses rivaux avant l’été. Pour l’heure, ces derniers peuvent, certes, espérer un phénomène d’érosion. Mais aucun d’entre eux ne semble en mesure de lui faire concurrence.

LE CANDIDAT SOCIALISTE PRÉFÉRÉ DES FRANCAIS

 

QUESTION  :

Parmi les personnalités suivantes, laquelle préféreriez-vous voir désignée par le Parti Socialiste en vue de l’élection présidentielle  ?

(Réponses données à l’aide d’une liste)29-30 Août 200617-18 Août 2006Rappel Juin 2006Rappel Avril 2006Rappel Janvier 2006

%%%%%
- Ségolène Royal4754424142
- Lionel Jospin2120222124
- Dominique Strauss-Kahn1623131717
- Jack Lang1219121520
- Laurent Fabius91112109
- François Hollande8103912
- Aucune de ces personnalités 20
16251612
- Ne se prononcent pas 9
1686
TOTAL

(*)

 

(*)(*)(*)(*)

(*) Total supérieur à 100, les interviewés ayant pu donner plusieurs réponses.

 

LE CANDIDAT SOCIALISTE PRÉFÉRÉ DES SYMPATHISANTS SOCIALISTES

 

QUESTION  :

Parmi les personnalités suivantes, laquelle préféreriez-vous voir désignée par le Parti Socialiste en vue de l’élection présidentielle  ?

(Réponses données à l’aide d’une liste)29-30 Août 200617-18 Août 2006Rappel Juin 2006Rappel Avril 2006Rappel Janvier 2006

%%%%%
- Ségolène Royal 66
75515048
- Lionel Jospin 30
23343339
- Dominique Strauss-Kahn 19
32172121
- Jack Lang 15
18131618
- Laurent Fabius 11
1113117
- François Hollande 12
1371317
- Aucune de ces personnalités321342
- Ne se prononcent pas40131
TOTAL

(*)

 

(*)(*)(*)(*)

(*) Total supérieur à 100, les interviewés ayant pu donner plusieurs réponses.

 

 

Fiche Technique  :

 

Sondage CSA / LE PARISIEN / AUJOURD’HUI EN FRANCE / I>TELE réalisé par téléphone les 29 et 30 août 2006. Echantillon national représentatif de

870 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Liens  :

 

Résultats complets sur le site du CSA

 

[tags]CSA, Parti Socialiste, Lionel Jopin, Ségolène Royal, Jack Lang, François Hollande, Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn[/tags]


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (110 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • gwad (---.---.69.216) 1er septembre 2006 14:10

    C’est marrant que ceux qui conchient sur les sondages à longueur de temps, s’en servent quand ca les arrangent...C’est plus credible là mon garcon

    Sinon, pour en revenir au sondage : je vois mal .Elle est bien au double de Jospin, et au triple de strausskahn ?


    • Sondages (---.---.239.189) 1er septembre 2006 14:50

      Articles et analyses


      • simplet simplet 1er septembre 2006 15:01

        article moyen et peu clair...

        qu’entendez vous par « bobos » verts ( non pas que j sois du parti des verts mais ce sont les seuls à avoir un surnom...

        peut on parler de forte chute quand elle garde ( toujours par rapport aux sondages ) plus de 20 points d’avance pour les français et plus de 30 pour les sympathisants PS sur les autres prétendants à la couronne rose...


        • François Kraus François Kraus 1er septembre 2006 15:30

          Justement,

          L’objectif de cet article est de relativiser la baisse de Ségolène Royal dans les sondages après l’université d’été de la Rochelle.

          Comme l’ont souligné de nombreux observateurs, la candidate subit un net recul par rapport à la dernière enquête CSA, à l’exception des couches les plus privilégiées de l’électorat. En cela, il me semblait intéressant de souligner qu’elle perd sur sa gauche - auprès des sympathisants communistes et d’extrême gauche - mais qu’elle gagne sur sa droite (sympathisants écologistes, sympathisants de droite). Or, dans le cadre de l’étude la popularité de Ségolène Royal, c’est phénomène plutôt nouveau, qui va dans le sens de la dernière étude de LH2, mais qui se doit d’être confirmé dans les prochaines enquêtes.

          Pour le reste, dans cet article, il me semble que la distinction est faite entre ce qui relève de la “tendance” - à la baisse très relative... - et ce qui tient du “rapport de force” entre candidats.


        • simplet simplet 1er septembre 2006 15:40

          Otez moi d’un doute ...

          Vous les voyez ou les verts sur votre échiquier politique ??? je ne les vois pas à droite de la gauche ( ou la çà me file le tourni... )


        • François Kraus François Kraus 1er septembre 2006 15:59

          Simplet,

          Au sujet des Verts, ils faut faire la différence entre le parti - situé idéologiquement plutôt à gauche du PS par exemple sur les questions économiques ou de société - et ses électeurs, beaucoup plus partagés quant à leur positionement politique. Une part non négligeable d’entre eux - entre 20 à 30% - déclarent par exemple vouloir voter Nicolas Sarkozy au 2ème tour.

          L’ancrage à gauche de cet électorat est donc assez faible pour le moment. Comme l’électorat FN ou UDF, il reste un enjeu dans l’optique du second tour


        • kamarad_gaston (---.---.9.79) 1er septembre 2006 15:26

          Le plus intéressant de cette enquête d’opinion serait, du moins si l’on considère qu’elle n’est pas bidonnée comme les autres, que 20 % des sondés ne se reconnaissent dans aucun des candidats actuels du PS. Ce Parti a perdu toute sa crédibilité à force de faire primer l’électoralisme sur la réelle volonté de changer en profondeur notre société. C’est encore pire à droite, me direz-vous, mais l’avantage c’est que n’attendant rien de positif de la droite, on ne peut pas être déçu ! Quant à Ségolène, je n’oublierai jamais la façon détestable dont elle a traité ses collaborateurs lors de la campagne législative de 1997, ce qui lui a valu un procès aux prud’hommes qu’elle a perdu. Je n’oublie pas non plus ce professeur de sports qui s’est suicidé pour avoir été injustement accusé de pédophilie par un lycéen qui a reconnu, trop tard, avoir voulu lui porter du tard. A cette époque, Ségolène avec son sens de la clairvoyance, l’avait lynché en se servant, une fois n’est pas coutume, des médias.


          • chantecler (---.---.4.250) 1er septembre 2006 18:21

            Sur ce point je suis d’accord avec toi:en charge des problèmes de la famille et de l’éducation,SR n’a pas vu le risque,en traitant de la pédophilie,de faire déraper vers une psychose collective:d’autant que le tout sécuritaire n’attendait que cela. D’où l’intérèt de ne pas se sentir seul investi dans une mission,et de s’entourer de gens d’horizons divers qui réflechissent collectivement. Mais je pense qu’elle a largement réalisé tout cela.... Errare humanum est.


          • D.guillaume (---.---.202.18) 1er septembre 2006 15:27

            Quels que soient kles résultats de M.Royal, la presse s’empressera d’annoncer « qu’elle recule » que ses succès, après tout devaient tout à cette même presse qui « l’airait faite » et ne sait comment la « défaire » Cherchez l’erreur !


            • François Kraus François Kraus 1er septembre 2006 15:27

              Justement,

              L’objectif de cet article est de relativiser la baisse de Ségolène Royal dans les sondages après l’université d’été de la Rochelle.

              Comme l’ont souligné de nombreux observateurs, la candidate subit un net recul par rapport à la dernière enquête CSA, à l’exception des couches les plus privilégiées de l’électorat. En cela, il me semblait intéressant de souligner qu’elle perd sur sa gauche - auprès des sympathisants communistes et d’extrême gauche - mais qu’elle gagne sur sa droite (sympathisants écologistes, sympathisants de droite). Or, dans le cadre de l’étude la popularité de Ségolène Royal, c’est phénomène plutôt nouveau, qui va dans le sens de la dernière étude de LH2, mais qui se doit d’être confirmé dans les prochaines enquêtes.

              Pour le reste, dans cet article, il me semble que la distinction est faite entre ce qui relève de la “tendance” - à la baisse très relative... - et ce qui tient du “rapport de force” entre candidats.


              • gwad (---.---.69.216) 1er septembre 2006 15:36

                Je rajoute.

                C’etait evident qu’elle baisserait dans les sondages. Elle etait à un niveau très elevé, et c’est difficile de se maintenir comme tel. Maintenant, quand je la vois doubler, voire tripler le score des autres, c’est précipité d’annoncer sa « chute »..


                • simplet simplet 1er septembre 2006 15:41

                  bah au moins je suis pas le seul à trouver la position de l’auteur confuse...


                • Hume (---.---.205.1) 1er septembre 2006 17:59

                  Idem,

                  Position pas claire dans l’article bien qu’eclaircie pour moi avec les commentaires. Ce qu j’en tire comme conclusion... c’est qu’on ne peut pas en tirer !!


                • meridien (---.---.135.231) 1er septembre 2006 17:36

                  tout à fait d’accord avec un intervenant :Vous vous précipitez sur UN sonsage pour tirer des « conclusions » qui ne peuvent l’être... Mais le lendemain un autre sondage interne au PS ,faisait état d’une nouvelle et forte avance sur la « meute » lançée à ses basques..

                  qu’en tirez ,vous cher auteur ,si vous intervenez à nouveau ou répondiez à mon observation en fait ELLE vous « emmerde » ( faites excuseS ) mais adressez vous aux médias qui se vendent grâce à ça et aussi soyons juste aux tristes photos récentes des comédiens :Cecilia,l’amorphe et Sarko qui veut y croire après avoir utilisé la pression du fils commun ,sur sa femme

                  allez bonne chance !!! à eux..


                  • Basta (---.---.101.8) 1er septembre 2006 18:12

                    Pourquoi donc plier les cheveux en quatre pour, à l’aide d’une prose ondulante, relativiser à tout prix cette baisse dans un sondage ? C’est que l’opération Ségolène repose principalement sur les sondages. Celui-ci est d’ailleurs à considérer avec précaution : le total des « préférences » est supérieur à 100, les sondés pouvant donner plusieurs réponses, ce qui ne peut que favoriser les personnalités sans aspérités... sympathiques.

                    Cette « forte chute » est-elle significative ? Peut-être pas encore, mais personne ne doute que la bulle peut-se dégonfler très vite si l’idée s’installe que « Ségolène » baisse. L’effet « prédiction auto-réalisatrice » qui a joué à la hausse, pourrait se manifester dans l’autre sens, de manière catastrophique et irréversible. Mais, l’opération est sous contrôle... pour l’instant.

                    C’est une intéressante expérience de science sociale qui se déroule sous nos yeux : est-il possible à l’aide des moyens modernes de prescription d’opinion (sondages, magazines people, commentaire des « politologues », embrigadement des médias) de fabriquer un Président avec du vide ? Du vide politique, je veux dire.

                    De la même manière qu’on a fabriqué des « chanteurs » avec de jeunes inconnus qui n’avaient aucun talent. Comme une certaine Magali, vendue sur son physique ingrat, et oubliée depuis. Ségolène pourrait bien être une Magali dans la variante « mignonne ». Dans la télé-réalité, il faut varier les scénarios.


                    • Hume (---.---.205.1) 1er septembre 2006 19:29

                      « un president avec du vide » ??

                      Vous pouvez justifiez vos propos ?


                    • chiffo (---.---.86.34) 1er septembre 2006 18:35

                      Ce sondage est très difficile à interpréter car les sondés pouvaient donner 2 noms. Au moment de l’élection réelle, il me semble que l’électeur n’a le droit qu’à une voix. Ainsi, comment expliquer que les candidats baissent au total plus qu’ils ne montent (SR et DSK -7, Lang,Fabius,Hollande -2 et seulement Jospin +7) ? Tout simplement parceque les sondés sont moins indécis que ceux de la vague précédente. Explication : Si tous les sondés étaient indécis, on aurait un total de 200 (2 choix pour chaque candidat). Si tous les sondés étaient surs, on auarit un total de 100. Donc plus le total augmente (et donc les candidats augmentent), plus le vote est incertain. Superbe ce sondage ! ! Allez donc trouver une explication rationnelle à la baisse de 13 points de DSK dans l’électorat socialiste !


                      • Moloch (---.---.166.224) 1er septembre 2006 21:26

                        Des gens prêts à élire la maîtresse(ou autre terme) de Mitterand au pouvoir et du premier secrétaire du PS , qui a pour seuls talents et valeurs d’usurper ceux des autres et, à part cela, complètement creuse : quel bande de dégénérés. Les autres choix au PS : le reste de la bande à Mitterand. Bravo pour le changement ! Au moins, grâce aux sondages le PS apparaît dans toute sa splendeur. Sarkozi/FN ou LCR/FN au second tour ???? En cas de PS/FN, elle va se faire ramasser : votez Besancenot(humour, mais il a plus de chance qu’elle face à un Le Pen) !. Jospin est le seul qui face figure de proue morale dans ce parti(en relativisant).


                        • (---.---.102.41) 1er septembre 2006 22:13

                          On n’est pas sorti de l’auberge, je vous le dis ! smiley


                          • (---.---.94.50) 1er septembre 2006 22:39

                            gauche contre extrême-droite...kesskonrigole ici


                            • Moloch (---.---.166.224) 1er septembre 2006 22:47

                              Chiffres intéressants : baisse de points chez les femmes, et surtout chez les jeunes de moins de trente ans. La majorité des jeunes femmes de moins de trente ans, n’ont peut être pas envie d’avoir l’icône nationale, voir mondiale, de la promotion canapé comme Président et comme exemple de réussite.

                              De même que la hausse au sein des catégories socioprofessionnelles supérieures, peut sous entendre que les cadres recherchent des employées très impliquées dans leur vie professionnelle...

                              Conclusion : le P.S. lance un grand débat national qui dépasse les barrières politiques : « Pour ou contre la promotion canapé ? », eux ils sont apparemment pour, et vous ?


                              • j-l (---.---.67.174) 2 septembre 2006 01:13

                                Ah bon, c’était la maîtresse de Tonton ? Vous en avez la preuve ? Ou vous ne faites que répéter des ragots. (J’aimerais pas être votre voisin !)


                                • (---.---.205.21) 2 septembre 2006 01:20

                                  contrairement à fanch mit, qui était un grand tribun, je trouve que marie ségolène est une petite tribune.


                                  • jca (---.---.46.61) 2 septembre 2006 01:33

                                    Le titre de l’article est en « forte » contradiction avec le contenu de l’article et les commentaires de l’auteur.


                                    • David972 (---.---.76.83) 2 septembre 2006 01:48

                                      Non Ségolène Royal ne chutera pas...

                                      En tout cas, on ne voit guère ce qui pourrait la faire chuter... Et c’est justement là le problème...

                                      Les concurrents de Ségolène Royal sont si faibles qu’elle ne peut pas chuter. Qu’est-ce que Hollande, Fabius et compagnie ont dit ? Rien du tout. Au contraire, ils ont simplement fait du machisme et c’est tout. Ségolène Royal qui met en place un comité de campagne... Franchement, on s’en fout et il était temps. Les autres critiquent mais c’est tout ce qui a de plus logique. La critique n’est donc pas constructive. Alors Ségolène Royal augmente. D’ailleurs, Ségolène Royal augmente au PS... Pourquoi ? Pour les raisons que j’ai expliqué plus haut : l’opposition à Mme Royal est soit nulle soit franchement injuste...

                                      Mais Meme Royal a un très gros problème là. C’est que la cote du gouvernement augmente quelque peu et devrait continuer d’augmenter encore un peu même si personne ne doiy s’attendre non plus à un miracle. Or, quand le cote du gouvernement augmente, velle de Sarkozy augmente mécaniquement. Sarkozy gagne ainsi 8 points...

                                      Or, il deviendra, vu que l’effet démographique va se poursuivre et que le plan Borloo marche notamment, de plus en plus difficile de critiquer le gouvernement sur le chômage vu qu’il devrait revenir aux années Jospin et pourquoi pas atteindre 6% au moment de l’élection présidentielle de 2007...

                                      Alors la situation fait que tout candidat sera difficile à battre en 2007 et Ségolène Royal peut en être fière. Mais elle devrait aussi quelque peu contenir sa joie car la situation fait aussi que Nicolas Sarkozy sera encore plus difficile à battre. Et connaissant les qualités oratoires entre autres de Sarkozy face à la piètrerie de Ségolène Royal (aucun débat gagné de toute sa vie politique...), la probable candidate socialiste a vraiment toutes les raisons de s’inquiéter en réalité !


                                      • FredSud37 (---.---.9.235) 2 septembre 2006 19:48

                                        Après plusieurs mois de débats dans les Collectifs, des centaines d’amendements au niveau local et national, la version définitive de la Charte pour une alternative au libéralisme voit le jour. Elle fera l’objet d’une brochure disponible début septembre. En attendant, il est possible de la télécharger en cliquant sur le lien suivant : Charte.


                                        • Sam (---.---.198.228) 3 septembre 2006 11:43

                                          Ainsi, si Ségolène Royal n’a sans doute rien gagné au cours des journées d’été de son parti, l’impact de cet évènement sur sa popularité est difficilement mesurable et, en tous cas, loin d’avoir réduit l’énorme avance qu’elle avait sur ses rivaux avant l’été

                                          Ségo et La Rochelle : difficilement mesurable. Quand même, on a beau dire ce qu’on veut, les études et une profession au top, ça aide à relativiser...

                                          Toutes choses égales par ailleurs, il n’est pas interdit de penser que Ségo ne souhaite pas réduire son avance sur ses concurrents, mais néanmoins camarades.

                                          Pour avoir un regard éloigné par rapport à cette grâve question, il serait néanmoins utile de sonder. Je propose la question suivante à notre ami chargé de. « Pensez-vous que si Ségo souhaite réduire son avance, plus vite elle ira moins loin, compte tenu du fait que si elle l’augmente elle pourrait se hâter lentement ? ». Oui-Non-NSP/Sondage à réaliser par la méthode des quotas.


                                          • Frédéric Mahé (---.---.117.250) 4 septembre 2006 13:18

                                            @ l’auteur

                                            Je ne remets pas en question vos compétences, mais est-il judicieux de gloser sur un sondage qui demande à tout le monde qui il préfèrerait comme candidat(e) du PS ? Il ya 100% de réponses, c’est sûr, mais 100% des électeurs (a priori représentés dans le sondage) ne vont pas voter pour la blanche Ségolène, c’est sûr.

                                            Donc, dans ces 100% de réponses, il y a donc une proportion indéterminée de gens qui ne veulent pas voter pour elle, mais qui la cite, car ils préfèreraient qu’elle se présente pour favoriser la position de « leur » candidat. Et une autre proportion de gens qui s’en foutent, mais qui répondent « Ségo » pour rigoler, comme ça. Et encore une autre proportion qui se foutent complètement du PS.

                                            A quoi cela sert-il d’y voir des tendances, des reculs, des avancées, et pis, d’analyser ce fatras en y voyant des causes ? Moins sept points, d’accord, mais moins sept points de quoi ?


                                            • Cadet (---.---.106.42) 5 septembre 2006 16:24

                                              C’est amusant, vous n’avez pas lu La Tribune et le sondage CSA semble t-il !


                                              • PatLeChat (---.---.69.4) 5 septembre 2006 17:51

                                                Bizare, toujours pas d’article ou de commentaire sur le sondage caviardé par La tribune... Ce n’est pas dans la ligne d’AgoraVox ?


                                                • Guil (---.---.170.165) 8 septembre 2006 10:38

                                                  Rêvons un peu : un second tour d’élection présidentielle sans Sarkolène ni Ségozy... Zut, ce n’est qu’un rève.


                                                  • patrice (---.---.7.85) 9 septembre 2006 10:18

                                                    Forte chute de ségoléne ,j’éspére qu’elle n’a pas trop mal !ou alors vous avez voulu dire forte baisse dans les sondages !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès