Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Crise de la dette : Peut-on m’expliquer ?

Crise de la dette : Peut-on m’expliquer ?

Avertissement

"Cet article s’adresse principalement aux gens qui comme moi, ne comprennent pas grand chose à la dette, sauf qu'ils doivent contribuer à la payer au prix fort alors qu'ils n'en sont pas responsables"

Cette mise au point étant faite, je ne comprends pas pourquoi la dette nous empoisonne autant. Jusqu’à preuve du contraire ce sont bien les Etats qui fabriquent la monnaie, fut-elle unique. C’est cette même monnaie qui circule ensuite au service de l’économie réelle, principalement à travers les circuits bancaires. Or si j’ai bien tout compris, ces banques auraient spéculées sur les marchés financiers avec le produit de cette économie réelle pour créer un second réseau dit d’économie virtuelle, lequel aurait dépassé les bornes, et créée le marasme financier qui engloutit l’avenir des peuples.

Alors quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi les Etats ne fabriquent pas plus de monnaie et n’imposent pas des règles strictes à la finance pour que cesse cet infernal carrousel. Il suffirait que la Banque Centrale Européenne lance sa planche à billets et rapidement l’équilibre pourrait être retrouvé. Au lieu de cela, on continue à sacrifier les peuples pour payer à ces banques scélérates des intérêts faramineux, qui de toute façon, un jour ou l’autre, auront raison de ce système à la mords moi le n…

Est-ce que ce monde est sérieux ?

C’est un peu comme si on se rendait au chevet d’un malade dont l’état empire faute de soins. Pourtant le remède est là, à portée de notre main, dans le tiroir de sa chambre, mais nous refusons délibérément de le lui donner, préférant lui expliquer qu’il faut laisser faire la nature.

Qui peut croire un seul instant que même à force de sacrifices, nous allons retrouver le monde d’antan tel que nous l’avons connu, quand le travail était le principal vecteur de prospérité et d’épanouissement personnel. Parce qu’aujourd’hui certains continuent à s’accrocher à cette chimère, nous somme promis à la plus longue disette qu’aura connue une société moderne.

Le choix de bâtir l’Europe fut le bon, celui de la doter d’une monnaie unique avant d’en harmoniser les contours sociaux économiques et environnementaux fut une erreur lourde de conséquences. Je me souviens de Mitterrand nous expliquant qu’une Europe unifiée autour d’une monnaie unique était le meilleur gage de ne jamais revoir la guère entre les Etats. Pourtant aujourd’hui, et tous les jours un peu plus, on nous parle de guerre économique, et si ses ravages ne sont pas encore sanglants, il est à craindre qu’ils ne le deviennent quand l’exaspération des peuples éreintés atteindra son paroxysme.

Faudra-t-il que la révolution populaire et ses débordements exaltés remplacent l’action politique pour que la raison finisse par l’emporter ? C’est pourtant simple, il suffit que chaque Etat endetté se déclare en incapacité de payer et obligent ainsi les requins qui nous dévorent à faire le deuil de leurs créances, puis que s’entame pacifiquement la métamorphose du système.

Che64 aussi sur Twitter @che64000


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


    • glattering 23 novembre 2011 18:45

      Une excellent bonne video pour comprendre la dette (publique mais aussi privee) :

      http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs&feature=player_embedded


    • latortue latortue 23 novembre 2011 11:21

      je vous cites ’’ce sont les états qui fabrique la monnaie ’’
      je me suis arrêté là stop .non mon cher ami c’est la BCE qui bat monnaie les états pas plus que les banques ne fabriquent de monnaie enfin les banques crée de la monnaie virtuelle mais ne battent pas de monnaie .
      pour la dette tant que cette lois scélérate de 1973 qui interdit les états de battrent monnaie ne sera pas abrogé la dette ne fera que enfler enfler ENFLER puisque les intérêts de la dette alimentent la dette .Même en paupérisant a tour de bras la dette sera toujours là .
      il vaut mieux créer de la monnaie de manière raisonner et dévaluer un peu de temps en temps comme avant cette merde qu’est l’europe plutôt que de paupériser les peuples ,ce sont les économistes non impliqués dans l’appareil d’état qui le disent pas moi .
      on a créé l’europe des bobo mais dites moi dont a quoi elle sert au petit peuple l’europe ,surtout qu’il n’a même plus les moyens de sortir de chez lui ,tout juste de se nourrir mais ça les gros c.. du gouvernement le comprennent pas .ON S’EN FOU DE VOTRE EUROPE DE MERDE


      • gaspadyn gaspadyin 23 novembre 2011 11:32

        Si vous posez réellement la question, je vous recommande de lire les explications de F. Asselineau, J. Cheminade, N. Dupont-Aignan, celles que vous trouverez sur/dans/ chez les blogs gaullistes, chez Mélenchon, et les articles de marie Caro Porteu chez/ sur Médiapart.

        Sans oublier J. Sapir, F. Lordon, J.L. Gréau, H. El-Karoui, E. Husson, V. Niquet,E. Todd, J. Julliard, M. Gauchet, M. Tribalat, C. Guilluy, G. Brustier, J.P. Huelin ...et tous ceux que j’oublie ou ne connais pas.

         

        Ma réponse : les eurokrates et eurokraturistes sont des fachos, authentiques, purs et durs, irréversiblement.

        Evidemment leur célébration de cette idéologie totalitaire est très différente de celle du fascisme de Mussolini.

        Mais le but est le même : contraindre les populations à se laisser dominer par la fricnance ploutoligarchique transnationale de façon progressive jusqu’à un point de non retour possible, hormis une véritable révolution violente et sanglante.

        L’aspect transnational n’est pas choquant ni scandaleux en soi. Ce qui l’est, c’est l’impossibilité de « le saisir », sa particularité anationale ( et grâce aux parasites fiscaux, d’être apatride) et d’échapper ainsi aux règles qui permettent de vivre ensemble.

        Pourquoi ? par fascisme.

         

         

         

         


        • kev46 kev46 23 novembre 2011 12:15

          Houla, tu n’as pas compris grand choses.

          En fait, ce ne sont pas les états qui créent la monnaie !

          Les banques centrales (indépendantes des gouvernements) créent la monnaie centrale (pièce et billets, 7% de la masse monétaire).
          Les banques commerciales créent la monnaie scripturale (virtuelle, non convertible à 100% en pièce et billet). Elles doivent respecter les règles de bâle (8% de capitaux propres par rapport aux dépôtx qu’elles gèrent) et les reserves obligatoires de la BCE (2%) et autres règles (afin de faire face aux retraits des clients). Elle ne créent pas autant de monnaie qu’elle veulent, elle doivent avoir environ 15% de monnaie centrale en réserve.
          La BCE gère donc plus ou moins la masse monétaire sans la maîtriser !

          Pour créer de l’argent, il faut donc l’emprunter aux banques qui elles en empruntent une partie (15%) à la BCE !

          Environ 60% des prêt sont issus de la création monétaire. Le reste, 40%, est issue du « re-prêtage » de l’argent épargné par les gens sur les différents livret des banques.

          La BCE (et donc la banque de France) n’a pas le droit de prêter aux états selon le traité de Maastricht.

          Les états doivent donc emprunter sur les marchés financiers. Mais ce ne sont pas forcèment des banques qui prêtent. Ce sont surtout des fonds de pensions et assureurs étrangers qui achètent des obligations d’états via les banques d’investissement (ce n’est pas leur argent, elle placent celui de ces clients et prend bien evidemment une commission). Si on efface la dette, on ruine les clients des fonds de pensions, des assurances vie ... Voilà pourquoi on ne peut pas effacer la dette.

          L’on ne peut pas non plus rembourser toute la dette en la monétisant à la BCE (en modifiant les traités). L’euro se dévaluerait trop, et tes économie perdrait beaucoup de valeur.

          Cependant, on pourrait très bien arrêter de payer les intérêts (50 milliards par an tout de même, ce qui nous permettrait de se rapprocher grandement de l’équilibre budgétaire, point d’équilibre ou l’on a plus besoin d’emprunter) et s’autoriser à emprunter un certain montant par an à la banque centrale genre 3% max du PIB par an pour faire financer nos investissements.

          Quoi qu’il arrive, nos frais de fonctionnement doivent impérativement et entièrement être financé par les recettes de l’état pour éviter tout abus. Avant d’investir, il faut payer ce que l’on doit !

          Voila tout cela se débat, mais j’èspère que tu y vois un peu plus claire !


          • miska 23 novembre 2011 13:50

            payer ce que l’on doit....

            oui, depuis 1973, plus de 1500 milliards d’intérêts payés.
            aujourd’hui on voudrait faire tourner la planche à billets, mais le traité l’interdit.
            d’où une possible modification des traités.
            néanmoins l’allemagne s’oppose à ce qu’on fasse tourner cette planche. N’oublions pas que la dernière fois que ça été fait l’Allemagne a été ruinée et la guerre est venue.
            Ce qui fait que, l’Allemagne se prépare très certainement à sortir de l’Euro.

            pour bien comprendre la dette, rien de mieux que cette vidéo :



            • xray 23 novembre 2011 15:37


              Le capital de la Dette publique des pays européens. 

              Face au gigantisme du capital de la Dette publique de l’ensemble des pays européens, chaque pays ne pèse pas lourd. 

              Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

              Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 



              • gvanhecke gvanhecke 23 novembre 2011 15:54

                Je salue d’abord votre volonté d’essayer de comprendre les origines de la dette. C’est un premier pas. A présent, apprêtez-vous à vous indigner car ce qui va suivre va changer radicalement vos idées reçues  !


                En effet, vous avez fait fausse route en pensant que ce sont les États qui créent la monnaie. (Ça l’a été mais ce temps est révolu).

                C’est une fausse idée reçue et entretenue par l’ignorance populaire.

                Premièrement la monnaie, n’est qu’une fraction infime de tout l’argent en circulation. En gros, seulement 5% de tout l’argent prend la forme de pièces ou de billets, qu’on appel aussi argent fiduciaire. Le reste, les 95% restant ne sont que des 0 et des 1 sur des ordinateurs, appelé aussi argent scriptural !

                Deuxièmement, tout l’argent en circulation (que se soit sous forme scripturale ou fiduciaire) résulte au départ d’un prêt auprès d’une banque.

                A présent, je vais détailler le second point car c’est là que la magie opère.

                Tous les acteurs économiques ; vous, moi, les entreprises, les États, quand nous avons besoins d’acheter un maison, une voiture, de créer son affaire, de démarrer ou d’agrandir une entreprise, d’agrandir le réseau autoroutier ou financer la construction de nouvelles écoles, etc... Nous empruntons tous auprès d’une banque.

                Mais n’allez pas croire que les banques prêtent de l’argent qu’elles ont. Seule une toute petite partie de l’argent qu’elles prêtent est assuré par leurs réserves. C’est le principe des réserves fractionnaires (libre à vous de creuser ce point en particulier). Pour l’essentiel, l’argent qu’elles prêtent est créé à partir de rien, ex nihilo. Ça vous parait gros ? Et pourtant...

                Lorsqu’on dit qu’une banque prête de l’argent, c’est loin d’être exacte. Dans la majeur partie des cas, elles créé l’argent qui ne repose sur rien !

                Petit exercice de mathématique élémentaire à présent ;

                Si l’on somme l’ensemble des prêt contracté auprès des banques partout dans le monde, nous obtenons un montant T correspondant au Capital libéré par celles-ci et qui constitue la masse monétaire. (Pour une infime fraction de cette masse monétaire, des billets et des pièces sont créé en frappant la monnaie. Ceci dans le but de faciliter les petits échanges).

                Cet argent en circulation sert ensuite à payer des marchandises, des services, des salaires, etc... bref fait vivre l’économie. C’est fort bien me direz-vous.

                Oui mais, si l’on sommes à présent tous les montant à rembourser auprès des banques, nous obtenons un total R. Qui est en fait T + un intérêt I (R = T + I).

                Or, et c’est là précisément que c’est la plus grosse arnaque... L’intérêt I tant réclamé par les banques, n’est lui jamais injecté dans le système. Rappelez-vous les banques ne libèrent que le capital !

                Aussi, en l’absence de cet intérêt I, pour satisfaire nos obligations et ne pas voir sa maison ou sa voiture saisie, pour ne pas fermer boutique, pour ne pas devoir licencier ou faire faillite, pour satisfaire les obligations d’États, etc... Tous les acteurs économique à tous les niveau se livrent une véritable bataille. Car tous nous essayons de trouver cet part d’intérêt dans les poches d’un autre. Comme il n’y a que le montant R de libéré, il est impossible pour tous de rembourser R + I... Il n’y a pas suffisamment d’argent en circulation. Et à ce jeux, c’est comme avec les chaises musicales, il y a forcement des perdants smiley.

                Ces perdants ce sont ceux chez qui ont est venu saisir des biens, mais c’est aussi des indépendants, des PME ou des entreprises qui ferment ou licencient du personnel. Conséquences : le chômage augmente, de plus en plus de personne deviennent dépendante de l’assistance publique ; les caisses de l’État se vident, et on augmente les taxes... Ce qui fait d’avantage de victimes du système... Des désœuvrés qui finissent pour certains et par instinct de survie, en voyous ou malfrats. Et aux niveau des états, les méfaits deviennent dans certains cas des actes de guerre pour tenter de trouver l’argent qui leur manque en pillant d’autres États.

                Ça vous parait (trop) gros smiley ? Libre à vous de ne pas me croire... D’ailleurs je vous invite à pas me croire, tout ce que je vous demande c’est de vérifier ou d’infirmer.

                Perso, je suis persuadé de vous viendrez bientôt gonfler le rangs des indignés. Et donc à bientôt smiley

                • kiouty 23 novembre 2011 16:25

                  NON NON ET NON.

                  Lisez plutot « l’argent mode d’emploi » de Jorion au lieu de rendre service aux banques en répandant cette anerie du scandale de la création ex-nihilo de monnaie par les banques commerciales.

                  Vous ne vous en rendez pas compte, mais vous leur rendez service en faisant cela.


                • gvanhecke gvanhecke 23 novembre 2011 17:10

                  Attention, l’arnaque n’est pas tant le système de l’argent-dette ... Que vous n’y croyez ou pas d’ailleurs (quoi que je serait intéressé par votre version de la création monétaire si vous prétendez la mienne, partagés par tant d’autres, est complètement erronée).


                  Non, le plus grave c’est que l’intérêt n’est jamais injecté dans le système.

                  Or l’intérêt telle la force d’attraction, agit en amassant d’avantage l’argent où il est déjà concentré (c’est à dire sur de gros gros comptes). C’est par ce mécanisme que les flux d’argent vont toujours dans le mêmes sens, des plus petits vers les plus massifs !

                  Et c’est là qu’est la véritable arnaque !

                  Autre raison, le système actuel ne peux être soutenu que s’il y a croissance. Pour preuve, c’est sans cesse une course à la croissance pour relancer l’économie et sortir de la crise. Mais cette course à la croissance sans cesse positive, n’est qu’un mirage. Car c’est retarder l’inévitable. En effet une croissance toujours positif ne peut pas est soutenu dans un contexte où toutes les ressources sont limités. On ne peut pas continuer à construire et créer toujours plus jusqu’à l’infini. Le système actuel, est donc voué à l’échec !

                • gvanhecke gvanhecke 23 novembre 2011 22:20

                  « Vous vous trompez totalement cher Monsieur !
                  La création monétaire figure au rang des droits régaliens. »

                  Je ne pense pas me tromper, la création monétaire ETAIT un droit régalien mais ne l’est plus aujourd’hui car et là je vous rejoins : "Les Banques se sont SCANDALEUSEMENT appropriées ce droit’.

                  Aujourd’hui les états ne crée pas la monnaie ! D’ailleurs si c’était l’État qui créait la monnaie pourquoi diable irait-il l’emprunter dans des institutions bancaire ????

                • Aldous Aldous 23 novembre 2011 16:30

                  Jusqu’à preuve du contraire ce sont bien les Etats qui fabriquent la monnaie, fut-elle unique.

                  Ben non justement.

                  Si l’etat fabriquait la monnaie pourquoi diable irait-il l’emprunter ?


                  • Croa Croa 23 novembre 2011 22:33

                     Pourquoi ? Mais c’est très simple, les états empruntent parce qu’ils ne sont pas souverains !

                    Comme ceux qui tiennent à conserver leur indépendance se prennent des bombes sur la gueule (cf la Libye) ne nous plaignons pas !  smiley


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 23 novembre 2011 16:32

                    « Crise de la dette : Peut-on m’expliquer ? »

                    Volontiers !

                    Il y’a évidemment une crise de la dette mais cette dette n’est pas celle dont on parle !

                    Les pays occidentaux sont endettés jusqu’aux patrimoines génétiques pour avoir dévalisé pendant des siècles les richesses planétaires, pour avoir conduit le monde au fond d’un cul de sac culturel et civilisationnel et pour avoir fabriqué l’arsenal nucléaire de fin du monde !

                    Sinon comment comprendre que l’argent soit aujourd’hui une valeur sûre devant les prouesses françaises du bébé soleil de Cadarache, de la grotte hadronique où elle cache jalousement le « secret de l’Univers », de ses miracles de laboratoire où elle cultive le rêve de l’immortalité ! Non, ce n’est pas sérieux ! Comment qualifier cet échec ?

                    99,99 pour cent du bla bla européen médiatique, politique et même scientifique (occidental) tourne autour des Euros, est-ce à dire qu’il n’ya plus d’idées ? Je suis convaincu que la question fondamentale est bien là : L’OCCIDENT (EST) EN FAILLITE !

                    (Voir mon article proposé dans la rubrique « international » depuis le 5 novembre).

                    Ce sont les idées et les principes qui soutiennent les structures, les nations européennes qui broutent encore la philosophie oiseuse gréco-latine se dégonflent comme de vulgaires Zeppelins !

                    Il n’est pas sûr que le leurre démocratique puisse encore entrainer les populations européennes vers des horizons incertains !

                    Mohammed MADJOUR.


                    • gvanhecke gvanhecke 23 novembre 2011 16:49

                      La où la pilule est difficile à avaler c’est que nous avons renfloué les banques. Plus exactement c’est notre gouvernement qui a décidé pour nous de le faire. Ce qui a creusé un peu plus le déficit publique, ça va de soit.


                      Et à présent que le trou est encore plus profond, d’autres instances financières (principalement des banques encore) qui détiennent des créances sur notre dette souveraine, nous menacent à coup de plan d’austérité dans le seul but de satisfaire les obligations d’États qu’elles détiennent.

                      Pour bien comprendre, faisons un parallèle.

                      Premier Acte ; Monsieur A (banquier) est allez jouer au casino (les marchés). Malgré quelques coups gagnants (actions) à la roulette, il fini par tout perdre. Arriva ce qu’il arriva, il n’a plus un sous un poche (faillite) et se retourne alors vers Monsieur B (l’État) pour lui demander de renflouer ses comptes. Pour se justifier, monsieur A explique à B qu’il est dans son intérêt de le dépanner car autrement il ne pourra pas rembourser ses créanciers (assurance maladie, épargne pension complémentaire, investisseurs, etc...). Sous la pression (de peur de ne pas pouvoir bénéficier de son assurance maladie et/ou de son épargne pension, etc...), Monsieur B plie et renfloue monsieur A.

                      Deuxième Acte ; Monsieur A est tout content car il a récupère tout l’argent qu’il avait perdu au casino, ouf ! Par contre monsieur B, par le chantage que lui a fait monsieur A, se retrouve appauvri sans plus aucun sous en poche, ses comptes sont dans le rouge (dette publique), et se voit contraint d’emprunter à Monsieur C (autre banquier et ami de A) de quoi subsister.

                      Réflexion 1 : Connaissez-vous beaucoup d’entreprise privée qui lorsqu’elle font faillite se voient renflouées ? Moi, jusqu’à l’heure je ne connais que les banques.

                      Réflexion 2 : Pourquoi devenons renflouer les banques pour nous obliger à contracter d’autres dettes et au finale payer encore à des banques ? Nous payons 2 fois aux banques, ce ne sont pas forcément les mêmes mais elles sont néanmoins copines (la preuve l’on craint un effet domino quand l’une d’entre elle s’écroule) !

                      • ddacoudre ddacoudre 23 novembre 2011 17:37

                        bonjour christian

                        nous avons voulu d’une Europe avec l’Allemagne pour des raisons historiques, maintenant il faut faire une europe sans elle et sans l’Angleterre.
                        ils sont les soutiens du néolibéralisme anglo-saxon dans la ligne étasunienne à laquelle ils ont fini par se rallier les socialistes et la droite.
                        c’est une impasse. quand au raisons de la dette je devine que tu les connais
                        ddacoudre.over-blog.com .

                        cordialement


                        • Traroth Traroth 23 novembre 2011 17:42

                          Ce n’est plus l’état qui émet la monnaie depuis 1973, et on est quelques uns à se demander comment on a bien pu convaincre les gouvernants de l’époque que c’était une bonne idée...


                          • Frédéric 40 Frédéric 40 23 novembre 2011 21:14

                            C était soit disant pour limiter l inflation ;en donnant la planche à billets aux banquiers,à moins d etre débile,on pouvait se douter qu ils en abuseraient.


                          • BA 23 novembre 2011 20:13

                            Mercredi 23 novembre 2011 :

                            Maintenant, ce n’est plus seulement la périphérie de la zone euro qui est touchée par l’explosion des taux d’intérêt.

                            Maintenant, le cœur de la zone euro lui-même est touché : le cœur de la zone euro voit ses taux d’intérêt devenir exorbitants.

                            Les investisseurs internationaux n’ont plus confiance dans six Etats européens.

                            Pour six Etats européens, les taux des obligations à 10 ans sont au-dessus de 5 %.


                            Belgique : 5,483 %.
                            Espagne : 6,646 %.
                            Italie : 6,969 %
                            Irlande : 8,207 %.
                            Portugal : 11,313 %.
                            Grèce : 29,041 %.

                            Aujourd’hui, il n’y a plus que trois personnes qui peuvent empêcher l’explosion de la zone euro.

                             

                            Qui sont les trois personnes qui peuvent empêcher l’explosion de la zone euro ?

                             

                            1- Dieu.

                            2- Le petit papa Noël.

                            3- Chuck Norris.

                             

                            http://www.chucknorrisfacts.fr/index.php?p=parcourir&tri=top&PHPSESSID=ee239d05568fdf808501c20f016f45d7


                            • Frédéric 40 Frédéric 40 23 novembre 2011 21:12

                              Les banques créent beaucoup plus d argent que de raison(réserve fractionnaire) ;mais ne créent pas l interet....Les pertes sont toujours payées par le peuple,les profits sont privatisés.La ruine des états nations est un projet et non un hasard ;et les bénéficiaires connus de tous,pour autant qu on soit libre intellectuellement.


                              • Susanoo ! Susanoo 23 novembre 2011 21:50

                                Tout ça est une vaste blague...
                                Lorsque l’argent virtuel représente plus de 90% de l’argent qui « circule » alors on peut dire que l’argent n’est plus qu’une série de chiffre dans un programme informatique de nos chers banquiers.Et en informatique on fait ce qu’on veut...tu veux 800milliards pour un plan de relance ?tape sur le clavier !tu veux 1000millards pour aider les futurs pays qui vont galéré ???bah tu tapes sur le clavier hein...
                                Tous les pays occidentaux sont en faillite mais on trouve des milliiers de milliards pour des plans de relance et de sauvetages.
                                Et tout le monde trouve ça normal.
                                Boah ça doit pouvoir le faire si des prix nobels le disent.
                                L’art de créer des problèmes et leurs solutions.
                                En fin compte la dette est impayables d’où un faux problème...y a pas de dette !et la belle solution qu’ils sont en traine de préparer c’est une nouvelle monnaie sans dette ou peu de dette !bah tranquille on s’en fout de la dette de toute manière on sait pas payer.
                                C’est carnaval.
                                Je me demande ce que ça cache vraiment....O_o


                                • onetwo onetwo 23 novembre 2011 22:20

                                  La dette a toujours été un moyen d’asservissement.

                                  Les patrons paternalistes du 19ème siècle obligeaient leurs ouvriers à acheter dans leurs magasins. Les ouvriers ouvraient une ardoise le 15 du mois et restaient dociles à l’usine pour ne pas perdre leur emploi et pouvoir rembourser leur dette.

                                  Autre exemple, les étudiants américains qui autrefois manifestaient contre le Viet Nam et pour les droits civiques, sont devenus des étudiants soumis depuis qu’ils s’endettent pour payer leurs études :
                                  http://blog.emceebeulogue.fr/post/2011/08/07/Pourquoi-la-jeunesse-aux-Etats-Unis-ne-se-r%C3%A9volte-elle-pas-Les-gouvernements-successifs,-aux-ordres-du-Grand-Capital,-y-ont-veill%C3%A9

                                  Pour les Etats c’est la même chose.

                                  On a parfois l’impression que la gauche du PS est excessive dans sa condamnation du système économiste libéral. C’est qu’elle est consciente que la question va au-delà du simple choix d’un système économique plus ou moins efficace, elle sait que c’est d’un choix de société qu’il s’agit.


                                  • borowic 24 novembre 2011 04:34

                                    Bonjour

                                     
                                    Le sujet de la monnaie et de la dette est un sujet complexe que peu de gens maîtrisent. 90% des intervenants d Agoravox qui s expriment sur le sujet de connaissent rien a la dette mais croient avoir tout compris parce qu ils ont vue deux ou trois video de vulgarisation sur le net.

                                    Je vais essayer de répondre a vos questions et vous jugerez vous-même.

                                    1/ Ce ne sont pas les Etats qui fabriquent la monnaie mais les banques, la BC pour une partie réduite et les banques commerciales pour la majeure partie. Mais la BC peut contrôler la quantité de monnaie créée par les banques commerciales. Elle utilise a cet effet l’arme du taux d intérêt. Elle remonte les taux pour réduire les liquidités et inversement.
                                    Le problème c’est que cet arme la BC ne peut plus l utiliser. Pourquoi ? Parce que la dette publique a atteint un tel niveau que remonter les taux d intérêts seraient insupportable pour l’Etat, donc l’expansion de la dette publique a condamné les BC a maintenir des taux de plus en plus bas ce dont les banques ont profite pour développer de manière extravagante leurs activités sur les marches financiers.

                                    Donc le souci actuel n est pas de créer de la monnaie mais au contraire de détruire massivement de la monnaie. Cela passe par 2 voies possibles :

                                    - annuler la dette publique c est a dire que les porteurs de la dette endossent des pertes
                                    - réduire au forceps la dette publique c est a dire l austérité et donc le risque de recettes fiscales qui baissent aussi vite voire plus vite que les dépenses

                                    pour ma part je pense qu il faut combiner les deux mesures.

                                    Mais que les choses soient bien claires

                                    La cause primordiale de tous les mots c est bien la politique des gouvernements

















                                    • Jean 24 novembre 2011 10:26

                                      « Faudra-t-il que la révolution populaire et ses débordements exaltés remplacent l’action politique pour que la raison finisse par l’emporter ? »

                                      La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

                                      En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

                                      Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

                                      On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

                                      Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

                                      http://www.democratiedirecte.fr/

                                      http://www.dailymotion.com/video/xl...

                                      http://www.dailymotion.com/video/xi...


                                      Un parti sans étiquette
                                      pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
                                      (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

                                      On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitués des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

                                      Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

                                      Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

                                      Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

                                      Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ...

                                      Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/


                                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 novembre 2011 16:31

                                        @Alain Colignon (xxx.xxx.xxx.214) 23 novembre 19:18

                                        « Par opposition aux miracles de la charia, sans doute ? »

                                        Vous pensez à votre « charia » , sans doute à cause de mon prénom « Mohammed » ? L’étroitesse d’esprit occidentale a produit cette crise humaine sous forme d’un mur insurmontable !

                                        Toutes les questions déclenchent automatiquement des réactions « anti-arabe » ou « anti-islam » dans les cervelles françaises et occidentales !

                                        Les petits français croient toujours qu’ils sont les plus intelligents, en fait ils sont de grands malades et le monde entier commence à le comprendre aujourd’hui !

                                        Les Français ont toujours clamé ce qu’ils n’ont jamais fait et fait ce qu’ils n’ont jamais clamé, leur hypocrisie est sans bornes !

                                        Chantant à ou vents les « droits de la femme », ils sont classés aujourd’hui derniers au monde quant à la différence des salaires hommes-femmes...devancés par tous les pays sous développés et « arabes ». Depuis mai 1968, date de la dégradation de la condition fémiminine et de l’instauration du statut de chèvre pour la femme, la ségrégation n’a fait qu’amplifier : Jamais les Français qui donnent des leçons aux autres n’accepteront de voer pour femme, tous les cirques électoraux ont mis en lumière le contenu des cervelles des Français, cela le monde commence aussi à le comprendre !

                                        Tout le monde a vu hier et enendu hier les réactions des cocologiques eux-mêmes suite aux déclaration d’Eva JOLY naive au point de croire qu’elle « candidate pour de vrai » ! Elle ignore totalement la nature de la machine française qui actionne le pendule Gauche-Droite depuis des décennies ! Eva JOLY a été uilisée par son propre camp, par celle qui voulait un fauteuli d’élu à Paris etpar celui qui veut continuer à trôner et à jaccasser danbs les arènes de Bruxelles au nom d’une cacologie cacophonique !

                                        Les peits partis français ressemlbent aux « associations algériennes » d’obédience FLN, elles savent qu’elles n« atteindront jamais la présidence mais elles continuent à se frotter au pouvoir en place et à jouer l’opposition ce qui permet seulement aux leaders de se maintenir au sommet supportés qu’ils sont par des adhérents inconscients qui votent pour le vent !

                                        Ceci dit quand les petits Français ne peuvent supporter un dialogue directe, ils se rabattent hypocritement contre l’islam : Cela aussi le monde l’a compris : La France a été le premier pays antisémite et national-socialiste qui avait cassé de »l’arabe« et du »Juif«  !

                                        Tout le monde a compris, l’avenir sera autrement !

                                        Ne vous cassez pas les rares neurones qui subsistent encore dans votre cervelle pour me répondre ; pour avoir décodé le génome occidental je connais d’avance votre réaction, je sais que vous êtes inférieurs aux »arabes" !

                                        Mohammed MADJOUR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès