Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Crise : l’éclair avant l’orage sur toute l’Europe

Crise : l’éclair avant l’orage sur toute l’Europe

La crise que nous connaissons, loin de relever déjà du passé, d’abord morale et non seulement économique, pose finalement la question de la compatibilité de notre système (supposé) démocratique avec le mode de fonctionnement et finalités de l’économie de Marché. La Grèce "parle" en ce sens, bientôt le Portugal et l’Espagne. Puis la France ? Que ce pays emblématique de notre civilisation ouvre le bal de la deuxième phase de la Crise n’est pas anodin, même si personne n’y prête encore attention. Le passif demeure, nous en sommes responsables. Le Marché des armes reste vigoureux, la Grèce confirme notamment tous ses achats dans ces domaines. Le FMI lui prête de l’argent, aussi dans cette finalité. La contradiction de notre modèle ne cesse de s’illustrer. Rien ne change vraiment ces derniers temps.

La folie de certains s’amuse toujours de l’avenir de tous. La loi de la Finance ayant supplanté le Politique puis l’Economie, la nécessité de l’autorité, celle qui œuvre dans l’intérêt général, ne peut plus être contournée. On nous affirmait ces mois derniers que les leçons de la crise économique mondiale de « référence », celle de 1929, étaient tirées. Cette fois-ci on allait agir sans tarder, et le rhume ne muterait pas en pandémie grippale ou cancéreuse généralisée. On nous promettait (Prométhée...) que le dysfonctionnement constaté du système financier allait être stoppé et durablement régulé. Les mauvaises habitudes repartent de plus belle, chacun pense d’abord à ses mauvaises options en stock. Le pire de l’Homme est déjà de retour. Cette crise est avant tout éthique et morale (ce qui n’est pas un mot grossier). Pour feindre de contribuer au sursaut de conscience indispensable et affirmer quelques valeurs, la mode actuelle est au christianisme athée (cf la dernière publication de monsieur Vincent Peillon...). Dans les faits il n’y a plus aucun autre Dieu que l’Argent ("mammon" dans la Bible). La fausse "fraternité" mafieuse des paradis fiscaux se prépare à s’afficher au grand jour, maître en coulisse des leviers des pouvoirs depuis des lustres. Nous pouvons évaluer "leur" succés...

La crise ne trouvera sa réelle sortie que dans le retour de certaines valeurs d’intérêt général, loin des é-loges médiatiques programmés des Temples bancaires. Tous ceux qui bénéficièrent comme des gloutons repus et sans vergogne, s’improvisèrent l’an passé en donneurs de leçons de charité et s’auto flagellèrent, se repentant sur petit écran entre quelques pages publicitaires émanant des principales banques amies. L’Avare de Molière à cette grande échelle ne fait plus rire du tout. Le jour de gloire solidaire était arrivé, ces chères banques méritant la fessée retrouveraient soudain leur mission. Financer l’activité du pays et non pas spéculer dès le premier euro encaissé. Bien sûr, les braves citoyens se devaient une dernière fois (avant et après toutes les autres) de faire confiance aux spécialistes conseillers de leurs gouvernants. Les "grands architectes" responsables de l’effondrement sauraient reconstruire les fondations...

Cela étant dit, l’accroissement de la dette publique et du taux de chômage seraient le prix à payer. La misère et la précarité n’avait aucun lien puisqu’elles ont toujours existé, notamment avant la crise, et depuis que le monde est monde (à moins qu’il ne soit immonde). On allait voir ce qu’on allait voir. Les vilains traders découverts subitement au cœur de la jolie économie de Marché ne perdaient rien pour attendre. Ils continuent même de gagner ! Sauf leur âme, mais qu’importe au royaume des judas puisant dans le Christianisme leurs dernières paroles inversées à leur seul profit. La folie s’entête...elle serait fraternelle !

La dette, essentiellement celle du secteur privé, se devait alors d’être renflouée, par vous et moi, et surtout par nos enfants, même en gestation. Ici comme ailleurs, les cow-boys présidents ont enfourché illico leurs grands chevaux faussement blancs pour nous endetter plus encore, pour mille ans. Parallèlement, les plans médias ont été lancés à la même hauteur. Il fallait doper la psychologie collective par inductions répétées de baratins euphorisants. Sois tranquille brave peuple, ceux à qui tu payes tes impôts ou ceux qui te maintiennent dans l’exclusion et la misère, ceux là, ils détiennent le savoir et (surtout) le pouvoir. Tout va rentrer dans l’ordre, le leur. 

Chacun se souvient combien « on » a inondé les banques de liquidités, des chiffres gigantesques « volaient » au-dessus de nos pauvres têtes. Les émissions « spécial crise » n’en finissaient plus de remplir l’espace laissé « libre » par les vendeurs du temple publicitaire. Puis 2010 arriva, tout ou presque serait un mauvais souvenir. Il se dit même parfois, sans rire, que le chômage baisse. En revanche, l’affluence aux restos du coeur n’en finit plus. Un ange passe...Voilà que des couvertures à nouveau apocalyptiques apparaissent, celles des magazines en parallèle de celles qui abritent les mendiants toujours plus nombreux sur les trottoirs de nos pays riches. Ces couvertures sur papier nous glacent plus encore. Elles évoquent l’explosion d’une nouvelle « bulle » financière. Les banques ont rapidement recommencé à jouer en Bourse avec les masses d’actifs initialement « prêtés » par l’État. Au niveau des bulles, certains ne manquent pas d’air ! Le « CAC40 », celui des quarante voleurs, n’est pas loin d’avoir progressé de 40% en quelques mois. Le taux frôle ou dépasse régulièrement les 4000 points, mais les milliardaires dépriment en évoquant le bon vieux temps des 6000 points. Leur trésor reste pour l’essentiel dans les paradis fiscaux. La baisse du CAC machin leur permet de gémir un peu, histoire de se sentir encore humains.

Aux Etats-Unis, l’heure et le leurre sont à la même Obama-baraka pour les plus riches. Là-bas, plus de 10% de l’activité économique tourne autour (tels des vautours) de la spéculation, qui représente finalement plus de 40% du profit redistribué pour les couches les plus aisées. On avance même le chiffre (cf. journal La Tribune) de 20% s’agissant de la part du PIB réorienté vers la spéculation boursière. Un quart de l’activité de la première puissance du Monde appartiendrait donc aux voyoucrates de cette économie virtuelle aux conséquences tragiques, bien réelles. Gardons que seul le retour à un niveau supérieur d’activité, de production et de consommation, donc de croissance, peut nous éviter le gonflement d’une nouvelle bulle financière. Telle est la philosophie du fameux « grand emprunt », qui n’est pas sans nous faire penser aux politiques passées des Grands Travaux. Les mouches qui elles, volent et ne s’en cachent pas, s’interrogeraient sur ce terme « d’emprunt », notamment les plus jeunes et futures héritières des dettes. Qui peut croire encore que le grand emprunt ait encore les effets escomptés de renflouements massifs des actifs bancaires ? Parier sur 1% de croissance supplémentaire pour 2010, chiffre sur lequel s’accordent mutuellement nos chers spécialistes reconduits dans leurs fonctions, ne saurait être à la hauteur du grand Monopoli inchangé des traders et lobbies fiscaux.

Les états ont renfloué les caisses pour que le Monopoli, grossier et pas poli du tout, puisse reprendre la main. Tel est le cas. De vilaines langues disent que les mêmes ne sont pas sans se cacher parfois derrière de grandes causes « humanitaires » de pseudo « fraternité » médiatisée à outrance. Comme en 1931, les états songent légitimement à se retirer d’un jeu de perfusion d’actifs qui ne porte pas ses fruits, pour revenir à des politiques de réduction de la dette. Il n’est pas dit que l’austérité, conjointe à un taux officiel de chômage avoisinant les quatre millions (cf. le journal La Croix il y a peu) soit la réponse indiquée. Il nous faudrait alors faire face aux conséquences d’un désastre social dans une situation de banqueroute. L’objectif d’augmenter la croissance réelle de l’activité, même au prix de nouveaux emprunts, s’impose comme la moins pire des solutions, voire, la seule. Il va de soi, que sans un effort de moralisation et de régulation maîtrisée de la circulation financière, prétendre à tout succès serait illusoire. 

Assurément, la lobby-cratie financière menace la République et son creuset de valeurs dans lequel une majorité reconnaît l’essence même de « l’identité française ». A moins qu’il ne s’agisse de s’interroger sur le fait de voir perdurer, ou pas, la dimension Humaine de l’Homme. Monsieur Vincent Peillon, recourant fraternellement à l’héritage de Ferdinand Buisson, voit donc dans le Christ le premier Républicain de la laïcité (? !). Avec un petit effort, le partage et la charité "déchristianisés" nous sortiront bientôt de la crise ! Après le pillage des banques, celui du Livre, des âmes.. ? Le gigantisme de l’opulence des bénéficiaires auto-désignés de la mondialisation n’ayant d’équivalent que l’ampleur de la misère, chacun ressent que la civilisation se perd. Les responsables "spécialistes" de la banqueroute annoncée s’imposant en sauveurs, comment rester optimiste.. ? 2009 a gravement trébuché. Loin de faire des effets de langage, gardons-nous bien de ne pas laisser venir le temps de la chute en 2010. Il n’est pas exclu que la situation grecque soit un éclair avant l’orage annoncé en Europe.

Guillaume Boucard


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Bulgroz 15 mai 2010 12:06

    La crise, les déficits, les spéculateurs, en France, on s’en fiche.


    Nous, nous avons la chance d’avoir 5,3 millions de fonctionnaires. 

    1 241 000 fonctionnaires de plus qu’en 1982. (+31%) alors que le PIB lui augmentait de 19% et la population nationale de 4%.

    et encore, on pourrait mieux faire si tout le monde s’y mettait.

    Collectivités locales :+82%
    Fonction hospitalière : +33%
    Fonction d’Etat : +6% seulement. (+14% entre 1982 et 2003, -7% entre 2003 et 2010). 

    • foufouille foufouille 15 mai 2010 12:14

      heureusement, on a veolia, bouyghes qui construisent rond points tramway
      qui ont des filiales pleines de clandestins « musulmans »


    • Jérôme M. 15 mai 2010 17:19

      Encore un, qui a gobé les paroles électorales de Sarkozy, sans se donner la peine d’utiliser son cerveau et de réfléchir. Comme si le nombre de fonctionnaires était la cause de tous nos malheurs.

      Que Sarko 1er ait pulvérisé la dette en même pas trois ans, qu’il veuille aider la Grèce en prêtant de l’argent que la France n’a pas, que la France soit endettée à 100% du PIB d’ici 2012, donc en faillite, tout ça n’y est pour rien, évidemment.
      Mais c’est là le sort qui reste réservé à la France, si on laisse les conseils d’administration, les lobbystes, et tous les vautours de la Finance nous gouverner, en léchant les bottes de l’impérialiste américain, lui-même à la botte de Goldmann Sachs & co.
      J’en ai personnellement marre de tout ça, et je rêve d’un temps, ou les citoyens prendront les armes, sortiront la guillotine, et fassent correctement le ménage dans la fange que laissent les hommes politiques derrière eux.
      Hasta La Revolucion !

    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mai 2010 12:23

      Article bien senti que je plussune. J’ajoute juste une petite illustration, en lien, pour donner un nom et un visage à l’adversaire.

      Le spéculateur Gordon Gekko (Michael Douglas) donne sa définition du capitalisme dans le film Wall Street (premier opus, 1987) :

       Lien, Wall Street 1 - Tirade de Gordon Gekko sur le capitalisme -

      Extrait : « 1% des gens possèdent 50% des richesse, 90% des gens ne possèdent rien, ou quasiment rien. Et moi je ne crée rien, je possède. C’est nous qui fabriquons les règlements, les nouvelles, la guerre, la paix, la famine, les émeutes, le prix des brosses à dents.

      Tu n’as pas la naïveté de croire que nous vivions en démocratie j’espère ? C’est le libre marché, et tu en fais partie. » 


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mai 2010 12:40

        Pour info, le personnage de fiction Gordon Gekko est une véritable icône dans les milieux de la finance. George Soros et Bernard Madoff ont même repris à leur compte sa fameuse formule « Greed is good », « la cupidité est une bonne chose ».


      • kakakoleokuku kakakoleokuku 15 mai 2010 12:33

        il faudrait réformer la république bananière ?
        non , il faut la faire tomber dans le puit


        • jjwaDal jjwaDal 15 mai 2010 13:11

          Bon article qui incite un peu plus à se poser les bonnes questions et y trouver vite des réponses car l’expérience prouve que la « stratégie du choc » (chère à Naomi Klein) est plus qu’une jolie théorie.
          Le titre est malheureux, car l’orage gronde depuis les années 80 et la poursuite planétaire d’un agenda mis en avant après les deux chocs pétroliers des années 70 et incarnés par Greenspan, Reagan, Thatcher et consorts avec non seulement l’imposition d’un modèle économique « taille unique » au monde, mais aussi la poursuite d’un agenda de privatisation de toutes les sources de profit et socialisation des pertes avec une frénésie déjà connue dans le passé.
          La diffusion de cette « pensée unique » à travers les principales économies du monde, la durée de son action (30 ans), l’augmentation du risque de chocs systémiques (imbrication des économies, l’augmentation de la taille des entreprises rendant leurs profits « intouchables » et transformant toute défaillance majeure (surtout dans le domaine bancaire) en dette publique (too big to fail), délocalisation du pouvoir du peuple et leurs élus vers des entités non démocratiques et sans mandat du peuple (OMC, commission européenne, transnationales), le rejet du vote populaire, beaucoup de choses vont impacter notre avenir.
          L’inertie du système et la corruption patente de ceux censés le modifier pour tenir compte du verdict du monde réel ne laissent que peu de doutes sur ce qui nous attend.
          Le pays le plus vérolé (à l’abri derrière sa monnaie et sa puissance militaire) est les USA qui ne passent pas pour un modèle de « socialisme » ou on arrose une armée de fonctionnaires, chômeurs, immigrés, bref les boucs-émissaires classiques qu’il va falloir ressortir pour détourner et diviser.
          Greenspan a abjuré devant le congrès des USA en reconnaissant l’erreur fondamentale cachée dans la vision du monde qu’il a largement contribué à répandre mais une armée de «  !...@ ! » vont continuer à prêcher sa religion...
          Preuve, le 1er commentaire ci-dessus.


          • curieux curieux 15 mai 2010 13:19

            Qu’est-ce que tu veux ? Le fait de n’avoir pu entrer dans aucune administration, ca complexe pour la vie.


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mai 2010 15:10

            Et pendant ce temps là...

            Paul Volcker, conseiller économique de Barack Obama, évoque « une désintégration de l’euro », et le Parisien.fr appelle les épargnants « à ne pas paniquer » lundi.

            Paul Volcker : « De toute évidence, je pense que l’on peut dire que l’euro a échoué et est tombé dans un piège qui était manifeste depuis le début.
            (...)
            L’Europe va au final devoir décider si elle veut être plus ou moins intégrée, et cela remet l’euro en question. Une remise en cause qui pourrait même aboutir à une désintégration possible de l’euro ». Lien, La Tribune.fr

            De leur coté, pas rassurées, les pages économiques du Parisien craignent « une nouvelle journée noire pour les Bourses et l’Europe lundi », et préviennent : « Les épargnants ne doivent pas paniquer... s’ils le peuvent ». Lien, Le Parisien.


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mai 2010 15:15

              Au fait, j’avais oublié.

              On ne vous parlera pas de ces histoires qui fâchent sur les chaînes de télévision puisque les rédactions ont décidé que l’attention des Français devait se concentrer sur le péril des apéritifs géants.


            • jjwaDal jjwaDal 15 mai 2010 15:51

              Il n’est pas dans la nature de ce genre de personnage de tenir des propos susceptibles de déprécier l’euro face au dollar en rendant les exportations européennes moins chères et celle des USA plus difficiles (donc nuire aux intérêts des USA).
              Donc il cours le risque pour en parer un (double) bien plus grand : le premier est que l’europe dévisse (en tant que partenaire commercial) en plongeant (avec l’aggression en préparation sur le pouvoir d’achat des européens) vers une récession sévère et durable (avec un dollar fort leur débouché chez nous dégringolerait), le deuxième est que l’europe qui n’est pas les USA rebascule vers un modèle où les Etats sont bien plus présents et jouent leur rôle de protecteur de la cohésion sociale (ils applaudiraient si la commission supervisait les budgets des Etats et finissait par lever un impôt fédéral redirigé ensuite comme chez eux vers l’appareil militaro-industriel et la protection de l’empire (du pillage planétaire).
              Si Greenspan a abjuré ses erreurs de jugement qu’on ne compte pas sur les membres de la commission (Barosso en tête) pour le faire.


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mai 2010 16:43

              Ca me paraît clair.
              Barroso est de la même trempe que le commandant Smith, celui du Titanic. Il fonce toujours droit, persuadé que son navire est insubmersible.


            • fifilafiloche fifilafiloche 15 mai 2010 17:24

              Il me semble que dans votre article, où vous recommandez de soigner la crise du crédit par plus de crédit (keynesianisme), vous oubliez un détail : pour pouvoir emprunter, il faut des prêteurs. Qui va être assez suicidaire pour lier son avenir économique à un malade agonisant, rester à son chevet et le nourrir à la petite cuillère alors que l’on sait que la maladie est hautement contagieuse ? La Chine n’est pas l’infirmière du monde, il suffit d’aller visiter un hôpital de campagne là bas pour s’en rendre compte : les infirmières y sont absentes, c’est la famille qui assiste les malades. Entre subventionner un Occident en déclin pour maintenir ses exportations et se recentrer sur son marché intérieur à fort potentiel de croissance, l’empire du Milieu n’hésitera pas longtemps, et même Taiwan en cadeau ne changera pas la donne. Il nous faut passer par un cycle hivernal de Kondratieff, plus nous retardons l’échéance à coup de dette et plus l’hiver sera rude


              • xray 15 mai 2010 19:31


                Dès l’instant où l’on a parlé de construire l’Europe, on pouvait observer que les plus acharnés à « construire cette Europe »  étaient les plus incompétents en tous domaines. On aurait dû se méfier. 

                Menteur comme un journaliste 
                http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/05/03/menteur-comme-un-journaliste.html 

                L’EUROPE des curés
                http://mondehypocrite.midiblogs.com/ 

                Le bourbier européen 
                http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 



                • Bulgroz 15 mai 2010 19:37

                  Je vois que j’ai été sévèrement sanctionné (-10 points) pour avoir évoqué les nombres de fonctionnaires comme un facteur des déficits publics générant notre dette, générant la suspicion des marchés sur notre capacité à nous sortir de cette merde.

                  -10 points, c’est sévère, c’est vrai qu’il est plus facile de disserter sur les lobby-craties, les peuples spoliés, les monopoly.....

                  Plus facile et plus pratique pour éviter de se poser les vrais questions.

                  D’ailleurs, ni la Grèce, ni le Portugal, ni l’Espagne (3 pays qui ont la chance d’être socialistes) se sont trompés. Ils n’ont pas touché à leur sainte fonction publique, ni à son nombre ni à son coût.

                  Je vous souhaite de pouvoir raconter encore beaucoup de belles histoires.


                  • HELIOS HELIOS 15 mai 2010 21:09

                    Quelquefois je me demande si une grande NATIONALISATION ne serait pas une bonne option.

                    Puisque le traité de Lisbonne est moribond, qu’il va falloir reexaminer les modalités de l« euro, pourquoi ne pas suspendre la »concurrence libre et non faussée« en une »interdiction de concurrence« avec les services publics ?

                    On pourrait ainsi ressortir le  »moins disant" dans le grand appel d’offre de la politique sociale et reconstruire une societe efficace et plus humaine. Même la fermeture des frontiere deviendrait inutile, et ce ne serait probablement pas sans plaisir que nous pourrions aider la Chine dans ses futurs problemes sociaux...


                    • fifilafiloche fifilafiloche 15 mai 2010 21:29

                      Hélios, comment reliez vous nationalisation, bureaucratie et efficacité ? 


                      Rappelons la liste des nationalisations du programme Mittérand 1 de 1982 :

                      Dans l’industrie

                      Thomson : disparu
                      Usinor : disparu
                      Sacilor : disparu

                      Dans les services :

                      Crédit Lyonnais : faillite immobilière dont les pertes ont été socialisées.

                      Avez vous connu cette époque bénie des banques nationales et de ses queues au guichet ? De France Telecom tirant des rentes gargantuesques de ses ’innovations" comme le minitel ? J’imagine que vous avez remarqué les grèves récurrentes de la SNCF avec une convention collective particulièrement privilégiée. Comment associer propriété collective et responsabilité individuelle ?

                      J’avoue ne pas bien comprendre votrelogique...Pourriez vous développer ? Si la majorité de la population est prise en charge par l’Etat, comme dans les républiques bananières, comment financer l’Etat et assurer un pouvoir d’achat décent en l’absence de concurrence et donc de pression sur les prix ? Merci d’éclairer notre lanterne.


                      • jjwaDal jjwaDal 15 mai 2010 23:14

                        A contrario comment associer privatisation, retour sur investissement d’actionnaires exigeants et équité dans l’accès aux services et biens vitaux ?
                        Selon mes lectures, le coût de l’énergie a augmenté en Californie comme en grande-bretagne avec l’ouverture du marché de l’énergie (privatisation) le coût de traitement de l’eau est souvent plus élevé via les géants du privé qu’en régie locale, quand au renflouement planétaire des banques il nous fait tous beaucoup rire. De l’efficience des acteurs privés, on pourrait en débattre longuement.
                        Pas un hasard si le réseau électrique US est déglingué, si leur assurance-maladie privé est plus chère et moins équitable, si leur système scolaire est pire que le nôtre et le taux de pauvreté supérieur et bien plus visible.
                        Dans le pays le plus privatisé du monde, on peut devoir vendre la baraque pour se soigner, devoir travailler jusqu’à 70 ans sous peine de ne pouvoir survivre, s’endetter dangereusement pour payer les études des gamins et beaucoup d’américains aimeraient disposer des filets de sécurité qui sont les nôtres. Aucun indice patent que les américains vivent mieux que nous et beaucoup que les inégalités au sein de leur système sont bien pires que celles entre un fonctionnaire et un employé du privé chez nous.


                      • nephros 15 mai 2010 23:46

                        Bonjour à tous !
                        Je me présente. Je me nomme Christophe. J’ai 38 ans, et je cherche du travail dans différents secteurs. Celui pour lequel je suis qualifié, est la psychologie, entre autres, puisque j’ai un niveau bac + 9 ; bi-maîtrise + master 2 . Je suis au rmi-rsa, depuis quatre ans... Je suis allé à l’école jusqu’à 27 ans, et me suis vraiment donné à fond dans mes études... Je n’ai rien commencé de ma vie, parce que trop dégouté, et, là, je vois quoi ? On veut me prendre ce que , déjà, je n’ai pas ! Terrible. Vous savez, je fréquente toute sorte de gens ; riches, moins riches, et pauvres... Les moins riches, à hauteur de 1500/1800e / mois me disent la même chose que les pauvres. Mieux vaut ne rien faire plutôt que d’aller se faire polluer le corps au travail, et la tête à la maison, parce que lorsque l’on rentre, c’est pour galèrer pour des sous... Alors, vous savez, moi, ce que je fais ? Et bien, je vais lancer un appel aux pauvres, et dés que l’on nous prendra un euro, et bien ce sera le bordel total. Je n’ai franchement rien à perdre... Qu’on taxe les riches bon sang ; c’est quoi ça ? Il va y avoir émeute et meutes, ensuite, notre bon Sarko pourra sortir les batons, et venir nous parler d’insécurité... Trop risible cette situation, mais que faisons-nous ? Sommes-nous des moutons ? Je vais vous dire quelque chose. Moi-même, je ne veux pas me déranger pour faire le bordel où que ce soit. Je suis, d’ordinaire, partisan des bonnes régles. Et, cette fois, une chose impensable risque de nous arriver... Comment peut-on retirer de l’argent à ceux qui n’en ont pas ? N’y a-t-il pas forcément quelque chose de pas très catholique derrière tout cela ? Et puis, l’économie qui n’en fait qu’à sa tête... N’y voyez-vous pas, là, le signe d’un possible soulèvement ? Notre modéle social n’est pas le bon, mais pourquoi ne pas en profiter pour en changer ? Merci de m’avoir lu.


                        • slipenfer 16 mai 2010 11:46

                          Météo
                          Les carottes nouvelles tomberons cette année du ciel,en grande et grosse quantité.
                          Ceux a qui l’on a demandé de se pencher jusqu’à l’horizontal devrons maintenant
                           toucherdu front leurs petits petons.
                          bonne carotte a tous.


                          • raissa 16 juin 2010 07:50

                            chaque nouveau né français, en poussant son premier cri est débiteur de l’état non pas de 15 mais de 125000 euros.
                            Donnez des enfants à l’état et leur existence sera vouée au remboursement de cette dette.
                            Esclaves et victimes de la voracité des marchés, voilà ce que nous sommes.
                            Nos dirigeants nous mentent honteusement, comptant sur notre ignorance.
                            nous n’avons que notre colère et notre haine pour lutter, mais est-ce suffisant ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès