Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Croissance dans l’opposition, austérité au pouvoir : la mystification (...)

Croissance dans l’opposition, austérité au pouvoir : la mystification schizophrène du PS

La rumeur circule, tenace, rugueuse, rigoureuse, bref sérieuse : le smic augmentera de 2%, un point c’est tout. Il va donc péniblement gravir une petite marche d’escabeau pour personne de petite taille d’une hauteur de 27€. En net, cela représente 21€, deux places de cinéma sans les enfants. Sauf qu’une part énorme des salariés smicards travaille à temps partiel. Leur pouvoir d’achat va donc faire un bon phénoménal d’une place de cinéma par mois ! En définitive on organise le gel, la glaciation des petits salaires.

Parallèlement à cette formidable stagnation du smic qui s’apparente non pas à un coup de pouce mais à un véritable doigt d’honneur à l’adresse des catégories les plus précaires, le gouvernement cherche 10 milliards. Et lorsqu’un un gouvernement cherche les milliards par dizaine cela finit toujours par des plans d’économies drastiques. Et un plan d’économie drastique, dans le langage libéral cela signifie toujours moins de services publics.

Aussi, les ministères vont engager une réduction non seulement de leurs frais de fonctionnement, mais également une réduction de leurs investissements jusqu’à 40% ! Oui, vous avez bien lu, 40% de réduction budgétaire globale pour les ministères d’ici à 2017.

Alors le gouvernement reprend à son compte le concept du Ni…Ni si cher à la droite UMP. Mais cette reprise ne concerne nullement une consigne électorale. Elle constitue un “élément de langage” dans le seul but d’expliquer qu’il n’y aura Ni baisse du nombre de fonctionnaires, Ni hausse. En clair on peut traduire cette expression du Ni…Ni désormais très à la mode dans l’univers langagier libéral de la manière suivante : il y aura bien un gel de la masse salariale au sein de la fonction publique d’état.

En résumé, le gouvernement de François Hollande gèle les salaires, gèle le nombre de fonctionnaires, réduit les capacités d’action des services publics, parce qu’il faut trouver des milliards “disparus” et surtout respecter les désidératas de Madame la chancelière d’Allemagne. On ne sait pas pour vous, mais pour nous, A gauche pour de vrai ! on cherche activement les différences notoires, significatives, réelles entre l’orientation économique impulsée depuis le 6 mai et celle qui était à l’oeuvre avant le 6 mai ! Et on ne les trouve toujours pas ces différences d’orientation.

Aussi nous souvenons-nous la manière dont le PS qualifiait la politique économique de Sarkozy et Fillon du temps pas si lointain ou le Parti Social Libéral était dans l’opposition. Petit flashback :

  • le gouvernement UMP cherchait lui aussi par dizaines des milliards égarés, 
  • il n’augmentait pas le smic, 
  • il cherchait à “maîtriser” la masse salariale de la fonction publique d’état, 
  • Sarkozy faisait allégence à Angela Merkel. 

La Parti Social Libéral parlait alors “du train d’austérité qui allait frapper les Français” dissimulé derrière une véritable “MYSTIFICATION” ! Sa première secrétaire, Martine Aubry déclarait même :

“le pays a besoin de croissance, tout est fait pour construire la prochaine récession par une rigueur brutale”.

Et vous savez quoi Madame la première secrétaire ? Vous aviez raison, totalement raison, mille fois raison, et plutôt deux fois qu’une ! A tel point que les syndicats de salariés ont supporté votre candidat lors de la campagne électorale en prenant clairement position contre l’adversaire de droite.

Sauf qu’en 50 jours de présidence Hollande beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de l’austérité. Tellement d’eau que Force Ouvrière évoque d’ores et déjà les faux pas du gouvernement, que la CGT passe de la bienveillance à la vigilence accrue à son égard. Tout cela en 50 jours !

Au PS il y a donc le discours de croissance et de soutien au salariat quand on est dans l’opposition, puis le discours “SERIEUX” de la rigueur et de l’austérité quand on gouverne. Etre à ce point dans la volte face, être à ce point dans la mystification que l’on dénonçait hier ce n’est vraiment pas SERIEUX ! Pire, c’est irresponsable de balader ainsi les corps intermédiaires, les services publics, les salariés de tout un pays.

Finalement, quand on est libéral, on ne se refait pas. On affaiblit l’état, ses services publics et les corps intermédiaires. On affaiblit le travail et les salaires au profit de la finance et des marchés en accédant à tous leurs désirs et toutes leurs volontés. Certes, quand on est de droite on ne s’embarrase pas avec les manières, on est brutal. Certes, quand on est social, on organise des conférences “bla bla “.

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Romain Desbois 28 juin 2012 08:56

    Bah oui les électeurs ont voulu une gauche modérée et ils s’étonnent de ne voir qu’une différence de 20 euros entre l’UMP et le PS.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 28 juin 2012 10:21

      @Auteur

      Ce que vous dénoncez dans cet article, François Asselineau le dénonce publiquement depuis 2006. Je m’étais moi même donné la peine de prévenir sur Agoravox avant la présidentielle que voter Hollande ne changerais rien à la politique menée (et je prônais l’abstention). J’ai eu droit en retour à des insultes et à de la morale « démocratique ». Pourtant les électeurs vont de déception en déception et c’est pas prêt de s’arrêter. Déjà 4 éléments du programme de Hollande abandonnés cette semaine. Heureusement, ils ont attendu les législatives avant d’abandonner toutes leurs promesses.

      Mais au delà du constat que gauche et droite applique la même politique, ce qui est peu être plus intéressant c’est de comprendre pourquoi ils gouvernent pareil ?

      http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/qui-gouverne-la-france


      • Daniel Roux Daniel Roux 28 juin 2012 10:33

        Diable ! 50 jours et nous ne sommes toujours pas en plein emploi, la dette n’est pas remboursée et la croissance n’atteint pas les 5%.

        Vite ! Regrettons que Sarkozy ne soit pas re - élu.

        Redevenons sérieux. Tant que le dogme du libre-échange associé au mythe de la concurrence libre et non faussée pour le bien des consommateurs, la mondialisation sauvage continuera pour le seul bénéfice des riches actionnaires des multinationales.

        Les électeurs ont choisi l’alternance. Ils ne veulent pas de la gauche et ils ont mis le centre droit au pouvoir. La prochaine fois, ils reviendront à droite avec l’aide des imprécateurs de gauche.

        Il serait plus positif et constructif d’argumenter contre les causes réelles de la décadence industrielle source profonde du chômage de masse.

        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-veritable-enjeu-politique-de-83855
        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/des-paradis-aux-enfers-de-la-84586


        • Denzo75018 28 juin 2012 12:12

          Tout ces beaux discours de Campagne à la « Zola » !
          Tout ça pour 2% !
          Du fouttage de gueule ...


          • mortelune mortelune 28 juin 2012 12:21

            Smic +2% le PS fait de l’humour. Les français n’aiment pas rire aux éclats ils préfèrent pleurer en silence devant leurs fiches de paye, devant les factures à payer, devant le bulletin scolaire du p’tit dernier, devant la déclaration d’impôts et devant le journal de TF1. En négligeant la vraie gauche ils s’attendaient à quoi les comiques ? Ils vont apprendre que l’humour du PS c’est de l’humour noir. Au final, Sarko et Hollande on en commun le foutage de gueule. 


            • Jean-Louis CHARPAL 28 juin 2012 12:41

              L’alternance bidon consiste à remplacer des ultra libéraux de droite par des ultra libéraux se disant se gauche.

              Les deux camps ne pouvant qu’échouer, puisque le système est absurde, ils profitent de l’échec de l’autre camp pour arriver au pouvoir. Ca peut durer jusqu’à la saint glain-glain comme on dit chez moi.

               Concernant le smic, il est certain que dans la « logique » ultra libérale déflationiste actuelle, toute augmentation de salaire est un abérration et un crime de lèse-dogme.

              D’ailleurs la France peut être le plus performant de tous les pays du monde dans la « compétition » internationale.Il suffit de rétablir l’esclavage.

              En effet, pourquoi payer les gens ? Quelle idée saugrenue et archaïque !


              • herve33 28 juin 2012 13:05

                Cela fait longtemps que les socialistes font de la politique de droite néolibérale , ce sont eux qui ont voté le traité de Maastricht , ainsi que toutes les lois favorisant la libre circulation des capitaux . Souvenez vous de Pascal Lamy , directeur de l’OMC qui prône la libre concurrence et mondialisation .

                 Ces politicards se foutent des citoyens , ils ne pensent qu’à leur carrière .


                • ykpaiha ykpaiha 28 juin 2012 14:56

                  Au nombre des ennemis, hormis les extremistes de tout poils qui finalement ne font que conforter, l’opinion par leur extravagance, (a croire que sans eux le systeme se serait depuis lontemps effondré) il faudrait aussi citer le conseil européen.

                  Au petit jeu du komiterm ils auraient eu une médaille, pas étonnant que les cocos ne disent rien ils se sentent un peu chez eux..nostalgie.é

                  Van rumpuy dit ’lenin’ a a ce prpos pondu ses pensées dans un pamphlet « démocratique » traduit par le site les crises.fr et qui défini ce que not"bon docteur la-leche gouda devra faire....

                  2008-2012 et quelque 40 réunions plus tard rien absolument rien ne désigne les seuls et uniques responsables, au contraire ce sont eux qui donnent les ordres, pour que tout continue.

                  Mais les prisons sont pleines alors....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès