Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cuba entre les mains de Raoul Castro

Cuba entre les mains de Raoul Castro

La nouvelle est tombée comme une brique. Pour la première fois en 47 ans de règne rigide, le Lider Maximo place Cuba entre les mains de son frère, Raoul Castro.

Un peu partout, les réactions sont partagées. Les anti-castristes se réjouissent tandis que ceux qui croient encore en Fidel s’attendent au pire. Les experts tentent de prédire, mais tout nous laisse croire que l’époque de la dictature communiste se terminera bientôt, une quinzaine d’années après la fin de la Guerre froide. En tant qu’Occidentaux, il serait facile de se réjouir de la mort de Fidel Castro, mais il ne faut pas oublier ce qu’a fait cet homme pour Cuba.

Cuba, île d’Amérique latine, obtient son indépendance face à l’Espagne au milieu du 19e siècle avec l’aide des Etats-Unis, qui occuperont l’île cubaine par intervalles, jusqu’en 1909.

Après le départ des Américains, c’est l’instabilité politique qui règne puisque les Etats-Unis financent les coups d’État pour placer à la tête du gouvernement un dirigeant qui met en avant les intérêts économiques de la puissance. En 1952, c’est au tour de Fulgencio Batista de prendre le pouvoir par la force. Fidel Castro, alors âgé de 26 ans, se consacre au droit. Comme la politique l’intéresse, ce dernier organise un mouvement de contestation qui passera à l’histoire avec l’échec d’une opération ayant pour but d’attaquer la caserne de Moncada. Castro est condamné à la prison, puis amnistié par Batista. Trois ans plus tard, il est à la tête d’un mouvement militaire, secondé par Che Guevara et de quelques cinq milles hommes.

Il parvient, grâce à une grève générale à la fin de l’année 1958, à renverser le gouvernement de Batista.

D’un point de vue politique, on n’observe aucun changement majeur suite à l’arrivée du Lider Maximo. En fait, on passe d’une dictature à une autre dictature. La seule différence, c’est que sous l’administration Castro, plusieurs réformes politiques, économiques et sociales seront lancées. Fidel Castro promet d’abord au peuple d’appliquer les principes de la démocratie. Une nouvelle constitution voit le jour, mais celle-ci n’est là qu’en tant que parure et les élections promises n’ont toujours pas eu lieu aujourd’hui, parce que la formation de nouveaux partis est interdite. Bref, politiquement parlant, rien ne va mieux. Puis, les relations internationales se corsent, surtout avec les Etats-Unis. Ceux-ci, après la nationalisation de toutes les terres et industries par le régime castriste, décident qu’il n’est plus dans leurs intérêts de coopérer avec Cuba et impose un solide embargo qui désavantage fortement les Cubains.

L’administration Castro se tourne donc vers l’URSS, première puissance socialiste, et signe une série d’ententes commerciales. Cette alliance avec l’URSS mettra Cuba dans une situation où plusieurs pays lui tournent le dos. À la chute de l’URSS en 1990, Castro perd son principal allié ainsi que son guide politique. Rien ne va plus au niveau politique.

La plupart des réformes sociales désavantagent les Cubains. D’abord, un peu après son entrée au pouvoir, le gouvernement de Castro, sous les conseils de Guevara, interdit à la presse cubaine de continuer ses activités. La liberté d’expression est complètement abolie et, du même coup, on supprime le droit des travailleurs à faire la grève. Ces mesures sociales répressives pousseront environ un million de Cubains à s’exiler en dehors du pays, principalement aux États-Unis.

Puis, dans les premières années du régime castriste, on ne reconnaît ni les droits des noirs, qui sont plus susceptibles d’être emprisonnés, ni les droits des femmes, qui continuent de se prostituer, ni l’égalité sociale en générale. Sans compter que les prisons se multiplient de façon exponentielle. Ensuite, l’amélioration du niveau de vie est peu perceptible et la lassitude du peuple est de plus en plus présente. En fait, la situation alimentaire s’est certes améliorée, mais la part de subventions de l’État pour l’alimentation diminue sans cesse, provoquant une augmentation progressive des frais reliés à l’alimentation d’une famille. D’autant plus que le chômage connaît une hausse suite aux efforts de restructuration du secteur public et privé et à la rationalisation de la gestion étatique.

Puis, économiquement, on constate qu’il est impossible de développer une économie socialiste définitive à Cuba sans une extension à l’échelle internationale.

En fait, la réforme agraire lancée par Castro se révèle réellement néfaste pour l’économie puisque, suite à la nationalisation des terres et des usines, les Etats-Unis imposent un solide embargo qui aura de graves conséquences. On mise alors sur un unique produit, le sucre, et on supprime les productions secondaires. Ensuite, Cuba fait face à plusieurs autres problèmes comme le manque cruel de matières premières et le développement trop rapide de nouvelles usines, ce qui est très désavantageux car la plupart des ingénieurs et techniciens quittent Cuba dès la prise du pouvoir par Castro. Il y a également un problème au niveau du développement des mines de nickel.

À l’opposé, il faudrait être aveugle pour me pas tenir compte des points positifs que la Révolution cubaine a amenés.

D’abord, sur le plan social, les réformes dans le domaine de l’éducation et de la santé ne sont pas négligeables. En fait, c’est sans doute les seuls aspects sociaux positifs que l’on puisse faire ressortir du régime autoritaire de Castro. On pourrait également parler, d’un point de vue politique, de la stabilité qui règne à Cuba depuis plus de quarante-cinq ans. Puis économiquement, le développement du tourisme est plutôt profitable pour l’économie cubaine.

Bref, aucun analyste n’oserait qualifier la Révolution cubaine de réussite totale. Sur son lit de mort, Castro pourra se rappeler avec bonheur qu’il a su tenir tête à la puissance mondiale numéro un pendant plus de quatre décennies et demi. C’est tout le peuple cubain qui aura payé le prix.


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (170 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • chikwanga (---.---.64.30) 3 août 2006 11:29

    Dire qu’avec le regime de castro on ne reconnait plus les droits des noirs est un grand mensonge,deja meme pendant la guerre de revolution y’avait des noirs avec castro et qui ont joues un grand role, aujourd’hui encore on a des noirs generaux dans l’armee, meme dans sa garde rapproche il y’a des noirs, donc merci de rectifier votre copie. Je ne suis pas un fan de castro, mais j’aime la verite.


    • seb (---.---.102.242) 3 août 2006 12:00

      Castro n’est pas un saint, on est d’accord. Mais peut-on être objectif ? Est-ce qu’on peut comparer le niveau de vie des cubains et celui des « voisins » des amériques centrales et latines ? Combien de cubains meurent dans les ouragans qui frappent la région chaque année ? Quelle est l’espérance de vie à Cuba ? Est-ce qu’on meurt de faim à Cuba ? Quel est le taux d’analphabétisme ? Quelle est l’incidence des maladies tropicales ? Comment ca se passe au Salvador, Honduras, Nicaragua, Mexique, Colombie...etc ? Y est-on plus libre de s’exprimer, de contester qu’à Cuba pour autant ? J’invite chacun à se documenter et se faire sa propre opinion.


      • mouloud (---.---.94.251) 3 août 2006 15:45

        les ouragans sont naturels je crois....

        les dictatures ne le sont pas je crois... me trompes-je ?


      • Jaimz (---.---.101.8) 3 août 2006 18:14

        D’ailleur si on regarde les chiffres : L’ouragan Katrina ballaie Cuba : 300 000 personnes déplacées et protégées, à peine une centaine de blessés. Le même ouragan arrive aux Etats-Unis et là on assiste à une débacle digne d’une guerre ! Finalement la dictature sauve des vies là où une démocratie perd les pédales !

        Perso je ne pense pas que le système politique Cubains changera dans les années à venir, à la rigueur un assouplissement des relations avec les Etats-Unis pour lever l’embargo. Il y a là bas encore trop de dignitaires bien installés.


      • simplet simplet 3 août 2006 12:01

        bonjour, j’ai bien aimé votre article,

        je tiens à souligner que ( bon je ne suis pas non plus un fan de castro ) cuba a quand même fait de grands efforts pour scolariser obligatoirement ces chérubins jusqu’à leur 18ans et qu’ils n’ont pas tous leur forcemment malheureux..

        que les gens vivent modestement mais loin du stress des grands pays libéraux, que la musique et la danse ont une grande place dans la culture du pays et donc dans la mentalité des gens...

        je suis par contre surpris d’apprendre que le che était farouchement opposé à la publication de la presse et qu’il a participé à la suppression des droits de grève, ce n’est pas l’idée que j’avais de lui...

        reste à voir si raoul le frangin va garder une main de fer sur cuba ou s’il ne pourra empêcher le libéralisme et ses bons/mauvais cotés d’envahir le pays...


        • (---.---.232.156) 3 août 2006 12:32

          Castro, Kim Jong-il, Nguyen Tan Dung, Mugabe, Chavez, Ahmadinejad, la planète n’est plus guère qu’à une demi-douzaine de décès d’une ère plus respirable.


          • (---.---.158.106) 3 août 2006 13:04

            Ouais... c’est sûr qu’avec Bush on respire mieux. Sincèrement, je préfère Fidel à George.

            Cet article n’est qu’un ramassi de connerie.


          • Marx_Engel (---.---.138.97) 3 août 2006 16:34

            On est à une douzaine de décès près d’un ère plus respirable ?? Ah !Ah !Ah ! Quel humour !! Sans eux, sans la pression de ces humanistes, peut-être ton air « respirable » te coûterait déjà quelque chose ! Genre 1000 dollars par mois pour avoir le droit de respirer ! C’est ça le capitalisme sauvage que tu appelles liberté ?? Je connais Cuba, je connais les Cubains et la vie cubaine et je peux te dire que l’air y est beaucoup plus respirable qu’au Canada et aux États-Unis ! Sans vouloir être méchant...vos propos sont teintés d’un individualisme et d’un absentéisme total... Batailla de ideas !


          • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 3 août 2006 17:14

            Excusez-moi, Marx_Engel mais... avez-vous visité les pays en question ? Avez vous consulté la population locale ???

            Vos propos me font penser à Georges Marchais, qui visitait l’URSS mais qui sortait rarement de sa suite visiblement... Même le PCF a reconnu les dérives totalitaires de l’idéologie communiste ! On ne peut pas se comporter en salop et revendiquer ensuite l’étiquette d’humaniste ! Si vous croyez que Castro est un humaniste parce qu’il revendique cette étiquette et que « L’humanité » l’a longtemps vendu comme tel, et bien vous êtes bien naïf !

            Pour paraphraser le camarade, taisez-vous, Marx Engel ! Allez visiter Cuba, allez discuter avec ceux qui ont fui cette formidable idéologie communiste, et peut-être vous comprendrez pourquoi on a le droit de critiquer Castro sans être allaité à Fox News...


          • Jaimz (---.---.101.8) 3 août 2006 18:15

            Dans ta liste tu as oublié Jacques Chirac lol EN PRISON ! ! !


          • (---.---.159.95) 3 août 2006 18:36

            Chirac sera écarté du pouvoir en 2007, et Bush à fin décembre de la même année. On ne peut pas les confondre avec des dictateurs à vie.

            Pour ce qui est de Cuba, j’ai vu, à la télévision (Planète), le procès du général Ochoa, filmé par les castristes pour l’édification du peuple.

            C’était quelque chose d’atroce : un accusé (innocent) larvaire se confondant en flatteries pour son bourreau (Castro) dans le plus pur style des procès staliniens. Voir de quelle manière les spécialistes peuvent briser ce qui était un homme est une horreur absolue.

            A ma connaissance, les Nazis n’ont jamais transformé leurs victimes en complices de leurs crimes. Les communistes, oui !

            Je crois que le spectacle de l’exécution d’Ochoa aurait été moins pénible : il paraît qu’il est mort dignement et cousageusement.


          • chihiro (---.---.106.140) 3 août 2006 21:27

            Merci d’en avoir rajouté une, de connerie, maintenant c’est complet.


          • nico (---.---.55.253) 3 août 2006 13:10

            Un compléméent d’information sur les relations US-Cuba peut-être à venir : http://www.voltairenet.org/article142449.html Et quelques infos pour répondre aux questions de Seb, extrait : « Cuba dispose de l’espérance de vie la plus élevée et du taux de mortalité infantile le plus bas du Tiers-monde. Cuba dispose d’un taux de mortalité infantile inférieur à celui des propres États-Unis. L’UNICEF affirme même que Cuba est l’unique nation d’Amérique latine et des Caraïbes à avoir éradiqué la dénutrition infantile » Interessant. Quelques infos de ce genre auraient permis d’équilibrer (->plus objectif ?) l’article...


            • septquiprend septquiprend 3 août 2006 19:12

              Tu parles d’objectivité en faisant référence au réseau voltaire, laisses moi rire, c’est pas chez eux qu’il faut aller chercher un complémént d’information rationelle ce n’est que ramassis de textes anti occidentaux à forte connotation « anti impérialiste », ca sent le ROUGE à plein nez. regarde entre autre ce lien, c’est un vrai n’importe quoi... http://www.voltairenet.org/article16724.html ?var_recherche=staline?var_recherche=staline


            • Fanfan (---.---.138.20) 3 août 2006 13:18

              Maintenant,tous les anticastristes vont peut-être se réjouir et se manifester, jusqu’à pouvoir renverser le régime de Castro un jour ou l’autre et Raoul ne pourra peut-être pas en ce temps-là résister face à leur tentative.Ils vont peut-être gagner après la mort de Fidèl parce que le monde est à l’envers avec son modèle biaisé de démocratie imposé de force aux pays impuissants et qui fait plus de mal que de bien.Ils pourront certainement vouloir déstabiliser le régimeet ils y arriveront. Cependant pour l’instant, on ne peut prétendre que sous le régime de Fidèl le pays a connu de la corruption,de la guerre, en dépit de l’embargo mais plutôt l’éducation,un service de santé pour toute la population Les rumeurs circulent de bouche à oreille que Castro se serait enrichi de l’argent des cubains.Mais comme tant d’autres leaders dans le monde contre qui on n’apporte des preuves écrites de carnets de banque remplis ,je n’ai jamais entendu qu’on en fait autant pour Castro. Si Castro l’avait même secrètement,on aurait entendu parler.


              • bismal (---.---.237.94) 3 août 2006 13:58

                Avant d’ecrire des conneries,vous feriez mieux d’allez à cuba pour voir de vos propres yeux ,et vous vous rendrez compte peut-etre que le vrai dictateur c’est BUSH et sa bande.


                • chihiro (---.---.106.140) 3 août 2006 21:35

                  J’aimerais savoir en quoi G. Bush répond à la définition d’un dictateur.


                • bahr (---.---.185.145) 3 août 2006 14:52

                  Si Cuba est une dictature communiste, alors je préfère vivre dans une dictature communiste que dans une « démocratie » à l’occidentale :)


                  • mouloud (---.---.94.251) 3 août 2006 15:39

                    il est clair que vivre dans une société réduit à sa plus simple expression sans savoir qu’il y a mieux ailleurs, ne vous donne guerre l’envie de partir à la découverte

                    le manque de désir ne crée aucune dépendance et vous vous contentez de l’essentiel


                  • SIMPLET (---.---.93.120) 3 août 2006 15:47

                    Si vous préférez les dictatures communistes ou autres, on s’étonne que vous n’y soyiez pas encore installé. Dépêchez-vous !!!


                  • taretsv (---.---.161.146) 3 août 2006 16:08

                    « Si Cuba est une dictature communiste, alors je préfère vivre dans une dictature communiste que dans une »démocratie« à l’occidentale :) »

                    Faut arreter de dire n’importe quoi, je vis en Bolivie et je connais bien Cuba et des cubains. Je ne souhaite a meme pas à mon pire ennemie de vivre a Cuba... Faut mieux se renseigner un peu avant de dire des conneries de ce type. Tu devrais avoir honte de ce que tu dis.


                  • bismal (---.---.237.94) 4 août 2006 21:32

                    Revise un peu tes cours d’histoire et tu verra que si cuba est comme elle est aujourd’hui c’est uniquement a cause de l’embargo des ricains,et pour un pays qui n’as pas d’échange avec l’occident il s’en sorte bien. Imagine un embargo sur les USA et là je suis qu’aucun des présidents ricains(passé,présent et à venir)ne feras mieux que FIDEL..........


                  • (---.---.59.170) 6 août 2006 00:49

                    « Revise un peu tes cours d’histoire et tu verra que si cuba est comme elle est aujourd’hui c’est uniquement a cause de l’embargo des ricains »

                    Je ne savais pas que le commerce avec les pays capitalistes faisait parti de la doctrine Marxiste ! D’aprés eux, tout au contraire, le commerce c’est du pillage de pays pauvres : il va falloir vous mettre d’accord entre vous les staliniens.


                  • popol (---.---.228.198) 7 août 2006 17:21

                    Chiche, vas y !


                  • Emile Red (---.---.226.245) 3 août 2006 14:57

                    Quelques lacunes, quelques contre-vérités et on arrive à dire qu’un libérateur devient un insuportable dictateur.

                    Castro est arrivé à La Havane dans un contexte de corruption industrielle, d’une main mise sur l’économie par la maffia et d’un dictateur brutal et sanguinaire, tant est si bien que les USA le préférait à Batista.

                    L’économie étant dans un état de délabrement tel et l’industrie totalement asservie aux Etats Unis, il décida la nationalisation de secteurs vitaux et une réforme agraire générale, à partir de ce moment les Américains, se sentant lésé ont commencé à douter du personnage et à force de manigances politico-économiques l’ont poussé dans les bras de Moscou.

                    Malgré un embargo de 40 ans, 600 tentatives d’assassinats, le financement de la guerilla, la peste porcine et la dengue importée par la CIA, il réussit à augmenter l’espérance de vie, la santé et l’éducation du peuple Cubain au 1er plan de l’Amérique Latine.

                    On lui a reproché un grand nombre de condamnations à mort, mais mis à part les 9 condamnés de la baie des cochons, aucune ne fut jamais confirmée, seule le décés, en prison, de Pedro Luis Boitel lui est imputée directement.

                    Voir en cet homme, qui ne s’est jamais mis en avant, l’ogre de La Havane semble une exagération inqualifiable, et ses actions éducatives et médicales dans les pays du tiers-monde Américains ne peuvent que témoigner en sa faveur.

                    Et qu’il ait mis entre parenthèse une certaine idée de la liberté au profit du mieux être du peuple, ne peut lui être reproché au regard des états alentours et de l’embargo qui saigne Cuba.


                    • Emile Red (---.---.226.245) 3 août 2006 15:00

                      C’est étrange que ce soit une Canadienne qui écrive cet article quand on connait les relations privilégiées entre le Canada et Cuba ...


                    • celestin (---.---.248.129) 7 août 2006 18:47

                      Un saint homme en fait, si je vous lis bien ?

                      Grostesque. Quand Cuba va se revolter on va encore en decouvrir des vertes et des pas mures ...

                      Au fait, pourquoi il n’y a pas de cubain qui font des commentaires ? Ah oui, c’est vrai, nous on vit dans un mechant pays mais pas eux. Mais eux n’ont pas le droit de s’exprimer ni de partir.


                    • pffff (---.---.14.148) 3 août 2006 15:08

                      Les réactions de personnes préférant Castro à Bush me font peur. Certe Bush est un dingue aux commandes d’un des pays les plus puissants mais il a été élu par le peuple.

                      Castro lui est un dictateur. Et un trouillard : s’il est convaincu d’avoir raison, qu’il se soumette au vote du peuple. Il a ses chances c’est ça la démocratie.

                      Ceux qui restent persuadés qu’une dictature est une bonne chose doivent se voir aux commandes de celle-ci, sûrement pas arrêté et emprisoné pour avoir oser critiquer le chef... ou alors n’ont pas retenu les leçons du passé.


                      • Jaimz (---.---.101.8) 3 août 2006 18:23

                        Il est fort probable que des élections libres... le conserveraient au pouvoir avec une écrasante majorité. En effet quand on vit dans un pays soumis à un embargo économique depuis si longtemps on se protège et on se serre les coudes ! La situation économique faible, le niveau d’éducation limité et l’autarcie de ce pays sont dûs à l’enbargo Américains... 40 ans vous imaginez ? Je ne pense pas... En parallèle vous pouvez analyser la farouche indépendance de l’Iran, pays lui aussi soumis à un embargo depuis plus de 20 ans. Rien d’étonnant dans leurs réactions agressives et provocatrices, c’est un juste retour des choses.


                      • (---.---.55.98) 3 août 2006 20:05

                        Je préfère un dictateur qui apporte du bon (au moins sur certains points) qu’un pseudo-président élu de façon pseudo-démocratique, qui ne tient pas ses promesses, ne sert que ses intérêts particuliers et ceux de ses potes chefs de multinationales. A part ça, qu’est ce qu’on reproche à Castro ? de ne pas respecter les droits de l’Homme ? c’est sûr que Guantanamo, c’est un modèle. Les dictateurs en Afrique financés et soutenus par la France, c’est super droitdelhommiste aussi ! Les lois passées en vite fait pour que les politiques deviennent intouchables, etc...

                        En fait, la seule différence entre Cuba et nos pays occidentaux, c’est la notion d’hypocrisie, il y en a un peu moins à Cuba. Là-bas au moins, le peuple sait qu’il n’a qu’à travailler et qu’il ne prendra jamais de décisions politiques dans son pays. Ha et puis aussi, leur système de santé et d’éducation progresse dans le bon sens, pas comme dans d’autres pays...

                        Cuba est un pays droitdelhommiste sous forme de dictature, nos pays occidentaux sont des dictatures grossièrement camouflées en démocratie...


                      • Adolphos (---.---.59.170) 3 août 2006 20:53

                        « Je préfère un dictateur qui apporte du bon (au moins sur certains points) qu’un pseudo-président élu de façon pseudo-démocratique, qui ne tient pas ses promesses, ne sert que ses intérêts particuliers et ceux de ses potes chefs de multinationales. »

                        Toi, tu aurais soutenue le Fürer jusqu’à la mort. Félicitation ! Hail Hitler !


                      • fredericKH (---.---.102.41) 5 août 2006 17:13

                        "par pffff (IP:xxx.x01.14.148) le 3 août 2006 à 15H08 Les réactions de personnes préférant Castro à Bush me font peur. Certe Bush est un dingue aux commandes d’un des pays les plus puissants

                        mais il a été élu par le peuple."

                        > Quand on sait comment s’étaient déroulées les éléctions, on a envie de rigoler fort... ou de répondre simplement : pffff !

                         smiley


                      • (---.---.59.170) 6 août 2006 01:11

                        « La situation économique faible, le niveau d’éducation limité et l’autarcie de ce pays sont dûs à l’enbargo Américains »

                        AH AH AH AH ! L’échec du communisme est du à ces salauds de capitalistes !! AHA HAH AH ! Et oui, les communistes ne sont plus pour l’autarcie maintenant, mais pour la mondialisation capitaliste, tout ce qu’ils détestent !! AH HA HA HA !!

                        Mais dites moi, ce peuple méprisable, est-ce qu’il à de quoi payer ce qu’ils voudraient acheter aux pays riches ? Nada ! Ce n’est qu’une bande de pouilleux, grâce à castro et à son partie unique. Quand à vendre, je ne vois pas ce que ces fénéant peuvent avoir à vendre aux américains.

                        « Je préfère un dictateur qui apporte du bon (au moins sur certains points) qu’un pseudo-président élu de façon pseudo-démocratique, qui ne tient pas ses promesses, ne sert que ses intérêts particuliers et ceux de ses potes chefs de multinationales. A part ça, qu’est ce qu’on reproche à Castro ? »

                        Exactement. Vive Pinochet !

                        « En fait, la seule différence entre Cuba et nos pays occidentaux, c’est la notion d’hypocrisie, il y en a un peu moins à Cuba. Là-bas au moins, le peuple sait qu’il n’a qu’à travailler et qu’il ne prendra jamais de décisions politiques dans son pays. »

                        Pareil pour le Chili sous Pinochet, leur sauveur. En plus il a fait flinguer des communistes, ces sous hommes, et ca, ca fait toujours plaisir au peuple, même quant il ne réfléchie pas (c’est à dire toujours, à vous lire).


                      • Zamenhof (---.---.195.95) 10 août 2006 15:29

                        Le niveau d’éducation n’est pas limité ! Cuba est le seul pays d’Amérique latine où il n’y a plus d’analphabétisme. Et c’est aussi celui qui a le plus haut taux de diplomés de l’enseignement supérieur par rapport à la population.


                      • Zamenhof (---.---.195.95) 10 août 2006 15:31

                        excellent résumé du problème ! « Cuba est un pays droitdelhommiste sous forme de dictature, nos pays occidentaux sont des dictatures grossièrement camouflées en démocratie... »


                      • mouloud (---.---.94.251) 3 août 2006 15:31

                        j’ai peur que les cubains exilés se réjouissent trop vite, le frère est-il un clône politique de fidel ?

                        et si fidel casse définitivement sa pipe (dieu ai son âme et lache la mienne) bonjour la guerre civile

                        faudra encore que ce soit les américains qui devront y aller faute d’autres puissances, et là les USA vont encore se mettre la planète bien pensante à dos

                        priez mes frères et soeurs pour que le grand fidel se rétablisse vite et vive très vieux afin de calmer les véléïtés sarcastiques des anti américains primaires


                        • Jaimz (---.---.101.8) 3 août 2006 18:26

                          Faut relativiser les anti-castristes présentés par CNN : tout au plus un ou deux milliers de réfugiés qui ne quitteront pas Miami où la vie est belle ! Si le gourvernement cubain, son parlement décidait la liberté de partis et d’expression alors le million de réfugiés de partout sur terre pourrait envisager de rentrer un jour... et encore, il n’y a pas beaucou pde travail à Cuba.


                        • ^^ (---.---.149.182) 3 août 2006 15:46

                          et ça se croit journaliste...

                          courage fidel


                          • Catherine-Aimée Roy (---.---.133.120) 6 août 2006 23:15

                            Je suis étudiante et non pas journaliste. Merci d’en tenir compte !


                          • mandaraka (---.---.233.253) 3 août 2006 16:03

                            j’ai peur pour les cubains si raoul se retrouve au pouvoir... je n’ai pas entendu de bons échos en ce qui le concerne. je ne parle pas du fait que ce soit un dictateur potentiel, mais de ses méthodes (assez brutaux) et du fait qu’il soit assez corrompu, etc. qq’un pourrait m’éclairer un peu sur ce personnage ? svp, ne répondez que si vous connaissez Cuba, je peux me passer des commentaires de ceux qui savent pas mais savent parler...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès