Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > D’un capitalisme financier global à une régulation financière (...)

D’un capitalisme financier global à une régulation financière systémique

La crise financière majeure née au cours de l'été 2007, devenue systémique à l'automne 2008, a révélé le manque de résilience du capitalisme financier contemporain, sa vulnérabilité face aux événements induits par ses propres structures. Le rapport de Terra Nova "D'un capitalisme financier global à une régulation financière systémique" propose une maîtrise des risques s'appuyant sur des dispositifs règlementaires, prudentiels et légaux rompant résolument avec un capitalisme dévoyé qui privatise les gains et socialise les pertes. Sur des questions trop souvent abordées sous un angle exclusivement techniques, il réintroduit des positionnements politiques, en mettant en évidence les défaillances majeures des systèmes de contrôle au sein des banques, et en rappelant la nécessité d'une refonte des modes de régulation des institutions financières. Il propose un nouveau cadre de prévention et de résolution des faillites bancaires, une meilleure régulation du shadow banking, ainsi qu'une régulation macroprudentielle visant à limiter l'instabilité financière.

La crise financière globale, née au cours de l’été 2007 et devenue systémique après la faillite de Lehman Brothers, révèle avec force et douleur l’accroissement de la perméabilité du capitalisme financier contemporain aux événements systémiques. En finance, ces événements ne sont pas exogènes, c'est-à-dire indépendants des comportements des acteurs qu’ils affectent (contrairement aux catastrophes naturelles par exemple), mais bien la résultante d’un système qui crée des incitations perverses à la prise de risques, et où les structures économiques sont insuffisamment résilientes. Confrontés à cette montée des risques globaux, aux coûts prohibitifs pour la société, les Etats sont trop longtemps restés passifs, confiants dans la discipline présumée de l’autorégulation et l’efficience supposée des marchés.
 
La maîtrise du risque systémique, c'est-à-dire la réduction de la probabilité d’occurrence de crises financières majeures et la maîtrise de leur ampleur quand elles se produisent, implique un réengagement des Etats et des régulateurs dans une approche elle-même systémique : la régulation financière doit être pensée, non pas comme un empilement de composants indépendants les uns des autres, mais comme un système où ces composants interagissent entre eux. A la globalisation de la finance et aux dérives des acteurs financiers doivent répondre une régulation financière et des dispositifs préventifs eux-mêmes conçus dans une optique globale. Cela signifie notamment que les réponses ne peuvent être purement domestiques. Assez largement, les propositions ci-dessous ne sont possibles et pertinentes qu’à l’échelle internationale – au minimum européenne.
 
Le fil rouge de nos propositions est que la maîtrise des risques passe nécessairement par des dispositifs réglementaires, prudentiels et légaux qui rompent de manière crédible avec le dévoiement de l’esprit du capitalisme qui prévaut dans la finance contemporaine et qui s’est traduit par une privatisation des gains et une socialisation des pertes. Ce fil rouge ne traduit pas seulement un impératif éthique majeur, c’est également la condition sine qua non d’une finance efficace dans sa mission économique première : l’allocation des ressources.
 
Face à ces enjeux, les propositions de Terra Nova couvrent l’ensemble du spectre : du micro-économique jusqu’au macro-économique.
 
- Au niveau microéconomique, la crise a mis en exergue nombre de carences dans la gouvernance des banques avec une multiplication des dysfonctionnements dans les systèmes de contrôle. Sur la base de ce diagnostic, nous proposons de renforcer les garde-fous supposés encadrer les activités bancaires : que ce soit les contrôleurs internes ou externes, leurs moyens et leur rôle doivent être renforcés et les modes d’organisation revus. En l’absence de visibilité sur les risques pris au niveau micro-économique, il est illusoire d’envisager un régulateur disposant de capacités d’anticipation et de réaction adéquates en cas de crise.
 
- En matière de régulation financière, nous souscrivons aux orientations principales de Bâle 3 : renforcement de la qualité du capital réglementaire avec une focalisation sur le capital dur, introduction d’un coussin de capital contra-cyclique (même si le caractère purement discrétionnaire et national des décisions en ce domaine affaiblit la portée de cette avancée), imposition d’un levier simple et de ratios de liquidité (compatibles avec le rôle de transformation des banques et le financement de l’économie réelle). Mais nous considérons que ces avancées sont insuffisantes et doivent s’accompagner d’une réorientation des dispositifs prudentiels vers le macro-prudentiel.
 
- Cette politique macro-prudentielle doit redéfinir le rôle des banques centrales, celles-ci doivent se préoccuper de la stabilité financière notamment en agissant préventivement sur la formation des bulles sur les prix d’actifs, en particulier des bulles immobilières. Ce nouvel objectif doit s’accompagner de la mobilisation de nouveaux instruments de politique monétaire ou même de l’utilisation plus active d’instruments déjà connus (comme les réserves obligatoires).
 
- Il est impératif de donner aux pouvoir publics les moyens légaux d’éviter le renflouement systématique des institutions financières systémiques. Plus aucune institution financière ne doit être « too big to fail ». Le fil conducteur de nos propositions est que les actionnaires et créanciers des institutions systémiques assument les risques qu’ils prennent, sans les transférer à la collectivité. A cette fin, nous proposons un dispositif légal qui se décompose en deux volets : des « testaments » pour toutes les institutions systémiques et un cadre légal de résolution des défaillances bancaires conférant aux régulateurs une gamme diversifiée d’options de résolution qui préservent la stabilité financière, sans nécessairement préserver la forme juridique initiale des groupes financiers.
 
- Dans ces « testaments », les institutions systémiques devraient fournir aux régulateurs un plan détaillé de résolution de leur propre défaillance, c'est-à-dire des informations très précises sur la manière de les démanteler légalement. Ces testaments bancaires devraient s’accompagner du pouvoir pour le régulateur d’imposer des simplifications de la structure légale des groupes financiers et constituer une base de résolution des groupes transfrontières notamment en matière de partage des pertes.
 
- Le nouveau cadre de résolution de la défaillance des institutions systémiques – en rendant crédible la défaillance et/ou le démantèlement des banques – contribuerait à limiter les incitations à la prise de risque.
- Ces deux dispositifs doivent s’accompagner d’une réactivation de la discipline de marché via l’imposition de règles d’émission de capital contingent, c'est-à-dire de titres de dettes hybrides convertibles en actions en cas de fragilisation financière des institutions financières.
 
- Enfin, toutes les entités financières doivent être régulées, et les entités constituant le shadow banking sector, qui échappent pour une large part aux contraintes prudentielles, ne doivent plus menacer la stabilité du système financier ou amplifier les crises financières.
 
Consultez les propositions du rapport ici
Consultez le rapport complet ici

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 9 juillet 2011 08:37

    Terra Nova, ou l’art de donner quelques coups de pinceau ... pour que le système puisse perdurer.
    Si c’est cela la nouvelle gauche, vous n’avez aucune chance d’avoir ma voix.


    • IL N Y A QU UN PAYS COMME LA FRANCE...HORS MONARCHIE OU OLIGARCHIE..

      _ un pays ou les élus se votent eux memes indemnités et primes...
      _ un pays ou les sénateurs se votent des nuits de travail...sans oublier chauffeurs et vigiles
      _ un pays ou le questeur sénateur( du TARN )s’invente des gueuletons pour 1048 euros et 1500 euros et se rembourse lui meme au sénat....repas pris dans le restaurant de sa fille...dans le tarn ???
      - un pays ou chaque ministre qui ne sert a rien va se promener avec un avion officiel...ou loue 1 avion....
      - UN PAYS OU IL Y A DIX FOIS TROP D’ELUS (1 POUR 100 HABITANTS...)VOIR POUR LA POLICE ..1 POLICIER POUR 500 HABITANTS
      _ un pays ou les très riches paireont 4 fois moins d’impots en 2012 comparé a 2010 ( mme bettencourt)
      _ un pays ou l’on invente un bouclier fiscal...pour les très riches
      _ un pays ou les revenusdu travail sont beaucoup plus imposés que la fortune 
      _ un pays ou conseil general departement..et communautés des communes font triple emploi.....mille feuilles administratifs de 8 couches
      _ un pays ou on est toujours en campagne ELECTORALE
      _ un pays ou il n’y a qu’un petit homme a la barre...
      - un pays ou les retraités vont travailler plus (18 mois...)pour gagner moins
      _ UN PAYS OU LES LOGEMENTS INSALUBRES SONT LOUES 900 EUROS PAR PIECE
      _ un pays ou des familles avec enfants dorment sur la rue..


      ce PAYS C EST LE NOTRE DIRIGE PAR SARKO 1ER DEPUIS 4 ANS ....ON DECOUPE LA FRANCE...SON SAVOIR FAIRE ET ON VEND AUX CHINOIS (VIGNOBLES..) EN TRANCHES COMME LES IMMEUBLES ( AUX CHAINES D’HOTELLERIE AMERICAINES..( bridge street...)


      CE BEAU PAYS RICHE LAISSE LES LABOS PHARMACEUTIQUES FAIRE MOURIR SES CITOYENS ...ET VENDRE LE MEDICAMENT AU PRIX DE L OR....(molecules venant de chine...prix de revient 0.20 euros revendus 400 euros la boite)


      POVRE FRANCE...............TU ES COMME LE COQ...TU CHANTES LES PIEDS DANS LE FUMIER....des élus...du cac 40...des marchands de bien...des avocats d’affaires et des gérants de sci dont beaucoup sont de plusELUS... et ca pue...........

      TOUSENSEMBLE


    • JL JL 9 juillet 2011 09:17

      Vopus écrivez : La crise financière majeure née au cours de l’été 2007, devenue systémique à l’automne 2008, a révélé le manque de résilience du capitalisme financier contemporain« 

      C’est quoi, le »capitalisme financier" ? Je suppose que vous voulez parler de l’industrie financière ? Ou d’industrie de la finance ?

      Par ailleurs, la résilience est précisément ce qui fait la force du capitalisme, un système dont la caractéristique est qu’il se nourrit de ses contradictions. L’industrie financière est une industrie parasite : une contradiction du capitalisme, dont il se nourrit, au risque d’en attraper une indigestion. C’est peut-être ce qui le tuera, mais nous tuera avec.

      L’industrie de la finance est une industrie du diable. A bannir.


      • Roosevelt_vs_Keynes 9 juillet 2011 10:54

        « une meilleure régulation du shadow banking »

        Si vous cherchez à réguler le shadow banking, c’est que vous en tolérez l’existence.

        Pire. Au même moment aux Etats-Unis, le premier syndicat ouvrier (AFL-CIO), le premier syndicat industriel (IAM), des banquiers (et non les spéculateurs de WS), les plus importants poids lourds de Washington demandent l’annulation rétroactive de toute dette spéculative dans le monde entier, et le retour à l’émission de crédit productif public souverain par tous les Etats du monde.

        Que Terra nova soit au service de l’oligarchie financière ne pouvait pas plus sauter aux yeux qu’avec cet article.


        • JL JL 9 juillet 2011 11:06

          R_vs_K,

          C’est clair, Terra nova est au service de l’oligarchie financière.

          Terra Nova, c’est pas le Think thank de DSK ?


        • Robert GIL ROBERT GIL 9 juillet 2011 13:02

          voici comment l’oligarchie financiere met sous sa coupe les peuples, apres ceux du sud, viens le tour de ceux du nord, rien ne les arretera :

          http://2ccr.unblog.fr/2011/01/07/la-dette-publique-et-la-bancocratie/


          • katalizeur 9 juillet 2011 13:39

            terra nova..ha ;ha; ;ha ahaahaaaahahahhhahhhhaa.....

            pas de commentaire, tout a été dit, faux nez des financiers apatrides,

             dans quelques temps ils vont muter en terra- nourrira ou en terra egalita por toussa,mais surtout por moa...


            • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 9 juillet 2011 14:37


              Trop tard. Trop peu. C’est du vent....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès