Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De paris à Molembeek

De paris à Molembeek

Je me pose la question de savoir si je peux oser dire que j'ai peur. Oui, j'ai peur d'oser dire : "Qui sème le vent : récolte la tempête" ; "Si on te frappe sur la joue gauche, présente la joue droite" ; "Que celui qui sème l'ivraie, ne s'attende pas à récolter du bon grain" ; "Voyons la paille et la poutre". J'ai peur d'oser dire : "Nous ne sommes peut-être pas tous Charlie". Oserais-je dire je suis "Molembeek" ?

Oui j'ai peur de parler des Droits de l'Homme (blanc, riche, en bonne santé, bien pensant et bon croyant), d'invoquer les libertés de penser ("aligné"), de parler ("conforme") et de circuler ("en suivant les chemins qui mènent à Rome ou à La Mecque"….).

La propagande étant à la démocratie ce que la torture est à un Etat totalitaire (Chomsky), j'ai peur qu'il ne me faille attendre encore très longtemps pour qu'"on" ne meurt plus "pour des idées n'ayant plus cours le lendemain" (Brassens). J'ai peur qu'il me faille attendre plus que les 70 ans qui ont été nécessaires pour apprendre que tout le monde "savait", à l'époque, qui était "LE" coupable du massacre de Katyn. J'ai peur qu'il me faille attendre plus que les 59 ans qu'il a fallu pour qu'Allan Turing soit "réhabilité" en vue d'être" élevé au rang de personnage de légende". Devrai-je attendre plus que les 52 ans de silence qui ont couvert la véritable identité des assassins de Lumumba, plus que les 50 ans qui se sont passés avant qu'"on" ne réhabilite Sacco et Vanzetti ? "La mort, la mort toujours recommencée" ? (Brassens)

Si j'avais eu mes 20 ans à Moscou dans les années 60, j'aurais lu tous les jours les Izvestia et la Pravda. J'aurais tout su sur les ségrégations raciales aux USA ("White Only" et "réserves" indiennes), le règne de Franco en Espagne, le MacCartisme et l'Otan, les "bidons villes" des "zones" à Paris et l'Abbé Pierre, les Fellaghas d'Algérie, le massacre de Mi Lay. J'aurais été fier de Spoutnik, Laïka, Gagarine et de la Paix garantie par le Pacte de Varsovie. J'aurais dénoncé l'espionnage honteux des USA avec leurs U2 et le pilote Powers. J'aurais tout ignoré du KGB, de la NKVD et de la STASI, des Goulags, des assassinats de Béria, de Trotsky, des famines, des purges staliniennes et de l'exil de Soljenitsyne. Mais, à 20 ans, je vivais à Bruxelles et je voyais les Vopos qui, à Berlin, sautaient au dessus des barbelés du Rideau de Fer ; je voyais, à Amsterdam, les "Dolle Mina" et les "Provos" qui fumaient des joins, librement, sur le Dam, je regardais les premières TV couleurs. Et puis je pouvais voir, en direct, les chars soviétiques à Berlin, Leipzig, Poznam, et Budapest. Plus tard, j'écoutais les libertés revendiquées par les hippies à l'Île de Wright ou à Woodstock. La condamnation par la justice américaine du lieutenant Calley, me rassurait. Je lisais bêtement et méchamment Hara-Kiri. Mao et Liu Chao Chi se disputaient, à ma grande "rigolade" (Nino Ferrer), la timonerie. Et puis il y a eu Kennedy, le Che, Allende et Martin Luther King.

A 73 ans j'apprends que lors de la "libération de 45", une petite fille de 4 ans (une de mes connaissances) a vu des "Patriotes" venir dans sa maison pour punir son père, instituteur du village, pour sa "collaboration" avec l'ennemi : après avoir tout saccagé dans la maison, une poupée de la petite lui a été présentée et, devant elle, un "Patriote", d'un coup de talon, a écrasé la tête de la poupée.....(Hiroshima mon amour- Margueritte Duras- Alain Resnais)....Je me rends bien compte que depuis mai 68 "on a troqué nos cols Mao pour des costars trois pièces" (Ferrat) et qu'on a produit plus d'interdits qu'il en est possible d'en interdire ; que des Mi Lay, il y en a eu "20 et 100, ils étaient des milliers" (Nuits et Brouillards - Alain Renais) ; que l'incident du Golfe du Tonkin n'a pas eu lieux ; que "Les sentiers de la gloire" (Kubrick) et de ""Nuremberg à Nuremberg" (Rossif - Meyer) ont été sinon "interdits, du moins retardés de sortie" en France et que le Dr Strangelove a bien existé (Kubrick, encore) ; qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak ; que nous sommes presque tous "sur écoute" des uns par les autres. J'apprends qu'à la bataille de Fallujah, comme au Kosovo, "nous" avons utilisé des munitions à l'uranium appauvri, que "nous" avons détenu à Abou Graïb et Guantanamo des prisonniers subissant des traitements cruels et dégradants, que la CIA a utilisé la torture taxée de "pratiques honteuses", uniquement parce qu'inefficaces. J'apprends que la Compétence Universelle de la Justice belge a été amendée pour éviter que l'Otan ne quitte Bruxelles, que la Cour Européenne des Droits de l'Homme a condamné la Belgique pour l'extradition d'un "terroriste" (avant la fin de la procédure en appel) dans un pays où son intégrité physique n'est pas assurée. Lors des cérémonies, bouleversantes, des 70 ans de la libération par l'Armée Rouge du camp d'Auschwitz, je n'ai pas vu le drapeau "Arc-en-ciel" des homosexuels ni celui (à plus fortes raison) des Tsiganes (Mais oui, au fait, pourquoi celui des Tsiganes ? - Godard). Par contre à Dachau, j'ai vu le drapeau Israélien....On a dit que, lors du procès "SOS Racisme contre le journaliste d'investigation, Pierre Péan", il aurait été prononcé la phrase : "Évoquer le sang des Hutus, c'est souiller le sang des Tutsis"….

Lors de la manifestation de Paris du 11/01/2015, le Chant des Partisans a été repis en choeur : "

 Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place

 Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes…..

 Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.

 Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !

 Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève"

Aujoutd'hui de Paris à Bruxelles et à New York, on chante "La Marseillaise" :

Aux armes citoyens,

Formez vos bataillons,

Marchons, marchons

Qu'un sang impur

Abreuve nos sillons !

(Une pensée à Gainsbourg)

L'élan d'indignation de millions de personnes de par le monde a été et est hautement symbolique. Le respect dans lequel il faut tenir ces réactions a été et est unanime. La barbarie ne peut pas rester sans une dénonciation, franche et massive. Et, à cette barbarie, inhumaine, nous en opposerons, désormais, une à visage humain. Mais ne s'agit-il pas, en l'occurrence, de défendre une "croyance sans le doute" c'est-à-dire une "Foi" ? Notre Foi, en effet, ne soulève-t-elle pas des montagnes ? Ne se manifeste-t-elle pas par des attributs, des rituels, des icônes, des sacrifices et des paroles chargées de sens (comme les ceintures d'explosifs le sont de poudre) pour sa défense légitime (et même préventive) contre les dangers des mécréances et incroyances de "tout poil" ?

Dans l'avenir, qui dira par qui et pourquoi l'avion de Dag Hammarskjöld a été abattu, par qui et pourquoi l'avion des présidents Habyarimana et Ntaryamira a été abattu, par qui et pourquoi l'avion d'Alison Des Forges (et accessoirement de Beverly Eckert) "aurait" été saboté ? Au fait où en est-on de l'enquête sur la "crash" du vol MH17 ????

Et je ne peux toujours pas comprendre pourquoi selon qu'on est pour ou contre l'un ou l'autre tyran, on est classé partisan, terroriste ou résistant et qu'il faille donc, encore et toujours, mourir en martyr.

"Car enfin, la Camarde est assez vigilante,

Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux.

Plus de danse macabre autour des échafauds."

(Brassens)

Devrais-je avoir peur d'avoir écrit ce que j'ai pensé...même si ce que j'ai pensé n'est peut-être pas totalement exact ? De toutes les manières, je suis trop vieux et ne compte pas mourir pour des idées d'aujourd'hui ou de demain.....

Tout compte fait......je ne ferai pas l'"homme-sandwich" auquel je pensais en commençant ma réflexion....je ne clamerai pas "Je suis Molembeek", par respect pour les victimes...mais aussi parce que le temps n'a pas encore eu le temps de faire son travail d'érosion de l'émotion.....

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • doctorix doctorix 16 novembre 2015 16:23

    Joli texte.

    Nous en sommes effectivement à nous demander chaque jour, non pas si on nous ment, mais où est le mensonge.
    On nous monte artificiellement les uns contre les autres, les bons des uns étant les mauvais des autres, parce qu’on a compris en haut lieu qu’unis dans un intérêt commun bien réel, nous n’aurions de cesse de nous débarrasser de la clique qui nous opprime.
    Même nos révoltes, trop rares, seront dirigées, encadrées, orientées, comme aujourd’hui, et tant qu’on pourra le faire.
    Pourtant, la classe politique, de Paris à Bruxelles a bien raison d’avoir peur, et quand le peuple s’éveillera, il vaudra mieux être balayeur à Paris que commissaire au parlement européen.
    L’opinion publique est comme la faille de San Andréa : plus on attend, plus la pression monte, et plus le tremblement de terre sera violent.
    On n’en est plus à chercher à savoir quoi, mais quand.
    Qui voulait réintégrer l’OTAN ? Qui voulait massacrer 120 ou 160.000 Libyens ? Qui voulait attaquer la Syrie ? Qui voulait fournir des armes aux terroristes Syriens ?
    Qui voulait la moindre guerre ?
    Pas vous, pas moi. Il y a eu abus de l’usage de nos bulletins de vote.
    Un mauvais serviteur, on le met dehors.
    Un mauvais maître, on le renverse.
    Je n’ose parler du sort des traîtres.

    • Bertrand Loubard 17 novembre 2015 14:33

      @doctorix

      Oui, il y aurait encore tant de choses à dire sur notre propension ne pas remarquer les fluages sémantiques qui nous font confondre « contenants » et « contenus », « cartes » et « territoires »..........

      A lire peut-être aussi le texte de Vltchek sur :

      http://dissidentvoice.org/2015/11/ignorance-and-indoctrination-of-westerners-kills-millions/#more-60510


    • Spartacus Spartacus 17 novembre 2015 10:41

      Le cerveau commendataire ? Il vient de Molenbeek. Il n’est même pas Syrien.

      Les assassins ? Ils viennent de Molenbeek.

      La solution serait de bombarder la Syrie ? C’est loin. On voit pas les morts. On voit pas qui est mort, les tyrans ou les victimes des tyrans. C’est politiquement vendeur...
      C’est montrer qu’on fait quelque chose. En plus ça permet de dépenser sans compter pour acheter des votes de l’émotion avec l’argent de la poche des générations futures dans l’indifférence de partis politiques tous prêts à jouer sur l’émotivité naturelle.

      En, fait c’est Molenbeek qu’il faut bombarder puisque c’est là que sont nés les terroristes.

      Ha oui mais là, problème.
      Pas possible. 
      Il faudra dire une vérité sur les bombardés.

      -Que des occidentaux Francophone, né en occident n’aiment pas leur pays de naissance.
      Avouer que l’argent de l’argent de l’état donné à l’éducation a échoué.
      Il faudra arrêter de faire l’apologie du HLM et se rendre compte que c’est du cache misère.
      -Que l’habitant du HLM à part quand Hollande vient et prépare les questions des habitants, ne dit pas « merci président pour ce HLM et cette mise en dépendance » 
      -Que la sociale dépense publique n’a d’autre bur que donner bonne conscience.......

      J’avais écrit un texte en septembre (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/guerre-en-syrie-on-frappe-qui-ou-172072° ou je posait la question en conclusion : « Bombarder au présent sans anticiper le futur....Le doute est légitime. »

      Aujourd’hui il y a 132 mort et des dizaines de blessés....
      L’âne au pouvoir au lieu de pavaner doit rendre des comptes....

      Chercher l’électeur en bombardant tue des électeurs.

      • zygzornifle zygzornifle 17 novembre 2015 12:57

        paris avec son Élisée est le centre de la stupidité en bande organisé, Bruxelles de l’Europe pillarde et ringarde aux ordres des lobbys et Molembeek du terrorisme, il s’en passe ds choses en Europe......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès