Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dati, le pouvoir à la force des dents

Dati, le pouvoir à la force des dents

La future ex-garde des sceaux a un parcours étonnant, et à la lumière de plusieurs investigations, il apparaît que le poste suprême qu’elle a obtenu à nécessité de sa part beaucoup d’ingéniosité, de tactique et d’obstination.

Pour financer ses études, Rachida effectue des petits boulots, comme tout étudiant qui se respecte lorsqu’il est issu de milieu modeste.

Vendeuse de porte à porte, par exemple.

Et pour obtenir son MBA, (master of Business administration) elle obtient le soutien de Jean Luc Lagardère, aujourd’hui disparu dans des circonstances douteuses que l’on dit mélées à la mafia russe, et dont les affaires ont été reprises par son fils, Arnaud, récemment soupçonné par l’AMF (autorité des marché financiers) pour un cas probable de délit d’initié (vente des actions EADS) dévoilé par le Canard enchaîné le 30 mai 2007.

En 1987, elle obtient l’aide d’Albin Chalandon pour devenir chargée d’étude dans le groupe Elf Aquitaine.

Elle l’avait rencontré lors d’une réception à l’ambassade d’Algérie.

Puis c’est Jacques attali, président de la BERD (banque européenne pour la reconstruction et le développement) qui lui permet de devenir contrôleuse et secrétaire.

Ce même jacque Attali qui est aujourd’hui dans les « petits papiers » de Nicolas Sarkozy, lequel l’a nommé président de la « commission pour la libération de la croissance française », appelée aujourd’hui modestement « commission Attali ».

On voit aujourd’hui les résultats probants du travail de cette commission.

Mais revenons à Rachida : à n’en point douter, c’est le type même de l’arriviste, et elle applique mieux que tout autre le vieil adage qui dit que pour réussir, il faut des relations.

Pourtant, elle est aujourd’hui en disgrâce.

« Elle a voulu faire du sarkosysme pur et dur, passer en force, n’en faire qu’a sa tête, s’est laissé fasciner par ce qui brille, en oubliant l’art de se faire pardonner, par un milieu aussi feutré que sévère » écrit Sylvie Pierre Brossolette dans le numéro 1905 du Point.

Cette disgrâce se traduit par la position en 2ème place sur la liste UMP, derrière Michel Barnier.

Dur pour elle qui visait la Mairie de Paris.

Ce qui faisait sourire les responsables de l’UMP.

On lui reproche dans son parti de court-circuiter tout le monde.

Mais elle, elle est satisfaite du travail accompli.

Dans le JDD, elle déclare être fière « d’avoir mené à bien trente réformes en vingt quatre mois ».

Et tant pis si elle s’est attiré les foudres de l’USM (union des syndicats de la magistrature) après avoir comparé les conseillers de la cour de cassation à des "petits pois"

Sa formule magique : « le président m’a dit que… » avait fini par agacer sérieusement Sarkozy et ses proches.

D’autant qu’elle laisse planer une menace sur son ex « cher président », (même si elle s’en défend) car de 2004 à 2005, elle s’occupait du secteur des marchés publics, et serait prète à accrocher des casseroles à certains responsables du département des Hauts-de-Seine, ce qui, on s’en doute, n’a guère enchanté Sarkozy, qui présidait le département à cette époque.lien

Elle qui pour réussir était prête à tout, et rayait pratiquement le parquet avec les dents tombe aujourd’hui de haut.

D’autant qu’un nouveau scandale la touche indirectement : son beau-frère (il a épousé une de ses sœurs) est mis en examen, accusé par une collégienne de 15 ans de viol.

Cette nouvelle casserole tombe au plus mauvais moment pour Rachida, qui avait déjà eu à souffrir d’avoir des frères impliqués dans des actes répréhensibles.lien

Son bilan reste discutable : les cas de suicides en prison se multiplient, des tribunaux en province sont fermés, obligeant les justiciables à courir des kilomètres pour se défendre, et elle s’est donnée l’image, tout comme son protecteur d’alors, d’une personnalité « bling-bling », attirée par le luxe, comme le papillon par la lumière.

Pour l’anniversaire de Dior, elle était au premier rang.

Mais lorsque la grogne gronde dans les prisons, autant pour les prisonniers que pour leurs gardiens, elle répond absente… ou du moins détachée.

Sa carrière comme conseillère européenne ne risque pas de laisser des souvenirs impérissables, car comme ont pu le constater les jeunes de l’UMP qui l’avaient invité à un Quizz humoristique, elle n’a pas vraiment l’idée de ce qu’elle pourra faire au parlement européen.

En tout cas, on ne la sent pas très enthousiaste.

Comme disait un vieil ami africain : « lorsque tu ne sais pas où tu vas, regardes d’où tu viens ».

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 23 mai 2009 01:48

    bof , vs devriez méditer plus sérieusement le cas Dati , sa réelle signification sociologique , et laisser de côté les aspects psychologiques du personnage, parce que son parcours individuel n’a surpris que les naïfs , ou les gens de mauvaise foi. alors oui bien sûr ,elle a dû un peu bidonner , faire du zèle, repérer les gens qui pourrait exploiter sa trajectoire de beurette francisée merveilleusement , la maghrébine au mérite quoi,etc. Chacun agit dans des conditions dont il est rarement responsable.
     

    Une femme comme Dati , aujourd’hui en tt cas, ne peut chez vous qu’emprunter ce chemin là, et si en plus des circonstances exceptionnelles sont au rendez-vous , le tour est joué. Qt à ses frères , c’est le cas de huit familles maghrébines sur dix, bcp de garçons en prison ou au chômage dans vos sociétés. Fadela elle aussi , deux frères au chômage....

    Que reproche -t -on à Dati ? de ne pas livrer la belle image de la réussite feinte d’une personne issue de la minorité visible invisible , celle que l’intégration française seule aurait propulsée tt en haut de la pyramide de la société française. le vrai est le contraire évidemment.

     ben non, elle a joué le rôle qu’on attendait d’elle. c’est win- win sans garantie aucune.Elle a menti , comme elle a pu. Une maghrébine qui dit le droit et la loi aupres des Français, ahhaha haha haha...fallait oser nous la sortir celle-là.
     


    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 07:32

      Fouadraiden

      attention au syndrôme « vous critiquez rachida, donc vous êtes raciste ».
      vous vous tromperiez de cible.
      je n’ai fait qu’étaler les faits (et encore, une partie, la partie visible de l’iceberg, c’est à dire une toute petite partie).
      car si je lis entre vos lignes, c’est à çà que vous tentez de ramener l’article.
      beurette, donc coupable ?
      alors je vous répond très franchement : NON.
      les faits sont les faits, et ils sont tétus.
      vous avez tous les liens dans l’article indiquant la source, ce qui vous permettra de vous forger une opinion.
      il faut donc en rester aux faits :
      les tribunaux de province supprimés, ce qui va fatalement alourdir les moyens de faire une bonne justice, et handicaper les justiciables obligés de parcourir des kilomètres, ce qui à un cout social et humain.
      la liste des mauvaises décisions (et là je donne mon avis) qu’a pris Dati est longue.
      que penser de l’enfermement à vie de certains types de délinquants. la société a le droit et le devoir de punir sévèrement, mais elle n’a pas le droit de tuer complètement l’espoir.
      ce n’est pas seulement moi qui le dis, c’est Paul Lombard, l’un des plus grands avocats actuel, et auteur de plusieurs ouvrages historiques et de droit.
      vous le savez, la prison est l’école du crime.
      un petit voyou qui va rentrer en prison, finira par acquérir de l’expérience, et sera beaucoup plus dangereux à sa sortie,
      ne parlons pas des sévices, viols et compagnie dus en partie à la surpopulation,
      franchement, de quel coté que l’on se tourne, Dati n’a pas un bon bilan.
      et le fait qu’elle soit d’origine maghrébine n’a rien à y voir.
      je crois surtout que Sarkozy a voulu se donner une « vitrine » black blanc beurre, une belle façade, avec pas grand chose derrière.
      un décors de théatre en quelque sorte.
      désolé.


    • fouadraiden fouadraiden 23 mai 2009 11:50

      Désolé si vous avez lu mont post ds ce sens là et mille excuses , cher auteur, mais je crois que l’erreur vient du fait que nous ne parlons pas la même « chose » ,et aucun racisme à critiquer qui vs voulez , bien évidemment.

      oui il se peut qu’elle soit un gâchis pour l’institution judiciaire de votre pays , ce n’est pas mon problème, de plus renseignez- vous, ce n’est évidemment pas elle qui fait tourner la maison Jusrice, la preuve, on ne l’entend quasiment jamais , ni à la télé ni à la radio. « on » l’empêche tellement c’est une bourde....


       je disais simplement qu’il serait aussi instructif de comprendre le « phénomène Dati » autrement que par les faits, que vous faites parler.


    • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 16:22

      Fouadraiden
      je l’ai lu effectivement un peu comme çà,
      çà m’a d’autant surpris que par rapport à d’autres informations, je suis resté très en deça de la vérité, du moins de celle écrite dans le livre récent de Jacqueline Remy (editions du seuil : du rimmel et des larmes).
      on y apprend des tas de choses très instructives.
      « Rachida avait un rejet du monde maghrébin, il ne fallait pas lui parler des arabes » déclare une de ses proches.
      les anciens de la fac de Dijon disait d’elle : « elle était prète à tout pour réussir » et une de ses amies ajoute « quand je dis tout, c’est tout »...
      pas besoin de vous faire un dessin ?
      elle est même soupçonnée de mythomanie : elle qui dit toujours « aide-soignante et magistrat sont les plus beaux métiers que j’ai excercés » alors que la réalité prouve qu’elle a bien travaillée dans un hopital quelques temps...en temps que standardiste et veilleuse de nuit.
      quand à la magistrature dont elle se flatte d’avoir fait partie, elle est nommée, c’est vrai à Peronne comme juge commissaire, un poste peu envié dans une région que l’on ne s’arrache pas. elle pose d’emblée ses conditions : « ma vie est a Paris, je ne viens que deux jours par semaine à Peronne ».
      alors qu’elle reçoit un justiciable (elle l’appele « son client » ), elle téléphone à une de ses amies et lui dit « j’ai un blaireau dans mon bureau...il me gonfle...j’en ai rien à foutre de ses conneries ».
      a tel point qu’elle sera convoquée par le premier président de la cour d’appel d’amiens qui lui demande de « modifier sa pratique professionnelle. »
      vous voyez que j’ai été très sage dans mon article...


    • fouadraiden fouadraiden 24 mai 2009 01:02


      ouias tt ça est normal pas de quoi casser une patte à un canard.

      un minoritaire « visible » partage les mêmes prejugés que la société ds laquelle il vit et Dati croit comprendre que les Français n’aiment pas trop le monde maghrébin....elle imite donc d’autant qu’elle cherche à rèsussir dans cette société là. c comme ces noirs qui cherchent à se blanchir la peau..


    • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2009 09:26

      Foudraiden,
      puisque vous m’en donnez l’occasion, je vais vous donner d’autres détails signifiants sur l’inconséquence de Dati.
      c’est tiré d’un article du canard enchaîné, et comme vous le savez, lorsque le canard publie, il est généralement très bien informé.
      Louis Mermaz l’avait interpellée lors d’une séance de l’assemblée nationale :
      « tiens, pour une fois, Rachida Dati a l’air de comprendre ce qu’on lui a dit ! »
      « pourquoi ce ton » s’époumone Rachida ? et elle ajoute : « je crois savoir qu’en 2008/2009 vous n’avez visité aucune prison ».
      un sénateur socialiste (Anziani) réplique :
      "que signifie cette phrase ? une enquète a-t-elle été menée sur la vie de Louis Mermaz afin de déterminer si oui, ou non, il avait visité des prisons ?
      comment pouvez vous disposer d’une telle information
       ?
      l’attaque de Dati tombe d’autant plus à plat que Mermaz est l’un des rares parlementaires à visiter prisons et centres de rétention.
      c’était dans le canard enchainé du 11 mars 2009.


    • cathy30 cathy30 23 mai 2009 12:54

      Olivier
      très bonne analyse du personnage ainsi que de sylvie pierre brossolette. Sarkosy a changé de communication, le bling bling n’a pas fait recette. Elle a posé les nouveaux jalons de la politique sarkosy pour la justice, le prochain fera le reste. Il va lui trouver un poste beaucoup plus discret à l’avenir.


      • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 16:26

        Cathy30,
        je te conseille de lire le commentaire que je viens de faire a Fouadraiden, je cite des extraits d’un livre récent « du rimmel et des larmes » de jacqueline Remy, c’est édifiant et on cerne encore plus précisemment la personnalité de Dati.
        merci de ton commentaire.


      • Blé 23 mai 2009 16:00

        Racida Dati résume t-elle à elle seule toutes les femmes françaises d’origine maghrébine ?
        N’y avait -il pas d’autres femmes d’origine maghrébines à travers tout le pays pour tenir le poste de ministre de la justice ? Après tout cela est une bonne chose que l’on confie de hautes responsabilités à des membres appartenant à la diversité française.

        Mais qui madame Dati devait-elle séduire ? Est-ce tous ces mâles qui ont votés pour l’homme fort, volontaire, sûr de lui, compétant, séducteur, sportif, intelligent, brillant, etc...et qui se révèle avec le temps n’être est qu’un kicsi, kicsi, kicsi.

        Pour ma part je ne trouve aucune trace de racisme dans cet article. Un aspect qui n’est pas mentionné (mais à vérifier), madame Dati était une grande copine avec Cécilia ex du kicsi.


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 16:38

          Blé,
          justement, c’est tout le contraire,
          dans son livre, « du rimmel et des larmes, de jacqueline Rémy, éditions du seuil », l’auteur déclare « elle avait un rejet du monde maghrébin, il ne fallait pas lui parler des Arabes » !
          on apprend aussi qu’elle a été hébergée gratuitement par un couple d’intellectuels parisiens (les Balta-Rulleau) qui ont pris en pitié la pauvre étudiante désargentée pendant un an entre 1988 et 1989.
          ils ont été très surpris d’apprendre qu’a cette époque, elle gagnait déjà sa vie, et était salariée chez Elf depuis le 1er janvier 1988 !
          de plus, en tant qu’étudiante, on apprend aussi qu’elle n’avait pas la fibre travailleuse et l’une des ses camarades dit d’elle :
          « je ne l’ai jamais vu travailler...elle a toujours été paresseuse ».
          à preuve qu’elle a été recalée deux ans de suite à la fac de médecine, et à meme intrigué en demandant à l’adjointe du maire de Chalon josette Olawinsky d’intervenir auprès de la fac pour qu’elle puisse tenter une troisième année.,
          « elle est diaboliquement douée pour embobiner » déclarait une de ses proches.
          ce qui ne l’a pas empeché de déclarer sur cette défaite : « la médecine ne m’interessait pas vraiment ».
          c’est vraiment un personnage à découvrir !


        • fouadraiden fouadraiden 24 mai 2009 04:54

          @ blé


           bah non , la droite,celle de Sarko, a agit dans la precipitation, rappelez-vs, les émeutes , la racaille et les moutons égorgés et tt ça. ils se sont donc dit : ils ns faut une femme , noire ou arabe ; et miracle , se cachait sous le tapis tricolore Dati .

          il faut noter que lorsqu’il s’agit de cette diversité-là ils, la droite, ne pensent qu’aux femmes.où sont les garçons noirs , arabes et ce qu’on voudra......mystère...


          Sans les émeutes des banlieues Rachida eut été hautement improbable.


        • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2009 09:32

          Fouadraiden,
          vous n’êtes pas complement bien informé :
          après les émeutes de banlieu, sarkozy avait éssayé d’éteindre le feu qu’il avait allumé avec sa « racaille » et son « karcher ».
          il avait donc missionné Dati de « monter un coup médiatique ».
          ce qu’elle a fait.
          elle a octroyé une subvention a des jeunes beurs, et non beurs habitant la banlieu, et les a invité en grande pompe à l’élysée.
          ils s’y sont rendus, et on découvert qu’on voulait se servir d’eux pour faire une « haie d’honneur » pour une future sortie du Prez dans ces quartiers ou il ne se sent pas trop à l’aise...
          j’aimerais savoir ce que vous en pensez ?


        • fouadraiden fouadraiden 24 mai 2009 09:59



          @ auteur

           oui j’ai vu comme vous tt ça , et ce n’est en rien contradictoire avec la precipitation à laquelle je faisais alluion.

           pour le reste, c’est du win-win, un classique avec les « représentants symboliques » des minorités. 

           


        • Osbern 23 mai 2009 17:18

          Alors que le bilan de Rachida Dati mérite de sévères critiques, je trouve les arguments de l’auteur plutôt malhonnêtes.

          Lui reprocher d’avoir eu des appuis dans sa carrière, c’est ridicule. C’est un principe même de l’ascension politique ou économique.
          La considérer comme une arriviste, c’est omettre ses capacités intellectuelles. Elle n’a pas eu son master of Business Administration dans un paquet de lessives.
          Lui reprocher d’avoir un beau-frère mis en examen (mais non condamné), c’est la considérer responsable des activités de sa belle-famille. Toujours aussi ridicule.
          Lui faire porter des rumeurs (elle visait la mairie de Paris, elle agacerait Sarkosy, elle possèderait des secrets sur de prétendues malversations du président), ça ne prouve rien.

          Dati mérite sûrement un portrait au vitriol mais votre article le fait souvent gratuitement.


          • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 18:41

            Osbern,
            il ne s’agit pas de rumeurs (la mairie de Paris et le reste), vous n’avez qu’a interroger les membres éminents de l’UMP.
            et vous en aurez la confirmation.
            quand a la défense que vous lui faite en déclarant qu’elle n’a jamais fait d’arrivisme, je vous envoie à la lecture de l’hebdo « le Point ».
            je ne pense pas que l’on puisse cataloguer cet hebdo comme un journal de gauche ?
            dans le numéro du 23 avril 2009, sous la plume de Michel Richard on lit :
            « je ne l’ai jamais vu travailler » soupire un camarade, « elle a toujours été paresseuse.
            certes dans l’amphi, elle s’assied devant, dans les rangs du bas, pose des questions et monte sur l’estrade voir le prof à la fin du cours si elle n’a pas compris. certes elle va a la bibliothèque, mais elle y bavardre. d’une manière générale, cette fille qui vige vite, à l’instinct, a du mal à se concentrer. ce n’etait pas une intellectuelle, on ne la voyait jamais lire, à part la presse people
             ».
            je ne lui reproche pas d’avoir eu des appuis dans sa carrière, comme vous le dites, des appuis tout le monde en a...
            il s’agit d’autre chose qui a plus de rapport avec la séduction, la manipulation, et la mithomanie. dans le même article on découvre que : « elle s’installe de plain-pied, comme un coucou, dans l’intimité d’autrui. bientôt elle aligne les noms dans son carnet d’adresse, et les numéros de téléphone, personnels évidemment. plus tard, une fois harponnés, elle les fera vibrer entre eux, en chef d’orchestre de talent : je connais Untel, dit-elle à Machin, je connais Machin dit-elle à Untel. et ce n’est pas toujours vrai ».
            comment appelez vous çà ?

            elle pratique le « name dropping » avec habileté. et ses sms sont révélateurs :« vous savez que j’éprouve pour vous beaucoup plus que de l’amitié »... jusqu’au jour ou on découvre que Rachida envoie le même message à tout ce qui porte titre ou fortune.
            cette pratique mérite un autre nom que la recherche de relation, non ?
            un de ces anciens camarade de la Fac disait d’elle :
            « elle est prête à tout pour réussir »...et précise : « quand je dis tout, c’est tout ! »
            elle avait pourtant des personnalités de gauche comme de droite qui croyaient en elle, et qui en sont terriblement déçue, comme par exemple l’ancienne garde des sceaux, Elisabeth Guigou qui déclarait récemment :
            "j’avais beaucoup d’estime et de sympathie pour elle, c’est fini. c’est quelqu’un qui , malheureusement, a gâché toutes ses chances, qui étaient grandes au départ. Par désinvolture, par autoritarisme mal placé, par incompétence...elle n’a pas assez travaillé.
            alors, vous en dites quoi ?


          • TITUS471 TITUS471 23 mai 2009 17:55

            Rachida Dati ou l’histoire d’un impardonable ratage. Une femme Garde des Sceaux et d’origine maghrébine de surcroît ! Quelle formidable leçon d’intégration réussie ! Qui aurait pu y croire il y a 5 ans seulement ? Une femme Garde des Sceaux et d’origine maghrébine en France, dans notre pays réputé pour être trop sexiste et notamment dans notre vie politique. En France où notre pays est réputé pour pratiquer la discrimination envers les personnes d’origine étrangère. En mai 2007, Nicolas Sarkozy a ébranlé les piliers de l’archaïsme politique français en nommant Rachida Dati ministre de la Justice. Chapeau bas l’artiste ! Bravo à vous monsieur le président ! Les Américains ont Barak Obama nous, Français, nous avons Rachida Dati !

            L’histoire aurait pu être belle. D’elle, on attendait beaucoup. On attendait une femme humaine, attentive, chaleureuse, compréhensive et compétente. Aux yeux de beaucoup elle pouvait incarner l’espoir d’un apaisement des tensions entre les communautés qui composent notre société en prouvant que, tout en étant d’origine immigrée, on peut réussir socialement et on peut participer activement à la construction de notre pays. Beau rêve ! C’était peut être trop lui demander, je ne sais pas, mais on a pu y croire un temps.

            L’histoire aurait pu être belle mais, malheureusement, elle a rapidement viré au cauchemar. Personnellement je me moque de savoir comment elle a eu ses examens, si elle a menti ou pas sur son passé, je me moque de savoir ce que l’on peut lire dans les bouquins qui ont été écrits à son sujet. Ce qui m’intéresse c’est son passage au ministère de la Justice, sa façon de le diriger et son action. Elle a été froide, cassante, sans chaleur, refusant tout dialogue avec les juges et les avocats, elle a supprimé des tribunaux d’Instance et des Prud’hommes dans des petites commununes au profit des plus grandes. On a assisté, très vite, aux démissions en chaîne de ses directeurs de cabinet qui ne pouvaient plus la supporter. On a rapidement su, qu’en fait, elle ne faisait pas grand chose et que le ministère en question était dirigé par des conseillers directement nommés par l’Elysée ! Pourquoi donc ? Nous avons rapidement compris qu’elle était loin d’être à la hauteur de la mission qui lui a été confiée ! La déception fut immense. Quel gâchis ! Elle n’incarne plus rien sinon le vide absolu.

            Que retiendra t-on de Rachida Dati ? De belles photos à la « une » de certains magazines, de belles robes, de beaux bijoux, des caprices de divas, un arrivisme vulgaire, une superficialité insolente, une incompétence rare nappée d’une prétention insupportable. Les Américains ont Paris Hilton nous, Français, nous avons Rachida Dati !

            Madame Dati, on peut vous pardonner vos caprices, le train de vie somptueux que nous, contribuables français, nous vous avons offert pendant deux ans, on peut vous pardonner le fait d’avoir été aveuglée par les flashs des paparazzi mais ce que nous ne pouvons pas vous pardonner c’est d’avoir été incompétente et surtout de nous avoir déçus.


            • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 18:45

              Titus471,
              merci de votre commentaire si juste et qui apporte une pierre de plus à l’édifice.
              comme disait je ne sais plus qui, peut -etre un viel ami africain :
              « la déception est toujours à la hauteur des espoirs suscités. »


            • Nicole 24 mai 2009 20:26

              @Olivier « La déception est toujours à la hauteur des espoirs suscités ». C’est vrai, et dans le cas Dati, je trouve ça franchement dégueulasse pour la communauté musulmane, mais signé Sarko. Je pense qu’il avait tous les moyens de voir qu’elle n’est qu’une façade très bien représentée par la caricature.

              Au bout du compte, même si je n’aime pas du tout le raisonnement en termes de communautés, et si je considère que ses échecs lui appartiennent, je trouve ça salaud, quand déjà les minorités n’ont pas assez d’opportunités, que d’en donner une à une personne qui n’a pas les moyens de démontrer que ce sont les blocages discriminatoires qui les empêchent de se réaliser.


            • olivier cabanel olivier cabanel 25 mai 2009 06:23

              Nicole,
              c’est vrai, en choisissant Dati pour représenter l’expression d’une minorité, sarko a fait beaucoup de mal à cette communauté,
              un peu comme s’il avait choisi dieudonné comme ministre de la culture,
              la couleur de peau n’est pas la garanti du talent,
              nous verrons avec rama Yade, elle a pour l’instant avalé pas mal de couleuvres pour rester à sa place, et a du sa levée de disgrace a quelques chocolats...
              moi je n’oublie jamais que les chiffres avec les quels nous comptons chaque jour sont des chiffres « arabes », et que ceux ci ont crée la première université 7 siecles apres jc, à Montpellier je crois...


            • appoline appoline 23 mai 2009 18:53

              Le moins que l’on puisse dire est que Dati n’a pas brillé par sa compétence mais l’inverse en plus d’être maladroite. Vu le peu de respect que son petit chef a pour la France, on imagine aisément qu’il se moquait des conséquences de l’attitude de cette écervelée-arriviste à la tête d’un ministère aussi lourd.

              Enfin, comme disait l’humoriste avec ses dents longues, elle pourra toujours se reconvertir en décapsuleur : bling-bling et deux bières.


              • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 20:47

                Appoline,
                j’irais un peu plus loin,
                c’est une véritable « mise à sac » de tout l’appareil judiciaire qu’elle a mis en place, et pour reconstruire une justice qui ressemble à une justice, il y aura du pain sur la planche,
                il ne faudrait pas oublier pour autant qu’elle a surtout servi son protecteur, Sarkozy, et que ce que nous avons récolté, c’est bien ce qu’il voulait mettre en place.
                même si aujourd’hui, il l’a retiré vraisemblablement de son carnet d’adresse...ou du moins il ne l’a plus comme on dit « en odeur de sainteté ».


              • Montagnais Montagnais 24 mai 2009 23:09

                « Son petit chef pour la France »..

                Vous parlez de Zébulon ?

                ..Savez bien qu’il est en mission..

                La France ? Connait pas. Ou alors.. armaille à peine bonne à venoter.


              • Reinette Reinette 23 mai 2009 20:13


                ...il apparaît que le poste suprême qu’elle a obtenu à nécessité de sa part beaucoup d’ingéniosité, de tactique et d’obstination

                n’est-ce pas le cas de la majorité des hommes politiques ?

                Chaque ministre en place devrait faire l’objet d’un article comme celui-ci, sans indulgence Liste des ministères français actuels

                 


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 mai 2009 20:41

                  Reinette,
                  c’est vrai, je suis assez d’accord,
                  pourtant, dans le cas de Dati, je crois qu’elle a décroché le pompon.
                  d’autant plus grave c’est que le ministère qu’elle devait gérer concerne directement des gens dans la souffrance,
                  des justiciables, qui vont poireauter de longues années pour que justice leur soit rendue,
                  des prisonniers, entassés dans des cellules, mélangeant les vrais truands, et les petits dealers, avec les viols, le racket, et le reste.
                  des magistrats déconsidérés...
                  le fait que ce soit une femme ne change rien, pas plus le fait qu’elle soit d’origine maghrébine,
                  j’aurais écrit le même article pour un homme qui se serait conduit pareillement.
                  dans les témoignages que j’ai recueilli, il y en a un qui éclaire particulièrement le personnage :
                  « elle avait l’art de vous faire croire que vous seul lui étiez indispensable »
                  à chacun elle envoie de véritables lettres d’amour, de celles qu’on ne sert pas habituellement à dix personnes à la fois, elle...si."


                • bluelight 23 mai 2009 23:33

                  Je n’ai pas noté votre article, si vous avez raison sur l’arrivisme, vous avez tort sur l’affirmation suivante : ’des tribunaux en province sont fermés, obligeant les justiciables à courir des kilomètres pour se défendre’
                  Désolé mais on ne va ni accoucher tous les jours ni au tribunal tous les jours .
                  La justice pas plus que l’armée ou l’hôpital ne sont des éléments d’aménagement du territoire .
                  D’autant plus que vous oubliez qu’il existe des régions peu peuplées dans lesquelles il n’y a jamais eu ni hôpital ni tribunal, alors pourquoi maintenir à grands frais des tribunaux ou hôpitaux dans des régions qui se sont dépeuplées, c’est irrationnel économiquement et les moyens de l’Etat seront mieux utilisés ailleurs .


                  • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2009 09:37

                    Bluelight,
                    je ne peut pas vous laisser écrire çà.
                    j’ai l’exemple sous les yeux d’un tribunal qui va fermer, celui de Bourgoin Jallieu, et je peut vous affirmer que le Nord Isère est une région très peuplée, et en pleine expansion.
                    idem pour la ville de Pont de Beauvoisin ou l’hopital et la maternité sont menacés...
                    et si vous faites une enquête sur tous les tribunaux menacés, vous découvrirez très vite qu’ils sont dans des régions très actives pour la plupart.
                    désolé


                  • Blé 24 mai 2009 07:55

                    @ Olivier Cabanel

                    Si je comprends bien, madame Dati rejetterait ses origines. Dans ce cas, elle ne s’est pas intégrée à la société mais plutôt « désintégrée » dans le sens où elle a oublié d’où elle vienait.
                    En oubliant d’où elle venait, elle a oublié en même temps que les« autres » ne l’oublieraient pas et que tôt ou tard cela lui porterait préjudice. Nous sommes dans une société très ouverte mais à condition que chacun sache où est sa place sinon « les autres » vous le rappelle.
                     C’est quand même plus facile de faire carrière quand on est la fille ou le fils de ..... (voir le fils du kicsi) que pour un individu d’origine sociale modeste que l’on soit blanc, noir ou vert.

                    Le société reste très hiérarchisée, les gens de condition modeste qui sont arrivés à de hautes fonctions de responsabilité savent garder leur réserve, condition qui fait parti des non-dits.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2009 09:45

                      Blé,
                      tant mieux si des gens de conditions modestes arrivent aux postes les plus hauts,
                      tant mieux si des minorités sont représentées dans les adminstrations,
                      cent mille fois oui.
                      mais le cas de Dati est ailleurs, comme vous l’avez remarqué.
                      elle a construit sa carrière sur la manipulation, le mensonge, et qu’elle que soit son origine ou la couleur de sa peau, je ne crois pas qu’il faille l’encourager.


                    • Blé 24 mai 2009 08:13

                      @ fouadraiden,

                      Il se trouve que Rachida Dati est une femme et j’ai écrit à partir de ce constat.
                      Le kicsi ne choisit pas ses ministres en fonction des besoins réels du pays mais en fonction de sa carrière. A cette fin, il instrumentalise toute personne qui lui parait convenir au poste à pourvoir. Il se trouve que c’est madame Dati qui a été élue mais cela aurait pu être effectivement un petit blond aux yeux bleus, ou un grand noir ou maghrébin aux yeux en amandes cela n’aurait rien changé à sa finalité.

                      Je fais parti de ces gens qui regrettent qu’il n’y ait pas plus d’élus ou de non élus d’origine maghrébine ou d’outre mer aux manettes de l’état. Malheureusement certaines sphères étatiques sont chasses gardées aussi bien dans les partis de droite et de gauche de même qu’à la tête des entreprises.


                      • fouadraiden fouadraiden 24 mai 2009 08:24



                         non pas du tt. les politiques sondent aussi le coeur des français et pour des raisons inutiles de rappeler ici, une fille, de la minorité visible-invisible, ça passe mieux qu’un garçon . c tt.

                         


                      • Montagnais Montagnais 24 mai 2009 23:41

                        Parlez nous de Najat Belkacem, capitale des Gaules. Là, nous serons tous d’accord et claquerons les boucliers mille sabords. Elégance ! Intelligence ! Connaissance ! Chance ! France !

                        Comparée à Najat Belkacem (qui aurait pu prendre avec maestria le rôle que vous croyez obligé de Lady-Maghrébine-aux-manettes) , Dati n’a qu’un avantage : être émouvante dans sa disgrâce complète. Comme son Pygmalion Zébulon, son Karma lui en fait baver des ronds.. Enfin ! Sont très-bien stipendiés tous ces artistes de variété, ça les aide à faire illusion et leur donne un soupçon de légitimité.

                        L’auteur aurait pu titrer : « Dati, Zébulon.. les rêves calcinés », car, mis à part la capacité de s’augmenter et d’opérer ci-là quelques destructions et mises au violon, leur pouvoir est strictement réduit à une seule chose : leur mission au service des idéologies de la mondialisation.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 25 mai 2009 06:31

                        Montagnais,
                        bien sur, Zébulon, le naincolas, et la beurette de luxe ne sont pas une vitrine dont la France puisse se flatter,
                        même si 53 % de Français ont voté pour lui, ils ne sont plus apparemment que 25% à choisir la liste UMP pour les européennes, même si les médias présentent çà d’une autre manière...
                        et puis, je n’oublie jamais que ce sont les classes les plus agées qui ont fait basculer le vote de ce coté : l’insécurité bien manipulée permet de petits miracles.


                      • TITUS471 TITUS471 24 mai 2009 08:30

                        Vous commettez une erreur en affirmant que les tribunaux qui ont été fermés par le ministère de la Justice concernent des communes en voie de dépeuplement. C’est faux ! Prenez la liste des villes qui sont « victimes » de ces suppressions et vous verrez bien qu’elles ne sont pas en déclin. Personnellement je vis dans le sud-ouest, dans le Lot et Garonne précisément, où le tribunal d’Instance de Marmande est supprimé. Cette petite ville de province est dynamique grâce a des activités agricoles lucratives et grâce à sa proximité (relative, à peu près 80 km) de Bordeaux. Il ne s’agit pas d’une ville fantôme comme on peut en voir dans de vieux westerns ! Désormais un Marmandais devra se rendre, pour aller au tribunal d’Instance, à Bordeaux ou bien à Agen (préfecture du département situé également à environ 80 km). 

                        Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dîtes qu’un hôpital, une caserne ou bien un tribunal ne sont pas des éléments d’aménagement du territoire. Prenez simplement l’exemple de la politique de décentralisation dans les années 80 où l’on a vu de multiples activés tertiaires être redistribuées sur l’ensemble du territoire afin de rééquilibrer notre espace.

                        Vous avez raison quand vous affirmez que nous ne sommes pas des usagers des tribunaux tous les jours et heureusement. Est-ce un bon argument pour justifier ces suppressions ? Je ne pense pas car qui seront les véritables victimes de cette politique ? Toujours les mêmes c’est-à-dire les personnes les moins favorisées au niveau financier. Elles seront obligées de prendre leur véhicule, prendre l’autoroute et de perdre leur journée. Cela représente un coût qui, pour une famille modeste, n’est pas négligeable. Ceux qui ont les moyens s’accomoderont facilement de ces suppressions mais pour les autres ce sera plus difficile. De plus est-on certain que les tribunaux qui vont récupérer les dossiers de ceux qui ont été supprimés auront un personnel supplémentaire pour cette surcharge de travail ? Non ! Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Regardez ce qui s’est passé avec la création du pôle Emploi après la fusion de l’ANPE et des ASSEDIC, les emplois créés sont largement insuffisants et les dysfonctionnements se multiplient.

                        Vous soulevez un vieux débat qui est de savoir si les services de l’Etat doivent être rentables financièrement . Un tribunal, une caserne, un hôpital ou bien une école doivent-ils générer du profit ? Ou doivent-ils répondre à un désir de bien-être de la population ? Quelle que soit la réponse le coût à payer sera élevé qu’il soit financier ou moral. Toujours est-il que la question mérite débat ce que s’est refusée à faire madame Dati (et plus précisément l’Elysée).

                         

                         


                        • TITUS471 TITUS471 24 mai 2009 08:34

                          Mon post précédent est adressé à Bluelight (23 mai 23:33).


                          • souklaye souklaye 24 mai 2009 14:03

                            Si j’étais directeur de casting institutionnel, connaissant l’avis volatile voire contre-productif de vox populi et la vulgarité consubstantielle des bénévoles humanistes, il faudrait anticiper les modes savamment marquetées et les mœurs faussement transgressives en promotionnant

                            … des protagonistes en forme de logo ou de statistiques, correspondant au bruit du folklore et à l’odeur du groupe, le niveau de compétence et l’expérience sont accessoires dans cette affaire si les critères de fantasmes, de représentation puis de personnification sont remplis, ne pas s’inquiéter des dommages putatifs, l’arrière-boutique n’intéresse personne tant que la vitrine est belle.


                            Ou
                            … des produits voués à l’échec, que la concurrence laisse en jachère car ils ne sont pas conformes au standard de vente, mais leur mise en marché plus symbolique que mercantile permet à la fois d’organiser la panique chez l’outsider et de diversifier son offre thématique, tout en fidélisant des consommateurs sans avoir à les éduquer.

                            la suite ici :

                            http://souklaye.wordpress.com/2009/03/25/le-subjectif-au-conditionnel-si-j’etais-directeur-de-casting-institutionnel/


                            • olivier cabanel olivier cabanel 25 mai 2009 06:39

                              Souklaye,
                              votre language coloré et choisi semble fait pour égarer le lecteur ? vous y mélangez technique et poésie, qui font rarement bon ménage, mais pourquoi pas, après tout, nous sommes sur un terrain de liberté,
                              par contre, je crains que vous n’avez fait confusion entre deux mots :
                              marqueter se rapporte au travail du bois, la marqueterie, l’art d’assembler des pieces de bois souvent précieux pour réaliser une mosaïque artistique,
                              or je crois que vous avez fait référence au marketing, qui n’a bien sur rien à voir ?
                              a moins que...


                            • Vilain petit canard Vilain petit canard 25 mai 2009 09:50

                              La question se pose : si le Garde des Sceaux était un homme et qu’il se comporte comme elle, on serait unanime à dire que c’est un sale con. Si c’était une femme .. euh, disons ... blonde, allez, tiens, comme Nadine Morano, qu’est-ce qu’on entendrait !!!

                              Je ne suis pas raciste, et la preuve, c’est justement que je dis bien haut que c’est une nulle. Même certains beurs (si ça veut dire quelque chose) sont nuls, arrivistes, bling-bling, et certaines beurettes, aussi, couchent utile. On ne va pas se voiler la face, ça existe, et bien dans ce cas, c’est Dati qui nous est tombée dessus. C’est une courtisane montée en graine, pas très mature, qui a eu le bol (ou le flair) d’être là quand Sarkozy avait besoin d’exhiber des « minorités visibles ». Du coup d’ailleurs, ça se retourne contre ces fameuses minorités (voir certains commentaires), c’est pas bon pour les sondages, alors, hop, listes européennes !

                              Sarko avait tout simplement une beurette sous la main, et il lui a filé un poste « sensible » pour faire bien, et il s’est ramassé, alors il la met en disgrâce avec une position faussement enviable. En fait, il l’éloigne de l’Elysée. Elle a pourtant tout fait pour plaire à son chef : Dior, les bijoux, la une de Gala, etc. ... et naturellement, appliquer sans états d’âme ni aucune psychologie la volonté de son Maître. Aucune humanité dans ses positions, juste une égomanie bien dans la tendance. Les suicides dans les prisons ? On s’en fout, c’est pas gênant pour la carrière.

                              Sans Sarko, plus de Dati. Ell est grillée, elle n’a plus de messieurs forts et protecteurs à sucer (métaphoriquement, encore que...) , elle n’a plus qu’à patienter à Strasbourg, et on verra en 2012. Le seul truc que je regretterai, c’est son sourire, c’est vrai, elle est mignonne. Enfin au début, parce que depuis quelque temps, il est un peu crispé, le sourire.


                              • La Taverne des Poètes 25 mai 2009 09:55

                                Avec les dents ? Elle va se prendre un rateau !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès