Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > David Cameron remanie le gouvernement britannique dans un sens encore plus (...)

David Cameron remanie le gouvernement britannique dans un sens encore plus favorable à la sortie de l’UE

David Cameron, Premier ministre britannique

LE PREMIER MINISTRE BRITANNIQUE CHOISIT LE JOUR DE L'ÉLECTION DE JUNCKER À LA TÊTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE POUR REMANIER SON GOUVERNEMENT DANS UN SENS ENCORE PLUS FAVORABLE À LA SORTIE DE L'UE.

Ce n’est probablement pas un hasard si David Cameron, premier ministre britannique, a choisi la date du 15 juillet 2014 pour procéder à un remaniement de fond en comble de son gouvernement.

C’est en effet ce matin que le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, candidat désigné par les Chefs d’État et de gouvernement à la présidence de la Commission européenne, devait obtenir la confiance du Parlement européen. Une simple formalité puisque 26 des 28 chefs d’État l’avaient déjà choisi le 27 juin, à la grande fureur de la Grande-Bretagne et de la Hongrie qui le jugeaient trop fédéraliste.

M. Juncker a donc été confirmé par le Parlement avec 422 voix contre 250, 47 abstentions et 10 bulletins nuls, soit 729 suffrages exprimés. Le candidat devait recueillir la majorité absolue des 751 députés, soit 376 suffrages. Si son élection a été remportée sans difficulté, Jean-Claude Juncker n'a cependant pas fait le plein des voix, puisque la grande coalition entre son parti (de droite), le PPE, et les socialistes, à laquelle s'était ralliée les Libéraux et centristes, faisait un total de 480 députés. (cf. http://www.romandie.com/news/JeanClaude-Juncker-elu-president-de-la-Commission/497415.rom )

Cela signifie qu'au moins une soixantaine de parlementaires ont fait défection, ce qui n’est pas de très bon augure pour son autorité sur la nouvelle Commission.

Quoi qu'il en soit, on se rappelle que, le 31 mai dernier, le Premier ministre britannique avait menacé Angela Merkel et ses « partenaires » européens de faire sortir le Royaume-Uni de l’UE précisément si Jean-Claude Juncker, le candidat soutenu par la Chancelière d’Allemagne, devenait président de la Commission européenne. (Je renvoie à mon article : https://www.upr.fr/actualite/europe/1er-ministre-britannique-menace-de-faire-sortir-de-l-ue-le-royaume-uni )

C’est dire si David Cameron se retrouvait au pied du mur aujourd'hui. Sauf à passer pour un matamore ne mettant pas ses menaces à exécution, il se devait de prendre des décisions frappant les esprits.

C’est ce qu’il vient de faire : 

philip-hammond-uk
Philip Hammond

  • a) il a promu Philip Hammond, qui était jusque-là ministre de la Défense, au poste emblématique de ministre des Affaires étrangères de Sa Gracieuse Majesté.

Or celui-ci s’était fait remarquer le 13 mai 2013 (j’en ai parlé à plusieurs reprises dans mes conférences) pour avoir déclaré, au micro de la BBC, qu'il voterait Oui au référendum la sortie du Royaume-Uni de l’UE si les institutions bruxelloises n’étaient pas réformées, d’ici là, comme le veulent les Britanniques. ( cf. http://www.bbc.com/news/uk-politics-22500121).

michael-gove-brexit

Philip Hammond avait ainsi approuvé pleinement la position de son collègue au gouvernement Michael Gove, ministre de l’éducation, qui avait déclaré la même chose quelques heures auparavant.

michael-gove
Michael Gove

  • b) il a nommé Michael Gove au poste de Chief Whip

Michael Gove, justement, quitte le ministère de l’éducation où David Cameron l'a remplacé par une jeune femme. Mais cette éviction est due aux problèmes que le ministre rencontrait avec un grand nombre d’enseignants hostiles à ses projets de réforme éducatifs. Elle n’est pas du tout un désaveu à l’égard de ses positions anti-européennes.

Preuve en est d’ailleurs qu’il a été nommé Chief Whip, poste sans réel équivalent en France mais qui n’est absolument pas négligeable, tant s’en faut, dans les institutions britanniques. Résidant au 9 Downing Street, soit à un numéro près de la fameuse résidence du Premier ministre britannique qui se situe au 10, le Chief whip est le député chargé de veiller à ce que les élus de son parti soient présents et votent en fonction des consignes du parti. (en anglais, le mot whip veut dire « fouet »…).

Le Chief whip du parti au pouvoir – ce que sera justement Michael Gove – a ainsi un pouvoir considérable sur la majorité au pouvoir. Du reste, il assiste à tous les conseils des ministres et il passe souvent comme étant l’éminence grise du Premier ministre, voire son porte-parole. Sa présence dans les médias devrait s'en trouver renforcée, ce qui ne sera pas pour déplaire à cet homme qui a commencé sa carrière comme journaliste.

Kenneth-Clarke-uk
Kenneth Clarke

  • c) le très européiste Kenneth Clarke, ministre sans portefeuille de 74 ans, est quant à lui viré purement et simplement du gouvernement.

Ce dernier représentant de la génération de Margaret Thatcher était notoirement connu pour être un européiste et il a d'ailleurs réagi à sa mise à l’écart en promettant « de faire vigoureusement campagne en faveur de notre maintien du pays dans l'UE. » (http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/royaume-uni-le-ministre-de-la-defense-philip-hammond-remplace-hague_1559421.html)

Lord-Jonathan-Hill
Lord Jonathan Hill

  • d) enfin, David Cameron a décidé de nommer Lord Jonathan Hill, Baron Hill of Oareford, leader du Parti conservateur à la chambre des Lords, comme prochain commissaire européen britannique à Bruxelles.

Sans être un adversaire déclaré de la prétendue « construction européenne », Lord Jonathan Hill est néanmoins catalogué parmi les « eurosceptiques modérés ». Il est du genre - que nous connaissons si bien en France ! - à critiquer l'UE sans jamais proposer d'en sortir. Adepte du chèvre-chou, il va tenter de concilier l'inconciliable.

En attendant, il a d’ores et déjà fait savoir que sa tâche serait bel et bien d’obtenir une réorientation complète de l’Union européenne dans le sens souhaité par les Britanniques.... Autant dire que sa tâche sera impossible.

UN REMANIEMENT CONFORME À L'ESPRIT DE LA DÉMOCRATIE, MÉPRISÉ EN FRANCE

Le remaniement ministériel profond auquel vient de se livrer David Cameron n'est évidemment pas seulement dû à la nécessité de donner une suite tangible aux menaces qu'il avait formulées le 31 mai dernier pour empêcher que Jean-Claude Juncker ne devienne président de la Commission européenne en remplacement de José Manuel Barroso.

Ce remaniement est aussi dû, bien sûr, au résultat des élections européennes outre-Manche, qui ont vu le triomphe du parti UKIP de Nigel Farage, dépassant largement le score du Parti Conservateur au pouvoir. Tirant l'enseignement de ces résultats, le Premier ministre a jugé nécessaire de renforcer le camp des partisans de la sortie de l'Union européenne au sein de son propre gouvernement.

David Cameron a jugé absolument indispensable cette fermeté accrue à l'encontre de la prétendue « construction européenne » pour éviter une bérézina aux prochaines élections législatives britanniques de l'an prochain. Mais il a aussi procédé à ce remaniement parce qu'une telle réorientation, - qui tient tout bonnement compte du vote des électeurs - est conforme à l'esprit de la démocratie.

Un esprit auquel nos amis britanniques sont bien davantage attachés - et depuis des siècles -, que les responsables politiques français.

On mesure ainsi, une nouvelle fois, le gouffre qui sépare comme toujours le pragmatisme des élites britanniques du dogmatisme des élites françaises.

Comme à l'accoutumée chez nous, les dirigeants politiques refusent de tirer sérieusement et honnêtement les enseignements des élections. Ils ne pensent qu'à poursuivre la même politique, en tablant sur le fait que les Français se contenteront de bonnes paroles et se laisseront encore une fois embobiner. N'est-ce pas très exactement ce qui vient encore de se passer avec les élections européennes en France ?

Quels enseignements, quelles conséquences concrètes, François Hollande a-t-il tirés du désastre électoral subi par le PS le 25 mai dernier, et de la montée en puissance de toutes les forces eurocritiques ?

Non seulement le locataire de l'Élysée n'en a tiré aucune conséquence allant dans le sens de ce que souhaitent les électeurs, mais, pire encore, il s'est fait l'ardent promoteur de la candidature de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne, c'est-à-dire du plus fédéraliste et du plus atlantiste candidat qui soit !

Ce mépris d'acier des "élites françaises" pour le souhait réel du peuple français est un schéma connu, trop connu. Il conduit, hélas, épisodiquement la France à des accès d'explosion politique et sociale qui sidèrent nos voisins d'outre-Manche et la planète entière. Mais n'est-ce pas, au fond, que justice ?

CONCLUSION : WAIT AND SEE...

Bien entendu, il est encore trop tôt pour savoir si ce coup de barre en faveur des anti-européens répond à une stratégie déterminée de long terme ou à un simple calcul électoral de court terme. Il ne faut évidemment pas oublier que le Premier ministre britannique subit des pressions extraordinaires, qui proviennent à la fois des dirigeants américains, de ceux de la City, et de toute l'oligarchie industrielle et financière euro-atlantique.

Il n'en demeure pas moins que, de petites phrases en promesses de référendum, de promesses de référendum en menaces de sortie de l'UE, de menaces de sortie de l'UE en remaniement ministériel spectaculaire, l'ensemble de la société britannique emprunte depuis maintenant plusieurs semestres un chemin qui s'écarte irrésistiblement du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Les européistes britanniques, affolés, ne s'y sont pas trompés. Un porte-parole de l'opposition travailliste, Michael Dugher, a décrit ce remaniement ministériel comme « un massacre des modérés » par un Premier ministre « affaibli et apeuré face à son aile droite. » Et cet européiste a souligné son inquiétude en s'effrayant que « La politique étrangère britannique va maintenant être dirigée par un homme qui a ouvertement évoqué notre sortie de l'Union européenne. »

Les dépêches de presse signalent aussi cette réflexion du directeur de l'institut européiste londonien Open Europe : « Je crois qu'en Europe sera perçu le signal d'une hausse des enchères, dans un jeu encore plus tendu. »

Appliquons donc la traditionnelle attitude britannique du « Wait and see » : Attendons de voir la suite des événements...

Mais, pour l'instant, force est de constater que nous ne pouvons que nous réjouir des évolutions politiques outre-Manche vis-à-vis de l'œuvre de destruction et d'emprisonnement des peuples cyniquement dénommée « construction européenne ».

Comme ils l'ont fait si opiniâtrement et depuis si longtemps dans leur histoire, il se pourrait bien que les Britanniques soient une nouvelle fois résolus à faire prévaloir leurs intérêts nationaux et déterminés à se placer aux avants-postes du combat pour la démocratie.

François Asselineau

Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


10400805_748931345145238_8943318778434420464_n


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 juillet 2014 09:32

    Mais que les Britanniques sortent de l’Union Européenne ! Qu’ils sortent ! ! !
    Ils n’auraient jamais dû y entrer ! ! !...
     smiley

    • agocount 17 juillet 2014 11:38

      Jean-Pierre, tu sembles ne pas comprendre que les britanniques n’ont jamais eu leur mot à dire concernant le fait qu’il rentre dans l’UE ou pas, d’ailleurs est ce que les français ont été eux interrogés clairement sur leur adhésion ou pas à l’UE ?

      Bein non, jamais on ne leur a fait un réferendum pour qu’ils votent sur cette question « Voulez vous oui ou non rentrer dans une union de 6 puis au final 28 états dans un but purement économique ? » et si on leur avait demandé il y’a de forte probabilités qu’ils auraient dit non.

      Quand au peuple anglais, que tu n’as surement jamais rencontré et chez qui tu n’as jamais vécu, ils sont clairement pour la sortie et depuis le début, on ne peut pas dire qu’ils prennent l’UE en traitre : depuis le début ils ont été clair sur le fait que s’ils devaient choisir entre l’Europe (donc l’UE) et le grand large (les USA et leurs multiples colonies de part le monde) il choisirait le grand large.

      Est ce que les français avec leurs DOM-TOM et leurs autres colonies ou ex-colonies font quelque chose de différent ?

      Quand à vouloir régenter l’UE à la française, alors là on peut toujours rêver : les élites allemandes ne sont pas d’accord, ni les américaines, ni les italiennes, ni les espagnoles, ni les polonaises, etc... Chacun veut régenter sa vie et sa nation comme il l’entend et surement pas avec un système français dont personne ne veut car il distribue très bien la misère mais très mal les richesses.


    • zygzornifle zygzornifle 17 juillet 2014 09:44

      Les Anglais ont raison de vouloir se retirer de cette Europe , celle de la cacophonie et des catastrophes qui est entraînée par les politiques corrompus dans une spirale descendante de pauvreté et la future signature du traité de libre échange portera l’estocade finale offrant l’EU pieds et mains liées aux lobbys et avocats américains qui vont la plumer comme un misérable poulet de chez KFC .....


      • Parrhesia Parrhesia 17 juillet 2014 09:59

        Pour une fois que lez intérêts Français bien compris vont dans le même sens que la position d’un premier ministre de sa Gracieuse Majesté, réjouissons-nous !

        Cette contre-Europe doit être absolument revue et corrigée tant en nombre et en spécificités économiques des pays qui la composent, ineptie majeure, que dans ses conceptions purement mondialistes, incroyable trahison des intérêts européens !
        Il ne s’agit donc pas d’une réforme telle que la souhaitent les Britanniques, mais en attendant d’en être arrivés là, les ennemis de nos ennemis sont nos amis !!!
        Ce la s’appelle aussi le « pragmatisme britannique » !

        • VivaLaRevolucion VivaLaRevolucion 17 juillet 2014 10:38

          Espérons que les Anglais donneront le top départ de la dissolution de ce machin !!!


          • Gabriel Gabriel 17 juillet 2014 10:49

            Bonjour Monsieur Asselineau,

            Les Anglais non jamais mais alors jamais été pour l’Europe étant donné, qu’ils sont le 51éme état des USA. Ils sont entrés dans l’Europe en marche arrière juste pour y amplifier un peu plus le bordel ambiant. Maintenant que Bruxelles prend directement ses ordres de la maison blanche, ils peuvent s’en retirer en nous faisant un bras d’honneur tellement nous avons été nul quant à la construction de celle ci. L’Europe n’est qu’un vaste supermarché où tous les bandits de la finance viennent faire leurs courses à l’œil et taper dans la caisse au passage. Sarko l’américain, a bradé le peu d’honneur et de courage qu’il nous restait. L’apothéose, le point d’orgue, sera l’accord TAFTA où là, nous deviendrons définitivement les cerfs de nos seigneurs à la bannière étoilée.


            • dummy65 17 juillet 2014 11:51

              Le grand intérêt, c’est la démonstration qu’il est possible de sortir
              de l’union européenne et de l’euro. L’article 50 du TUE le prévoit.
              Cela valide la thèse de François Asselineau, qui a décortiqué tous
              les articles des traités européens, en démontrant leurs rôles
              néfastes sur l’emploi, l’industrie, la santé, l’éducation, le service
              public, les libertés individuelles, etc, etc. Que compte tenu du
              nombre important des membres (27 ou 28) les traités en
              devenaient statistiquement irréformables. Et que la seule solution
              s’impose : sortir de l’UE juridiquement en utilisant l’article 50.
              Cela ne peut pas être plus carré.
              ix ess


              • taktak 17 juillet 2014 12:44

                Je ne sais pas pourquoi vous insistez sur cet article 50.
                Si on veut sortir de l’UE, il suffit de s’appuyer sur la volonté populaire qui crée la légitimité d’action. Pourquoi s’enferez dans des négociations, nous lier les mains avec cette article 50 alors que l’oligarchie en profitera, en continuant à détenir tous les leviers tant que l’on reste dans l’UE, pour nous étrangler (via la BCE par exemple).

                Non, il faut sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN... comme le propose le PRCF

                L’illusion de la sortie de l’UE par l’art 50 du traité de lisbonne


              • ppazer ppazer 17 juillet 2014 13:15

                L’article 50 donne du formalisme à la démarche, et quelque part prévoit que, même quand on n’est pas d’accord avec l’UE et qu’on ne reconnait pas son autorité, on doit quand même appliquer ses règles : cet article porte en lui les gênes de la dictature européiste. C’est dire si c’est vicieux !

                Bref, cet article 50, on s’en moque. Et pour appuyer mon propos je cite le Général de Gaulle, répondant à une entrevue d’Alain Peyrefitte :

                ---
                Alain Peyrefitte- - Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

                Général de Gaulle. - C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! » Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

                ---

                Source de l’extrait de l’entrevue (très intéressante !) : http://petitlien.fr/degaulle_jefouslecamp


              • dummy65 17 juillet 2014 13:57

                Un contrat est un contrat, il faut en respecter les termes. Ne serait-ce que par respect pour cocontractant. La procédure est prévue. Pourquoi prendre le risque de rentrer en conflit avec les autres partenaires ? Avec l’article 50 il n’y a rien à négocier, c’est un droit, une décision unilatérale d’un peuple qui s’impose à tous sans qu’on puisse la remettre en cause.
                Il faut juste respecter la forme, la procédure dure environ deux ans.


              • ppazer ppazer 17 juillet 2014 14:26

                Un contrat n’a de valeur que s’il repose sur des bases juridiques acceptées et reconnues par les deux parties. Or, comme la « construction européenne » n’a pas grand chose de démocratique, on ne peut pas dire que ces bases soient acceptées et reconnues par le peuple.

                Certes tenir compte de l’article 50 serait politiquement plus correct. Mais c’est la politique qui nous met dedans : parce qu’on essaie de ménager les susceptibilités des uns et des autres, on finit par se fait couillonner en beauté.
                Des hommes politiques, on en a pléthore, même beaucoup trop. Mais des hommes d’État, soucieux avant tout des intérêts du peuple, utilisant la politique comme un outil et non comme une finalité, on n’en a plus aucun depuis longtemps.

                Il vaut mieux une bonne et franche crise politique européenne, par essence courte dans le temps, qu’une détérioration profonde et durable des intérêts français. Mais pour ça il faut des dirigeants et chef d’État qui en ont la stature, qui savent que c’est éprouvant et qui n’en ont pas peur. On n’a pas besoin de lopettes qui s’écrasent devant les règles dictées par autrui.


              • SandrineUPR 17 juillet 2014 14:43

                Le PRCF bannit les gens de l’UPR sur leur page fb... Vous n’avez donc rien à faire ici !
                Si votre solution passe par les armes, dégagez ! l’UPR est un parti pacifiste


              • Gauche Normale Gauche Normale 17 juillet 2014 14:45

                @dummy65

                Il faut juste respecter la forme, la procédure dure environ deux ans.

                Et encore les deux ans sont un maximum, il n’y aucune fatalité à attendre tout ce temps. Ça ne devrait pas mettre des plombes de quitter l’UE, juste le temps de savoir à quel moment les euro-députés français cessent de l’être, que faire des fonctionnaires français à la Commission européenne... .

                Il me semble que c’est de cette manière qu’un État balte est sorti de l’URSS (article de la constitution soviétique).

              • taktak 17 juillet 2014 14:59

                @sandrine UPR

                Mais quelle intolérance, quelle violence dans votre propos.
                Le PRCF ne bannit personne nul part, à part les trolls (c’est la moindre des choses pour avoir des échanges sur le net).

                « Vous n’avez donc rien à faire ici !
                Si votre solution passe par les armes, dégagez ! l’UPR est un parti pacifiste »

                Doit on rire de votre propos ? c’est une blague ?

                je vous explique que ce pseudo formalisme, cette fixette sur l’article 50 est une erreur politique, un non sens. Je suis pas le seul d’ailleurs, lisez ce que vous dis ppazer. Je vous dis pas qu’il faut une solution passant par les armes....
                Mais la légitimité populaire suffit pour dire, ça suffit, on sort de l’UE... point barre. Pas besoin de s’enfermer dans deux ans de négociations....

                Mais visiblement vous n’avez JAMAIS lu cet art 50, vous contentant de psalmodier regilieusement ce que vous dit le gourou de l’UPR.

                cliquez sur le lien que j’ai donné plus haut, lisez, et après on pourra peut être avoir une discussion constructive...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 17:30

                taktak,
                Tous les adhérents de l’ UPR connaissent par coeur l’article 50.

                Il n’y a pas à négocier la sortie, mais les conditions de sortie des Français qui sont dans les Institutions européennes comme la BCE ou les fonctionnaires à Bruxelles, les députés européens qui ne seront plus payés, les militaires français qui sont dans l’armée commune, solder les transferts financiers, discuter des Traités multilatéraux qui ont été signés par l’ UE et dont la France fait partie etc

                Après 50 ans de vie commune, de multiples problèmes techniques et pratiques doivent faire l’objet d’un accord, c’est le but de l’article 50.


              • gorgonzola 18 juillet 2014 00:50

                @taktak : le gourou Asselineau ? *se marre*


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:48

                Musima,
                L’avis de la City est une chose, l’avis des citoyens anglais en est une autre..., et elle n’est guère éloignée de l’avis de bon nombre de citoyens européens. Car il y a bel et bien en Angleterre, un referendum dans les tuyaux...


                Pourquoi croyez-vous que Hollande n’envisage aucun referendum sur le redécoupage territorial ? Parce qu’en Alsace, le référendum a été calamiteux pour le Gouvernement en avril 2013, et que le non l’a emporté.

                Du coup, plus de referendum du tout !

                C’est d’ailleurs l’avis de la Socialiste Élisabeth Guigou : « La démocratie entrainerait un blocage général de l’ UE ! »

                C’est aussi l’avis de Viviane Reding « Les Anglais sont bien trop »ignorants« pour qu’on leur demande leur avis sur la sortie de l’ UE ! »

              • tmjrc2008 19 juillet 2014 23:09

                 J’ai vècu 8 ans en Angleterre en famille. C’ètait sous Thatcher, Major et Blair. Une èpoque de l’avant Euro. A cette èpoque les sujets de sa Majesté ont subi un choc social que les français n’ont jamais connu. : La destruction du socialisme , par des moyens similaires appliqués aux USA à la mème èpoque. Le sommet de l’injustice sociale sera la Poll Tax dont j’ai du payer comme tout sujet majeur de sa Majesté. La mème taxe pour tous quelques soit sa situation èconomique, non pas par foyer, mais pour chaque adulte meme sans travai !. J’ai eu la chance de frèquenter toutes les classes sociales, et ma famille aura servi de support pour les statistiques officièles. Ce qui me permet de connaitre l’avis des citoyens anglais, et non pas prètendre comme certains derrière leur clavier...

                Les anglais ont une meilleure estime de nous les continentaux, que la presse continentale depuis des dècennies fait croire. Les anglais sont un peuple qui vit sous la crainte. Ce pays est sous le controle d’une caste de gens. Rien à voir avec les clubs parisiens type le Siècle. Non c’est en fait eux qui imposent au reste du monde. Dire que les Anglais sont contre l’Union, c’est bien le contraire, car pour ce peuple, c’est un contre poids formidable de 1000 ans de soumissions. Mais voilà chaque jour qui passe, la pauvretè progresse, ainsi que le niveau scolaire, ce qui permet facilement de manipuler une grande partie du peuple. Le gouvernemnt anglais a un tel pouvoir sur la vie du pays, qu’il peut changer de politique mème si cela remet en cause des accords à très haut niveaux.. Il n’y a pas comme en France la volonté de respecter ce que nos dirigeants ont signé, mème si cela fut fait par l’opposition.Personne n’a imaginé sèrieusement à l’UMP que Hollande n’allait pas signer Lisbonne II.C’est pourquoi il y a une grande confusion entre les dirigeants anglais experts du Opt Out, des options qui pourraient affaiblir 10 siècles de pouvoir, et le peuple anglais qui a toujours voulu l’Europe pour s’en sortir socialement ! C’est bien Major qui aura èliminé le chapitre sociale du Traité européen à l’èpoque ! Cela explique entre autre que l’Ecosse veut aussi son indèpendance, car elle est soumise ! Je vous conseille d’aller sur des sites anglais comme agoravox pour savoir comment vivent les anglais. Quant au nouveau gouvernment britanique, c’est un succés ces èlections européennes. C’est eux mème qui ont fait l’Europe de la finance que les anglais refusent. Comment un peuple peut ètre aussi manipulé que le peuple anglais ? Il aura fallut attendre 25 ans après Thatcher, c’est dire les 2 gènèrations de sujets anglais qui n’ont jamais compris que l’Europe ne pouvait les liberer de leur soumission. Sachez que pour les anglais nous sommes des citoyens libres et nous avons une vie bien meilleure :- malgré un Etat qui abuse de ses droits, des èlus nationaux issus des partis et non de la société civile qui magouillent, d’une gestion catastrophique de l’argent public avec aucune sanction du peuple.
                La classe dirigeante anglaise menace, mais sait parfaitement que tant qu’il y a de l’argent à se faire sur dans l’Union, elle continuera à faire croire à son peuple quelle agit pour son bien !!!

              • HerveLE HerveLE 17 juillet 2014 12:07

                excellent article comme d’habitude, merci M ; asselineau.


                • taktak 17 juillet 2014 12:08

                  Et sinon M Asselineau, un petit article pour analyser votre score ?

                  Car si vous avez biens servi de caution à cette mascarade d’élection, à cette farce démocratique des élections européennes, légitiment par votre participation l’UE et ses institutions totalitaires, qu’avez vous obtenus ?

                  Comme prévu, un score ridicule identique à celui obtenu à Villeneuve sur lot, à la mesure de la censure médiatique qui frappe ceux qui sont pour la sortie de l’UE, à la mesure aussi du choix affirmé et réitéré des français de boycotter cette élection. Et bien sûr aucun député....
                  Vos promesse d’aller porter la bonne parole dans un parlement potiche sans pouvoir sont donc battues en brèches..

                  Dommage que vous ayez préféré flatter votre égo, dépenser vos forces et épuiser vos militants dans une bataille stérile, plutot que de participer à un front de résistance et de délégitimation de cette dictature de l’oligarchie capitaliste qu’est l’UE. plutot que d’aider à faire monter le score de l’abstention, plus grande crainte de tous les européeistes.

                  Oui il faut construire un front populaire progressiste et patriotique pour sortir de l’UE. l’Urgence est là, pas à l’esprit sectaire de chapelle.


                  • al_je 17 juillet 2014 13:24

                    M. Asselineau a déjà analysé le score des européennes : https://www.youtube.com/watch?v=wb01TdLiW68

                    Par ailleurs il est facile de taper sur l’UPR quand en face on ne fait pas grand chose et qu’on ne se met pas en danger. On n’a jamais entendu parler de « Initiative Communiste » dans les médias dits dissidents, peu d’analyse sont relayées. Alors ma question, vous qui critiquez, que faites vous concrètement ? Quels sont vos résultats ? (L’abstention aux européennes n’a pas augmenté ce que vous souhaitiez de tout coeur).

                    Ce qui vous dérange en réalité c’est de voir l’UPR grandir avec toujours plus d’adhérents, de voir des figures s’imposer (Vincent Brousseau, Régis Chamagne, Charles Henry Gallois...) tout en établissant des liens avec d’autres partis européens (EPAM, IPU notamment). Par ailleurs l’UPR avait proposé un rapprochement avec le MPEP qui l’avait refusé sur le champ.

                    Je ne vois nul part un égo surdimmensionné, ni de bataille stérile mais au contraire des résultats encourageants pour la France. Vous feriez mieux de cesser vos critiques de bas étage qui n’apportent rien au débat et qui ne font pas avancer les choses, bien au contraire.


                  • Gauche Normale Gauche Normale 17 juillet 2014 13:50

                    Et sinon M Asselineau, un petit article pour analyser votre score ?


                    On peut déjà avancer ceci :
                    -la plupart des candidats UPR n’avaient aucune expérience de la politique (c’était leur première campagne) ;
                    -la campagne a été intégralement financée par les militants et sympathisants UPR à hauteur de 350 000 euros ce qui est loin, très loin des 13 millions règlementaires que les autres partis riches ont largement pu atteindre ;
                    -vers la fin de la campagne, l’UPR n’a eu droit qu’à 1minute et 30 secondes de médiatisation (très tôt le matin lors d’un week-end de jour férié) ;

                    Eh bien, malgré cette liste non exhaustive de handicaps avec lesquels elle partait (aucune expérience, peu de moyens financiers par rapport aux autres, sous-médiatisation...), l’UPR a par exemple dépassé le NPA au plan national alors que ce dernier est connu de tous bien qu’ayant peu d’électeurs. Elle a dépassé quasiment toutes les petites listes plus ou moins fantaisistes (et il y en a eu un paquet). Elle a fait une centaine de voix en plein Pacifique et un bon score chez les Français expatriés (alors qu’Asselineau a fait peu de conférences à l’étranger).

                    De plus l’UPR a suscité la confiance de 77 136 électeurs là où le PRCF en a... ZÉRO, toujours zéro.

                    Bien sûr, personne à l’UPR ne s’attendait a faire des scores mirobolants mais sur le long terme cette campagne a fait découvrir l’existence de l’UPR par le biais des professions de foi envoyées aux chaumières (combien le PRCF en a-t-il envoyé ? Zéro !), clips télé et affiches... Beaucoup vont découvrir le site www.upr.fr et lire les conférences, les analyses, se rendre compte que l’UPR, comme elle le dit si bien elle-même, respecte l’intelligence des Français contrairement aux autres partis médiatisés... De plus, le nombre d’adhérents a explosé entre janvier et mai 2014 (le rythme ralentit un peu depuis). Une explosion qui n’aurait sans-doute jamais eu lieu sans la participation aux élections.

                    Bref, tout ceci n’est nullement arrivé au PRCF dont le représentant que vous êtes ferait mieux d’arrêter d’être hautain. Je rappelle aussi que l’abstention a baissé par rapport à 2009 alors que vous aviez fait « campagne » pour. La claque est quand-même grande : le seul et unique mot d’ordre que vous avez porté a été balayé par les faits. Alors, un petit article là-dessus ? smiley

                  • taktak 17 juillet 2014 15:46

                    On peut déjà avancer ceci :-la plupart des candidats UPR n’avaient aucune expérience de la politique (c’était leur première campagne) ;-la campagne a été intégralement financée par les militants et sympathisants UPR à hauteur de 350 000 euros ce qui est loin, très loin des 13 millions règlementaires que les autres partis riches ont largement pu atteindre ;

                    => Ce qui fait 5€ la voix obtenue.... Beau résultat. Et une dépense faramineuse pour un résultat nul. Au passage, on voit que coté finance, cela va très bien à l’UPR pour bruler 350 000€ pour rien

                    -vers la fin de la campagne, l’UPR n’a eu droit qu’à 1minute et 30 secondes de médiatisation (très tôt le matin lors d’un week-end de jour férié) ;
                    => avec plusieurs articles de presse dont une tribune dans Marianne, et un reportage sur FR3, preuve est donc faite que la campagnne pour le boycott portant le mot d’ordre de sortie de l’UE a été au moins autant visible... la censure des médias ayant frappé aussi bien les uns que les autres. l’argument de se présenter pour rendre visible la sortie de l’UE est donc objectivement faux.

                    Eh bien, malgré cette liste non exhaustive de handicaps avec lesquels elle partait (aucune expérience, peu de moyens financiers (350 000€, sans financement publique vous êtes un parti riche dites moi !) par rapport aux autres, sous-médiatisation...), l’UPR a par exemple dépassé le NPA au plan national alors que ce dernier est connu de tous bien qu’ayant peu d’électeurs.
                    => le NPA n’avait pas des listes dans toutes les circonscriptions, ayez l’honneté de le dire... Et a certainement dépenser moins d’argent que vous... Vous faites moins de voix que AEI que le parti chrétien démocrate, que nous citoyens... et a peu près le même score que Régions et peuple solidaire, presque deux fois moins que Europe citoyenne. Il ne faut pas le nier votre score est un echec. Compréhensible au vu de la censure, mais tout à fait prévisible. Et c’est justement en raison de la censure qu’il fallait boycotter !
                    Pour comparaison, le POI lors de sa dernière participation à la présidentielle, sur une élection bien plus difficile avait réussi à mobiliser 124 000 voix

                    Elle a dépassé quasiment toutes les petites listes plus ou moins fantaisistes (et il y en a eu un paquet). Elle a fait une centaine de voix en plein Pacifique et un bon score chez les Français expatriés (alors qu’Asselineau a fait peu de conférences à l’étranger)
                    => ouah mirifique Vous faites moins de voix que AEI que le parti chrétien démocrate, que nous citoyens... et a peu près le même score que Régions et peuple solidaire, presque deux fois moins que Europe citoyenne. Il ne faut pas le nier votre score est un echec. Compréhensible au vu de la censure, donc je vous jette pas la pierre, mais tout à fait prévisible. Et c’est justement en raison de la censure qu’il fallait boycotter !

                    .De plus l’UPR a suscité la confiance de 77 136 électeurs là où le PRCF en a... ZÉRO, toujours zéro.
                    => Le PRCF a appelé à l’abstention, donc il est avec les dizaines de millions d’electeurs qui ont refusé de cautionner cette farce....

                    Bien sûr, personne à l’UPR ne s’attendait a faire des scores mirobolants

                    => c’est pas vous qui expliquiez que vous alliez avoir des députés au parlement, que vous n’étiez pas là juste pour le coup de pub ? et pourtant si, c’est vous qui avez osé propager l’idée qu’un député européen à voix au chapitre, accréditant l’idée que l’UE est démocratique.... pas très cohérent tout cela.

                    mais sur le long terme cette campagne a fait découvrir l’existence de l’UPR par le biais des professions de foi envoyées aux chaumières (combien le PRCF en a-t-il envoyé ? Zéro !), clips télé et affiches...
                    => le PRCF a distribué des tracts par milliers, affichés plusieurs milliers d’affiches, et participé à la campagne commune nationale du CNR-RUE présent partout en france. Bref, il était possible de vous faire connaitre sans cautionner. Mieux, il était possible de participer d’une démarche de rassemblement dans l’intéret de la Nation plutot que d’une stratégie sectaire.... mais bon, vous avez préférer le coup de pub, c’est votre choix...

                     De plus, le nombre d’adhérents a explosé entre janvier et mai 2014 (le rythme ralentit un peu depuis).
                    => mouais. Vu que vous annonciez en 2009 avoir plusieurs centaines d’adhérents puis la en 2013 vous disiez n’être alors que 80, on doit diviser par combien votre nombre d’adhérents, 10, 20 ? le jour l’UPR sera capable de mobiliser une manifestation rassemblant ne serait ce qu’un milliers de personnes, on verra ce qu’est votre force militante. Pour le coup, sur le terrain, malgré la campagne, on ne vous a pas vu, en dehors de venir troller sur le net, notamment les interventions du m’Pep,prcf etc...
                    Pour les adhésions, sinon, cela va très bien pour nous, on ne cesse de recruter des militants (pas des adhérents à 10 euros que l’on ne voit jamais)
                    Et l’appel du CNR-RUE a enregistré près de 2000 signatures publiques en a peine quelques mois..... Bref, merci pour nous ca va.

                    Une explosion qui n’aurait sans-doute jamais eu lieu sans la participation aux élections.Bref, tout ceci n’est nullement arrivé au PRCF dont le représentant que vous êtes ferait mieux d’arrêter d’être hautain.
                    => je suis pas hautain. Je remarque simplement que toute expérience mérite analyse. Comme je l’ai dis plusieurs fois sur agoravox, c’est à la fin du marché qu’on compte les bouses, et pour l’UPR, force est de constater que le résultat est très loin de ce que vous avez annoncé... Et je crois que vous devriez donc arreter de prendre les anti UE de haut en vous prétendant la seule et unique force pour la sortie de l’euro.... voir même un rassemblement à vous tout seul

                    Je rappelle aussi que l’abstention a baissé par rapport à 2009 alors que vous aviez fait « campagne » pour. La claque est quand-même grande : le seul et unique mot d’ordre que vous avez porté a été balayé par les faits. Alors, un petit article là-dessus ? 

                    L’abstention stagne (si on tient compte de l’augmentation du vote blanc et nul, lié à la diversion sur le sujet)... Ce qui est un beau résultat vu la propagande à fond faites sur le sujet, y compris le jour même du scrutin pour expliquer. Force est d’ailleurs de constater que l’UPR n’a pas récupéré que très peu d’abstentionnistes...
                    bref, je vous invite simplement à la plus élémentaire modestie. Ne serait ce que parceque le PRCF dispose de quelques élus (municipaux) alors que l’investissement électorale de l’UPR débouche pour le moment sur le néant, le zéro absolu.

                    et pour un petit article sur le sujet, voici le communiqué publié dès le soir des élections par le PRCF, alors que l’UPR était muet....
                    http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/tsunami-dabstention-aux-elections-europeennes-du-massif-rejet-lue-resistance-populaire-masse-sortie-lue-voie-progressiste-communique-du-prcf-25-mai-2014/


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 17:45

                    taktak,
                    Vous, qui avait mené pendant des semaines une campagne pour l’abstention et CONTRE l’ UPR, en expliquant qu’il fallait présenter des candidats aux élections nationales et pas aux européennes, lisez donc les GOPé, les Grandes Orientations de Politique économique publiées par Bruxelles début Juin pour les 28 pays, pour 2014/2015, applicables immédiatement.


                    A quoi servent les Sénateurs, les Députés, Hollande, tous élus dans des élections nationales ?? A traduire en Droit français les décisions prises à Bruxelles !

                    Vous avez bonne mine à venir nous donner des leçons pour présenter des candidats aux élections nationales !

                    Vous passez pour ce que vous êtes, des diviseurs, qui ont fait un « faux » historique en revisitant le programme du CNR pour qu’il soit plus « de gauche ».

                    Le programme du CNR n’a jamais contenu l’appropriation collective des moyens de production, ni rien qui ressemble à la dictature du prolétariat...

                    Programme du CNR
                    Quant aux signataires du programme du CNR, pensez un peu si en dehors du PCF et de la CGT, les autres auraient signé pour la dictature du prolétariat... ?!

                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 17 juillet 2014 21:30

                    @taktak
                     
                    « Et sinon M Asselineau, un petit article pour analyser votre score ? »

                    Nous comptons 5634 adhérents le 17/07/2014 ... toujours en progression malgré les vacances...

                    « => Ce qui fait 5€ la voix obtenue.... Beau résultat. »

                    Ahhh, l’argent c’est le nerfs de la guerre ...
                    Quand on en pas on se moque de nous et quand on à l’argent sa fait des jaloux ...

                    Pour rappel (élection présidentielle 2012) :
                    Si les montants révélés par Mediapart sont avérés, les frais de campagne de l’UMP pour la présidentielle de 2012 auraient donc atteint 39 millions d’euros, alors que le plafond légal fixe la limite à 22,5 millions pour les dépenses de campagne lorsqu’il s’agit d’une élection présidentielle. source

                    9 753 629 d’électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy en 2012 au premier tour

                    Ceci fait 3,99 euros par voix obtenu !

                    Étant donnée que l’UPR est encore une petit partie politique « marginal » ceci démontre le grand effort qui a été consenti par ses militants et sympathisants. Je me rappel bien que certains personnes se moquait de notre « petit budget » pour les européennes, hors nous avons réussi notre défi, celui de participer aux élections européennes (présence dans les 8 circonscriptions) malgré le boycott des grands médias.

                    Nous savons maintenant à l’UPR que nous sommes capables, quand besoin il y à, de mobiliser des fonds importantes et ceci serra autant plus facile dans l’avenir que le nombre des adhérents est toujours en croissance !

                    Si’il y à un partie politique qui à enregistré un grand échec c’est le PRCF qui à appelé au boycott pour les dernières élection européennes .... le nombre des abstentionnistes été bien moindre que « espéré » par les boycottants !

                    En France, l’abstention a été en baisse avec 56 % en 2014 alors que le record avait été battu en 2009 avec 59,36 % ! source

                    L’UPR sort quand même gagnant se son investissement financier de l’élection européenne 2014 !
                     


                  • Laurent 47 18 juillet 2014 22:53

                    @ Topaze

                    Pouvez-vous me dire ce que la France a gagné à faire partie de ce bazar organisé par Wall Street qu’on appelle la Communauté Européenne, et qui est prévu pour que jamais ce foutoir ne soit un adversaire commercial pour les Etats-Unis ? Le nombre de pays ? L’Union Africaine compte 41 pays. Est-ce que pour autant c’est une grande puissance économique ? Il n’est pas encore né, celui qui sera capable de nous démontrer que nous avons gagné quelque chose, depuis la mise en circulation de l’euro, et depuis l’instauration aux forceps de la Convention Européenne, pourtant refusée par référendum, avec en prime l’OTAN, pour que nous fassions la guerre pour le compte des américains ! Mais si vous vous en sentez capable....

                    • tf1Groupie 17 juillet 2014 15:32

                      Bien vu !

                      Asselineau qui prend les Britanniques en exemple, un summum de la bétisitude !!


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:30

                      TF,
                      Vous préférez sans doute la fréquentation de Svoboda ? 


                    • tf1Groupie 17 juillet 2014 18:47

                      Non moi j’hésite entre Aube-Dorée ou le Neo-Nazi allemand.

                      Franchement Fifi, c’est complètement naze ta remarque.

                      Mais quand on veut se la jouer Franchouillard, Gaulois bien nationaliste comme Asselineau, prendre les Anglais comme modèle c’est assez pitoyable.

                      Surtout que les Britanniques sont sans doute les moins européens de l’UE ; ils ne jouent pas collectifs et s’ils quittaient l’Europe celle-ci évoluerait certainement positivement, donc ça encouragerait plutôt à rester.

                      Mais qu’Asselineau prenne les Rosbifs en exemple ça montre à quel point il est prêt à dire n’importe quoi pour chier sur l’Europe. C’est dans la lignée de son dernier article sur Europe-man.
                      C’est pathologique.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:59

                      TF1,
                       
                      Asselineau n’est pas « nationaliste », l’ UPR n’est ni un Mouvement Gaulliste, ni nationaliste, c’est un Mouvement de Libération Nationale, pour sortir de l’ UE, comme l’était le Conseil National de la Résistance.


                      Mais c’est toujours intéressant de savoir que vous soutenez l’ UE, et ne voulez pas en sortir....
                      Vous devriez demander une subvention à Bruxelles, car les soutiens au Titanic se font de plus en plus rares. Ou a Europe écologie les Verts, qui vous classeront dans les espèces en voie de disparition...

                      PS : Peut-être qu’en insistant auprès de Bruxelles, ils pourraient vous prêter une tenue de Superman Europe, pour vous balader dans le métro ?

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:59

                      TF1,
                       
                      Asselineau n’est pas « nationaliste », l’ UPR n’est ni un Mouvement Gaulliste, ni nationaliste, c’est un Mouvement de Libération Nationale, pour sortir de l’ UE, comme l’était le Conseil National de la Résistance.


                      Mais c’est toujours intéressant de savoir que vous soutenez l’ UE, et ne voulez pas en sortir....
                      Vous devriez demander une subvention à Bruxelles, car les soutiens au Titanic se font de plus en plus rares. Ou a Europe écologie les Verts, qui vous classeront dans les espèces en voie de disparition...

                      PS : Peut-être qu’en insistant auprès de Bruxelles, ils pourraient vous prêter une tenue de Superman Europe, pour vous balader dans le métro ?

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:59

                      TF1,
                       
                      Asselineau n’est pas « nationaliste », l’ UPR n’est ni un Mouvement Gaulliste, ni nationaliste, c’est un Mouvement de Libération Nationale, pour sortir de l’ UE, comme l’était le Conseil National de la Résistance.


                      Mais c’est toujours intéressant de savoir que vous soutenez l’ UE, et ne voulez pas en sortir....
                      Vous devriez demander une subvention à Bruxelles, car les soutiens au Titanic se font de plus en plus rares. Ou a Europe écologie les Verts, qui vous classeront dans les espèces en voie de disparition...

                      PS : Peut-être qu’en insistant auprès de Bruxelles, ils pourraient vous prêter une tenue de Superman Europe, pour vous balader dans le métro ?

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 19:39

                      Excusez les bugs indépendants de ma volonté...


                    • smilodon smilodon 17 juillet 2014 15:39

                      Ils sont pénibles les anglais.. Ils n’en veulent pas des sous de l’Europe !... Qu’ils en sortent !.. Et aux prochaines grandes inondations, qu’ils se débrouillent tout seuls !..... On s’en fout !... Adishatz.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juillet 2014 18:29

                        Dans le genre bien connu qui passe son temps à critiquer l’UE, mais ne demande jamais d’en sortir, il y a Bepe Grillo et son Mouvement 5 étoiles, sans doute les étoiles du drapeau européen....


                        Le contenu de son entretien est d’un vide sidéral, et pour l’ UE :
                        « Nous sommes pour une Europe forte et unie, dans le respect des traditions »
                        Entretien de Grillo - La Voix de la Russie.

                        En comparaison, voilà l’entretien de François Asselineau avec l’ Agence Info Libre sur l’ Ukraine.

                      • Werner Laferier Werner Laferier 17 juillet 2014 17:38

                        Asselinau n’est qu’un agent de l’impérialisme russe, recevant ses ordres directement d’agents russes du FSB qui se font passer pour des touristes en France. Son objectif est de semer le désordre en Europe afin de restaurer un empire français catholique conquérant ultra-nationaliste à l’image de l’empire japonais. En clair, mettre en place une dictature ou lui et ses sbires auront le controle sur des millions d’individus.
                        Asselinau est la caricature d’une idéologie réactionnaire et autoritaire combinant des résidus de fascisme et de communisme.
                        La présence de l’UPR par exemple à la manif néo-réactionnaire française des bonnets-rouges est tout à fait dans la lignée clé de ce type de partis nationalistes qui cultivent les contradictions et les mensonges juste pour manipuler les masses.
                        Asselinau dans ses meetings sectariste, n’a t’il pas dit qu’une fois au pouvoir, il purgerait la société des indésirables en réactivant la peine de mort et déclarerait la guerre au monde en s’isolant  ?
                        Asselinau à formé une armée de propagandiste du net sous la contrainte, il faut savoir que le système Asselinau fonctionne à l’image des témoins de Jéhovah ,impossible de leur échapper, ils y sont omniprésents. Espaces de commentaires des grands sites d’information, forums ou réseaux sociaux, leurs arrogance est partout.
                        C´est bien beau d´être pour ou contre l´Union Européenne, encore faut-il savoir pourquoi. Sinon c´est un exercice de perroquet.
                        La conclusion est que l’UPR est un parti de nostalgiques avec qui on ne peut pas dialoguer, l4UPR refuse le dialogue et préfère s’isoler dans ses idées et sa propagande, l4UPR refuse toute critique de son idéologie..


                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 17 juillet 2014 21:49

                          « Asselinau n’est qu’un agent de l’impérialisme russe ... » ???

                          Werner, saviez vous que signifié le mot diffamation ?

                          Je vais vous donner un petit cours privée :
                          La diffamation est un concept juridique désignant le fait de tenir des propos portant atteinte à l’honneur d’une personne physique ou morale.

                          Doit t-on adhérer aux valeur américaines défendues par ses institutions impérialistes et défendu par Werner ?

                          Je vous invité à regarder ce court documentaire :
                          Les Confessions d’un assassin financier

                          Justement en France, encore moins à l’UPR, nous n’avons ni à défendre les intérêts russes ni les intérêts américains.

                          Voici un extrait de la charte de l’UPR spécialement dédie à Werner

                          Proclamant son amour de la patrie et son rejet de tout nationalisme, l’UPR refuse évidemment tout extrémisme, tout racisme et tout communautarisme, et proclame son attachement à la laïcité et à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée Générale des Nations-Unies le 10 décembre 1948. Cette Déclaration, ainsi que l‘article 1er du Pacte des Nations Unies sur les droits civils et politiques du 16 décembre 1966 qui pose comme un principe inaliénable le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, constituent la plus haute justification morale au programme de l’UPR, lequel entend justement rendre aux Français leur droit inaliénable à disposer d’eux-mêmes, et leur enjoint de refuser toute servitude, qu’elle soit volontaire ou extorquée.


                        • Gauche Normale Gauche Normale 18 juillet 2014 00:21

                          En ce cas, ils sont vachement radins les Russes vis-à-vis de leur agent Asselineau : 7 ans qu’il a crée son parti et il est toujours totalement censuré par les médias (c’est accessoirement eux qui font l’élection), il ne bénéficie d’aucun financement autre que celui qui vient des adhérents/sympathisants... les chèques russes mettent beaucoup de temps à arriver visiblement ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès