Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De Bergson à Nicolas Sarkozy : la place du religieux dans le (...)

De Bergson à Nicolas Sarkozy : la place du religieux dans le cité

La position de NS, comme l’a excellemment souligné l’auteur de l’article publié dans AV, intitulé « Derrière le rideau du néo-sarkovatisme » (lien à la fin de l’article), est un compactage purement rhétorique d’une pseudo-rationalité économiste automatique dans laquelle la société se dissoudrait dans un individualisme de l’intérêt privé sans aucune perspective d’ensemble qui serait liée à une définition quelconque de la justice en termes de rapports de forces sociaux et de réduction des inégalités réelles et sa compensation fantasmatique par la truchement de valeurs traditionalistes afin de faire diversion vis-à-vis de la frustration que génèrent ces inégalités. Comment comprendre un syncrétisme aussi baroque, que d’aucuns appelleraient post-moderne ?

Nous retrouvons là, semble-t-il, le fameux supplément d’âme que Bergson revendiquait pour que survive la possibilité d’une sociabilité par-delà le prétendu matérialisme de l’idéologie économiste qui consiste à prétendre mensongèrement qu’il serait possible de transformer les rapports économiques en simples calculs d’efficience à la marge sans que les rapports sociaux et idéologiques en soient la condition, alors même que cette idéologie pseudo libérale s’affirme comme une idéologie mystifiante et mystificatrice en ce que, précisément, elle dénie, à savoir :
  1. que tout rapport économique est un rapport social qui met en jeu des désirs et des valeurs et des relations de pouvoirs déterminés entre ceux qui commandent, ceux qui se soumettent ; et 

  2. que la confiance est la condition de tout échange économique et que celle-ci est toujours politique et psychologique, c’est-à-dire commandée par des valeurs et des désirs en conflit.

Mais Nicolas Sarkozy n’est pas Bergsonnien, car il n’est en rien mystique. Bergson en effet faisait d’individus exceptionnels, mais sans pouvoir de commandement, marqués par une expérience révélatrice strictement individuelle, des exemples entraînant les autres, sans aucune contrainte ou menace, vers de plus hautes valeurs que les valeurs matérielles, des valeurs spirituelles généreuses et d’amour désintéressé, ouvrant la société vers un dépassement des égoïsmes individuels.

Il refusait le pouvoir clérical dominant les esprits qui, selon lui, ne pouvait provoquer que la démoralisation intérieure sous le couvert hypocrite d’une morale extérieure rigide. Tout au contraire, Nicolas Sarkozy voit dans les églises des machines de pouvoir indispensables sur les âmes pour assurer une police sociale qui vise à imposer le respect des traditions définissant la société close ou conservatrice, à l’opposé de la société ouverte à l’initiative de chacun et donc authentiquement libérale que Bergson appelait de ses vœux. Il s’agit probablement d’un rêve utopique si l’on prétend en faire une politique : aucune société ouverte et pluraliste ne peut être mystique, sauf à se transformer en secte totalitaire.

Or, Nicolas Sarkozy, lui, ne rêve pas : le partage des pouvoirs, mais non leur autonomie et encore moins leur séparation, est par lui clairement défini :

- à l’argent et à ceux qui en ont pour investir de commander l’économie dans le cadre d’une économie de la croissance du profit prise comme fin en soi ;

- à l’Etat, dans lequel la police et l’administration ont barre sur la justice le pouvoir de réprimer les corps et à restaurer le pouvoir du capital, menacé par les contradictions sociales qu’il génère comme les nuées portent l’orage ;

- aux Eglises (y compris aux imams) de prendre le contrôle sur les esprits, dans le sens de la restauration des traditions anti-libérales et des morales liberticides.

Le seul problème est que pour lui la France reste encore très attachée aux principes de la laïcité. Or, c’est là, pour son projet, un obstacle essentiel : les deux premiers pouvoirs ne peuvent apparaître comme légitimes que s’ils se donnent l’alibi religieux traditionaliste qui ne peut s’imposer que sous la férule des Eglises et des prêtres de toutes confessions. Rien de tel que les Eglises et les prêtres pour assurer en dernier recours la police sociale, mais encore faut-il des croyants et des fidèles qui ne peuvent être tels à l’âge adulte que si on soumet l’éducation des enfants, à savoir l’école, de moins en moins publique et de moins en moins ouverte à l’esprit critique, à la douce tutelle religieuse.

Ce projet est chez nous résistible, j’en veux pour preuve que les propos de Nicolas Sarkozy apparaissent de plus en plus pour ce qu’ils sont : de très triviales tentatives de manipulations sur fond de culte des morts ; ses propos sur la mémoire et l’Histoire sont débarrassés de toutes signification politique ; ils sont aussi éculés, face à la montée des inégalités et d’un capitalisme irresponsable, y compris sur le plan économique (vis-à-vis duquel il n’a du reste qu’un pouvoir dérisoire de diversion ponctuelle) que celui des papes Jean-Paul II et Benoît XVI, lorsqu’ils prétendent que seule l’Eglise catholique à vocation de droit divin (infaillibilité pontificale) à incarner la splendeur de la vérité moralisatrice et civilisatrice dans le monde.

Cette manipulation est aussi platement cynique que l’injonction économique à prétention morale de feu Guizot : « Enrichissez-vous par le travail et l’épargne ! » ici-bas, auquel il suffit alors à Nicolas Sarkozy d’ajouter : « et la religion vous promet le paradis au ciel »...

Lire

Article sur AV : "Derrière le rideau du néo-sarkovatisme"

"Bergson entre la logique de la guerre et la mystique de la paix"

Et Bergson : "Les deux sources de la morale et de la religion."


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Mourid 25 avril 2008 10:40

    Nicolas Sarkozy est un imposteur, affirmer que les racines historiques d’une population sont chrétiennes est un tour de passe-passe logique entre fait et norme qui est tout à la fois antilaïque et antidémocratique.

    Je le dis d’autant plus librement que je ne suis pas chrétien et en tant que musulman libre et fidèle aux principes du coran, je ne puis obéir aux commandements dictés par les églises chrétiennes que le grand prêtre en chef zélé et inféodé Sarkozy veut illégalement et illégitimement imposer à la majorité des Français.

    Je suis donc d’accord avec ce Monsieur Bergson et je vous remercie de bien vouloir me communiquer l’adresse de son site ou de son blog afin que je puisse communiquer avec lui.

    Monsieur Reboul, je vous dis bravo et vous recommande de continuer, les cathos ne passeront pas, honte aux Chrétiens qui se sont illégitimement emparé de ce pays, vive la vraie religion libre et libératrice.


    • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:09

      Mourid est un marrant


    • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:11

      La guerre n’est en rien un état naturel....Bergson le pense peut-être, ya encore des contemporains qui le pensent.....mais ce n’est en rien un état naturel.


    • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:15

      C’est pas la peine, d’écrire un article sur la volonté de Sarko, c’est un gars qui navigue à vue.

      Ecrire que Sarko a une volonté de mettre en brêche la laïcité, c’est ne pas voir que Sarko, ne sait mme pas où il en est lui mme à ce sujet.

      Sarko, à un problème, il est sans trop de conviction. D’ailleurs, c’est le problème de toute la classe politique.


    • docdory docdory 26 avril 2008 09:35

       @ Mourid 

       

      Vous demandez l’adresse du site ou du blog de Bergson .

      Par un passéisme peu compréhensible , les cercueils du cimetière de Garches , dans les Hauts de Seine , et d’ailleurs l’ensemble des cercueils de l’ensemble des cimetières français ( voire terrestres ) , ne sont pas équipés de connexion internet , ce qui prive injustement ce qu’il reste de Bergson ou des autres résidents des boulevards des allongés de toute communication avec le monde extérieur . 

      Néanmoins , il vous reste la possibilité de recourir aux services payants , techniquement obsolètes , d’une fiabilité douteuse et souvent coûteux , d’une médium . Je me suis néanmoins laissé dire du bien des prestations de Madame Irma , à Garches , que vous pouvez éventuellement essayer !


    • sisyphe sisyphe 26 avril 2008 10:33

      par Antoine Diederick (IP:xxx.x43.235.23) le 25 avril 2008 à 23H09 Mourid est un marrant

      http://images.imagehotel.net/?ete6jkqdyx.jpg Je dirai même plus : ce mourid est un sacré rigolo !


    • Bulgroz 25 avril 2008 11:16

      “...d’autant moins que cela est affirmé comme un projet par le pape en personne à qui je ne dois aucune obéissance puisque je ne suis pas chrétien.”

      Voilà ce que nous disait Monsieur Reboul dans un commentaire du 3 Février 2008 suite à son article intitulé “Refusons tout enracinement politico-religieux” :

      http://agoravox.fr/commentaire_static.php3?id_article=35223&id_forum=1609178

      Reboul, le non chrétien nous exliquait très doctement :”affirmer que des racines historiques d’une population sont chrétiennes...est un tour de passe-passe logique entre fait et norme qui est tout à la fois antilaïque et antidémocratique”.

      Oui, vous avez bien lu, dire que nos racines sont chrétiennes est anti-laique et anti-démocratique.

      Mais Reboul en tant que non Chrétien parle aux Chrétiens et est tout à fait autorisé à nous assener ses 4 vérités : les chrétiens qui s’affirment comme ayant des racines chrétiennes pour eux mêmes et pour le pays qui les a vus naitre sont les derniers connards de l’histoire.

      Moi, je dis que la pensée de cet homme estampillé Ségoliniste notoire pue.

      On peut effectivement se poser la question de savoir ce que ce non chrétien a pu enseigner tout au long de sa carrière de fonctionnaire.


      • Radix Radix 25 avril 2008 12:41

        Bonjour

        Visiblement les grenouilles de bénitiers sont de sorties !

        Il va pleuvoir !

        Radix


        • sisyphe sisyphe 25 avril 2008 12:56

          Eh bien !

          Dès qu’on touche au crucifix, on voit surgir les trolls en-pape-aoutés se déchainer contre les apostats, les impies, les agnostiques, les hérétiques !

          Merci pour cet article, avec lequel je suis entièrement d’accord ! On ne dira jamais assez le danger du retour du religieux pour la démocratie et la république.

          Quant aux trolls, n’oublions pas que la vérité leur est ce que la lumière est aux vampires : elle risque de les faire disparaitre, alors, normal qu’ils la repoussent de toutes leurs forces...


          • MagicBuster 25 avril 2008 15:17

            @mourid,

            je le crois pas tu veux l’Email de Bergson ?????

             

            (pauvre garçon)

             !!! Trop puissant !!!


            • JL JL 25 avril 2008 16:25

               

              @ Sylvain Reboul, article clair, concis et important.

              Pour aller dans le sens de vos points 1 (’" tout rapport économique est un rapport social…") et 2 (la confiance est la condition de tout échange économique…", j’ajouterais ces extraits :

               

              "La monnaie n’est pas seulement le régulateur des marchés. C’est une institution bien plus profonde des sociétés. La monnaie est ce par quoi la société rend à ses membres ce qu’elle estime qu’ils lui ont donné. C’est un opérateur de la cohésion sociale qui dépend d’une confiance par laquelle se réalise la reconnaissance d’une appartenance à une même communauté de paiements. Mais le sens de l’appartenance est fondé sur des valeurs collectives dont les nations sont dépositaires : les infrastructures, la formation des ressources humaines, la protection que la société confère à ses membres, les droits sociaux dont la contrepartie est la dette sociale de la nation. … Un résultat théorique essentiel de ce livre est qu’il ne peut exister de groupements humains qui n’entretiennent que des relations à la poursuite de l’enrichissement privé. C’est ce que montre la pérennité et l’universalité du phénomène monétaire. Dans l’histoire des deux derniers siècles, qui a vu se développer le principe démocratique, les effets de la force corrosive de l’avancée de l’individualisme sur la cohésion sociale ont été surmontés par le fédéralisme politique. Celui-ci a été le berceau de l’indépendance des banques centrales. Mais il n’a jamais fait de doute que la souveraineté démocratique avait le dernier mot dans la légitimation de la politique monétaire. ?"" ).

              (à lire dans "La monnaie entre violence et confiance " de Michel Agietta et André Orléan, éd. Odile Jacob

              Et puisque je connais vos positions sur l’Europe, permettez-moi d’ajouter, sans aucune malice, ceci :

              "La tension entre l’espace économique de l’euro et la diversité des nations fait l’originalité de l’euro par rapport aux monnaies nationales. Sur quelles valeurs collectives l’euro est-il fondé ? Quels changements va-t-il induire au delà de l’intégration des marchés ? Quel avenir nous promet-il ?" (à lire dans le même ouvrage)


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:07

                je viens de post’er et de relire l’article de Jean Zin, à la une de Avox et donc votre question à Monsieur Reboul est très pertinente.


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:17

                @ Sleeping dog, tu sleep too much

                La voici, voir supra :

                ""La tension entre l’espace économique de l’euro et la diversité des nations fait l’originalité de l’euro par rapport aux monnaies nationales. Sur quelles valeurs collectives l’euro est-il fondé ? Quels changements va-t-il induire au delà de l’intégration des marchés ? Quel avenir nous promet-il ?" (à lire dans le même ouvrage)"


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:25

                dis moi, Sleeping dog, t’aurais pas par hasard une "gueule cassée" que tu te prends pour le masque de fer embastillé à n’importe quoi ?


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:25

                je te ferais remarquer que Bergson passait pas son temps à se compter les poils sur la poitrine !!!!


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:29

                ..et je te ferais aussi remarquer qu’une "slache" c’est une godasse en parlé bruxellois....t’es pas trop malin de répéter "godasse, godasse, godasse....." . Je te réponds :" Cordonnier, cordonnier, cordonnier...."

                 

                Et Bergson dans tout ceci ?


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:30

                ..et tu sais pourquoi, car ceci " / " c’est en embauchoir, ou un chausse-pied.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 avril 2008 09:18

                La réponse à votre question est la suivante :

                cette tension peut être positive dans la mesure où :

                1) Ces valeurs convergent vers les principes de la démocratie pluraliste que sont les droits de l’homme, les droits sociaux, l’égalité des hommes et des femmes, le non-discrimination et de la démocratie représentative etc.. autant de principes inscrits dans le traité de Lisbonne. toutes les autres différences sont celles de la langue qui peut s’atténuer avec quelque effort, de celles la cuisine qui peuvent s’échanger (ce qui se fait largement). Les services publics ce qui ne signifie pas nécessairement que les entreprises privées en soient écartées (voir chez nous les transports scolaires ou les écoles sous contrat...) Ce qui reste ouvert au débat démocratique..

                2) un pouvoir renforcé du parlement européen élu au suffrage direct ce qui est une des modifications introduite par le traité de Lisbonne. Aller vers la possible constitution des partis européens et de listes composites ; ce qui est en cours au PS , chez les verts, les centristes libéraux et sociaux

                 3) La convergence des luttes sociales dans le cadre des syndicats européanisés solidaires en cours de constitution ;ex : la grève magnifique et victorieuse chez Dacia en Roumanie et la Confédération européenne des syndicats .

                Pour le reste la diversité est aussi une richesse et un challenge, à condition de ne pas s’enfermer dans une vision obtuse de la prétendue supériorité nationaliste ou chauvine et cela est en effet culturel et exige une explication en faveur des acquis de l’Europe ( à commencer pas la libre circulation et la libre installation) et à celle de toujours se comparer pour s’améliorer.

                L’Europe est un long processus historique qui exige qu’on le prenne en charge pour l’infléchir en un sens social et cela exige que l’on se refuse au confort illusoire du repli sur soi qui rend impuissant face au processus de la mondialisation irréversible du capital et des échanges économiques et culturels. Ce sont les luttes sociales solidaires et convergentes en Europe qui feront les textes et leurs interprétations positives et non le contraire !


              • Antoine Diederick 26 avril 2008 18:47

                eh ben, hier soir yavaient deux commentaires auxquels j’ai répondu, bref j’ai nouririt les trolls. Mes interventions ont perdu du sens....c’était de toute façon pas intéressant.


              • Antoine Diederick 26 avril 2008 18:52

                " mondialisation irréversible du capital et des échanges économiques et culturels"

                 

                D’accord c’est de l’orthodoxie, mais prenons nous à penser que cette mondialisation irréversible se plante , croule...

                 

                kékon fé ?


              • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:41

                on va mettre tout le monde d’accord sur ce coup.....

                L’Europe n’a pas de racine chrétienne c’est une hérésie ....

                L’Europe n’était en rien chrétienne avant qu’elle ne soit chrétienne et Bergson n’a rien à voir dans cette affaire.

                L’europe , la France, et les autres pays européens se sont construits ds la chrétienté, elle a été un éléments civilisationnel après la chute de l’empire romain.....cours de base du secondaire.


                • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:52

                  Gloup....langage de Gloupil ?

                   


                • Antoine Diederick 26 avril 2008 00:06

                  M’sieur Reboul, les discours de Sarko sont très 19 eme siècle, il parle de rupture, c’est contemporain, puis il la ramène sur des considération en effet d’un autre temps.

                  C’est pas la peine d’aller rechercher Bergson, qui est trop subtil pour le Président de France.

                  Sarko voulait le pouvoir, il l’a maintenant, et qu’il se démerde avec....il ne fait que de la com. il n’a pas de vraies opinions, il est sans tourments métaphysiques et existenciels, c’est un ambitieux c’est tout....

                  Ce n’est pas le prince partagé entre son devoir et sa conviction ou son questionnement....rien de tout cela....

                   


                • Antoine Diederick 26 avril 2008 00:08

                  Buddy ? Go to bed, it’s time now. you’re too young to spent time for joking here.


                • Antoine Diederick 25 avril 2008 23:50

                  on va continuer car cela me les brise....

                  Un bon chrétien est toujours anti-clérical, cela va de soi.

                   


                  • GreenGarden GreenGarden 26 avril 2008 00:40

                    @Mr Reboul

                    un bon pédagogue (je vois que vous êtes professeur) se doit d’être clair et didactique. Or, votre style ampoulé nuit au discours à tel point qu’il en devient abscons. Dommage, car le sujet retenu est d’une profonde actualité.

                    A l’avenir, élève Reboul, faites des phrases simples : un sujet, un verbe, un complèment ... et c’est tout !

                    Cordialement,

                    G.


                    • Bulgroz 26 avril 2008 08:34

                      GreenGarden dit avec justesse :" A l’avenir, élève Reboul, faites des phrases simples : un sujet, un verbe, un complèment ... et c’est tout ! "

                      Mais il faut aussi de temps en temps un adjectif, mais dans ce cas là je suggère que Reboul me consulte.


                    • Bulgroz 26 avril 2008 11:32

                      Oui, certains recommandent à Reboul de sérieusement amender son style.

                      Son style au delà du fonds écoeurant , est sans saveur, obscur, abscons, sans finesse et esprit et pédant.

                      Un exemple ? Le sous titre de cet article, sous titre destiné, je suppose, à donner une synthèse claire et compacte du corps de l’article.

                      Je vous remets ce sous titre :

                      « La position de NS, comme l’a excellemment souligné l’auteur de l’article publié dans AV, intitulé « Derrière le rideau du néo-sarkovatisme » (lien à la fin de l’article), est un compactage purement rhétorique d’une pseudo-rationalité économiste automatique dans laquelle la société se dissoudrait dans un individualisme de l’intérêt privé sans aucune perspective d’ensemble qui serait liée à une définition quelconque de la justice en termes de rapports de forces sociaux et de réduction des inégalités réelles et sa compensation fantasmatique par la truchement de valeurs traditionalistes afin de faire diversion vis-à-vis de la frustration que génèrent ces inégalités. »

                      Mon compteur indique qu’il y a là 100 mots dans cette même et unique phrase.

                      Quelqu’un est il suffisamment averti pour comprendre une suite de 100 mots ? On pourrait y passer tout son temps pour décortiquer cette décoction insipide :

                      C’est quoi un « compactage purement rhétorique d’une pseudo-rationalité économiste automatique » ?

                      Je suggère que cet homme retourne à l’école, par exemple sur ce site qui permet de mieux transmettre une logique ou une expression de pensée :

                      http://www.fp.ulaval.ca/88clefs/

                      Sur le fonds, je peux résumer la pensée de Reboul : « il faut refuser tout enracinement chrétien » (c’est le titre de son précédent article). Et Reboul est d’autant plus habilité à exprimer cette logique qu’il n’est pas Chrétien ainsi qu’il nous l’a fait savoir.

                      Moi aussi, je vais me balader dans les rue d’Alger ou de Mogadiscio et déclamer « refusons tout enracinement musulman ».


                    • docdory docdory 26 avril 2008 12:19

                       @ Bulgroz 

                       

                      Effectivement , ce qui se conçoit bien doit s’énoncer clairement . Bon , cela dit , pour moi , les racines de la France , ce sont les Lumières , il n’en reste pas moins qu’une constitution n’a pas à se préoccuper de " racines " , selon le principe de base qu’un texte ( ou une oeuvre d’art ) est le meilleur quand il n’y a plus rien à en retirer !


                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 avril 2008 14:08

                      Il est, à mon sens, inutile que vous signaliez publiquement que vous vous estimez incapable de lire Descartes ou Proust qui font des phrases souvent plus longues que les miennes, sans parler du Sartre de "l’Etre et le Néant".

                      1) ce n’est pas un signe de votre grandeur intellectuelle, mais plutôt de votre paresse d’esprit

                      2) je m’en doutais sans que vous ayez à me le dire ; aussi bien je ne m’adresse pas à vous, sauf pour vous le confirmer par la présente dont les phrases sont nettement plus courtes et plus adaptées à votre niveau de compréhension.


                    • Bulgroz 26 avril 2008 15:15

                      @ Docdory,

                      Je vous signale qu’à 3 posts de distance, l’IP de Mourid est le même que celui de Bulgroz.

                      Il s’agit donc d’un fort regrettable dédoublement de personnalité.

                      D’ailleurs, demander l’adresse email de Bergson n’est pas raisonnable. Bergson est mort mais seul Reboul, qui est son unique dépositaire de pensée, peut le convoquer pour asseoir ses « non chrétiennes » convictions et discuter avec lui le bout de gras sur les qualité discutables de Sarkozy.

                      Après avoir ressuscité Bergson, Reboul convoque ses "pairs" Descartes et Proust pour fustiger « la paresse d’esprit et la grande misère intellectuelle » des pauvres lecteurs que nous sommes et ainsi justifier la très haute opinion que Reboul s’est forgée sur lui même. Reboul fait dans la très grande et haute littérature à trés grandes phrases. Rachitiques du bulbe, dégagez !!

                      Reboul, c’est le représentant parfait du pseudo intellectuellisme inutile et pédant.

                       


                    • Lairderien 26 avril 2008 01:50

                      L’auteur à écrit :

                      "Or, Nicolas Sarkozy, lui, ne rêve pas : le partage des pouvoirs, mais non leur autonomie et encore moins leur séparation, est par lui clairement défini :

                       

                      à l’argent et à ceux qui en ont pour investir de commander l’économie dans le cadre d’une économie de la croissance du profit prise comme fin en soi ;
                       

                       

                      à l’Etat, dans lequel la police et l’administration ont barre sur la justice le pouvoir de réprimer les corps et à restaurer le pouvoir du capital, menacé par les contradictions sociales qu’il génère comme les nuées portent l’orage ;
                       

                       

                      aux Eglises (y compris aux imams) de prendre le contrôle sur les esprits, dans le sens de la restauration des traditions anti-libérales et des morales liberticides"

                      Vous décrivez parfaitement le credo des conservateurs de tous poils, de tous les pays, que Sarkosy n’a pas inventé, mais qu’il se charge (ou a été chargé ?) de mettre en musique.

                      Ce credo fonctionne bien aux USA, il sera plus difficile à faire avaler en France ou notre tradition laïque fait de la résistance, spécialement chez les chrétiens qui se disent catholiques, mais au fond si on regarde la pratique il n’y a plus grand monde pour écouter les prêches dans les églises et c’est tant mieux !

                      Reste la religion montante du moment : les musulmans. C’est là qu’il faut porter les efforts pour limiter l’influence des imams en évitant la communautarisation à la mode anglosaxonne qui serait catastrophique pour notre pays.


                      • Antoine Diederick 26 avril 2008 18:58

                        en général y a pas grand monde ds les Eglises le dimanche quand tout va bien, quand tout va mal, elles se remplissent....

                        Bergson, je devrais relire et ne puis concurrencer Reboul. Mais, ce que je comprends pas ds cet article, c’est le rapport entre Bergson et Sarkozy....à l’heure du bilan de la première année de présidence, la grande majorité de la presse pense que Sarko à perdu le fil des projets annoncés...


                      • GreenGarden GreenGarden 26 avril 2008 19:35

                        par Sylvain Reboul (IP:xxx.x3.101.58) le 26 avril 2008 à 14H08

                         
                        Il est, à mon sens, inutile que vous signaliez publiquement que vous vous estimez incapable de lire Descartes ou Proust qui font des phrases souvent plus longues que les miennes, sans parler du Sartre de "l’Etre et le Néant".

                        1) ce n’est pas un signe de votre grandeur intellectuelle, mais plutôt de votre paresse d’esprit

                        2) je m’en doutais sans que vous ayez à me le dire ; aussi bien je ne m’adresse pas à vous, sauf pour vous le confirmer par la présente dont les phrases sont nettement plus courtes et plus adaptées à votre niveau de compréhension.

                        Argumentaire rejeté, car totalement spécieux.

                        Concernant votre article, qui se veut éliste sur fond de réflexion sociétale, il n’est autre qu’un article pédant à la rhétorique fumeuse.

                        Je pense qu’avec vous, élève Reboul, nous n’avons pas encore trouvé une relève, ni à Bergson ni à Descartes.

                        Cordialement,

                        G.


                        • barbouse, KECK Mickaël barbouse 27 avril 2008 11:26

                           

                          bonjour,

                          il y a quelque chose de particulièrement confus dans les rapprochement abscons des différents thèmes qui composent votre article,

                          entre "l’idéologie sarkozyste" tel que vous postulez qu’elle existe dans votre anti sarkozysme primaire,

                          idéologie qui je vous le concède, si elle existe autrement que pour se faire élire, brille souvent par une absence de fond et de perspectives inversement proportionnée à la puissance de sa médiatisation en période électorale,

                          et bergson et son supplément d’âme, le culte des morts, l’économie et ses articulations avec la religion en france,

                          pour conclure sur cette division tripartite du partage du pouvoir sur l’homme "libre" mais dorénavant soumis à 3 maitres, l’ argent, la nation et la foi.

                          horizon d’un bonheur indépassable de sécurité où chaque question de la vie à une réponse pré machée et un divertissement a regarder au lieu de faire l’effort d’y réflechir,

                          horizon confortant systématiquement les pouvoirs temporelles et intemporelles auxquelles l’homme n’a de salut que dans la soumission consumériste.

                          Horizon où la sensation de liberté se réduit à la possibilité d’un choix, sensation qui bien souvent suffit pour ne pas en faire soi même mais chercher à qui le confier, 

                          horizon dans laquelle vos idéologies,

                          - égalité homme femme s’opposant a complémentarité homme femme,

                          - pas de racine chrétienne/religieuse opposé à "mais qui va enterré dignement les morts toutes les semaines, qui va faire le job sans avoir besoin de croire ?", vous monsieur reboul ?

                          - le capitalisme irresponsable mais coupable opposé à l’envie de construire l’europe par l’accès a la création d’entreprise légal pour les ouvriers et enfants d’ouvriers à la fibre d’entrepreneur.

                          - la sensation de créer une pensée pertinente en accolant des thèmes de penseurs et des étiquettes politique/religieuse/philosophique ( votre façon de rédiger cette article), cherchant à la faire exister au travers de son positionnement vis à vis des autres étiquetages de la pensée, et réfutant l’un parce que politique, l’autre parce que religieux, le troisième parce que identitaire, sans jamais démontrer la pertinence du propos.

                          et un raisonnement de fond exclue des autres contraintes que la recherche du vrai, reconnaissant le particularisme de chaque domaine intellectuel, ça zone d’éfficience dans la véracité et sa zone d’inadéquation, afin d’établir un pensée construite non pas en référence à, mais selon la méthode occidental de recherche et de critère de la vérité. méthode que vous devriez connaitre et appliqué dans vos articles selon le cursus que vous affichez.

                          amicalement, barbouse.

                          Qui a quand même la sensation que vous accolez sarkozy a bergson dans cet article pour le faire publié en espérant donné une hauteur intellectuelle crédible a l’anti sarkozysme, avoir le soutien de ceux du "même camp", quitte a dire n’importe quoi qui fasse illusion devant ceux qui ne l’ont pas lu, que vous oublier au passage la tentation ségolâtre d’un plan de communication utilisant les codes de la chrétienté, et que si vous regardez votre bibliothèque avec tant d’affection, vous devriez constater que ceux qui résistent aux siècles sont ceux qui ont rechercher la vérité en premier, pas un public.

                           

                           


                          • stephanemot stephanemot 9 septembre 2008 01:50

                            Le sujet sur lequel il convient de surveiller Sarko comme le lait sur le feu (d’autant que lui manipule le sujet en question comme l’huile sur le feu) est la religion.

                            Ou plutot sa caricature, le fondamentalisme, au profit duquel il cherche methodiquement a faire sauter tous les verrous de la republique avec la benediction de deux fondamentalistes influents : Benoit XVI et George W. Bush revent de redonner une teinte medievale a l’Europe.

                            Ne nous laissons pas enfumer par leur propagande habile qui sous couvert de moderniser, depoussierer, decomplexer et liberer, s’attaque a la fois a la democratie et a la religion (Universal Declaration of Independence from fundamentalism )


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès