Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De l’importance de donner du sens, en politique comme (...)

De l’importance de donner du sens, en politique comme ailleurs…

Se voir confier le soin de défendre les valeurs auxquelles le peuple tient : l’enjeu d’une élection présidentielle… Mais peut-être vous, à la tête d’une équipe, menez-vous au quotidien un combat similaire : obtenir l’adhésion…

Ah si Sarkozy avait su combien son « N’ayez pas peur ! » a foutu les j’tons ! Car son dynamisme d’il y a 5 ans s’était transformé en vélleités et soubresauts, son ouverture d’esprit de l’époque s’était muée en raideurs, son art de commander transformé en exigences assénées, ses ministres en marionnettes silencieuses, ses porte-paroles en femmes courageuses allant au front à la place des hommes qui se taisent pour avoir le temps de prendre leurs distances…

Sarkozy avait bien commencé son mandat de « Président de tous les français » avec la nomination de gens de gauche et du centre dans son gouvernement afin d’intégrer des opinions variées dans ses décisions… mais il l’a mal fini en optant ces derniers mois pour un choix d’alliance totalement opposé. Ainsi, entre les deux tours, les appels du pied renouvelés par Sarkozy à l’extrême-droite, ont été son erreur. Le candidat s’est alors affiché totalement incompréhensible, donc imprévisible donc dangereux.

De même que son arrogance, snobant Bayrou en l’estimant acquis à sa cause, l’a pénalisée : c’est toujours une grosse erreur en communication d’avoir l’air d’oublier celui que l’on croit déjà de son bord…

A cela s’est ajoutée l’impossibilité pour les hésitants de voter blanc car cela aurait pu s’apparenter à un vote Front National.

Ainsi, tandis que l’un s’époumonait, s’agitait de droite à gauche, semblant égaré, papillonnant et inconstant, l’autre a maintenu sa ligne, son discours, ses valeurs facilement accessibles, tout en modulant le ton du discours et des réparties (pour afficher sa combativité), mais en traçant avec constance le sillon annoncé… On avait, d’un côté : « Après moi, le chaos ! », de l’autre : « Je vous ressemble, nous allons nous comprendre. »

Alors la cause fut pliée : Sarkozy pris en étau ! Tout le bouscule et se mue contre lui. Et hop, Hollande prend le pouvoir ! Il faut dire qu’en 1 an Hollande s’est remarquablement construit… et il a joué « vrai ».

Et le peuple, lorsque il comprend les valeurs de quelqu’un, il a des facilités à le suivre. Car celui qui ne donne plus le « bon sens » à ce qu’il fait ou dit, on le lâche ! Et Sarkozy a tellement changé en passant d’une ouverture à gauche en 2007 à un appel à l’extrême droite en 2012 qu’il était impossible qu’il rassemble sur son nom. Ce manque de constance l’a pénalisé.

Vive la démocratie qui impose à nos élus de savoir parler de leurs valeurs ! Vive ces mandats de 5 ans qui permettent d’adapter la vie politique à la rapidité de ce monde hyperconnecté ! Vive le pouvoir de l’image qui donne à voir les sincérités, les élans, les raideurs, les grimaces ou la hargne des candidats ! On les cerne plus vite, on les repère, on les comprend, on les rejette ou on les adopte… Car on peut mentir plus facilement avec les mots qu’avec les attitudes. L’image rend donc le peuple plus clairvoyant.

Diriger un pays est toute une affaire ! Pour recevoir le pouvoir des électeurs, il faut leur avoir expliqué ses valeurs, les leur faire partager puis s’y tenir.

Maintenant ce qui va compter, c’est que les attentes des Français soient comblées… et que les déceptions soient prises en compte et justifiées.

Et vous, face à vos équipes : vos valeurs, votre cohérence, votre stratégie… ? Ca va ? Vous en parlez souvent, vous les partagez avec elles ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 11:36

    Comme une majorité de personnes ayant de hautes responsabilités, patrons, directeurs, sortis de votre milieu, vous avez du vent dans la tête, alors qu’elle est normalement constituée pour l’intelligence.
    Normal, quand on a ce genre de responsabilité, le travail prend énormément de temps, ce qui n’en laisse guère pour s’informer sérieusement, construire une réflexion de fond, prendre le temps d’un retour sur l’histoire.

    Vous livrez là un charabia de majorette que je n’ai même pas cœur à décrypter, et finissez par l’apologie de la niaiserie, après étalage obscène de votre irresponsabilité en matière de conscience politique.
    Voilà pourquoi, entre autre, notre pays va mal : des dirigeants qui, à tout niveau, ont de la merde dans les yeux, et des boyaux d’ânes dans la tête.


    • Txotxock Txotxock 10 mai 2012 13:38

      On a besoin de donner du sens qu’à ce qui n’en a pas. Alors qu’il suffit d’admettre que cela n’a pas de sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès