Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la campagne du Net à la Déclaration d’Indépendance du (...)

De la campagne du Net à la Déclaration d’Indépendance du Cyberespace

Difficile de faire à ce stade un bilan sur le rôle joué par Internet lors de cette campagne. Heureusement qu’Arte va diffuser ce soir « La campagne du Net », une chronique de la présidentielle sous l’angle Internet réalisée lors de cette présidentielle. Thierry Crouzet de son côté, déçu par l’univers politique, fait un bond en avant et tente d’abandonner la logique des partis et propose la création d’un nouveau réseau libre... Ce qui me fait faire un bond en arrière de 11 ans avec la déclaration d’indépendance du Cyberespace...

Ce soir, mardi 8 mai à 20h40 est diffusé sur Arte le film "La campagne du Net", une chronique de la présidentielle vue du côté des internautes. Les réalisateurs ont rencontré la plupart des acteurs de cette net-campagne, dans les états-majors, les médias et plus largement dans la blogosphère citoyenne. AgoraVox va peut-être y figurer. "La campagne du Net" est l’occasion et une tentative d’un premier regard rétrospectif sur l’émergence de ce nouveau média dans le débat public :

« Les candidats se sont tous mis à Internet, avec plus ou moins de bonheur. Mais ils sont peu nombreux à avoir entendu cet appel au renouvellement du débat que lancent les internautes. Sur la Toile, les réactions se déchaînent. Sont-elles représentatives de l’ensemble des électeurs français ? Y a-t-il des “e-favoris” parmi les candidats ? S’efforçant de répondre à ces interrogations, le film part à la découverte des différents acteurs de la présidentielle sur le Net : équipes Web des candidats, “e-militants”, blogueurs influents... Il suit la chronologie de cette campagne numérique, des premières escarmouches d’automne (la vidéo montrant Ségolène Royal parlant des professeurs, à Angers) jusqu’aux grandes batailles du printemps. Il tente également de cerner le rôle d’Internet en tant qu’outil politique et démocratique, pointant au passage la difficulté avec laquelle les médias traditionnels prennent la mesure de ce phénomène et de ses règles du jeu »

Le film qui passe ce soir sera également accessible sur Internet pendant une semaine. Vous pouvez également voir le blog du film avec des rushs inédits.

Et maintenant que la campagne est clôturée, Thierry Crouzet essaye de trouver un moyen pour aller au-delà de la logique des partis. Son but est de créer une sorte de réseau libre :

Le réseau Libre serait un méta-parti en quelque sorte, une structure horizontale plutôt que verticale. Il inaugurerait une nouvelle façon de faire de la politique, une façon tournée vers l’action et non vers la recherche du pouvoir.

Réseau : pour insister sur l’absence de chef, la décentralisation, l’ouverture...

Libre : parce que le réseau ne se lie à personne ni à aucune tendance en particulier, parce que ses membres peuvent appartenir à toutes les mouvances politiques ou même à aucune... et d’autant plus libre que le réseau, en lui-même, ne brigue aucun mandat (ce qui n’empêche pas certains de ses membres d’avoir des ambitions électorales).

Comme je l’ai précisé dans un commentaire, cette description de réseau libre me rappelle furieusement la notion même d’Internet.... Internet est le réseau libre par excellence ! Ensuite, tout est question d’outil et de méthodes pour canaliser les millions de personnes qui le composent dans des actions intelligentes, intelligibles et concrète tant au niveau local que national. Les médias citoyens (présents et à venir) constituent un des moyens d’agir concrètement au sein des réseaux libres.

Cela dit, tout ceci me fait penser à la célèbre Déclaration d’Indépendance du Cyberespace que John Perry Barlow (le co-fondateur de la Electronic Frontier Foundation) eu le courage de lire à Davos devant tous les chefs d’état de la planète en 1996... Je pense que ce texte garde toute son actualité et vu les temps qui courent, il est vraiment à méditer... Le terme "Cyberespace" est certes un peu passé de mode (on pourrait le remplacer par Internet ou blogosphère) mais la puissance et la fraîcheur du message restent intactes malgré le lyrisme de Barlow clairement inspiré par la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis et aux valeurs de la culture américaine.


DECLARATION D’INDEPENDANCE DU CYBERESPACE

"Gouvernements du monde industriel, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, nouvelle demeure de l’esprit. Au nom de l’avenir, je vous demande, à vous qui êtes du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez aucun droit de souveraineté sur nos lieux de rencontre.

Nous n’avons pas de gouvernement élu et nous ne sommes pas près d’en avoir un, aussi je m’adresse à vous avec la seule autorité que donne la liberté elle-même lorsqu’elle s’exprime. Je déclare que l’espace social global que nous construisons est indépendant, par nature, de la tyrannie que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez pas le droit moral de nous donner des ordres et vous ne disposez d’aucun moyen de contrainte que nous ayons de vraies raisons de craindre.

Les gouvernements tirent leur pouvoir légitime du consentement des gouvernés. Vous ne nous l’avez pas demandé et nous ne vous l’avons pas donné. Vous n’avez pas été conviés. Vous ne nous connaissez pas et vous ignorez tout de notre monde. Le cyberespace n’est pas borné par vos frontières. Ne croyez pas que vous puissiez le construire, comme s’il s’agissait d’un projet de construction publique. Vous ne le pouvez pas. C’est un acte de la nature et il se développe grâce à nos actions collectives.

Vous n’avez pas pris part à notre grande conversation, qui ne cesse de croître, et vous n’avez pas créé la richesse de nos marchés. Vous ne connaissez ni notre culture, ni notre éthique, ni les codes non écrits qui font déjà de notre société un monde plus ordonné que celui que vous pourriez obtenir en imposant toutes vos règles.

Vous prétendez que des problèmes se posent parmi nous et qu’il est nécessaire que vous les régliez. Vous utilisez ce prétexte pour envahir notre territoire. Nombre de ces problèmes n’ont aucune existence. Lorsque de véritables conflits se produiront, lorsque des erreurs seront commises, nous les identifierons et nous les réglerons par nos propres moyens. Nous établissons notre propre contrat social. L’autorité y sera définie selon les conditions de notre monde et non du vôtre. Notre monde est différent.

Le cyberespace est constitué par des échanges, des relations, et par la pensée elle-même, déployée comme une vague qui s’élève dans le réseau de nos communications. Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il n’est pas là où vivent les corps.

Nous créons un monde où tous peuvent entrer, sans privilège ni préjugé dicté par la race, le pouvoir économique, la puissance militaire ou le lieu de naissance.

Nous créons un monde où chacun, où qu’il se trouve, peut exprimer ses idées, aussi singulières qu’elles puissent être, sans craindre d’être réduit au silence ou à une norme.

Vos notions juridiques de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement et de contexte ne s’appliquent pas à nous. Elles se fondent sur la matière. Ici, il n’y a pas de matière.

Nos identités n’ont pas de corps ; ainsi, contrairement à vous, nous ne pouvons obtenir l’ordre par la contrainte physique. Nous croyons que l’autorité naîtra parmi nous de l’éthique, de l’intérêt individuel éclairé et du bien public. Nos identités peuvent être réparties sur un grand nombre de vos juridictions. La seule loi que toutes les cultures qui nous constituent s’accordent à reconnaître de façon générale est la Règle d’Or [de l’Ethique]. Nous espérons que nous serons capables d’élaborer nos solutions particulières sur cette base. Mais nous ne pouvons pas accepter les solutions que vous tentez de nous imposer.

Aux États-Unis, vous avez aujourd’hui créé une loi, la loi sur la réforme des télécommunications, qui viole votre propre Constitution et représente une insulte aux rêves de Jefferson, Washington, Mill, Madison, Tocqueville et Brandeis. Ces rêves doivent désormais renaître en nous.

Vous êtes terrifiés par vos propres enfants, parce qu’ils sont les habitants d’un monde où vous ne serez jamais que des étrangers. Parce que vous les craignez, vous confiez la responsabilité parentale, que vous êtes trop lâches pour prendre en charge vous-mêmes, à vos bureaucraties. Dans notre monde, tous les sentiments, toutes les expressions de l’humanité, des plus vils aux plus angéliques, font partie d’un ensemble homogène, la conversation globale informatique. Nous ne pouvons pas séparer l’air qui suffoque de l’air dans lequel battent les ailes.

En Chine, en Allemagne, en France, en Russie, à Singapour, en Italie et aux États-Unis, vous vous efforcez de repousser le virus de la liberté en érigeant des postes de garde aux frontières du cyberespace. Ils peuvent vous préserver de la contagion pendant quelque temps, mais ils n’auront aucune efficacité dans un monde qui sera bientôt couvert de médias informatiques.

Vos industries de l’information toujours plus obsolètes voudraient se perpétuer en proposant des lois, en Amérique et ailleurs, qui prétendent définir des droits de propriété sur la parole elle-même dans le monde entier. Ces lois voudraient faire des idées un produit industriel quelconque, sans plus de noblesse qu’un morceau de fonte. Dans notre monde, tout ce que l’esprit humain est capable de créer peut être reproduit et diffusé à l’infini sans que cela ne coûte rien. La transmission globale de la pensée n’a plus besoin de vos usines pour s’accomplir.

Ces mesures toujours plus hostiles et colonialistes nous mettent dans une situation identique à celle qu’ont connue autrefois les amis de la liberté et de l’autodétermination, qui ont eu à rejeter l’autorité de pouvoirs distants et mal informés. Nous devons déclarer nos subjectivités virtuelles étrangères à votre souveraineté, même si nous continuons à consentir à ce que vous ayez le pouvoir sur nos corps. Nous nous répandrons sur la planète, si bien que personne ne pourra arrêter nos pensées.

Nous allons créer une civilisation de l’esprit dans le cyberespace. Puisse-t-elle être plus humaine et plus juste que le monde que vos gouvernements ont créé."

Davos (Suisse), le 8 février 1996.

John Perry Barlow
Electronic Frontier Foundation

Seule l’erreur a besoin d’un soutien gouvernemental. La vérité sait se défendre elle-même. Thomas Jefferson, Notes sur la Virginie.

Traduction de Jean-Marc Mandosio.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Tristan Valmour 8 mai 2007 12:31

    Excellent Carlo !

    J’adhère complètement à cette notion, et Thierry Crouzet peut compter sur mon soutien s’il en éprouve le besoin. De mon côté, je vais proposer un mouvement politique d’idées et d’action, basé sur des valeurs humanistes. Le but n’est pas de faire de la politique politicienne, de briguer le pouvoir pour le pouvoir, de réaliser des ambitions personnelles ou de faire de la politique-spectacle-people, mais bien de se consacrer aux autres.

    Bonne chance à Thierry


    • Iroquois Iroquois 8 mai 2007 17:00

      tous les partis politiques se sont créer sur ces mêmes bases... c’est comme les petites entreprises qui répondent à un besoin précis des consommateurs grâce à leur proximité, puis ça marche et commencent à se développer pour répondre à de plus en plus de demandes, et puis ça devient une grosse boîte qui répond de manière générale aux besoins importants du public.


    • Hervé Torchet 8 mai 2007 12:54

      Excellente info.

      Je regarderai l’émission dès demain sur Internet.


      • Voltaire Voltaire 8 mai 2007 13:03

        Agoravox a été et demeure sans doute le meilleur site de discussion du net français. Il souffre d’une représentation inégale en termes de tendences politiques, mais ce n’est pas dû à sa conception ou à sa politique éditoriale, mais simplement à la composition sociologique des internautes les plus actifs, qui demeurent atuellement orientée plutôt vers le centre-gauche et les catégories sociaux-professionnelles supérieures.

        Cela devrait évoluer grâce à deux facteurs : la démocratisation croissante d’internet, et la prise de conscience du rôle de ce type de site dans le débat démocratique. J’invite d’ailleurs les éditeurs à inciter des auteurs de tendances peu représentées à poster plus régulièrement des articles. J’ai par exemple trouvé de très bon niveau les articles d’Alain Lipietz, ou du sénateur Lambert, pour ne citer qu’eux, mais il faut aussi encourager la participation non de politiques mais de sociologues, économistes ou philosophes de toutes tendances.

        Ceux-ci ne devraient pas être reboutés par les réactions sans doute plutôt négatives, ou en tout cas controversées que ces articles susciteront de la part d’un lectorat plutôt opposé, car cela évoluera avec le temps.

        La politique éditoriale de ce site a, en général, été de bonne qualité. Le système de notation a permis d’éliminer les trolls, même s’il est encore trop utilisé pour manifester un désaccord plutôt qu’n avis constructif, mais l’esentiel des commentaires constructifs, même opposés au point de vue général, demeure visible.

        Ce site a été pour moi un excellent espace de démocratie, bien plus que les sites des journaux innondés de posts partisans provenant clairement de militants sous ordre.

        Souhaitons donc longue vie à agoravox !


        • Bourricot Bourricot 8 mai 2007 13:17

          J’avais écrit un article dans ce sens pour appeler à la vigilance démocratique sur Agoravox. Il a été refusé en raison d’une opinion communément développée. J’ai un doute quant à la pertinence de l’argument mais je l’accepte.

          Je disais ainsi qu’il était primordial pour éviter la rumeur, la défiance envers la crédibilité d’Agoravox de travailler et d’aller encore plus loin dans la démocratisation de ce média qu’est Agoravox notamment en le dégageant du contrôle permanent exercé par l’« équipe Agoravox » (différent des modérateurs externes qui ne font office que de consultation), et de poursuivre dans le sens de la transparence.

          Il ne suffit pas pas d’appeler au pluralisme et à la liberté mais il faut aussi l’acter. Le cinquième pouvoir ausjourd’hui ce n’est ni toi ni moi qui le possédons mais c’est les tenants du pouvoir décisionnel qui l’ont.

          Je pense qu’un long chemin a été déjà parcouru certes. Mais il ne faut pas s’endormi sur ses lauriers et encore aller plus loin. Je pense par exemple à ce que serait la révolution si Cybion, propriétaire d’Agoravox décidait enfin d’instaurer une démocratie à toutes les échelles de la décision sur le site Web. Ca serait faire preuve d’exemplarité hors du commun.


        • Carlo Revelli Carlo Revelli 8 mai 2007 14:15

          Bonjour Voltaire et bonjour Bourricot.

          Merci pour vos encouragements.

          Je suis conscient du problème que vous évoquez. Attendez encore quelques petites semaines et vous verrez qu’on a trouvé, je pense, LA solution pour contrer ce problème. Tout va changer. On en reparle assez vite.

          Bourricot, l’intitulé du refus était mauvais car standard mais en revanche la réponse était personnalisée. J’ai lu le texte et j’ai trouvé des éléments intéressants et pertinents mais je préfère qu’on en reparle dans les prochains jours. Encore merci pour les efforts importants pour la modération.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 mai 2007 16:44

          A Voltaire. Encore une appréciation intelligente et pondérée. Ce sont ces textes qui me ramènent à Agoravox, quand je pense à fuir le fatras d’invectives qui constituent la production de trop d’intervenants. J’ai suggéré ailleurs la création d’une section « Pilori » vers laquelle serait redirigés les textes "ad hominem... smiley

          A Bourricot. Bien d’accord avec vous. J’ai eu quelques refus au prétexte que les articles proposés contenaient « des informations évoquées abondamment dans l’actualité », ce qui m’a fait lever les yeux au ciel pour trois raisons. La première, parce le plus clair du publié d’Agoravox durant la campagne était in.vitablement redondant, la seconde parce que je ne vois pas comment définir l’actualité autrement que comme la somme des « informations qui sont abondamment évoqueés », la troisième parce que tous les articles ainsi refusés ont été publiés sur d’autres blogues ayant une distribution du même ordre de grandeur qu’Agoravox... smiley

          Pierre JC Allard http://www.nouvellesociete.org/5153.html


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 mai 2007 17:12

          A Carlo Revelli. Parlant de Malte, je crois comprendre que vous êtes le Grand Maître de l’Agoravox smiley. Puis-je vous souligner que l’accès au « Club des rédacteurs » semble bloqué. L’est-il pour des raisons techniques ou son existence est-elle remise en cause ?

          Pierre JC Allard


        • Voltaire Voltaire 8 mai 2007 17:15

          Pour complêter mon commentaire précédent, il est important que les auteurs « invités » jouent le jeu de la discussion qui suit l’article. Des copié-collé comme les textes de JL Aphatie, qui ne répondent jamais aux commentaires, sont contre-productifs (d’autant que les commentaires d’Agoravox sont de bien meilleure qualité que ceux que l’on trouve sur son blog...). Il ne s’agit pas là de leur demandé de réagir à chaque commentaire, mais quand même de commenter des tendences générales de réactions et certains point de vue constructifs.


        • Bourricot Bourricot 8 mai 2007 13:08

          Internet média indépendant mais qui est confronté à deux obstacles de taille...

          1 / Les principaux serveurs mondiaux qui permettent de faire fonctionner la Toile sont américains et britanniques. Pour garantir une certaine pérennité de l’indépendance du média il serait temps d’envisager un contrôle international de ces serveurs.

          2 / La loi. On sait qu’en Chine, Internet est brdié, contrôle, surveillé, filtré. Les opposants sur le sol chinois qui s’avisent à s’exprimer sont très vite repérés et enfermés. Avec la tendance sécuritaire qui émerge dans plusieurs pays comme les USA avec les lois numériques et maintenant la France avec la loi numérique susnommée LCEN, promulguée en marge de la campagne présidentielle, on peut se poser des questions(cf http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-899116,0.html)

          Le combat est encore difficile pour vraiment garantir un média libre et indépendant mondial. Et le combat devra non pas se mener virtuellement mais peut être dans la rue.


          • aurelien 8 mai 2007 13:10

            Et pendant ce temps...

            Nicolas Sarkozy passe des vacances à Malte (paradis fiscal) dans un yacht à plus de 180 000 euros la semaine, appartenant à Bolloré (jt de ce midi)


            • aurelien 8 mai 2007 13:37

              Plus c’est gros plus ça passe ?

              Sarkozy avait promis à Nicolas Hulot et aux ONG de sauvegarde de l’environnement que dès le lendemain de son élection, une grande réunion entre les ONG et assoications écologiques serait organisée...


            • aurelien 8 mai 2007 13:54

              Pour que chacun puisse profiter des vacances :

              C’est sur le yacht de Vincent Bolloré que se repose Nicolas Sarkozy

              C’est sur le Paloma, le yacht de 60 mètres de Vincent Bolloré, que le nouveau Président de la République a choisi de se reposer, au cours d¹une mini-croisière de trois jours au large de Malte. Nicolas Sarkozy, son épouse Cécilia, son fils Louis, âgé de 10 ans, et quelques proches sont arrivés lundi après-midi à l’aéroport de La Valette, à bord du Falcon 900 EX de Vincent Bolloré.

              Construit en 1965 par un chantier naval japonais, le Paloma (voir photo) a été acheté par le milliardaire breton en 2003 à la famille d¹armateurs grecs Goulandris, pour la somme de 3,5 millions de dollars. Vincent Bolloré a investi 5 millions d’euros supplémentaires afin de refaire à neuf cet élégant bateau, qui comprend 7 cabines, dont 3 doubles, et peut accueillir 12 invités, en plus des 17 hommes d’équipage. Son pont supérieur possède un jacuzzi, et le grand salon est équipé d’écrans plasma géants ainsi que d’un équipement de karaoké.

              Paradoxalement, le meilleur ami de Nicolas Sarkozy, Martin Bouygues, est aussi l¹ennemi intime de Vincent Bolloré, qui avait tenté un raid hostile sur son groupe en 1998. Mais le nouveau Président est éclectique...


            • giloa 8 mai 2007 16:17

              Nous attendons tous avec impatience cette réunion avec les ONG et les associations de protection de la nature pour un vrai débat et surtout des actions concretes au niveau du développement durable aient lieu. Puissent les 3 jours sur le yatch lui apporter la lucidité necessaire pour aborder le thème du réchauffement climatique et de l’obligation qui nous est faite de vivre autrement.


            • Icks PEY Icks PEY 8 mai 2007 16:34

              @ Aurélien ?

              Et alors ?

              Bolloré ne fait-il pas ce qu’il lui plait avec son bateau ? Et si cela le chante d’inviter Sarko à bord ?

              Encore ces commentaires à la con qui font la honte d’Agora Vox !

              Que préférez vous ? Qu’il aille dans un Formule 1 à Melun Sud ?

              C’est quoi ces façons de s’attaquer au partimoine et à la liberté des gens ?

              Pendant ce temps là, de la racaille brûle des bagnoles d’honnêtes citoyens qui n’ont rien fait à personne et/ou pille des magasins qui s’efforcent de gagner légalement leur vie, eux, leurs salariés inclus, cela ne vous fait pas plus réagir ?

              Bravo à Sarko et tout mon soutien !

              Bien cordialement,

              Icks PEY


            • Icks PEY Icks PEY 8 mai 2007 16:50

              Bonjour Carlo,

              J’avoue avoir été extremement déçu par Agora Vox lors de cette campagne électorale.

              Je suis assez dubitatif devant ce concept qui consiste à donner la parole à tout le monde et n’importe qui, y compris pour les commentaires dont le niveau est généralement très très très faible.

              Et je pense que cela renforce ma conviction que le journalisme citoyen n’est qu’une vaste escroquerie démagogique qui consiste à faire croire à tout un chacun que ce qu’il pense est forcément pertinent.

              Le journalisme est un véritable métier qui suppose le respect d’une certaine déontologie, une certaine façon de procéder et d’instruire des dossiers. Et je comprends aujourd’hui pourquoi cela suppose une certaine formation et une certaine éthique personnelle.

              Au contraire, le journalisme citoyen tel que Agora Vox le promeut écarte toute rationalité et ne fait que mettre en avant des affirmations péremptoires, irrationnelles et largement survalorisées.

              Le résultat, c’est un conglomérat d’immenses niaiseries auxquelles s’ajoutent des fausses vérités et de vraies rumeurs.

              La campagne électorale a été malheureusement exemplaire de toutes ces dérives possibles. Nous avons touché un point symbolique où trop de liberté d’expression tue la liberté d’expression.

              Je ne dis pas cela contre vous, Carlo, et je me veux constructif. SI Agora Vox veut sortir de cette nasse populiste où la campagne électorale l’a plongé, je crois que vous devez songer à mettre en place un dispositif de filtrage des articles à publier. Je regrette de dire cela et je sens que certains hurleront à la censure, mais cela me semble inévitable si Agora Vox veut acquérir certaines lettres de noblesse dans ce que vous appelez le 5ème pouvoir.

              Sans cette « démarche qualité » élémentaire, Agora Vox ne sera jamais que la caisse de résonnance de certains lobbys bien plus intéressés par le porte-voix qu’une visibilité sur internet offre que par la construction d’un site d’échange d’informations.

              Bien cordialement,

              Icks PEY


            • aurelien 8 mai 2007 17:16

              @Icks Pey,

              C’est tout simplement déplorable qu’un président une fois élu aille prendre des jours de repos dans un paradis fiscal aux frais de la princesse industrielle...

              ça en dit long sur la politique que nous réserve cette droit décomplexée.

              N’y a-t-il plus aucune éthique ni dignité en politique ?

              PS : la droitisation d’Agora Vox semble avoir pris le dessus quand on voit les notations des commentaires, y compris sur certains articles d’Agora Vox TV. Je ne prône aucun parti, personnellement, et cependant mes articles sont continuellement assiégés de posts pro-FN ou pro-UMP.


            • Senatus populusque (Courouve) Courouve 8 mai 2007 17:17

              C’est un peu les mêmes problèmes que dans les cafés-philo


            • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 8 mai 2007 18:55

              «  »« Je suis assez dubitatif devant ce concept qui consiste à donner la parole à tout le monde et n’importe qui, y compris pour les commentaires dont le niveau est généralement très très très faible. »«  »

              X pets, ça va ?

              Visiblement, tu as chopé le melon depuis que ton p’tit Niko est élu !

              Ton complexe de supériorité et ton statut de droitiste décompléxé ne te pèse pas trop ?


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mai 2007 00:47

              A Icks PEY : Comme vous l’aviez prévu, « certains hurleront à la censure ». J’en suis. Je viens hurler à la censure. Je crois FERMEMENT que tout le monde doit avoir le droit de parole et un acces au micro. http://www.nouvellesociete.org/124.html Le barrage à l’insignifiance doit être en aval du droit d’expression. Il doit être le droit de ne pas écouter. Droit accompagné du soutien à l’émergence de critiques professionnels en grand nombre, qui guideront le choix des lecteurs dans cet univers en expansion d’avis, d’opinions, de manipulations et de délires qui ne manquera pas d’apparaître.

              Je crois que c’est au lecteur de se choisir un ou des critiques crédibles et de s’y fier, car on ne doit pas plus lire tout ce qui s’écrit sur les blogues qu’on ne doit voir toutes pièces de théâtre qui sont montées, ni toutes les croutes exposées sur les quais. Mais n’enlevons son droit de parole a personne. Car pour que la démocratie vive, c’est la masse qui doit devenir l’ultime critique. Aidons l’avénement de cette « masse critique ».

              Pierre JC Allard


            • Eve 9 mai 2007 08:54

              Cela fait des années que Sarkozy, pompier pyromane par excellence, répète qu’il va régler la sécurité en France. Que vous l’ayez cru, c’est votre problème. Que vous continuiez dans cette voie, c’est encore votre problème.

              Accessoirement : il compte instaurer un CPE de trois jours en pension complète du même genre que celui qu’il vient de prendre ?

              Quand d’autres candidats retournaient au boulot.


            • Eve 9 mai 2007 09:00

              Mon précédent commentaire en réponse à Icks PEY (IP:xxx.x7.164.195) le 8 mai 2007 à 16H34


            • Ar Brezonneg 8 mai 2007 14:07

              Eh bien c’est très bien ! Je lui souhaite du beau temps et de la belle mer...

              J’espère qu’il sera en forme après, car il va avoir beaucoup de travail ! Le nettoyage des écurie d’Augias va être long et difficile !

              26 années de purin, de fumier etc à vider !.... On va lui donner un bon coup de main !

              Quant au yacht de Bolloré ? C’est un bon et beau bateau, qui aurait pu -et du être- construit dans nos chantiers par des ingénieurs et ouvriers francais qui en ont la capacité. Ce savoir faire et cette capacité n’aurait jamais du quitter la France... Quant à son propriétaire, j’espère qu’il y en aura des 10aines comme lui ! Car seuls des entrepreneurs de ce gabarit peuvent nous sortir de l’ornière dans laquelle est socialomarxistes nous ont mis depuis 1981....


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 mai 2007 16:55

                A tous ceux qui parlent de croisière. Ne soyez pas jaloux ; c’est joli, Malte, et bien symbolique. On se met à genoux, on reçoit une baffe et on se relève chevalier... Mais ne mésestimez pas Sarkozy.

                Pierre JC Allard http://www.nouvellesociete.org/auteur.html


              • L'enfoiré L’enfoiré 8 mai 2007 14:07

                Bonjour Carlo,

                Toutes les élections ont toujours demandé un « renouveau ». Une politique peut-elle être vraiment « nouvelle » ? Qu’est-ce qui diffère entre une évolution et une révolution ? La sérénité. La « revolucion » n’a jamais été généré par la démocratie. Cuba a été partisane de cette manière et s’en est brûlé les doigts et les potentiels. Elle est pleine « continuité », cette « revolucion » n’est plus que sur les mûrs en souvenir. GEO en parlait ce mois-ci et j’ai rassemblé mes souvenirs de ma visite là-bas. La vrai « nouveauté » est ailleurs. Elle est dans la « recherche » scientifique ou autre. Pas en politique. Là, ce sera souvent un éternel recommencement en balancier entre ceux qui sont des deux côtés de la barrière. La réflexion serait d’analyser jusqu’où on l’a veut cette « nouveauté », en vrai progrès pour tous. Merci pour l’aticle.


                • stephanemot stephanemot 8 mai 2007 15:35

                  Le net doit conserver son indépendance dans la perspective Web 2.0 mais la cristallisation d’un microétat virtuel, même sans centre, pourrait paradoxalement faciliter la tâche d’adversaires pour le moins pervasifs... Une charte sérieuse est-elle à l’étude ?


                  • Voltaire Voltaire 8 mai 2007 16:56

                    Je partage votre avis. C’est sans doute le problème principal. Néanmoins, il y a une certaine auto-correction du système. Si un site est orienté vers un seul type d’opinion, il tourne en rond, n’a aucune influence si ce n’est auprès de ses propres partisans, et perd des lecteurs.

                    Agoravox a publié, et continue de publier des articles de toutes tendances, ce qui fait son intérêt, même si, comme je le disais précedemment, la composition sociologique de son lectorat n’est pas pleinement représentative.

                    Néanmoins, j’ai aussi trouvé une certine surabondance d’articles très « militants » (tribunes libres) lors de cette fin de campagne. Cela devrait être limité à un plus petit nombre d’articles vraiments informatifs (comme les vécus de meetings par exemple) et exclure les textes trop simplistes, mais Agoravox est dans la bonne voie.

                    Les articles non politiques sont moins lus mais souvent très intéressants, même si là aussi on note des points de vue très « militants » qui mériteraient d’être validés par un comité de lecture sur le fond et pas uniquement sur la forme.


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 8 mai 2007 17:40

                    Vous en avez contre le fait que des militants s’expriment sur AV ; mais il me semble que vous en faites partie parmi d’autres et surtout que cela est indispensable à une vie politique démocratique, ouverte et dynamique. La question est de savoir, non pas si un article est orienté, mais s’il est argumenté, quelle que soit son orientation.

                    La neutralité (toujours fictive) n’a jamais suscité le débat ; or ce qu’apporte le net, c’est le débat pluraliste qu’il permet, pour le reste on a la graphosphère, la radio ou la télé.


                  • Voltaire Voltaire 8 mai 2007 19:15

                    @Sylvain Reboul

                    Vous vous méprenez sur la signification de mes propos (cela devient une habitude, je devrais sans doute prendre quelques cours de français à usage des philosophes...).

                    Je ne suis pas du tout contre le fait que des « militants » s’expriment, bien au contraire, tant que cela est de façon constructive ; Je suggère en revanche de limiter le nombre d’articles militants, en les filtrant de façon peut-être un peu plus stricte pour s’assurer que leur contenu est réellement informatif ou constructif. C’est bien entendu tout à fait subjectif, et comme je ne fais pas parti du comité éditorial, je me garderais bien d’émettre un jugement de valeur car je conçois que cela est tâche délicate.


                  • zets zets 9 mai 2007 09:33

                    le meilleur filtre contre le nombre (trop important selon moi aussi) de tribunes libres peu intéressantes... c’est de ne pas les lire... hop là.


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 mai 2007 11:11

                    Nous sommes d’accord sur l’essentiel : les militants doivent pourvoir s’exprimer sur AV à condition que leur article soit argumenté ; la question est donc de former un comité de rédaction objectif (et non pas neutre), compétent et pluraliste pour faire le tri.

                    Or en l’état actuel des chose, on est encore loin du compte...


                  • Marianne Marianne 8 mai 2007 16:54

                    Merci Carlo, merci Thierry, Grâce à vous (et à nous aussi !), internet confirme son contre-pouvoir, son rôle démocratique, alors même que les médias sont de plus en plus verouillés et cherchent à stéréotyper notre pensée, à entretenir l’illusion d’un choix politique bipolaire où il n’y aurait que deux modèles de société. Même la tentative honorable mais illusoire, éphémère et peut-être opportuniste de Ségolène Royal de procéder aux débats participatifs a permis aux électeurs de s’exprimer, en utilisant internet d’ailleurs, mais n’a pas pour autant garanti qu’ils étaient écoutés ! Internet est un bon moyen de s’exprimer et d’échanger des idées, mais c’est très anarchique et ne conduit pas à l’action politique sans une organisation qui puisse formaliser, synthétiser, cette pensée transverse, la traduire en différents courants de pensée et l’orienter vers un programme d’action, la traduire en pouvoir politique. Internet peut jouer un rôle primordial pour initier des idées, valider des propositions, faciliter le referendum, permettant de compléter le rôle de représentativité des élus qui une fois élus par la population, s’y substituent pour proposer et voter des lois ou des décrets, mais ne faisons pas croire qu’internet va remplacer le pouvoir politique et les partis !


                    • CAMBRONNE CAMBRONNE 8 mai 2007 17:42

                      BONJOUR A TOUS

                      J’aurais tendance à dire comme XP à propos du rôle joué par Agoravox au cours de cette campagne . Beaucoup de propagande et beaucoup de difficulté à ne pas être Bayrouiste avant le premier tour ou Ségolèniste avant le deuxième tour .

                      C’est curieux mais ça va mieux aujourd’hui .

                      Pour l’avenir je prend en compte Voltaire qui est optimiste à juste titre .Il faudra que les Agoravoxiens qui ne sont pas de centre gauche se fassent mieux entendre , nous sommes déja quelques uns et nous allons faire des petits .

                      Agoravox , moi j’aime malgré tout et si ce n’est pas la garantie des libertés individuelles que certains imaginent c’est un bon complément d’information qui permet surtout de s’exprimer . Je ne viens pas chercher l’information que je peux trouver ailleurs mais la possibilité de réagir .

                      Vive donc agoravox quand même .


                      • toto1701 8 mai 2007 17:58

                        si le net n’existait pas je n’aurais que lci et tf1 pour m’informer de l’etat de la FRANCE et du monde... croyez vous possible d’etre un citoyen avisé qu’avec çà ? . je suis heureux de faire mon marché informationnel sur le net c’est une vraie cure de jouvence quotidienne...allez je vous quitte je vais a la bourse de ny voir fleurir les billets verts sur le fumier encore fraiche du corps electoral français !!!


                        • toto1701 8 mai 2007 18:01

                          oups pardon « frais »


                        • Le Panda Le Panda 8 mai 2007 18:30

                          Carlo, Thierry,et les autres...

                          bravo pour cette nouvelle initiative, il aurait fallu peut-être la mettre en application un peu plus tôt. Oui je suis persuadé que dans la mesure ou cela fut le cas l’image d’Agora Vox ne serait surement pas aussi décriée par des commentaires qui n’ont rien à voir bien souvent avec l’article en ligne. Le fait de savoir reconnaitre ses erreurs est une force et non une faiblesse. Le respect des professionnels de toutes formes de communication représente des années de travail et même plus de trouver le moyen de pouvoir s’ouvrir toutes les portes quelle que soit la tendance et non laisser écrire n’importe quoi.

                          Il faut trouver les causes d’un échec pour éviter que cela ne se produisent à nouveau, le respect du travail de chacun doit trouver sa place dans un espace de média citoyen et non dans un foutoir de réglement de compte personnel.

                          Les groupes de travail avaient chacun leur place par le droit d’expression démocratiquement, mais pas à n’importe quelle condition. Renier le fait que certains ont bénéficier de certains priviléges serait « mentir » nous aussi nous nous sommes faits complices en laissant publier des articles qui ont pour une certaine conséquences de voir partir des rédacteurs de haute volée.

                          Agora Vox a cherché aussi le maximum de visiteurs pour mieux se faire entendre en oubliant parfois de se faire comprendre, alors oui dans le sens du projet dont nous aurions du débattre depuis plusieurs mois, courage, il faut passer à l’action et ce n’est faire injure à personne que de supprimer des « insultes » qui n’ont rien à faire dans un débat d’espace qui est le notre encore.

                          Je n’ose plus proposer mon concours, mais mon soutien vous l’avez, alors montrez vous efficaces et nous sortirons tous plus grands car la véritable communication reste le réel de l’homme. On peut trés bien ne pas aimer les idées de certains ne sombrons pas dans le ridicule, voir le rejet.

                          Bon courage, avec mes moyens, j’approuve à 100% cette démarche qui tranche une fois pour toute peut-être le fond d’un constat.

                          Cordialement,

                          Le Panda

                          Patrick Juan.


                          • tvargentine.com lerma 8 mai 2007 18:58

                            Reconnaissons à Nicolas Sarkozy qu’il à su intégrer pleinement le Net dans sa campagne électorale avec une équipe très pros dans la qualité du site web proposé www.sarkozy.fr

                            Photos,videos,fichiers à télécharger.....

                            Un véritable travail de pro.

                            Soyons certain (quelque soit nos idées pour ou contre Sarko) que Nicolas Sarkozy sera intégrer dans notre société auprès des citoyens ce nouveau média qui vient de faire ses preuves durant cette campagne électorale.

                            Le déphasage de SEGO avec les mêmes outils est quand même assez inquiétant et démontre peut-etre un refus ou un rejet de la modernité de la part de Ségolène Royal qui semble s’accrocher jusqu’à la fin comme la famille CEAUCESCU et rejeter toute forme de contestation de sa personne


                            • Bourricot Bourricot 8 mai 2007 20:43

                              Dommage de ramerner une question aussi cruciale que les nouveaux médias à une simple opposition droite / gauche. Internet n’est pas l’affaire des partis mais des citoyens. Je ne doute pas qu’il est tentant de rappeller l’action des politiques en la matière. Mais ca dépasse largement la simple question d’un clivage.

                              Construire l’indépendance et la liberté du web c’est aussi prendre du recul face à l’action politique et militante.


                            • Senatus populusque (Courouve) Courouve 8 mai 2007 21:09

                              « prendre du recul face à l’action politique et militante. »

                              Et comment faire face à la propagande islamique de plus en plus présente sur AV ?


                            • zets zets 9 mai 2007 09:39

                              ouh la

                              même l’extreme tendance De Villier est présente sur agora vox !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès