Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la censure et de l’information à destination du peuple...

De la censure et de l’information à destination du peuple...

Jamais je n’aurais imaginé en arriver à devoir me défendre comme je le fais. Mon métier, c’est d’écrire. Des romans, des essais, des scénarios, des articles. J’en arrive parfois à être dégoûté de l’exercer. Ce n’est pas une lubie passagère, ni une panne d’inspiration, ni un sentiment irrémédiable. Je déborde de projets, mais ce matin, en descendant à mon bureau, un appel de mon avocat m’a tout à coup arrêté.

Il m’apprend que Clearstream envoie les huissiers pour une saisie sur mes comptes personnels. Environ huit mille euros me sont réclamés. Jusqu’à présent les huissiers m’amenaient des assignations mais c’est la première fois qu’il menace de bloquer mes comptes. C’est à la suite d’une énième plainte de la multinationale contre une interview tronquée publiée par VSD en juin dernier. De toutes les galères (et les bonheurs) que je vis depuis que je me suis intéressé au fonctionnement de Clearstream, cette condamnation est ce que j’ai le plus de mal à accepter. Tant elle est imméritée. Je suis condamné en première instance et pour diffamation alors que je ne me suis pas défendu sur le fond, ne reconnaissant pas mes mots dans la présentation faite par l’hebdomadaire. Cette décision est exécutoire. Ce qui est exceptionnel en matière de diffamation. Même si j’ai fait appel (et j’ai fait appel), je dois payer. Il y a généralement entre des parties opposées une sorte de gentlemen agreement pour attendre l’appel avant d’exécuter un jugement. Là, l’huissier vient de recevoir du pdg l’ordre impératif de récupérer des fonds. Mes fonds.

Il y a volonté délibérée de me faire payer, au sens propre comme au figuré. Si la somme n’est pas anodine, je fais d’abord une question de principe de cette menace de plus en plus pressante. Elle me permet d’expliquer comment s’exerce aujourd’hui la censure en France. Je rappellerai seulement que le chiffre d’affaires de ce poumon de la finance basée à Luxembourg qui compte pour clients les plus grandes banques de la planète, s’est élevée à près de vingt milliards d’euros l’an passé.

Clearstream et son avocat ont appris à faire un amalgame entre l’affaire du corbeau qui occupe les journaux français depuis un an et celle des comptes non publiés qui permettent de dissimuler des transactions qui semble fatiguer ces mêmes journaux par sa complexité supposée. Ma mise en examen en décembre dernier pour recel d’abus de vol et d’abus de confiance devant les juges d’Huy et Pons n’a rien arrangé. Je suis à tort présenté comme celui qui a initié la manipulation de listings, alors que ma contre-enquête publiée en juin dernier débloque l’instruction et dédouane Clearstream. Passons...

Le service juridique de la firme va maintenant pouvoir faire publier (en partie à mes frais, ça me mine) dans des journaux français et étrangers le fait que j’ai été condamné pour avoir dit (à VSD) qu’ils étaient « un poumon de la finance parallèle ». C’est le but de l’exécution de ce matin.

Il suffit de jeter un œil aux annexes de mes livres ou aux listings authentifiés par la firme et publiés dans la presse, de comptabiliser les comptes ouverts dans les quarante paradis fiscaux alimentés par des milliers de clients de Clearstream pour ne pas douter du rôle fondamental joué, au moins jusqu’en 2002, par ce poumon financier dans ce qu’on peut appeler « l’économie grise  ». Doux euphémisme. Si ces clients peuvent ouvrir au sein de la chambre de compensation ces comptes (entre 6000 et 7000 selon mes calculs et les listes de 2001) dans ces lieux protégés des regards importuns et faciliter ainsi les transferts de milliards d’euros en les rendant inaccessibles à tout contrôle, ce n’est pas alimenter une finance parallèle, qu’est ce que c’est ?

Je rends publique cette question. Je ne devrais pas. Aujourd’hui, poser cette interrogation légitime et de bon sens (me) fait prendre un risque judiciaire et financier. Là, intervient la censure. Ce n’est pas une mais plusieurs dizaines de plaintes en diffamation qui courent encore en ce moment contre moi, mon éditeur ou la chaîne qui a eu le malheur (ou le courage, c’est selon) de diffuser mes films... J’ai tout gagné jusqu’à présent (1) sauf ce foutu procès VSD et les deux procès contre mon premier livre et mon premier film où j’ai été condamné deux fois à un euro et où j’ai fait appel. Ceux qui en douteraient peuvent facilement le vérifier sur le Net (2). Cette situation marque une régression démocratique. Un abus de position dominante. C’est un viol supplémentaire à la liberté d’informer et d’écrire.

A trop laisser faire ces facilitateurs d’évasion fiscale, on ne finira pas tous au paradis mais à l’ANPE. C’est de cela qu’il s’agit. L’argent gagné par les champions de la Forbes academy et qui filent, via Clearstream, vers des ailleurs cléments, ne naît pas de rien, n’est pas virtuel. L’argent qui fuit est celui des hommes qui travaillent. Passons...

Je reçois ces derniers jours, suite aux remous récents suscités par l’affaire du corbeau, des appels de journalistes. Tous me racontent le couplet servi par le chargé de la communication de la Clearstream Company. Il passe ses journées à faire la tournée des rédactions et mettre en avant « ma  » condamnation (elle finira en légion d’honneur...). Il prévient que je ne suis « pas fiable », que je suis « seul et de plus en plus isolé  », que j’ai « perdu tous mes procès  », que je suis « quémandeur d’un accord  »... Il envoie complaisamment par fax les pages du dernier jugement. Ces journalistes à qui j’ai parlé rendent compte qu’un « cordon de sécurité » serait tendu autour de mon travail. Ce n’est pas une découverte. Je sens le souffre et la sueur altermondialiste. Denis Robert est excessif. C’est un gauchiste, un poète. Un Jules Verne de la finance. Il a pété les plombs. Je les ennuie, je le comprends. Il préfèreraient que je n’existe pas. Je les comprends moins.

Je suis utile les gars... Et résistant. J’informe le monde de ce qu’on veut cacher. C’est l’essence même de mon travail. Je n’ai aucune autre motivation. Plus vous m’enverrez d’huissiers. Moins je serais gentil. C’est une règle philosophique. Je sais que vous me demandez de courber l’échine. Désolé, c’est non. Je sais ce que j’ai fait, écrit, vu. Je connais mon dossier. Et tout le monde peut se tromper. A commencer par vous ou par les magistrats de la 17ième chambre du TGI de Paris qui ont eu à juger du dossier VSD...

Les huissiers qui débarquent ce matin et la publication imminente dans la presse du jugement pourront être interprétées de deux manières. Ceux qui ne connaissent rien à ces affaires vont penser à une défaite me concernant. Les autres auront compris que c’est le signe d’un énervement manifeste de la part de la multinationale Clearstream qui aimerait étouffer les vérités que nous avons publiées. Les gommer. Les pulvériser à coups d’actes d’huissiers. La censure, par la peur des procès, joue à fond.

J’ai une petite idée sur les raisons de cette rapacité soudaine de la part de Clearstream Banking à mon égard. Elle tient aux démarches que nous avons entreprises auprès des candidats à l’élection présidentielle pour mettre en cause le rôle de Clearstream dans les évasions de capitaux (3). Une lettre ouverte vient en effet d’être envoyée à chacun d’entre eux. Elle tient encore plus à la sortie simultanée cette semaine de deux livres écrits par les principaux protagonistes de l’affaire des listings trafiqués.

Si le premier, celui de l’informaticien Imad Lahoud (un coupable idéal, Privé) s’en prend trop prudemment à Clearstream et accumule tellement de mensonges et de contre-vérités qu’il a perdu une grande part de crédibilité, le second co-écrit par Jean Louis Gergorin, ex numéro deux d’Eads, (Rapacités, Fayard) est accablant pour la firme. Gergorin raconte comment il a découvert cet « instrument extraordinaire de la finance internationale aux capacités pour le moins inquiétantes  ». Il cite un ancien directeur du Trésor qui explique « Clearstream facilite la réintégration dans le système financier de fonds dont il vaut mieux ne pas connaître l’origine  ». Il développe, avec précision, les moyens utilisés pour fabriquer cette opacité et la vendre à ses clients.

Devenu par sa fonction de responsable de la stratégie d’Eads un abonné aux services Internet et Intranet de Clearstream, il peut montrer comment ouvrir des comptes dit « additionnels  » qui servent de « véhicules financiers  » aux transactions douteuses. « Aux véhicules financiers immatriculés -les comptes principaux- peuvent se voir attelées des remorques sans plaque d’identification visible, puisque les comptes additionnels ne sont pas forcément publiés  ». Il ajoute que les ayant droit économiques de ces comptes ne sont pas connus de Clearstream, que ces derniers peuvent être « des particuliers  ». Et transférer à leur guise et en toute discrétion  « des liquidités  ». Ce qu’a toujours et d’une manière forcenée nié la multinationale. Gergorin décrit pourquoi ces transactions parallèles ne laissent pas de traces dans la comptabilité. Il dénombre 11296 comptes additionnels (non publiés) : « Ce n’est pas une mince affaire... Après 5 mois d’analyse, j’ai acquis la conviction qu’il existe chez Clearstream jusqu’en 2001 et probablement jusqu’en 2004, une catégorie extraordinaire de comptes qu’on pourrait appeler les comptes morts-vivants »

Onze mille deux cent quatre vingt seize comptes de cette nature...

Toute l’explication de Gergorin, et c’est sûrement le fait le plus remarquable, repose sur des textes récupérés légalement de l’intérieur de la firme qu’il publie en annexes. Difficile d’en nier l’existence.

C’est la première fois depuis six années que l’affaire est sortie qu’un travail de réflexion et d’enquête est réalisé dans la continuité du nôtre. Ce n’est pas un journaliste qui le fait (encore qu’il se soit adjoint la collaboration de Sophie Coignard). C’est un polytechnicien, un vendeur d’armes et d’Airbus. Un haut fonctionnaire qui petit-déjeune avec Kissinger, déjeune avec Dominique de Villepin et dîne avec tous les banquiers de la planète.

J’ignore qui a manipulé qui dans l’affaire de corbeau, même si le tableau se fait plus précis ces derniers temps, mais je ne vois pas l’intérêt pour Jean Louis Gergorin, du fait de ses casseroles médiatiques, de sa mise en examen et des risques encourus, de commettre pareil livre aujourd’hui. C’est le signe d’une sincérité. D’un retour à l’humain. Gergorin, après s’en être bien servi, se rend compte de la voracité du système financier international. De sa dérive organique... Ce qui peut paraître paradoxal compte tenu de tout ce qu’on a écrit sur lui. C’est trop facile de le renvoyer à son hypothétique folie comme le font les mauvais journalistes ou les témoins peu fiables comme Imad Lahoud. Ceux qui ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez ou sont instrumentalisés pour fabriquer des écrans de fumée.

Relevons ce paradoxe : plus une affaire est médiatisée, moins le public est informé. Aujourd’hui que la pression judiciaire est temporairement retombée et que ces livres sortent, on pourrait plus facilement trouver la clé et dire les rôles joués par les uns et les autres. Y compris revenir sur le fonctionnement dangereux pour l’équilibre économique mondial de la chambre de compensation luxembourgeoise. Mais tout le monde semble s’en moquer. Trop sulfureux, dit-on. Trop compliqué, répète-t-on. La campagne électorale annihile toutes velléités d’information. Nous sommes entrés insidieusement dans l’ère de la censure économique. On se prive d’informations de peur de plier sous les frais de procédures. Il faut être très riche, très fou ou très résistant pour tenir.

Le parti socialiste devrait pourtant se saisir de cette affaire et de ces nouvelles révélations. Bayrou aussi. Et pourquoi pas Sarkozy ? Surtout s’ils n’ont rien à se reprocher. On trouve de tout dans l’affaire à tiroirs Clearstream. Elle met en exergue plusieurs fléaux : la restriction de la liberté d’écrire et d’informer, les combines de la droite au pouvoir et l’absence de contrôle sur les outils financiers transnationaux. Jamais les paradis fiscaux ne se sont si bien portés. Jamais les journalistes n’ont été aussi impuissants. Jamais les juteuses rétrocommissions des frégates de Taiwan qui vont coûter une fortune aux contribuables ne se sont si bien cachées... Le peuple, puisque Ségolène Royal s’y réfère aujourd’hui... « Je n’ai de compte à rendre qu’au peuple » dit-elle, après que Sarkozy ne cite Jaurès et son attachement au « monde ouvrier »... Le peuple donc... est passionné par ces affaires. Au moins autant que par les révélations sur des bidouillages d’impôts ou des appartements sous-payés... Le peuple a envie qu’on l’informe et qu’on le défende sur le terrain de l’hyper-finance. Je le connais le peuple, c’est mon copain. Il a horreur qu’on se moque de lui et qu’on parle en son nom. Surtout qu’il dormait tranquillement depuis si longtemps. Le peuple a de la mémoire, une capacité d’encaissement limitée. Et une sorte de colère qui dort et qu’il ne faudrait pas trop chercher à réveiller.

DR

 

(1) Clearstream a perdu ses procès suite à ces plaintes contres des interviews à France 2 (Tout le monde en parle), au Nouvel Observateur, au Point et contre mon livre la boîte noire (publié en octobre 2002). Dans un jugement concernant ce livre du 1er octobre 2003, le tribunal relève que mes ouvrages ont le mérite de révéler un aspect de la finance mondiale et des risques que faisait encourir l’absence de régulation et de contrôle des chambres de compensation, que si l’auteur n’a pas apporté la preuve irréfutable de l’accusation dirigée contre Clearstream, il a été admis par nombre de spécialistes, magistrats, financiers, journalistes spécialisés, qu’il a apporté des éléments indiscutables démontrant des irrégularités qui, reliées les unes aux autres, rendent possible les soupçons de manipulations informatiques et par conséquent comptables dirigées contre Clearstream, que la légitimité du fruit de ses investigations est donc certaine... »

 

(2) tapez arenes.fr ou ladominationdumonde/blogspot.com

 

(3) http://lesoutien.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (318 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 12 mars 2007 17:28

    @ Denis

    Je m’étonne que ton article n’attire pas l’attention des agoranautes. Ce qui t’arrive est parfaitement scandaleux et montre jusqu’à la caricature à quel point les puissances d’argent sont prêtes à tout pour baillonner la liberté d’informer, ce qui ne s’arrangera sûrement pas si par malheur Sarkozy est élu - peu importe qu’il soit une victime et/ou un magouilleur dans cette ténébreuse affaire Clearstream. Tiens bon, camarade. Tu es courageux et nécessaire à la démocratie de plus en plus kidnappée par l’argent mafieux de l’hypercapitalisme mondialisé.


    • Erwin Act yves 12 mars 2007 17:39

      Chers tous, les sous sont ici. Enfin, ce truc là, la banque que dénonce Denis Robert et les autres. Ils sont là-bas les sous que les états recherchent à longueur d’année. Enfin, je dis cela mais n’allez pas imaginer que j’ai peur de prononcer le nom de la banque. En tout cas, on peut toujours parler T-shirts. J’ai consulté mes avocats, c’est toujours légal. On en vend à l’adresse ci dessous : http://search.ebay.fr/_W0QQsassZsoutienrobert Ils sont de taille unique, comme le marché.


      • josew (---.---.25.142) 12 mars 2007 17:43

        Courage Denis Robert !

        L’article est un peu long, ceci expliquant sans doute cela !

        Il faut impérativement simplifier ces affaires, en tout cas leur présentation, pour que le grand public puisse suivre...

        Bonne chance en tout cas pour vos démêlés judiciaires ! En espérant que vous obtiendrez des soutiens importants..


        • RemiZ (---.---.178.10) 12 mars 2007 17:47

          Bravo, Denis Robert.

          « Le parti socialiste devrait pourtant se saisir de cette affaire et de ces nouvelles révélations. Bayrou aussi. Et pourquoi pas Sarkozy ? »

          Bonne question effectivement. C’est comme si chacun avait des dossiers sur les autres et que tout le monde faisait chanter tout le monde.

          Un dernière petite question : que peut-on faire pour vous aider un peu ???


          • Bruno (---.---.109.53) 13 mars 2007 08:51

            PErso j’ai commence par acheter tous ses bouquins


          • tibud (---.---.83.8) 12 mars 2007 18:14

            QUAND EST CE QUE L ONT MONTE UN GOUVERNEMENT VIRTUEL OU LE PEUPLE PEU AIDER ET VOIR DIRECTEMENT TOUS SE QUI CLOCHE ?

            ca donnerai un état des choses...

            Faut surtout pas qu’il bayonne le net ... car plus que jamais on voit toute les dérives .. mais attention aussi a ceux qui veulent en profiter a mauvais escient.


            • (---.---.77.170) 13 mars 2007 10:25

              le gouvernement virtuel est en marche sur arteradio.com Et Denis Robert y a participé Bien à vous,


            • Rayves (---.---.227.215) 12 mars 2007 18:32

              Un combat qui vous honore et dont j’espère vous sortirez vainqueur.

              La finance internationale incontrôlée aboutit immanquablement à la censure aussi bien que le ferait un régime totalitaire. Ce pouvoir sans contre-pouvoir est un déni de démocratie.

              Luttons contre l’idéologie libérale pour la reconquête du pouvoir économique par nos représentant élus !


              • Le Panda Le Panda 12 mars 2007 18:50

                Denis Robert bonjour,

                L’emmerdeur, magnifique ouvrage...bientôt dans les meilleurs librairies...

                Oui, il te faut l’aide de tout un chacun, ce n’est point une question d’argent...mais du droit à pouvoir faire son travail, avec notre liberté d’expression...

                Que ceux qui le souhaitent, aillent sur mes blogs professionnels et s’inspirent dans la mesure ou ils veuillent agir constructivement...

                Bien à toi Denis et trés amicalement, je t’éris à bientôt...Je t’ai consacré indirectement 3/4 pages dans mon édition du 19 à venir...

                Alors effectivement, je pense qu’Agoravox ne peut faire plus que de t’ouvrir ses « colonnes » lorsquie le besoin est présant..

                Puis-je faire plus...merci de me le faire savoir...Mon article de ce jour peut-il te réchauffer...

                Amicalement,

                Le Panda

                Patrick Juan.

                 smiley


                • Battement d’elle (---.---.90.133) 12 mars 2007 18:58

                  Plus je vous lis et plus je suis inquiète pour vous !

                  Où vous êtes allé trop loin.... Ou pas assez !

                  Vous n’avez pas beaucoup d’alternatives : Où vous laissez définitivement tomber toute cette affaire et vous leur faites savoir : ou vous révélez tout dans le moindre détail au plus vite ! (comme Gergorin) ... parce qu’il me semble qu’il en va de votre sécurité !

                  Fut une époque où je dévorais le genre de livre que vous écrivez : à chaque fois j’ai refermé chacun de ces livres avec un sentiment de frustration : plein de choses étaient dites... pourtant jamais assez pour que la justice puisse faire son travail.

                  Aujourd’hui vous êtes à la croisée des chemins et c’est à vous seul de prendre une rapide décision.

                  Très cordialement*


                  • Atarax (---.---.145.132) 13 mars 2007 00:31

                    « pour que la justice puisse faire son travail » Quèsaco ? Outro ? Eva Gro ?


                  • marmotte (---.---.70.3) 12 mars 2007 20:06

                    Bonjour,

                    je n’ai pas la connaissance ni la compétence pour juger de vos dires et affirmations. Je fais partie de ce peuple qui n’a pas compris grand chose à l’histoire. Bien entendu, si ces faits et données étaient réels, alors oui vous auriez tout mon soutien. Je dis simplement cela pour que vous compreniez la passivité de vos concitoyens sur ce sujet complexe.

                    En revanche, l’acharnement de Clearstream est on ne peut plus déplacé et suspect.


                    • espiègle (---.---.213.11) 12 mars 2007 21:41

                      Ces gens de clearstraem méritent qu’on déverse devant leur siège des tonnes de lisier.


                      • Céline Ertalif Céline Ertalif 12 mars 2007 22:39

                        Relevons ce paradoxe : plus une affaire est médiatisée, moins le public est informé.

                        A quoi sert Clearstream ? Pas d’enquête parlementaire ?


                        • Urtubia (---.---.249.19) 12 mars 2007 22:53

                          La censure n’ est plus l’ apanage d’ un conseil ou d’ une institution, elle fait partie du métier, que vous soyez journalistes, juges, minnistres ! En raison de conflits d’ intérêts, de pouvoirs, de carrière, de peurs,chacun défend " son bifteak, se plie, ferme les yeux, refile la patate chaude ! la société a markéter, merchandiser la contestation, les contres-pouvoirs, l’ information pour mieux les noyer dans un flots incéssants de vérités, de contre-vérités, d’ informations diverses et variées ou l’ on met au meme niveau le dernier charcutier d’ Albi et l’ affaire Clearstream (sans animosité envers les charcutiers ou Albi) ! Le plus effarant c’ est que ce n’ est pas un complot ou une conspiration ! C’ est une forme de dictature molle, ou l’ interet de chacun prime sur celui de l’ ensemble ! Quant au peuple a qui l’ on sert ce fatras, on ne leur donne malheureusement pas la possibilité de « faire le tri », ce qui conduit à des clichés du genre « tous pourris » , « ils n’ en ont rien à foutre de nous » ... Mais en effet, il y a une colère sourde, lorsque vous travaillez en 3/8, que pour avoir une augmentation, il vous faut presque etre l’ employé de la décennie ou alors menacer de faire grève ! Ou que vous ne pouvez joindre les deux bouts pour nourrir vos gosses et leur offrir un avenir. Tout en assistant au spectacle des goldens parachutes, des commissions, rétrocommisions, détournements, des licenciements pour la compétitivité etc...( je suis tenté d’ ajouter que les députés s’ augmentent de 70 à 75% « pour clarifier la situation » et dans le meme temps, rigueur pour tout le monde !). Enfin je ne veux pas tenir un discours trop poujadiste non plus, le monde n’ est pas ou tout noir ou tout blanc mais il est devenu tout gris !

                          Quant à vous Mr Robert, vous etes un des grains de sable dans cette belle mécanique, vous etes en première ligne malgrès vous, mais vous etes dans le vrai ! Et bien sur , en cette période d’ election,il ne faut pas attendre grand chose du coté de vos « collégues » journalistes. Avez vous lu, l’ article du Matin « Main basse sur la presse tricolore » ? N’ y a til plus personne ou un moyen pour l’ ouvrir plus fort et plus efficacement par dessus les médias traditionnels ? Un commentaire vous posez la question trop loin ou pas assez ? Je pense assez pour que cela puisse aller loin mais pour cela il va falloir vous donner un coup de main !

                          Comment ?

                          Je vous exprime tout mon soutien ( c’ est peu ! )

                          Courage !


                          • Urtubia (---.---.249.19) 12 mars 2007 22:58

                            Petit oubli, vous avez mis le pied dans un panier de crabes tout lemonde en a croqué, partis de tout poils, grandes entreprises, grands groupes, banques etc....

                            Comment voulez vous trouvez des alliés chez eux ? Vous compromettez la raison meme de ce systeme !

                            LE PROFIT SOUS TOUTES SES FORMES !


                          • Arnaud Villanova 12 mars 2007 22:57

                            Mr Robert,

                            vous mentionnez la « Forbes Academy ». Justement, elle vient de s’aggrandir de 155 unités en 2006, portant le nombre de milliardaires en dollars à 946 dans le monde. Selon vous, est-ce que ce nombre de 946 et les fortunes associées à chaque nom dans ce classement Forbes sont correctement évalués ? Bien que déjà vertigineux et indécents, ces chiffres ne seraient-ils pas encore grandement sous-estimés de par des capitaux immenses cachés dans des paradis fiscaux ?

                            « L’argent qui fuit est celui des hommes qui travaillent... »

                            C’est un terrible constat, mais c’est également mon avis. Comme je l’ai écrit récemment, ces gens qui détournent déjà les bénéfices au détriment des travailleurs et des investissements, notamment dans le pays dans lequel ils ont été acquis, turbocompressent encore leur avoir par de la spéculation néfaste à la majorité et osent ensuite expliquer à cette dernière qu’il va falloir travailler plus, tout en modérant les salaires pour s’en sortir...

                            Pourvu que vous ayez abondance de lecteurs et de soutien.


                            • barbouse (---.---.150.240) 13 mars 2007 01:12

                              bonjour monsieur robert,

                              je souhaite vous témoigné ma plus sincère estime, je suis votre parcours journalistique depuis ma lecture de « la boite noire »,

                              Je me suis souvent demandé, pendant l’exposition tronquée de l’affaire clearstream dans les médias quand à son contenu de fond, le votre,vos livres et documentaires, et le trompe l’oeil que représente l’affaire du corbeau et des listes de comptes falsifiées.

                              Quelle devait être vos sentiments, aprés votre premier ouvrage rejeté par l’intelligencia journalistique, notamment la première critique assassine paru dans Le monde, et les pressions suivante pour le rendre négligeable, ou a défaut vous donner une image d’homme peu fiable ou crédible,

                              a quel point il devai etre une étape d’espoir, d’une bouffée de sentiment de revanche, lorsque votre travail exemplaire devient enfin une affaire connu par le grand public,

                              et tristement désolant de constater qu’on a détourné l’attention dudit dernier vers une peopolisation du dossier.

                              Cela a eut comme premier effet secondaire de continuer à ne pas permettre au plus grand nombre de citoyens de faire les liens possiblement direct entre leurs quotidiens, leurs impôts, et les informations que vous avez amené jusqu’a nous,

                              autrement dit la dimension tragiquement pragmatique de votre affaire pour le plus grand nombre, et non les histoires d’égos et d’honneurs, prétextes à chicanes politiques déja oubliées.

                              les aspects virtuel, informatique et financier, portant sur des sommes aussi énormes qu’impalpables, de l’affaire que vous avez révélé sont trop souvent rester hors de porté suite a ce détournement d’attention.

                              Et les abandons évident d’une aspiration à l’émission multiple d’une pédagogie adéquate à votre affaire,

                              sont autant de fois ou j’ai eut le sentiment qu’on décrétais que le citoyen « de base » n’est ni a même d’en comprendre l’étendu, ni de réagir autrement qu’en un rejet haineux des castes du « tous pourri »,

                              avec la possible suspicion fantasmée ou réelle d’une collusion nauséuse entre des pouvoirs médiatique, journalistique et financiers peu scrupuleux.

                              j’ai souvent craind qu’à l’évidence, lorsque faute de savoir précisément de quoi il en retourne, des groupes de personnes ont peur de la réaction d’un peuple qui comprend massivement votre dossier et exige la vérité pour savoir comment le fruit de son travail et l’argent de ses impôts est utilisé,

                              n’engendre une motivation indéfectible a vous nuir, et cela à notre détriment à tous.

                              Sur le fond, tous les états du monde, de tout temps, on toujours eut des caisse noires et effectués des tractations invisible pour le peuple,

                              La différence ce situe dans la modernité de la méthode clearstream et l’absence d’un contrôle et d’une volonté représentative aux commande de cette entreprise. Et c’est bien là un des talents de votre enquête et de votre réflection que de mettre à jour cette problématique.

                              n’est il pas possible de contre attaquée, de créer une association, trouver des compétences et des vocations, des jeunes juristes, des communiquants, pour vous aider dans votre démarche ?

                              Est il si infondé d’espérer qu’une plainte collective soit portée contre clearstream,

                              pour atteinte à la liberté journalistique, et par la même au droit du peuple français a être informé, par l’usage d’un harcèlement visant à la ruine et au discrédit d’un homme via une perversion du fonctionnement judiciaire accessible au riche contre le pauvre, le contraire d’une justice qui se veut équitable,

                              et avec ses conséquences sur la santé et la psychologie, Parce qu’on ne passe pas des années a s’auto censuré sous l’épée de damoclès de la peine de justice sans un jour de fatigue laché un peu de sa concentration et faire cet humain petit faux pas,

                              et en pensant aux problèmes cardiaque de votre contact luxembourgeois qui j’espère va mieux tant son courage méritoire rend service aux valeurs humaines du grand duché,

                              N’est il pas possible que cette solidarité dont on se targue si souvent en france vous laisse de coté, monsieur robert, alors qu’a l’évidence l’histoire vous rendra justice et qu’il n’est à l’honneur de personne qu’elle se souvienne de vous en martyr du journalisme, abandonné par le peuple même pour lequel il s’est sacrifié,

                              mais plutôt en symbole vivant de ce que les mots journaliste d’investigation ont de noble et d’important pour un pays qui se veut et moderne et civilisé.

                              monsieur robert, vous êtes lorrain, vous savez que c’est au fond d’une mine que nos anciens y on appris la valeur du mot résistance, et ce que cela implique lorsqu’on y ajoute organisation, soutien et réseau face à l’injustice,

                              organiser la, communiquer ce dont vous pouvez avoir besoin,

                              un tribunal a céder et vous à temporairement comdamné aprés des dizaines de procèdures fallatieuses à votre encontre, cela n’entache votre crédibilité qu’auprés de ceux qui dépuis longtemps aimeraient vous en voir privé

                              et en même temps cela insurge qui aime la presse et la liberté d’expression tout en confortant l’idée que leur acharnement à votre endroit est plus criminelle que ce dont ils vous accusent,

                              Les portes paroles de clear stream claironnent victoire, ils parient sur la faillibilité d’un homme,

                              mais ils n’ont pas l’air de comprendre qu’a travers vous c’est toute la conscience collective a laquelle vous contribuer qui est blessé, ça l’air abstrait mais c’est trés concret,

                              on peut imaginer facilement ce qu’une simple diffusion de tract auprés de toutes les voitures qui franchissent la frontière luxembourgeoise peut engendrer comme écho,

                              sans compter comment certaines personalités,comme monsieur montebourg, et d’autres centriste ou de droite, peuvent y trouver la possibilité de sensibiliser l’opinion,

                              vous pensez sérieusement que vous ne trouverez pas les bénévoles capablent de passer une journée à tracter, ni quelque médias prêt a bouger ? et ceci n’est qu’une possibilité parmis d’autres,

                              Monsieur, même s’il y a bien des traversés du désert qui s’affrontent seul, parfois, il faut passé à une logique collective,

                              il faut parfois savoir sortir de la réserve feutrée dans laquelle on veut vous cantonné, ne serais ce que pour préserver le juste.

                              amicalement, barbouse


                              • Forest Ent Forest Ent 13 mars 2007 01:49

                                Si tous les journalistes étaient comme ça, il n’y aurait pas besoin de les labelliser. Le figaro serait bien vide.


                                • (---.---.36.61) 13 mars 2007 05:48

                                  +1

                                  la grande classe du journalisme.

                                  Merci DR


                                • Le président de « la Polynésie française » René G. HOFFER (---.---.84.171) 13 mars 2007 08:56

                                  Monsieur Denis ROBERT,

                                  « Je rends publique cette question. Je ne devrais pas. » écris-tu.

                                  Que d’autre ne t’autorises-tu donc pas ?

                                  Oser mentionner les XPF par exemple ?

                                  J’ai mis sur http://www.youtube.com/watch?v=WzfQ1I0sQLM un petit rush de 4 minutes pour t’éclairer et me tiens à ta disposition. (info@presidentdelapolynesiefrancaise-sic.org ou renehoffer@mail.pf)

                                  Quant « aux démarches que nous avons entreprises auprès des candidats à l’élection présidentielle pour mettre en cause le rôle de Clearstream dans les évasions de capitaux (3). Une lettre ouverte vient en effet d’être envoyée à chacun d’entre eux. », je suis très intéressé par cette lettre et te demanderai de bien vouloir me transmettre les adresses e-mail de ces destinataires pour abonder dans ton sens.

                                  Avec Honneur

                                  Le président de « LA POLYNESIE FRANCAISE » René G. HOFFER http://www.presidentdelapolynesiefrancaise-sic.org http://chez.mana.pf/hoffer.rene Blog : http://le-president-de-la-polyn.blogs.nouvelobs.com/ http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/032077.htm http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/020570.htm


                                  • phil (---.---.217.232) 13 mars 2007 10:20

                                    Bravo pour votre action de résistance et ne vous laissez pas aller à un quelconque relachement : de nombreux anonymes, citoyens de ce pays, sont derrière vous bien que vous ne les connaissiez pas

                                    Je ne peux que constater, comme tout le monde, l’extrême blocage d’un système où chacun se tient par la barbichette : banquiers, politiques, juges et même journalistes.

                                    Trop d’intérêts en jeu, trop de connivences existent à ce jour pour que le système s’écroule. Il faudrait - comme vous l’expliquez dans l’article à propos du livre de Gergorin - un retour à l’humain, à la dignité, à l’honneur pour que les masques tombent et qu’une réelle justice puisse s’exercer. Cette exigence-là, à défaut de la trouver dans les médias traditionnels, s’exprime aujourd’hui dans un média citoyen.

                                    C’est très symptomatique de notre époque, où les pouvoirs (presse, justice, politique, finance) se neutralisent, ou s’épaulent si l’on veut (chacun pour des raisons différentes) pour conserver leurs « acquis ».

                                    Ce système peut-il craquer ? Et comment ? A défaut de révolution, il faudrait un personnage intègre et providentiel à la tête de l’Etat. On peut rêver. smiley


                                    • Dji (---.---.124.11) 13 mars 2007 12:28

                                      Je viens de vous verser 50 euros via le site http://lesoutien.blogspot.com/ .

                                      Bonne chance dans votre combat !


                                      • Hectorus (---.---.229.78) 13 mars 2007 13:01

                                        Bravo Denis pour ton action et ... courage ... face a cette nouvelle forme de censure

                                        Mais la, j’ai une question pour toi : pourrais tu nous dire plus concretement comment t’aider, par exemple si tu as un site web, ou envoyer des dons pour t’aider et plus d’informations sur les concerts de soutien qui vont avoir lieu bientot sur Paris il me semble...

                                        Courage, courage !!!


                                          • florides (---.---.22.178) 13 mars 2007 16:54

                                            Je ne vois pas ce que ca vient faire la dedans... en plus ce film est un pur produit de desinformation... enfin bon bref... vais me faire taper dessus car je signale un troll :) lol pas grave je suporte


                                          • Emmanuel (---.---.87.194) 13 mars 2007 13:35

                                            Merci et chapeau pour ce que vous faite.

                                            Et surtout continuez à travailler avec courage probité et dignité (ce qui ne sont pas les qualités les plus répandues actuellement chez les journalistes ) On sera derrière vous financièrement notamment.


                                            • arturh (---.---.119.98) 13 mars 2007 13:47

                                              Denis Robert, je t’aime bien, mais le peuple n’existe pas. Donc il ne se sent pas concerné.

                                              Admet une bonne fois pour toute que tu ne t’adresses pas à UN peuple, tu t’adresses à des gens.

                                              Moi je ne suis pas un 65 millionième moins ceux que tu estimes ne pas en faire partie du peuple. Je suis UN. Un individu, un citoyen si tu veux, puisque j’ai le droit de voter et que ce dont tu parles est politique. J’aime bien ce que tu fais, mais adresse toi à moi au lieu de t’adresser à ce PEUPLE auquel tu me sommes de faire partie pour pouvoir t’écouter légitimement.

                                              Surtout qu’en faisant ainsi, tu légitimes ce qu’il y a de pire dans l’utilisation du mot peuple puisque le seul moyen de prouver son existence, c’est de pointer du doigt les communautés ou les individus qui n’en font pas partie.

                                              Cette vison de la société appartient à ce que le siècle dernier a produit de pire, laisse tomber. Tu n’en as pas besoin pour ce que tu fais


                                              • arturh (---.---.119.98) 13 mars 2007 14:15

                                                D’ailleurs pourquoi traduire immédiatement « monde ouvier » par « le peuple »... (c’est du second degré)


                                                • borneo (---.---.194.10) 13 mars 2007 15:53

                                                  Comme vous le soulignez, bien loin de vous soutenir la grande presse semble laisser filer quelques bréves mettant en cause votre fiabilité. Votre affaire mériterait au contraire que chaque journal mette en place un pavé de soutien comme ils le firent pour les journalistes enlevés d’Irak. Car votre situation est en quelque sorte désormais comparable.

                                                  Vous êtes un otage.


                                                  • Soizyc (---.---.106.93) 13 mars 2007 17:56

                                                    En ces périodes électorales, personne n’en à plus rien à faire de Clearstream et de Denis Robert. Cela ne fera pas une voix de plus, alors... Ce qui est plus incompréhensible c’est que le public ne s’empare pas du sujet. Peut être parce qu’il y a trop de difficultés dans la vie quotidienne des gens et qu’ils considèrent que c’est une histoire de riches. Tout cet argent... Le côté censure de l’affaire n’est pas si visible que ça, il faut l’expliquer, trop compliqué tout ça. Puis, les journalistes n’ont pas bonne presse en ce moment, ils n’ont qu’à se défendre tout seuls. Oui mais voilà, la censure c’est le début de la dictature, c’est ce lien qu’il faut mettre en avant, Denis Robert. Et pourquoi ne pas te référer au tribunal européen ?


                                                    • (---.---.178.54) 13 mars 2007 18:47

                                                      “Cela ne fera pas une voix de plus, alors...”

                                                      C’est sûre, des voix en moins par contre...

                                                      Clear comme la nuit...

                                                      Résistance


                                                    • (---.---.149.188) 13 mars 2007 18:32

                                                      L’ennui, M. ROBERT, est que vous vous attaquez aux CONSEQUENCES DU SYSTEME, et non aux CAUSES. Pour cela, je vous conseille de lire ou cliquer Jacques RUEFF : cela vous donnera des informations précieuses ...


                                                      • alberto (---.---.243.102) 14 mars 2007 13:28

                                                        Toujours impéccables vos articles, cher Denis Robert : merci pour ça !

                                                        Mais au-delà de votre cas particulier (dont je partage le combat, puisque je me suis inscrit dans votre comité de soutien), ce qui me rend perplexe, c’est la facilité qu’a le « monde médiatique » (vous savez, la cinquantaine de réputés journalistes qui « font » l’opinion ) pour esquiver les questions pour lesquelles « les gens » attendent une réponse : réforme de la justice après Outrot ? A la trappe ! Qu’est ce qu’on fait avec les OGM ? C’est quoi çà des OGM ! La réforme de l’Etat ? Circulez, y a rien à voir ! Le cumul des mandats ? Bof ! La lutte contre la corruption ? Oui, peut-être...

                                                        Et la connivence des politiciens actuellement en campagne n’est pas en reste : pourtant, ça serait bien le moment pour les journalistes de poser les bonnes questions et pour les politiciens d’avoir des réponses claires !

                                                        Quand je parcours les médias, toutes ces questions sont abordées en rasant les murs, quand à votre affaire, elle n’est évoquée que pour brouiller un peu plus la compréhension du bon peuple...

                                                        Bon, restons calmes et inodores, mais vous savez ou nous trouver : bien à vous.


                                                        • Stephane (---.---.63.149) 14 mars 2007 15:34

                                                          Cher Denis,

                                                          Pensez à refaire imprimer « La boîte noire » et « Révélation$ ». Car ces deux livres sont introuvables aujourd’hui.


                                                          • jucous (---.---.215.77) 15 mars 2007 23:39

                                                            Monsieur Denis Robert, Recevez tout mon soutien dans votre travail et votre lutte qui met en lumière les abus de la délinquance financière internationale. Il est temps de mettre en avant que le capitalisme de cette sorte est le seul système capable de creer autant de richesse, mais c’est le seul à les reserver à aussi peu de monde. C’est l’illusion du libéralisme : avoir la liberté de trimer pour enrichir les autres, les financiers, dont le seul atout est d’avoir plus d’argent que les autres et donc, de pouvoir en obtenir d’autant plus. Mais le problème, c’est l’absence de médiatisation sur le sujet, avec la description des opérations illégales qui en découlent. La complaisance des politiques et des cercles de pensée, rassemblant grand patrons et journalistes ou leaders d’opinion à l’encontre de cette délinquance est écoeurante. Cordialement.


                                                            • joel (---.---.13.136) 27 mars 2007 06:08

                                                              Denis il faut te faire soigner et arréter de tout faire pour qu’on admire ton nombril ! Il faut informer le Peuple comme tu dis de ce que l’on t a expliqué en long en large et en travers Les raisons de crash de l’an 2000 et ce qui fiat qu’un autre arrive Réécoute mes commentaires sur ton iv avec Lussi mes démo de crashs précédent le 11 Sept Fais un lien avec celui qui a secoué le monde de la finance il y a peu avec les fautes des dirigeants de Air Bus de l’Euro qui par en vrille des rétro com des patrons comme Tchruk qui prend plaisir à licencier des milliers de personnes Combien s’en remettront penses à ton frère ! Fais le lien avec les rétro com du nouveau PDG de Total Tu ne l’as pas mis dans tes listes trafiquées celui la ! Tu aurais du ! Fais le lein avec le procès de D Bouton qui a cheté le groupe Hambros Je serai témoin à charge et je témoignerai comment on blanchi à la SG et pas que les retro com des frégates C’est pas dans Clearstream qui sert à toi et à trop de journalistes à vendre du papier et des livres de désiformation C’est grave car le Krach qui va prendre les économie du peuple comme tu dis criminélement en lui montrant ce qui se passe dans la rue en le faisant se pencher au balcon pendant que l’envahisseur pénètre dans les jardins pour violer nos femmes et nos compagnes ! Celles çi sont tes économies mal gagnées Rends les ! Joel


                                                              • Pépé le Moco (---.---.229.12) 15 avril 2007 21:25

                                                                Bonjour Monsieur ROBERT,

                                                                Votre article me laisse perplexe. Ayant lu vos deux livres « La boîte noire » et « Révélation », j’apprends (peut-être naïvement) que vous êtes toujours victime d’incessantes procédures judiciaires de la part de la société CLEARSTREAM. 

                                                                Cette situation inique soulève pourtant certaines questions : Pourquoi une société, riche à millions, s’acharne-t-elle sur un journaliste d’investigation (tautologie nécessaire dans un monde médiatique de « speackers ») ayant « gratté » le probe vernis entourant cette entreprise ? Pourquoi les « speakers » ne parlent pas de cette organisation permettant aux banques de réaliser des transactions beaucoup plus rapides (gain d’efficacité), si ce n’est qu’elle cache - peut être - d’autres transactions beaucoup moins reluisantes ? Ce système permet peut-être à certains d’échapper à l’impôt de leurs pays respectifs ? Ou encore, de permettre à d’autres de « blanchir » de l’argent pas toujours « propre » ? Il a été porté à ma connaissance que plus de 50% des investissements, réalisés dans le « bâtiment » aux Etats-Unis étaient réalisés par l’argent de la drogue, affirmation à laquelle je ne peux pas croire au regard de l’intégrité de cette société et du « modèle capitaliste(1) » qui nous est dicté ?

                                                                Néanmoins, au vu de cet acharnement judiciaire dont vous êtes victime et du manque de soutien des castes dirigeantes, je pense que les vérités livresques dérangeantes dont vous faites état ont une réalité certaine.

                                                                Je vous apporte donc mon soutien pour votre travail de journaliste intègre et je contacte dès aujourd’hui votre site http://lesoutien.blogspot.com.

                                                                Bonne continuation.

                                                                Cordialement.

                                                                (1) : Ultra-libéraliste pour les adeptes de la LQR (Lingua Quintae Respublicae, en référence au livre de Eric Hazan « LQR La propagande du quotidien » - Raisons d’Agir)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès