Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la désinformation au sujet de deux mots

De la désinformation au sujet de deux mots

Des adversaires politiques et une presse complaisante, écrite et télévisée, citent régulièrement à l’envi les mots de « racaille » ou « Kärcher », prononcés par Nicolas Sarkozy il y a quelques mois. L’affaire n’est pas innocente, destinée à donner du président de l’UMP une image de peur, l’image d’un candidat fascisant qui aurait choisi par ces termes de stigmatiser globalement la population des banlieues.

Il n’est pas inutile de rappeler ici des faits qui ont été rapportés volontairement hors de leur contexte. Lors des évènements qui eurent lieu en 2005 dans les banlieues, le ministre de l’Intérieur, en visite à Argenteuil au cœur de la cité, fut interpellé par une femme : « Débarrassez-nous de cette racaille ! » à laquelle il répondit « madame, la racaille du quartier, on va vous en débarrasser ». La télévision ne rapporta à l’époque que la réponse du ministre, se gardant de citer l’interpellation de la femme en question, non plus que la conversation avec les jeunes du quartier... donnant le sentiment de la part de Nicolas Sarkozy d’une stigmatisation de l’ensemble de ses habitants. Déjà, quelques mois auparavant, l’expression « nettoyer au Kärcher » avait été prononcée, hors micros et caméras, à la famille éprouvée du jeune Sidi Ahmed, mort à l’âge de onze ans d’une balle perdue, à La Courneuve. Le maire communiste de cette cité n’aurait rapporté intentionnellement le propos hors de son contexte, il est probable qu’il aurait aussi fait long feu...

Ces impostures volontaires, aujourd’hui reprises par de nombreux internautes, destinées à donner du candidat de l’UMP l’image d’un candidat dangereux, voire redoutable, fait hélas partie d’une certaine complaisance coupable en matière d’information de la part de médias en mal de sensationnel.

Le plus surprenant, le moins étonnant pour des téléspectateurs et lecteurs heureusement de plus en plus nombreux à ne plus s’en laisser conter, c’est de relire dans le quotidien Le Monde du 13 juin 2002 les propos de Malek Boutih, alors président de SOS-Racisme, aujourd’hui membre du comité de campagne de Ségolène Royal, interviewé sur la police des cités des banlieues : "Il faut remettre la police au travail, Le plus grand nombre de bavures n’est plus son fait, c’est la racaille qui tue le plus dans les cités".
Dans la même interview, à propos des jeunes casseurs : « Les barbares des cités, il n’y a plus à tergiverser, il faut leur rentrer dedans, taper fort, les vaincre, reprendre le contrôle des territoires qui leur ont été abandonnés par des élus en mal de tranquillité ».

Il n’est pas dans notre intention d’accabler ici Malek Boutih ne faisant que répéter ce qu’il disait des jeunes casseurs des banlieues prêts en permanence à en découdre. C’est alors que les mêmes propos tenus par un fils d’immigrés algériens, lesquels n’avaient donné lieu à aucune contestation, n’auraient pas la même dimension que ceux du ministre de l’Intérieur d’alors, incomplètement et volontairement reproduits hors de leur contexte ?

Pour des raisons de politique politicienne, des opposants intellectuellement malhonnêtes ont ainsi tenté de travestir la vérité.

Il semble que ces mots de Nicolas Sarkozy dans son fameux discours de Nîmes, « Pour la France », le 6 mai 2006, illustrent bien cette utile mise au point : « Abîmée la politique quand le mensonge l’emporte sur la vérité. Détruite la politique lorsque l’on doit se défendre de misérables machinations, organisées par des officines cherchant à compromettre et des apprentis comploteurs cherchant à salir. Cette politique-là ne doit pas avoir droit de cité dans notre République. C’est pourquoi, j’irai jusqu’au bout de l’exigence de vérité. »

Yves Desgrées du Loû


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (140 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • jak (---.---.186.82) 17 avril 2007 09:27

    N’oublions pas l’histoire de nos médias phagocyter par les communistes au travers le syndicats du livre.


    • (---.---.185.253) 17 avril 2007 09:56

      Comme quoi, les fachos ne sont pas ceux que l’on pense. Le moins facho est encore celui qui declare comme Jean Paul II : « N’ayez pas peur »


      • Moué (---.---.199.53) 17 avril 2007 10:04

        Voici ce qu’on peut trouver sur le Web en surfant au sujet de ces 2 mots , repris à l’envie par les médias

        Tout est une histoire de contexte et de désinformation

        Arrêt sur Image


        • vienne (---.---.12.242) 17 avril 2007 10:31

          Il n’y a pas que Malek Boutih. Dans le Monde du 8 mai 2002, A. Begag écrivait :

          « Depuis plusieurs années déjà, on pouvait en entendre dans les quartiers clamer qu’ils allaient exprimer leur désespoir aux prochaines élections. Pour qui connaît un peu la sociologie des quartiers de banlieue, cette menace électorale n’est pas déconnectée d’une demande de sanction contre ceux qu’on nomme les racailles ou cailleras (en verlan), groupes de jeunes dont tout le monde a peur, qui conduisent des scooters, sans casque, roulent sur les trottoirs au mépris des piétons, ignorent royalement les feux de signalisation, comme ils récusent tout autre code de conduite sociale. »

          Et ce A. Begag qui a le culot de reprocher à N. Sarkozy d’avoir parlé de « racailles » en parlant des mêmes groupes de voyous ...

          Mais il faut évidemment chercher des raisons politiques pour expliquer ces revirements, plutôt des malhonnêtetés.

          M. Boutih, c’est simple, il soutient le PS qui cherche depuis des lustres à diaboliser le candidat de la droite.

          Mais A. Begag ? Cherchez la véritable raison de son courroux : novembre 2006

          « Azouz Begag souhaite se présenter sans étiquette à la Mairie de Lyon contre Gérard Collomb et Dominique Perben, mais aussi aux législatives. »

          Mais on lui préfère D. Perben :

          « Il ne semble pas car le mentor d’A.Begag, Dominique de Villepin, vient sans doute de lui lancer un poignard dans le dos en annonçant qu’il souhaite un « rassemblement de toutes les forces, de tous les talents et de toutes les énergies autour de Dominique Perben à Lyon » et ce afin de ne pas diviser les voix de droite. »

          http://www.fra.cityvox.fr/actualite_lyon/azouz-begag-aux-legislatives-et-municipa_3500530/PageNews

          Est-ce que F. Bayrou lui offrira maintenant cette candidature à Lyon ?


          • Y.Desgrees (---.---.176.170) 17 avril 2007 10:46

            Merci pour ces détails supplémentaires intéressants qui vont dans le sens de mon papier, et qui montrent la véritable nature de certains « désinformateurs » professionnels, capables de se contredire à court terme. A chaque fois, nous devrions avoir le courage de réagir et d’informer au sujet de ces manipiulations volontaires et mensongères... YDdL


          • tvargentine.com lerma 17 avril 2007 11:00

            Soyons réaliste,Sarko a fait très fort en proposant de s’occuper des voyoux multi-recidivistes qui nous pénalisent tous les jours dans notre vie quotidienne,dès juillet 2007.

            Les voyous auront le choix maintenant de raser les murs ou de faire des efforts pour s’intégrer dans la société.

            Une très bonne nouvelle,car il fait vraiment très peur aux voyous Nicolas Sarkozy.


            • benJ (---.---.35.253) 17 avril 2007 13:50

              Mais oui bien sur..d’aileurs depuis cinq ans que votre idole Sarko est au pouvoir, c’est simple, les « racailles » ont tout simplement disparu, de même que la délinquance...ou pas ?

              C’est ça la méthode Sarko, du bruit et de la fureur, des gesticulations, de l’hyperactivité législative pour occuper l’espace laissé vacant par la vacuité des politiques menées (quelle excellente idée de supprimer la police de proximité !), des moulinets, des coups de mentons, et vas-y que je hausse les epaules et que je conclue sur un « car les francais savent que ce que je dis, c’est la vérité » (CITATION VERIDIQUE)

              et il y a encore des simples d’esprit pour avaler toutes ces simagrées...


            • nessoux 17 avril 2007 17:18

              « Les hommes naissent libres et égaux en droit » cela signifie que la république doit faire davantage pour ceux qui souffrent d’un handicap au départ et pas que nous sommes tous identiques à la naissance.

              C’est ainsi que ce principe à une valeur sinon ce sont que des mots vides de sens


            • Lavande & Coquelicots Pierce 18 avril 2007 17:08

              Il faut vraiment être idiot pour croire que l’action d’un ministre, aussi déterminé et efficace soit-il, pourrait effacer toute trace de délinquance.

              Quand la gauche prétend au moindre fait divers que c’est la preuve de l’échec de Sarkozy, elle tente de faire oublier que c’est sous la gauche plurielle que l’insécurité a explosé, que c’est sous la gauche plurielle que le laxisme a été au plus haut, que c’est sous la gauche plurielle que les coupables étaient autant plaints que les victimes.

              Avec Sarkozy, la délinquance est repartie à la baisse, et l’essentiel est de pouvoir continuer sur cette voie afin que tous les chiffres de la délinquance baissent ensemble.

              Et pour ça, les Français font davantage confiance à Sarkozy qu’à Royal ou Bayrou.


            • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 avril 2007 11:01

              Expliquez-moi aussi l’utilisation il y a quelques années, du mot « droit-de-l’hommiste » pour dénigrer certains défenseurs des Droits de l’Homme.


              • snoopy86 (---.---.208.117) 17 avril 2007 11:27

                @ Anthony

                Simplement parde que la LDH n’a longtemps été qu’un simple relais du PC, tout comme aujourd’hui le MRAP relaie l’islamisme

                Seule la LICRA semble à peu prés indépendante...


              • Anthony Meilland Anthony Meilland 17 avril 2007 11:43

                Quel rapport ?

                Il fallait alors dénoncer des faux défenseurs des Droit de l’Homme et non pas dénoncer les Droits de l’Homme eux-même en utilisant ce néologisme péjoratif.

                Tout cela montre seulement que Nicolas Sarkozy n’est pas viscéralement attaché à la défense des Droits de l’Homme.

                D’ailleurs il a refait le coup avec l’Egalitarisme qui lui aussi est à la base de notre République.

                Rapelez-vous l’article 1er de la DDHC de 1789 :

                Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

                En fait il ne lui reste plus qu’a dénigrer la Liberté et la Fraternité (ce qu’il a déjà fait en fait) et le compte sera bon.


              • Aldoo (---.---.43.7) 17 avril 2007 13:10

                Eh bien quoi ? Les hommes naissent libres et égaux en droits... mais certains hommes sont plus égaux que d’autres. L’œuvre d’Orwell, que ce soit La Ferme des Animaux ou 1984, est pour NS un modèle de société !


              • phileb (---.---.126.27) 17 avril 2007 15:02

                « La Ferme des animaux » ou « 1984 » sont au contraire des pamphlets anti-communiste et anti-étatiste. L’exact contraire du projet de Sarkozy. On lui en fait d’ailleurs assez le reproche : désengagement de l’Etat, renforcement des pouvoirs de l’Assemblée, replis sur les missions régaliennes...

                Peut-être serait-il utile que vous relisiez son programme (sur son site, pas sur celui de la LCR ou de Démagolène) et relisez aussi l’oeuvre d’Orwell.


              • Aldoo Aldoo 17 avril 2007 15:31

                À vous entendre, Sarko serait un libéral !

                Vous oubliez le peu de considération qu’il a pour les « droit-de-l’hommistes », la peur viscérale qu’il a des médias plus ou moins libres comme internet, ses méthodes autoritaires contre les médias traditionnels, etc.

                Le propos d’Orwell n’est pas tant de désavouer le communisme que de prévenir contre le stalinisme et les totalitarismes en général. Voir en Orwell une critique du marxisme est un contresens. D’ailleurs, ce sont surtout les fonctions régaliennes de l’État qui sont exécrables dans 1984 (armée, police politique, ...).

                Cela dit, j’en conviens, Sarko, ce serait plutôt le Meilleur des Mondes en fait (eugénisme et tout...).


              • (---.---.107.65) 17 avril 2007 11:13

                « La télévision ne rapporta à l’époque que la réponse du ministre, se gardant de citer l’interpellation de la femme en question »

                L’interpellation de la femme est complètement inaudible sur l’enregistrement vidéo dont on dispose, c’est pourquoi elle n’est pas citée. On ne sait pas ce que cette femme a dit, ni quel vocabulaire elle a employé. On n’entend que la réponse de Nicolas Sarkozy, et on ne connaît que la version officielle de l’UMP qui consiste à dire que la femme a prononcé la phrase que vous citez. Dans tous les cas, en l’absence de preuves sur l’échange verbal réel, il n’y a rien à tirer de cet épisode.

                Mais je suis d’accord avec vous : ces querelles de vocabulaire sont bien puériles et souvent de mauvaise foi, alors qu’il y a suffisamment de choses à reprocher à Nicolas Sarkozy sur des bases plus tangibles et en toute bonne foi.


                • (---.---.5.107) 17 avril 2007 11:34

                  Inaudible !

                  Dans la semaine qui suis, la petite phrase inaudible a été mis en avant dans l’émission Arrêt sur image.

                  Comme quoi quand on veut tendre l’oreille, on peut entendre. Après il faut savoir si c’est plus juteux pour les journalistes (enfin les gars avec une carte qui dit qu’ils le sont), de relater les faits tels qu’ils sont ou de ne faire ressortir que les propos qui peuvent être mal interpréter.


                • Y.Desgrees (---.---.176.170) 17 avril 2007 12:31

                  Vous semblez ne pas avoir pris le soin de vous renseigner : si vous voulez en connaitre davantage, allez voir sur ce site, et vous aurez moins de subjectivité. Ce qui compte, ce sont les faits rapportés par des témoins impartiaux...

                  http://www.fra.cityvox.fr/actu...


                • (---.---.107.65) 17 avril 2007 14:24

                  Monsieur Degrées,

                  Je n’ai effectivement pas pris la peine de me renseigner spécifiquement sur cette polémique, je me suis contenté de voir les images de cette « interpellation » qui sont passées à la télé, et j’ai bien pu constater : 1.que l’on n’entend pas les propos de la dame 2.que l’on ne voit même pas cette dame On ne voit et n’entend que Nicolas Sarkozy.

                  Le commentaire de IP:xxx.x42.5.107 laisse penser que l’émission Arrêt sur Image aurait pu filtrer le canal son de l’enregistrement pour éventuellement faire parler cette dame de façon audible... J’ai donc cherché à en savoir plus, sur internet (je précise d’ailleurs que votre lien cityvox semble erroné et ne renvoie probablement pas sur la page que vous visiez, je n’ai donc pas pu consulter les sources que vous me conseilliez). D’après ce que j’ai pu trouver, si l’émission Arrêt sur Image a bien parlé de la phrase de la dame, c’est seulement d’après une enquête de terrain : une journaliste a interviewé le gardien de l’immeuble qui lui a dit que la dame du balcon avait utilisé le terme « racaille » pour demander à Nicolas Sarkozy de les en débarrasser. Point. Libre à moi de faire confiance à cette journaliste, pour qui ce scoop représente certainement quelque chose de juteux. Daniel Schneiderman (présentateur d’Arrêt sur Image) a par ailleurs à maintes reprises montré les limites de son éthique journalistique, à voir notamment l’excellent documentaire de Pierre Carles : « Enfin pris ».

                  Je précise que ma courte recherche sur internet m’a aussi révélé une autre version de l’histoire, présentée dans Le Monde, et lisible sur cette page, dans laquelle la « dame du balcon » dit ne pas avoir prononcé le mot racaille.

                  Je re-précise que cette polémique ne me semble d’aucun intérêt, et si j’y consacre ces quelques lignes, c’est uniquement pour mettre en défaut ceux qui prétendent lutter contre la désinformation tout en s’y adonnant avec joie en sélectionnant uniquement les sources d’information qui vont dans leur sens. Je ne sais pas si la « dame du balcon » a prononcé ce terme, ni même si elle existe, et je m’en contrefous bien.

                  Par contre, je suis tombé sur une autre page fort intéressante, qui montre comment l’UMP a exploité ces événements, et notamment l’utilisation du terme « racaille », par des pratiques publicitaires peu avouables selon moi. Et ceci me semble être un éclairage beaucoup plus pertinent pour mener une charge contre Nicolas Sarkozy et l’UMP actuel.


                • Tristan Valmour 17 avril 2007 11:29

                  Ce qui est tout aussi curieux que ce que vous dénoncez, c’est cette concentration médiatique pour tenter de réhabiliter les propos de N. Sarkozy.

                  Pourtant, ce candidat, alors Ministre d’Etat, a bien prononcé les mots dont il est question. En les énonçant, peu importe qu’il en soit à l’origine, il les a fait siens. C’est incontestable. Un Ministre d’Etat n’est pas un copain de quartier ; il n’a pas le droit à de tels écarts de langage. Il représente la France ! Cette remarque vaut également pour Le Pen et Royal qui ont dérapé verbalement, à la différence qu’ils n’ont jamais exercé de fonction aussi importante que NS !

                  Enfin, NS a repri ces propos « à l’envi » lors de ses meetings. Naturellement, c’était bien avant la campagne présidentielle. Il ne faut pas l’oublier !


                  • Milla 17 avril 2007 13:53

                    @ Tristan Valmour

                    tout à fait d’accord avec vous, il aurait dû se soucier de ce qu’il avait à dire en bon politicien qui nécessite une certaine dialectique et non un comportement de perroquet, en répétant ces mots il n’a fait que se compromettre et qui sait peut être qu’il attendait une confirmation de ce qu’il pensait, « on ne dit jamais rien sans raison », lapsus révélateur...

                    Milla


                  • miracle (---.---.146.240) 17 avril 2007 11:33

                    Ouais, les vraies infos passent par TF1, où l’on passe des infos de 20h directement à NS, sans passer par les 20 minutes de publicité.

                    Un miracle, je vous dis !


                    • François (---.---.31.253) 17 avril 2007 14:02

                      BHL était l’invité d’i-TV le 09 avril, je cite :

                      "Je crois que la responsabilité d’un intellectuel, c’est à dire quelqu’un qui a un peu plus de temps que les hommes politiques, un peu plus de mémoire que les hommes politiques et un peu plus de capacité, peut être, à mettre les choses en perspectives, c’est de rappeler au politique qu’on ne dit pas n’importe quoi, qu’il y a des mots qui ont une charge, qui ont un poids, qui ont une mémoire. C’est ça le travail d’un intelectuel, c’est de rappeler que la langue à une mémoire. (...) Je crois par exemple que quand on dit racaille, dans quel que condition qu’on le dise, quel que soit le contexte, quand on dit racaille, racaille ça à un sens. Si on enlève le « aille » de racaille, il reste le « rac » de race. Les mots ont une signification. les mots ne sont pas des flatuce...des..des..des mouvements de lèvres, ce n’est pas du vent. Ce sont des choses qui sont lourdes d’histoire, de mémoire et de sens." Bernard Henry Levy

                      Voir la vidéo (les deux dernières minutes) : http://www.dailymotion.com/video/x1oi2b_bhl-interview-13

                      Regardons maintenant notre dictionnaire, si vous le voulez bien :

                      Définition de la racaille du « Dictionnaire historique de la langue française » (Le Robert, sous la direction d’Alain Rey) :

                      Racaille : nom féminin, simplification (fin XIIème siècle) de rascaille (v. 1138, en anglo-normand), est isu d’un ancien verbe anglo-normand et normand rasquer, attesté indirectement par l’ancien provençal rascar « racler », le liégeois rahî, l’angevin râcher « dréger du lin », etc. Ces formes remontent à un latin populaire rasicare, variante du latin impérial rasitare « raser souvent », fréquentatif du latin radere (-> raser), formé sur son supin rasum. Rasicare a aussi fourni l’espagnol, le catalan, et le portugais rascar « gratter », le sarde rasigare, etc. Le verbe, appliqué aux hommes, a pris l’acception péjorative de « se livrer à des ébats tumultueux et bruyants », soulignée à son tour par le substantif avec le suffixe -aille : on peut aussi partir de l’idée de « raclure » vers celle de « rebut, hommes de rien ». L’anglais rascal « vaurien » vient de l’ancienne forme rascaille.

                      Le mot désigne collectivement le rebut de la société, d’où son emploi pour désigner une catégorie de personnes que l’on méprise (av. 1672). Par le sens et la forme, il est proche de canaille. Son extension à des objets de rebut, enregistrée par Furetière (1690), ne survit que régionalement.

                      On se rend compte là, en image et en son, que les « anti-racistes » voient du racisme partout, même là où il n’y en a pas.

                      Je pense pour ma part, que ces intellectuels portent (aidé par les médias) une grande responsabilité sur le climat de tension ambiant, qui se voudrait permanent. Finalement, quand la haine est un fond de commerce, quoi de mieux de l’auto-alimenter en se faisant passer pour un pompier en lieu et place d’un pyromane.


                      • (---.---.107.65) 17 avril 2007 14:47

                        Je suis loin d’être un fan de BHL, mais force est de constater que vous ne comprenez pas ce qu’il veut dire.

                        Il ne dit pas que racaille dérive étymologiquement de race. Il dit que les deux mots se ressemblent. Et vous n’êtes pas sans savoir que l’être humain dispose d’un inconscient, et que celui-ci peut éventuellement se charger de faire ce genre de rapprochement, qu’on le veuille ou non, et que cela ait un sens étymologiquement ou non.


                      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 avril 2007 15:36

                        Oui, un peu comme intellectuel viendrai de untel, c’est à dire qu’un intellectuel, dans la bouche de BHL signifierai n’importe qui smiley

                        Cette recherche étymologique est très pertinente, et montre que quand on est un intellectuel auto-proclamé, on devrait réfléchir avant de parler.


                      • visiteur de l’après midi (---.---.224.225) 17 avril 2007 15:02

                        donc si je comprends bien l’auteur les médias (en toute indépendance) auraient décidé de mettre l’accent sur ses 2 expressions pour faire du mal a sarkozy. et bien sur ce dernier a laissé faire sans jamais rien dire. faudrait voir a pas pousser quand même. quand on voit les atrocités vérifiées qu’il sort ces derniers temps et le peu de relais dans les grands médias (et pas que sur le web) j’ai du mal a croire qu’il pourrait être spolier. Je veux bien sur parlé de ses sorties sur l’allemagne, sa découverte du gène du suicide et de la pédophilie, alors on en parle mais si peu, et quasi uniquement sur le web, comme disent certains si c’était lepen qui avait sorti ce genre de trucs on en parleraient encore et il y aurai même surement des assoc pour porter plaintes.


                        • bede (---.---.102.1) 17 avril 2007 15:20

                           smileyPauvre pays smiley,

                          Grand corps malade dans son spam sur St Denis décrit avec beaucoup d’exactitude le quotidien des banlieues abandonnées par les tenants du politiquement correct, ignorées par le « penseur caviar » BHL et sa poupée Barbie. Notre slameur a été recompensé aux victoires de la musique. Il ne vote pas Sarko et ne véhicule pas d’idées d’extrême droite. Il cite cependant la « caillera » de St Denis. Caillera étant à racaille ce que blanc bonnet est à bonnet blanc, cherchez l’erreur.

                          La réalité est que de scrutin en scrutin les thuriféraires de la pensée gauchisante dominante ont attaqué violemment tout candidat mettant en péril le candidat socialiste désigné par le PS et les associations gauchisantes. Il était « dangereux », « exité ». Au fil des années nous avons eu Le Pen, de Villiers, Chevènement et maintenant Sarko. Nous avons eu la même stratégie lors du vote sur le projet de « constitution » européenne. Les tenants du non étaient « dangereux ». Plus la ficelle est grosse plus çà passe comme aurait dit Marchais.

                          Cela fait des mois et des mois que le couple Royal et leurs thuriféraires des media nous bassinent avec le dangereux Sarko, pour un peu ils nous démontreraient que Le Pen est un enfant de choeur. smiley smiley

                          Mensonges par omission, désinformation sont les deux méthodes utilisées par ceux qui ne peuvent lutter sur le plan des idées. smiley


                          • be wolf (---.---.143.82) 17 avril 2007 15:22

                            certe, les mots racaille et karcher ont fait l’ objet d’ un buzz médiatique exagéré et pour tout dire pas vraiment réglo de la part des média. et alors ? est- ce la première fois ? Je vous rapel tout de meme que les quelques erreur de français de mlle royal ont subit le meme sort, pour la faire passer pour becassine...

                            Je tien à dire que si cette polemique est néfaste, il n’ en reste pas moins que mr sarkozy est un homme dangereux : cela se vois à traversd ses coups de sang, ses discours démagogiques et ses qualités d’ orateur


                            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 avril 2007 15:41

                              Il faudrait savoir.

                              Est-il un démagogue et parle dans le sens du poil. (Comme ceux/celle qui promettent de raser gratis au frais de l’Etat et des régions).

                              Ou dit-il la vérité crue avec violence.

                              On ne peut pas dire une chose et son contraire.


                            • be wolf (---.---.143.82) 17 avril 2007 15:24

                              certe, les mots racaille et karcher ont fait l’ objet d’ un buzz médiatique exagéré et pour tout dire pas vraiment réglo de la part des média. et alors ? est- ce la première fois ? Je vous rapel tout de meme que les quelques erreur de français de mlle royal ont subit le meme sort, pour la faire passer pour becassine...

                              Je tien à dire que si cette polemique est néfaste, il n’ en reste pas moins que mr sarkozy est un homme dangereux : cela se vois à traversd ses coups de sang, ses discours démagogiques et ses qualités d’ orateur


                              • Mr freeze 17 avril 2007 15:40

                                Je précise dès le départ que je ne suis pas électeur de Mr sarkozy (et encore moins de Mr LePen). Pour autant, l’article fait une mise au point tout a fait indispensable sur ces fameux (gros ?) mots prononcés par Mr sarkozy. Cela relève tout simplement de l’honnêteté intellectuelle que de rétablir cette vérité comme le fait l’auteur de l’article.

                                Nier cette vérité ne sert qu’à diaboliser le candidat UMP. Loin de l’argumentation raisonnée, on tombe alors dans le fantasme le plus malhonnête. De même pour le FN, j’ai toujours refusé, pour combattre leurs idées, de me contenter de cette fumisterie qu’est la diabolisation à outrance. Car ce n’est pas ainsi qu’on combat des idées, même nauséabondes, dans une démocratie saine.

                                Merci donc à l’auteur pour cet article qui n’apporte rien de nouveau, mais dont les propos sont une bonne piqûre de rappel à quelques jours des élections, là où les passions souvent se déchainent le plus.


                                • Krokodilo Krokodilo 17 avril 2007 16:25

                                  Personnellement, le mot racaille ne me choque pas. Par contre, son incapacité à reconnaître une erreur (la suppression de la police de proximité, alors qu’il sort le même projet sous un autre nom), bien que partagée par beaucoup de politiciens, n’est pas encourageante. Plus grave, un journal l’a accusé -preuves à l’appui- d’avoir accordé un super prix à un promoteur immobilier pour des terrains et d’avoir reçu quelques temps après un beau geste de 300.000 euros du même promoteur lors de l’achat d’un appartement, ce qui est je crois passible de prison pour un élu en affaire avec ce promoteur pendant son mandat électoral.

                                  A ce jour, il a démenti mais n’a pas porté plainte contre ce journal... Si c’est vrai, ça témoigne d’une vision clanique du gouvernement, (le très connu renvoi d’ascenseur) et ça en fait le digne successeur de J. Chirac... Comment demander ensuite aux gens de remplir honnêtement leur déclaration d’impôts ?


                                  • Mr freeze 17 avril 2007 16:29

                                    Oui, vous avez peut-être, ou certainement raison. Mais quel est le rapport avec le contenu de l’article ?


                                  • Krokodilo Krokodilo 17 avril 2007 17:57

                                    Je pourrais dire que l’absence de questions sur les révélations du Canard enchaîné de la aprt des journalistes est une forme de désinformation (disons au moins de manipulation), mais la vérité c’est qu’il y a tellement d’articles sur les élections que j’ai dû me tromper !


                                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 avril 2007 19:05

                                    BONSOIR A L’AUTEUR

                                    Excellent article qui malheureusement ne convaincra que ceux qui le veulent bien et ils sont rares tant la campagne anti Sarko a été montée de longue date et de main de maitre .

                                    Dans le temps c’était l’extrème droite ( gringoire pour ne pas le citer ) qui était maitre en campagne de diffamation et de dénigrement . Ils ont depuis longtemps passé la main.

                                    En aparté je connais votre famille , quel est votre lien avec Eric (1er REC)

                                    Toutes mes amitiés .


                                    • Y. DESGREES 17 avril 2007 19:15

                                      Ce que vous colportez, peut-être sans vous en rendre compte, me donne raison : les bruits courant sur la vente d’appartement de N. Sarkozy ont eu leur lot de réponses contrôlées ; il ne s’agissait que de rumeurs (comme beaucoup d’autres) destinées à lui faire du tort dans l’esprit de beaucoup d’électeurs. On pourrait en citer beaucoup d’autres ! Mon article avait seulement pour but de rectifier le tir concernant les mots « racaille » et Kärcher", en raison de ce que j’ai pu lire sur AgoraVox, et en résumé faire constater au lecteur que, lorsque des opposants manquent d’idées, lorsqu’ils ne veulent pas admettre leur incapacité à étudier les problèmes de fond qui intéressent les Français que nous sommes, ils ne trouvent souvent comme moyen de gagner des électeurs qu’en faisant des procès d’intention ou en faisant courir des rumeurs... Ces attaques indignes sont très éloignées de la manière de Nicolas Sarkozy de faire campagne. Je pense même que, même si cela le touche, pour l’instant il n’en a cure...


                                      • Y. DESGREES 17 avril 2007 19:17

                                        Merci pour votre message... Eric est mon (jeune) cousin germain... Bien amiocalement à vous !


                                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 18 avril 2007 13:55

                                          BONJOUR YVES

                                          Eric et moi étions homologues au 1er REC . Il commandait le trois et moi le deux . Si vous le voyez dites lui bonjour de la part de « l’intègre » .

                                          Toutes mes amitiés et continuons le combat .


                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 avril 2007 14:09

                                          @ CAMBRONNE

                                          Bonjour, Cambronne,

                                          J’ai lu votre dernier commentaire sur mon fil. Je suis affligée de constater qu’un républicain comme vous, pas toujours modéré dans ses propos, mais franc du collier, et qui entretient avec Marsupilami une cyberamitié courtoise, ait pu douter un seul instant de son honnêteté, voire de son existence.

                                          C’est la Tall-West-Contamination.

                                          Existe-t-il un remède ?


                                        • Forest Ent Forest Ent 17 avril 2007 23:37

                                          Allons, allons, Sarkozy savait ce qu’il faisait.

                                          Le figaro, 23/9/2006

                                          http://www.lefigaro.fr/debats/20060923.FIG000000621_sarkozy_le_pari_du_peup le.html

                                          « Il y a un an, à quelques jours près, Nicolas Sarkozy prononçait le mot « racaille » et déchaînait un tollé. Pour la gauche, et pour une partie de la droite, c’était un faux pas, une bourde ; c’est sûr, Sarkozy allait dégringoler. Résultat : le ministre de l’Intérieur a gagné encore en popularité.

                                          Après la sortie du président de l’UMP contre la « démission » de certains magistrats, les mêmes mots sont revenus, souvent dans les mêmes bouches. (...) Le précédent de l’automne dernier aurait dû cependant inciter à la prudence. Le sondage que publie Le Figaro est sans équivoque : l’opinion soutient massivement les thèses du ministre de l’Intérieur. La « bourde » n’en était pas une : il faut y voir le produit d’une stratégie politique - audacieuse, mais mûrement réfléchie. »

                                          Encore un journal gauchiste ?

                                          Le monde, 28/3/7

                                          http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-888736,0.html

                                          « L’ancien ministre de l’intérieur revient sur son travail place Beauvau et en particulier sur son utilisation du terme de racaille. « Le terme ’racaille’ n’était pas un dérapage. » »

                                          Nicolas Sarkozy dans son dernier ouvrage :

                                          http://www.lepoint.fr/content/france/article?id=12788

                                          « En employant le mot « racaille », je n’ai jamais eu le sentiment d’avoir été trop loin. »

                                          Cet article est fort fort peu crédible, comme Sarkozy. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux à la fois. S’il pensait que ces termes avaient été détournés, il n’avait qu’à le dire. Il ne l’a pas fait, au contraire. C’est comme « Sarko l’américain ». A l’époque il en était fier.

                                          Bien désolé pour les permanents de l’UMP qui tentent vaillamment d’éviter le naufrage, mais les électeurs ont de la mémoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès