Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la légalité au terrorisme social...

De la légalité au terrorisme social...

La France peut s’enorgueillir de prévoir dans sa Constitution le libre exercice du droit de grève. S’enorgueillir, car il s’agit là d’une liberté individuelle et collective fondamentales, réunies sous la même bannière de l’opposition ouverte à des idées, des décisions et des enjeux de société.

Mais, en démocratie le droit impose des obligations, même en période de grève. Celles, notamment, de respecter le droit au travail, la libre circulation des personnes et des marchandises, le maintien du droit à l’accès des équipements publics et la préservation de la salubrité publique. Sur ce dernier point, précisément, quand les poubelles restent des semaines joncher les trottoirs, répandues sur la chaussée du fait de sacs entassés, crevés par des chiens et qui dégagent des odeurs nauséabondes, ne serait-il pas nécessaire pour la salubrité publique de recourir à leur ramassage par la réquisition de demandeurs d’emploi inscrits sur les listes de Pôle Emploi de la commune, dans le cadre d’un contrat spécifique et exceptionnel de « service civique » ? .

L’exercice d’un service minimum dans les transports, les écoles et les hôpitaux, relèvent de cette nécessité d’assurer le service public.

Il ne peut y avoir d’acceptation massive et durable des mouvements sociaux, par la majorité de la population, sans le respect des obligations essentielles relatives au maintien de la vie économique du pays

Nous l’avons constaté dans le conflit sur les retraites. La population a soutenu majoritairement le mouvement d’opposition au gouvernement mais s’est repliée sous la barre des 50% dans les sondages d’opinion pour désapprouver le blocage de l’économie par la grève des raffineries et des dépôts de carburant, paralysant le pays…et les départs en vacances !

Cela aussi est une réalité sociale ! Si toute manifestation de masse traduit positivement la liberté d’expression politique, la légalité doit toutefois l’emporter sur le « terrorisme social » que représente toute forme de violence et de confiscation abusive des libertés privées et publiques, collectives ou/et individuelles.

Des milliers ou des centaines de milliers de personnes en grève ne peuvent pas s’exprimer ni prétendre représenter les millions de français, travailleurs du secteur public et privé ou retraités, qui ne sont pas dans des piquets de grève ou à manifester dans la rue. Cette absence ne signifie pas pour autant que la « majorité silencieuse » accepte tout ce que l’Etat veut lui imposer. Elle se réserve la faculté de s’exprimer à l’occasion d’un vote national pour traduire son mécontentement et ses attentes.

Aujourd’hui, dans un monde économiquement interdépendant où une concurrence acharnée s’exerce à l’échelle de la planète, la lutte sociale reste un moyen d’opposition nationale. Mais, elle ne doit pas avoir pour conséquence d’entraîner le pays dans une rupture commerciale avec ses partenaires internationaux, un marché sur lequel règne une communauté réduite...aux aguets.

La France occupait en 2008 la 37ème place mondiale en PIB/habitant (mesure du pouvoir d’achat). Cette place situe bien l’âpreté de la concurrence internationale entre les pays dont le PIB est l’indicateur de leur activité économique. Cette place est à rapprocher de la 5ème place de la France comme puissance mondiale. Faut-il travailler plus pour gagner moins ? Peut-être…

Raymond Barre, Premier ministre, déclarait en août 1976 que « La France vit au-dessus de ses moyens ». Des propos repris 30 ans après par Thierry Breton, ministre de l’économie et des finances, en juin 2005, précisant que la France s’offrait son modèle social à crédit. Une situation que ratifie François Fillon en 2008, déclarant que « la France est en état de faillite », et précise « les caisses sont vides depuis 33 ans », soit 1975, la date de la déclaration de Raymond Barre !

Ne faudrait-il pas envisager de manifester pour lutter contre la politique menée depuis tant de décennies par des hommes politiques qui prennent tous les risques pour conduire la France en état…d’ivresse du pouvoir ?

Gérard Bellec


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • D€FR€ defre 20 novembre 2010 11:10

    ne serait-il pas nécessaire pour la salubrité publique de recourir à leur ramassage par la réquisition de demandeurs d’emploi inscrits sur les listes de Pôle Emploi de la commune, dans le cadre d’un contrat spécifique et exceptionnel de « service civique » ? 



    En Angleterre, ils ont annoncé leur intention de faire travailler les chômeurs ! 
    Ce qu’il est intéressant de relever est le montant hebdomadaire alloué au chômeur Anglais... aux environs de 70€, qu’importe le statut initial. smiley

    En France, on aurait les chômeurs dans les rues ... en train de gréver ! (lol)
    Mais j’adhère complètement à l’idée de créer des emplois temporaires durant les grèves, transformant ainsi cette tradition Française lourde et répétitive en opportunité d’emplois pour les uns et continuité de service pour les autres.
    Un fait que j’ai trouvé écoeurant fut la prise d’otage durant l’éruption du volcan Eyjafjallajökull
    ... un minimum de bon sens aurait été d’avoir un geste solidaire et de lever les grèves momentanément. 

    La grève est rentré dans les moeurs et ne se pratique pas les week-ends ou les jours fériés. Comment voulez vous être pris au sérieux ?...

    Quant à la France 5ème puissance mondiale... 
    LOL
    O
    L




    • colza 20 novembre 2010 12:16

      Bien sûr, des grèves qui ne gêneraient personne, qui ne sentiraient rien, qui n’empêcheraient personne d’aller bosser, l’extase quoi.... mais pour qui ?


      • Ariane Walter Ariane Walter 20 novembre 2010 14:37

        @ L’auteur
        « Le terrorisme social » !!!!!

        Heureusement que ce terrorisme ne tue pas plus que le ridicule . !


        • chlegoff 20 novembre 2010 19:43

          Moi je suis assez d’accord avec l’auteur, on devrait supprimer le droit de grève, le droit à une retraite décente, le droit à la sécurité sociale. Je dirais même plus on devrait donner la légion d’honneur aux exilés fiscaux, on devrait encenser les patrons qui investisent dans le tiers monde les bénéfices engrangés en France.


          Vive la servitude moderne. Vive l’auteur !

          Ah bon, oh excusez-moi, on me dit dans l’oreille que c’est ce qui est déja en train de se faire. Ouf...

          Plus sérieusement l’auteur, la France souffre d’avoir perdu sa souveraineté au profit de quelques uns.

          • paoum 20 novembre 2010 20:19

            hi !hi !hi !
            la grève oui, mais n’entravons pas le commerce, hi !hi !hi !

            " la légalité doit toutefois l’emporter sur le « terrorisme social » que représente toute forme de violence et de confiscation abusive des libertés privées et publiques, collectives ou/et individuelles."

            tout à fait d’accord, parlons de la privatisation imminente du système de retraites , du réferendum sur le dernier traité européen , parlons de la création monétaire , de vidange des caisses de l’état (notre fric !) par ceux qui n’en ont plus besoin depuis longtemps et qui nous laisseront quand même tous sur la paille !...
            tout cela n’est-il pas une violente confiscation des libertés privées et publiques basiques : celles du droit à avoir une vie décente , à quelques années en bonne santé après une vie de boulot...surtout dans ce riche pays qu’est la france ?

            le mec qui ne peut pas faire grève et subit des désagréments , certes , pendant une période ( bien moindres que de perdre des jours de paye) , ne peut-il pas en profiter pour réfléchir , écouter les grévistes , se poser la question de ce que veut dire la souveraineté du peuple , sa propre souveraineté , sa propre impuissance... ?
            bref , se rapprocher un peu de ce qu’on appelle un citoyen ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès