Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la lettre de G. Môquet aux Roms, errance d’un démagogue

De la lettre de G. Môquet aux Roms, errance d’un démagogue

Les périodes préélectorales sont propices aux dérapages multiples et aux annonces inconsidérées. Celles récemment formulées par le chef de l’Etat à Grenoble, renforcées par son ministre de l’intérieur nous placent visiblement dans cette situation, l’objectif étant de capter une population supposée sensible aux discours musclés. Le problème réside dans les contradictions flagrantes entre les propositions formulées (qu’elles concernent les Roms ou les Français ayant récemment acquis la nationalité) et certains des principes fondamentaux sur lesquels reposent notre démocratie. Le décalage n’en apparait que plus évident avec les discours tenus en hommage aux valeurs de la Résistance lors du début du quinquennat. Les risques liés à ces dérives démagogiques sont foncièrement pernicieuses pour la démocratie.

Immédiatement après sa prise de fonction en mai 2007, N. Sarkozy souhaita marquer d’un geste fort le lien avec les idéaux de la Résistance : la lettre de G. Môquet devrait dorénavant être lue à tous les lycéens et un pèlerinage annuel au mémorial des Glières rappellerait ce « maquis oublié ». Certes, ces gestes n’avaient pas la portée du discours du 16 juillet 1995 de J. Chirac reconnaissant la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des populations juives mais ils semblaient témoigner de la volonté de s’inscrire dans la continuité historique des combats pour la liberté, la démocratie et la fraternité entre les peuples. S’il est nécessaire d’utiliser les symboles dans le sens où ils permettent de réactiver les repères correspondant aux valeurs de base sur lesquelles est bâti le consensus républicain, de même que ceux renforçant les liens constitutifs de la Nation (à ne pas confondre avec une hypothétique identité française, conçue dans une logique d’exclusion et non d’inclusion), leur utilisation maladroite peut se révéler contre-productive. Il en fut ainsi de la lettre de G. Môquet. L’approche du chef de l’Etat insistait par trop sur les aspects sentimentaux sans permettre d’appréhender le contexte général dans lequel ce témoignage bouleversant avait pu s’inscrire. Il ne suffit pas de dire comme N. Sarkozy : « Il faut que les enfants mesurent l’horreur de la guerre et à quelles extrémités barbares elle peut conduire », encore s’agit-il de rendre intelligible aux jeunes générations ce qui permit à ces aberrations de devenir réalité. Ce reproche vaut aujourd’hui, de manière plus générale pour la manière d’enseigner l’histoire dans les nouveaux programmes du secondaire : des évènements emblématiques montés en épingle mais qui ne sont plus mis en relation avec des évolutions plus profondes. Les enjeux historiques et les relations de causalité tendent par conséquent à disparaître au profit d’une histoire affective, davantage marquée par l’émotion que par la réflexion. Néanmoins, il avait été possible de croire que N. Sarkozy se sentait personnellement redevable à l’égard des combattants de la liberté.
 
 Dès lors, comment placer les annonces du même N. Sarkozy faites à Grenoble le 30 juillet dernier ? Pour rappel, fut abordé l’élargissement des conditions de déchéance de la nationalité (en contradiction avec les règles internationales qui cherchent à réduire au maximum les situations susceptibles de conduire à l’apatridie), fut montrée du doigt de manière globale la communauté des gens du voyage du fait des agissements délictueux de quelques-uns de ses membres[1] (en contradiction avec le principe de présomption d’innocence comme avec celui d’individualisation des responsabilités), fut annoncé le démantèlement de camps de Roms et le rapatriement des familles concernées vers la Roumanie ou la Bulgarie (en contradiction avec le principe de libre circulation des citoyens de l’Union européenne), fut enfin utilisée la notion paradoxale de « Français d’origine étrangère » (en contradiction avec l’article premier de la Constitution qui stipule que doit être assurée : « L’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion »). Dans la foulée, certains responsables de l’UMP se livrèrent à diverses surenchères. En tout premier lieu, F. Lefebvre, porte-parole de l’UMP, qui le 5 août suivant sur Europe 1, établit un lien comme « chacun le sait » entre immigration et délinquance. Ce qui revient à considérer que certaines populations sont criminogènes par essence… Etrange paradoxe de la part d’un chantre de la droite libérale, toujours soucieux d’en appeler à la responsabilité individuelle. Ces annonces s’inscrivent, chacune à leur manière, en violation flagrante des fondements républicains tels qu’ils furent revivifiés par la Résistance, celle-là même à laquelle N. Sarkozy en tant que chef de l’Etat prétendait rendre hommage par la lecture obligatoire de la lettre de G. Môquet. Le fait de déroger de manière aussi délibérée aux principes que le Président de la République du fait de sa fonction devrait être le premier à garantir, est troublant. L’article 5 de la même Constitution indique en effet qu’il « doit veiller au respect de la Constitution ». Ceci a conduit dans ce texte à le présenter comme chef de l’Etat et non plus comme Président de la République. Une telle fonction doit engager son locataire au-delà des clivages partisans et au-delà des calculs de court terme.
 
 Les dérapages xénophobes instrumentalisant les peurs sécuritaires sont coutumiers sur la partie droite de l’échiquier politique français. J. Chirac s’y laissa aller à plusieurs reprises, ainsi « des bruits et des odeurs » évoqués lors de son discours d’Orléans du 19 juin 1991. Si ceci doit être dénoncé car ayant contribué à dresser une partie de la population contre l’autre, il faut toutefois apporter une nuance, J. Chirac, ne se livra jamais à de tels dérapages lorsqu’il occupait la fonction de Président de la République. Il s’inspira par la suite, à sa manière, de la maxime de l’ancien maire de Lyon, M. Noir qui indiquait en 1995 « qu’il vaut mieux perdre les élections que perdre son âme ». Les promoteurs de la démagogie par contre ne s’embarrassent pas de tels principes éthiques, à titre d’exemple, dans un autre contexte, B. Mussolini écrivait dans le Popolo d’Italia du 23 mars 1919 : « Nous nous permettons le luxe d’être aristocrates et démocrates, conservateurs et révolutionnaires, légalistes et illégalistes, suivant les circonstances de temps, de lieu et de milieu ». Il s’agissait ici de flatter successivement les uns puis les autres, en s’affranchissant de tous les garde-fous mis en place par la démocratie, dans l’unique but de conquérir le pouvoir. Si la démocratie française est plus solide que la monarchie constitutionnelle italienne de l’époque, elle ne peut être considérée comme à l’abri de dérives régressives.
 
En conclusion, la démagogie (une pincée d’ouverture à gauche, une larme à l’œil pour les héros de la Résistance, puis une grosse cuillérée de xénophobie « bien de chez nous ») ne fait pas une politique. L’actuel chef de l’Etat sera jugé non sur des annonces confuses ou des promesses à l’emporte-pièce le plus souvent inapplicables mais d’abord sur les résultats de sa propre politique. Ses erreurs sur le plan économique ne pourront être imputées aux 35 heures et celles sur le plan sécuritaire aux limites de la lointaine police de proximité. La confusion qui s’instaure entre un chef de l’Etat, en théorie garant de l’intérêt supérieur de la nation et un candidat à sa propre réélection prêt à toutes les surenchères destinées à satisfaire les prétendues attentes de la population, est en conséquence hautement périlleuse pour le consensus républicain. À osciller entre les hommages faciles à la Résistance et des décisions aux relents vichystes, le chef de l’Etat fait prendre un risque majeur à la nation. Il serait temps qu’il prenne conscience de la nature de la fonction qui est actuellement la sienne.


[1] On notera avec intérêt que le chef de l’Etat s’est bien gardé de rappeler à leurs devoirs, du fait de la loi du 5 juillet 2000, les communes de plus de 5000 habitants n’ayant pas encore mis en place d’aire d’accueil des gens du voyage. La même omission de sa part s’observe curieusement avec la loi SRU du 13 décembre 2000 concernant plus spécifiquement le logement social…

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Echo Echo 28 août 2010 06:46

    J’ai peur d’avoir compris.

    Je suis né en 1954 et j’ai toujours été passionné d’Histoire.

    Malgré des années de lectures approfondies sur le sujet, je n’étais pas parvenu à vraiment saisir comment la France avait pu, après la défaite initiale de la seconde guerre mondiale, sombrer dans la collaboration et son cortège d’atrocités.

    Et bien, il m’aura suffi de quelques semaines bien branchées sur l’actualité pour enfin entrevoir le mécanisme à l’œuvre : "la France lorsqu’elle est dépitée et désemparée se défoule toujours sur les plus faibles". L’échec de la politique menée par M. Sarkozy a créé une déception si forte qu’elle peut se comparer au coup de massue de la débâcle de 1940.

    Mêmes causes, mêmes effets et surtout mêmes lâchetés.


    • François51 François51 28 août 2010 17:45

      vous avez tout dit pour résumer l’ambiance pourrie qui règne en ce moment dans ce pays.
      les « cocus » du 6 Mai 2007 préfèrent se déchaîner sur les roms ou autres délinquants des cités, même si il faut être ferme concernant l’insécurité. mais pour lutter contre la délinquance il faut aussi être juste. le sentiment d’injustice ne fera qu’acroître haine, rancoeur envers l’autorité de l’état.
      personne, n’a retenue la leçon des émeutes de banlieue de l’automne 2005. il suffira d’une étincelle, d’une bavure,ou autre fait divers, et ça pêtera vraiment fort. et quand on a rien a perdre. .........
      +1 ! Echo ..


    • leypanou 28 août 2010 10:35

      « Il serait temps qu’il prenne conscience de la nature de la fonction qui est actuellement la sienne. » : excellent article au demeurant mais mauvaise conclusion. Vous attendez qu’il prenne conscience de la nature de la fonction ? Il fallait plutôt dire qu’il serait temps que les Français prennent conscience du danger que la majorité représente et la chassent dès que l’occasion se présente, tout en éliminant les pseudo-alternatives, genre pour commencer DSK, etc, etc, la liste est longue à gauche et à droite. De toute façon, l’identité nationale, le patriotisme et autres balivernes sont pour les simples d’esprit, la clique au pouvoir sait toujours défendre leurs vrais intérêts de classe.


      • etiennegabriel 29 août 2010 19:41

        Comme on dit à la Croix Rousse, Belzebuth en personne ne serait « pas si pire », que le descendant d’aristocrates Autro-Hongrois dont les aïeux combattirent la France.
        L’atavisme peut aider à comprendre l’acharnement antirépublicain haineux, il ne le justifie pas.
        N’importe qui, fut-ce Marine, serait moins dommageable, pour la France


      • Chris du Fier Chris du Fier 28 août 2010 21:05

        C’ est tellement facile de venir 70 ans après en distribuant des bons points aux uns et des mauvais points aux autres, et en plus faire un parallèle entre la barbarie nazi à l’ encontre des Français d’ origine juive de l’ époque, aidée en cela par le PC avant Juin 41 et ensuite parles socialistes reconvertis à la sauce mussoliniene et hitlérienne et le renvoie chez eux , c’est à dire dans leurs pays, une partie infime d’ une population allogène entrées illégalement dans notre pays.

        Monsieur Desponds devrait revoir ses classiques et nous décrire dans le détail les rafles et les déportations de nos concitoyens juifs de l’ époque et les retours dans leur pays aujourd’hui des nouveaux romanichels de l’ Europe Centrale.

        Il serait plus crédible. Et surtout ne pas venir nous servir du Guy Mocquet et de la résistance du plateau des Glières dont apparemment il s’ en fiche, tout comme Sarko, comme de sa première chemise.



        • etiennegabriel 29 août 2010 19:28

          Merci Monsieur Desponds pour cet excellent article. Rien à ajouter. Ni à retrancher.


          • Pie 3,14 29 août 2010 19:47

            Un très bon article, les démagogues se font souvent élire mais ne font jamais de bons gouvernants.


            • morice morice 30 août 2010 10:05

              le problème, c’est qu’il n’a jamais su habiter sa fonction : allez le voir sourire nerveusement à l’enterrement récent des deux soldats, vous comprendrez ce que je veux dire. En grand démagogue, ce jour-là, il appelé les deux défunts par leur prénom, en faisant ainsi des civils : dans l’assistance, il y a avait de quoi jeter son Famas par terre ou rendre son uniforme. 


              Je l’avais écrit le PREMIER JOUR de sa prise de fonction.



              Pour ce qui est du jour de l’investiture, il y a plein de détails qui ne collaient pas : la robe de la dame, en priorité, plus déguisée en candidate au bal des débutantes qu’en femme de président. Le manque de retenue de toute la petite famille, le pauvre Louis y compris, un manque de savoir-vivre excusable pour cet âge, et qu’ont relevé immédiatement les journalistes à l’affût du sensationnel, comme peut l’être un David Pujadas. Pour lui, c’était à la Kennedy (« Il y a quelque chose de Kennedy dans cette image, me souffle dans l’oreillette Etienne Leinhardt » dit alors en direct Pujadas). Une étrange atmosphère, avec cette famille recomposée au grand complet venue célébrer autre chose semble-t-il que la prise de pouvoir d’un homme politique. Un manque de retenue qui atteint son paroxysme quelques minutes plus tard, dans la salle des fêtes de l’Elysée. Une salle devenue en quelques minutes à peine salle de mariage communale ou paroissiale, comme le relève le même ineffable Pujadas au micro de France2 (« tout cela est extrêmement détendu, on dirait presque une cérémonie de mariage »). Nous avons assisté ce jour-là à la mise en scène de ce que Guy Debord appelait la « Société du spectacle » Pas moins. On aurait mis au plafond de la salle des fêtes de l’Elysée une boule à facettes, et diffusé un air disco, l’illusion aurait été totale. La famille du président, ce jour-là, a furieusement rappelé celle du rocher de Monaco avec des filles blondes et des garçons au look de surfers corses. Bernés donc par un chef d’Etat venu célébrer un second mariage, ou des retrouvailles avec une « ex », davantage qu’effectuer une prise de fonction véritable, qui exige davantage de retenue. Le baiser sur la bouche échangé devant les caméras, ce jour-là, prenait un air d’indécence marqué, et de scène à couper au montage, car ne cadrant pas du tout avec le sujet (plutôt sérieux) du film. Hélas, c’était du direct. D’ailleurs il y avait Pujadas, le nouveau Léon Zitrone national.

              Bref, un grand cirque médiatique qui a commencé le jour du retour en pirogue de Cécilia Sarkozy devant les caméras, et qui se termine aujourd’hui avec l’annonce de sa rupture avec son époux. Mais au final, n’est-ce-pas ce qu’il NOUS avait annoncé, cette fameuse rupture ?

              Y a des jeudi comme ça, où on se lève avec une tête de cocu. C’en est un semble-t-il. Pour les français, s’entend bien.

              PS : tout ceci ne serait pas trop grave si l’homme concerné n’avait pas déjà montré une certaine propension au pathos, comme l’a clairement montré la scène de la lecture de la lettre de Guy Môquet, censée faire pleurer tous les lycéens sur décision présidentielle. Le matin, notre homme visite les abris anti-nucléaires, l’après-midi il reçoit les codes d’accès aux missiles balistiques, le soir même il pleure en entendant la lecture d’une lettre de condamné. Ou notre homme est bon comédien, ou sa fragilité émotionnelle est patente : chez le Dr Folamour, les symtômes étaient les mêmes. Les journalistes qui ont vécu la période Attias (ou la période Fulda qui a suivi) savent que notre homme a bien du mal à cacher ses émotions. A espérer maintenant qu’un départ conjugal n’exercera aucune influence sur la politique française. A voir un président qui se promène au Conseil des ministres avec un mot doux au-dessus de sa pile de décrets, j’en doute fortement. Aujourd’hui où l’on parle divorce, plus personne ne peut plus croire à la version énoncée par une vieille amie de Nicolas Sarkozy, envoyée en renfort de pompier médiatique. C’était bien un homme qui était visé par ce mot doux, et cet homme c’est bel et bien le porteur de la feuille sur la photo. Reste à savoir maintenant quelle est la future première dame de France, à savoir l’auteur véritable de ce billet, qui n’a pas dû franchement plaire à l’actuelle.




              • SALOMON2345 30 août 2010 10:50

                à Morice....

                ...vous avez sans doute oublié - lors de tout cette mise en scène bling bling - que le dimanche du second tour de l’élection où Cécilia s’abstint d’aller voter pour son cher mari (leur séparation étant certainement déjà dans les tuyaux) n’empêchât pas à l’Elysée, le cirque arlequinesque que le Narcisse nous fit devant les caméras en essuyant une hypothétique (fausse) larme (vu la situation du couple), s’échappant des yeux humidifiés par « l’immense bonheur ressenti et partagé », lors de cette cérémonie, par la « future » infidèle !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès