Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la nécessité d’une internationalisation de la démondialisation à (...)

De la nécessité d’une internationalisation de la démondialisation à une anti-globalisation libérale mondialisée

Comme disait Proudhon, “la politique... c'est la science de la Liberté”, alors accordons aux mots et aux actions à venir la place qui leur revient, sous peine d'être que des “feux de paille” !

Le nouveau concept de “démondialisation”, apparu récemment sur le terrain politique, et décrié aussitôt par les “archaïques et autres incrédules” d'un système pourtant aux abois, mais qui inquiète aussi d'autres, pourtant “alter-mondialistes” !, le considérant un peu trop vite comme, à la fois “superficiel, voire même simpliste” !

Pourquoi ne pas prendre la peine d'y réfléchir un peu ?

Et si comme le proclamait il y a de cela une quinzaine d'années, Bernard Cassen, du mouvement ATTAC, “il faut démondialiser...pour mieux internationaliser” ? Ne serait-ce pas une possible voie à suivre, en pensant aussi à ce que nous a enseignait Paulo Freire dans son concept de “conscientisation” ?

Car l'éducation pratique des sociétés civile, grâce à une perception vécue tragiquement par les peuples, de la crise mondialisé du Capitalisme, qui n'est ni stable ni durable, conduit et conduira de fait les peuples, d'une “éducation-domination”, à une “éducation-libération” de transformation sociale. Là est la voie internationale, anti-globalisation Libérale à suivre, inéluctable, qui se produira, quoique nous fassions ou ne fassions pas !

Autant se déterminer au bon moment et emprunter le chemin qui doit nous conduire tous si comme le pensait Jaurès, les acteurs politiques et les peuples d'aujourd'hui et de demain, considèrent la planète comme une “Patrie Humaine” ! Les enjeux colossaux à dépasser, peuvent, avec la force de la volonté et cette nécessité qui doit bien finir par faire loi, apparaître comme étant la seule et unique issue au Libéralisme.

OUI à une démondialisation-anti-globalisation Libérale, avec le concours du mouvement “altermondialiste” et des mouvements sociaux de chaque Nation, pour une internationalisation de la mondialisation sociale et fraternelle, hors des concurrences spéculatives destructrices, mais pour des coopérations dans la paix, de réciprocité économique, avantageuse à tous, dans un esprit solidaire de sauvegarde fraternel des peuples et des Nations, sous l'égide de l'ONU et d'une dernière “déclaration universelle” à écrire !

La France grâce à son Histoire, ne peut rester absente de cette lutte internationale, où s'inscrive ces fondamentaux républicains de résistance révolutionnaires, à un niveau jamais égalé. A nous tous républicains, citoyens-soldats de relever le défi.

“De l'audace, encore de l'audace....toujours de l'audace !”

A tous bonnes luttes à venir.

E cusi sia.
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • JL JL 26 septembre 2011 11:13

    Internationaliser la démondialisation ? N’est-ce pas quelque part, un oxymore ?

    Les institutions internationales telles que l’OMC, le FMI et l’UE sont, pour faire court, des bastions des Chicagos-boys. Si vis-à-vis des deux premiers, les États sont encore relativement souverains, il n’est est pas de même vis-à-vis de l’UE.

    Or, dans un monde régi par l’OMC et le FMI, pour ne citer que ces deux institutions néolibérales, de fait bras armés des multinationales et de la finance anglo-saxonne : sans l’UE point de salut ! C’est la quadrature du cercle !


    • Théodore Six Théodore Six 26 septembre 2011 14:57

      Il ne s’agit nullement d’un oxymore, au contraire, il est question ici d’une accentuation des solutions que préconisaient déjà, tous ceux que nous appelions alors dans les années 70, à partir du concept de « la Mondialisation », les « Mondialistes » et autres internationalistes progressistes...des Amis de la Terre aux formations le plus souvent située à l’extrême-gauche, écolos, féministes et autres comités anti... ! L’essentiel est de comprendre que sans renier nos idées et origines qui restent valable, nous ne voulons pas et nous ne devons pas surtout, laisser la place à ceux qui échouent lamentablement dans la défense de l’intérêt général, avec leur « globalisation » et autre « mondialisation usurpée et inopérante » ! Le salut viendra comme vous dites hors des structures qui ont conduit ce Monde dans un immense gâchis destructeur. A nous les peuples souverain de changer la donne.


    • Théodore Six Théodore Six 26 septembre 2011 15:03

      D’accord avec vous sur ces organismes inopérants et utiles seulement à quelques escrocs internationaux, car le résultat de la Spéculation est bien là ! Donc à dégager ! Ensuite à dégager le terme qui induit la pratique qui fait défaut : « le Capitalisme » ! Oui à un début de systèmes coopératifs même en milieu « extrême », c’est-à-dire...« le loup dans la bergerie »,....LIP c’était intéressant et très bien comme pratique auto-gestionnaire....Mais cela a tenu deux à trois ans malheureusement. Mais il y a un début à tout, juqu’au mouvement d’ensemble qui seul fera basculer la situation !


    • eric 28 septembre 2011 07:29

      Quel jargon ! Une démondialisation anti globalisation libérale pour internationaliser de façon universelle ?
      Décryptons : une boîte qui est mondialisée, c’est une boîte qui a des filiales ou des représentations dans différents pays. A la imite, elle est partout. Une boite universelle, c’est une boite qui ferait tout partout. Il peut y avoir plusieurs compagnie mondialisées, il ne peut y avoir qu’une compagnie universelle. Une boite mondialisé peut rester nationale. Même si son actionnariat est international, à la fin le siège social, etc... elle est potentiellement sous le contrôle d’un ou plusieurs État. Une boite internationale s’affranchirait du contrôle des état s nationaux.

      Donc, il faut un pouvoir central universel, fort et coercitif.

      En effet, une fois éliminés les enrichissements sans cause, les gaspillages, les « spoliations des travailleurs par les riches » on va quoi ? Doubler les richesses distribuables disponibles ? Pour réaliser la « justice » et compte tenu des limite des ressources naturelles, il va falloir diviser par quoi 4 fois 6 fois ? le niveau de vie des gens des pays riches, pour permettre à ceux des pays pauvres d’arriver au même niveau. Cette ambition est évidemment extrêmement louable, mais compte tenu de la nature humaine et des état dans lesquels se mettent les fonctionnaires grecs par exemple quand on leur diminue leurs bonus, cela nécessitera un certain volontarisme.

      Sans compter que la productivité des principaux producteurs de richesse si on divise leur salaire par 6 ne restera pas nécessairement au même niveau.

      L’agriculteur qui se tue à la tâche pour joindre les deux bouts, il y a gros à parier qu’il va abattre ses bêtes, réduire ses plantations et cacher ses récoltes. Bon, techniquement, on connait déjà la solution, des milices urbaines iront dans les campagnes effectuer des réquisitions révolutionnaires etc....

      On se demande pourquoi il est nécessaire de mettre d’autres mots sur des réalités déjà bien connue et éprouvées par l’expérience historique.

      Vous avez parfaitement le droit de vouloir reprendre les choses là ou elles ont été laissé en 1917, mais il me paraitrait plus honnête intellectuellement d’appeler les choses par leur nom.


      • Théodore Six Théodore Six 28 septembre 2011 08:31

        Merci pour votre commentaire et opinion affirmé ici.
        Quel jargon ! Et révolutionnaire de plus... vous avez entièrement raison et je partage même vos inquiétudes sur la nature humaine, principalement sous pression éducative libérale, consumériste, depuis des décennies, mais pas seulement, puisque dans le camp appelait progressiste, un travail idéologique très important reste à faire, sur « le bilan globalement positif », de la « faute à Lénine », ou comme vous vous en inquiétez aussi, à juste titre, sur l’échec du Socialisme en 17, et la « révolution des soviets trahis par les Bolchéviks » (Rudolf Rocker). Sans cela point de salut, et, depuis..... le Libéralisme « triomphant » est toujours au pouvoir, en 2011, sans que se dessine une alternative crédible ! Voilà pour le constat politique bref de 17 ! A ceux du PC et autres Trotskistes d’agir et vite !
        Ceci étant dit, le concept de démondialisation libérale est bien entendu à internationaliser pour sa réussite pleine et entière. Les peuples et Nations auront à cœur de partager cette nouvelle donne, faite des solidarités réciproques dans une nouvelle économie « planifié », sans autoritarisme, mais découlant des lois naturelles humaines. Peut-on enfin concevoir un développement mondialisé ou l’homme serait placé au centre décisionnel de véritable changements ? Et je vous rejoints sur la nature humaine, car là, la force de volonté est à rapprocher de nos citoyens-soldats de la République qu’ont étaient et demeure dans l’esprit des français, nos chers et valeureux résistants de 40-44. L’exemple donné doit nous servir pour cet « homme exemplaire » qui doit renaître par millions !

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès