Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la supériorité occidentale : la liberté d’expression à (...)

De la supériorité occidentale : la liberté d’expression à l’épreuve de la mondialisation

De nombreux journalistes endossent aujourd’hui ce que l’on peut tenir pour une armure de croisés : la défense absolue de la liberté d’expression. Même parmi les journalistes que je respecte, beaucoup tombent dans ce qui me semble être l’un des premiers pièges de la mondialisation : la croyance que toutes nos valeurs sont absolues. Piège auquel il faut rajouter l’incapacité de nombreux journalistes à se projeter dans la position des individus qu’ils « combattent » : position d’idéologues, en quelque sorte.

Je crois qu’il convient de s’interroger de la manière la plus intelligente et approfondie sur les évènements qui secouent les relations occidentalo-musulmanes : les caricatures danoises sont, à mon avis, une démonstration patente de la puissance avec laquelle nous vivons la mondialisation.

De nombreux journalistes endossent aujourd’hui ce que l’on peut tenir pour une armure de croisés : la défense absolue de la liberté d’expression. Même des journalistes que je respecte beaucoup tombent dans ce qui me semble être l’un des premiers pièges de la mondialisation : la croyance que toutes nos valeurs sont absolues. Piège auquel il faut rajouter l’incapacité de nombreux journalistes à se projeter dans la position des individus qu’ils "combattent" : position d’idéologues, en quelque sorte.

De la liberté d’expression

Premièrement, la liberté d’expression n’est pas, contrairement à de nombreux autres droits fondamentaux et nécessaires aux sociétés démocratiques, absolue. Un Etat a le droit de la restreindre, si les circonstances l’exigent, à la différence de la torture, par exemple, qui ne saurait jamais être justifiée : ce que viennent de comprendre depuis deux mois les USA, d’ailleurs. La liberté d’expression est là pour protéger de l’arbitraire étatique les citoyens - souvent les journalistes. Pour permettre à l’information d’être impartiale, non pas par le biais d’un quotidien qui serait exceptionnellement objectif, mais plutôt par le cumul des opinions différentes, divergentes, opposées. C’est le reflet d’une croyance forte en la démocratie, qui a abouti à la création de ce 4e pouvoir - qu’il serait toutefois réducteur de restreindre aux seuls journaux.

Toutefois, ce droit d’expression ne saurait être absolu : si la démocratie a pour fondement ce droit, la démocratie se fonde aussi sur des valeurs bien plus éthérées, des valeurs changeant d’un pays à un autre. Parmi ces valeurs, difficiles parfois à définir concrètement, il en est certaines qu’on peut identifier facilement : le rejet du négationnisme, par exemple, est depuis la Deuxième Guerre Mondiale au coeur du processus démocratique occidental, Grande-Bretagne mise à part. Si l’on admet que la démocratie est fille de la peur de l’autoritarisme, elle est aussi fille du résultat de l’autoritarisme : on ne saurait séparer ici les principes de leurs conséquences. Le principe politique en vigueur durant la première moitié du XXe siècle était l’autoritarisme. L’une de ses conséquences la plus horrible fut l’holocauste. En instaurant progressivement en Europe des démocraties, on cherchait à combattre aussi bien les causes que les conséquences de l’autoritarisme. Causes et conséquences peuvent être séparées pour la réflexion, mais lorsqu’on les éloigne trop, on tombe dans l’idéologie pure.

L’interdiction de remettre en question l’holocauste dans les sociétés occidentales se base donc sur une conception de la vérité, que l’on peut assimiler à une croyance. Oui, l’holocauste a des preuves indéniables ; mais à ma connaissance, nous avons des preuves indéniables également de l’homme qui marche sur la Lune, et pourtant personne n’attaque Philippe Lheureux lorsqu’il s’amuse à broder toute une théorie conspirationniste. Deux poids, deux mesures, certes ; mais il est indéniable qu’un doux dingue qui réfute cette réalité est moins dangereux que celui qui s’en prend à la Deuxième Guerre Mondiale. Raison pour laquelle on s’est doté, en Occident, de lois pénalisant le négationnisme. Parce que l’on croit que le négationnisme est dangereux.

Je n’ai donc absolument aucun problème avec cette restriction de la liberté : la fondation d’une société requiert d’utiliser certaines valeurs, certains concepts, voire une philosophie autour de laquelle ses citoyens se doivent d’adhérer. A la remarque qui considère cela comme un "argument hors sujet [car] il n’est pas question dans les dessins danois de stigmatiser une communauté pour ce qu’elle est (ce que font certains caricaturistes arabes, ouvertement antisémites), mais de railler des principes religieux.", je répondrai que le monde arabo-musulman étant particulièrement crispé autour de son identité religieuse, celle-ci fait office de joint cohésif... exactement comme le font certaines valeurs de nos sociétés occidentales. Si tout le monde est unanime à condamner, par exemple, les accointances néo-nazies de Jörg Haider, c’est en raison de l’attachement inaliénable occidental à certaines valeurs. Au Moyen-Orient, l’une des valeurs cohésives est la religion ; qui sommes-nous pour dicter quelles valeurs sont bonnes ou moins bonnes ? Surtout que, lorsqu’on entend certains discours européens développant des raisons de refuser l’entrée de la Turquie en Europe, j’ai peine à croire que l’Europe soit si laïcisée que cela.

Bien évidemment, le problème fondamental en l’affaire reste le déchaînement de violence au Moyen-Orient ; il peut paraître absurde de mourir ou de vouloir tuer au seul motif d’une caricature. Mais il ne faut pas oublier qu’une forme d’extrême droite est au pouvoir en Iran, et que l’intervention étasunienne en Irak a attisé, comme l’aurait fait le largage de plusieurs bombes nucléaires, une haine certaine à l’égard de l’Occident. Cette haine couvait, et était parfois plus dirigée contre des gouvernements de la région ; il est probable que de nombreuses velléités démocratiques aient été étouffées à cause des USA et de la Grande-Bretagne : mais ceci est une autre histoire.

Ne nous leurrons pas, la réactions radicale moyen-orientale est artificielle ; mais ne sous-estimons pas la frustration des individus. Le quotidien danois Jyllands-Posten avait le droit, à mon avis, de publier ces caricatures ; tout comme il avait le droit de présenter des excuses à ceux qu’il avait offensés. On a cependant outrepassé le droit à la liberté d’expression en reprenant ad nauseum ces caricatures, devenant nous-mêmes des caricatures de ce que nous sommes. Il y a une différence entre un principe et son application : pourquoi tant de journalistes semblent avoir oublié cela, je ne saurais me l’expliquer.

Je ne vois pas comment ce comportement peut être perçu comme étant autre chose que de l’arrogance. Etre arrogant vis-à-vis des musulmans, c’est planter des graines que les extrémistes fascistes s’empresseront de faire pousser. Mais personne ne se voit planter ces graines ; cette incapacité à prendre du recul est due, à mon avis, à la croissance accélérée du village global planétaire.

De la relativité culturelle

Le deuxième point est la conséquence de l’éclosion du "village global", expression décrivant notamment l’aspect affectif de la mondialisation. Huntington, auteur peu conséquent, a au moins eu le mérite de correctement pointer cette contradiction de la mondialisation : on croit comprendre les individus à l’autre bout de la planète, parce qu’on les croise dans la rue, on mange leur nourriture, on les observe à la télévision. En réalité, nos valeurs divergent, et la compréhension d’un acte est très différente selon qu’on vit dans une petite ville iranienne ou dans une petite ville polonaise.

Cette fausse impression de "connaître l’autre", alors que les langages et les références ne sont pas toujours compatibles, est encore renforcée par l’inclusion de certaines des valeurs extra-régionales. Phénomène lié au rapetissement des distances, à l’augmentation des relations entre des communautés autrefois éloignées, le nombre de sujets qui ne sont plus politically correct a tendance à s’accroître au fil des années.

La conséquence dans - notamment - cette affaire, c’est l’impossibilité pour l’Occidental-type de comprendre pour quoi se battent aujourd’hui certains musulmans. Ils ne comprennent plus rien au sens du "sacré", incapables de s’immerger dans la peau d’un croyant musulman. Comme si l’empathie était impossible, cette affaire est utilisée en Occident pour laisser libre cours à son islamophobie. Ce qui ne veut pas dire que tous les défenseurs de la liberté d’expression soient islamophobes ; tout comme toutes les personnes choquées par cette caricatures ne sont pas islamo-fascistes. Pourquoi inutilement les blesser ? Pourquoi ne pas voir que persister gratuitement (car rien n’est réellement en jeu ici, n’en déplaise aux idéologues) renvoie l’image d’Européens qui considèrent cette civilisation comme inférieure, et qui nient son droit à l’existence.

Si on ne doit pas transiger avec nos principes fondamentaux, rien ne sert de blesser gratuitement. La liberté d’expression devrait tendre à nous rendre un peu plus ouverts d’esprit, et non accrochés à des principes intangibles.

Conclusion

L’Occident caricature certains des ses propres fondements, à l’image des caricatures continuelles des papes, de Jésus, de l’Eglise. Cela est possible en raison des choix que nous avons faits. Nous avons décidé de ne pas respecter le sacré, soit ; mais nous ne pouvons imposer nos choix au reste du monde.

La nouveauté réside dans l’extraordinaire asymétrie Occident/Moyen-Orient, du jamais vu dans l’histoire. D’autre part, la mondialisation a pour effet qu’un gag lancé à Téhéran fait le chemin en quelques jours jusqu’à Paris, et qu’une caricature danoise parvient en Arabie Saoudite ou en Syrie au bout de trois mois : tout se sait aujourd’hui, et la frontière d’un politically correct s’étend, jusqu’à atteindre de nouveaux sujets à éviter.

Cet effet est provisoire ; plus on brusquera les croyances, plus on se braquera de l’autre côté de la frontière contre nos valeurs. Observant ce qui s’est passé en Occident, j’ai parfois l’impression que ce que nous ont apporté nos libertés, c’est de pouvoir perdre la mémoire ; a-t-on toujours besoin d’être aussi intransigeant ? On ne parle pas de Münich (1938, pas le Spielberg), tout de même !

La démocratie n’a jamais été, et ne sera jamais, un but en soi : ce n’est qu’un moyen, dont les contours sont extraordinairement flexibles, mouvants et adaptables. C’est même l’un de ses principes, que d’être adaptable.

Je crois à la supériorité occidentale de nombreuses valeurs, dont la liberté d’expression. Mais je ne crois pas que le chemin que nous prenons pour le démontrer aux autres cultures soit le bon : il ne l’était pas aux XIXe et XXe, il ne le sera pas au XXIe.


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • (---.---.38.140) 14 février 2006 10:08

    Aujourd’hui on brule des drapeaux et des ambassades, on appelle à tuer pour des caricatures au nom du respect de la religion musulmane. Qui demandait le respect de la religion musulmane, tolérante et pacifiste en Algerie il y a 12 ans quand on assassinait des personnes chez eux en les égorgeant sauvagement comme des barbares ? ou ils etaient les musulmans modérés vivant en Europe ?


    • (---.---.38.140) 14 février 2006 10:22

      Pour finir et je vais reprendre votre propos oui soyons fiers d’etre arrogants si cela peut éviter des massacres sans nom de populations. moi, j’ai Marie et Jesus dans mon coeur mais je considere qu’il y a beaucoup aussi à dire sur l’histoire du christianisme et sur la hierarchie qui est soi disant censé le représenter. Vous n’avez sans doute jamais connu la guerre et ses souffrances pour penser comme cela. En tous cas nous pouvons etre arrogants d’affirmer qu’en Europe Occidentale democratique et laique il n’y a pas de massacres, lapidations, et que les droits de l’homme sont en grande partie appliqués dans leur totalité. on peut toujours s’améliorer avec ce systeme au moins au niveau juridique, social, politique, scientifique et de l’éducation...


    • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 12:37

      Je crains que vous ne mesuriez pas bien tous les enjeux, Psykotik. Les journalistes - qui sont de gauche, à 80 % - éprouvent, a priori, de la sympathie pour les étrangers. Donc, pour les croyances des étrangers.

      Ils n’apprécient pas forcément beaucoup les caricatures du Prophète, mais ils sont obligés de se placer sur le terrain de la défense intransigeante de la liberté d’expression, pour conserver leur liberté, non pas de s’exprimer, non pas de critiquer le prophète, mais leur liberté, à eux, de vomir le christianisme, la chrétienté, son histoire, sa civilisation.

      Si des lois étaient adoptées pour protéger l’Islam, il ne serait plus possible de traîner le pape dans la boue, par exemple, à propos de son gâtisme présumé pour le précédent, de son enfance nazie, ou d’autres choses, pour l’actuel...

      C’est ça, le vrai problème des soi-disant défenseurs de la liberté d’expression... Il n’y a qu’à voir, les sectaires de gauche, traditionnels bouffeurs de curés à la Mélenchon, pédaler dans la choucroute face au problème que leur posent les caricatures...

      Ils n’osent pas être pour, par peur de l’islamophobie, et ils n’osent pas être contre, de peur que ça ne se retourne contre leur anticléricalisme.

      On a le droit de trouver cela rigolo... smiley)


      • Miaou Cascadeur (---.---.253.130) 14 février 2006 12:54

        D’accord à 100%. Ah si les Guignols de l’infos se permettaient seulement le dixième à l’égard de l’islam de ce qu’ils se permettent à l’égard du christianisme...


      • Psykotik (---.---.133.62) 14 février 2006 12:43

        « Qui demandait le respect de la religion musulmane, tolérante et pacifiste en Algerie il y a 12 ans quand on assassinait des personnes chez eux en les égorgeant sauvagement comme des barbares ? ou ils etaient les musulmans modérés vivant en Europe ? »

        Les musulmans modérés - je préfère le terme libéral, si tu permets - les musulmans libéraux ne sont en vogue nul part. Pourquoi ? Parce qu’on ne leur donne que rarement la parole, que ce soit au Maghreb ou au Mashrek pour des raisons évidentes (conservation du pouvoir) ou en Occident (pour des raisons d’audiance, les tueries font plus d’audiance que des discours d’intellectuels, même musulmans).

        « je vais reprendre votre propos oui soyons fiers d’etre arrogants si cela peut éviter des massacres sans nom de populations. »

        En fait, mon propos est plutôt de dire soyons fiers d’être issus des valeurs occidentales, mais ne les imposons pas frontalement au reste du monde. Et que la provocation (car cela est perçu, quelque soient les motifs à l’origine de ce phénomène, comme une provocation) ne fera avancer ni nos valeurs, ni celle des autres.

        « moi, j’ai Marie et Jesus dans mon coeur mais je considere qu’il y a beaucoup aussi à dire sur l’histoire du christianisme et sur la hierarchie qui est soi disant censé le représenter. Vous n’avez sans doute jamais connu la guerre et ses souffrances pour penser comme cela. »

        Je ne comprends vraiment pas ce que tu veux dire... ?

        « En tous cas nous pouvons etre arrogants d’affirmer qu’en Europe Occidentale democratique et laique il n’y a pas de massacres, lapidations, et que les droits de l’homme sont en grande partie appliqués dans leur totalité. on peut toujours s’améliorer avec ce systeme au moins au niveau juridique, social, politique, scientifique et de l’éducation... »

        L’Europe occidentale démocratique n’a pas de problèmes avec les droits de l’homme ? Lire quelques rapports du Conseil de l’Europe te ferait le plus grand bien.

        Cela dit, je ne vois toujours pas le rapport avec ce dont il est question.


        • (---.---.38.140) 14 février 2006 14:14

          Les musulmans liberaux n’ont qu’à faire comme John Lennon , Créér l’événement pour faire parler d’eux... quand les travailleurs font greve, que les gays font la technoparade ça n’a rien de sensationel en soi non plus à ce moment là ! c’est pas crédible ton argument !

          Et quand je dis que j’ai Marie et jésus dans mon coeur cela veut dire que bien que je sois chrétien, je suis bien content d’avoir la liberté de critiquer la hierarchie de l’Eglise si cela me chante... Guy Gilbert est pretre catholique et si tu lis ces livres tu comprendras que c’est bien de pouvoir remettre en palce le vatican et de le placer devant ses responsabilités quelquefois.

          Et quand je parle des droits de l’homme en Europe, je suis nuancé car je dis qu’on peut toujours améliorer le systeme. Ca donne quoi les droits de l’homme dans le monde musulman ? j’ai toujours pas trouvé le rapport


        • Psykotik Psykotik 15 février 2006 12:53
          Les musulmans liberaux n’ont qu’à faire comme John Lennon , Créér l’événement pour faire parler d’eux... quand les travailleurs font greve, que les gays font la technoparade ça n’a rien de sensationel en soi non plus à ce moment là ! c’est pas crédible ton argument !

          Comparer une gay pride, où personne ne risque - sauf accident - sa vie, avec des manifestations réprimées dans le sang au Moyen Orient, c’est je crois du jamais vu.

          Et quand je dis que j’ai Marie et jésus dans mon coeur cela veut dire que bien que je sois chrétien, je suis bien content d’avoir la liberté de critiquer la hierarchie de l’Eglise si cela me chante... Guy Gilbert est pretre catholique et si tu lis ces livres tu comprendras que c’est bien de pouvoir remettre en palce le vatican et de le placer devant ses responsabilités quelquefois.

          Merci de me montrer où est-ce que dans mon texte je récuse la liberté d’expression. Appeler à une responsabilisation dans son usage, démontrer qu’elle n’est pas absolue, ne signifie pas la condamner.

          Et quand je parle des droits de l’homme en Europe, je suis nuancé car je dis qu’on peut toujours améliorer le systeme. Ca donne quoi les droits de l’homme dans le monde musulman ? j’ai toujours pas trouvé le rapport

          Mais de quoi parles-tu ? Quel est le rapport entre un usage disproportionné de la liberté d’expression en Occident et les droits de l’homme au Moyen Orient dans mon texte ? Tu critiques quoi exactement ?


        • (---.---.38.140) 27 février 2006 17:15

          Quand on ne veut pas comprendre...


        • Psykotik Psykotik 14 février 2006 13:01

          « Je crains que vous ne mesuriez pas bien tous les enjeux, Psykotik. Les journalistes - qui sont de gauche, à 80 % - éprouvent, a priori, de la sympathie pour les étrangers. Donc, pour les croyances des étrangers. »

          Je ne suis pas passionné par les théories du complot, désolé. Le journalisme, comme n’importe quelle autre branche professionnelle, défend ses intérêts, soit : mais écrire que les journalistes sont à priori « pour les croyances des étrangers », c’est du grand n’importe quoi. Et pis c’est assez infantile.

          Que « Le Monde », quotidien de gauche, ait tendance à être ouvertement multicultariste (nonobstant les écrits de Finkielkraut et consorts), soit ; mais je crois qu’il existe suffisamment de journalistes qui s’opposent à de telles positions dans le Figaro - pour prendre le meilleur - ou dans le Dauphiné Libéré - pour prendre le pire - pour cesser avec ces procès d’intention.

          Pour le patron de Fox News, 99% des quotidens US sont de gauche ; cette affirmation a autant de valeur et est aussi objective que la tienne.

          « Si des lois étaient adoptées pour protéger l’Islam, il ne serait plus possible de traîner le pape dans la boue, par exemple, à propos de son gâtisme présumé pour le précédent, de son enfance nazie, ou d’autres choses, pour l’actuel... »

          Tu me semble confondre journalisme et reportages sur TF1.


          • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 14:55

            Comme vous vous proclamez Genevois, je pensais d’abord au Temps, à la Tribune, à la TSR, à la RSR, à Saturne, à L’Hebdo...

            Et, pour la France, je pensais à ces journalistes qui font l’opinion et qui s’expriment dans les titres dits de référence qui, tous, portent à gauche, appartenant tous au lobby immigrationniste : Libération, Le Monde, Nouvel Observateur, L’Express, Monde diplomatique...

            Et, en l’occurrence, je parlerais moins de complot que de grégarisme tribal...


          • mush (---.---.68.241) 4 avril 2006 20:13

            lobby immigrationniste ? et vous avez l impression de dire des choses sensées ?


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 14 février 2006 14:01

            Votre article est un excellent exposé de la supériorité de nos valeurs en cela qu’elles reposent sur la tolérance et le débat critique respectueux des personnes et de leur conviction, sans céder à la surenchère insultante et aux amalgames (musulmans = prophète= terroristes) que certains des commentateurs ici et ailleurs se font un plaisir de répandre sans avoir conscience qu’ils font exactement ce qu’ils reprochent aux islamistes intégristes.

            Leurs valeurs réelles par la forme qu’ils donnent à leur défense est plus proche de celles de leurs adversaires que des valeurs libérales et démocratiques qu’ils prétendent incarner : il pratiquent en vérité la solidarité communautariste haineuse des autres sans chercher à établir les conditions d’un dialogue critique avec qui ne croient pas comme eux. Il ne servent certainement pas leur cause affichée, car il le font d’une manière trop arrogante pour être crédible et efficace. Une caricature qui assimile tous les musulmans à un terroriste est une insulte de la grande majorité des musulmans qui pratiquent le tolérance. Pas une critique, une déclaration générale et sans discrimination d’hostilité. Rien d’autre.

            Après cela ils s’étonnent des réactions et de l’instrumentalisation politico-religieuse qui en est faite par toutes les forces anti-démocratiques islamistes et islamophobes.

            Décidement certains ne veulent pas comprendre ce qui fait la supériorité de nos valeurs : leur universalité ; ce qui nous impose non une liberté d’expression absolue qui n’a jamais, ni en droit ni en fait, existé sinon dans leur fantasme, mais une expression rationnelle et argumentée des désaccords.

            Liberté d’expression et islamophobie


            • (---.---.38.140) 14 février 2006 14:30

              Une chose est sure c’est que Mr Reboul n’aurait jamais participer à la révolution française en son temps. je suppose aussi qu’il considère que la grève n’est pas la solution, qu’il faut instaurer les conditions de dialogue avec son patron. bla,bla c’est de la théorie tout çà, la réalité est souvent bien différente.


            • BB (---.---.180.3) 15 février 2006 17:43

              Reboul et les mathématiques !

              Mauvaise équation : musulmans = prophète= terroristes

              Bonne équation : occident=supériorité=Yabonbanania

              Sylvain pardonnes leur il ne savent pas ce qu’ils font !


            • (---.---.38.140) 27 février 2006 17:15

              Quel sophisme !!!


            • Psykotik Psykotik 14 février 2006 14:41

              C’est la première fois que je lis quelque chose d’aussi sensé, merci Sylvain Reboul :) Rien que pour le plaisir :

              « Décidement certains ne veulent pas comprendre ce qui fait la supériorité de nos valeurs : leur universalité ; ce qui nous impose non une liberté d’expression absolue qui n’a jamais, ni en droit ni en fait, existé sinon dans leur fantasme, mais une expression rationnelle et argumentée des désaccords. »

              histoire d’oublier un

              « Une chose est sure c’est que MrReboul n’aurait jamais participer à la révolution française en son temps. »

              refuser d’être utilisé comme un pion ne signifie pas faire preuve de couardise lorsque le jeu en vaut la chandelle. Les combats se livrent lorsqu’il n’existe pas d’autre alternative : à la fin du XIXème, il n’en existait pas d’autre. Peut-être que t’imaginer en sans-culotte exacerbe ton esprit romantique, mais il est déconnecté de la réalité.


              • (---.---.38.140) 14 février 2006 16:19

                Autrement dit il fallait d’abord des gens courageux pour commencer la Révolution française, avant de savoir si Mr Reboul pouvait voir si le jeu en valait la chandelle pour la faire lui aussi. Heureusement que les gens courageux ne se sont pas demandés s’ils n’allaient pas froisser les aristocrates dans leurs opinions pour passer à l’action et du meme coup etre libres.


              • (---.---.175.251) 15 février 2006 21:46

                Attention l’homosexualité est punie de mort dans les pays de la charia !


              • Tristan Mendès France (---.---.93.133) 14 février 2006 14:53

                Je ne comprends pas la relativité culturelle de la liberté d’expression. Ca me rappelle ceux qui à ce titre se refusaient de lutter contre l’excision en Afrique en disant en gros : « mais qui sommes-nous pour juger ? Ce sont leurs spécifités culturelles ». Même chose pour la peine de mort (pour les homo en Iran par exemple...). La liberté d’expression n’est pas un idéalisme me semble-t-il. Mais la gestion pacifique des contradictions d’une société. Enfin, je ne mets pas au même niveau, des appels à la haine et les caricatures. Je dirais même que l’on peut être islamophobe sans être raciste (Comme christianophobe). Ces caricatures relèvent à mes yeux de celà. Et puis si il y a amalgame islam/violence, il est plus le fait de ceux qui tuent des civils au nom de l’islam. Ces caricatures en sont d’ailleurs peut-être l’écho direct.


                • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:52

                  « Ces caricatures en sont d’ailleurs peut-être l’écho direct. »

                  Je ponctue sur votre dernière phrase.

                  Pour moi, il est évident que les caricatures en sont l’écho direct. Elles sont ce que nous nous permettons d’exprimer par rapport à notre référentiel d’européens. Il faut avouer qu’elles sont peut être bien ce que nous ressentons de manière épidermique....mais si nous engageons une réflexion plus subtile, elle disent aussi quelque chose sur nous mme. Pour simplifier je dirai qu’une communication fonctionne dans les deux sens. Elle dit aussi comment il faut voir celui qui communique. De ce point de vue cela donne :« Je suis quelqu’un qui se fout complétement de vos valeurs ». A partir de là, le destinataire peut imaginer tout ce qu’il veut mais certainement pas une message d’accueil.

                  Soudainement cela me fait penser au bras d’honneur que des américains ont mis sur leur site, les jours suivants les attentat à NY. C’est à la limite une déclaration d’hostilité. Mais le Danemark n’est pas de problème international avec le monde arabe, alors quoi ? C’est d’une terrible imprudence de la part de ces journalistes.

                  Par contre, avec nos référentiels c’est pas forcement une insulte.

                  Ensuite, il y a évidemment la récupération politique qui suit. Et là, c’est plus grave....

                  Maintenant soyons sincères avec nous memes européens. Quelle jubilation pouvons nous tirer de ces caricatures, finalement, quelque chose d’épidermique mais pas de bénéfices secondaires, que du contraire. Et si jubilation il y aurait elle serait quand mme un peu suspecte.

                  Mais précisement, le terrorisme de l’islam dévoyé pratique exactement cela....alors franchement, plus je réfléchis à la question plus je pense qu’il faut éviter le piège et les petits blagues de comptoir.


                • (---.---.105.104) 14 février 2006 17:02

                  Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. Les Etats-Unis et l’Europe sont des pays chrétiens (ou de culture judéo-chrétienne)...doit-on condamner le Christianisme à travers les colonisations, la guerre illégitime en Irak etc... ?


                  • momo (---.---.105.104) 14 février 2006 17:12

                    Remerciements à Psychotik pour cet excellent article ainsi qu’à Monsieur Reboul.


                  • (---.---.38.140) 14 février 2006 17:56

                    Bien sur que vous pouvez condamner la guerre en Irak, cette guerre était illégale. Un argument et une preuve pour faire une bonne argumentation. Ou etaient les preuves ?


                  • Psykotik Psykotik 15 février 2006 00:35
                    Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. Les Etats-Unis et l’Europe sont des pays chrétiens (ou de culture judéo-chrétienne)...doit-on condamner le Christianisme à travers les colonisations, la guerre illégitime en Irak etc... ?

                    A qui rétorques-tu cela ? Parce qu’il n’y a aucun amalgame ni dans mon texte, ni dans les réactions qui ont suivies...


                  • (---.---.161.118) 15 février 2006 16:09

                    Désolé Psychotik, je répondais à Tristan


                  • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 17:46

                    Mais on ne condamne pas les musulmans....perso, je m’en fous que les musulmans croupissent dans l’ignorance et la misère comme c’est le cas maintenant. Tout ce que je demande c’est que les musulmans respectent les lois des pays dans lesquels ils vivent. Exemple, qu’ils apprennent qu’en France la loi Française à la primauté sur la loi islamique.....


                    • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:12

                      Je n’aime pas trop jouer au redresseur de tort mais il ne me semble pas moral de se foutre des gens qui croupiraient dans la misère et l’inconfort. Cela ne me semble pas digne. N’auriez vous pas envie de leur tendre la main au nom de votre humanité et de la leur ?


                    • Gil (---.---.93.79) 6 mars 2006 14:51

                      Vous nous dites : « perso, je m’en fous que les musulmans croupissent dans l’ignorance et la misère comme c’est le cas maintenant ».

                      QUE DE MEPRIS dans vos propos Mr Saint Cochon !

                      Quel est le but de pareilles paroles ? Choquer ceux qu’elles visent afin de radicaliser leur réaction naturellement...

                      Alors de 2 choses l’une : Où vous êtes d’une extrême quelconque, ou vous êtes un islmamiste déguisé qui essaie de se faire passer pour « un méchant occidental qui a la haine des musulmans »... En tout cas, c’est nul !

                      c’est la haine qui transpire ici...


                    • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 17:49

                      Evidmment, il ya encore un imbécile qui va me raconter que les musulmans sont riches et que les pays du Golfe sont TRRRRRRRRRRES riches....Avant des sortir cette connerie allez vite consulter un annuaire sur l’économie mondiale....


                      • (---.---.105.122) 14 février 2006 18:56

                        Vous confondez les musulmans d’ici et ailleurs. Ailleurs, ils n’ont pas l’obligation de respecter les valeurs françaises. Avez-vous l’obligation de respecter les leurs en France ?


                      • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 18:11

                        « Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. », écrivez-vous Machin, mais ce que nous reprochons au milliard et d’autres musulmans, c’est de ne rien faire pour éradiquer cette dizaine de tueurs. Il y a donc complicité, d’où une condamnation sans nuance, parce que si eux sont complices des assassins, notre devoir est d’être solidaires des victimes.


                        • Stéphane (---.---.70.13) 14 février 2006 18:21

                          Le grand attrait d’AGORAVOX c’est d’y retrouver une véritable pluralité d’expression.

                          Par rapport à tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent sur la question, je me sens nettement plus en phase avec votre approche qui me paraît plus « coller » à la réalité.

                          Je pense qu’effectivement il est important de souligner les effets induits de la mondialisation dans ce qui apparait aujourd’hui comme un « clash ».Un tel conflit n’aurait pas eu lieu il y a cinquante ans avec la même rapidité. Certes il y eu d’autres conflits au cours de l’histoire mais avec une composante d’inertie beaucoup plus grande.

                          Vous avez également raison de souligner une certaine relativité culturelle.Je parlerais plutôt de mémoire collective spécifique. La mémoire( en tant que résidu du temps)est la substance dont nous sommes faits.Soit au niveau individuel, soit au niveau collectif.Cette mémoire nous conditionne et influence notre point de vue. Dans cette optique, je me sens toujours assez mal à l’aise lorsqu’on me parle de « valeurs universelles ».Ce n’est pas tant le mot « valeur » qui me dérange c’est cette conséquence immédiate de vouloir l’imposer (de force si besoin est) aux autres.D’ou nous viennent ces valeurs ?Elles nous viennent de NOTRE évolution et nous les déclarons automatiquement comme « universelles » comme pour leur conférer une légitimité supérieure et « sacrée ». Cette « supériorité » nous met automatiquement en position de juger. Je m’étonne de cet irrépressible besoin de sacré.

                          Aux Etats Unis la situation est simple:le président Bush termine son discours sur l’état de l’Union par un « may God bless you » et le billet vert affiche clairement« in God we trust ».Par ailleurs le « Thanksgiving » donne une connotation sacrée à un acte fondateur qui a donné lieu à un génocide.( ou ethnocide comme l’on voudra)

                          En Europe, le sacré se conjugue en laïcité et entr’autres liberté d’expression.Moi cela me va très bien.Je pense que cela va bien à une majorité d’Européens.Il est relativement facile( façon de parler...) de déterminer entre nous (Européens) la juste distance entre « moi » et « l’autre ».

                          Mais entretemps la donne a changé.« L’autre » n’est plus le même, il a une autre histoire,une autre mémoire collective et une autre échelle de valeurs.Tout s’embrouille...tout change...et cela fait peur.

                          Je crois qu’il y a un dernier facteur qu’il ne faut pas oublier.La peur.La peur de ces « nouveaux barbares » qui se pressent à nos frontières.La peur de ne plus réellement compter, de voir un Indien lancer une OPA sur notre industrie , de nous habiller de pied en cape « made in China ».Surtout la peur de nous sentir incapables de nous projetter dans un monde que nous ne maitrisons plus.

                          Alors que se passe-t-il ?Un repli sur nous même. Un « sursaut patriotique » en faveur de nos « valeurs fondamentales »... Il est assez symptomatique de constater que les deux Philippe (de Villiers et Vall) tiennent en fin de compte le même language :le premier (à Orange) a promu le vin en « valeur culturelle »( pourquoi pas héritage mondial patronné par l’Unesco ?)et l’autre s’est positionné comme le dernier rempart de la démocratie.

                          Je ne crois pas que cela soit là la meilleure façon de sauvegarder la pérennité de nos vraies valeurs...


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 00:40

                            Bonsoir,

                            Vous avez utilisé un mot que personne n’ose mettre en relief et en perspective de manière trop évidente... Les réactions de toutes parts, depuis le 11 septembre et l’effondrement des Twins Towers, c’est la peur de tous les côtés. Cette peur est justifiée, mais je pense aussi que nous devons la combattre, car si nous l’acceptons nous allons nous priver de l’action libératrice et de penser solutions.Le terrorisme aura alors gagné !


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:07

                            « Je crois qu’il y a un dernier facteur qu’il ne faut pas oublier.La peur.La peur de ces »nouveaux barbares« qui se pressent à nos frontières.La peur de ne plus réellement compter, de voir un Indien lancer une OPA sur notre industrie , de nous habiller de pied en cape »made in China« .Surtout la peur de nous sentir incapables de nous projetter dans un monde que nous ne maitrisons plus. »

                            Bravo, c’est bien cela, je ne pense pas qu’il faille chercher ailleurs. J’ai mme envie d’écrire que c’est exactement ce sur quoi il y a à travailler pour assurer la pérénnité et assurer l’avenir. C’est un défi à relever, c’est ce qui vaut la peine, je crois.


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:20

                            Encore une chose à ajouter à propos de la peur. Parfois elle est prétexte à la recherche de bouc émissaire.


                          • (---.---.105.122) 14 février 2006 18:24

                            Scorpion, comment empêchez-vous les coalisés chrétiens (?) de mettre à feu et à sang un pays pour ses richesses pétrolières en Irak ? Vous êtes donc complices, vous portez la responsabilité des actes de ses assassins ?


                            • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 22:54

                              Les « coalisés » en Irak, c’est pas pire que les arabes dans le moyen orient byzantin, l’Afrique du nord, l’Espagne, le sud de la France, les côtes d’Afrique, une partie de l’Asie ou pas pire que les Ottomans conquérant les restes de l’empire Byzantin, prenant Constantinople dans un bain de sang, conquérant les Balkans à coup de carnages et de pillages et remontant aux portes de Vienne. Autre temps, autre domination...


                            • (---.---.105.12) 15 février 2006 00:39

                              Et le colonisation européenne qui pille et viole les femmes, massacre hommes et enfants, détruit les habitations etc...n’en parlons pas. Si les coalisés en Irak ne font pas pires, que doit-on dire qu’une poignée d’intègristes.


                            • (---.---.38.140) 15 février 2006 09:14

                              ils n’ont pas envahi l’Irak au nom du christianisme, ceci est une affirmation dangeureuse.


                            • (---.---.161.118) 15 février 2006 16:35

                              Tout le monde connait les mensonges de Bush mais il prétexte au terrorisme international des pays du Moyen-Orient pour tenir des discours ultra radicaux du bien contre le mal, des bons chrétiens contre les mauvais musulmans qui menacent.Tous ces massacres qu’ils avaient prévu, des documents attestent de leur volonté d’attaquer un pays du Moyen-Orient depuis les années 70 pour s’accaparer des réserves pétrolières dont ils sont extrêmement dépendants et qui se tarissent aujourd’hui. Ce n’est pas une guerre contre le terrorisme mais une guerre pour le pétrole, tous les musulmans ne se sont pas transformés en un coup de baguette magique en monstre depuis le 11 septembre . Les talibans sont toujours présents en Afghanistan, ils n’ont rien fait à part massacrer la population et construire oléoducs et pipeline... Ces guerres étaient indispensables pour l’hégémonie américaine. Certains s’étonnent que des pays comme l’Espagne et Londres aient été touchés par le terrorisme, mais pourquoi ? Ces pays n’occupaient-ils pas illégalement l’Irak, massacrant populations et détruisant hôpitaux, écoles...Et ensuite, on est surpris de les voir toucher par les attentats ! C’était tout simplement prévisible, tout le monde savait à quoi ils s’exposaient...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès