Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De nouvelles mesures contre la cybercriminalité et la pédopornographie

De nouvelles mesures contre la cybercriminalité et la pédopornographie

Depuis sa banalisation, le cybernétique est devenu le théâtre d’une criminalité grandissante. Véritable vitrine pour certaines organisations peu scrupuleuses, internet apparaît bien souvent comme un monde dichotomique qui échappe aux lois. Le "tout permis" se généralise, le délictuel se multiplie. Ainsi, la pédopornographie se vulgarise, se ramifie et se développe que ce soit par simples échanges de fichiers, forums ou sites aux noms de domaines répertoriés.

Pour répondre à ce phénomène le gouvernement français contre attaque et créé deux structures ou cellules judiciaires (une unité de police compétente et un bataillon réduit de recherches de la gendarmerie nationale basée au fort de Rosny-sous-bois) dont l’objectif prioritaire est de pénaliser les crimes et délits commis sur le net. Formés pour et spécialisés dans le cyber-crime, ils ne peuvent cependant pas répondre à la totalité des infractions. Par un manque d’effectifs dans un premier temps, sa récente création et les peu de moyens mis à disposition, mais enfin et surtout par la démultiplication des délits constatés. Certaines cellules internationales telles qu’Europole et Interpole collaborent et centralisent la plupart des informations ou pistages des délinquants, mais parfois sans succès.

En réaction et sur impulsion du ministère de l’intérieur, le parlement français vote en 2007 un arrêté autorisant les forces de l’ordre compétentes dans ce domaine à sanctionner plus lourdement les auteurs présumés, mais également à inciter, selon les cas, certains d’entre eux à se dévoiler, et parfois peu scrupuleusement, se faisant passer pour des mineurs. Un pousse aux crimes en fait. L’article de loi sera publié prochainement, sa mise en place est donc pour bientôt.

Gare à une américanisation à venir des systèmes justiciers et judiciaires français. Ne sombrons pas dans le machiavélisme jusque boutiste et impérialiste pour arriver à un résultat qui dénaturerait la neutralité officielle des services judiciaires. Les autorités en partenariat avec les fournisseurs d’accès ne devrait-il pas plutôt, le cas échéant, mettre en place un dispositif contrôlé et restreint, interdisant dès la souscription d’un contrat internet l’accès à tel ou tel site ? Bien évidemment, ces crimes et délits ne peuvent être tolérés et se doivent d’être sanctionnés sévèrement. La prévention semble être cependant la démarche la plus appropriée quoique moins conventionnelle et peut être plus humaine. Institutionnaliser l’incitation ne ferait que banaliser un jeu qui n’en est pas un et aggraver les choses.

Pour informations, les services de police contractent déjà plus de 40 fichiers informatiques de renseignements sur le contribuable français. Le groupe Bauer récemment constitué et présidé par le directeur de l’observatoire de la criminalité vient de créer 8 nouveaux fichiers à la demande d’un ministère. Les présidents de le CNIL et de la HALDE, saisis du dossier, s’interrogent et s’inquiètent. Sensibilisé par une mondialisation terrorisée, la France se sécurise et à tout prix.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • tomasi75 17 février 2009 18:18

     Je suis d’accord sur les lois qui sont prises mais il est vrai que plus de sécurité équivaut à moins de liberté 

    la preuve :
    http://voxx.over-blog.com/


    • Yena-Marre Yena-Marre 17 février 2009 20:36

      Les pédophiles et les cyber gangsters ne sont pas la cible , ce qui compte pour sarko c’est surtout de museler les internautes "subversifs".
      Le flicage est une obsession pour ce mec . Je me répète un peu mais les article sur le sujet aussi .


      • Kalki Kalki 17 février 2009 21:02

        Well,

        le flicage d’internet, le blocage de site se fait deja dans certain pays d’europe (et aux usa) pour citer des pays dit démocratique ...

        >Well

        Quel est la reaction par exemple au japon ...

        Creation de peer to peer sécurisé, anonyme maintenant utilisé majoritairement.

        Maintenant si il y a des vrais pédophile il ne peuvent plus rien faire, c’est génial ! Vraiment super...

        Je veux dire que de nos jours il y a déja des équipe qui s’occupent de la cybercriminalité et plus spécialement la pédocrimminalité, il infiltrent assez facilement les reseaux forum ou que sais je, récuperent les informations et peuvent condamner...

        Si la contre réaction invévitable des internautes et de passer a des reseaux anonymes (donc ou la légalité aura encore plus de mal a se faire valoir), pourquoi nous forcer le pas ? (hein monsieur sarkozy et ca clique ... pour faire comme les autres ?)

        ENfin la technologie et les etres humains c’est pas accessible a la compréhension de tout le monde...

        C’est sur que l’envie de controler pour un despote, le dernier des medias encore incontrolable, et d’avoir en plus un nouveau pouvoir sous sa main, ca doit émoustiller ce qui reste encore à émoustiller pour ce genre de maniaque de la sécurité et du controle.

        Au niveau politique ca se rapproche de l’extreme droite, du fascisme, de putinisme...


        • dapeacemaker911 17 février 2009 22:04

          je ne crois plus au pere noel.

          De trop nombreux dossiers ont ete portés a ma connaissance pour, ne serait ce que, croire a la lutte anti pedophile.

          Il y a surement une lutte d apparence qui consiste a stoper les fou, et il y en a.

          Par contre il est clair, et l information devrait (encore une fois) etre connue du grand public, que les pouvoirs judiciaires et politiques semblent couvrir les traffics d enfants, en france et dans le reste du monde.

          On pourrais citer plusieurs affaires :

          L affaire ROCHE
          http://www.google.fr/search?hl=fr&q=affaire+roche+&meta=

          Stan Maillaud
          http://www.google.fr/search?hl=fr&q=stan+maillaud+pedo+&meta=

          Christian BASANO
          http://basacode.blogspot.com/2007/02/v-pour-vrit-monsieur-le-prsident-de-la.html

          On peut aussi faire le parallele avec ce qui se passe ailleur :
          Dr. Corydon Hammond :

          http://www.fmsfonline.org/hammond.html

          contre lequel une plainte aussi ete deposé, par Mr Zachary Bravos (pas pour "secte"...essayez de creuser ca en vaut la peine)
          http://www.lawbravos.com/zachary.htm
          (voir la liste de ses "travaux ")

          je ne sais qui croire.... qui tire benefice ?
          pour qui souffle la tempete ?

           ??

          il y a toujours un "camp" pour lequel je ne parvient pas a trouver l interet de la manipulation... si ququn peut me faire changer d opinion, je suis tout ouie


          • dapeacemaker911 18 février 2009 11:18

            Ehoooooo, voltairebis.... tu ne devrait pas tardé a pointer le bout de ton nez j en suis certain !

            wait & see.


          • pierrot123 17 février 2009 22:42


            Que veut dire, au juste, cet article ?
            N’a-til pour but que d’enfoncer les mêmes portes, déjà largement ouvertes par les services de Me Alliot-Marie ? (Ils ont été jusqu’à inventer le redoutable terme de "Cyber-pédo-pornographie", excusez du peu !)

            Ne voyons-nous pas que la dénonciation (nécessaire) de la pédophilie est montée en épingle à l’extrême, sur tous les tons, jusqu’à l’hystérie presque, comme pour culpabiliser par avance l’Internet, cet incroyable espace de liberté, surtout de liberté Po-li-ti-que...( leur pire cauchemar ! )

            Ne comprenez-vous pas que derrière cette esbrouffe moralisatrice se profile quelque chose.... : le flicage généralisé des internautes, avec établissement de fichiers, certes des pédophiles, mais aussi des "asociaux", des "politiquement dangereux", puis même des simples esprits critiques, un beau jour ?

            Ne vous laissez pas abuser par ces "pères-la-pudeur", et sachez voir, derrière le moraliste prétendu, le redoutable visage du "Commissairre Politique" qui se profile.
            Avec l’ambition ultime, comme en Chine aujourd’hui, de décider des sites qui ont ou non le droit d’exister...

            Combattre la pédophilie sur Internet, OUI !
            Laisser tuer Internet, NON !

            .


            • Guil 18 février 2009 14:00

              La vérité c’est que toutes ces lois sont vaines... regardez ce qui se passe depuis 10 ans : lois sur lois de plus en plus répressives, de plus en plus fliquées, contre la pédopornographie et les téléchargements illégaux. Résultat : la première ne cesse d’exploser, narguant ostensiblement les autorité, et les seconds se portent très bien merci. Ce ne sont pas les quelques internautes arrêtés de-ci, de-là dans de "vastes" opération contre les "réseaux" pédoporno ou contre les "pirates" qui changera quelque chose : pour un arrêté, combien de convertis ?

              Les différentes lois (DAVDSI, LEN, etc...) n’ont servies à rien : une fois promulguées, elles étaient déjà largement obsolètes. 

              Le net est plus fort que les autorités : pour la première fois sans doute dans l’histoire l’état est confronté à un média toujours en avance sur elle. Comme le précise un commentaire ci-dessus, la prochaine étape sont les réseaux anonymes, cryptés et sécurisés comme freenet ou i2p. C’est une histoire sans fin, ou l’état sera toujours perdant, à la traine, ne contrôlant au mieux qe la surface et encore de façon bancale, arrêtant deux trois malchanceux ou maladroits pour la forme mais laissant passer, impuissante, le peloton...

              Ces successions de lois numériques sont comme un superposition de parapluies pour espérer lutter contre un Tsunami : dérisoires. Alors bon on peut toujours s’amuser à les critiquer pour la forme, mais en réalité on pourrait aussi bien les ignorer et les mépriser, tant leurs effets seront de toute façon faiblards et illusoires. 

              L’état et les grands pontes de l’industrie du disque ou du films avaient déjà perdu la guerre numérique avant même qu’elle ne débute. C’est juste que ni l’un ni l’autre ne l’ont encore compris.


              • plancherDesVaches 18 février 2009 14:31

                Hhmm...
                Il faudrait tout de même se méfier. Nous pourrions trés bien devenir le pays le plus contrôlé de l’Europe sur le net.
                En effet, Notre Président n’a pas un mais 2 ressorts qui motivent son action.

                - il est de droite, et dans ce cas, il faut contrôler les informations et, donc, faire peur à d’éventuels activistes qui ne ferait qu’éclairer un peuple contre la manipulation.

                - il est libéral, et dans ce cas, il faut favoriser les bénéfices de sociétés capitalistes.

                Il est d’ailleurs à noter que c’est actuellement la Comission Européenne qui défend le plus les droits de l’Homme et les libertés individuelles.


                • si_près_si_loin 18 février 2009 15:10

                  Je cite l’auteur : "Ainsi, la pédopornographie se vulgarise, se ramifie et se développe que ce soit par simples échanges de fichiers, forums ou sites aux noms de domaines répertoriés."

                   smiley Ah bon ?
                  Je suis informaticien depuis plus de 30 ans, surfe sur le web depuis que les modems 64 K existent, et je ne suis jamais tombé sur un site pedophile au fil de mes sessions. Je dois vraiment avoir de la chance !
                  Si on veut avoir accès a ce genre de données il faut les chercher, et probablement bien les chercher ...

                  Comme l’ont expliqué un certain nombre de commentateurs, tout ceci n’est qu’un pretexte pour verouiller internet, qui est un énorme épine dans le pied des politiques et les empèche (malheureusement pas encore assez) d’embrouiller les idées des citoyens lambdas avec leur matraquage par le biais des medias "conventionnels".

                  Tous ces contrôles ne sont qu’un petit ballon d’essai, avant la mise en place d’un systeme encore plus vaste qui cette fois verouillera totalement le dernier espace de vraie liberté existant encore  smiley


                  • pierrot123 18 février 2009 15:33

                    C’est bien ainsi, que le problème doit être posé... : " ON" cherche en réalité le bon angle pour flinguer Internet et toute la masse des internautes, qui n’ont rien à voir avec quelques pédophiles opportunément agités comme autant de chiffons rouges...


                  • Kalki Kalki 18 février 2009 16:31

                    Un nouvel article interressant

                    http://www.pcinpact.com/actu/news/49176-presomption-culpabilite-responsabilite-hadopi-albanel.htm
                    La loi antipiratage Création et Internet, ou comment un projet va subrepticement mettre en place une présomption absolue de culpabilité, un filtrage protocolaire des réseaux, une surveillance active des usages, tout en malmenant l’économie numérique du logiciel.

                    Des outils obligatoires pour l’abonné, optionnels pour l’Hadopi

                    L’horreur économique se dédouble d’une aberration juridique car la liste est aussi optionnelle («  la Haute Autorité peut établir la liste  »). Ce qui signifie que si l’Hadopi ne parvient pas à dresser une liste satisfaisante, les internautes seront dans l’impossibilité de renverser leur présomption de culpabilité. Sur ce point, l’Hadopi est véritable étau, et entre les mâchoires, l’abonné est pris au piège.

                    On croit rever.

                    L’interropérabilité en question
                    Le filtrage protocolaire, l’invité-surprise du projet Hadopi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès