Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De ROL Tanguy à Arnaud MONTEBOURG… Ou Les 7 vertus capitales (...)

De ROL Tanguy à Arnaud MONTEBOURG… Ou Les 7 vertus capitales !

Pour gagner les prochaines primaires à gauche, il faut sept moteurs propulseurs :

  • Mon premier ? Ne pas être marqué par une allégeance sans condition à François HOLLANDE ;
  • Mon deuxième ? Avoir été capable de porter très tôt un discours différent et audible (primaires 2011)
  • Mon troisième ? Ne pas être marqué par un courant atone au sein du P.S ;
  • Mon quatrième ? Avoir des idées nouvelles et audacieuses ;
  • Mon cinquième ? Ne pas avoir trempé dans les affaires ;
  • Mon sixième ? Avoir une profession de foi en bleu blanc rouge ;
  • Mon septième ? Etre clairement à gauche ;

Qui suis-je ?

Quand la fiction est inspirée de la réalité… Un dimanche de mai 2017, à l’issue d’un deuxième tour tendu… 15, 14,13… 3, 2,1 20H Arnaud MONTEBOURG est élu Président de la République avec 60 % des voix selon l’estimation de… Marine LEPEN, en progression sur le 1er tour obtient 40 % des voix.

Que mes lecteurs me pardonnent, cette fiction était tentante…

Mais la réalité aujourd’hui, c’est que Arnaud MONTEBOURG a délivré le 22 août 2014 un message politique fort.

Il l’a fait par une interview conduite par les journalistes du Monde. Donc aucun propos lâché dans un élan non contrôlé. Tout est pesé, tout est dit avec un seul objectif. Sans doute un objectif politique national, au-delà de sa personne et réfléchi puisqu’il est déjà Ministre de la République. Mais pas seulement, ces déclarations sont doute aussi nées de convictions profondes et de décisions que l’impasse dans laquelle se trouve le pays impose.

Il ne s’agit sans doute pas seulement de politique politicienne. Les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour exiger du gouvernement un changement de cap. Evidemment qu’il prête le flanc à l’argument étriqué de l’ambition personnelle.

Mais la Vérité est que les français sont au bout de leur souffrance et que la démocratie est en danger, menacée partout en Europe par l’extrême droite.

« Le laisser faire économique commence là où s'arrêtent les nécessités du contrat social et s'arrêtent là où commencent les contraintes écologiques. » (Hervé HUM dans son article Les BAL citoyens AGORAVOX 2012)

C’est quand même plutôt cet aspect de la politique qui concerne les français, non ? Il est temps qu’un leader charismatique à gauche émerge, et avec un discours clair et courageux !

Ce n’est évidemment pas si simple de mettre de mauvaise humeur les pharmaciens, les notaires, les huissiers, les greffiers des tribunaux de commerce et tant d’autres que j’oublie Un français sur trois fait l’impasse sur sa santé ! Effectivement le "tout pognon" ça suffit ! Cette remise en cause des rentes, il l’a faite le 3 août 2014, veille de la célébration de… l’abolition des privilèges…

De quoi s’agit-il ? De la rente de 1,1 million de libéraux qui contribue à plomber la croissance ! Bien sûr, il y a 22000 pharmaciens en France mais soyons sérieux, il y a aussi plus de 6 millions de sans-emplois, plus de 8 000 000 de pauvres et plus de 63000 défaillances d’entreprises en 2013 ! Et nous sommes au 19ème rang du PIB par habitant avec une dette de 30 000 € par français.

Or ni Manuel VALLS ni François HOLLANDE n’ont cillé d’un poil, ils maintiennent le cap !

Il fallait donc se déterminer au bon moment. C’est-à-dire avant qu’un autre le fasse aussi fort et avant lui dans son propre camp. Avant peut être que le gouvernement lui-même n’infléchisse sa position. Et surtout avant d’être contraint de s’approprier l’échec du Gouvernement VALLS et du Président HOLLANDE.

Quel est l’essentiel du message délivré par le Ministre ?

Décryptage :

I. Le ton :

Celui de l’exaspération, les français sont sur le même registre ! Ils souffrent ! Ils entendent bien cette tonalité. Le ton, c’est aussi celui plus solennel du rassemblement patriotique avec des objectifs ciblés. La connotation est risquée par l’amalgame imprudent avec les « ennemis » faussement historiques, mais cela touche à la fibre nationale. La tonalité est revancharde et tricolore… 70 ans, jours pour jour après l’appel aux barricades du Commandant ROL Tanguy

Quelques exemples : Il faut «  hausser le ton  » vis-à-vis de l’Allemagne ! La France ne peut «  plus (se) laisser faire  ». «  La France n’a pas vocation à s’aligner sur les axiomes idéologiques de la droite allemande.

C’est triste pour l’amitié franco-allemande mais c’est hélas vrai.

Il décomplexe les français et leur donne du grain à moudre en choisissant l’adversaire… Attention… c’est facile mais dangereux… Gageons qu’il restera prudent sur cette question mais ferme dans la nécessité d’imposer à l’Allemagne un renoncement salvateur pour l’Europe frappée par l’austérité.

II. Le message principal :

Il est clair : nous sommes au point mort et la politique d’austérité n’a déclenché aucune rémission, pas même un signe d'espoir. Croissance 0, appauvrissement des français ; Pire, les deux objectifs de François HOLLANDE ne seront pas atteints : le chômage progresse et le déficit budgétaire se creuse.

L’austérité imposée en Europe par l’Allemagne n’aura eu aucune vertu en France. Tout cela dans un contexte où cette Europe est au point mort et l’Allemagne elle-même victime de son entêtement. Le risque de déflation est imminent !

Le 1er désaveu, c'est celui des chiffres,ceux de la politique des gouvernements Ayrault et Valls. C’est son chemin pour se démarquer et prospérer sur la frustration des français globalement sensibles à l’idée plus ou moins souverainiste de l’identité nationale à reconstruire et c’est audible de gauche à droite. Ce qui est bien plus noble avec Arnaud MONTEBOURG, c’est qu’il désigne l’arrogance économique de l’Allemagne, la BCE, l’Economie de rente et les marchés comme responsables de nos maux et non les immigrés. Et cela c’est le bon choix et l’erreur probablement fatale du F.N.

III. 2ème message :

«  La réduction à marche forcée des déficits est une aberration économique  »

Ce constat lui est d’autant plus facile à faire que l’ensemble de la classe politique, les experts et l’opinion publique l’ont déjà fait. Lui l’avait dit clairement en 2011, du bout des lèvres en 2013 et de façon audible hier. Il ne prend donc aucun risque sauf celui d’exaspérer François HOLLANDE, Manuel VALLS et tous ceux qu’il dérange à gauche comme à droite. Et ce risque-là sera largement compensé par le redressement de sa popularité.

En revanche ce n’est pas anodin de la part d’un Ministre que d’employer le terme d’"aberration" pour qualifier la politique de François HOLLANDE et de Manuel VALLS, La rupture est proche. D’aucuns pensaient que Arnaud MONTEBOURG et Manuel VALLS s’entendaient comme larrons en foire. Que nenni, ce redoutable stratège qu’est Arnaud MONTEBOURG a choisi de se réapproprier sa profession de foi de 2011… le grand écart et les alliances de circonstances, c’est fini ! Pas question de « plomber » son destin politique par allégeance à deux personnalités dont l’avenir politique est hypothéqué.

IV. 3ème message :

Le transfert de responsabilité de la dégradation du climat à gauche sur François HOLLANDE et Manuel VALLS :

« Je discute beaucoup avec Manuel VALLS, je plaide sans relâche auprès de lui… Après c’est à lui de décider, il est Premier Ministre »

Les frondeurs ont été qualifiés d’irresponsables par Manuel VALLS. Alors là, chapeau ! Le 1er étage de la conquête d’un PS rénové est en place. La réponse du Ministre est sans appel :

« Dans la Constitution française, le Parlement a la responsabilité de contrôler l’action du Gouvernement et non l’inverse … Le Premier Ministre est un républicain convaincu qui sait l’importance du débat dans une démocratie »

Autrement dit, que les morveux se mouchent...

V. La stratégie :

En vérité, L’audace est subtile, il s’approprie avec un langage en bleu blanc rouge, mais avec une offre politique de gauche les thèmes chers au F.N.

La machine à gagner est en route, il n’y aura pas de retour en arrière.

A gauche comme à droite cela va être compliqué de contester son analyse sans prendre le risque de perdre des points au baromètre de la popularité.

Il aura sans doute déjà anticipé sur les arguties dédiées à son soit disant populisme, voire « racolage » de gauche. Sauf qu’on est vraiment en train de « crever » et que l’utopie va finir par être du bon sens à l’heure de l’échec historique du libéralisme et son jumeau le social libéralisme.

Un signe révélateur : Alain MINC se fait discret...

Pour finir, il va capitaliser cette défiance à la fête de la rose à Frangy en Bresse avec un mur de protection en béton, les militants et une caution politique, Benoit HAMON. Difficile pour ses détracteurs de combattre l’incarnation politique des attentes de nombre de français et de beaucoup de militants.

Bien joué !

François HOLLANDE dans son génie politique particulier l’a compris en tentant depuis l’Océan Indien de minimiser les propos de son Ministre.

En cas de défaite aux présidentielles, à condition qu'il soit candidat bien sûr ? Il sera légitimé à prendre un P.S. trahi par ses prédécesseurs, pour définitivement le reconstruire et en ne faisant pas le grand écart comme tous les 1ers secrétaires l’ont fait ! Gageons qu’en politicien intelligent et avisé, Christophe CAMBADELIS cherchera à éviter le piège, d’autant qu’il n’a commis à ce jour aucune faute majeure si ce n’est celle d’être peu présent dans le débat.

Dans tous les cas, Arnaud MONTEBOURG, n’a pas moins de légitimité à engager le combat que d’autres pour 2017 et si ce n’est donc aux élections présidentielles, ce sera dans la reconstruction de la gauche qu’il cherchera sa victoire. Il pourra s’approprier le rôle historique de cette reconstruction sur le socle brisé du PS. Et cela est vital pour la France et les français, peut-être bien plus que les élections présidentielles.

Sans génie et peu opportuniste MELECHON s’écarte au moment où cela "chauffe"… C’est mal joué à gauche de la gauche ! Aveu d’impuissance et d’échec qui transpire dans la réaction d’aigreur exprimée par ce dernier. Dommage, cette gauche-là a un rôle essentiel et vital pour le pays et qui ne consiste pas à tirer en permanence sur son voisin de palier ni à se résumer à la personnalité de son dirigeant..

Cette perspective d’être l’artisan de la reconstruction de la gauche est une idée presque plus excitante qu’une victoire aux présidentielle. Pour lui qui déclarait « S’il reste des courants au sein du P.S., il faut les dissoudre » d’autant qu’il n’en avait pas vraiment lui-même, quelle magnifique revanche à imaginer !

Il a tout à gagner.

Sa position est désormais franche même s’il elle l’expose aux critiques de tous bords. Elle apparait plutôt courageuse, ses arguments sont recevables et difficiles à contester. Son réseau, ce sont les français… des 17 % des primaires de 2011 et leurs émules. Ainsi le moment venu, la question des alliances se fera naturellement et peut-être de manière inattendue, et au-delà de la gauche et des verts. Ces derniers ont d’ailleurs déjà réagi avec opportunité. Une occasion inespérée pour décrisper Madame DUFLOT de ses contradictions.

Arnaud MONTEBOURG ne pourra être attaqué que sur sa personne et un probable et injuste procès en incompétence et/ou en irresponsabilité ! Ce sera la plus pitoyable des positions d’opposition par ses adversaires politiques. S’ils sont réalistes, ils s’écarteront de cette tentation stupide pour aller chercher de bonnes idées. A condition qu’elles ne soient pas qu’un pâle reflet de celles de leur contradicteur. En sont-ils capables ?

Chapeau bas ! Il a semé le parcours des présidentielles d’une quantité non négligeables de peaux de bananes sans compter celles que ses adversaires à gauche comme à droite glissent sur leur propre chemin. A suivre… car c’est quand même de la vie quotidienne des français dont il s’agit. Attention aussi à ne pas maltraiter nos amis allemands. Sigmar GABRIEL ne pourra pas toujours servir de fusible. Les Hedges Funds sont bien plus dangereux que Angela MERKEL Monsieur le Ministre.

Enfin vous avez une bonne idée pour la dette, que la BCE la rachète !

Mais de votre défiance et de votre volontarisme, il y a une absence dans votre interview : si par miracle la BCE rachetait de la dette, quid du rôle des marchés et de leur capacité de nuisance ? Les Etats sont sous leur emprise, non ? Mais là-dessus, vous avez surement une idée en gestation ? En tous cas, il en faudra une et une bonne, très vite.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 25 août 2014 08:50

    Montebourg..c’est du vent..

    MLP c’est l’avenir.. !

    • JL JL 25 août 2014 08:57

      Mais oui, hélas,

      c’est comme ça que la droite enfume le peuple depuis des décennies.


    • claude-michel claude-michel 25 août 2014 10:50

      Par JL...Restez dans le système...vous en crèverez...Bonne mort !


    • Le421 Le421 26 août 2014 08:11

      Ah oui !! C’est vrai !! Le FN n’est pas dans « le système »...
      Par contre, pour grapiller tout ce qui peut rapporter du fric, le « système », ça a du bon !!
      Faux-nez !!


    • JL JL 25 août 2014 09:06

      On peut tout imaginer.

      Vous demandez : ’’si par miracle la BCE rachetait de la dette, quid du rôle des marchés et de leur capacité de nuisance ?’’

      Que voulez vous dire par là, puisque la capacité de nuisance des marchés s’exprime déjà à fond quand la BCE ne rachète pas la dette ?


      • Garance 25 août 2014 10:00

        Le Messi est parmi nous et nous ne le savions pas !!!!!


        Montebourg..... !!!!

        Dont l’incompétence n’a d’égale que sa suffisance

        Comme les brochets : tout en gueule

        C’est à ça que les bobos se raccrochent ?

        Faut dire que comparé au Bouffi le physique est avantageux mais la coquille est aussi vide ( si ce n’est plus ) 

        Va se faire dézinguer en vol : les magouilleurs des gauches vont s’en charger ; eh oui il est un des moins pourris d’entre eux

        « Pas touche au grisbi  » : prendront pas le risque

        • Le421 Le421 26 août 2014 08:14

          Il faut humblement reconnaître qu’à côté de l’UMP, les socialos sont des enfants de choeur pour ce qui est des magouilles...


        • Gnostic GNOSTIC 25 août 2014 10:17


          Bonjour l’auteur

           

          Vous avez oublié un huitième moteur ultra propulseur :

           

          - Posséder un EGO sur dimensionné

           

          Et là-dessus, MONTEBOURG est imbattable


          A part ça aujourd’hui il pleut pour changer. 

          MONTEBOURG peut-il faire quelque chose ?

           smiley


          • Garance 25 août 2014 10:23

            Qu’est-ce que je vous disais ?


            Avant qu’il ai prit son envol qu’il s’est fait dézingué le bel Arnaud ; exit le Zoéman en marinière ( pleurnichera comme l’autre fois pour rester député ) 

            La machine s’emballe

            Le plus croustillant est à venir : préparez vos mouchoirs

            Le prochain gouvernement va s’espagnoliser : Hidalgo en piaffe d’impatience

            Trierweiller à la famille : je prend les paris à 30 contre 1

            Ségolène va rester

            Thomas Hollande à l’information

            La Hollande family au pouvoir : plus belle la vie à l’Elysée (et à la Lanterne)

            • zygzornifle zygzornifle 25 août 2014 10:25

              Montebourg avait dit à l’époque que le problème de Ségolène c’était son mari Hollande ......


              • Scual 25 août 2014 13:32

                Si Montebourg pensait une demi seconde ce qu’il dit, il aurait quitté le gouvernement il y a au moins deux ans.

                Il n’est donc pas digne de confiance.

                Entre collabo et résistant il faut choisir et il a choisi en restant au gouvernement. Les socialistes ont eu tellement de preuves de trahison du gouvernement et d’obligations morales de quitter la majorité depuis le début du mandat que ceux qui sont encore là aujourd’hui ne peuvent pas être pris au sérieux. Ils sont inexcusables et infréquentables pour quiconque se prétend être de gauche, même du centre-gauche.


                • christophe nicolas christophe nicolas 25 août 2014 13:58

                  S’il pense que la voie est mauvaise, il raison de se tirer. Il a l’exemple de l’Islande pour « résorber un déficit »....

                  En revanche pour être crédible, il faut proposer une alternative, et là, ses « copains » l’attendent au virage, ils ne lui feront pas de cadeaux. Ils le pointeront du doigt. Ils lui diront, quand le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.

                  C’est un proverbe idiot, le problème vient des gens qui pointent du doigt par facilité au lieu de chercher des solutions. Certains ont même l’outrecuidance de le faire dans la vie privée comme si un tiers pouvaient en savoir plus que les acteurs, ils en deviennent risibles de pédance... En fait, ils cherchent seulement à affirmer une supériorité par des moyens illégaux et vicieux car ils n’y arrivent pas à la loyale...

                  • Le421 Le421 26 août 2014 08:15

                    Pour quelle raison exacte ??
                    Ne confondez pas avec Sarkozy, Balkany et tout l’orchestre...


                  • France Europe République Hussard Noir de la république 25 août 2014 14:36

                    Que la « gauche » sorte de ses pavillons résidentiels et aillent voir comment vit le petit peuple, ce serait un bon début...


                    • lermontov lermontov 25 août 2014 14:50

                      Comment on peut tomber dans le même panneau ad libitum ?*

                      L’objet de Montebourg est détourner le ressentiment populaire vers une cible : l’Ue.
                      Voilà, c’est de la faute à l’Ue.
                      Quand qq ch est heureux, c’est grâce au gouvernement ; quand qq ch est malheureux, c’est de la faute à quelqu’un d’autre.

                      LA réaité, c’est qu’il n’y a plus de gouvernement car il n’y a plus de souveraineté ; PAris est devenu la banlieue de Bruxelles, les gouvernants nationaux ne sont plus que les maneuvres de la Commission de Bruxelles, le Parlement n’est que la simple chambre d’enregistrement de ce qui est décidé ailleurs. De façon très étudiée, on laisse un champ - celui sociétal - libre pour faire croire à une liberté ectoplasmique.

                      Et depuis des années, c’est le même petit numéro ’la faute à l’Ue’ qui est jué sur le pipeau.
                      Ils savent ça : tu ne pourras jamais piffrer leur Europe craignos ; tu n’auras jamais la force pour la foutre en l’air. Donc, ce n’est pas grave tout ça, tant que tu restes dans le commentaire, la désolation, l’impuissance.

                      Sérieux, ils pactisent avec les nazis en Ukraine, donc qu’est-ce qu’ils peuvent avoir à secouer de ton bien être, de tes doléances, etc.

                      (la réponse, c’est la lâcheté. On est considéré comme on aime l’être et voilà tout. Je soupçonne même à la fin un plaisir vicieux à être pris comme une m***. Ah, le peuple, la beauté merlenchonesque du peuple, l’hérédité lepenesque du peuple... La réalité, c’est que le peuple peut vivre des lustres sous une oppression particulière et s’en accommoder, finir en camp de concentration et obéir. Il faut supprimer le peuple ; le peuple est populace, un agglomérat de serviles et la fierté est une exception, toujours celle qui confirme la règle. Mort à l’idée de peuple, droite sortie d’une cervelle de malade. Et ça jappe quand le Maître tourne le dos, évidemment, et ça attend du sauveur évidemment.)


                      • Tall 25 août 2014 15:05

                        Montebourg a en tout cas compris une chose essentielle : c’est que l’austérité est une impasse économique.

                        Il était temps ...
                        Maintenant, que pourra-t-il y faire, vu qu’il va être viré, c’est une autre histoire

                        • lermontov lermontov 25 août 2014 15:46

                          @ Tall

                          Comment tu peux croire un truc pareil ? C’est du théâtre. Il veut sortir de l’Ue ?

                          La France et lui, ministre le savent : on ne fait qu’appliquer l’agenda 2020 pondu par la !commission européenne. Ils savent que l’avenir proche c’est cela : &% de croissance en 2014 et 2015 = 750 000 chômeurs de plus. Ils savent que le pacte de stabilité voulu par Bruxelles engendrera 60 000 chômeurs de plus par année pendant 4 ans.
                          Tout ceci a été dit par Bercy et la Commission.

                          Donc, théâtre ou non ?

                          Mois après mois, on t’annoncera que le chômage hors trucage bat son record ; mois après mois on te dira d’une main qu’on garde le cap et qu’on accélere ; mois après mois on te dira que Hollande a demandé à l’Ue que et rien ne bougera ; mois après mois on te fourguera un acteur pas trop discrédité genre ayant encore l’illusion d’être de gauche quand c’est un suceur de Juncker ou de Barroso et de Merkel de première pour te dire que c’est la faute à l’Ue.

                          Mais ce qui est certain, c’est que pendant que tu commentes, ta France est complètement anéantie.


                        • lermontov lermontov 25 août 2014 15:48

                          @ Tall

                          La tête à claques de Montebourg a déjà fait le coup lors de son discours devant les forces vives of ze naicheun il ya quelques temps : ’la méchante Ue cause de tout et nous cause de rien, mais à la fin toi, tu es toujours niké’.


                        • Tall 25 août 2014 20:49

                          Vous croyez que j’ai la moindre confiance en ce personnage ?

                          Il est trop bellâtre et showman pour ça.
                          Ceci dit, votre scenario du p’tit théâtre socialiste n’est pas le seul possible.
                          Il y en a un autre avec un Montebourg en opportuniste ambitieux qui veut devenir calife à la place du calife. Ce qui va quand même fiche le bordel là où il faut. Pendant que Le Pen compte les points ...

                        • Garance 26 août 2014 06:58

                          Tall 


                          Il n’a pas été viré : il est parti de lui -même , comme Hamon et Fillipetti d’ailleurs ( c’est ce qu’ils affirment)

                          Sauver les apparences pour paraître moins cons et préserver leur avenir pour pouvoir nous revenir encore plus incompétents et plus nocifs : spécialité socialiste

                          Les 1000 nouveaux chômeurs/ jours que génèrent ces incapables n’ont pas cette fausse pudeur : on ne leur demande pas leur avis

                        • lermontov lermontov 26 août 2014 11:39

                          @ Tall

                          Vous êtes naïf. Tout ça fait partie du théâtre. Le projet, c’est l’Ue, tout le reste n’arrive que pour ceci soit.


                        • Tall 26 août 2014 12:14
                          Je le sais depuis longtemps que l’UE est une ########
                          Il faudra Le Pen pour résister à l’UE ... et encore ...

                        • Le421 Le421 26 août 2014 08:18

                          Moi, je connais un type qui s’est barré du PS, bien avant toute cette mascarade.
                          Ca fait des lunes qu’il avait compris que le parti de Solférino n’était plus à gauche.
                          Alors que lui, il l’est !!
                          Pas besoin de vous donner son nom !!
                          Vous savez, le mangeur d’enfants avec la bave aux lèvres et le poing levé...
                          Du moins, sur les photos des journaleux de tout bord.


                          • JP94 26 août 2014 09:04

                            Comparer le parcours d’un Rol Tanguy , dont la vie est un combat au sein de la classe populaire à celle d’un ministre fort douillement installé est vraiment cocasse .

                            Rappelons le parcours de Rol-Tanguy , fort éloigné de celui d’un de Montebourg : 

                            Henry Tanguy commença à travailler à 14 ans , puis , tôlier en carosserie chez le bon Monsieur Renault , syndiqué à la CGTU , se fit licencier en 1926 ( à 18 ans ) pour sa participation aux grèves de 1926 .
                            Après quelques mois de service militaire à Oran , il retourne travailler en 1930 chez Bréguet d’où il est à nouveau licencié pour fait de grève en 1935 ...
                            Ensuite il est secrétaire nationale du syndicat des Métallos et en 1937 , après avoir animé la campagne de soutien aux Républicains espagnols , s’engage dans les BI .
                            Il est commissaire politique du bataillon La Marseillaise durant la Guerre d’Espagne et responsable de la MOI ( Main d’Oeuvre Immigrée : organisation communiste ( PCF) qui allait donner de grands résistants ) .
                            En octobre 1940 , après avoir été l’un des fondateurs de l’OS ( Organisation spéciale , créée par le PCF) qui donnera les FTPF , il entre dans la clandestinité 
                            En janvier 1941 , il est responsable Paris rive gauche de la Résistance communiste ...
                            Puis il est muté dans l’Ouest , pour y diriger les FTP ...
                            Puis retour à Paris en mars 1943 pour la publication avec Jospeh Epstein du journal FTP ...
                            C’est lui qui a recueilli ( avec l’accord de Leclerc) la capitulation de von Choltitz en 1944 ...
                            Puis a combattu sous Lattre de Tassigny jusqu’ à la capitalution nazie du 8 mai 1945 ...

                            Comparer le chef de l’Insurrection parisienne , ancien combattant des Brigades internationales à un ministre « grande gueule » qui s’est accommodé de sa fonction pour se faire un nom , alors que depuis le début on savait parfaitement quelle serait la politique de Hollande et qu’elle ne changerait pas d’un iota : austérité , atlantisme , casse des acquis du CNR , cette comparaison est en fin de compte presque comique ! 

                            • René PICHON-COSTANTINI 26 août 2014 21:33

                              Je comprends cette rectification sur Rol Tanguy et elle me parait juste. Pour autant sans faire de comparaison insolente à l’Histoire, il me semble qu’Arnaud Montebourg est à la hauteur de notre identité nationale.

                              L’occasion pour moi de limiter la portée de cet article sans pour autant renoncer au fond.

                              J’ai écrit cet article sans ambition sur le fond, le samedi 23 août, donc avant Frangy et le remaniement. C’était tout juste un billet d’humeur.

                              Entre temps, Valls a remanié. Il a reçu les félicitations de la presse allemande et du Medef ! La presse italienne s’est plutôt accordée à dire que la France ne pesait plus dans les choix de l’Allemagne…

                              Concernant Le remaniement gouvernemental, il m’inspire aussi quatre observations :

                              Un :

                              Démocratie et élargissement de la majorité : c’est le même gouvernement avec la gauche franche en moins, la Finance en plus et avec pour alliance : les radicaux de gauche qui ont fait 0,64% aux primaires 2011…  Sauf à n’avoir rien compris, c’est donc un élargissement aux amis ! François Hollande n’a jamis cru que les solutions de sortie de crise étaient à gauche.

                              Deux :

                              La trahison des  électeurs de 2012 par la nomination d’Emmanuel MACRON à l’Economie. Brillant, il a en une dizaine d’années, piloté les intérêts de la banque Rothschild et fait fortune en assurant un rôle déterminant dans le rachat de Nestlé par une entreprise américaine, Pfizer. Certes, c’est un parcours à la mesure d’une dimension d’exception mais qui le tient éloigné de la réalité quotidienne des français dont les fins de mois débutent le 1er  !

                              Trois :

                              L’argument promu par les députés socialistes affidés à François HOLLANDE : « mieux vaut connaitre la Finance pour s’adapter à leurs règles… » Respecter le vote de 2012, c’était de mettre à ce poste une personnalité capable d’imposer à la Finance les intérêts de la population française et de son économie et l’essentiel est de connaitre les français et non la Finance, non ? C’est mieux de comprendre les français pour combattre la Finance que le contraire !

                              Quatre :

                              « Des ministres choisis pour leur loyauté à François HOLLANDE et à Manuel VALLS » Quid de la loyauté de François HOLLANDE à la profession de foi des présidentielles de 2012 et donc… aux français ?

                              Est-ce que Arnaud Montebourg mérite toutes les caricatures qui lui sont faites ?

                              Bonne chance à la France !

                               

                               



                            • lermontov lermontov 26 août 2014 12:24

                              @ small

                              Lepen est un clown ; son travail est de racoler à droite, de la même façon que Mélenchon est salarié pour racoler à gauche. Le système est si bien fait qu’il est impossible qu’une contestation vienne au jour. Quand vous glissez un bulletin dans l’urne, vous justifiez ce système truqué et sa perpétuation ; la soudaine volonté de reconnaître le vote blanc entre dans cette même veine. En un mot, l’espoir fait vivre et de toute façon la majeure partie de la population ne veut rien d’autre que dormir sur ses deux oreilles et ne pas avoir mauvaise conscience.
                              Pour l’égoïste, c’est tout de même plus cool d’avoir de belles nuits. Car c’est bien connu, la désespérance entre la mise en action du vouloir vivre, le refus du néant, la colère et conséquemment la révolte. Pour peu que dans le feu de l’action, un type se sente inspiré, ça ferait une révolution.


                              • kenique 28 août 2014 11:45

                                 Encore ce mantra : « une dette de 30000€ pèse sur chaque Français ». 
                                   Ce qui pèse sur les Français, ce n’est pas la dette publique, mais la dette extérieure nette. Quasi-nulle jusqu’en 2009, elle gonfle dangereusement depuis, essentiellement à cause du déficit commercial (72 milliards en 2013) et non pas du déficit public (qui est la règle depuis 30 ans sans effet sur notre position extérieure nette). Fin 2013, elle était à 351 milliards d’euros, ce qui fait environ 5300€ par Français. L’espérance de vie étant actuellement de 80 ans, cela fait 5,50€/mois.

                                   Ce qui plombe notre position, c’est que les entreprises ne sont plus capables, depuis 2003, d’exporter autant que les Français importent, ce qui fait un trou dans le PIB que, sous peine de récession, le secteur public est bien obligé de combler, car, contrairement à ce que pensent la plupart des gens, la dépense publique ne CONSOMME pas 57% du PIB, mais les PRODUIT. Lorsque la dépense privée et/ou le solde commercial seront supérieurs à 43%, la dépense publique pourra baisser. Actuellement, le multiplicateur budgétaire étant estimé au mieux à 1, si la dépense publique baisse, le PIB baisse d’autant. Notre croissance étant quasi-nulle (et même négative par habitant), cela se traduirait par une récession.
                                   C’est si compliqué à comprendre ?
                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès