Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De Tarnac à Athènes : La contagion qui vient ?

De Tarnac à Athènes : La contagion qui vient ?

Il y a un mois environ, faisant suite à quelques vaines tentatives de perturber le réseau ferré, un village lové au fin fond du plateau des milles vaches, se retrouvait malgré lui à la une de l’actualité. Depuis lors, Tarnac n’a cessé d’étonner toute la France par son esprit de révolte solidaire, soutenant avec vivacité ses jeunes interpellés au petit matin par un contingent de forces de l’ordre bien motivées à l’idée de mettre fin à l’activisme enragé de cette « ultra gauche anarcho-autonome ». Rajoutant à l’agitation ambiante, une certaine jeunesse grecque s’embrase et inquiète l’ensemble de la classe politique européenne qui craint désormais la contagion sur fond de crise persistante.

L’affaire des terroristes tarnacois se dégonfle à vue d’œil, l’essentiel des personnes inculpées puis incarcérées ont recouvré l’air libre sans pour autant se voir totalement libérées par une instruction qui suit son cours. Alors que les principaux suspects sont toujours incarcérés, leurs familles respectives, soutenues par certains parlementaires et la ligue des droits de l’homme, appellent à leur remise en liberté mais aussi à la requalification pénale des faits. Quant aux tarnacois, ils soutiennent ouvertement leurs jeunes ouailles tant que de véritables éléments matériels ne viendront corroborer la version officielle soutenue par une MAM (pour qui le vent risque de tourner) judicieusement conseillée par le grand criminologue Alain Bauer, toujours prompt à voir le crime, sous toute ses formes, se répandre insidieusement dans la société.

Mais, cette affaire emblématique, émerge dans un contexte global très particulier qui pourrait déraper à tout moment si toutefois les conjonctions venaient à converger subitement.

Alors que la jeunesse grecque s’embrase, les lycéens français manifestent de plus en plus fort leur mécontentement tout en en soutenant leurs homologues hellènes, de concert avec une certaine jeunesse italienne et espagnole. Le tout pétrifié dans une ambiance planétaire de crise économico-financière qui semble s’inscrire très probablement dans la durée.

Il y a comme un vent tourbillonnant qui souffle sur notre village global, l’emballement général guette tous les grands équilibres, quelque chose de l’ordre de l’explosif est sous-jacent au temps présent.

Pourtant, les décideurs de ce monde n’ont de cesse de se réunir au chevet de la planète, vaquant de sommets en réunions informelles, tous habités par la volonté de parer à la catastrophe annoncée par une situation économique et écologique très défavorable. Mais, rien n’y fait, le climat général demeure malsain, le tout baignant dans un air vicié arrivé à saturation.

Alors, pourquoi la colère sourde qui gronde un peu partout en ce monde pétri d’injustices désormais trop criantes ne feraient pas qu’une, pour devenir une tempête globale dans un vaste mouvement de contagion généralisée ?

Les souffrances disparates qui habitent notre planète ont une souche commune, la répartition profondément inégale des richesses et des peines. Ces inégalités devant la vie, incommensurables, génèrent aujourd’hui des tensions beaucoup trop importantes alors que la globalisation les rend outrancièrement perceptibles par l’ensemble. Du plateau des milles vaches au nord Kivu, en passant par les toiles de tente du bois de Vincennes, même si les situations ne sont pas comparables, elles reflètent pourtant, à des degrés divers, la non répartition des richesses de ce monde, ainsi que les efforts surhumains qu’il est nécessaire au quidam de produire pour simplement survivre.

Il y a matière à révolte, chacun le sait, et ce n’est pas autre message qui est contenu dans l’ouvrage écrit collectivement « l’insurrection qui vient », censé signer les actes de sabotage commis sur notre réseau ferroviaire. Parfois poétique, souvent décalé dans son appel à la révolte, ce texte souligne pourtant avec une certaine acuité les distorsions fabriquées par le modèle dominant. Il y a beaucoup d’impertinence pertinente dans ce petit livre rouge rédigé par une frange contestataire dont l’erreur centrale est d’avoir proposé un mode d’action violent pour paralyser notre Babylone qui pourtant s’est elle arrogée tout droit à faire violence.

La solution n’est pas là, l’action bien évidemment oui mais pas sous cette forme. Outre le fait de s’inscrire dans la contestation, force est de reconnaître que, dans nos démocraties tout du moins, nous n’avons que les dirigeants que nous méritons. L’élection de Nicolas Sarkozy, mais encore celle de Silvio Berlusconi et autres dirigeants du même acabit , relèvent toutes de notre responsabilité, les contester par la violence ne justifiera que répression, point à la ligne. Alors, le monde entier a voté Barack Obama, comme par devoir de compensation envers cette humanité qui s’enfonce dans un cynisme ahurissant. On ne peut que s’en réjouir, un peu de différence ne nuira pas, mais il ne faut pas s’imaginer pour autant que nous assisterons à une inversion des pôles par simple fait du prince. Démocratie ne signifie pas philosophie (amour de la sagesse).

Alors, que reste-t-il si ce n’est la volonté de travailler les consciences au corps, d’agir au quotidien, en réseau ou bien dans son petit coin, militer pour le plus grand nombre, puis, lorsque le vase déborde manifester son mécontentement en espérant que la contagion vienne.

Décidément notre monde est bel et bien absurde, se privant du plus grand nombre de ses talents, maintenant la matière humaine en esclavage d’une société de consommation qui nous étrangle et aveugle tous nos sens. Ne vous plaignez pas citoyens, il y a pire en ce monde semble nous renvoyer la classe dirigeante alliée à la classe possédante. Quant au reste du monde qui crève de faim, nous faisons ce qu’il faut pour y remédier, avec velléité, sans trop s’y attacher réellement, cela relève de leur responsabilité, ils n’ont qu’à bien se civiliser après tout. En attendant continuons à leur vendre nos armes !

Mais faut-il être sourd pour ne pas entendre ces ventres qui grondent par millions, ses vies qui n’ont que la souffrance comme perspective, à qui on ne manque jamais de balancer à la figure ces sacro-saints droits de l’homme.

Ainsi, de Tarnac au Chiapas il n’y a pas si loin, il y a de la résistance dans l’air ; du Péloponnèse à Bangkok il y a des humains dans les rues qui manifestent leur rouge colère, en contre-poids de tous ceux qui, parmi nous, sont endormis par les sirènes d’une démocratie par trop embourgeoisée et engoncée dans un égoïsme aujourd’hui devenu insupportable.

Aussi, la contagion pourquoi pas, si ce n’est pour enfoncer, une bonne fois pour toute, l’édifice de cette Babylone qui, quoi qu’il advienne, va finissante. Si les révoltes qui agitent notre monde ne venaient à en faire qu’une, tel un tsunami humain, précipitant la fin pourtant annoncée de cette machine à injustices, cela pourrait donner naissance à une nouvelle humanité désormais débarrassée des tous ses archaïsmes. Un autre monde est possible, c’est ce que nous conte l’histoire de tous les mouvements de contestation qui ont émergé au fil de nos sociétés, tempérant déjà les abus flagrants des dominants. La différence réside aujourd’hui dans la globalisation du monde, fait sans précédent jusqu’alors, fort propice à une contestation globale et totale.

Illustration :

http://toc-arts.org/blog/tag/buzz/


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • JL JL 15 décembre 2008 10:56

    Bonjour, vous écrivez : "", les décideurs de ce monde n’ont de cesse de se réunir au chevet de la planète"". Oui, comme des pompiers pyromanes au pied d’un incendie, comme des médecins empoisonneurs au chevet de leurs malades (*).

    Vous écrivez : ""Les souffrances disparates qui habitent notre planète ont une souche commune, la répartition profondément inégale des richesses et des peines. "" C’est exactement cela.

    Bonjour, vous écrivez : "", les décideurs de ce monde n’ont de cesse de se réunir au chevet de la planète"". Oui, comme des pompiers pyromanes au pied d’un incendie, comme des médecins empoisonneurs au chevet de leurs malades (*).

    Vous écrivez : ""Les souffrances disparates qui habitent notre planète ont une souche commune, la répartition profondément inégale des richesses et des peines. "" C’est exactement cela.

    Vous écrivez : ""Il y a beaucoup d’impertinence pertinente dans ce petit livre rouge rédigé par une frange contestataire dont l’erreur centrale est d’avoir proposé un mode d’action violent pour paralyser notre Babylone qui pourtant s’est elle arrogée tout droit à faire violence.

    Outre les violences que vous citez en liens, le détournement de 50 milliards de $US par Mr Madov en est un bel exemple en matière financière ! Comptabilité obscure, recyclage d’argent sale, marchés aux pigeons cupides et pour finir, comme toujours, socialisation des pertes par le renflouement des comptes de ces malheureux gogos milliardaires, plus ou moins victimes, plus ou moins complices.

    Vous écrivez : ""L’élection de Nicolas Sarkozy, mais encore celle de Silvio Berlusconi et autres dirigeants du même acabit , relèvent toutes de notre responsabilité"",

    NON NON et NON ! Ces gens ont menti !

    (*) Cette expression récurrente des médias est une abomination, une imposture intellectuelle, et un monument de sottise.


    • hans lefebvre hans lefebvre 15 décembre 2008 11:46

       J’en conviens, il y a eu mensonges et manipulations, mais pouvait-on être réellemnt dupe ? M. Sarkozy oeuvrait déjà depuis 5 annnées à son élection et chacun connaissait son mode de fonctionnement, je pense qu’il n’y pas eu tromperie sur la marchandise. Quant à Silvio, encore moins de doute possible. 


    • Bois-Guisbert 15 décembre 2008 11:56

      Ces gens ont menti !

      Et ils continuent, parce que dans les derniers sondages le PdL de Berlusconi a 11 points d’avance sur le PD de Veltroni...

      Comme disait Brecht, c’est le peuple qu’il faut changer, parce que c’est lui qui ne convient pas aux idéaux du "progressisme".


    • foufouille foufouille 15 décembre 2008 12:01

      avant sarko, chirac a aussi mentit......
      faut etre tres con pour voter pour le successeur d’un voleur


    • bobbygre bobbygre 15 décembre 2008 12:01

      Si la propagande ne servait à rien, elle n’existerait pas. Berlusconi controle une grande partie des médias italiens, ça paye...
      De même pour notre Grand Leader.


    • geko 15 décembre 2008 12:08

      @Hans

      "J’en conviens, il y a eu mensonges et manipulations, mais pouvait-on être réellemnt dupe ? M. Sarkozy oeuvrait déjà depuis 5 annnées à son élection et chacun connaissait son mode de fonctionnement"

      Vous avez raison et j’en suis toujours sur le cul qu’autant d’abrutis aient voté pour ce type !

      "je pense qu’il n’y pas eu tromperie sur la marchandise"

      Et bien si je le pense ! Il n’a qu’à voir comment s’est déroulé la 2ème partie de l’élection et la mise en scène Starcac avec nos amis de la médiocratie ! On a parlé de tout sauf de politique !
      Merci le bi-partisme et leurs têtes pensantes adoubées par l’oligarchie !

      Des violences qui arrivent, ne vous inquiétez pas ! s’il elles n’arrivent pas assez vite, on les aidera à venir ! c’est écrit dans le scénario et c’est pas par hazard si on va chercher de dangereux terroristes au fin fond du limousin ! Ils en ont besoin urgent d’un ennemi pour légitimer leurs saloperies  !


    • Fergus fergus 15 décembre 2008 13:00

      Le problème est que la voix du populisme est toujours plus douce à l’oreille des peuples que celle de la raison !


    • appoline appoline 15 décembre 2008 14:50

      Dites donc, ce n’est pas le même Alain Bauer qui gravite toujours autour de nos chefs d’état, ancien grand maître du grand orient de France ?
      Ca renifle encore la manipulation à plein nez ; pour quels intérêts ? Pas pour les nôtres, j’en ai bien peur.


    • geko 15 décembre 2008 15:17

      Tout à fait appoline :

      Alain Bauer : son CV
      De quoi il répond : SAIC (très instructif)


    • appoline appoline 15 décembre 2008 15:36

      @ Geko,
      Merci pour les deux liens. Ce monsieur conseille et administre. Si les politicards aiment la lumière, lui semble se complaire dans l’ombre, peut-être pour avoir les mains libres.


    • hans lefebvre hans lefebvre 15 décembre 2008 17:43

      La sécurité c’est son business. La société d’audit en sécurité facture ses prestations aux communes à des tarifs prohibitifs ! C’est un personnage très inquiétant car influent.


    • geko 15 décembre 2008 20:22

      C’est un marchand de peur, un grand ami d’Emanuel valls vous savez ce preu chevalier de gauche !!!!

      "En mai 1995, la SAIC a conclu un accord avec France-Télécom pour prendre le contrôle d’une petite SSII française, Tecsi. SAIC-Tecsi assure aujourd’hui la sécurité des systèmes et des transactions des principales banques françaises.En 1995, la SAIC a absorbé Network Solutions Inc., la principale société qui gère les noms de domaines sur l’Internet. En 1997, la SAIC a racheté l’opérateur de télécommunications Telcordia. En 2000, lors d’une offre publique d’échange, la SAIC a diminué sa participation dans Network Solutions pour acquérir des parts de VeriSign." Verisign est l’un des plus gros fournisseur de certificats SSL. Communication, sécurité, internet, armement tout y est !

      Tout cela participe de Big Brother !


    • faxtronic faxtronic 16 décembre 2008 11:59

      Le gros probleme, en 2002 ou 2007, on a toujours eu le choix entre la peste et le cholera. Mais bon, si colere populaure il y a, ce n est une question de pari populaire. Si il y a colere populaire, ce n est pas non plus pour offrir un poste de presidente a Aubry ou Sego non plus.


    • claireopale claireopale 16 décembre 2008 13:25

      Messieurs, vos testostérones sont au top !! sourire
      Encore une fois vous faites l’apologie de la violence ! Lamentable, mais j’en esperais pas moins de vous !


    • sisyphe sisyphe 16 décembre 2008 14:08

      Merci à l’auteur pour cet excellent article. 
      Les insurrections ne sont certes pas à souhaiter, risquant, comme vous le dites, d’entraîner un cyle répressif inéluctable, mais, devant la tournure mortifère prise par ce système, l’aveuglement de ses dirigeants à ne pas vouloir le modifier, et la résignation des peuples des nations dites démocratiques, quelles autres solutions ? 



    • ju ju 16 décembre 2008 14:31

      Cette "affaire" en chanson : Ultime Hyper Totale Gauche par La Parisienne Libérée
      http://www.dailymotion.com/video/x7kqw4_n9-ultime-hyper-totale-gauche-la-pa_news


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 décembre 2008 11:21

      Oui, je suis d’acord, ça sent le coup de grisou populaire... D’autant qu’en France, le Pouvoir atteint le grandiose dans le ridicule, avec ces supposés "ultra-gauchistes tendance arnarcho-autonome" qui vivaient (citations de MAM elle-même) "sans portable" (vous vous rendez compte ?), et "en marge de la civilisation" (le Limousin appréciera). Je rappelle que ces "clandestins tapis dans l’ombre" avaient une épicerie (clandestine ? ) et un restaurant (clandestin ?). 

      Je passe sur les grotesqueries de Sarkozy et de sa Cour de larbins dévorés d’ambition, le "cass’toi pauv’con" (qui a eu un effet dévastateur), l’agitation lycéenne, le chômage qui remonte (enfin, qu’on ne peut plus bidonner pour le faire descendre), les affaires bancaires et les pluies d’or des dirigeants incompétents. Tout ça va nous péter au nez après Noël.

      Sarkozy voulait liquider l’héritage de mai 68, il va être servi, il aura réussi à créer mai 2008. Et plus question de compter sur les syndicats pour récupérer les mouvements de foule (comme en 68), ils n’existent presque plus.

      Quelques liens sur Tarnac, repaire d’anarchistes "tapis dans l’ombre", une excellente suite de reportages de l’équipe de Daniel Mermet (assez mesurés, d’ailleurs, il faut le remarquer) :
      Episode 1
      Episode 2
      Si après ça vous n’avez pas envie de prendre votre fourche et de monter à la capitale....


      • hans lefebvre hans lefebvre 15 décembre 2008 11:54

         Merci pour vos liens, excellente émission sur ce petit village de gaulois plein de bon sens ! De plus, ayant eu la chance de rencontrer Daniel Mermet lors d’une projection de son documentaire Chomsky et Cie et j’ai pu lui demander son avis quant à cette affaire. Vous connaissez bien évidemment sa position. 
        En tous cas ça sent la poudre et nos dirigeants s’inquiètent, notre président de demander à Darcos de tempérer ! Tout le monde tremble, il est peut-être temps...


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 décembre 2008 12:53

        Oui, cette histoire de Tarnac me fait furieusement penser à celle des Irlandais de Vincennes, vous voyez ce que je veux dire... Tout y est : le ridicule, l’invraisemblance, et l’outrance verbale.


      • Fergus fergus 15 décembre 2008 13:03

        Pour ce qui concerne Darcos, c’est fait : il vient de baisser son froc sur la réforme des collèges. Reste le problème des suppressions de poste. Et pas sûr que dans l’état actuel de colère sourde de l’opinion, cette reculade suffise à faire baisser la pression !


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 décembre 2008 13:09

        Non, ça va aggraver la tension, justement, puisque le pouvoir de nuisance des manifs de jeunes est ainsi reconnu. Mais pas tout de suite...


      • blibgnu blibgnu 16 décembre 2008 18:23

        Vraiment sympa cet article.

        "Pensez-vous que la France puisse connaître dans les mois qui viennent des troubles sociaux aussi graves qu’en Grèce ?"

        Je note les 76% de "oui" au sondage d’AV au moment où j’écris ces mots... ce site est rempli de terroristes lol !

         :->


      • Alpo47 Alpo47 15 décembre 2008 11:23

        J’ai l’impression et l’intuition que nous sommes à une époque de l’histoire de l’humanité où "les choses sont révélées", ou une majorité d’individues s’éveillent d’un long rêve.
        Hélas, nombreux sont ceux qui sont encore dans cette hypnose collective ... consommation.... omniprésence des médias télévisés ... évènements sportifs ... loterie ... survie au quotidien.. insécurité... peopolisation à outrance ...
        Lorsque nous quittons les grandes messes de nos télévisions "aux ordres" pour aller chercher l’information, notamment sur le Net, concernant les arrière-plans des évènements de ce monde, nous sommes effarés.

        Effectivement, certains dirigeants, y compris incompétents, s’attribuent un train de vie dispendieux et insultant lorsqu’on regarde l’état de la planète et les inégalités criantes. C’est insultant.

        Nous pouvons être consternés et effrayés lorsqu’on constate actuellement que les plus grands prédateurs de nos société sont les financiers en première place, en compagnie des lobbies industriels ou commerciaux dont le seul impératif est " TOUJOURS PLUS". Avidité, quand tu nous tiens..

        Nous sommes également effarés lorsqu’on constate que nos "démocraties" (ou illusion de ..) sont bafouées par le pouvoir , aux USA, en Europe (revotons)... pour le seul profit de nos "élites"...

        Nous pouvons être effarés lorsque nous constatons que des guerres sont lancées pour enrichir tel lobby, telle fraction de l’élite, sans empathie aucune pour les souffrances des peuples...

        L’aujourd’hui évidente collusion entre le pouvoir politique est les grands acteurs économiques est un autre motif d’effaremment.

        L’installation d’une société sécuritaire, qui commence sa grande oeuvre de surveillance totale, et de désignation de "boucs émissaires" ne peut qu’effrayer tout citoyen qui se rappelle l’histoire ...

        Le monde que l’on nous construit est EFFARANT !
        Que va t-il se passer maintenant ?

        Bien entendu, les "élites" et leurs représentants politiques tous dévoués, oeuvrent pour maintenir, sinon renforcer, leur influence, "maintenir le couvercle sur la marmite", notamment en contrôlant les grands médias ou multipliant les mesures liberticides et ils ont de nombreuses cartes en main. Il en va de leur survie.

        Les citoyens qui partagent cette lecture des évènements actuels, c’est à dire la grande majorité, doivent d’abord prendre conscience de leur nombre, infiniment plus important que celui des "prédateurs", communiquer, échanger, se reconnaître ... avant de passer à la phase de réaction.

        Comment ? D’abord, la violence est exclue. Elle est d’ailleurs très souvent le fait de provocateurs. A mon sens, la résistance passive est la seule qui, sans heurts, peut contribuer à construire une société plus solidaire, plus humaine et juste.


        • oncle archibald 15 décembre 2008 12:34

           
          “la violence est exclue“ .... en êtes vous bien sur ?

          “elle est d’ailleurs très souvent le fait de provocateurs“ .. c’est bien vrai mais une fois déclenché le cycle violence répression, elle devient quasiment impossible à maîtriser.

          “la résistance passive est la seule qui, sans heurts, peut contribuer à construire une société plus solidaire, plus humaine et juste“ .... cela me parait hélas une utopie, et au stade ou nous en sommes je ne vois pas comment un changement de société important reste possible sans violence ...

          “Ils“ traduisez ceux qui nous gouvernent, ceux qui ont le pouvoir politique et économique, ont détourné le suffrage universel de sa fonction. Les gens n’ont plus l’espoir de pouvoir faire changer les choses en profondeur avec leur bulletin de vote, et c’est très grave.

          Ca va “leur“ revenir dans la figure comme un boomerang, mais les “dégâts collatéraux“ risquent d’être énormes... nous allons tous en prendre plein la gu... Que “nous“, traduisez le peuple, le souhaitions ou pas le changement qui pourrait amener une société plus solidaire, plus humaine et plus juste, sera certainement accompagné de violences. 


        • Alpo47 Alpo47 15 décembre 2008 13:09

          J’aurais effectivement du dire : " ... la violence DOIT être exclue"...".
          Si un vaste mouvemente populaire devait un jour prochain s’enclancher, il est évident que la première action du pouvoir serait de le discréditer en le faisant déraper vers la violence. Ainsi en est il désormais des mouvements étudiants dans la capitale, livrés aux casseurs (ou provocateurs).
          De plus, il est évident, que si la police devait être dépassée, comme elle a bien failli l’être lors des émeutes de 2005, le pouvoir instaurerait le loi martiale. Or, l’armée est maintenant composée de professionnels, qui exécuteront les ordres. Comme toujours.
          Personne ne doit souhaiter de la violence, (sauf le pouvoir précisément).

          Chomage massif, difficulté à satisfaire ses besoins essentiels, perte de perpectives d’avenir, outrances des riches, paupérisation générale, augmentation des sans abris ...etc... sont de nature à provoquer un élan, de raz le bol d’abord, d’action ensuite.

          La grande crainte de tous les pouvoirs n’est pas de voir des émeutiers dans la rue (que personne doit souhaiter) mais de voir des millions de citoyens qui s’assoient dans la rue, font la grève des taxes et impôts, et, à toutes les injonctions des "autorités" répondent : "Cause toujours , tu m’intéresse".




        • hans lefebvre hans lefebvre 15 décembre 2008 13:24

           Adepte de la pensée et de l’action du Mahatma Gandhi (qui a fait plier la GB), je suis parfaitement d’accord avec les moyens d’action non violents. La résistance ne doit pas employer les mêmes moyens que les forces répressives. En outre, seul le nombre peut faire loi !


        • appoline appoline 15 décembre 2008 15:47

          @ l’auteur,
          Si monsieur Kennedy aujourd’hui revenait
          Ou si monsieur Gandhi soudain ressussitait
          Ils seraient étonnés quand on leur apprendrait
          Que pour changer le monde le monde, il suffit de chanter.

          Crier dans un micro, "je veux la liberté" assis sur son derrière avec les bras croisés
          Nos pères et nos grands-pères n’y avaient pas pensé, sinon combien de larmes et de sang évités

          Ecrire sur son blouson, la guerre doit s’arrêter, assis sur son derrière avec les bras croisés
          Les bonzes du Vietnam n’y ont jamais pensé , tout ce qu’ils ont trouvé, c’est partir en fumée......

          Je veux bien mais les choses avancent peu ainsi ; vous avez reconnu l’auteur.


        • Alpo47 Alpo47 15 décembre 2008 16:53

          Peut être, êtes vous adepte de l’affrontement à mains nues, face à la police ou à l’armée ? Autrement dit de scènes de massacre ? C’est ce qu’ont fait les jeunes de Budapest en 1956, les kabyles en Algérie, les Africains un peu partout... la liste est trop longue.

          Le refus d’obéissance au pouvoir est tellement dangereux que l’armée française a condamné 2400 poilus à mort en 14/18. 600 ont été exécutés pour l’exemple. Si la contagion avait gagné le gros de l’armée, la guerre était finie car il en était de même dans les armées d’en face.

          Je trouve irresponsable d’encourager la révolte armée, la révolution violente. Les pouvoirs n’attendent que cela pour pouvoir villipender la "racaille" et organiser une répression qui conforte leur pouvoir.


        • appoline appoline 16 décembre 2008 12:10

          @ Alpo,
          Soyez raisonnable, laissez nos poilus, qui n’ont plus mal aux os depuis longtemps, reposer en paix. Je n’appelle pas à la confrontation, très cher. Mais si un jour je devais défendre mes intérêts et ceux des miens, je ne laisserais pas faire la sale besogne par quelqu’un d’autre.

          L’individu a toujours le choix dans la vie, l’histoire nous a déjà prouvé qu’en cas de difficultés il n’est pas si facile de choisir le brave ou le bourreau.


        • John Lloyds John Lloyds 15 décembre 2008 11:50

          "avec ces supposés "ultra-gauchistes tendance arnarcho-autonome" qui vivaient (citations de MAM elle-même) "sans portable" (vous vous rendez compte ?), "

          c’est sûr, plus difficiles à surveiller les lascars, ça a dû la marquer, la mère MAM smiley

          "Oui, je suis d’acord, ça sent le coup de grisou populaire..."

          Là par contre je suis pas d’accord.

          Les villages de sdf dans les bois grandissent, les files d’attente s’allongent devant les poubelles des hypermarchés depuis quelques mois, rien ne bougera.

          Je suis de plus en plus persuadé que cette crise est voulue, que la suivante, qui sera pire encore, est également voulue, et que les dispositions ont déjà été prises pour contenir toute protestation :

          • Loi martiale aux US
          • Militarisation de la police française, dont les interventions ressemblent de plus en plus à la Gestapo
          Au risque de passer pour un incorrigible pessimiste, je pense qu’il est déjà trop tard, et que chacun devra sauver sa peau.




          • Vilain petit canard Vilain petit canard 15 décembre 2008 16:09

            C’est sûr, vous êtes plus pessimiste que moi, mais je persiste à prédire un gros pèt’ social quand les jours rallongeront... et qu’on se retrouvera à poil. Enfin, on verra... comme vous dites entre les lignes, l’être humain se révolte rarement et seulement quand il est à bout. 


          • Bois-Guisbert 15 décembre 2008 11:53
            Partager le peu qu’on a, grâce à nos efforts, avec des pousse-mégots qui n’ont rien parce qu’ils ne font rien, non merci. Sans façon.

            Je me souviens d’un temps où des gens nous proposaient de faire la révolution pour être mieux après qu’avant ; maintenant, il y a les lefebvre, les JL, les vilain canard, les Alpo47 qui nous annoncent, implicitement ou explicitement, qu’après, ce sera bien pire qu’avant...

            Ca va être très dur à faire passer dans les classes laborieuses smiley

            P.S, - Est-il d’ores et déjà prévu de mettre sur pied des heures supplémentaires humanitaires et obligatoires, pour venir en aide à nos "frères" du tiers monde ?

            • foufouille foufouille 15 décembre 2008 12:05

              @ bois
              faire la revolution pour nous, ca serait deja beaucoup
              l’article ne parle pas de les aider, mais sous entend un effet boule de neige comme en 68


            • mcm 15 décembre 2008 17:35

              L’effet boule de neige comme après 68 ?
              30 ans de régression, c’est un bel effet boule de neige !


            • hans lefebvre hans lefebvre 15 décembre 2008 12:07

               
              >  
                   Quote of the Week
              >  "I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies. If the American people ever allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the banks will deprive the people of all property until their children wake-up homeless on the continent their fathers conquered."
              >                         Thomas Jefferson 1802


              > "je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat.

              > Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession,d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis"
              >                 Thomas Jefferson 1802

              > __._,_.___
              >  
              >  Quelle lucidité !
              >  
              >  


              • denis84 15 décembre 2008 15:25

                Lucide,oui,mais mort prématurément ! ............


              • jakback jakback 15 décembre 2008 12:16

                Ah les rêves du grand soir !! puis les y a qu’a , il faut qu’on, la réponse est dans notre histoire, celle notre planète, de nos ancêtre, celle des hommes. Oublier les rêves, l’homme est loup pour l’homme, dixit Thomas Hobbes.
                Depuis, sans remonter a la nuit des temps, quel changement profond de comportement remarquable, pouvons nous constater ?
                Si l’homme pouvait vivre en harmonie avec lui même, il est probable que cela ce saurait.
                 http://jchichegblancbrude.blog.lemonde.fr/2007/12/15/lhomme-est-un-loup-pour-lhomme/


                • bobbygre bobbygre 15 décembre 2008 12:26

                  Tous les hommes sont uniques et l’humanité n’est pas réductible à une seule manière de penser, de vivre ou même de concevoir la vie.
                  Il y a dans la vie de tous les jours au moins autant de manifestations d’entraide, d’empathie ou de desinteressement que d’egoïsme, de violence ou de jalousie... Certains sont plus penchés d’un coté que de l’autre mais rien ne saurait être tout noir ou tout blanc.
                  Vision cynique et aussi fausse que les visions d’une humanité qui vivrait d’amour et d’eau fraïche.


                • jakback jakback 15 décembre 2008 12:56

                  j’admire votre vision optimiste des choses, si l’humanisme était égal a l’égoisme, les guerres, guérrias, famine, exploitation etc...., la colombe volerait sur notre planète. Sans doute n’habitons nous pas la même


                • Liberty 15 décembre 2008 12:44

                  Ne rêvons pas, il est déjà trop tard !

                  Les médias sont sous contrôle, le délit d’outrage est à toutes les sauces, les manifestations sont systématiquement anarchistes donc potentiellement terroristes, il est obligatoire de déposer un préavis de manifestation en sous préfecture etc....

                  Le premier qui bouge une oreille c’est : Police / menottes / prison (secret défense puisque c’est un terroriste)

                  La seule alternative : Résistance comme mors de la 2 èle guerre mondiale (elle aussi terroriste à l’époque)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès