Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Débat Cahuzac/Mélenchon : l’oligarchie contre le peuple

Débat Cahuzac/Mélenchon : l’oligarchie contre le peuple

Hier soir avait lieu un débat d’anthologie attendu par beaucoup sur France 2, dans le cadre de l’émission Mots croisés. L’émission a fait l’objet d’une promotion alléchante de la part de la chaine : « gauche contre gauche », un spot tonitruant diffusé les jours précédant la diffusion, et un plateau digne d’un débat d’entre deux tours d’élection présidentielle. On nous promettait du sang et des larmes, on en a eu, mais pas grâce à celui qu’on aurait cru !

On a surtout eu droit à un véritable débat de fond, suivi par près de deux millions de personnes. Ce n’était pas simplement un débat entre deux gauches. Bien sûr, ça avait des airs de « Discours des deux méthodes » du XXIème siècle, à ceci près que Jérôme Cahuzac, bien qu’il ait prit soin de se revendiquer de Jaurès, se situait carrément en dehors du débat, de part ses positions politiques, laissant Jean-Luc Mélenchon incarner à lui seul Gesdes et Jaurès. Bref. En réalité on a plutôt eu droit à un débat entre deux mondes, entre deux conceptions de la société. Jérôme Cahuzac, rocardien de formation, fervent strauss-khanien, social-libéral assumé (il ne contestera pas cette étiquette que lui accolera JLM en début d’émission), totalement inféodé à la pensée unique néolibérale, a clairement défendu une conception passée de la société, de l’économie, du système capitaliste. Tellement sûr de lui, il a piteusement sombré en déniant à son contradicteur le droit de faire valoir la possibilité d’une politique économique différente de la sienne. Le véritable enjeu n’était pas de savoir si cet individu est ou non de gauche, mais bien de mettre en évidence que le Ministère délégué du Budget était hier soir un représentant du système économique, social et politique qui opprime le peuple au service des intérêts particuliers d’une oligarchie rabougrie.

JLM fair-play, Cahuzac hautain et insultant

Ce débat était fondamental, parce qu’il a permis d’évacuer les faux procès en appartenance à la gauche et d’aller réellement au fond des choses. On remarquera au passage que Jean-Luc Mélenchon, beau joueur, a évacué d’entrée de jeu les accusations de corruption dont Jérôme Cahuzac fait l’objet, renvoyant la question à la Justice pour ne pas s’égarer en vaine polémique. Ce fair-play a d’ailleurs mis Cahuzac mal à l’aise. Durant les cinq premières minutes de débat, on le voyait le regard fuyant, se grattant le visage ou se frottant les yeux.

D’ailleurs ce fair-play ne sera pas réciproque. Chassez le naturel, il revient au galop : Cahuzac retrouve renoue rapidement avec les aspects les plus détestables de sa personnalité, toisant Jean-Luc Mélenchon avec un regard méprisant ou un sourire narquois, le prenant de haut lorsqu’il prenait la parole. On a reconnu au passage le bon bourgeois sûr de lui et de sa compétence autoproclamée, irrespectueux et grossier. Cahuzac est très tôt malhonnête, affirmant que le PCF a voté avec l’UMP au Sénat pour rejeter le budget de la sécurité sociale. L’ancien candidat à l’élection présidentielle rétablira aussitôt la vérité, rappelant que c’est au contraire l’UMP qui avait voté une motion du groupe des sénateurs communistes. On passera les détails, mais pour une fois j’aurais bien aimé qu’on demande à la droite ce qu’elle pense de voter un texte soumis par le Parti communiste !

Mais ce n’était qu’un prélude ! Cahuzac ne tardera pas à sortir de ses gonds, balançant de manière totalement injustifiée un « arrêtez de faire le clown » en interrompant l’eurodéputé du Sud-ouest, qui accusait à juste titre la social-démocratie d’imposer la pire austérité partout en Europe. Une tentative de déstabilisation maladroite contre laquelle Jean-Luc Mélenchon a bien réagi, adoptant un air surpris et consterné puis finalement indigné, pointant du doigt l’arrogance insupportable de son contradicteur. C’est finalement celui qu’on aurait jugé être le plus raisonnable qui tentera d’abaisser le niveau du débat en employant l’insulte et le dénigrement. On s’en souviendra pour l’avenir.

Un débat technique qui a permis de souligner les véritables divergences

Le débat suit ensuite un cours normal. A tel point que beaucoup ont rapporté qu’il a ressemblé à un affrontement droite/gauche traditionnel. Les désaccords sur la politique à adopter face à la dette étaient connus, ils ont été pleinement assumés. On cherchera en vain chez Cahuzac une quelconque argumentation de gauche. Difficile, en effet, de se convaincre qu’un sacrifice en règle des services publics et de l’interventionnisme d’Etat au nom des fameux 3% de déficit public soit de nature à permettre aux générations futures d’avoir des conditions d’existence dignes. Mal à l’aise sur les questions européennes, le ministère du budget refuse de répondre sur le reniement de François Hollande concernant le vote du TSCG et préfère verser dans la mauvaise foi, accusant Jean-Luc Mélenchon de girouettisme en rappelant que celui-ci avait voté le traité de Maastricht avant de rejeter l’ensemble des traités européens écrits ensuite. Une accusation à laquelle le co-président du PG répondra sans complexes, faisant son autocritique et enjoignant, en vain, son contradicteur à faire la sienne. Mauvaise foi, encore une fois, lorsque Cahuzac a rappelé que la CSG avait été instituée sous le gouvernement Rocard, répondant à une objection affirmant que sous Mitterrand, il y avait 14 tranches d’impôt. Jean-Luc Mélenchon ne manquera pas une si belle occasion : et oui, M. Cahuzac, le gouvernement Rocard, c’était sous la présidence Mitterrand ! Pas de pot, du coup l’argument selon lequel la CSG compense mécaniquement la réduction des tranches d’impôt ne tient pas.

Si la question de la taxe différentielle a été évoquée, les désaccords à son sujet n’ont pas été assez saillants. L’eurdopté a été clair, affirmant qu’il fallait faire voter une loi permettant de taxer les exilés fiscaux, pour les contraindre à payer à la France ce qu’ils auraient dû lui payer s’ils étaient restés en France. Dommage de ne pas avoir plus insisté sur l’infâme Depardieu, tellement représentatif de ses riches apatrides qui n’ont pour seul compatriote que l’argent… Dommage également que l’émission n’ait pas permis de démonter plus clairement que non, le gouvernement n’a pas pris la résolution de taxer le capital au même niveau que le travail, bien que Jean-Luc Mélenchon ait démontré ses compétences en la matière au travers d’un échanges dont les termes savants ont dû échapper à pas mal de monde. Cela aura moins eu le mérite de ne pas permettre au Ministre du budget de noyer le poisson avec sa soi-disant supériorité technique.

Point d’orgue du débat, la brillante intervention de Jean-Luc Mélenchon en faveur des classes populaires permettra de mettre en évidence le vrai point de clivage. Jérôme Cahuzac apportera d’ailleurs la réponse qu’on attendait de lui, affirmant crânement qu’il ne suffit pas de s’indigner et que lui seul est réaliste et pragmatique. Arrêtons-nous sur les mots, parce qu’ils ont un sens. Le co-président du PG a planté le décor d’entrée de jeu : lui incarne l’éco-socialisme, la révolution citoyenne. Son contradicteur est au contraire assimilé, mot pour mot, à la « vieille gauche ». C’est tellement juste et tellement vrai. On a vu, au travers de ce débat, s’opposer un véritable homme politique, un tribun du peuple authentique, contre un bureaucrate austère, un oligarque qui se contrefiche des conditions d’existence du peuple et ne raisonne qu’en termes de chiffres et de jargon économique incompréhensible. Cahuzac s’égarera d’ailleurs à plusieurs reprises dans une série de digressions indigestes, Yves Calvi l’interrompant même pour prendre le soin d’expliquer à des téléspectateurs médusés ce que signifie le terme de « conjugalisation »… Le peuple jugera souverainement qui se soucie véritablement de son sort !

Une conclusion en point d’orgue

Le débat atteint finalement une conclusion intéressante. Citant la lutte des classes, Jean-Luc Mélenchon affirme son souci d’incarner les vraies valeurs de la gauche. Au contraire, Jérôme Cahuzac s’empresse de les renier, affirmant avec une assurance rare : « la lutte des classes, moi, je n’y ai jamais cru ». C’est dit ! Au passage il faudra que monsieur le ministre nous explique comment on fait pour être socialiste sans assumer la lutte des classes. C’est une aberration. Aberrante était également sa tentative d’assimiler le Front de gauche à Sarkozy, tous deux accusés de chercher à diviser les français. Oui, justement ! Le Front de gauche assume le fait de chercher à mobiliser les classes populaires contre l’oligarchie économico-financière, les nantis, la grande bourgeoisie capitaliste. Que diable ne le ferait-il pas ? Quel rapport avec la droite qui instrumentalise le racisme, la xénophobie, les problèmes d’insécurité publique pour alimenter la haine de son prochain ? Comment l’actuel gouvernement pourrait-il rassembler les français en maintenant en place le système de l’exploitation de l’homme par l’homme ? On attend toujours la réponse…

Je ne m’étendrais pas sur l’accusation suivante, qui a bien évidemment été préparée. En gros, Cahuzac estime que quand on est de gauche, on ne peut pas critiquer le gouvernement de gauche (sous entendant par-là que toute la gauche est au gouvernement). Eh oui mais quand on est de gauche, on critique les politiques de droite, y compris lorsqu’elles sont appliquées par un gouvernement prétendument de gauche, Monsieur Cahuzac ! Jean-Luc Mélenchon a ensuite nié une quelconque volonté de voir échouer ce gouvernement, ce qu’à mon sens il aurait dû au contraire assumer. Oui il faut que ce gouvernement échoue pour mettre fin à sa politique antisociale. Oui, le Front de gauche est prêt à prendre la relève et à balayer ces oligarques sociaux-libéraux qui n’ont cure du sort du peuple.

La conclusion sera à la hauteur des espérances. Cahuzac, confondant de suffisance, affirme crânement : « vous ne prendrez jamais le pouvoir parce que vous êtes un homme seul ». « Seul avec des millions », lui répondra Jean-Luc Mélenchon. L’un a de son côté l’oligarchie, l’autre le peuple. La messe est dite !

Texte publié sur Indignés, Révoltés, Engagés.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Laurent Laurent 9 janvier 2013 07:50

    Votre article est juste, il s’agit bien de deux mondes qui s’affrontent, la fameuse lutte des classes que « JC » affirme qu’elle n’existe pas. Mais si Mr « JC », et vous vous faites partie de l’oligarchie, vous ne serez pas inquiété par la justice comme le serait tout citoyen ordinaire, car vous disposez de vos avocats comme vous le prétendez au début du débat, le peuple lui ne pourrait méme pas s’en payer un de vos avocats.........
    Mais la grogne monte, et le peuple de gauche, la vrai gauche sera bientot dans la rue.

    PS : « JC » = Jérome Cahuzac, pas Jésus Christ.


    • bigglop bigglop 9 janvier 2013 17:14

      Bonjour à tous,

      Même si je partage le programme du FDG, avec quelques réserves, je n’ai pas vu le même débat que vous @Alan C et @Laurent.

      Comme aurait dit Pierre Desproges : nous avons assisté à un débat capillotracté et très décevant.

      Sur la dette publique :
      -l’audit de la dette publique a été évoqué sans aucun développement, sinon qu’elle serait remboursée sur une durée plus longue.
      Quid de la distinction entre entre la dette légitime et celle odieuse.

      -sur l’action de la BCE fabriquant de la monnaie (project bonds), assimilable à des « quantitative easing » dont on connaît le succès aux Etats-Unis avec la FED, en Grande-Bretagne avec la BoE et bientôt au Japon avec la BoJ, qui ne résolvent rien sur la dette, alimentant les marchés spéculatifs en liquidités.
      De plus, il rêve de changer le statut de la BCE pour la soumettre aux « politiques » et de changer les institutions européennes de l’intérieur. Cahuzac a eu beau jeu de lui rappeler que cette solution nécessitait un vote à l’unanimité des 17 membres de la zone euro et très certainement un vote des pays membres de l’Union pour modifier les traités.

      Sur ces points, je ne suis pas l’analyse de JLM.
      Soit la France sort de l’Euro, de l’Union avec un audit de la dette indépendant, soit elle garde la monnaie unique. Une solution serait un défaut concerté de la zone euro avec une restructuration globale de la dette gérée et mutualisée par la BCE..............................................

      Pour finir, Cahuzac a indiqué que l’Etat devait trouver pour 2013 un financement sur le « marché » de plus de 170 mds €. JLM aurait dû saisir la balle au bond en lui demandant les % affectés au remboursement de la dette (capital et intérêts), au financement du déficit total, etc....
      En effet, depuis des années nous remboursons notre dette, en grande partie, par la souscription à de nouvelles dettes. En résumé, nous faisons rouler la dette et ainsi elle devient irremboursable.

      J’espère ne pas avoir été trop ennuyeux !!!


    • frugeky 9 janvier 2013 09:05

      Juste pour signaler que cet article, très bien écrit et pertinent au passage, est repris sur google actualités. Maintenant que les gros titres de la presse veulent être subventionnés non seulement par l’Etat mais aussi par google, on va peut-être avoir accès à une autre info plus pluraliste (juste le temps qu’un accord soit trouvé, pas d’illusions).


      • lionel 9 janvier 2013 09:22

        Cahuzac est un psychopathe ! 


        La France à besoin d’un mouvement qui transcende la dichotomie droite/gauche et rassemble les Français autour du bon sens et de valeur humaines non pourries par les psychopathes. 

        Sortie de l’Euro, de L’UE et de l’OTAN !!

        UPR

        • Allguilty 9 janvier 2013 13:06

          +1000 @ Lionel


        • essoxluxus 9 janvier 2013 09:41

          article orienté et suffisant sur un débat dont toute la presse parle comme une exécution en direct de Mélanchon par une des ténors PS.

          par exemple ici :http://leplus.nouvelobs.com/contribution/755613-comment-jerome-cahuzac-a-mis-ko-jean-luc-melenchon-a-mots-croises.html

          au delà des lecture partisanes , il y avait un faussé entre les deux hommes en terme économique et efficience de solutions pour régler la crise.


          • Alan C. Alan C. 9 janvier 2013 10:19

            Ca va, vous ne nous prenez pas du tout pour des imbéciles vous. Vous dites que mon article est partisan, et vous citez en exemple l’article d’un blog du plus du Nouvel Obs rédigé par un militant PS pro-Cahuzac à mort ! Je me marre !


          • 1871-paris 1871-paris 9 janvier 2013 13:12

            grotesque ! nous veront a la fin de l annee lorsque ce tenor aura demissionne pour raison.judiciaire, que la croissance du pays sera negative, que le chomage passera les 10 millions t categorie confond, que la consensualite d hollandraou ne produira plus rien d autre que du vent !

            les gens sont decu car contrairement a 1981 nous somme les temoins d un changement invisible et indolore ! 

          • epicure 10 janvier 2013 00:10

            Aucun argument politique, philosophique dans cet article du nouvel obs, que des histoires de forme, aucun intérêt, tout le contraire de l’aricle ci dessus où l’auteur replace les choses au nivceau politique sna s se fixer sur des histoires de personnalités.


          • Gabriel Gabriel 9 janvier 2013 10:20

            Mélenchon est, du moins dans ses paroles, de tendance humaniste. Cahuzac est de ceux qui font parti de l’international du pognon. Cahuzac et sa clique n’en ont rien à faire du chômage et de la misère qu’il génère, cette race de seigneur est complètement déconnectée de la réalité. Il serait bon de l’envoyer pendant une année vivre dans un HLM en banlieue avec 800 € par mois histoire de lui enlever la M... qu’il a devant les yeux. 


            • CARAMELOS CARAMELOS 9 janvier 2013 22:22

              Bonsoir,

              Le terme de race suppose une existence et une intelligence et une culture, suffisant et bouffon de première, CAHUZAC ne peut appartenir à une race de seigneurs . A un clan , à une caste probablement ; à une organisation plus certainement. 


            • joelim joelim 9 janvier 2013 10:45

              La « bourgeoisie » fait tout ce qu’elle peut pour priver le « prolétariat » des moyens qui lui permettent d’acheter ce qu’elle fabrique. smiley 


              En effet vivre en microcosme — les pauvres crevant de faim autour — ne la dérangerait point, du moment qu’elle vend aux nantis avec une marge qu’elle ne pourrait pas se permettre avec les pauvres. 

              Faire des économies d’échelle en vendant aussi aux pauvres l’intéresse peu : c’est parce que les pauvres sont pauvres qu’on peut leur octroyer des salaires de misère.

              D’ailleurs les producteurs à destination pauvres ne sont pas forcément de la grande bourgeoisie, le monde n’est pas si simple.

            • logan 9 janvier 2013 18:32

              Tout est fait ??? Ah bon ? Même l’augmentation des salaires ? En effet, les capitalistes cherchent tous les moyens pour pouvoir refourguer leurs marchandises, mais après la recherche de la maximisation de leurs profits et des dividendes des actionnaires.


            • logan 9 janvier 2013 21:01

              Si ce il vaut mieux signifie délocaliser, donc créer du chômage, ou encore réduire les salaires, alors je le conteste.

              Car on ne peut plus vendre autant d’ordinateurs quand on met autant de gens au chômage ou quand on ne les paye plus assez pour qu’ils puissent se les acheter.

              C’est la fameuse crise de surproduction qui arrive systématiquement parce que le système capitaliste n’a aucun sens.
              C’est ce qui fait que des gens en arrivent à crever de faim alors qu’il y a des silos remplis de nourriture inutilisée à côté d’eux qu’ils ne peuvent pas se payer et qui sera finalement jetée car périmée.


            • epicure 10 janvier 2013 00:14

              tiens un qui a vécu enfermé dans un coffre de banque suisse ces dernières 30 années, et donc n’a pas pu observer la main mise par des élites économiques la main mise et la captation sur l’économie et la levée au seul frein à leurs sinistres desseins : l’état démocratique (la monarchiedictatoriale saoudienne n’est pas un obstacle à leur entreprise, bien au contraire ils sontparttenaires, par exemple ).


            • simir simir 10 janvier 2013 10:17

              « C’est ce qui fait que des gens en arrivent à crever de faim alors qu’il y a des silos remplis de nourriture inutilisée à côté d’eux qu’ils ne peuvent pas se payer et qui sera finalement jetée car périmée. »

              Les koulaks en URSS avaient déjà fait cela. 
              Réservons leur la même punition.

            • Aristoto Aristoto 9 janvier 2013 10:32

              Merde alors je viens d’apprendre ça :

              1er mensonge : « je n’ai pas voté Maastricht » Bien sur que non qu’il ne l’a pas voté, il n’était pas député, ni même conseiller général, ni Maire, que faisait t-il le Cahuzac à l’époque ? Il est Conseiller technique pour le médicament, il est également à l’interface du ministère avec la Direction de la pharmacie et du médicament (DPHM) dans le cabinet Evin. L’année suivante, il crée la « clinique Cahuzac » spécialisée dans les implants capillaires. Ainsi, s’il n’a pas voté Maastricht c’est que personne ne lui a demandé son avis, alors bien sur il peut toujours dire que dans le secret de l’isoloir, il aurait déposé un non au référendum… Il ment, il ment parce qu’à la vérité il est à l’époque conseiller de Michel Rocard et que celui ci mène une campagne soutenue pour le oui ! D’ailleurs lorsqu’il s’agit en 2008 de reconduire le traité de Maastricht, alors qu’il est député, il votera le texte comme c’est prouvé ici.


              http://letang-moderne.over-blog.com/article-jerome-cahuzac-l-homme-qui-ne-peut-pas-114181479.html



               smiley


              • LE CHAT LE CHAT 9 janvier 2013 11:58

                Cahuzac est caricatural de la gauche caviar , tout comme les DSK , les marissol Touraine
                qui font tordre de rire quand il se disent de gôôôche , leur style de vie bourgeois exacerbé étant en contradiction avec leurs belles paroles 


                • Onecinikiou 9 janvier 2013 13:15

                  Vous oubliez la grande leçon de Mélenchon : l’ennemi c’est la droite et surtout l’ « extrême-droite » !


                  Et donc messieurs, malgré vos vitupérations contre la social-bobo-démocratie, vitupérations justifiées (encore qu’elles dépendent de qui, et surtout de quels imposteurs, émannent-elles...), une question se pose : si un deuxième tour avait opposé Strauss-Kahn le serial-violeur grand maître du FMI, à la présidente d’un Front national incroyablement diabolisé par les mêmes depuis trente ans, pour QUI auriez-vous voté ? 

                  Autrement dit : QUI aurait incarné à vos yeux l’ennemi principal et prioritaire ? Parce que je préfère vous dire que Mélenchon lui le sait (ô combien symbolisé par sa tentative pour le moins avortée à Henin-Beaumont) ! Démontrant par la même sa plus totale imposture.

                • LE CHAT LE CHAT 10 janvier 2013 09:17

                  @onecinikiou

                  pour Marine que j’aurais voté , sans aucun doute !  smiley  smiley  smiley
                  je suis un souverainiste decomplexé  smiley


                • simir simir 10 janvier 2013 10:22

                  @ onecinikiou

                  J’aurais voté pour DSK tout comme j’ai voté Chirac en 2002 
                  Ce qu’il a fait (puisque la victime accepte un arrangement financier) est moins grave que d’aller valser avec les néo-nazis à Vienne (même Collard sur France Inter avait convenu à l’époque que c’etait une faute)
                  Non aux racistes et xénophobes de tout poil.

                • Onecinikiou 10 janvier 2013 15:05

                  Simir, pour vous démontrez l’étendue de votre manipulation par de mêmes forces que vous prétendez combattre, et par la même de la manipulation que vous relayez ici (comme de votre insondable bêtise), si vous commenciez par nous donner des preuves de ce que vous avancez. Donnez nous des preuves formelles et incontestables que Marine Le Pen dansa ce soir là avec des « néo-nazis » ! 

                  Et puis, sincèrement : voir un type qui a comme avatar le petit père des peuple appelé à voter pour son antithèse, le gros oligarque « juif déjà bedonnant ou en passe de le devenir » (Trotsky), ex-directeur d’un FMI ultra-libéral, de toutes les manipulations et trahisons sociales, affameur des peuples, destructeur des identités, qui se demande « chaque matin ce qu’il pourrait faire pour Israël », vraiment, vous êtes un tartuffe de premier plan. 

                  Je ne peux pas croire que vous ayez seulement conscience de vos contradictions, de votre nullité, et en fin de compte de votre schizophrénie. 

                • Onecinikiou 9 janvier 2013 12:28

                  L’auteur dit : « L’un a de son côté l’oligarchie, l’autre le peuple. La messe est dite ! »


                  L’auteur a-t-il seulement conscience que les français ont voté au premier tour des dernières présidentielles à 55% pour les candidats UMPS (soit plus de 20 millions d’électeurs sur les 36,5 millions de votants) ? Et cela sans compter les leurres et autres agents du Système contrôlés par lui.

                  Est-il si naïf pour croire que, dans ces conditions de lobotomie avancée de la masse par l’industrie du spectacle, une quelconque prise de conscience citoyenne puisse avoir lieu à courte échéance, c’est à dire tout le temps où le clampin disposera encore des moyens de sa petite et misérable subsistance (le triptyque auto, plasma, frigo) ?

                  • morice morice 9 janvier 2013 13:24

                    L’auteur a-t-il seulement conscience que les français ont voté au premier tour des dernières présidentielles à 55% pour les candidats UMPS 


                    et hop c’est reparti ; qui associe le PS à l’UMP ? 

                    Jean-Marie..... et fifille

                    l’extréme droite vient voter pour votre texte, vous qui vous prétendez de gauche.

                    Ça vous apprendra à être aussi bête.

                  • alinea Alinea 9 janvier 2013 12:35

                    Que votre regard positif sur ce débat fait du bien ! Puisse tout le monde l’avoir vu comme vous. Personnellement, je sais que la morgue des nantis du pouvoir a une influence énorme sur l’affect des téléspectateurs. Mon interprétation de ce débat est tout entière influencée par cette « peur » là !
                    Merci en tout cas.


                    • morice morice 9 janvier 2013 13:12

                      Je ne m’étendrais pas sur l’accusation suivante, qui a bien évidemment été préparée. En gros, Cahuzac estime que quand on est de gauche, on ne peut pas critiquer le gouvernement de gauche (sous entendant par-là que toute la gauche est au gouvernement).


                      le problème est qu’il a aussi raison : critiquer ne veut pas dire la charge grotesque du PC faite dans un clip qui a atteint tous les degrés de connerie et de manipulation dignes du temps de Staline....

                      • Fab81 9 janvier 2013 17:01

                        Manipulation ? Quelle manipulation ? Le PC a simplement mis Hollande face à ses promesses trahies dans ce clip plutôt marrant. Les réactions indignées pour le moins excessives du PS prouvent d’ailleurs que ce petit film les a piqués au vif !


                      • simir simir 10 janvier 2013 10:32

                        @ morice

                        Pour moi celui qui manipule est celui qui une fois au pouvoir s’empresse de tourner le dos à toutes ses déclarations ou promesses de campagne. Celui qui manipule c’est celui qui critique la TVA sociale de Sarkosy mais qui s’empresse de faire la même chose peu de temps après, c’est celui qui déclare la finance comme son ennemi mais qui lui octroie par ailleurs 20 milliards d’€ de crédit d’impôts. 
                        Tous cela ce sont des faits
                        Je vous ai connu plus teigneux dans votre argumentation.
                        Quant à Staline laissez le en paix, lui au moins il tenait ses plans quinquénaux et là-bas ils sont 20 % à voter pour le pc russe malgré la fraude électorale et les temps de parole très faibles dans les médias pour Ziouganov.

                      • morice morice 9 janvier 2013 13:22

                        L’auteur dit : « L’un a de son côté l’oligarchie, l’autre le peuple. La messe est dite ! 


                        IL SE TROMPE, car c’est le discours du FN et il ne s’en rend même pas compte, ce qui est gravissime. Et ce n’est pas la première fois que « l’étudiant » nous fait le coup ici.... de la critique dite de gauche qui rejoint le FN. La clique de Soral-Dieudonné à commencé pareil ; il faudrait qu’il se méfie !!!

                        c’est bien un habitué de la chose ici.

                        « Pourtant, les faits sont tétus. Jean-Luc Mélenchon a bel et bien réalisé une percée dans les couches populaires, même si son électorat est très composite  »


                        à soutenir des ballons, on est emmerdé quand ils grimpent haut et explosent en vol.

                        tout le monde s’aperçoit en effet que la baudruche Mélenchon s’est dégonflée et que le PC regrette déjà de lui avoir donné tant de pouvoir...

                        allez on attendra que l’étudiant comprenne quels sont les enjeux, et ce pourquoi, quand on se PRETEND de gauche, il faut faire attention à ne pas aider un Jean-Marie ou sa blondasse de fille. Il a encore à apprendre de la politique, le jeunot.

                        • 1871-paris 1871-paris 9 janvier 2013 16:58

                          ta tentative de melanger le populisme nationaliste et celui du proletaria de la lutte des classes est detestable ! pour qui roules tu ? soit franc !


                        • Fab81 9 janvier 2013 17:36

                          Avec Morice, tous les hommes politiques sont des êtres purs et désintéressés animés par le seul souci du bien commun.

                          Les grands médias ne sont pas aux mains des puissances d’argent. Journalistes de salon, universitaires médiatiques, grands patrons, dirigeants syndicaux « réformistes » et compagnie ne fréquentent pas les mêmes clubs, n’habitent pas les mêmes quartiers, ne sont pas formés dans les mêmes grandes écoles, ne partent pas en vacance dans les mêmes endroits, ne mettent pas leurs gamins dans les mêmes écoles privées très chères et très fermées... Evidemment, ils ne partagent pas les mêmes valeurs, ne sont pas d’accord sur l’essentiel. Aucune minorité privilégiée ne capte l’essentiel des richesses. Elle n’a donc logiquement pas besoin de relais au sein des sphères de pouvoir et d’influence.

                          Bref, personne, et surtout pas la droite du PS, ne défend l’oligarchie. D’ailleurs, il n’y a pas d’oligarchie. Et qui prétend le contraire est un lepéniste en puissance.

                          Quel monde merveilleux, Morice !

                           smiley


                        • morice morice 9 janvier 2013 13:28

                          vous avez aussi écrit dans un article de midinette admirant son idole que


                          Du côté des quotidiens et des hebdomadaires, on ne digère décidemment pas cette réécriture d’un scénario que les « grands reporters » et autres « observateurs de la vie politique » avaient écrit à l’avance

                          ben non : Mélenchon qui grimpait, il n’y avait que vous pour le croire. 

                          Bref, Mélenchon et le Front de gauche dérangent. Cette irruption d’une gauche anticapitaliste forte et en plein ascension déplait fortement aux tenants du système en place qui ne supportent pas de voir le paysage politique traditionnel remis en question

                          il en reste quoi ? RIEN. La baudruche s’est dégonflée.

                          • Fab81 9 janvier 2013 17:41

                            Ah, j’oubliais. Dans le monde merveilleux de Morice, les évènements sont inscrits dans les astres, où papi peut lire les futures performances du Front de Gauche. Morice, c’est Elisabeth Teissier en pantalon...


                          • wesson wesson 9 janvier 2013 21:14

                            Bonsoir morice,


                            « il en reste quoi ? RIEN. La baudruche s’est dégonflée. »

                            Je suis assez étonné par cette sortie. Vous qui d’ordinaire ne rechignez jamais à dénoncer l’extrême droite, vous en reprenez là mot pour mot l’argumentaire. 

                            « Mélenchon qui grimpait, il n’y avait que vous pour le croire »

                            Et moi, et quelques autres. 

                            Le PC est indéniablement en pleine réflexion sur le Front de Gauche. Mais d’un autre coté, le PS assume de plus en plus un libéralisme qui est pratiquement insupportable, et fait d’ailleurs subir mort et passion à leurs alliés des verts. 

                            Alors certes il y a les élections locales où le PC risque de passer un sale quart d’heure, mais il ne faut pas non plus douter de la capacité de conviction et de résilience de ce parti qui a écrit les plus belles pages de ses réalisations alors qu’appartenir au PC était puni de la peine de mort.

                            Le PS fait effectivement tout pour essayer de désolidariser le PC du Front de Gauche, et c’est de bonne guerre. Mais rien ne dit que il va y arriver effectivement. 

                            Les prochaines élections nous diront de toute manière dans quel état va se retrouver le PS, et ses alliés.

                          • simir simir 10 janvier 2013 10:44

                            Bonjour Wesson

                            Passer de quelques pourcents à 11 % en l’espace d’une campagne ce n’est pas grimper pour morice. 
                            Comme ex enseignant il doit bien lui rester d’anciens collègues prof de maths qui pourraient lui expliquer ce que c’est la croissance d’une courbe ou l’on auralt mis en abcisse les dates et en ordonnée le nombre de voix recueilli lors de diverses élections précédentes par les différents partis composant le FdG. 
                            De plus j’ajoute que les résultats ont été la copie conforme des temps de parole relevés par le CSA. Croisons ces temps de parole dans les médias entre Hollande et Mélanchon aurait aussi croisé les résultats.
                            Raconte vraiment n’importe quoi ce type

                          • Dominique TONIN Dominique TONIN 9 janvier 2013 14:02

                            @ tous,

                            Les proses sur le débat JLM/JC ne manquent pas en ce moment !
                            Tous conviennent que JC est hautain, limite puant de suffisance, beaucoup à l’image d’un de ses gourous DSK ! Et oui, on a tendance à ressembler aux gens que l’on fréquente tous les jours !
                            Qt à JLM, même si je lui trouve une certaine aisance et une empathie vis à vis de ceux qui souffrent, j’ai trop peur que ce ne soit qu’à des fins ( et faims) démagogues. Car à mes yeux JLM est depuis des décennies un carriériste politique qui émarge à plus de 10000 € par mois et qui n’est pas net quant à son appartenance à la franc maçonnerie !
                            De même, même en supposant qu’il devienne le prochain 1er ministre, il sera incapable de dissoudre le parlement (auquel il a trop longtemps appartenu) pour y mettre des gens du peuple, tel que le prévoit une réelle démocratie. Etant incapable de faire cela, les lobbies continueront d’envahir les assemblées, donc à commander !
                            A qques différences près il retomberait donc dans le même sillage que son contradicteur d’un soir .
                            Donc rien de bien nouveau sous le soleil avec JLM chef de gouvernement !

                            • Fab81 9 janvier 2013 17:55

                              Plus de 10 000 euros par mois, le chiffre est faux, et on est las de devoir sans cesse rectifier ce genre d’intox malveillante. L’appartenance de Mélenchon à la franc maçonnerie ne nous regarde pas, pas plus que cela nous regarde de savoir si vous êtes juif, catholique, boudhiste, témoins de Jéhovah, quel est le montant de votre PEA ou si vous êtes naturiste.
                              Pour votre gouverne, la dissolution est une prérogative du président. En outre, elle ne règlerait pas comme par miracle le problème de la sous-représentation des catégories populaires dans l’hémicycle. Et contrairement à ce que vous imaginez, des « gens du peuple » ne seraient malheureusement pas forcément moins sensibles à l’influence des lobbies et ne serviraient pas automatiquement les intérêts de leur classe. Regardez feu Bérogovoy, ouvrier à l’origine et néanmoins père de la dérégulation financière... Inversement, le grand Jaurès n’était pas spécialement un « fils du peuple ».
                              Le discours simpliste du « tous pourri », en méprisant l’alternative, fait le jeu de la caste dominante qu’il prétend dénoncer...


                            • Dominique TONIN Dominique TONIN 9 janvier 2013 23:10

                              @ Fab 81

                              Cher Monsieur, il me plaît de répondre à vos attaques en étayant mon propos précédent. 
                              Vous semblez offusqué par les 10 000 € d’émoluments que je destine à MELENCHON en tant que député Européen ! Mais alors dites-nous combien il gagne, vous faisant grâce des avantages en nature ?
                              Si avoir un homme politique en tant que frangin me dérange c’est uniquement à cause de la collusion qui existe entre les différents corps étatiques, car vous devriez savoir qu’au moins 1/3 des hauts fonctionnaires en font partie et que par conséquent ils s’auto-protègent ! Mis à part cela, vous avez raison on peut être, blanc, noir, juif ou albinos sans que cela me dérange, ni même me regarde.
                              Je savais que la dissolution appartenait exclusivement au chef d’Etat, merci, mais je rêvais à un gouvernement idéal qui ne serait administré que par le peuple. 
                              Pour ce qui concerne les lobbies, sachez qu’ils sont strictement interdits dans les hémicycles en France, et pourtant ils y pullulent !
                              Si les parlementaires n’étaient plus les carriéristes que l’on connaît, et que leurs remplaçants n’auraient le droit de ne se présenter qu’une fois, le turnover serait plus conséquent et donc bcp moins de chances d’être courtisés par les lobbies, surtout si l’interdiction d’y pénétrer était respectée.
                              Pour ce qui est du « tous pourris » je vous en laisse la paternité, je n’ai jamais écrit cela. même si je ne suis pas loin de le penser !
                              Enfin, l’alternative dont vous parlez, celle qui consiste à passer de la droite à la gauche et inversement, je suppose, les français la vomissent . C’est précisément là que le bât blesse !
                              Salutations.

                            • Allguilty 9 janvier 2013 14:15

                              Le titre est très bien choisi... cependant mettre Mélenchon du coté du peuple...

                              N’oublions pas :
                              - qu’il a appelé à voter pour Hollande, pur produit de l’oligarchie, qu’il critique tant aujourd’hui (il aurait pu/dû appeler à voter blanc)
                              - il ne milite pour aucune des vrais solutions aux vrais problèmes (sortie de l’UE, sortie de l’euro, emprunts à la banque de France plutôt qu’aux banques privées, .... en bref retour a l’indépendance financière) ses solutions reposent uniquement sur la taxation des riches (du moins tant qu’il en reste).
                              - il a voté contre (ce qui est une bonne chose) le pacte budgétaire européen alors qu’il est européiste ! (on ne peut pas dire que ce soit très cohérent)
                              - il vient du PS et est Franc Maçon.

                              Il a plus de l’agent double que du représentant du nécessaire changement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès