Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la (...)

Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France

Vous n’avez pas oublié les débats concernant la réforme de la constitution et le court vote positif obtenu au congès de Versailles ?

Votée à une ou deux voix, beaucoup ont oublié ou n’en connaissent pas les principales dispositions du texte.

Elles sont disponibles sur le site Web de l’Assemblée Nationale sous le titre : Constitution : modernisation des institutions de la Ve république

Un détail n’échappera pas à ceux qui pousseront la curiosité jusqu’à lire le document : Le nom et le rôle du Sénat n’y sont pas évoqués. Argument des élus Socialistes, Communistes et Verts lors de leur opposition à la modification de la constitution, la modification du mode de scrutin pour le Sénat a été rejettée par la majorité et n’a pas fait partie de la réforme des institutions.
 

Il faut rappeler au lecteur, puisque nous abordons les sénatoriales avec comme point d’orgue l’élection de son Président (troisième personnage de l’Etat), comment sont élus les Sénateurs. Slovar avait consacré un article à ce scrutin. Nous vous donnons ci-dessous lecture de quelques extraits et le source complet de l’article

Les sénateurs sont élus par les grands électeurs, réunis dans chaque département au sein d’un collège électoral qui est composé comme suit :

Des représentants des conseils municipaux. Ils représentent 95 % du collège électoral. Des conseillers généraux, les conseillers régionaux et les députés. Ils représentent 5 % du collège électoral.

Les sénateurs sont ainsi les élus des élus, puisque désignés par le suffrage universel indirect, à savoir par les grands électeurs, qui ont eux-mêmes été élus au suffrage direct. Le collège électoral comprend environ 150 000 personnes :

577 députés ; 1 870 conseillers régionaux ; 4 000 conseillers généraux ; 142 000 délégués des conseils municipaux. Ils constituent donc 95% de l’ensemble des grands électeurs du Sénat.

Au-delà de cet aspect purement théorique et institutionnel, la pratique politique a montré un tout autre visage du Sénat. La meilleure illustration que l’on puisse en trouver réside dans une phrase de l’un des pères spirituels de la Constitution de 1958, le Général De Gaulle, qui après avoir vainement tenté de réformer le Sénat en 1969, disait de celui-ci : « Le Sénat a un privilège exorbitant et imparable, celui de tout bloquer. ... / ...

Mais quelle est la situation aux vues des dernières élections locales ?

Depuis le 16 mars 2008, la gauche est majoritaire dans toutes les catégories de collectivités locales. La gauche gère 20 des 22 régions métropolitaines et depuis mars 2008, 58 des 102 départements. Par ailleurs, 60 % des Français vivent dans des communes gérées par la gauche qui gère :

184 villes de 10 à 30 000 habitants contre 153 à droite, 82 villes de 30 à 50 000 habitants contre 61 à la droite, 52 villes de 50 à 100 000 habitants contre 31 à droite et 32 villes de plus de 100 000 habitants contre 17 à droite.

La gauche gère désormais 350 villes de plus de 10 000 habitants contre 262 pour la droite, qui en détenait 342 auparavant. Elle est majoritaire dans les communes de 3 500 à 10 000 habitants. Alors, la gauche devrait en ce cas pouvoir devenir majoritaire au Sénat. et bien non , puisque le collège électoral du Sénat sur-représente en effet les communes les moins peuplées.

Les 21 704 communes de moins de 500 habitants qui abritent 8,39 % de la population (en 1990) désignent 16,17 % des grands électeurs

Pour les villes de plus de 100 000 habitants (dont Paris, Lyon, Marseille) qui représentent 16 % de la population (en 1990), elles ne disposent que de 8 % des délégués.

La France des communes de moins de 10 000 habitants, où vivait en 1990 51 % de la population comptait 69 % des délégués sénatoriaux tandis que les communes de plus de 10 000 habitants, où vivait 49 % de la population n’étaient représentées que par 31 % des électeurs sénatoriaux.

Par ailleurs dans ce collège, les communes (les représentants des communes représentent à eux seuls 96% de son collège) sont sur-représentées par rapport aux départements et régions. Or, l’article 24 de la Constitution précise que le Sénat est le représentant « des » collectivités territoriales de la République. Pourtant, les représentants des communes représentent à eux seuls 96 % de son collège électoral, conformément à l’esprit du « grand conseil des communes de France » qu’il était à sa création en 1875 ... / ...

Cette chambre ouvertement conservatrice a toujours été un bastion de la droite, ce qui fait dire au constitutionnaliste Guy CARCASSONNE (membre de la commission Balladur) : « Quand la gauche perd tout, elle perd tout ; quand la droite perd tout, elle conserve le Sénat » C’est parce que l’alternance fait partie des garanties de la santé démocratique d’un régime que l’on est en droit de s’inquiéter de ce que depuis un demi-siècle le Sénat n’a jamais changé de bord politique. ... / ...

Si le mode d’élection des sénateurs est la cause du déficit de légitimité démocratique de cette institution, il est également responsable de l’avènement d’une chambre structurellement à droite. En effet la quasi-totalité des grands électeurs (95% d’entre eux) sont des délégués des conseils municipaux. Cela signifie que les citoyens de la France d’en bas élisent leurs conseils municipaux, qui élisent des délégués, qui élisent des sénateurs. Le Sénat est donc une chambre issue du troisième degré, alors même que l’Assemblée nationale est élue directement par l’ensemble des citoyens.

De plus les 150 000 grands électeurs qui constituent le collège électoral du Sénat, qui élisent donc la seconde chambre de la République, ne représentent en fait que 0,25% de la population. Il est inutile de rappeler que l’Assemblée nationale est élue par tous les électeurs. Le poids écrasant des délégués des conseils municipaux, accentué par le fait que 98% des communes françaises comptent moins de 9000 habitants, contribue à faire du Sénat une chambre vouée à la défense des intérêts ruraux au détriment de l’intérêt général.

La genèse de cette réforme des institutions revient à la commission BALLADUR. Que dit-elle au sujet du Sénat ?

Pour le rapport Balladur : «  il n’est pas douteux que le régime électoral applicable au fonctionnement [du collège sénatorial] favorise à l’excès la représentation des zones faiblement peuplées, au détriment des zones urbaines  » ... / ...

Car, aujourd’hui, départements et régions participent au collège électoral sénatorial uniquement par le vote des 3 857 conseillers généraux et des 1 722 conseillers régionaux et conseillers à l’Assemblée de Corse. Ils représentent ainsi, respectivement, seulement 2,66 % et 1,19 % du collège électoral sénatorial, constitué à 96 % de représentants des communes.

En bref, le Sénat n’est pas représentatif de la France d’aujourd’hui ni du vote des français, mais il était indispensable de ne rien changer.

Alors qu’en ce qui concerne les députés, l’urgence est grande de la part du gouvernement (préoccupé par des sondages assez calamiteux) de retoucher la carte électorale qui elle justement " devrait tenir compte de la démographie française" Même si cela tient en quelques lignes, l’intention est clairement définie sur le site du Premier Ministre :

.../ ... Enfin, une série de mesures sont destinées à rendre le Parlement plus représentatif :

les Français établis hors de France ne seront plus représentés qu’au seul Sénat mais aussi à l’Assemblée nationale ;
les modalités de redécoupage des circonscriptions électorales seront soumises à l’avis public d’une commission indépendante ;
les membres du Gouvernement cessant leur fonctions ministérielles pourront retrouver leur siège au Parlement sans provoquer une élection partielle ... "

On ne va tout de même pas obliger un ministre même remercié ou démissionnaire à affronter le suffrage universel. Et puis quoi encore !!!

Le redoutable Alain MARLEIX furtif Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et surtout expert électoral de l’UMP formé par le "maître" Charles PASQUA va s’occuper de ce redécoupage. Le Nouvel Obs nous présente quelques pistes :

" ... Globalement, les départements perdants en terme de députés sont situés plutôt au nord (Paris, Nord, Pas-de-Calais, Marne, Somme, Seine-maritime) et les gagnants au sud (Hérault, Haute-Garonne, Gironde, Gard, Vaucluse, Var, mais aussi les deux Savoies, Isère, Ain, Seine-et-Marne, Val-d’Oise). L’opposition pointe d’ores et déjà des risques de "charcutage".

Comme la population française, depuis le très débattu découpage Pasqua de 1987, est passée de 55 millions à 64 millions d’habitants, il devrait y avoir un député pour 125.000 habitants, contre un pour 108.000 actuellement.

Les départements perdants sont situés plutôt au nord : Paris qui pourrait voir disparaître deux de ses 21 circonscriptions, Nord (- 2), Pas-de-Calais (- 2), Marne, Somme, et Seine-Maritime (- 1). Les gagnants sont au sud : Hérault, Haute-Garonne, Gironde, Gard, Vaucluse, Var, mais aussi les deux Savoie, Isère, Ain, Seine-et-Marne, Val-d’Oise. A ceux-là, il faut ajouter des départements, comme les Bouches-du-Rhône, où il n’y aura pas de création de siège, mais remodelages des circonscriptions en raison de disparités démographiques.

Au moins 45 départements ne seront pas touchés. Une moitié des autres devraient voir modifier leur nombre de députés, l’autre moitié remodeler leurs circonscriptions.

Le gouvernement s’appuiera sur le dernier recensement de l’Insee connu fin 2008 pour procéder au détail du redécoupage.

Alors que l’opposition est déjà l’arme au pied en pointant des risques de "charcutage", Alain Marleix, secrétaire d’Etat à l’Intérieur chargé du dossier, a affirmé à la sortie du Conseil des ministres que ce redécoupage était "neutre politiquement". Dans le sud de la France, "on va créer des circonscriptions nouvelles dans des départements qui ne nous sont traditionnellement pas du tout favorables, comme la Haute-Garonne ou l’Hérault. Dans le nord, ça va s’équilibrer, on va supprimer des circonscriptions qui ont pu être de gauche ou de droite", a-t-il dit. " ... / ...

La commission de contrôle comprendra trois magistrats et trois "personnalités qualifiées" et restera en fonction au moins cinq ans

Une dizaine de circonscription pour les expatriés

Sur le modèle du Conseil constitutionnel, le chef de l’Etat, le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale nommeront chacun l’une des "personnalités qualifiées", qui ne pourront pas avoir de mandat électif.

Les trois hauts magistrats seront issus du Conseil d’Etat, de la Cour des comptes et de la Cour de cassation.

Les Français de l’étranger étaient jusqu’à présent représentés au Sénat, mais pas à l’Assemblée nationale. Le nombre de circonscriptions qui seront créées pour eux n’est pas encore fixé, mais il devrait être d’une dizaine - Sources Nouvel Obs

Comme disait Clémenceau : "Lorsque je veux enterrer un problème, je créé une commission" Message apparemment reçu par une récente commission indépendante ...

Le redécoupage pour l’Outremer, pourrait faire sourire si une fois de plus, on n’avait l’impression qu’on va s’essuyer les pieds sur la démocratie. Car :

"Les collectivités territoriales de Saint-Martin et Saint-Barthélemy auront donc désormais leurs propres députés à l’Assemblée Nationale. La Réunion, quant à elle, devrait avoir deux nouveaux élus, Mayotte un nouveau député et un également pour la Polynésie. Il faudra tout de même attendre le recensement qui sera effectué d’ici la fin de l’année pour connaître le nombre exact de sièges ..." Source Domactu

Mais alors me direz-vous, : " Pourquoi ce redécoupage de circonscriptions est-il indispensable et urgent ? " Alors que : "Les 21 704 communes de moins de 500 habitants qui abritent 8,39 % de la population (en 1990) désignent 16,17 % des grands électeurs. Pour les villes de plus de 100 000 habitants (dont Paris, Lyon, Marseille) qui représentent 16 % de la population (en 1990), elles ne disposent que de 8 % des délégués. La France des communes de moins de 10 000 habitants, où vivait en 1990 51 % de la population comptait 69 % des délégués sénatoriaux tandis que les communes de plus de 10 000 habitants, où vivait 49 % de la population n’étaient représentées que par 31 % des électeurs sénatoriaux"

Poser la question, c’est peut être déjà y répondre ...

Mais du moment que Jean-Marc Ayrault a déclaré : "Le gouvernement peut être tenté par une certaine forme de charcutage. Nous en prenons acte et serons plus que vigilants" et qu’on espère que le Congrès de Reims sera terminé, digéré et que l’ensemble du Parti Socialiste sera prêt à s’opposer à un Président dont le principal bonheur consiste à les déstabiliser, pourquoi s’inquiéter ?

Crédit montage

Sarkozynews


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Céphale Céphale 20 septembre 2008 12:31

    Un sénateur qui représente 65.000 citoyens a autant de poids que celui qui en représente 150.000

    Il faudrait que les votes des sénateurs soient pondérés par le nombre de citoyens qu’ils représentent.


    • non666 non666 21 septembre 2008 12:34

      Ce n’est pas idiot ce qu’il dit, lui, pourquoi se prends il des votes negatifs la dessus ?


    • non666 non666 20 septembre 2008 12:53

      Nous avons de nombreuses emissions et sujets d’articles en ce moment sur les justifications des redecoupages electoraux.

      Le senat est bien sur en ligne de mire, mais a plus long terme, l’assemblée nationale, l’election europeenne sont egalement les cibles prévues.
      "il faut que chaque departement soit justement representé pour garantir l’egalité entre les electeurs comme prévu dans la constitution" nous disent les charcuteurs.

      Soit .

      Et l’egalité des idées ?

      Les partis(UMP/PS) qui font difficilement 50% des voix au premier tour des elections "libres" (présidentielles et europeenne) occupent regulièrement, à eux deux 95% des hemicycles...
      Ou st l’egalité entre electeur a ce moment la ?

      Ah, la on invoque le peril FN, trotskiste, (MODEMiste ?).

      Pour casser un peu plus la representativité , ils viennent meme de tester le terrain pour la fin de la proportionelle aux europeennes "comme dans les grands pays democratiques" (en fait la seule GB...)


      Bref nous avons désormais :

      1) des candidats aux présidentielles qui dependront d’un premier tour dont personne ne parle, celui des "grands electeurs" qui voteront desormais, depuis la dernière presidentielle à main levée( leur votes ont été rendu publique pour mieux etre controlé par le soviet supreme des deux mafias en place)
      C’est les fameuses 500 signatures.
      Dans quel pays "democratique" les candidats doivent ils recevoir le blanc seing des partis concurrents en place ?

      2) Le referendum, arme supreme du président de la republique pour faire trancher par le peuple, les diffrents qui peuvent l’opposer au parlement (mais aussi les sujets constitutionnels....ou les TCE) qui vient d’etre livré a l’autorisation du Parlement....constitué des deux mafias en place

      3) Un controle de la Tv , et donc de l’information des electeurs, qui depends du CSA, la holding commune de controle de l’information de l’UMP et du PS

      4) Un projet de suppression de la proportionnelle, dernière election qui permettait de mesurer REELEMENT , les forces en présence, pour les elections europeennes.

      5) Une installation progressive, avec la bienveillance du gouvernement , du vote electronique , dont tous les expert nous previennent du risque de manipulation et de la non verifiabilité des votes apres coups.

      6) La TOTALITE de la presse, des TV, des radios, des instituts de sondages, des agences de com et des agences de pubs dans moins de 10 grands groupes privés.


      Alors vous savez, qu’entre les deux mafias en place, le dominant du moment impose un reequilibrage a son complice dans ce nouveau charcutage, ce n’est pas vraimlent si grave !


      RIEN n’empeche plus aujourd’hui une minorité de controler le pays en lui faisant croire qu’elle est legitime.
      La gueguerre Ps UMP n’est que la télérealité qui nous croire que nous avons encore un espace de choix, que notre système est encore une démocratie.

      La noblesse a depuis longtemps repris le pouvoir.
      Ce n’est pas la meme qu’avant, c’est tout.


      • titi 20 septembre 2008 16:27

        Dans le système francais la finalité du Sénat est de réprésenter le territoire pas la population.
        C’est l’Assemblée qui représente la population.

        Ce système à deux chambres l’une représentant la population, l’autre le territoire est appliquée dans d’autres pays :

        USA 
        La Chambre de représentants : les élus représentent ne proportion de la population
        Le Senat : les élus réprésentent les états qq soit le poids démographique (2 élus par état)

        Suisse :
        Conseil national : les élus représentent ne proportion de la population
        Conseil des états : chaque canton a 2 élus, chaque demi-canton 1 élu qq soit la population.

        Russie :
        Douma : les élus représentent ne proportion de la population
        Conseil de la fédération : chaque "sujet" à 2 élus qq soit la population.

        et même du temps de l’URSS :
        Le Soviet de l’Union : les élus représentent ne proportion de la population
        Le Soviet des nationalités : les élus représentent les républiques qq soit le poids démographique


        De fait vouloir qu’un sénateur des villes représente plus qu’un sénateur des champ est un non sens.
        Celà reviendrait à avoir une seconde Assemblée.
        Par contre on peux se poser la question du suffrage qui pourrait être direct et non pas indirect comme actuellement.
        On peut plus légitimement se poser la question du suffrage concernant l’Assemblée qui devrait être proportionnel.


        • K K 20 septembre 2008 17:50

          Tout à fait d’accord avec vous sur le fait que la chambre haute doit se différencier de la chambre basse. Je pense depuis longtemps que l’assemblée nationale doit être élue à la proportionnelle (avec des circonscriptions faites pour que chaque député représente un nombre défini de citoyens).

          Pour des élections au suffrage universel des sénateurs, cela semblerait être de bon sens aussi puisque le président du sénat est appelé à être président de la république en cas de carrence (décés ou démission)


        • titi 20 septembre 2008 18:40

          Sauf que le suffrage proportionnel n’est pas une solution.

          Comme il est précisé plus haut, aujourd’hui le non au TCE n’est pas représenté.
          Le non au TCE c’est l’extrême gauche + un bout de la gauche démocratique + un bout de la droite démocratique + l’extrême droite. Aujourd’hui c’est celà la majorité politique en France.
          Or celà ne constitue pas une majorité de gouvernement.
          Aujourdhui une Assemblée élue à la proportionnelle, celà veut dire une majorité introuvable.
          Comme la France l’a connue dans les années 30 : la valse des ministères et finalement une France sans gouvernance.

          Et ce n’est pas nouveau. Si on ajoute les voix de LO, du PCF, du MPF et du FN on est depuis des années aux environs de 20 à 25 %.

          On a donc le choix entre un système injuste et un système inefficace...


        • chmoll chmoll 21 septembre 2008 10:05

          modernisation des institutions de la Ve république

          ouai, en gardant les mèmes vieill’ries à leur poste, j’appelle ça de la retape


          • jeanPhi 21 septembre 2008 19:35

            Élections, piège à cons !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès