Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Décryptage de l’interview de Nicolas Sarkozy

Décryptage de l’interview de Nicolas Sarkozy

Jeudi 24 avril, Nicolas Sarkozy s’est prêté une nouvelle fois, au jeu de l’interview télévisée, après une période de trêve de communication de près de quatre mois. L’enjeu était de taille, mais le Président s’en est très bien sorti, en tout cas, du point de vue de la communication.

Sa cote de popularité est au plus bas et sa marge de manœuvre est désormais faible dans un environnement économique mondial difficile.
A partir du moment où il ne pouvait guère annoncer de grandes nouvelles susceptibles de redresser sa cote d’amour ; il lui restait l’arme fatale de la communication, la magie des mots, des formules et des métaphores. Et, sur ce terrain, l’ex-avocat excelle. A travers cette interview, N. Sarkozy a tenté de redessiner les contours de son profil.

Tactiquement, il s’est positionné comme :

- Le seul chef du gouvernement

Il n’a pas changé depuis la campagne électorale, il s’affirme toujours comme le seul chef, l’unique responsable du gouvernement . On aurait pu penser qu’en tant que président, il se positionnerait plutôt comme un "animateur d’équipe".
Non, il n’a utilisé quasiment que la première personne pour commenter l’action du gouvernement et jamais le « nous » collectif. Il s’est limité à évoquer le nom de quatre ministres associés aux réformes les plus emblématiques (J.-L. Borloo pour les OGM, M. Hirsch pour le RSA, X. Bertrand pour la réforme de l’éducation et V. Pecresse pour la Recherche). Et, même dans ces cas, il a évité le « nous », préférant dire "je mène telle action en collaboration avec tel ministre... ". On notera qu’il a attendu les questions sur son Premier ministre pour réaffirmer sa confiance en lui.

Pour s’affirmer en grand chef, Sarkozy a également adopté la bonne attitude. Il a contrôlé ses mouvements intempestifs, quoique, à la fin, il s’est quelque peu relâché, gesticulant davantage sur son siège. Mais globalement il a maintenu, une attitude digne s’efforçant de limiter sa gestuelle.

Seuls quelques tressaillements de son épaule gauche trahissaient sa nervosité, au départ. Puis, pendant la durée de l’interview, il n’a pas pu se débarrasser d’un tic d’autoprotection : la fermeture de sa veste. A chaque question délicate, il faisait le geste de fermer sa veste, sans aller jusqu’à la boutonner. C’est comme si sa veste lui servait de bouclier qu’il ajustait pour échapper au tir des questions de ses interlocuteurs !
S’il s’est positionné en seul vrai chef du gouvernement, il a veillé à ne pas apparaître comme le « roi de la France ». Par deux fois, il a réfuté les questions critiques de ses interlocuteurs, en arguant du fait, qu’il n’était pas « le roi ». Sous-entendu « désolé, mais votre objection ne tient pas la route, car elle impliquerait que je me conduise en roi, que j’ignore la volonté du peuple, des députés, c’est hors de question » !
Espérant ainsi se débarrasser du qualificatif qui lui est souvent associé : Sarko, le petit roi...

- Un homme courageux

Il a affirmé sa volonté de maintenir et même d’accélérer les réformes. En s’appuyant sur l’Histoire, il a démontré que l’impopularité était la marque des héros. Sous-entendu, pour être populaire, il ne faut rien réformer comme tous mes prédécesseurs.
Et, pour enfoncer le clou, il a rappelé la lourdeur de sa tâche, réparer trente ans d’inaction sur les grands problèmes, chômage, éducation...

- Un homme « humble » qui reconnaît des erreurs par cinq fois

D’entrée de jeu, il reconnaît qu’il a commis des erreurs, mais sans préciser lesquelles, ce qui affaiblit quelque peu son aveu.

Mais vite, il s’oriente sur l’aveu partiel « je porte une part de responsabilité » .
Il finit par préciser ses erreurs et, là, on comprend qu’elles ne sont pas gravissimes : il n’a pas commis d’erreur de fond, sa stratégie est bonne, mais il a commis une erreur dans la forme. Il utilise l’argument très pratique de l’erreur de communication, le manque de lisibilité et de pédagogie.

L’autre erreur est encore plus pardonnable. A qui la faute des couacs du gouvernement ? A lui qui s’est montré trop tolérant à l’égard de ses jeunes ministres. On ne va pas plus lui jeter la pierre qu’à un papa un peu trop conciliant par rapport à ses enfants turbulents !

Ceci étant, l’opinion retiendra qu’il a plaidé coupable et, cela, elle l’apprécie, car c’est une tactique peu usitée par les hommes de pouvoir.

- Un visionnaire

N. Sarkozy a tenté, au départ, de valoriser ses capacités de vision à long terme. "Il a voté le paquet fiscal avant la crise des subprimes, l’envolée de l’euro et du baril de pétrole... ce faisant, il a pris des mesures qui ont permis d’amortir ces chocs économiques". Il n’est pas certain que cette démonstration quelque peu technique, pas assez illustrée par des exemples, ait convaincu le grand public.

- Un homme qui tient ses promesses

Ses promesses, il les tiendra toutes, nous dit-il en substance, mais c’est l’horizon qui change. Le flou qui présidait au moment de la campagne électorale et qui a laissé espérer qu’il réglerait les problèmes de la France en quelques mois, a laissé place à un engagement plus précis, et plus lointain : rendez vous dans quatre ans, à la fin de mon mandat. De quoi faire reculer quelque peu l’impatience des Français et la pression sur son gouvernement.
Il tient ses promesses, aussi parce qu’il reste fidèle à ses valeurs : il a réaffirmé à plusieurs reprises que la réhabilitation du travail restait la valeur clé de son action.

- Un pédagogue

C’est surtout en tant que pédagogue qu’il s’est affirmé au cours de l’interview. D’ailleurs l’expression « je vais m’en expliquer » fait partie des gimmicks de cette interview.
Il a rappelé ainsi que le RMI et les autres formes d’assistanat, ce sont les Français qui les financent. Une manière de calmer les ardeurs des Français en matière de solidarité et d’assistanat ? On retrouve sa tactique électorale, diviser pour régner : opposer ceux qui se lèvent tôt et qui payent pour les autres, aux assistés. Quelques soupirs, quelques silences travaillés et formules empathiques permettent de faire passer la pilule amère de cette dure vérité.
Il a aussi insisté sur le fait que les droits s’accompagnaient de devoirs (chômeurs, RSA...). On retrouve le bon sens populaire, l’injonction parentale ancestrale, difficile à contester.
Enfin, en pédagogue, il a essayé de balayer le reproche qui lui est fait quant au rythme effréné des réformes. Tout se tient, explique-t-il démontrant par des exemples à l’appui que les problèmes se tiennent, il faut donc les régler en même temps.

- Une victime

N. Sarkozy n’a pas hésité à se positionner en victime. Victime d’un contexte économique dramatique. Mais aussi victime d’un système capitaliste qui marche sur la tête. Il n’a pas pu s’empêcher de désigner quelques boucs émissaires, espérant diriger la colère du peuple français sur d’autres cibles : les distributeurs français qui montent plus les prix que leurs voisins européens, les spéculateurs, les banquiers, les salles de marché, les agences de notation. Sans oublier les méchants inspecteurs de finance, à la tête des fonds de pension, qui plus est, précise-t-il : jeunes et brillants  !
Enfin, le tableau des « affreux » ne serait pas complet sans les « trafiquants », les grands gagnants d’une régularisation globale des sans-papier, étant donné « l’appel d’air » que créerait cette décision !

- Un homme sensible et généreux

N. Sarkozy a démontré ses capacités d’empathie avec ceux qui souffrent, ceux qui sont confrontés à des problèmes graves de pouvoir d’achat, à l’Alzheimer, à la difficulté de se réinsérer, les sans-papiers, les femmes qui sont « lapidées »... il a su trouver les mots ou, plutôt, reprendre à son compte les expressions qu’utilisent ces personnes « en souffrance » pour exprimer son émotion appliquant une recette qui lui a réussi pendant la campagne. Et c’est sur ce terrain du « social » qu’il a livré le seul scoop de la soirée : l’annonce de la généralisation du RSA.

- Un Zorro

Tel Zorro, N. Sarkozy ne renonce pas à sauver celle qu’il qualifie lui-même de « martyre » : Ingrid Betancourt. C’est aussi en Zorro qu’il espère réussir là où tout le monde a échoué : réinstaurer le dialogue entre les Chinois et le Dalaï-Lama.

Tout en reconnaissant que, dans les deux cas, la tâche est rude, il apparaît en Don Quichotte des temps modernes. Et cela aussi les Français aiment bien en général.

Sur le plan des techniques d’argumentation utilisées, il a recours à ses ficelles habituelles, qui lui permettent de balader les journalistes et de rester maître de l’interview :

- Il se pose des questions à lui-même, dès le début, il s’interroge : comment expliquer cette situation  ? et si le journaliste oublie de lui poser une question qu’il souhaite aborder, il croit l’entendre : ainsi, il croit que D. Pujadas l’interroge implicitement sur le paquet fiscal !

- Il ne répond jamais à la question du journaliste, telle qu’elle est posée, mais se limite à rebondir sur un mot-clé de la question : à la question "le paquet fiscal, c’était pour les classes favorisées"  ? Il ne tombe pas dans le piège de reprendre à son compte le terme «  classe favorisée » même pour le contester. Il préfère rebondir sur le mot-clé « paquet fiscal » et expliquer l’enjeu de cette réforme. Il évite donc de répondre sur la défensive.

- Pour argumenter, il illustre souvent son propos par des exemples. C’est le cas, pour expliquer comment on peut réduire le quota de professeurs sans que la qualité de l’enseignement n’en pâtisse (moins d’horaires en primaire, moins d’élèves...).

- Il met ses interlocuteurs face à leurs contradictions : il faudrait savoir "est-ce que je ne fais pas assez de réformes ou est-ce que j’en fais trop " ou encore "est ce que je dépense trop ou pas assez pour réformer " ou encore "est-ce que je me mêle de tout ou pas assez " ?

- Il cite des personnes qui font autorité pour crédibiliser ses propos, de Gaulle sur la reconnaissance de la Chine. Et même ses opposants, tels M. Rocard pour justifier le fait que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Pour l’opposition, cela sera plus difficile de mettre en cause sa position sur les sans-papiers.

Au final, cette interview est sans conteste un exercice de communication réussi, suffira-t-il pour autant à renverser la courbe de popularité ? Pas certain, dans un contexte de crise, c’est sur le langage de l’action surtout qu’on juge les dirigeants. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer la force du verbe, car la confiance, c’est d’abord une question d’ordre émotionnel.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 29 avril 2008 11:39

    Le plus étonnant , non relevé par les "journalistes"/faire-valoir :

    Nicolas Sarkozy s’exprimant au sujet de la critique qui l’a le plus touché « c’est celle qui voit une partie des Français se dire : il fait une politique pour quelques-uns et pas pour tous. Si les Français croient ça, et ils ont raison de le croire : je dois en tirer des conséquences ».

    Etonnant, non ?

    Il devrait donc être déjà parti...


    • Bof 29 avril 2008 12:41

      Votre argument me parait étrange car je reste avec l’acte courageux de Monsieur Hollande qui nous a affirmé que "la France est sans le sous" et à ce jour personne n’a encore démenti cette affirmation . A partir de ce fait et comme nous avons eu le malheur de décider de chasser nos riches de France avec les impôts et taxes, nous restons donc entre nous car il est évident que les nouveaux riches Français ont le même qualificatif mais pas le même compte en banque ni les mêmes usines que les "sdf Belges " qui sont alignés dans des rues même pas très luxueuses ; la réponse à la question sur ce fait est que les anciens industriels Français ont des usines et donc beaucoup de travail et donc pas le temps de s’occuper d’autre chose .

       Pour vous, il faudrait faire quoi pour "ramener" nos ’RICHES’ , ceux avec beaucoup d’argent et qui savent faire marcher des entreprises ? En tous cas, ils ne sont plus en France et je ne vois pas du tout ce que peut faire sur eux un président de la France !!! je pense que pour arriver à ce poste ,il faut une certaine quantité et qualité d’intelligence et vous semblez remettrre cela en cause !


    • tvargentine.com lerma 29 avril 2008 13:06
      "Si j’étais un voyou, j’aurais embauché au noir"

      Voila donc l’argumentation falacieuse développée par les patrons voyous qui ont exploité des travailleurs clandestins en toutes connaissances de cause,comme a tres justement rappelé le Président de la République Nicolas Sarkozy

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/04/26/des-patrons-de-sans-papiers-repondent-a-nicolas-sarkozy_1038787_3224.html

      Ainsi donc,dans ce pays,des patrons d’entreprises qui bénéficient de contrats de prestation de service dans le cadre d’appel d’offre ,dans la sous-traitance ont embauchés des clandestins sans papiers et en situation irrégulière pour gagner plus ! en fraudant tout simplement et en volant l’URSSAF et les impôts qu’ils auraient du verser (ils sont très fort !)

      Ce type de comportement porte gravement atteinte à l’esprit même d’entreprendre dans ce pays car connaissant les difficultés des TPE (Très petites entreprises) à accéder à des marchés avec les contraintes imposées par les grosses sociétés ,dans des normes ISOxx de sous-traitance qu’elles ont défini,il est impossible de créer une entreprise dans les domaines concernés avec des salariés déclarés au salaire minimum légal en France face à toutes ces entreprises frauduleuses et à ces sociétés qui sous-traitent en toutes connaissances de cause sur le seul critère du prix ,qui comptent tenu des charges sociales et des cotisations sociales à payer savent qu’il est impossible de répondre à des contrats de sous-traitance.

      La justice doit se mettre en marche pour faire condamner et faire saisir les biens de ces patrons voyous car ils ont porté atteinte à la libre concurrence dans des secteurs d’activités et ils ont volé en toutes connaissances de cause
      l’URSSAF,L’ETAT,LA SECURITE SOCIALE...sans parler des aides qu’ils ont dû obtenir des Régions et des organismes d’aides aux entreprises.

      C’est donc une grâve perte financière pour les caisses vides de l’Etat et les différentes caisses sociales pour les citoyens de ce pays qui constatent une dégradation générale de l’Etat à contrôler des secteurs d’activités spécialisés dans ce type d’esclavagisme au sein même du pays des droits de l’homme.

      Comment ne pas comprendre ensuite que la contrefaçon explose en France si l’Etat ne se donne pas les moyens d’améliorer ses contrôles en 7j /7 et 24h/24 car l’économie noire ne fait pas 35 heures !

      La question à poser est donc la suivante ,pourquoi la CGT roule t-elle pour ces patrons voyous en demandant des régularisations alors que plus de 20% des travailleurs immigrés légaux sont actuellement demandeurs d’emplois ?

      Pourquoi,la CGT veut-elle ainsi permettre à des patrons voyous de s’exonerer des charges sociales et des dettes fiscales que ces sociétés auraient dû payer pour chacun de ces salariés embauchés sans parler du manque total des droits sociaux et de l’exploitation des êtres humains dans des conditions de travail scandaleuses

      IL serait aussi interessant de connaitre dans la Région de Ségolène ROYAL,le nombre d’ entreprises de négriers qui ont bénéficié des aides financières régionales ,car une "socialiste" qui se veut au dessus des autres se doit d’etre "propre" dans ce domaine et nous avions pu constater que Me ROYAL a été condamnée par la justice pour ne pas respecter le droit social et des personnes.

      Il faut espérer que le Président Nicolas Sarkozy prendra les mesures nécessaires car il y a urgence, de plus en plus de clandestins travaillent dans ce pays,de plus en plus de négriers profitent de cette situation et de plus en plus de grosses sociétés profitent de cette situation pour gagner encore plus d’argent en sous-traitant à des tarifs incompatibles avec un pays socialement développé vers ses négriers en écartant des TPE qui eux versent des charges sociales et versent des salaires en respectant les lois sociales

      Il y a donc une atteinte à la libre concurrence,car pendant ce temps les demandeurs d’emplois ne trouvent plus de boulot dans leur activité et les très petites entreprises (TPE) ne trouvent pas de contrats de prestation de service.

      Travailler plus pour gagner plus,OUI,mais pas sur l’exploitation des plus pauvres et des plus faibles

      Il y a urgence Monsieur Le Président,les caisses de l’Etat sont vides et il doit bien exister une raison pour qu’elles soient vides si vous ne faites rien pour lutter contre cette nouvelle mafia.

       Il convient ici de voir qu’en luttant efficacement contre cette économie parallèle visible,l’Etat pourrait améliorer les rentrées d’argent dans ses caisses et permettre aux petites entreprises d’avoir de vrais chances.

      La concurrence est faussée dangereusement car aujourd’hui presque rien n’est plus possible

      Doit on devenir malfaiteur en col blanc pour réussir dans ce pays ?

       

       

       
       

      • Stef 29 avril 2008 21:11

        Lerma, c’est bien ton topo.

        Je n’y vois qu’un problème :

        Les travailleurs sans papiers paient justement leurs cotisations et leurs impôts.

        C’est justement le principal argument pour exiger leur régularisation.

         


      • MagicBuster 29 avril 2008 13:39

        Beaucoup d’excellentes questions Lerma.

        Malhreureusement, je ne voudrais pas être pessimiste . . . mais "Doit on devenir malfaiteur en col blanc pour réussir dans ce pays ?"

        Cette question n’admet plus qu’une seule réponse possible en 2008 !

        Merci Sarko


        • T.REX T.REX 29 avril 2008 14:10

          Excellente analyse du mode de communication de Nicolas 1er, bravo à l’auteure de nous le décrypter.

           

          Quand il dit : "réparer trente ans d’inaction sur les grands problèmes, chômage, éducation..." phrase que j’ai entendu reprise par des jeunes étudiants d’HEC, Franchement, il se fout du Monde.

          Cela nous ramène à ce bon vieux Giscard. Il va tout de même pas nous faire croire que depuis tous les gouvernements, gauche, centre et droite confondues, ce sont tournés les pouces en attendant leur sauveur.

          Cela confirme son statut de "Victime" des 30 dernières peu glorieuses !

          Le pauvre, sachant cela on se demande pourquoi il s’est présenté aux Présidentielles, il n’avait aucune chance de redresser cette pauvre France.

          Mais après tout, qui lui a demandé quoi que ce soit ? Elle était mieux sans lui !


          • impots-utiles.com 29 avril 2008 17:31

            D’après Sarkozy, ce qui compte, c’est la réforme (qu’on ne voit d’ailleurs guère venir), les économies sont secondaires, elles ne sont pas en soi un objectif. Elle va dans le sens de ce qu’on entend sans cesse quand on ose évoquer l’idée de tailler dans le budget public : on brade !

            Veut-on moins d’infirmières pour nous soigner, moins de policiers pour nous protéger, moins d’assistantes sociales pour nous tendre la main ?

            Faut-il embaucher de nouveaux professeurs pour mieux enseigner nos enfants ?

             Faut-il plus de tribunaux pour améliorer la justice en France ?

            Faut-il dépenser plus pour améliorer notre protection sociale ?

            http://www.impots-utiles.com/pour-nicolas-sarkozy-ce-ne-sont-pas-les-conomies-qui-feront-la-r-forme-c-est-la-r-forme-qui-permettra-les-conomies-.php


            • millesime 29 avril 2008 18:09

              Nicolas Sarkozy est probablement rompu aux techniques de communication, mais à lire les sondages des lecteurs d’agoravox il n’a guère été convainquant puisqu’il ne recueille que 16% de voix sur 1400 votants....donc 84% de peu ou pas convaincus....sans autres commentaires .. !


              • millesime 29 avril 2008 18:14

                Ce qui est à remarquer d’autre part chez Nicolas Sarkozy c’est cette propention à se placer en "victime" ...un vrai "paranoïaque" notre "cher" Président...


              • drzz drzz 29 avril 2008 19:17

                Brave sarko !

                Le drame dans l’histoire, c’est comment un type si brillant peut vouloir briguer la présidence d’un peuple aussi chiant !!

                 


                • thanatosB 30 avril 2008 13:43

                  J’hésite entre un gamin immature et un vieux c.. sénile.

                  Pourrais-tu me renseigner hihihi ?

                  Sinon l’artice est très intéressant, même si l’invariance des méthodes de communication de notre grand mentor (peut aussi s’orthographier "menteur") commence à me lasser (ça me faisait rire mais là ç’est consternant).

                  Le grand Don qui chiotte vas devoir s’adapter et se battre contre des moulin sans pales, pour le plus grand plaisir de ses détracteurs. Nous vivons une époque formidable n’est-il pas ?

                  Les livres d’histoires des siècles à venir risque d’être beaucoup plus amusant.

                  Ciaoàplus


                • Laury 8 mai 2008 11:04

                  Au vue de cette article et ses commantaires ,je reste sur mes convictions ,se président ne peu "Rien" pour

                  moi et bien moi non plu "Adieu"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès