Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Défendre l’emploi et l’interdiction des crédits « révolving » (...)

Défendre l’emploi et l’interdiction des crédits « révolving » !?

Les banques comme BNP Paribas qui maintiennent un service "crédit révolving" :

- affament les familles, en les conduisant comme le montre le dessin joint au surendettement ;

- pressurent leur personnel puis le jettent sans les "reclasser"....

Y en a assez !

 

Toute la presse en parle...Voici encore un wagon de licenciements.

La direction de COFINOGA a présenté au Comité Central d'Entreprise son plan de dégraissage appelé « plan de sauvetage de l'emploi » qui conduirait à la suppression de 462 postes !

Cofinoga a comme actionnaires, à parts égales la banque BNP Paribas et le groupe Lafayette.

La direction se défend en expliquant qu'il s'agit « d' une situation de crise économique et financière sans précédent" et "des évolutions législatives et réglementaires qui ont profondément modifié le marché français du crédit à la consommation ».

Ce serait peut-être de la faute des associations de consommateurs qui demandant unanimement des mesures de protection contre les crédits révolving ont salué la loi Lagarde comme contenant des aspects positifs !

Nous souhaitons la disparition et l'interdiction de tous les crédits révolving qui conduisent de nombreuses familles au surendettement pour enrichir des actionnaires.

Et l'emploi ?

Les délégués du personnel et les syndicats ont raison de demander qu'il n'y ait pas de licenciements.

Les employés et cadres doivent retrouver un poste de travail.

Peut-on à la fois défendre l'emploi et demander l'abandon des crédits révolving ?

Oui, il n'y a pas là une once de contradiction.

Quand au début des années 1990, les industries de l'armement ont été « les victimes de la paix », il n'y a pas eu de manifestations demandant qu'on vende des canons et qu'on fasse la guerre.

Les syndicalistes conséquents se sont battus pour que les travailleurs soient reclassés dans d'autres industries.
 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • AVEC SARKO PLUS C EST GROS PLUS CA PASSE.

    A T IL UNE COMMISSION SUR LES PRETS REVOLVINGS POUR PAYER SA CAMPAGNE..............POSSIBLE


    • Ariane Walter Ariane Walter 21 janvier 2012 11:55

      Bien dit. Ces prêts revolving, comme revolver, à taux usuraires sont un scandale.Il devrait être impossible de faire de l’argent avec de l’argent. Ca changerait les perspectives !


      • oncle archibald 23 janvier 2012 09:05

        Et les premiers à s’interdire le recours au crédit révolving devraient être les états européens qui, comme le vulgaire Tartempion qui avait envie d’une grande télé, se sont foutus tout seuls dans la merde jusqu’au cou en se livrant pieds et poings liés aux banquiers avides (pléonasme !). Faire des cadeaux avec le pognon qu’on n’a pas, même un gosse de CM2 sait que ça n’est pas possible ...


      • morice morice 21 janvier 2012 12:14

        400 personnes sur le carreau : les employés de l’entreprise de revolving, qui enfin encadré, fait moins recette....


        c’est le mauvais côté de l’affaire....

        • morice morice 21 janvier 2012 12:14

          Et l’emploi ?

          Les délégués du personnel et les syndicats ont raison de demander qu’il n’y ait pas de licenciements.

          Les employés et cadres doivent retrouver un poste de travail.

          Peut-on à la fois défendre l’emploi et demander l’abandon des crédits révolving ?

          Oui, il n’y a pas là une once de contradiction.


          oui à dire, plus difficile à faire !


          • JL JL1 21 janvier 2012 12:22

            "Trois ingrédients sont nécessaire pour que la société de consommation puisse poursuivre sa ronde diabolique : la publicité, qui crée le désir de consommer, le crédit, qui en donne les moyens, et l’obsolescence accélérée et programmée des produits qui en renouvelle la nécessité. Ces trois ressorts de la société de croissance sont de véritables pousse-au-crime".(Petit traité de la décroissance sereine : Serge Latouche).


            • vidoq 21 janvier 2012 16:34

              je répondrai à Cofinoga : regardez sur le pas de votre porte, elle à bon dos la crise. Cofinoga ne perd pas d’argent à cause de la crise, il manque simplement d’en gagner plus. Je conseille au consommateur d’écrire sur son porte-monnaie : Garde ton bon sens !


              • jymb 21 janvier 2012 18:58

                Pas besoin d’être un grand économiste pour saisir l’escroquerie

                Vos sous à la caisse d’epargne 2.25 %

                Le bouclage de fin de mois, découverts, revolving...TEG 17,18, 20 %

                et en en plus...même pas honte !


                • Croa Croa 21 janvier 2012 22:05

                  Le chômage est une arme au main de la finance, sa seconde arme après le crédit-dette : Ici les deux se retrouvent !

                  Il n’y a que les crédules pour croire à la fatalité de tout ça  smiley


                  • epapel epapel 22 janvier 2012 21:40

                    Le même type de problématique s’est posée après la mise en place des mesures de sécurité routière en 2002-2003 : beaucoup de carrossiers ont vu leur activité diminuer au point de devoir licencier et de se plaindre.

                    Je me demande comment ils ont été reclassés vu que dans le même temps le secteur automobile commençait à délocaliser massivement sa production.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès