Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Démission du député Garrigue. L’UMP est-il voué à l’autodestruction

Démission du député Garrigue. L’UMP est-il voué à l’autodestruction comme le PS ?

Xavier Bertrand, tout nouveau secrétaire général de l’UMP, saura sans doute savourer ce cadeau de bienvenue. En effet, il découvrira ce mercredi sur son bureau de secrétaire une lettre de démission signée du Député de la Dordogne, Daniel Garrigue.

Vu de Paris, les récents événements politiques au sein de l’UMP du petit département de la Dordogne pourraient passer pour une histoire de clochemerle. Sauf qu’il y a quelque jours, Xavier Bertrand, le plus hyper actif après le Président, alors futur secrétaire général, est venu se mêler d’une réunion d’une importance déterminante et cruciale. En effet, la France, par ses temps de crise, observe avec une attention soutenue qui va emporter la présidence de l’UMP de Dordogne. Il n’est pas question d’éléphants mais d’un taureau, dixit Jérôme Peyrat, jeune prétendant à la présidence de l’UMP en Dordogne, lorsqu’il parle de son confrère et concurrent Garrigue. Qui lui rend la pareille en le traitant de belette ! Le différend entre les deux hommes a été commenté dans les médias locaux. Cette affaire n’aura pas de retentissement national. Tout ce qu’on peut affirmer, c’est que Garrigue est un vieux routard, se réclamant du gaullisme social, et vu la région, on pourrait le qualifier de gaulliste truffé, comme on parle des radicaux cassoulets pour évoquer les fils spirituels de Jaurès et Bourgeois en terres d’Albi. C’est Garrigue qui il y a peu, voulait sortir le RSA du bouclier fiscal au nom de la justice fiscale. Broutilles d’euros certes mais du symbolique c’est sûr !

Faut-il alors accorder une attention particulière à ce combat de coqs politiques mené dans la plus pure tradition de la féodalité contemporaine ? Dans sa lettre de démission, Garrigue est assez explicite, livrant un tableau plutôt édifiant de l’évolution récente de l’UMP depuis que cette formation a été prise en main par Sarkozy en 2004 pour la transformer en machine électorale servant son élection ; comme du reste le RPR fut en son temps une machine électorale ajustée et formatée pour l’élection de Jacques Chirac en 1995, un RPR transformé en UMP à l’initiative d’Alain Juppé, le premier de la classe. Ce qui est certain, c’est que ces manœuvres visent à mettre hors jeu un vieux taureau du gaullisme pour le remplacer par un jeune loup dévoué à Nicolas Sarkozy et qui du reste, figure officiellement dans le trombinoscope de l’Elysée comme l’un des conseillers politiques du Président. L’électeur français moyen se demandera pourquoi tant d’agitation pour un enjeu de si peu d’importance dans un contexte de crise économique, doublé d’une configuration politique favorable à la majorité puisque le PS a perdu la confiance des Français. Mais ne sait-on jamais, mieux vaut anticiper pensent les gens de l’UMP, et pour satisfaire ce dessein, autant contrôler les choses sur le territoire et notamment la Dordogne, département qui avec le grand Sud Ouest, se plaît à bouder les sirènes de l’UMP. D’après Garrigue, c’est à cause de la politique antisociale de Sarkozy peu appréciée en ces terres de radicalisme et rigueur politique. Si tel est le cas, faire diriger l’UMP de Dordogne par un sarkozyste relève du non sens. Mais dans ce microcosme politicien, le non sens et les valeurs ont-elle la minorité lorsqu’il est question de pouvoir et de combats entre factions. Ce terme étant employé à dessein car il paraît évident que l’UMP tend à épouser la forme d’une faction, comme du reste aurait pu le faire le PS avec la faction Royal. Heureusement pour le PS, c’est encore un parti, enfin, il faut le dire vite. Deux factions se sont combattues il y a peu.

Faut-il prendre au sérieux les propos consignés dans la lettre de démission de Garrigue ? Une chose est certaine, cette lettre est argumentée et précise, livrant le sentiment de lassitude, pour ne pas dire de dégoût, exprimée par un député de l’UMP. On pourra toujours penser qu’il s’agit là d’un règlement de compte et que la barque est chargée. Quand on veut noyer son chien on l’accuse de la rage. Pourtant, ces propos sur la mainmise de l’UMP par les partisans de Sarkozy semblent confirmer ce que toute la presse branchée connaît des manœuvres présidentielles. L’arrivée à la direction de l’UMP de Xavier Bertrand n’étant guère surprenante. Comme si Bertrand était à Sarkozy ce que Medvedev est à Poutine. Un Bertrand déjà pressenti pour les élections de 2017. Incroyable, ce sens de la prospective chez les gens de l’UMP. Toujours est-il que la volonté de tout régenter se confirme et le récent pataquès avec Rama Yade n’infirme pas cette vision de la régence élyséenne. Cette effrontée n’a pas voulu conduire la liste UMP aux européenne, qu’elle soit châtiée, elle n’aura pas le maroquin de JP Jouyet. En avait-elle les compétences ? Mais pour Sarkozy, peut importe les compétences, seule compte la régence. Qui s’abat sur les frondes des députés. Y compris ceux qui s’affrontent au projet de travailler le dimanche. La méthode de Sarkozy et ses factieux, c’est le coup d’éclat, le coup de force, comme celui de Peyrat et Bertrand qui au sein de l’appareil local de l’UMP de Dordogne, ont usé de méthodes dignes d’anciens systèmes qu’on ne voudrait plus revoir. Des méthodes visant à isoler un membre et faire comme s’il n’existait pas. Des méthodes que l’on connaît dans les milieux professionnels comme relevant du harcèlement moral ! Voilà ce qu’est l’UMP sous la régence de Sarkozy.

Que nous raconte Garrigue au juste ? Des détails essentiels sur le fond. Les débats politiques, les joutes d’idées, auraient subitement disparu des arcanes de l’UMP après l’arrivée de Sarkozy aux commandes. Même le très intellectuellement surdoué et regretté Juppé n’y pouvait rien contre ce délitement de l’agora politicienne des sections, au profit d’une prise de contrôle par une faction comprenant entre autres Guaino, Guéant, et une palanquée de dévoués technocrates verrouillant les pouvoirs autour du Président. Et l’UMP ne serait plus qu’un ectoplasme où tout débat d’idée a été évacué et où les conseils nationaux ne sont plus que prétexte à joutes oratoires sans grandeur entre le secrétaire général et les vassaux adjoints et néanmoins rivaux, dixit Garrigue. Dont je tiens la lettre de démission comme un document historique d’importance qui sera utilisé encore dans 50 ans par les historiens.

Si Reims symbolise la déliquescence du PS, Périgueux et Bergerac sont deux villes emblèmes de la lente décomposition de l’UMP, avec ses figures conquérantes, les ralliés à la faction Sarkozienne, Darcos et Peyrat, et puis Bertrand en émissaire très spécial de la régence venue asseoir son pouvoir contre la fronde du Périgord noir menée par le démissionnaire Darrigue qui abdiqua sans avoir eu le loisir de devenir un petit prince de Condé face au Président qui d’ailleurs a désigné Bertrand comme son prince héritier. Les factions gouvernent ? Au PS, à l’UMP, et même la faction verte menée par Cohn-Bendit. Et le peuple, qu’en pense-t-il ? Il a sans doute oublié l’histoire et un certain Saint Just qui porta le combat en son nom avec comme étendard cette fameuse maxime, je ne suis d’aucune faction, je les combattrai toutes !

Pour le reste, les historiens se souviendront de cette époque comme celle des combats d’élites en tous genres et styles, des prises de pouvoir, des jeux de réseaux, des alliances entre factions. Quel aveuglement amène les sociétés au bord de l’abîme. Quelle folie amène les hommes à mettre en avant leur carrière et leur pouvoir, quitte à balancer les idées et les débats ? Ce constat est valable dans les milieux politiques mais aussi à l’Université où les présidents ont délaissé l’éthique des savoirs pour sacrifier à la logique des pouvoirs. Le monde va détruire la civilisation par un excès de pouvoir. Mais nous sommes avertis. Cela s’est déjà produit en 1940.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Allain Jules Allain Jules 10 décembre 2008 10:58

    Bonjour Bernard,

    Que Dieu vous entende et que l’UMP se saborde. Je crois que ce parti-là, n’a plus rien à envier au FN. Excessif ? Sans doute mais, ce président de la République, chantre principal de ce parti d’extrême droite qui se dit de droite, n’a pas caché un seul instant, durant sa campagne électorale, sa dialectique nauséabonde empruntée au FN.....durablement.

    Bien à vous !



     


    • Gilles Gilles 10 décembre 2008 11:11

      Entendu sur France Inter ce matin : Emmanuel Todd

      Quel sera l’orientation politique de la France aprés la crise ? Certains ont peur que le sarkozisme dévient vers un état fasciste

      Il dit, et c’est évident, que chaque pays réagit différement en période de crise. Aprés 1929, la France à réagit avec le Font Populaire, les USA avec Roosevelt et Keynes et l’Allemagne avec les nazis. Pour lui la France n’a pas de tradition fasciste mais plutôt type état fort bonapartiste....

      Déjà que le lien entre Naboléon et Napoléon 3 est clair (cf la prose de Hugo sur ce dernier), vous remarquerez que la France-UMP en prend le chemin

      L’UMP n’éclatera certainement pas mais regroupera avec ces satellites, destinés à entretenir le flou, tous les courtisans qui veulent leur part de gâteau du Pouvoir. Pour en obtenir il faudra être UMP et l’UMP sera toujours dirigé depuis le gouvernement avec un seul but..... perpétuer le pouvoir de l’Empereur sur la France par l’intermédiaire de l’UMP. L’UMP sera de plus en plus un parti pyramidal dirigé d’en haut, par un seul homme, qui nommera par sa grâce celui qui pourrait lui succéder, en rédigera le programme et remerciera les bons serviteurs

      L’UMP ne doit pas s’affaiblir en querelle internes ou de personnes qui n’ont pas lieu d’être. L’idéologie, les idées on s’en fout dans ce parti. L’important est la cohésion interne et de tous aller dans le même sens, vers le Pouvoir, vers la consolidation de la main mise sur le Pouvoir et la destruction des autres partis pour lui ravir son électorat (c’est l’ouverture à gauche, à l’écologie, au FN)

      SI d’aventutre ils perdent les élections, alors l’UMP aura eu le temps d’être infiltré partout grâce à des réseaux d’influence (local, justice, préfectures, police.....) pour mine rl’action des autre set revenir sur le devant grâce à son armée bien disciplinée, bien hierarchisée et aux ordres

      Un homme Sarko
      Un parti l’UMP
      Une démocratie de façade

      Voilà l’avenir de la France


      • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 12:11

        qu’est ce qu’il peut y avoir comme truffes dans le Périgord ! smiley


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 décembre 2008 12:55

          " Et le peuple, qu’en pense-t-il ? Il a sans doute oublié l’histoire et un certain Saint Just qui porta le combat en son nom avec comme étendard cette fameuse maxime, je ne suis d’aucune faction, je les combattrai toutes ! nous avez vous très salutairement rappelé, Bernard Dugué ( klein ? )

          Xavier Bertrand vient du monde de l’assurance. La plus grande part des autres membres du gouvernement sont avocats de métier...Non seulement tous ces métiers sont des procéduriers notoires, mais maintenant, ils font la loi !

          Adieu monde cruel, on est foutu !


          • SALOMON2345 14 décembre 2008 16:23

            Ils vont bientôt nous faire regretter les ENARQUES, ces hommes issus du Droit...et qui font tout de travers, comme le disait le regrété Coluche !


          • Voltaire Voltaire 10 décembre 2008 13:22

            L’UMP n’éclatera pas, et il n’y aura pas de vagues.

            C’est que pour être élu à l’UMP, il faut aussi certaines capacités. Et l’intérêt particulier arrive toujours en bonne position, par la faute d’un système démocratique français qui privilégie la carrière en politique.

            A l’UMP donc, on a sinon le culte du chef, du moins le culte de l’obéissance. Pour continuer à occuper son poste, ou espérer un poste plus prestigieux, des honneurs, on courbe l’échine, on approuve, on flatte, on applaudie, ou au pire, on se tait. Et il faut vraiment être en fin de carrière, n’avoir aucun ami ou membre de sa famille à placer ou à recommander, ou être un peu spécial, pour oser s’opposer publiquement.

            A l’UMP, les guerres, rivalités et coup fourrés sont aussi fortes qu’au PS (voire plus sanglantes), mais elle se font à l’ombre, ce qui, politiquement, est bien sûr beaucoup plus habile. L’épisode Balladur-Chirac a marqué les esprits. Il ne se reproduira pas, du moins tant qu’un chef existe (et la guerre de succéssion est toujours brève, car le vainqueur emporte avec lui la majorité obéissante et empréssée ).

            Votre conclusion est juste : tout ceci n’est qu’une lutte personnelle pour le pouvoir, pour ses apparences.
            Cette démission restera donc sans lendemain, car il y a bien longtemps que les élus UMP placent le pouvoir et l’ambition avant leur idéal.


            • Lapa Lapa 10 décembre 2008 14:27

              "Cette démission restera donc sans lendemain, car il y a bien longtemps que les élus de tous bords placent le pouvoir et l’ambition avant leur idéal."

              j’ai rectifié Voltaire  smiley


            • Voltaire Voltaire 10 décembre 2008 14:36

              @Lapa

              Sans doute exact pour une majorité d’élus importants, hélas. Heureusement moins vrai au niveau local smiley


            • Warhouha Warhouha 10 décembre 2008 15:10

              D’après mon expérience, je suis plutôt d’accord avec Voltaire.
              A chaque échéance politique, je me rend compte que beaucoup des gens ayant une sensibilité qui va de gauche au centre vote avec "leur coeur", c’est à dire que leur vote n’est acquis à personne.

              Pour ceux qui vote à droite, le choix est toujours fait à l’avance, et par d’autres, et ils s’y plient majoritairement sans trop de question. C’est efficace.

              Ceux qui était en âge de s’intéresser à ces choses là pourraient-ils nous dire comment se comportaient les obéissants électeurs de droite lorsqu’il s’est agit de départager Chirac et Baladure ?


            • Redj Redj 10 décembre 2008 14:03

              Hors-sujet mais, pourquoi une feuille de cannabis sur le logo de l’ump ??
              Un parti de défoncé ? smiley



              • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2008 16:03

                U.M.P une meilleure plante ? smiley


              • Algunet 10 décembre 2008 14:16

                "Démission du député Garrigue. L’UMP est-il voué à l’autodestruction comme le PS ? "

                Certainement, c’est la loi du genre - grandeur et decadence - Le PS reprendra donc le pouvoir national en 2017, au plus tôt et malgré toute la mauvaise volonté qu’il met ! A moins qu’un autre parti emerge d’ci là... smiley


                • Bois-Guisbert 10 décembre 2008 15:22

                  "Je crois que ce parti-là, n’a plus rien à envier au FN."

                  Oh que si ! A commencer par les suffrages des vrais patriotes dont le credo est La France aux Français !

                  Il faut être un débile profond pour établir un lien entre le Front National et un cosmopolite issu de l’immigration qui avouait froidement à Villiers :

                  « Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir ... »


                  • Warhouha Warhouha 10 décembre 2008 15:36

                    Je suis fils d’étranger, et pourtant j’aime l’Histoire et les paysages français. Je sais, je sais, le chef a dit que ça n’existait pas.
                    Par contre, autours de Sarko, il se trouve de nombreux français, bien français ceux-là, qui se soucient de la France et de sa population comme de leur première chemise (au col blanc). Ces gens ne s’intéressent qu’au pognon, c’est de notoriété public.
                    Hors vous avez mis ces gens là au pouvoir, vous de la « droite nationale », et plus d’une fois. Vous leur avez servi leurs arguments, ce sont vos autocollants démago aux slogans faciles à retenir qui ont préparé une bonne part de la population à accueillir les bras ouvert le « sauveur » pourvoyeur de quota d’expulsion.

                    Sarkozy est votre créature. Elle ne fait pas ce que vous voudriez qu’elle fasse, et, comme vous, je trouve qu’elle fait beaucoup de mal à notre pays, la créature, mais c’est la vôtre.


                  • Gilles Gilles 10 décembre 2008 15:38

                    Comme l’a dit ton Duce borgne aprés avoir constaté le syphonage de la moitié de son électorat par Sarko "les français sont des cocus et ils en redemandent"

                    Sarko a joué sur les terres du FN reprenant certains slogans et thèmes porteurs. Bon, c’était partiellement de la démagogie, mais reconnais qu’ainsi il conforte les idées du FN en les banalisant

                    Courage Bois-Guibert, une fois l’esprit des français bien lépénisés vous serez peut être élus. Déjà la moitié des lecteurs du Figaro pensent comme vous, haissant les "allogènes", gauchistes, fonctionnaires.....

                    D’ailleurs le calcul intelligent de votre part serait de pousser Sarko à jouer encore plus à l’extrême droite en votant massivement pour ses candidats, qu’il comprennent d’où ça vient....


                  • Bois-Guisbert 10 décembre 2008 16:05

                    Sarkozy est votre créature.

                    Sarkozy est la créature des racailles et du Kärcher - dont j’ai dit le jour même que ce n’était qu’un pistolet à eau -, qui lui ont donné d’emblée huit points d’avance sur sa piteuse rivale. Par la suite, elle n’a pu réduire la marque que d’un tout petit point... C’était couru d’avance, bécassineries ou pas !

                    Comme l’a dit ton Duce borgne

                    T’as mis Duce parce que, dans Führer, tu ne savais plus si le "h" vient avant ou après le "ü" ? smiley


                  • Gilles Gilles 10 décembre 2008 16:29

                    J’ai eu un moment d’hésitation..... mais je me suis rappelé que Le Pen, du temps de sa "splendeur" avait été comparé au Duce pour sa manière de se mettre en scène dans les meetings en plus du culte de sa personnalité


                  • Algunet 11 décembre 2008 07:30

                    Mais non, Warhouha, cette créature est la NOTRE, c’est le résultat d’un vote démocratique... C’eut été la "créature maquiavélique" de l’autre camps, elle aurait été NOTRE présidente...


                  • Vieux Sachem 10 décembre 2008 18:29

                    @ Calmos
                    Ah ! Vous aussi, vous adorez le veau d’or !


                  • Vieux Sachem 10 décembre 2008 18:33

                    @ Calmos
                    Ah ! Vous aussi, vous adorez le veau d’or !


                    • chmoll chmoll 11 décembre 2008 08:14

                      l’sarko s’prend pour napoleon,c ben vrai, s’pays est presque dev’nu un waterloo

                      core un p’tit peu et c bon


                      • Dr. Larsen Dr. Julien Greenthumb (Paris) 11 décembre 2008 08:37

                        La photo qui illustre l’ article est formidable !!!

                        Je vais la mettre en fond d’ écran sur mon ordi, au boulot !!!

                        C’ est tout moi ça !!!

                        On peut avoir une sensibilité de droite tout en smokant de la Durban Poison, si si !!!

                        LEGALIZE IT !!!!


                        • omar omar 11 décembre 2008 11:30

                          Très bon article M Dugué. 

                          Cependant, ne nous faites pas croire que vous avez la naïveté de penser que l’ambition puisse s’autogérer et s’auto-contenir dans des limites raisonnables, d’elle même, sans un contre pouvoir sur lequel elle n’aurait aucune prise.

                          L’attrait du pouvoir et les idéaux ont ceci en commun qu’ils appartiennent tout deux aux esprits torturés des êtres humains. Leur expression et leur incarnation dans le réel est l’occasion de voir des comportements nobles mais aussi des bassesses auxquelles même des animaux ne se prêteraient pas. 

                          Paradoxalement, il est commun de penser que le peuple est fort lorsque il est en groupe, qu’il sera plus à même de défendre ses intérêts collectifs, pourtant l’histoire du XXeme siècle à définitivement prouvé que ce n’était pas le cas. 

                          Je m’en vais brouter et braire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès