Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Démocratie, mon cul ! Comment l’Etat bâillonne le peuple et fusille (...)

Démocratie, mon cul ! Comment l’Etat bâillonne le peuple et fusille la Nature – Pétition

Exclusion des citoyens du débat, partialité de l’information, bâillonnement de la Science, dépendance des contre-pouvoirs, exécution d’une décision aux conséquences lourdes et irréversibles dans un délai incompatible avec un recours en justice… Ou comment le massacre du Bargy révèle de graves dysfonctionnements démocratiques ! Une pétition a déjà récolté plus de 19000 signatures.

 L’Etat et la démocratie sont deux choses bien distinctes. À l’instar d’un ancien Président de la République, beaucoup de décideurs ont l’arrogance de penser que les questions politiques sont « trop complexe[s] pour être soumis[es] au vote ». Il en résulte qu’en ignorant le peuple, l’Etat blesse au cœur les citoyens, si bien que progressivement, ces derniers finissent par ne plus croire en la légitimité de leur système politique. Dans un tel contexte, le paiement de l’impôt perd de son sens, et la société de sa cohésion.

 De par sa situation, chaque citoyen est susceptible d’être blessé par la violence d’un système qui génère de l’injustice. En cela, chaque témoignage importe ; et illustrer ma colère à travers une expérience concrète me semble plus parlant que d’aborder des thématiques générales ayant moins d’emprise sur la réalité. Les montagnes sont ma vie ; et l’Etat s’est attaqué à quelque chose qui m’était très cher : les bouquetins. Avec leurs grandes cornes, ils sont beaux et majestueux. Vivant sur les cimes, en paix avec les autres animaux, ils n’ont jamais eu la moindre goutte de sang sur les incisives. Je vois en eux une grande sagesse ; l’innocence de leur regard me touche. Ils sont rares, protégés et interdits de chasse. Bien que la loi interdise leur abattage, l’Etat a ordonné le massacre de centaines de bouquetins en Haute-Savoie, car parmi eux, certains sont atteints de brucellose. Les experts affirmaient pourtant que le risque de propagation de la maladie était extrêmement faible, et qu’il n’y avait pas d’urgence à agir, mais au nom du principe de précaution et d’arguments économiques fumeux, l’Etat a fait l’impasse sur la loi, a décrété l’urgence, et a décidé de tirer dans le tas, à l’aveugle, sans faire de distinction entre les bouquetins malades et les bouquetins sains ! (A) Les conditions de ce massacre sont symptomatiques de la mauvaise santé de notre société, et révèlent de graves dysfonctionnements démocratiques …

 Pour commencer, une démocratie ne peut pas fonctionner sans ses citoyens ; c’est pourquoi la loi impose le respect d’une procédure de participation du public avant la prise d’une décision ayant une incidence sur l’environnement. (B) Agissant en catimini, l’Etat n’a pas organisé de consultation publique avant d’ordonner l’abattage de centaines de bouquetins. Cette attitude est inacceptable, et nous apprend que le sort de la Nature est placé entre les mains d’une poignée de responsables administratifs (nommés et non pas élus) plutôt qu’entre celles du peuple !

 Une démocratie ne peut pas fonctionner sans transparence de l’information ; et, dans l’affaire du massacre du Bargy, en plus d’être ignorés, les citoyens n’ont même pas été informés ! Durant les jours qui précédèrent l’abattage massif, au moment où une contestation prenait forme, des journalistes ont été induits en erreur. Ainsi, le rapport scientifique publié par l’ANSES le 4 septembre n’a été officiellement diffusé qu’à la fin du mois de septembre. (C) Se heurtant à cette opacité, peu avant le massacre, France 3 titrait « Pas d’abattage massif » et expliquait que « les bouquetins du massif du Bargy vont pouvoir souffler ». (C) Quelques jours après, la zone était bouclée par un nombre impressionnant de gendarmes, et 197 bouquetins étaient abattus ! Le manque de transparence est flagrant, et a permis d’étouffer toute forme de contestation ! Ce n’est que cinq jours avant le massacre que la presse a fait allusion, pour la première fois, à un abattage massif éclair en indiquant que celui-ci devait se dérouler « durant la deuxième quinzaine du mois d'octobre » ; ou plus précisément selon les mots du Préfet (qui se bat, aux côtés du député Accoyer, pour détrôner Pinocchio) : « vers la fin du mois d’octobre, et un petit peu avant si nous pouvons ». (A)(C)(D)(E) Ne respectant pas les délais, prenant les opposants de vitesse, étouffant toute contestation, le 1er et le 2 octobre, 197 bouquetins (sur 290 à 520) ont été abattus ! En somme, cinq jours avant l’abattage, à peu près personne n’était au courant de ce qui tramait, y compris du côté des biologistes participant à l’étude ; ce qui a coupé court à toutes les contestations ! Cet abus d’autorité de l’Etat est une grave offense à la démocratie !

 Pour ordonner l’abattage massif, l’Etat s’est appuyé sur des observations issues de fédérations de chasseurs et de l’Office National de la Chasse (ONCFS) ; autrement dit, sur des observateurs dont l’impartialité est sérieusement mise en cause par la Cour des Comptes. (F)(H) Pour donner raison à ces observateurs douteux, l’Etat a tout fait pour qu’après les abattages, le pourcentage réel d’animaux contaminés ne soit pas connu et pas vérifiable. Ainsi, selon le vice-président de la commission faune du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN), « ordre a été donné de la préfecture de ne pas effectuer de prélèvements à but scientifique sur les cadavres [des bouquetins abattus], obérant ainsi lourdement les études en cours, notamment à l’ANSES. » (G) Ces prélèvements étaient pourtant cruciaux, car ils auraient permis aux scientifiques de mieux comprendre la maladie et de mieux la combattre. (H) Contre l’avis du CNPN, de très nombreux bouquetins non contaminés ont été abattus ; l’Etat n’assume pas ce crime contre la Nature visant des animaux protégés, bâillonne les scientifiques, cache la vérité et fait tout pour éviter que quiconque puisse rouvrir ce dossier en menant une enquête scientifique indépendante ! De plus, le fait d’empêcher le recueil de données permet aux décideurs d’affirmer tout et n’importe quoi, d’exagérer les chiffres de la maladie, sans être contredit. Faisant ainsi taire la Science, le Préfet pourra plus facilement satisfaire à la demande qu’il a formulé en juin 2013, c’est-à-dire l’éradication de tous les bouquetins du massif du Bargy. En somme, l’Etat fait en sorte de tuer dans l’œuf toute vérité scientifique pour faire triompher une parole officielle et incontestée ! Admirablement bienveillants, nombre de journalistes ont retranscrit à la lettre la grande parole officielle ! Et aux ordures les milliers de contestataires ! (P) Comment les citoyens peuvent-ils se construire une opinion si on leur cache délibérément la vérité ?

 Lorsque l’Etat a massacré des centaines de bouquetins, personne n’a révélé que l’abattage ordonné n’était pas respectueux du code de l’environnement puisque le Conseil National de Protection de la Nature prônait une autre solution, et demandait à ce que tous les bouquetins non contaminés soient épargnés ! (R) L’omission par les médias d’une telle irrégularité envers la loi révèle l’ampleur de l’opacité autour de cette affaire, et plus globalement, la très mauvaise santé de notre démocratie (la France est 37ème au classement de la liberté de la presse !) (O) À cela s’ajoute une omission soigneuse et délibérée d’associations subventionnées par le département de la Haute-Savoie (I) qui, par un subtil jeu de rhétorique, ont laissé entendre, au moment où une contestation prenait forme, que le massacre ordonné par l’Etat était conforme à l’avis du Conseil National de Protection de la Nature ; ce qui est absolument faux (J)(K) et ces associations le savaient. (L) Par la même occasion, ces associations subventionnées sont allées jusqu’à marquer leur accord avec la décision du Préfet. (J) Il est aberrant que des associations protectrices de la Nature s’opposent à l’avis du Conseil National de Protection de la Nature ! (J)(K) Une fois le massacre exécuté, ces associations subventionnées sont revenues sur leur position en qualifiant le massacre de « totalement disproportionné » ! (M) Irrémédiablement tardive, la contestation de ces entités subventionnées devient rétrospective et inefficace, et ne gêne plus l’Etat ! (N) Ce fait semble illustrer que seule l’indépendance financière d’une association puisse garantir la liberté de son expression, et rappelle qu’une démocratie ne peut pas fonctionner sans contre-pouvoirs indépendants !

 Le 30 septembre, rien ne laissait prévoir la précipitation et l’ampleur des abattages ! Prenant de vitesse citoyens et tribunaux, le Préfet a signé son arrêté le 1er octobre ; le 2 au soir, 197 bouquetins étaient déjà morts ! Face à une telle précipitation, les 197 bouquetins ne pouvaient être sauvés par aucun tribunal ! L’Etat a abusé de son autorité, l’Etat a outrepassé l’avis du Conseil National de Protection de la Nature, l’Etat a bâillonné la Science, l’Etat a fait fi des citoyens ! Non, le pouvoir n’appartient à quelques hauts responsables qui s’autoproclament Etat ! Non, le pouvoir n’appartient pas à une petite poignée d’énarques nommés par on ne sait trop qui ! Le pouvoir appartient à chacun d’entre nous ; et nous devons défendre cette grande espérance collective qu’est la démocratie !

 En massacrant à la légère des centaines de bouquetins protégés, l’Etat est en train de flinguer la démocratie ! Les bouquetins doivent cesser d’être les boucs-émissaires d’un Etat qui se croit tout permis, qui ne respecte plus rien, qui assimile les mammifères les plus emblématiques de notre biodiversité à de la simple chair à canon ! Défendre les bouquetins survivants du Bargy, c’est non seulement défendre la Nature, mais c’est aussi défendre le respect de la démocratie et de la loi. Pour toutes ces raisons, je vous invite à signer cette pétition :

http://secure.avaaz.org/fr/petition/Petition_Stop_a_labattage_des_bouquetins_du_Bargy

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • howahkan Buddha Hotah 5 février 2014 09:01

    C’est normal et logique pour moi...le mot démocratie est vide de sens, un peu comme je t’aime et j’aime le fromage de chèvre...de là a dire que je t’aime parce que tu sens le fromage de chèvre il y a un océan que je n’oserais franchir ,en tous les cas à 07.45 heure locale...
     on ne veut pas percevoir que ce mot par contre cache derriere un sens second qui est la raison du plus fort est toujours la meilleure..

    gauche droite, démocratie, libéralisme, extrême droite, etc etc etc..sont des mots pièges, dans lesquels on tombe systématiquement ,qui donne des débats sans fin sur le superficiel mais jamais sur les cause profondes de pourquoi 2400 ans après la soi disant démocratie qui a commencé par assassiner un
    pacifique comme Socrate, le monde n’a connu que guerre de conquête pour le pognon et rien d’autre.....la parenthèse post 1945 s’acheve..les pouvoirs ont a nouveau besoin de sang..

    vous savez tout prés de l’origine du désastre humain il y a deux mythes celui de la compétition qui est en fait déjà faux car il s’agit d’élimination, je te tue donc, d’ou decoule le deuxieme mythe qui est celui du meilleur, il y aurait des meilleurs tout le temps et partout.....ce sont les 100 millions de morts de deux guerres qui vont être ravis qu’ils sont morts pour ce mythe du meilleur, car ceci est sensé donner le meilleur en permanent....tous les morts dans des guerres de pouvoir egalement seront ravis d’apprendre que ce qui leur est arrivé correspondait a ces deux mythes qui sont FAUX..

    cela dit je sais que de dire cela ne sert à rien, que ca ne remontera pas à un seul neurone, le conditionnement du mythe de la compétition et du meilleur demandant de se connaitre un tout petit peu .....

    ainsi ce qui est tout prés de la racine du problème,mais pas encore la racine , ne sera jamais perçu ni remis en cause, la politique du pire va donc continuer....sous un déluge de bombes démocratiques, pour certains avec un policier dans le dos par personne pour d’autres...

    ah oui l’origine est dans le cerveau de chacun.....on en a perdu l’usage d’une partie, celle qui vit le présent, nous on vit dans la projection du futur, sans savoir que ça n’a pas d’existence.....enfin ceci reste très superficiel encore bien sur..car pour le saisir en profondeur il faut au préalable avoir reveillé au moins un peu le cerveau manquant...

    c’est LE sujet de la vie....

    voter c’est abandonner sa vie....je sais je sais mais comment va t’ on faire,,, panique à bord..

    compétition=guerre........le choix est simple..je crois que la majorité n’en veut pas..

    salutations


    • howahkan Buddha Hotah 5 février 2014 09:03

      la parenthèse post 1945 s’achève..disais je donc....pour l’occident et encore bien sur car ailleurs les guerres continuent


      • howahkan Buddha Hotah 5 février 2014 09:06

        Cela dit j’ai des doutes plus qu’énorme sur avaaaz , a chacun de voir


        • Croa Croa 5 février 2014 10:39

          Oui, ce site s’est engagé notamment dans le soutient à la ’’rébellion’’ syrienne. Derrière il y a la CIA, forcément !

          (Mais ce n’est pas grave : de toute façon les pétitions ne servent à rien !)


        • bernard29 bernard29 5 février 2014 10:51

          Sur les pétitions. oui, en général elles finissent au panier, mais au niveau local et régional elles constituent un outil utile pour parler, motiver et sensibiliser les citoyens de la zone. Et c’est aussi cela qui est important. Bien sûr par le net, c’est maintenant plus facile et plus virtuel, mais ça accompagne le combat local et régional. . Et puis les journaux locaux et régionaux peuvent s’en faire l’écho et faire connaître voire amplifier le combat. De toutes façons, la pétition n’est qu’un moyen supplémentaire de diffusion du combat. Pourquoi s’en priver surtout qu’on ne sait jamais. Si ça ne perturbe pas trop les pouvoirs en place, des relais peuvent être déstabilisés et indirectement c’est utile car elles signalent une opposition déterminée, la vôtre.


        • bernard29 bernard29 5 février 2014 10:23

          Bravo pour votre article et votre combat. j’ai signé votre pétition et j’espère que vous arriverez à vous faire entendre.

          Dans votre article , je relève une phrase ; « À cela s’ajoute une omission soigneuse et délibérée d’associations subventionnées par le département de la Haute-Savoie .. »

          par expérience, je sais que l’existence d’associations subventionnées régulièrement, automatiquement, année après année, par les collectivités territoriales deviennent à force des supplétifs des pouvoirs en place, puisque leur survie financière en dépend. Jamais ces associations n’accepteront qu’un regroupement d’environnementalistes, qui ne passe pas par elles, prenne une importance quelconque susceptible de remettre en cause leurs reconnaissances institutionnelles.  Ces associations subventionnées doivent naturellement soit récupérer le combat soit le dévaloriser et l’annihiler. Ce qui fait que non seulement un écologiste doit combattre les pouvoirs mais en plus se fatiguer et perdre espoir à convaincre ces associations continuellement subventionnées institutionnellement qui forment en fin de compte un filtre et un fusible pour les pouvoirs.


          • Croa Croa 5 février 2014 10:46

            Comment ça s’est passé au tribunal administratif ? (Même si c’est pourri d’avance smiley nous aimerions savoir, Merci !)


            • gogoRat gogoRat 5 février 2014 11:17

               Passer par un peu d’abstraction risque de demander du temps,
               mais le jeu pourrait en valoir la chandelle si jamais ça commençait à démarrer : sans doute plus digne de confiance, plus riche et plus efficace que nos actuels sondages ou même pétitions ...
               Et si nous inscrivions le soucis des bouquetins dans un cahier de doléances ?
               Il faut bien commencer par quelque chose, non ?

               Dans ce texte collaboratif chercher « bouquetin » ... et modifier à votre convenance !


              • gogoRat gogoRat 5 février 2014 11:19

                 désolé : le lien ne fonctionne pas ici _ Utiliser, dans mon profil, celui du ’framapad’


              • BA 5 février 2014 11:40

                Bon anniversaire, le coup d’Etat !

                 

                C’était il y a six ans, le 4 février 2008, à Versailles.

                 

                Les députés et les sénateurs étaient réunis en Congrès, à Versailles, pour voter le projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution.

                 

                Si les députés et les sénateurs avaient voté « contre », un référendum sur le traité de Lisbonne aurait été organisé.

                 

                Si les députés et les sénateurs avaient voté « pour », il n’y aurait pas eu de référendum sur le traité de Lisbonne.

                 

                Résultat :

                 

                Les députés et les sénateurs français se sont rendus complices d’un coup d’Etat : ils ont voté « pour » (560 voix).

                 

                Seuls 181 députés et sénateurs ont résisté au coup d’Etat : ils ont voté « contre ».

                 

                Conséquence : il n’y a pas eu de référendum sur le traité de Lisbonne.

                 

                Le traité de Lisbonne a été adopté trois jours plus tard par le Parlement français.

                 

                Le peuple français a donc vu son vote au référendum du 29 mai 2005 bafoué.

                 

                La construction européenne est anti-sociale, anti-populaire, anti-démocratique.

                 

                http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo9000.asp


                • philoxera philoxera 5 février 2014 12:45

                  Il n’a jamais été question de démocratie en France, mais d’élection de représentants. Ce n’est que récemment que la novlangue a assimilé le suffrage universel à la démocratie. La démocratie, c’est par le vote direct des lois par les citoyens si l’échelle le permet, par le tirage au sort sinon. Si quelqu’un connait une autre méthode, ca m’interesse.


                  • gogoRat gogoRat 5 février 2014 12:55

                     les cahiers de doléances ! ( le peuple propose ; les élus se contentent d’arbitrer les consensus observés )


                  • Grandloup74 5 février 2014 16:10

                    @ l’auteur :
                     Oui, vous avez entièrement raison, c’est proprement honteux et arbitraire. Pour juguler les maladies il y a la sélection naturelle, mais les prédateurs capables d’effectuer cet entretient ne sont pas plus tolérés ! L’homme veut tout, tout de suite et surtout ce qui rapporte.
                     Hélas, votre exemple ne représente qu’une partie de l’iceberg.
                     Il en est de même pour les natifs de nos vallées alpines, même si la « sélection ne mène pas à la mort subite.
                     Hériter de biens dans nos contrées est impossible, l’estimation des bien reçus en héritage évalue à un niveau si haut, que le smicard né au pays héritant de sa seule maison se voit imposable sur la »fortune« et est contraint de vendre à qui est véritablement fortuné. C’est un dépouillement en règle des autochtones de régions prisées par les étrangers. Une punition pour avoir eu la chance de naître dans un paysage recherché et d’heriter de lignées historiquement locales. La guerre avait repoussé ce genre de dépossessions par une résistance dite alors »héroïque« . L’argent et la soumission, un système fiscal ignoble permet de voler les héritiers de leurs biens. Et ce qui était »Héroïque« devient aujourd’hui »combat d’arrière garde, voire « égoïsme » (comme si ceux qui se servent avec de l’argent facilement ou même malhonnêtement gagné ne l’étaient pas, eux !)
                     La montagne, autrefois lieu de préservation de l nature et de certaines traditions, n’est plus aujourd’hui qu’un immense luna park destiné à assouvir l’avidité des tenants du système, banksters et actionnaires paraistes.


                    • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 5 février 2014 16:55

                      Démocratie, oui pour la race des Saigneurs. Divers ouvrages à lire comme « Contre histoire du libéralisme » de D. Losurdo ; « Histoire populaire des Etats-Unis » De H. Zinn (qui est aussi la nôtre, puisque ce sont les Eurpéens qui ont envahi ce pays) ; « La stratégie du Choc » de N. Klein ; « De la propagande » et « La doctrine des bonnes intentions » de N. Chomsky ; « Les riches détruisent la planète » de H. Kempf ; « L’homme disparaitra, bon débarras ! » de Y. Paccalet, sans oublier l’excellent et plus si jeune « Servitude volontaire » d’Etienne de la Béotie, etc.... Mais de nos jours, qui aime lire ? Ne serait-ce que chercher des informations de journeaux indépendants donc non subventionnés par l’oligarchie ?

                      "Selon le linguiste et militant Noam Chomsky, les démocraties européennes sont parvenues à un effondrement total, indépendamment de la couleur politique des gouvernements, parce que les décisions sont désormais prises à Bruxelles. 

                      Selon lui, la destruction des démocraties en Europe conduit vers la dictature.

                      Il donne l’exemple de l’Italie, où la démocratie a cessé d’exister avec l’arrivée au pouvoir de l’ex commissaire européen Mario Monti en 2011, politique désigné par les bureaucrates de Bruxelles et non par les électeurs italiens.

                      Pour Chomsky, le phénomène existe au niveau mondial : « Même le Wall Street Journal a admis que les USA sont au bord de l’effondrement total puisque tous les gouvernements qu’ils soient de droite ou de gauche, poursuivent la même politique décidée par les banquiers et les bureaucrates »

                      Selon Chomsky, la politique ne sert qu’à enrichir les banquiers. Il a décrit le néolibéralisme comme une attaque de grande envergure contre les peuples du Monde, la plus grande depuis les 40 dernières années."


                      • Ruut Ruut 5 février 2014 16:59

                        Hier les Vendéens, aujourd’hui les Bouquetins, qui sera le prochain ?


                        • Xenozoid Xenozoid 5 février 2014 17:09

                          chomsky oublie la morale, et le pouvoir n’en a que faire, l’esclave se réfugie deriere, chomsky oublie son plan intellectuelle et donc ne le prend pas en compte , il stagne, ne défait rien mais critique tout,il ne fera pas mieux que le systeme, il encourage l’esclavage volontaire,mon avis il n’y a pas de démocratie,et il le sait,chomsky se cache derriere sa prose libertair de merde, et je le sais,c’est un con, de même que il ose dire que les palestinien ont un problemes , non, les palestinien sont en guerre, et il oublie cela,chomsky est vieux,tres vieux, il a besoin d’etre avant de crever, il ne remet jamais le pouvoir en question,il utilise sa merde grise,la politique na été que l’apanage du pouvoir, et cela il ne l’a jamais démenti


                          • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 5 février 2014 17:35

                            C’est toujours intéressant de lire des critiques acerbes sur des intellectuels tandis que les mêmes auteurs de ces critiques n’ont pas lu leurs oeuvres. Tu ne me parles aucunement des autres, ils doivent t’être inconnus ?

                            Chomsky est vieux, oui très vieux, ça c’est certain. Ce qui est encore plus sûr, est qu’il ne mourra pas bête, comme certains.

                            Si être libertaire veut dire aspirer à une liberté individuelle absolue, sans limitation à la fois dans les domaines social, moral, économique et politique, je trouve cela plutôt excitant. Bien mieux que le totalitarisme qui induit une nation rassemblée derrière un seul homme (avec tous privilèges), un « peuple » qui doit s’effacer devant l’Etat, rejetant les droits de l’homme = Etat policier, sécuritaire, avec une organisation corporatiste sans oublier un racisme ouvert et une politique réactionnaire.

                            Chacun sa vision... 


                          • Xenozoid Xenozoid 5 février 2014 19:11

                            mais j’ais meme ecris, je ne lui en veux pas, mon esprit n’est pas entre 2 eaux


                          • Xenozoid Xenozoid 5 février 2014 19:17

                            a moins que chomsky se prenne pour un bouquetin,on est hors sujet


                          • France Europe République Napoléon Du Perche 5 février 2014 17:36

                            La démocratie ne défend qu’une seule espèce animale : le banquier...


                            • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 5 février 2014 17:42

                              tout à fait...


                            • oj 5 février 2014 19:36

                              Pensez-vous que l’individu moyen de 2014 veuille la démocratie ? (en fait chacun de nous)

                              A la base un individu recherche un pouvoir sur la nature : posséder plus, sortir plus souvent, se déplacer plus loin, avoir plus d’assurance , de confort de soins et de durée de vie.. etc.....

                              Plus nos sociétés deviennent complexes et intriquées, et plus la politique se retrouve disséminée dans une multitude de mécanismes quotidients qui s’ajustent naturellement comme des pièces de monnaie dans une boite à chaussure que l’on secoue doucement.

                              Il n’y a qu’à considérer les décisions d’un gouvernement actuellement : politique de lutte contre le cancer ; il s’agit principalement d’un équilibre comptable qui va jouer sur les rentrées fiscales, des modifications de périodicité de dépistage, l’analyse statistique de la répercution de la modification du mode de dépistage sur les déces a long terme.... etc... etc......

                              Tout cela étant , non pas sorti spontanément de la pensée politique d’un élu mais de nombreux rapports et études chiffrés et collectés par de nombreux organismes sur la durée et représentant des citoyens mais dans leurs différentes représentations (medecins, fonctionaires de santé, associations... etc... etc.....)


                              • Xenozoid Xenozoid 5 février 2014 20:06

                                la liberté, la liberté même dangereuse,n’est elle pas préférable à l’esclavage le plus sûr, à la paix achetés avec l’ignorance, la lâcheté et la soumission ?


                                • Hervé Hum Hervé Hum 5 février 2014 23:26

                                  vous m’avez convaincu de signer la pétition, le moins qu’il puisse se faire.

                                  Mais l’état n’est qu’une machine, alors seul compte celui qui ordonne l’usage de la machine, c’est à dire les élus politiques et non le préfet. Surtout si le préfet ne respecte pas la procédure ! 


                                  • alinea Alinea 5 février 2014 23:28

                                    .. ;le jour où vous comprendrez qu’il faut faire une chaîne humaine dans les montagnes ; demandez aux femen, qu’elles offrent leurs seins nus au feu des armes pour protéger l’innocence !
                                    L’impuissance rend enragé, dieu que je vous comprends


                                    • toine 15 avril 2014 21:08

                                      Bonjour 297 bouquetins de tuer une partis pourrisse a même le sol , certain récupère les cornes et les vendes en suisse , on nous die pas tous : provenance de la maladie : la chèvre , il vont tuer encore c’est prévus pour octobre 2014 , a la place :des moutons en pagaille sa rapporte en masse avec eux on est sur de rencontrer + de problème je vous laisse deviner ou vas cette vente de viande de moutons + les dégâts sur la montagne au nom du profit ,je vous invite a regarder ce qui se passe .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès