Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Denis Baupin relance les tickets de rationnement

Denis Baupin relance les tickets de rationnement

Dans le contexte des élections municipales à venir, l’adjoint au maire de Paris a proposé, dans une interview au JDD, le lancement d’une inédite et impromptue carte « fruits et légumes » pour les « faibles revenus » parisiens. Stupeur et tremblements. Est-ce le retour des tickets de rationnement de papy ? A quand une carte « caviar et vodka » pour la upper-middle class ? A quand la fin de cette orthodoxie politique et morale de l’alimentation ? A quand la fin du ridicule ?

Denis Baupin est né en 1962, ce qui lui donne l’avantage de n’avoir pas connu les périodes de grandes pénuries de l’après-Seconde Guerre mondiale. L’adjoint « Vert » au maire de Paris, Bertrand Delanoë, a éclos dans un chou (garanti sans Ogm), un petit matin tendre et virginal des années de Gaulle. Denis Baupin n’a donc pas connu les « tickets de rationnement », tels qu’ils ont circulé dans les familles françaises - sous diverses formes - entre 1941 et 1949. L’idée était bonne à l’origine : tenter une équitable répartition des denrées dans une période de pénurie grave, occasionnée d’abord par la période d’occupation puis par le désordre de l’immédiat après-guerre. Les tickets de rationnement donnaient accès à différents types de ressources, selon la catégorie à laquelle on appartenait : nouveaux-nés, jeunes, adultes, vieillards, etc. (On notera au passage qu’en ce temps-là on osait parler de « vieillards » - mot splendide, plein de noblesse - et que l’on ne se perdait pas dans les mille euphémismes modernes par lesquels on fait signe vers le grand-âge : personnes âgées, individus ayant accès aux avantages de la carte vermeille, « nouveaux » grands-parents, etc. ) Bref, les Français de l’après-guerre ont dû se rationner, se priver, partager la ressource...


tickets.jpg

Tickets de rationnement ( 1947 )


Mais quel rapport entre Denis Baupin et les cartes de rationnement ? J’y viens. Dans un entretien au JDD (06/01/08), la tête de liste aux élections municipales de 2008, parfois qualifié de « Khmer vert » pour l’intransigeance de ses idées écologistes, a présenté les grands axes de son programme. L’adjoint aux transports est revenu sur ses obsessions habituelles : il souhaiterait rendre les autoroutes franciliennes et le périphérique parisien payants pour financer les transports collectifs, et il voudrait « réserver une voie aux bus, taxis, véhicules propres, covoiturage et véhicules d’urgence sur le périphérique et les autoroutes », etc. Le promoteur de la Fête nationale du vélo a fredonné sa banale « petite musique » écolo, sa coutumière ritournelle hyper-moderne branchée, son habituel déchaînement d’animosité contre l’automobile, l’un des ultimes symboles archaïques de puissance et d’individualisme, issu du monde « ancien ». (Imaginez le topo aussi : on peut fumer dans sa voiture, manger gras, tromper sa femme, écouter le Sacre du printemps de Stravinsky en chantant, être grisé par la vitesse, etc.) Comme d’habitude M. Baupin cherche donc à nous convaincre que l’automobile - encombrante, polluante, bruyante - est un archaïsme phallique du XXe siècle, complètement vintage, aussi dépassé que les véhicules hippomobiles d’antan ou que le grand-Bi. Alors que les bus (qui veulent nous faire « aimer la ville » selon le slogan de la RATP), le Vélib’, le roller ou la marche à pied en « bandes », façon « pride  » ambulatoire, appartiennent vraiment au XXIe siècle, à l’avenir du « vivre ensemble » collectif et citoyen, à la modernité victorieuse et imbue de son joyeux progressisme.

Mais comme un malheur n’arrive jamais seul, le président du Club des villes cyclables a eu une idée nouvelle, inédite, surprenante... il propose de remettre en circulation des « tickets de rationnement ». Entendons-nous bien, l’adjoint au maire ne cherche pas à gérer la pénurie de denrées alimentaires, mais il veut donner aux Parisiens le goût des bonnes choses culinaires. Ecoutons M. Baupin : « Enfin, nous créerons une carte fruits et légumes qui permettra aux bénéficiaires à faibles revenus de pouvoir acheter 40 € de fruits et de légumes bio par mois. » La petite phrase n’a pas été beaucoup reprise par la presse, ni beaucoup commentée dans les médias, mais M. Baupin nous donne là un formidable exemple d’ingérence publique dans la vie privée. Sous des apparences de politique sociale généreuse (encore faudrait-il définir ce qu’est, dans l’opulente capitale française, un « faible revenu »), l’homme politique propose d’instaurer des règles éthiques en termes de consommation de masse : le pauvre est du côté du bien, il devra donc accéder à la « bonne » nourriture, celle qui est issue de l’agriculture « bio ». Partant certainement du principe que les personnes à « faibles revenus » ont une mauvaise alimentation, et de très vilaines habitudes de vie (comme ne pas voter « Vert », ou même ne pas voter du tout...), l’adjoint au maire propose de les remettre dans le droit chemin de la consommation « citoyenne » et « responsable ».

Certes, il serait malhonnête de nier que de nombreuses études ont souligné que les populations pauvres ont un accès plus difficile aux fruits et légumes ; une étude de l’INRA rapporte notamment : « Les boissons alcoolisées, le poisson, et dans une moindre mesure les fruits, sont les produits sous-représentés en proportion dans le budget alimentaire des ménages aux revenus les moins élevés. » Mais cette réalité justifie-t-elle ces grotesques « tickets de rationnement » à caractère « bio », destinés à donner bonne conscience au public bobo-branché des « Verts », à Paris ? Outre les inquiétants relents historiques de l’opération marketing, vous les imaginez les pauvres, à Paris, les vrais pauvres, les vrais de vrais, au rayon « agriculture équitable et biologique » du Monoprix de Saint-Germain-des-Prés... je ne parle pas des « précaires » de l’Education nationale ou des « intermittents du spectacle » en «  situation difficile », de retour du Festival de l’objet, de Blois, non... moi je parle des durs de durs... vous les voyez les vrais pauvres, les familles nombreuses, avec leurs huit mouflets et mouflettes, en train de présenter timidement leurs « tickets de rationnement » à la vendeuse de l’épicerie fine du coin, pour faire l’acquisition d’une petite salade « solidaire », aux concombres, issue de l’agriculture équitable ou pour se rendre propriétaire de 300 grammes de rutabaga destinés à faire une petite purée « hype » à la cannelle et à la muscade ? Vous les voyez, avec leurs tickets, chez Fauchon, se rendre possesseurs de quelques tubercules de topinambours « bio » ? Mais, d’ailleurs, où diable pouvons-nous les rencontrer les produits « bio » ? Dans les quartiers pauvres ?

On me dira que la déclaration de presse, fantaisiste, d’un candidat à l’élection municipale, dont le parti politique ne totalise pas davantage que 5% des intentions de vote, ne mérite pas tant d’intérêt. Certes. Mais le brillant édile, infatigable militant de toutes les causes passant à sa portée (contre la surpopulation carcérale, pour la libération d’Ingrid Bétancourt, pour le Sidaction, contre les lois Hortefeux, pour les familles de la rue de la Banque - rue de la « Banque » : quelle subtile symbolique ! -, pour les vélos, contre les courants d’air, pour l’eau et le gaz à tous les étages, contre les moteurs diesel, pour la techno-parade thématique « sauvons la planète », etc.), serait bien capable de faire avancer - avec toute la gravité dont il est coutumier - cette idée dans le débat public.

Devons-nous laisser Denis Baupin sortir de sa monothématique habituelle du « déplacement durable » ? (Dans laquelle il excelle de drôlerie post-moderne précieuse et indignée - et fait le bonheur de tant d’observateurs amusés.) Devons-nous laisser les « faibles revenus  » se faire ainsi humilier par la morgue néobourgeoise ambiante désireuse de les nourrir bio ? Désireuse de les intoxiquer politiquement ? Les fantasmes de la bobocratie parisienne - il faut certainement une bonne alimentation pour circuler toute la journée en Vélib’... - doivent-ils continuer à prendre appui sur des causes-prétextes ? Rien n’est moins certain.

Réponse dans les urnes, d’ici quelques mois...



Moyenne des avis sur cet article :  2.79/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 9 janvier 2008 09:51

    Pour avoir lu le même article dans le JDD,je dois dire ma colère de voir ce représentant de la bobo_attidude tenir de tels propos complétement en déphasage complêt avec la réalité de la société et bénéficier d’avantages que la ville de Paris lui donne (rémunération,avantages.....)

    Ces gens ne pensent pas économie de marché (la réalité),ils ne pensent qu’a mettre des contraintes à la vie quotidienne des habitants de Paris Ile de France.

    Son discours est de type maoiste et espérons qu’il ne représentera plus rien en Mars 2008 et qu’une commission sera ouverte pour étudier l’enrichissement de tous ces intégristes verts qui ont litéralement pourris la vie des citoyens.

    Ce matin,dans le « parisien libéré »,le seul endroit ou l’immobilier continue à flambé c’est PARIS !

    Voila le seul résultat qu’auront apporté ces intégristes qui se cachent derrière un discours écolo déconnecté de la réalité

    Nicolas HULOT est plus près de l’écologie que « les verts »

    Vivement les élections ,vivement le grand Paris !


    • Redj Redj 9 janvier 2008 10:45

      Vous avez raison : pour résoudre la pauvreté, laissons les pauvres crever tranquillement de leur malbouffe !


      • jakback jakback 9 janvier 2008 13:05

        le bio est une escroquerie intellectuelle, denis B. un escroc idéologique dangereux comme la majorité des verts en général. Qui ont réussit a rendre Paris invivable, pollué, sale et laid. Reconnaissont ,leur talent de nuisance, indirectement proportionnel aux suffrages obtenus.

        Une question a B. quid des handicapés, personnes agées,et autres personnes a mobilité réduite, vous les faites manger bio, et hop sur un velib ou une paire de roller. Commencer par des transports en communs pratiques, accessible, fiables, nombreux, confortables pour tous, ouvrer des parcs de stationnement aux portes de la capitale, créer un péage pour Paris intra-muros, cesser de rejeter sur la banlieue et ses habitants, qui ne sont pas vos électeurs, les taxes qui profiteront en priorité aux parisiens et a votre notoriété auprès d’eux.

        B vous êtes un jean-foutre.


        • Redj Redj 9 janvier 2008 13:27

          "Commencer par des transports en communs pratiques, accessible, fiables, nombreux, confortables pour tous, ouvrer des parcs de stationnement aux portes de la capitale, créer un péage pour Paris intra-muros, cesser de rejeter sur la banlieue et ses habitants, qui ne sont pas vos électeurs, les taxes qui profiteront en priorité aux parisiens et a votre notoriété auprès d’eux."

          Vous êtez de mauvaise fois, car tous ces points sont justement cités dans l’article comme étant une obsession de M. Baupin.

          Ensuite, je pense que le terme "ticket de rationnement" est impropre ici, car il sous-entend que les personnes à faible revenu ont accès à quantité de fruits et légumes mais qu’on va leur limiter. Alors que c’est l"inverse. Ils n’y ont pas accès car trop chers, alors on va les aider à en acheter.


        • samedi 9 janvier 2008 14:08

          Ecoutez, transmission de pensées entre vous et moi, j’ai immédiatement pensé aux tickets de rationnement quand j’ai lu et entendu l’intervention de Baupin, que je tiens pour un cuistre.

          Je dois vous dire que je n’aimais pas Baupin en raison de ses attaques véhémentes, ridicules et répétées contre Delanoe, mais là, je lui signifie que je ne lui voue plus que mépris. Si par désespoir j’aurais pu voter Les Verts contre PS en raison de nos divergences de fond sur bien des points avec le parti auquel j’adhère, je le dis tout net, tout comme Delanoe :

           

          Baupin et Les Verts m’emmerdent, ils sont nuls, décadents, rétrograde et n’offrent aucune valeur ajoutée intellectuellement parlant dans quelque débat que ce soit.


          • toubakouta 9 janvier 2008 14:10

            Bien vu. Il a juste oublié le verre de lait obligatoire pour le calcium ! Ce Baupin est vraiment un cas grave, quasi-bon pour l’asile smiley


            • Dogen 9 janvier 2008 15:25

              Je rejoins les commentaires precedents...

              Denis B est completement timbre...

              Faut dire que les vert, c’est deja pas fantastique. mais on a recupere a Paris les cas les plus grave...

               smiley


              • Laurence Bonzani, Serge Guérin, Safia Lebdi et Jean-Marc Pasquet Jean-marc PASQUET 9 janvier 2008 16:24

                Ce qui est excessif se marginalise en effet.

                L’article faisant une comparaison suspecte avec une période sombre de notre histoire est bien plus que cela : il est tout simplement inconsistant.

                A-t-on entendu nos pourfendeurs de ce nouveau dispositif critiquer le système des « tickets restaurant » ?

                Et les coupons de tarifs réduits pour les piscines dans les centres sociaux, c’est la guerre de 70 ?

                Sous forme de tickets ou d’une carte (sachez messieurs, prendre de la distance avec les termes et votre haine irraisonée des Verts), il s’agit de redonner accés à des aliments indispensables et prohibitifs à des dizaines de milliers de parisiens qui en sont de fait exclus.

                En réalité, il s’agit d’une piste employée avec succés par certains Etas américains ou régions en Italie et qui font leur preuve. Et pas gauchistes ni néo-conservateurs pour deux sous. Ni bobos ni cons cons d’ailleurs. Responsables et pragmatiques seulement. Démocrates et écolos, la plupart du temps.

                200 000 parisiens en dessous du seuil de pauvreté (815 euros) et 65 000 personnes au rmi. Ou sont vos propositions ?

                Non bien sur, nous n’allons pas éradiquer par ce seul dispositif toute la pauvreté. Mais nous pouvons lutter efficacement et rapidement contre un de ces symptome. J’entends que cela ne concerne pas personnellement les tenants des batailles faciles et du prêt à penser « anti vert ».

                30% des gamins de Belleville ont des carrences alimentaires et souffrent d’absence de soins dentaires. On peut imaginer un système de carte abondée financièrement, utilisable en super marché, comme une carte de paiement.

                La carte de paiement, l’utilisation dans des commerces comme vous et moi, la hausse de 30% du poste alimentaire.

                Ah oui, là, ca mérite une branlée aux élections. Au moins.


                • tvargentine.com lerma 9 janvier 2008 16:32

                  @ par Jean-marc PASQUET

                  Je lis le bilan que vous faites de la gestion catastrophique depuis 5 longues années de cette municipalité qui ne serait pas capable de nourrir sa population !

                  Vous avez voté Nicolas Sarkozy

                   

                   


                  • Redj Redj 9 janvier 2008 16:43

                    C’est vrai que la gestion Chirac, Balkany et consort, c’était autre chose heiiiiin !!!!

                    @Jean Marc Pasquet :

                    Merci de votre commentaire auquel je souscris totalement !!!


                  • Sme 9 janvier 2008 17:55

                    Pour commencer, voici le passage de l’article incriminé : "Enfin, nous créerons une carte fruits et légumes qui permettra aux bénéficiaires à faibles revenus de pouvoir acheter 40 euros de fruits et de légumes bio par mois."

                     http://www.lejdd.fr/cmc/paris/20081/denis-baupin-taxer-le-periph-_83767.html

                     Je ne vois pas le rapport entre une aide pour les moins favorisés et la mise en place d’un ticket modérateur ? En quoi le fait de recevoir une aide empêche-t-il ceux qui ne la perçoivent pas d’acheter des produits bios ?

                     Alors, qui y a-t-il de grave dans cette proposition ? J’ai bien compris qu’elle faisait peur à l’auteur de l’article qui du haut de ses 30 ans nous raconte l’enfer du ticket modérateur smiley Mais je n’ai pas compris pourquoi. J’ai lu et relu l’article sans trouver de fondement à cette peur. C’est, me semble-t-il une peur irrationnelle.

                     Analysons donc : la liste des peurs de l’auteur

                    • partage de l’espace de circulation avec des usagés non automobilistes
                    • payer le droit de circuler en voiture comme le font tous les usagers du métro et du RER (les plus pauvres)
                    •  ingérence du politique sur la vie privée (Les caméras dans les rues posées par le préfet du ministre de l’intérieur attenteraient donc moins à la vie privée qu’une aide aux plus démunis...)

                     Et celle-ci plus pour le fun parce qu’on nous joue ici le refrain du dos à dos : les méchants bobos contres les vrais pauvres, les faux pauvres contre les vrais pauvres

                    •  peur tétanisante de rencontrer des pauvres (il ne connais pas les quartiers pauvres de Paris, souffre de les imaginer le cotoyant dans son magasin)

                    N’est-il pas vrai qu’il y a urgence à permettre aux plus démunis de se loger et de manger correctement ? Notre flambant président nous avait promi du « travailler plus pour gagner plus » et de la hausse du pouvoir d’achat... Et la France attend... le 9 mars de pouvoir voter.

                     

                    Je reprends la liste afin de rassurer l’auteur contre ses phobies

                    Partage de l’espace entre les divers modes de transport.

                     J’ai compris que l’automobile de l’auteur était son mode de transport privilégié. Peut-être que je me trompe d’ailleurs mais à défaut d’être son mode de transport privilégié, au moins se met-il dans la peau d’une personne dont ce serait le cas. Alors rassurons le, plus il y aura de voies cyclables et d’espaces protégés, plus il y aura de cyclistes. Plus il y aura de cyclistes moins il y aura de voitures sur sa route. Plus les bus seront précis grâce aux couloirs et plus ils transporteront de voyageurs libérant encore autant d’espace pour les automobilistes restant.

                    Doit-on continuer à surinvestir dans l’aménagement d’autoroutes au détriment d’aménagement pour les transports en commun. Faut-il continuer à faire converger toujours plus de voitures vers Paris et créer par là l’enfer de l’automobiliste ? Sans compter que l’enfer, contrairement à l’espace, l’automobiliste le partage avec tous smiley

                    Péage de l’autoroute qui enserre Paris

                     D’abord ne faisons pas de la démagogie à 1€, il est question de faire payer les plus gros pollueurs, à commencer par les camions qui pour cause de gratuité du périf ne prennent pas la francilienne. Plus on pollue, plus on paye.

                     C’est aussi un principe de justice sociale contrairement à ce que voudraient faire croire certains : l’usager des transports en commun paye à la fois comme contribuable (ses impôts) et comme usager (son ticket) l’infrastructure de transport en commun ; l’automobiliste utilisant le périphérique ne paye que comme contribuable mais pas comme usager une infrastructure gratuite.

                     Or toutes les études montrent que l’utilisation de la voiture est proportionnelle aux revenus des personnes : à Paris, le tiers le plus riche des habitants utilise à 31% une voiture quotidiennement contre 9% du tiers le plus pauvre. 

                     Comme de plus la mesure appliquée aux seuls camions rapporterait 300 millions d’euros par an soit la moitié du coût de construction sur 10 ans de métrophérique, imaginez le nombre de voitures en moins et le bonheur de rouler autour de Paris quand on y est forcé !

                    Ingérence du politique sur la vie privée

                     Voilà de l’ingérence d’état en effet. D’une part à l’égard des agriculteurs bio aidés par la ville de Paris. Quand 80% des aides de la PAC reviennent à 20% des agriculteurs agronomes et pollueurs, on parle de justice et de nécessité. Quand on propose d’aider ceux qui le voudraient à accéder à de la nourriture de qualité on parle d’ingérence smiley Ca manque cruellement de sérieux, dommage.

                     Moi je trouve qu’il y a ingérence dans ma vie privée quand on me film sous des prétextes de sécurité dans tous les recoins de ma vie. Je trouve qu’il y a ingérence quand, alors que je promène dans les rues je suis obligé de gober les publicités insipides.

                     

                    Voilà j’espère avoir réussi à rassurer l’auteur et les lecteurs inquiets sur les intentions des Verts : vivre ensemble dans un ville agréable pour touTEs.


                    • HELIOS HELIOS 9 janvier 2008 19:35

                      """ l’automobiliste utilisant le périphérique ne paye que comme contribuable mais pas comme usager une infrastructure gratuite. """"

                      Vous devez oublier la TIPP sur les carburants qui justement est prévue pour ça !

                      Sans compter avec tout ce que l’etat pompe sur les voitures....


                    • Céline Ertalif Céline Ertalif 9 janvier 2008 23:14

                      J’approuve totalement Sme. La polémique est un art délectable, inconciliable avec la médiocrité. Cet article ne défend rien, ne montre rien, ne considère même pas que ce qu’il est incapable de critiquer. C’est balourd, triste et poujadiste.

                       


                    • Judesbois 9 janvier 2008 18:37

                      Quelle mauvaise foi dans votre article !!

                      La civilisation de la voiture détruit la planète, casse du lien social, fait des milliers de morts, bousille nos paysages, pollue nos villes. Plus vite on sortira de ce modèle du chacun pour soi -et si t’as pas de bagnole t’as qu’à faire du stop !- mieux notre société se portera.

                      Nos modes de vie ont des conséquences qui dépassent votre petit nombril ne vous en déplaise. Et ça ce n’est pas un effet de mode.

                      Autre chose : avez vous remarqué comme toute personne qui cherche à penser autrement se fait systématiquement traiter de "bo-bo" ?


                      • Lil_Pims 9 janvier 2008 20:04

                        rolala, vla l’hysterie. Non ne vous inquietez pas personne ne viendra vous voler votre Quatre-Roues diesel sans plomb ni vous forcer a manger des epinards.

                        vous avez des parts chez Total ?

                        C’est pour des energumenes comme vous que nous sommes forces de repeter encore et encore, au risque de froler le harcelement combien il est necessaire pour le bien commun, que chacun fasse des efforts et que NON ca ne sera pas facile il y a bien trop de petites habitudes dont il va falloir nous debarasser. Et non vous ne serez pas forces de devenir vegetarien, ni pieton, ni demolisseur de McDo.


                      • HELIOS HELIOS 9 janvier 2008 23:00

                        Arretons, il n’y a pas d’hysterie, il y a seulement un certain ras le bol envers les donneurs de leçon, les bonnes consciences collectives, les politiquement-moralement-ecologiquement corrects qui ne voient midi qu’a leur clocher.

                        J’ai entendu hier un auditeur de France Inter (la-bas si j’y suis) qui se félicitait de l’annulation du Dakar, parceque selon lui faire des "ronds dans le sable" c’etait immoral, irresponsable etc, etc !

                        Cet auditeur ainsi que l’auteur du commentaire auquel j’ai répondu sont des gens qui ne s’interressent et n’aiment pas l’automobile. c’est leur choix. ils se font d’autres types de plaisir et moi, je m’interdis de les juger ni de leur donner un quelconque conseil. j’attends de leur part qu’ils respectent mes choix, d’autant que cela me coute cher d’assumer mon plaisir. Chaque fois que je monte dans ma voiture, je sais combien ça me coute et j’apprecie d’autant plus ce choix que cela est cher. Lorsque les voitures, par exemple, roulerons a l’air comprimé, quels arguments va-t-on m’opposer pour m’empecher d’assumer mon choix ?

                        Quand au reste, nous avons depuis le 19eme siecle une civilisation technologique favorisant la diminution de l’effort, donc le confort, et la facilité. Je sais qu’un grand nombre d’inquiet, de pisse vinaigre et autres malades n’aprecient pas ! Qu’ils aillent dans le Larzac vivre avec les chèvres si cela leur chante.

                        Moi, ce que j’ai construit (avec tous les autres jusqu’a présent) je ne suis pas pret a l’abandonner pour satisfaire un quelconque écolo qui voudrait se priver, se geler etc... Je suis pret a imaginer des solutions plus efficaces, donc plus economiques, reorganiser ce qu’il y a a réorganiser mais pas à regresser, malgrés les c... qu’on nous raconte tous les jours, dans tous les medias sur le réchauffement climatique.


                      • Judesbois 10 janvier 2008 09:43

                        Hé doucement monsieur, je n’aime pas me faire traiter de connard ...

                        Depuis quand les voitures ne polluent elles plus ? Avez vous entendu parler du changement climatique ? Avez vous vu les photos de la banquise arctique cet été ? Avez vous pensé aux conséquences d’une élévation incontrôlée des températures et des océans ? Lorsqu’il sera trop tard, vous aurez beau jeu de taper sur des sois disants "intégristes" qui vous empêchent de jouir de votre chère voiture..

                        Pour ma part je souhaite un changement de société c’est vrai, mais c’est inéluctable pour juguler le changement climatique et laisser quelques ressources naturelles disponibles pour les pays du sud ainsi que pour vos enfants et leurs descendants.

                        Après je n’ai rien d’un extrémiste, je mange, je me chauffe, je lave mes vêtements comme tout le monde, sauf que je fais attention à la provenance de ce que j’achète , j’essaye de ne pas surchauffer mon appartement etc. Et j’utilise les transports en commun et le vélo pour me déplacer(ce qui pour vous a& l’air de relever soit de l’exploit soit de la folie furieuse).

                        Je ne vous salue pas

                         

                         


                      • HELIOS HELIOS 10 janvier 2008 10:43

                        Ha, ha, vous, pas intégriste ? juste en reprenant votre dernier propos nous voyons immédiatement de de quoi il s’agit : ... soit vous êtes un super expert dans tout ce qui est sciences de la terre et c’est vous qui avez la connaissance du "dogme"... soit vous êtes vraiment ce que vous ne voulez pas assumer.

                        Que l’homme soit responsable de la pollution au sens "saleté" on est d’accord. Que ce soit l’homme qui soit responsable du réchauffement planétaire là, permettez moi de rigoler bien bas. Moi, je n’ai aucune preuve, mais j’ai des faisceaux de présomptions forts qui ne sont pas pilotés par autre chose que le bon sens. Voyez vous, si vous regardez les energies mises en oeuvre, les tremblements de terre des 10 voire des 20 dernières années sont déjà suffisants pour provoquer un rechauffement climatique superieur a ce qu’il est aujourd’hui. Ensuite, et au regard des volumes mis en jeux, la pollution par les oxydes de carbone dont le CO2 issus des energies fossiles sont encore peu significatifs pour justifier une quelconque évolution du climat.

                        De plus l’intoxication qui est faites pour vous (nous) faire gober les incuries de nombreux responsables et garantir les futurs profits ne passe pas inaperçue lorsque vous regardez les series de mesures faites sur les 2000 dernières années et plus. les manipulateurs sevissent et vous le savez bien.

                        Dans ce contexte la voiture n’a rien de plus polluant que n’importe quelle autre activité humaine, mais par contre la voiture a de nombreux détracteurs, comme vous. Quand je vous fais le procés d’intention ci-dessus, l’exagération exprimée n’est là que pour vous faire comprendre qu’un peu plus de modération de votre part sur des modes de vies qui ne semblent pas vous concerner serait la bienvenue.

                        Vous n’aimez pas la voiture, ça on l’a bien compris. contentez vous alors de defendre vos modèles avant d’attaquer les modèles des autres, surtout quand rien ne prouve que ceux ci soient globalement négatifs.

                        Il serait hautement préférable que vous vous eleviez contre ceux qui coupent les forêts primaires dont celles des grands bassins... que vous militiez contre ceux qui délocalisent en massifiant les transferts exagérés de matieres... que vous militiez pour que les communautés administratives mettent en oeuvres les equipements correspondant aux besoins des habitants, comme les centrales d’épurations ou les centres de collectes de déchets (sans faire payer ceux qui n’appartiennent pas à la commune, vous savez de quoi je parle, cela eviterait de retrouver des decombres et autres pouvbelles dans la nature)... et même que vous participiez aux decisions politiques pour diminuer l’empreinte écologique de tout ce que nous fabriquons plutôt que de preconiser que nous nous privions de ce qui est nécessaire ou qui nous plait.

                        Le vrai militantisme écologique n’est pas l’attaque de l’automobile, car comme l’education celle çi apporte la liberté (du déplacement dans son cas). je me permet de vous rappeler certaines manoeuvres dont il a été déjà question sur Agoravox, hélas je n’ai pas noté les messages... ou il me semble, c’etait dans le département 77, où les bus de militants avaient été stoppés pour je ne sais quel contrôle afin de les retarder et les empecher de participer a une manifestation.

                        Le vrai militantisme est un engagement au quotidien sur de nombreux petits details basés sur l’efficacité et non pas le renoncement. Ce sont les faibles qui renoncent, ceux qui ne savent pas s’adapter donc qui preferent reculer qu’avancer.

                        Le vrai militantisme "contre" l’automobile serait de tout faire pour qu’elle soit plus propre comme le font par exemple des gens comme mr Nègre dans les Alpes maritimes en developpant des moteurs a air comprimés... le vrai militantisme serait que vous expliquiez qu’il est préférable d echanger le moteur d’une voiture de 4 ou 5 ans contre un moteur moins gourmand et donc plus efficace que changer toute la voiture... en plus cela ferait du travail pour des garagistes français.... donc de changer une reglementation de fait parfaitement imbecile. Le vrai militantisme serait de permettre l’acces au plus prés, le sationnement mieux organisé et pas "interdit", la facilité de circulations sur les axes et aux heures ou le besoin se fait sentir... bref il y a mille manière d’être militant ecologique sans pour autant condamner ce que font les autres...

                        Evidement tout ça ne vous concerne pas.... je vous salue.

                         


                      • gnarf 9 janvier 2008 18:42

                        Je suis etonne que vous ne parliez pas du systeme de tickets prevalant dans les pays sovietiques.

                        La aussi, il ne s’agissait pas de regler la penurie mais de permettre a ceux qui auparavant ne pouvaient pas, d’acceder aux denrees comme tous les autres (et par la meme occasion empecher les nantis de consommer trop).

                        Les tickets d’alimentation sovietiques etaient des tickets permettant la distribution de l’aide publique selon les categories de personnes.

                        Ce n’est que bien apres qu’il y a eu penurie.

                        Beaupin nous presente tout simplement un systeme a la sovietique.

                         

                         

                         


                        • Diego Diego 9 janvier 2008 19:56

                          Cet article manque d’objectivité c’est évident.

                          Mais ce qui me consterne le plus c’est la qualité des commentaires qui suivent. Cela me déprime. Quand on a une vision aussi individualiste des chose il ne faut pas s’étonner que le monde ne tourne pas rond... Nous sommes en train de nous suicider pour des raisons de production et de consomation totalement déraisonées et dès que quelqu’un essaie de porter un discours novateur qui peut apporter des solution c’est soit un extrémiste, soit un bobo... C’est dommage. Et apres on se plaint que la jeunesse soit déprimée.

                          Continuez à nager dans le bien ètre, continuez à regarder le bout de votre nez et préparez un beau mensonge à dire pour le moment ou tout ira encore plus mal et ou votre enfant ou petit enfant vous demandera ce que vous avez fait pour essayer d’arranger la situation.

                          Vous traitez les écologistes d’extrémistes mais ils peuvent tres bien vous traiter de collaborateurs...

                          Apres je manque surement d’objectivité moi aussi...


                          • samedi 9 janvier 2008 21:57

                            Je vous sens déprimé alors je vais vous répondre car je sens que ça vous touche qu’on attaque Baupin.

                            Je vais vous dire pourquoi je le voue aux gémonies. Parce que ce sont bien des tickets de rationnement, ça ne fait aucun doute et vous êtes de ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face. Mais laissons cela, ce qui est important suit.

                             

                            Pourquoi nous attaquons-nous à l’idée de ces tickets de rationnement. Parce que les fruits et légumes sont très chers vous l’avez observé. C’est à la cause que nous souhaiterions que M. Baupin s’attaque et non pas aux effets. Pourquoi ces denrées sont-elles devenues si chères, alors que de notoriété générale et publique, la France est restée pendant plusieurs décennies "le" pays où on ne pouvait pas mourir de faim car les denrées gardaient un prix stable ? Les fruits poussent sur les arbres, comme vous le savez, ils sont résistants, traités, les producteurs vous le savez aussi produisent bon an mal an beaucoup de denrées alimentaires, mais si vous vous êtes renseigné (ce dont je ne doute pas une seconde) vous savez aussi qu’ils vendent leurs productions à la filière à un prix au kilo dérisoire. Vous me direz, oui mais il faut cueillir ces fruits et il faut de la main-d’oeuvre. Pas forcément, des machines se chargent de ça dans les grandes exploitations, la main-d’oeuvre est nécessaire pour la préparation des fruits. Mais néanmoins cela n’incide pas sur le coût dans votre épicerie, le kilo de fruits qu’il soit cueilli à la main ou récolté grâce à la machine reste à 3 euros. Autre exemple, le melon ramassé, lavé, mis en cagette, 30 cents la pièce. Vous n’ignorez pas que le même melon est vendu au plus bas en pleine saison dans votre hypermarché à 2,50 euros.

                             

                            C’est contre l’exploitation des producteurs et donc contre la marge bénéficiaire des distributeurs que M. Baupin doit se battre pour permettre à tous, foyers à bas revenus les premiers, de se nourir à un prix décent et permettre aux exploitants de vendre à un prix leur permettra de vivre, eux aussi. Et je le dis parce que dès que je mets en cause le prix des fruits à l’étal, curieusement sous la pression d’une bonne poussée vocale autant que virtuelle grâce à la toile, dans les 2 semaines, le prix des fruits baisse.

                             

                            En conséquence, M. Baupin a eu l’idée fumeuse de l’année, qui ne règle rien des problèmes de fond et qui de plus, stigmatise encore un peu plus s’il était possible, les foyers qui vivent au seuil du minimum vital. M. Baupin et M. Hirsch, même combat dans la crétinerie.


                          • Diego Diego 9 janvier 2008 22:36

                            Ce qui me choque ce n’est pas qu’on s’attaque à Mr Baupin, c’est plutot que l’on s’attaque aux idées écologistes sous prétexte que se soit les verts qui les portent et qu’ils sont nuls. C’est dommage de refuser des idées parcequ’un parti que l’on aime pas les porte surtout quand certaines sont pertinantes voire indispensables.

                            Je suis totalement d’accord avec vous samedi la marge des distributeurs est beaucoup trop importante et en plus d’entrainer des prix élevés ils font pression sur les producteurs qui eux ont du mal à s’en sortir. Mais que peut faire la municipalité pour empecher cela ?

                            L’ecouragement au développement du bio n’est certes pas la premiere des priorites (meme si c’en est une) mais ce geste permet tout de meme d’encourager une production plus locale et moins toxique qui valorie les producteurs et moins les distributeurs.

                            Apres cela dépend bien sur où ses tickets pourront être échangés si c’est dans des grandes surfaces c’est sur que l’impact sur les producteurs sera plus faible...

                            Quoi qu’il arrive, l’agriculture biologique est un secteur à développer et ce geste y contribue.

                             


                            • tvargentine.com lerma 9 janvier 2008 22:43

                              Même la LCR ne tiendrait pas le millième des idées débiles que nous avons pu lire dans le JDD.

                              La seule solution serait de créer le grand Paris et de supprimer les couches que créés les conseils départementals,les conseils général,les conseils regionaux......que des couches de bureaucratie et de taxes.

                              Il faut le Grand Paris qui permettra pas une vrai grande réforme de permettre aux habitants d’Ile de France d’élire le Maire du Grand Paris au suffrage universel.

                              Ce grand Paris permettra de se débarasser de ces petits barons locaux dont le passe temps consistent à demonter le dossier de son voisin.

                              Les premières victimes de cette couche de bureaucratie ce sont les citoyens

                               


                              • samedi 9 janvier 2008 22:59

                                Dans le cadre d’une campagne électorale, un candidat ne peut pas tout s’approprier sous prétexte qu’il a besoin de se démarquer de la "concurrence". En l’occurence, la proposition de Baupin est ridicule, car le bio doit être traité au plan national. Comme vous le savez l’Ile de France n’est plus auto-suffisante depuis très longtemps, elle s’alimente au marché de Rungis et les produits que la région consomme proviennent aussi de l’étranger, donc allez faire le tri dans le bio et le non-bio je dis que c’est une gageure. Quoi qu’il en soit, l’écologie ne se traite pas au plan local, et surtout pas dans la capitale, en ce qui concerne les denrées alimentaires, car nous sommes dépendants. C’est la raison pour laquelle je trouve cette idée stupide. Je la trouve en outre abaissante, humiliante. Imaginez-vous que ces familles iront chercher des tickets de rationnement en mairie, devrons les délivrer en magasin ou épicerie pour se nourrir ? Mais jusqu’où ira l’humiliation et la stigmatisation des plus faibles ?

                                Si le problème n’était que les fruits et légumes ne soient pas bios, je veux dire que ce serait un problème mineur. Le problème est qu’ils sont devenus un luxe pour les foyers à bas revenus et que c’est ce problème que M. Baupin devrait s’occuper de traiter, mais en tant que Verts en a-t-il la compétence ? M. Baupin se cherche une clientèle de pauvres à utiliser pour sa campagne électorale tout comme M. Hirsch a reçu ses lettres avec cette même "clientèle", voilà qui le rend définitivement peu sympathique et peu crédible.


                                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 10 janvier 2008 08:30

                                  il serait bon d’evoquer le probleme soulevé par Baupin, la circulation.


                                  • Diego Diego 10 janvier 2008 09:23

                                    Parlons de la voiture. Selon certains calculs la vitesse moyenne des automobiles ( nombre de km parcourus / temps passé pour sa voiture : dedans, à s’en occuper et à travailler pour la payer) atteindrait les 6 à 8 km/h.

                                    http://generationsfutures.chez-alice.fr/media/of/vitesse_moyenne_voiture.htm

                                    http://fr.ekopedia.org/Voiture

                                    Il est donce légitime de se demander si notre merveille du 20 eme siecle synonyme de liberte absolue est si efficace que ca. Ne faut il pas repenser la voiture et surtout la facon dont nous l’utilisons ???

                                    Apres il me parait tout de meme évident que bien pensée, la voiture aura sa place dans nos societes. Je dis "aura" car ce moyen de transport me semble trop gourmand en énergie, trop polluant et son utilisation abusive ne fait qu’empirer les choses...

                                    Je ne veux pas forcer les amoureux de la voiture à utiliser le velib’ je veux seulement essayer de comprendre leurs arguments en faveur de la voiture et débatre car le changement ne viendra pas des verts mais du débat de tous...


                                    • HELIOS HELIOS 10 janvier 2008 11:50

                                      Juste une petite réponse de principe , pour essayer de montrer que les "mesures" que vous indiquez n’ont pas de sens (les 6 à 8 km/h)... comme souvent lors de l’interpretation des statistiques.

                                      Quand je prends mon vehicule pour aller faire mes courses, pour aller a l’ecole, a l’aller comme au retour, pour aller travailler, pour aller "faire un tour" ...... jamais je peux vous assure que la vitesse moyenne est de ces ordres de grandeurs.

                                      Alors, vous allez peut être me retorquer que si je mesure vraiment entre le temps pour acceder au vehicule+le temps du trajet+ celui du stationnement + l’acces a ma destination, cela fait 8km/h je ne pense pas, mais même si c’etait le cas, il reste a mesurer la "vitesse perçue" exactement comme le pouvoir d’achat perçu dont ou nous rebat les oreilles en ce moment.

                                      Il faudrait egalement me demontrer que le temps d’acceder a l’arret du bus + attente du bus + le trajet + le temps d’acceder depuis l’arret jusqu’a ma destination est inferieur a celui que j’ai pu mettre avec mon vehicule.

                                      Enfin il faudrait me montre que l’interêt de choisir le moment de mon départ, d’influer sur mon itineraire et de modifier mon choix en temps réel est négligeable dans l’objectif de mon déplacement... tout cela sans compter le plaisir, le confort etc...

                                      Si vous êtes "parisien" et que le bus s’arrete quasiment en bas de chez vous, que votre destination est toujours a quelques minutes de votre arret et que vous avez des vehicules toutes les 10 mn tout au long de la journée pour toutes les destination, je comprends parfaitement votre choix.

                                      Quand au coûts et aux prix, laissez moi assumer mes choix, si je prefère me déplacer en privé, climatisé, en stéreo, plutôt que secoué, agressé par des personnes pour qui il est "déjà 17heures" , dans un environnement bruyant et loin de ma destination... les € que je mets dans mon vehicule, je ne les mets pas ailleurs !

                                      Vu le prix que je paye pour la tipp, le CT, la carte grise, les assurances et naturellement mes impôts, j’ai de fait ,déjà payé les equipements que j’utilse...

                                       


                                    • tvargentine.com lerma 12 janvier 2008 14:21

                                      Les habitants d’Ile de France doivent exiger du président Nicolas Sarkozy qu’il mette en place le plus rapidement le grand Paris afin de supprimer les départements et supprimer toute ces matières grasses inutiles de politiciens démagos qui tiennent des discours complétement débiles mais dont les salaires en impots payé par le contribuable sont scandaleux.

                                      Avec le Grand Paris,les Paris Plage,les bobos,les vélibs,’les autoroutes pour les bus,les paillettes,les impossibilités de se garer sans payer cher seront terminés

                                      Nous ferons parti d’un ensemble unique et tout le monde sera au même niveau (Paris et la banlieue) sans aucune exclusion comme le pratique la municipalité DELANOE PS-VERT extrémiste démago


                                      • Rosemarie Fanfan1204 12 janvier 2008 14:32

                                        Lerma, depuis le temps que je lis vos commentaires, je me demande si votre but n’est pas de moinsser le plus possible ? A -100 vous sablez le champagne ?

                                        Pour en revenir à Paris, M. Delanoe a été élu, vous semblez tant attaché aux valeurs démocratiques ! Les parisiens, j’ai vécu à Paris, ne regrettent ni M. Chirac, et encore moins les Tibéri !


                                      • moebius 12 janvier 2008 21:33

                                        ..mais quel con ce baupin ! et aussi irritant qu’un embouteillage. Je n’ai pas lu l’article...


                                        • moebius 12 janvier 2008 21:42

                                          je suis parisien mais ces probléme de circulation sont accessoires. Londres les mieux résolu que nous. Ici a paris nous n’en finissons plus avec ceux ci . la municipalité pour laquelle j’ai voté a défaut de projet ambitieux fait une fixation la dessus. Un tramway, des vélos, oui trés bien, et alors....et les bordures de trottoirs !


                                        • Sébastien Sébastien 13 janvier 2008 13:52

                                          L’idee des tickets alimentaires est pas mal je trouve. Ca permet d’aider les gens de maniere utile. En revanche limiter ca a des fruits et legumes, c’est ridicule. Le role de l’etat est aussi de nous informer mais il n’est pas de nous obliger a manger tel ou tel produit. Or ce ticket est contraignant et je ne comprends pas bien d’ailleurs comment, en payant dans un supermarche, on va pouvoir dissocier de maniere simple les fruits et legumes des autres achats.

                                          Dommage, les verts sont a cote de la plaque... encore une fois.


                                          • seigneur_canard seigneur_canard 13 janvier 2008 15:23

                                            Cette idée de taxer les axes contournant et pénétrant dans Paris pour financer des ticket fruits et légumes me semble bien fumeuse.

                                            Avant toute chose, je précise que je n’ai pas de voiture, utilisant les transports en communs parisiens, je n’en voit pas l’utilité lorsque l’on vit et travail dans Paris intra-muros ou en très proche banlieue. Je me demande même l’intérêt pour un parisien ne voyageant pas souvent vers la province d’en posséder une.

                                            ceci étant dit, je trouve l’idée de Baupin de taxer les routes dangereuse. En effet, cela ne gènera les riches propriétaires de 4x4 ou de puissantes berlines allemandes. 1 ou 2 € par jours, ça ne les dérangera pas vraiment. Par contre, le mec qui vient d’un bled paumé du fin fond du val de marne pour aller bosser dans Paris avec sa vieille clio de 95, lui, il va les sentir les taxations. N’oublions pas en effet, que tout le monde n’a pas forcéments accès aux service de la Ratp et de la SNCF. Donc, tuture obligatoire.

                                            Par contre, je rejoint l’idée de créer des parkings gratuits et SURVEILLES aux portes de la capitale (ou tout au moins en connexion avec les lignes de metro-RER-bus. Seul problème, où construire ces parkings ? les surfaces constructibles libres sont biens difficiles à trouver autour de la capitale.

                                            Bref, on se heurte a des problèmes difficilement surmontables, résultantes de 50 ans de politique pro-bagnole dans la capitale. Il est aujourd’hui un peu "facile" de dire à des milliers (millions ?) de banlieusards de payer de leur poche le fait d’utiliser des routes qu’ils ont payés pour préserver la qualité de l’air des parisiens. En gros, le citoyen lambda se retrouve a devoir payer les erreurs de politiques passées. Un peu fort de café... Car, les gens qui payeront n’auront pas forcément les retombés de touts ça.

                                            Pour simplifier, je crains que les "pauvres de banlieues motorisés" payent pour que les "pauvres parisiens" puissent bouffer des légumes bios. N’y a t’il pas un petit problème moral dans tout ça ? Un "pauvre " parisien vaudrait il mieux que son homolgue de banlieue ? Bref, ça me chiffonne.

                                            Enfin, je crains que l’application de la distribution des légumes bio ne heurte à la roublardise des commerçants. Comment éviter que ces dernier refilent leur fond de stock au possesseurs de ticket ? Voir qu’il ne "rebadgent" des légumes classiques en légumes bio à destinations de gens pas forcément à même de se plaindre de la qualité du produit ainsi reçu (à cheval donné...) . Ou les possesseurs de tickets iront-ils se ravitailler en produit bio ? Perso je n’en voit pas des masses (chez ED, super U ou autres) de mon quartier.

                                            Bref, encore une fois avec les verts ça sent la "fausse bonne idée à la con". Mais, ce qui me gave le plus, c’est que l’incohérence, l’amateurisme et le dogmatisme de ce parti donnent à la population une image négative et contraignante de l’écologie.... Celle d’une "idéologie" répressive. 

                                            J’espère qu’après sa réelection delanoë pourra enfin "placardiser" les verts...


                                            • Mijo Mijo 13 janvier 2008 22:36

                                               

                                              Cette carte "fruits et légumes" est une excellente idée et je connais des personnes de mon entourage qui seraient heureuses d’en bénéficier. Loin de stigmatiser et d’humiler les pauvres comme l’auteur le laisse entendre, elle permettrait aux familles qui ont du mal à boucler leurs fins de mois de se nourrir correctement et d’offrir des produits de qualité à leurs enfants.

                                              Je ne sais pas si vous faites souvent les courses, François-Xavier, mais sachez qu’il n’y a pas qu’à Monoprix Gourmet qu’on trouve des produits bio ! J’ai déjà personnellement acheté des citrons non traités chez Leader Price.

                                              Contre les marges des distributeurs, on peut acheter ses fruits et légumes sur le marché. On n’y trouve pas systématiquement du bio, mais les produits de saison sont moins chers et de meilleur qualité qu’au supermarché. 

                                              Quant aux propositions de Denis Baupin sur les transports et la circulation, je les trouve courageuses. La majorité (70% selon les sources officielles) des véhicules en France sont des diesel. Si ce carburant émet moins de CO2 que l’essence, il émet des particules fines très nocives qui ne sont pas filtrées par les filtres à particules. Résultat : affections respiratoires, bronchiolites chez les nourrissons, asthmes chez les enfants sont en forte augmentation dans nos grandes villes françaises. En l’absence de vent, c’est l’asphyxie ; les médecins sont débordés et les urgences pédiatriques saturées. Et tout ça coûte très cher à la sécu et donc à nous tous.

                                              New-York, Londres, Milan ont instauré des péages urbains. Comme chacun sait, ces métropoles sont aux mains de khmers verts inspirés par les vieux Gosplan soviétiques... 

                                               


                                              • LioCambo 10 avril 2013 06:55

                                                Restons sur le sujet et ne nous perdons pas sur les petits soucis automobilistiques des Parisiens.

                                                Est-ce que un « ticket resto » doit être considéré aussi comme un « ticket de rationnement » ? smiley

                                                Si votre réponse est « oui », alors vous pouvez être d’accord avec l’auteur (et avec n’importe qui et surtout n’importe quoi d’ailleurs smiley

                                                Si votre réponse est « non », alors cet article doit être considéré pour ce qu’il est, c’est à dire une polémique gratuite et infondée smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès