Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dépêche #AGPDV : Laurence #Parisot prépare un coup d’état pour se (...)

Dépêche #AGPDV : Laurence #Parisot prépare un coup d’état pour se maintenir à la tête de l’état français

Dans une interview donnée au journal néo conservateur “Le Monde”, Laurence Parisot annonce son intention de se maintenir à la tête de l’état français. Pourtant, les statuts qui régissent l’organisation qui lui permettent de présider à la destinée des Français l’en empêche. A l’instar de son modèle Poutine, qui n’a pas hésité un seul instant à réécrire la constitution russe pour conserver le pouvoir, elle réécrira donc les statuts du Medef dans le seul but de conserver son poste de chef de l’exécutif de la république française pour un troisième mandat. Durant ses deux premiers mandats, elle occupait ses fonctions sous le régime de la “cohabitation” aux côtés de Jacques Chirac dans un premier temps, puis de Nicolas Sarkozy dans un second temps.

En réalité, l’idée de ce coup d’état a germé dans l’esprit de Laurence Parisot dès l’été 2012. C’est à cette période qu’elle a acquis les pleins pouvoirs qui lui ont été remis par Jean-Marc Ayrault lors des universités d’été de son groupuscule. Cette passation s’était déroulée, souvenez-vous, en grande pompe, avec la venue d’une dizaine d’émissaires de François Hollande. Ce dernier ne s’était pas rendu à cette passation afin de ne pas en rajouter à l’humiliation de sa propre abdication. D’évidence, la nouvelle chef de l’état, après avoir goûté aux pleins pouvoirs, n’entend plus céder la place. Force est de reconnaitre que son influence est désormais totale sur l’hexagone.

Dès le mois de septembre 2012, elle instaura une grande amnistie fiscale en faveur des entreprises innovantes en matière de turn over. Ces entreprises, très connues sous le nom de “geonpis”, allaient donc, grâce à elle, bénéficier d’une fiscalité que même les paradis fiscaux envient depuis à la France. Forte de ce succès, que les résultats de l’élection présidentielle du 6 mai 2012 rendaient pourtant improbables en raison d’une alternance, elle devint beaucoup plus ambitieuse et beaucoup plus agressive.

En octobre, elle mit en place une grande contre réforme dénommée “choc de compétitivité”. Son vieux rêve, ainsi que celui de tous les néolibéraux conservateurs, de privatiser la protection sociale, voyait donc le jour. En effet, la consommation de produits fabriqués par des entreprises privées finance à présent en grande partie la sécurité sociale et non plus les cotisations patronales, donc les salaires, selon le principe de solidarité qui était jusque là en vigueur. Forte de ses pouvoirs absolus, elle accorda même, suite à cette privatisation d’un service public pourtant emblématique, un don de 20 milliards aux entreprises sans aucune contre partie, en particulier à celles du CAC 40. Il faut dire que ces entreprises sont à l’origine de la prise de pouvoir de Laurence Parisot par l’intermédiaire d’un courrier qu’elles avaient adressé à l’ancien chef de l’état, François Hollande, où elles lui ordonnaient d’obéir à la lettre au Medef et donc à Laurence Parisot. Elle se devait donc de les remercier généreusement.

En novembre, elle empêcha un projet de nationalisation d’une entreprise sidérurgique dont l’un des sites est basé à Florange, dans le nord-est de la France. Il s’agissait pourtant de la seule solution raisonnable pour sauver des emplois par centaines. Par ce geste fort de solidarité à l’égard d’un certain Monsieur Mittal, elle montra sa détermination à préserver les intérêts de grands patrons, bien plus voyous que responsables. Mais l’important pour Laurence Parisot a toujours été de ne surtout pas contrarier ceux qui lui ont rendu possible son accession au trône.

En décembre 2012 puis en janvier 2013 elle paracheva l’autre grand rêve des néolibéraux conservateurs : la mise à mort du code du travail. Elle ne l’avait jamais caché. Pour elle et ses principaux soutiens “la liberté s’arrête là ou commence le code du travail”. Elle obtint cet incroyable résultat en raison de pressions et de promesses fortes faites à quelques syndicats minoritaires. Ainsi, ces derniers pourront-ils continuer à gérer l’UNEDIC, cette caisse de gestion du chômage. Il faut savoir que le chantage au chômage est l’arme principale de Laurence Parisot pour imposer ses vues. Depuis, elle ne cesse de répéter partout qu’elle sera particulièrement attentive à ce que cette destruction du code du travail soit fidèlement retranscrite dans la loi que les députés, qui n’ont en réalité plus aucun pouvoir, doivent voter au printemps.

Aussi est-il particulièrement étonnant de voir cette femme, qui refuse pourtant fermement toutes modifications d’un texte de loi comme l’ANI, s’arranger aussi facilement avec les statuts du Medef. Sans aucun doute, l’exercice des pleins pouvoirs a-t-il aiguisé, plus que de raison, ses appétits. Sans aucun doute, aussi, la complicité de l’exécutif élu en mai 2012, puis son abdication en sa faveur dès l’été rendent-ils Laurence Parisot particulièrement affamée. Comment pourrait-elle, en effet, se résigner à ne plus participer aux nombreux festins dont elle pourrait être la reine sans partage ? D’autant que sa prochaine réforme, elle y tient : le retour de la retraite à 65 ans.

Sydne93

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • PhiScp 2 mars 2013 10:07

    cet article est soit du tres mauvais humour , soit de la manipulation mentale a travers des paralleles fait avec l’histoire tragique du nazisme . Ceci discredite Agoravox .


    • Bill Grodé 2 mars 2013 10:15

      Vous avez parfaitement raison sur un point : elle modifie les statuts pour continuer à diriger le medef ( et pas tout le pays, quand même), mais elle le fait comme son modèle : Chavez , et non comme Poutine. 
      Je vous croyais plus sérieux en matière de références. 


      • epicure 2 mars 2013 16:54

        Oui c’est bien toi qui est à côté de la plaque au niveau des références : parisot est une capitaliste de droite, donc elle prend référence chez les capitalistes de droite, comme poutine.


      • olfe olfe 2 mars 2013 11:01

        Tout à fait d’accord avec l’auteur, quand on sait comment le grand patronat à collaboré avec Hitler, soit directement, soit par l’intermédiaire de Pétain ...
        C’était une incroyable aubaine pour eux avec les régressions sociales énormes que ce dernier avait instauré, on revenait non seulement sur toutes les avancées du front populaire, mais aussi sur certaines avancées bien antérieures.
        La grande bourgeoisie et le grand patronat aiment la main qui les gavent, donc sont proche de toutes les dictatures qui écrasent les peuples...

        @ PhiScp :
        Ce n’est pas du très mauvais humour, ça ressemble plutôt au retours d’une triste réalité qu’on croyait révolue...

        @ Bill Grodé :
        Chavez n’a jamais été pour le grand patronat et n’est pas non plus un dictateur.
        D’autre part, allez chercher des articles sur ce que pense Parisot de Chavez, je ne crois pas que ce dernier soit son modèle... Son modèle ressemblerait plutôt à Pinochet ou Tatcher.


        • epicure 2 mars 2013 16:58

          tu as oublié l’expression préférée du grand patronat à la fin des années 30 : «  plutôt hitler que le front populaire. »

          Maintenant même plus d’hitler pour organiser la régression sociale, il suffit d’un gouvernement d’étiquette socialiste (théoriquement de gauche), non pas de sans culottes mais des baisseurs de froc.


        • lsga lsga 2 mars 2013 13:30

          quelle exagération...

          si Parisot avait les pleins pouvoirs, ce serait largement plus violente que cela ne l’est aujourd’hui. 

          En voilà un dictateur néo-libéral :

          C’était autre chose que François Hollande. 

          • foufouille foufouille 2 mars 2013 13:44

            les pieces d’echec ne voient jamais le joueur
            un voleur se cache car il a plus de chance de reussite


          • lsga lsga 2 mars 2013 13:53

            mais oui... 


            sous pinochet, dans une dictature néo-libérale, OP serait en prison et ne pourrait pas publier sur Agoravox. 

            Cela ne sert à rien d’exagérer. Autre exemple : Le Figaro est comparable à la ligne néo-cons, pas le monde. Le monde est libérale, dans le sens le plus anglo-saxons du terme. 

            Il y a un vrai problème démocratique en Europe, les élections sont truqués, il y a des « coups d’Etats » au sens propre du terme. Tomber dans le genre de Mic-Mac idéologique de cet article n’est bon qu’à décrédibiliser l’ensemble de ceux qui cherchent à expliquer sérieusement le phénomène.

            Non, parisot n’a pas fait de coup d’Etat. 

            Oui, les élections française ont été truquées, et Sarkozy a bien faillit réussir un coup d’Etat en même temps que son ministre (Fillon), autorisait à tirer à balle réelle sur des manifestants façon Pinochet. 

            Dans un tel contexte, on ne fait pas des métaphores à la con avec des termes graves. On fait attention à respecter le sens des mots. 

          • foufouille foufouille 2 mars 2013 14:47

            je pense l’inverse
            les elus sont des marionnettes, des acteurs, et les conseillers restent dans l’ombre sans prendre de risque
            parisot est une marionnette elle meme, car publique
            le bilderberg n’est pas diffuse a la TV


          • chmoll chmoll 2 mars 2013 16:16

            faut reconnaitre qu’elle en a dans le calbute , laurence


            • epicure 2 mars 2013 17:06

              Tant que tu ne parle pas de françois ou jean-marc, tu as raison.

              Ils n’ont pas de politique économique, ils se contentent de suivre les injonction de bruxelles, ni de politique sociale qu’ils délaisse dans les mains du patronat et de syndicats minoritaires à ses bottes.

              Du coup une femme qui en a, arrive à imposer ses idées qui vont à l’enocntre du programme sur lequel a été élu hollande.


            • chmoll chmoll 3 mars 2013 08:23

              jean marc et françois , ou les aventures des pieds nickelés c pareil
              mis à part que 68 mlls de frenchies dépendent de ces 2 clowns

              et là ça fout les j’tons

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès