Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la (...)

Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy’

Une voix a suffi à faire ratifier la "République Sarkozy". Celle de Jack Lang  ? Celles des centristes  ? Des radicaux de gauche  ? La révision constitutionnelle est maintenant adoptée et va hyperprésidentialiser notre République.

J’avais présenté il y a quelques jours un pronostic d’échec qui a donc été démenti par la réalité des faits.

La réforme des institutions a été en effet ratifiée par le Parlement réuni en Congrès à Versailles ce 21 juillet 2008 avec une très courte majorité, une seule voix d’avance.

La nouvelle a été connue à 18 heures 33.

Je regrette l’adoption de cette révision constitutionnelle, mais désormais, plus aucun obstacle ne viendra perturber sa promulgation très prochaine par le président de la République.


Arithmétique parlementaire et pression adiabatique

Même si cette majorité des trois cinquièmes a été très courte, ce scrutin constitue malgré tout un succès non seulement pour le gouvernement et la majorité UMP, mais aussi pour le président de la République Nicolas Sarkozy.

Le succès, c’est d’avoir réussi à rassembler des voix de l’opposition sur un texte uniquement porté par la majorité présidentielle qui ne pèse que 58,5 et pas 60 % des sièges.

906 parlementaires étaient convoqués à Versailles, soit un sénateur et un député de moins que normalement, dans la mesure où deux sièges étaient vacants. 896 parlementaires ont exprimé un vote.

Peu ont donc sombré dans l’abstention, contrairement aux scrutins précédents dans chaque assemblée.

539 parlementaires ont voté pour, 357 contre. Pour passer, il en fallait 538. Le simple basculement d’une voix pour vers un vote contre aurait suffi à faire capoter la révision Sarkozy.

On n’a cessé, ces derniers jours, d’expliquer que le pouvoir a multiplié les pressions sur les parlementaires récalcitrants : menaces sur le découpage de leur circonscription, sur leur investiture future, promesses de ministère, de mission parlementaire grassement rémunérée, de facilité de groupe à l’Assemblée nationale, etc.

Il n’y a pas à dire, le marchandage paie toujours. Le problème, c’est que les parlementaires qui ont vendu leur conviction pour un paquet de lentilles vont en être pour leurs frais, puisque Nicolas Sarkozy, en digne héritier de Charles Pasqua, a toujours considéré que les promesses n’engageaient que ceux qui les écoutaient.


La voix qui a tout pesé

Qui est donc celui qui a fait pencher la balance constitutionnelle ?

Le premier nom est d’abord celui du président de l’Assemblée nationale lui-même, Bernard Accoyer, ferme partisan de la réforme, mais président de séance du Congrès. La tradition a toujours voulu que le président de séance ne participe pas au scrutin. Chaque voix comptant, Bernard Accoyer n’a pas voulu faire prendre un risque à la majorité (de son point de vue, il a donc eu raison).

Les autres noms qui viennent à l’esprit, ce sont ces parlementaires de l’UMP qui avaient à plusieurs reprises fait part de leur opposition irréductible à cette révision constitutionnelle qui bouleverse l’équilibre des institutions de la Ve République. Leurs positions reposaient surtout sur leur fidélité gaulliste. Le bulldozer sarkozyen est passé dessus. Parmi eux, le député du 16e arrondissement de Paris, Bernard Debré, frère jumeau de Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, dont la détermination à devenir maire de Paris, puis maire du 16e arrondissement, n’avait pas fait long feu.

On peut citer aussi les sénateurs centristes qui, pour leur très grande majorité, ont voté pour alors qu’ils s’étaient abstenus lors de la seconde lecture. Leur président, Michel Mercier, trésorier du MoDem, avait déjà fait capoter son parti à Lyon pour aider Dominique Perben (en vain) aux municipales, et espère faire partie prochainement du gouvernement.

Ou encore la plupart des parlementaires radicaux de gauche qui, sur les pas de leur président cassoulet Jean-Michel Baylet, ont eux aussi approuvé la réforme.

Mais sans doute pourrait-on finalement épingler le seul parlementaire socialiste à avoir voté pour, contre la décision unanime de ses "amis" socialistes. Il s’agit d’un homme en quête permanente de fonctions et d’honneurs, à savoir, l’ancien ministre Jack Lang.


L’alanguissement de Jack Lang

Jack Lang avait déjà démissionné du groupe socialiste à l’Assemblée nationale en juillet 2007 lorsqu’il avait accepté de faire partie du Comité Balladur. On ne peut lui reprocher sa position favorable, dans la mesure où beaucoup de dispositions de la réforme qui vient d’être adoptée émanaient des travaux de ce comité dont il était l’un des deux vice-présidents.

Mais vu la justesse du scrutin et sa signification éminemment politique, l’aide apportée par Jack Lang à Nicolas Sarkozy est tout à fait exceptionnelle.

Il serait à prévoir que Jack Lang quitterait sans doute le Parti socialiste et qu’il serait nommé à un poste bien en vue, comme justement ce fameux Défenseur des droits du citoyen. Pour Nicolas Sarkozy, ce serait un nouveau gage d’ouverture vers sa gauche tandis que pour Jack Lang, en roue libre à 68 ans, cela lui assurerait jusqu’à son trois quarts de siècle une fonction, une rémunération et de beaux projecteurs.


La pagaille dans notre Constitution…

Plus de la moitié des articles de notre Constitution ont été chamboulés avec cette réforme, et parfois sans grande cohérence d’ensemble.

Je reviendrai très en détail sur le contenu du texte définitif dans d’autres articles, mais je souhaiterais juste évoquer les dispositions phares qui font désormais partie de notre Constitution.


Le président, de nouveau droit de cité à Versailles

La principale mesure est un caprice présidentiel. Faire comme aux États-Unis. Jusqu’à rompre une tradition républicaine qui date du 13 mars 1873 (et pas de 1875, vote de l’amendement Wallon faisant office de constitutionnalisation de la IIIe République, comme l’ont prétendu certaines dépêches mal informées).

Il s’agit de permettre au président de la République de s’exprimer devant le Parlement réuni en Congrès.

Outre le côté solennel de la chose, cette possibilité va hyperprésidentialiser le régime dans la mesure où, irresponsable devant la représentation nationale, le président de la République va marcher sur les plates-bandes du véritable responsable de l’action gouvernementale, à savoir le Premier ministre.

À cet égard, il est très pitoyable d’observer François Fillon défendre si consciencieusement le naufrage de sa propre fonction.

Comme Nicolas Sarkozy avait déjà eu l’habitude d’occuper la Lanterne à Versailles, résidence en principe du Premier ministre, dans les faits, il y aura peu de changement, sinon que la République se sarkozyse constitutionnellement.


La limitation du mandat présidentiel

Si la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs semblerait aller dans le bon sens, il me semble que cela enlèvera au président tout ascendant politique pendant son second mandat. On dira que cela compense l’hyperprésidentialisation. Le souci, c’est qu’en descendant dans l’arène parlementaire et gouvernementale, le président perd et son prestige et son caractère d’arbitre de la nation. On pourrait même craindre que, étant assuré de ne pas pouvoir se représenter à la fin du second mandat, une impunité totale sur son action serait ressentie.

Encore une fois, dans les faits, il y aura peu de changement, aucun président de la République n’ayant pu se faire élire une troisième fois dans notre histoire. Il n’en reste pas moins que cette disposition, ainsi que la précédente, américanise à outrance une Ve République qui, au départ, pouvait être soit parlementaire soit présidentielle, en fonction des aléas parlementaires.


Les parlementaires ne perdront plus leur mandat au gouvernement

Une autre disposition que l’Exécutif a communiqué très discrètement, mais qui est très populaire auprès de (tous) les parlementaires, c’est de ne plus obliger un parlementaire devenu ministre de se faire réélire une fois qu’il quitte le gouvernement.

Son mandat est gardé bien au chaud par son suppléant, et il ne lui est plus nécessaire de le faire démissionner pour provoquer une élection partielle : le ministre redevient parlementaire automatiquement. Un bon moyen de multiplier les ministres brefs, histoire de remercier les "bons" parlementaires.

Cette mesure va encore renforcer le clientélisme présidentiel au sein du Parlement, qui ne serait que l’antichambre des futurs ministres et sous-ministres.


Les commissions activement impliquées dans les textes discutés

La principale disposition positive de la révision concerne la nature du texte discuté en séance publique dans l’assemblée saisie. Jusqu’à maintenant, c’était le texte initial du gouvernement et, désormais, ce sera celui transformé en commission. C’est une grande avancée sinon la seule qui apporte quelques armes supplémentaires au Parlement.

Les autres outils donnés gentiment aux parlementaires ne modifieront pas grand-chose des relations entre l’Exécutif et le Législatif, notamment la limitation des 49-3 (dans l’histoire gouvernementale récente, cette limitation n’aurait rien changé). Ce ne sont que quelques hochets supplémentaires qui ne rompront pas le lien d’allégeance entre les parlementaires de la majorité et l’Élysée.


Un Exécutif qui impose aux parlementaires leurs nouveaux droits ? …

Étrange phénomène que cette aventure constitutionnelle aberrante d’une année. Le président de la République (car il ne s’agit que de lui) met en exergue le fait qu’il veut donner du pouvoir au Parlement avec mille et une paillettes constitutionnelles et, parallèlement, il refuse toutes suggestions de l’opposition, il refuse tout consensus sur une révision majeure de l’esprit des institutions et, surtout, il fait pression individuellement auprès de chaque parlementaire pour qu’il vote ce texte.

Ces pressions décrites par de nombreux parlementaires montrent à l’évidence que le pouvoir exécutif actuel n’a aucune intention de laisser du pouvoir au Parlement. Les parlementaires, qui ne sont, à mon grand regret, que des pantins manipulés par leur parti, ont sacrifié la Constitution de notre République à des intérêts partisans mineurs.

Étrange silence de personnalités pourtant de tout premier plan il n’y a pas si longtemps : les anciens présidents de la République Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac, les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Dominique De Villepin, n’ont-ils rien à dire de ce saccage organisé de nos institutions ?

N’y a-t-il donc plus de gaullistes dans le seul parti d’origine gaulliste ? (à part François Goulard, pourtant pas d’origine gaulliste).


Dans un prochain article, je détaillerai les dispositions définitivement adoptées.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 juillet 2008)


Historique (rappel) :

18 juillet 2007 : désignation du Comité Balladur par Nicolas Sarkozy.

29 octobre 2007 : publication des propositions du Comité Balladur.


23 avril 2008 : adoption du projet de loi constitutionnelle au Conseil des ministres.


3 juin 2008 : vote du projet en première lecture à l’Assemblée nationale.


24 juin 2008 : vote du projet en première lecture au Sénat.

9 juillet 2008 : vote du projet en seconde lecture à l’Assemblée nationale.

16 juillet 2008 : vote du projet en seconde lecture au Sénat.

21 juillet 2008 : adoption définitive du projet par le Parlement réuni en Congrès à Versailles.


Pour aller plus loin :

Dépêches de presse (21 juillet 2008).

Autres articles sur la réforme des institutions.



Documents joints à cet article

Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy' Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy' Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy' Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy' Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy' Dernier round de la réforme des institutions (2) : Jack Lang sacre la ‘République Sarkozy'

Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 22 juillet 2008 12:32

    C’est une grosse déception. Nous sommes passés tout près d’un rejet de cette réforme Sarkosy, qui aurait ouvert, à mon avis, une possibilité de débat public enrichissant dès cette année, et ne particulier je crois que l’on aurait pu en profiter pour mettre sur le tapis avec force l’interdiction du cumul des mandats et le référendum obligatoire pour toute revision constitutionnelle

    C’est une occasion ratée. Et la gauche si elle avait été rassemblée et déterminée , mais aussi convaincue (ce qui est loin d’être sûr sur ces deux revendications) avait la possibilité de le faire. Contrairement à ce que dit Valls et Cie, dans le Monde d’aujourd’hui, la majorité de droite n’atteint pas les 3/5 des voix au Congrès. C’est un fait, puisque les quelques voix du MODEM ne peuvent être comptabilisées avec la majorité présidentielle.

    Personnellement, je regrette la faiblesse pour ne pas dire l’inexistence des interventions des "nonistes officiels" dans ce combat sur les institutions françaises, mais aussi la miévrerie de l’engagement des partis de gauche et de leur argumentation citoyenne..

    Le débat institutionnel devra attendre l’échéance de 2012 pour retrouver l’actualité politique. C’est une nouvelle préparation et un nouveau combat démocratique qui s’ouvrent. 

    Mais c’est une autre histoire...


    • sisyphe sisyphe 22 juillet 2008 19:06

      Lang et Tapie même combat : ils savent parfaitement faire passer leur intérêt personnel bien au dessus de leurs convictions, et ils en reçoivent la juste récompense ! smiley


    • frédéric lyon 22 juillet 2008 12:50

      Notre auteur a visiblement un métro de retard.

      Dans une tribune publiée aujourd’hui dans le journal Le Monde par quatre parlementaire du PAS, dont Manuel Vals et Gaeta Gorce, nous apprenons qu’ils sont très nombreux les députés et les sénateurs du PS qui auraient volontiers voté en faveur de la révision constitutionnelle et qui ne l’on pas fait comme Jack Lang parce qu’ils n’ont pas encore osé sauter le pas.

      Qu’a celà ne tienne, ils sauteront le pas la prochanie fois, car c’est l’heure des nécessaires reclassements à gauche qui va bientôt sonner.

      Il y a deux gauches en France, il est temps de prendre cette évidence en compte.


      • Francis Francis 22 juillet 2008 13:11

        Non, il n’y a en a qu’une, c’est juste les 3/4 du PS et de ses militants qui se sont trompés de parti ...


      • Traroth Traroth 23 juillet 2008 13:05

        Oui, il y a deux gauches : la gauche de gauche et la gauche de droite. Et les militants du PS sont mécontents que le celui-ci fasse partie de la deuxième catégorie, globalement. Parce que des militants faisant partie de la gauche de droite, il n’y en a pas lourd, ni au PS, ni chez les radicaux de gauche.


      • manu 22 juillet 2008 12:57

        De la désinformation camouflée sous un semblant de références.

        Personnellement je suis heureux de voir que Jack Lang a eu le courage de ses opinions face aux moutons du PS... C’est la fin de la pensée unique à gauche ! bravo Monsieur Lang. Et j’ai été heureux d’apprendre par Le Monde que Christophe Caresche (Paris), Jean-Marie Le Guen (Paris), Gaëtan Gorce (Nièvre) et Manuel Valls (Essonne) le suivent dans ce qu’ils appellent "anti-Sarkozysme pavlovien" ! c’est de bon augure pour la gauche française !







        • bobbygre bobbygre 22 juillet 2008 17:05

          Vous dites de la desinformation. Pourriez-vous s’il vous plait preciser les passages dans ce texte qui constituent de la desinformation (c’est à dire une affirmation FAUSSE donnée comme vraie destinée à vous faire adopter à votre insu le point de vue de l’auteur) ?


        • manu 25 juillet 2008 10:15

          Je n’en donnerai qu’un mais de poid...  (les autres étant je vous l’accorde des erreurs d’analyses donc beaucoup plus subjectives et ne pouvant être considérées comme de la désinformation) :

          "Le simple basculement d’une voix pour vers un vote contre aurait suffi à faire capoter la révision Sarkozy."

          Non pas UNE mais DEUX voix auraient été nécessaires ! Car avec une seule 539 -1 = 538 : le texte passe.
          Cela me semble très important compte tenu du poid que vous semblez donner à la voix de Jack Lang qui vous reprochez de voter pour son propre texte ! Ouf ! un qui n’est pas schizophrène ;)




        • impertinent3 impertinent 22 juillet 2008 13:01

          Je pensais qu’à son âge, Jack Lang n’avait plus beaucoup d’apétit, je me trompais, il aime encore beaucoup la soupe.
          On va voir prochainement si celle que lui a concoctée Sarko est savoureuse.

          La vieillesse est un naufrage.


          • geo63 22 juillet 2008 18:55

            Je ne sais pas si Jack Lang aime encore beaucoup la soupe, mais pour moi c’est un personnage imbuvable. Le temps où il était un laudateur de François Mitterrand avec une langue de bois à donner la nausée n’est pas si loin, le voilà maintenant lèche-bottes officiel de Sarkoléon...Rien ne change pour ce courtisan qui s’aime tellement au point de ne pas voir l’effet de répulsion qu’il suscite.


          • saint_sebastien saint_sebastien 22 juillet 2008 14:00

             Quelqu’un pourrait il faire un billet sur les traitres dans l’histoire ou la littérature , c’est le bon moment pour creuser ce sujet.


            • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 22 juillet 2008 14:23

              Le détail du scrutin du 21 juillet 2008 avec le vote de chaque parlementaire :

              Qui a voté quoi ?





              • La Taverne des Poètes 22 juillet 2008 14:51

                Bon, la bonne nouvelle c’est que le projet du MoDem de réforme des institutions reste intact et proposable en 2012. Puisque la réformette Jack Lang n’apporte aucune plus value démocratique.




                • jak2pad 22 juillet 2008 15:18

                  article affligeant


                  • Chtiboom 22 juillet 2008 15:28

                    Vous dites :
                    "J’avais présenté il y a quelques jours un pronostic d’échec qui a donc été démenti par la réalité des faits"

                    Mais aussi :
                    "La révision constitutionnelle est maintenant adoptée et va hyperprésidentialiser notre République."

                    Question :
                    Dans combien de temps allez-vous nous écrire : "J’avais présenté il y a quelques [temps] un pronostic d’[hyperprésidentialisation] qui a donc été démenti par la réalité des faits" ?

                     smiley


                    • La Taverne des Poètes 22 juillet 2008 15:35

                      Il faut être Jack Lang, c’est-à-dire aveuglé par son ego, ses intérêts et un peu benêt, pour ne pas voir que non seulement la réformette n’est pas une "révolution démocratique" mais qu’elle hyperprésidentialise le pouvoir et porte un coup dur à la notion de "démocratie citoyenne".





                    • bobbygre bobbygre 22 juillet 2008 17:08

                      Bah, moi, vous m’excuserez mais j’ai davantage confiance en quelqu’un capable d’admettre ses erreurs et de les assumer sans les renier. Ca ne veut absoluemnt pas dire que tout ce qu’il dit est vrai, mais au moins, peut-on être sur de sa bonne foi.
                      Je me méfie bien davantage des gens qui ne se trompent jamais (car, franchement, mon oeil).


                    • morice morice 22 juillet 2008 16:49

                      qu’on le pende, jack the ripper of the constitution... 


                      • abersabil abersabil 22 juillet 2008 17:02

                         Triste époque, se battre et mourir pour des idéaux dites vous !, il faut pourtant bien faire partie des gagnants si on craint l’éclipse, cela nous donne une idée de ce qu’est l’exercice de la politique de nos jours


                        • Francis Francis 23 juillet 2008 12:03

                          J’admets votre raisonnement, seulement, en l’espèce, ce n’est pas parceque Lang a eut un vote différend de celui de son parti qu’il a pour autant raison !


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed 22 juillet 2008 18:59

                          Jack Lang est un vaurien qui a contribué largement au pourrissement de la culture française ! Mais puisque il se permet de jouer encore un rôle, puisque il a toujours des mandats à faire valoir cela veut dire que la populace française le mérite bien ! Jack Lang critique ouvertement ses "collègues socialistes" non pas par devoir politique mais, espère t-il, dans le but de se faire adopter par le cirque de Minus sachant bien que n’importe quel rôle serait le bien venu : caresser traitreusement les vieux eléphants pour les tomper par exemple, ! C’est un comportement politiquement mesquin pour ne pas dire...

                          Ce qui se passe aujourd’hui en France n’est pas une "réforme des Institutions" c’est exactement la même chose que la perestroyka Russe : une dislocation des anciennes valeurs sans pour autant les remplacer par des meilleures !

                          Sarkozy est en train de creuser un trou autour de l’hexagone en impliquant la responsabilité des parlementaires fatigués qui ont peur d’abandonner les privilèges de l’Agora !

                          MOHAMMED.


                          • micmac 22 juillet 2008 19:11

                            voici un bel exemple de la conviction et de la fidélité aux engagements de nos chers politiques !!!! Que ressentez vous J. Lang après une telle trahison de vos électeurs ? A quelle glorieuse promesse d’avenir avez vous cédé si allègrement et comment allez vous continuez à regarder vos amis et votre famille politique dans les yeux après les avoir si honteusement trompés ? Avez vous oublié J. Lang que vous êtes censé représenter autre chose que votre propre personne et vos seules ambitions ?
                            C’est avec des hommes comme vous que l’on se détourne de la politique avec dégoût. Mais rassurez vous, gràce à vous j’ai enfin réussi à me persuader que voter pouvait se retourner contre le votant, à partir de ce jour, j’arrête de mettre un bulletin infidèle dans l’urne.


                            • abersabil abersabil 22 juillet 2008 21:11

                              @ petit lionceau,
                               Je t ’en donnerai de petites leçons de moralité mon petit ( si j’avais le temps ), mais comme tu es déloyal par nature (sauf peut etre quand il s’agit d’argent), je crains que tu ne puisse comprendre ; aussi, je te laisse courir derrière ta véritable foi et tes propres vérités.


                              • vivelecentre 22 juillet 2008 22:26

                                a l’auteur
                                une voie de moins aurait donné 538 ce qui était suffisant , donc il faut vous trouver un autre responsable

                                Bonnet d’âne au Ps qui lance la chasse au Lang et le menace d’excommunions et se couvre de ridicule

                                l’ump peut fanfaronner en disant ne pas prendre de sanctions (eux contrairement au Ps, bien sur !!) contre les ump dissident
                                facile d’être magnanime lorsque l’on a gagné...

                                Mention spéciale et félicitation au modem ou François Bayrou a laissé ses troupes sénateurs voter selon la règle du chef , c’est à dire voter pour quand c’est bien pour la France ce qu’on fait intelligemment la quasi totalité des centristes 


                                • Yannick Harrel Yannick Harrel 22 juillet 2008 22:32

                                  Bonjour,

                                  Entièrement d’accord avec la teneur de votre article. Et je vous remercie encore une fois d’avoir publié sur Agoravox une chronique sur les réformes constitutionnelles entreprises.

                                  Pour ma part je ne vous cache pas, à l’instar de tant d’autres citoyens, ma lassitude devant les gesticulations de ces messieurs de Versailles. Vous m’objecterez que voilà une généralisation bien hâtive, ce en quoi vous auriez raison mais il y a toujours un seuil au-delà duquel l’on ne se soucie plus des détails lorsque la voix du peuple est bafouée et qu’une oligarchie s’arroge des droits en ne laissant les devoirs qu’à ceux qu’elle méprise. Certains élus ne sont pas d’accord avec la politique actuelle ? Hé bien qu’ils parlent, qu’ils se mettent en avant, qu’ils alertent l’opinion publique. Et s’ils ne le font pas pour raison X ou Y c’est soit que la République ne leur permet plus de s’exprimer soit que leurs objurgations ne sont que de façade...

                                  Cordialement


                                  • ASINUS 22 juillet 2008 23:13

                                    il faut etre bien ignare de la carriere des atermoiements des foucades des veuleries de la souplesses d echine dont a fait preuves au cour de sa carriere monsieur Lang qui doit etre vert de voir Kouchner
                                    jouer le role de chien a maimaitre a sa place.
                                    il faut dis je etre bien ignorant pour comparer son oui servile avec les questions legitimes qu on pu ou peuvent se poser des hommes politiques comme"Caresche Jean-Marie Le Guen Gaëtan Gorce et Manuel Valls ; " l appetits pour les ors republicain etant la choses la mieux partagé chez nos politiques je suggere la creation d un parti de "LA SOUPE" Copé et Lang se partageant
                                    le titre de grand fat imbu et servile.
                                    bis repetita placent
                                    la definition que donnait Napoleon de Talleyrant convient a merveille a notre djack nationnal


                                    • Céphale Céphale 23 juillet 2008 09:11

                                      @ASINUS

                                      Tout à fait d’accord !

                                      Une précision : Napoléon a dit un jour à Talleyrand qu’il était « une merde dans un bas de soie ».


                                      • Gilles Gilles 23 juillet 2008 10:06

                                        "Il serait à prévoir que Jack Lang quitterait sans doute le Parti socialiste et qu’il serait nommé à un poste bien en vue, comme justement ce fameux Défenseur des droits du citoyen."

                                        A surveiller. SI effectivement Lang chope ce poste, plus rien à dire, c’est la preuve de sa CORRUPTION et le début de sa déchéance morale

                                        Doublé d’un pauv’con car rejoindre l’ouverture un an aprés, en pleine déconfiture, faut oser ou ne pas avoir le choix

                                        S’il est droit, eh bien, il refusera tout poste en rapport

                                        A SUIVRE





                                        • Jean Masbou dit Duboubou1er Jean Masbou dit Duboubou1er 23 juillet 2008 10:40

                                          Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

                                          mardi, juillet 22 2008

                                          Nicolas, Jack, Jean-Michel et les autres... ... un scénario difficile ?

                                          Par Duboubou 1er le mardi, juillet 22 2008, 22:26 - Humeur ?


                                          Après le nouvel épisode de cette saga républicaino-Sarkoziène et un Congrès peu festif, peut-on affirmer que les seuls hommes courageux qui incarnent aujourd’hui la gauche sont Jack Lang et Jean Michel Baylet ?
                                          C’est vrai le grand Jack est une star de la politique du type insubmersible qui occupe la scène depuis bien longtemps car c’est un pro des techniques du spectacle depuis son passage à Chaillot qui l’a marqué de façon indélébile. Il ne peut vivre correctement que s’il est pris dans les faisceaux des projecteurs seuls capables de le rendre bien visible par tout le petit peuple de France de gauche comme de droite ! Le grand Jack ne doute de rien et surtout pas de sa bonne étoile et il sait faire feu de tous bois alors pourquoi lésiner sur les moyens lorsque l’on veut vivre à proximité des puissants du moment ? Quant à Jean -Michel "l’héritier" de la Dépêche du Midi même s’il ne joue pas dans la même catégorie il pèse un certain poids grâce à son journal. C’est un habile négociateur connu et reconnu sur toutes les foires du Lot et Garonne ! C’est aussi un grand animateur bénévole des banquets républicains qui n’ignore certes pas que la gauche le nourrit mais reste son talon d’Achille ? Périodiquement il rêve d’un grand Parti Radical rassemblé dans la vielle maison mère capable de faire la pluie et le beau temps, à nouveau, dans notre politique nationale. En réalité Jean-Michel est une sorte d’intermittent de la gauche capable de tous les retournements sans que quiconque puisse en être le moins du monde étonné ! Jean-Michel va obtenir, sans aucun doute, la promotion qu’il mérite et devenir prochainement le leader du nouveau groupe MRG à l’assemblée nationale ce qui n’est pas aussi dérisoire qu’il y parait à première vue !


                                          Mais revenons au grand Jack le véritable héros du moment. Le PS va-t-il oser l’exclure sous prétexte qu’il a osé adresser une lettre de motivation au Président Sarkozy, lettre si bien torchée qu’elle devrait lui valoir, sous peu, une nomination prestigieuse pour le récompenser des ses bons et loyaux services pour la réforme des institutions. Le grand Jack ne semble pas particulièrement inquiet et peut-être envisage-t-il de remplacer, tout naturellement, François Hollande à la tête du PS puisqu’il considère qu’il est le seul capable de réaliser l’union Droite -Gauche qui peut sauver le petit peuple de France de sa morosité ! Il en a l’étoffe et, de plus, son passé prestigieux à la Culture et aussi à Tours l’autorise à briguer la fonction !
                                          Enfin il n’y a pas le feu au lac puisque ses électeurs de la gauche démultipliée du Pas de Calais l’attendent afin de le porter en triomphe à travers la ville car ils ont appréciés son grand courage et sa lucidité qualité assez peu développée dans son clan actuel !


                                          Des épisodes restent encore à écrire et nous aurons beaucoup de plaisir à vous les narrer tous, au fur et à mesure de leur sortie !

                                          Soyez donc simplement patients et tout ira pour le mieux dans notre monde un peu loufoque !

                                          • Allain Jules Allain Jules 23 juillet 2008 11:54

                                            Jack Lang c’est le communautarisme en chantant ! Chut.....il ne faut pas le dire

                                            http://allainjulesblog.blogspot.com/2008/07/jack-lang-rejoint-le-bal-communautaire.html


                                            • nello 6 août 2008 17:14

                                              EN QUALITE D’ETRANGER, JE VOUDRAIS FELICITE MS LANG QUI A EU LE COURAGE DE LA VERITE CE QUE NOUS VOYONS QUE TROP PEU. LA VERITE DERANGE BEAUCOUP DANS CE SIECLE. NELLO.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès