Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dernières salves

Dernières salves

Dimanche 15 : Concorde et Vincennes

Il ne pouvait pas se laisser manger la laine sur le dos le candidat sortant, lui qui a exigé de son équipe de campagne un meeting à la Concorde dès qu’il a su que son principal concurrent en organisait un à Vincennes.

Au-delà de cette gaminerie, qu’auront apporté ces deux meetings ? Outre la démonstration d’une mobilisation réussie dans les deux cas, pas grand-chose, juste de belles images pour les journaux de 20 heures. La vraie différence aura été l’attitude des militants interviewés, d’un côté, ceux de l’UMP, le couteau entre les dents à l’image de leur idole et de l’autre ceux venus soutenir Hollande avec leur expression de force (trop ?) tranquille. Peut-être en définitive l’image d’un pays retrouvant son calme après cinq ans de clivages.

Lundi 16 : ralliements et autres évènements

Premiers, mais pas les derniers, Martin Hirsch et Corinne Lepage annoncent qu’ils voteront Hollande. Compte tenu de leurs parcours, il est difficile de les taxer d’opportunisme. On ne dira pas la même chose de certains futurs ralliés.

Juste un dernier petit scandale pour la route : la femme de ménage de Lelouche qui était payé au noir, ce qui la fout mal pour un ministre de la république.

A côté de cela, les journalistes et autres experts commencent à nous parler du candidat sortant comme s’il était déjà battu. C’est la première fois depuis le début de la campagne, et c’est intéressant de noter que désormais ils ne sont plus dans la retenue mais qu’ils commencent à sentir le vent.

Mardi 17 : autres ralliements, déclarations péremptoires et prises de position

Fadela Amara et Azouz Begag se rallient eux aussi à Hollande : sans commentaire. Le biographe de Jacques Chirac nous annonce que l’ancien Président votera Hollande ce qui permet à certains candidats de dénoncer la collusion entre Hollande et la droite, là où il n’y a que la volonté d’emmerder Sarkozy.

Le candidat sortant en visite à Carantec « se réjouit des surprises que réserve selon lui la prochaine élection ». Il doit avoir accès à des sondages particuliers qui donnent un second tour entre Hollande et Mélenchon ou Le Pen.

En Espagne, on prédit la victoire de Hollande et en Allemagne on s’inquiète de cette perspective qui signifierait l’explosion du couple Franco Allemand. En Italie la gauche espère la victoire de Hollande dans la perspective des élections de 2014 et en Grande Bretagne les bookmakeurs parient sur la victoire de Hollande. On apprend enfin que Mme Merkel ne viendra pas soutenir son grand ami Sarkozy.

Brice Teinturier, le sondeur bien connu nous rappelle que les cinq premiers candidats dans les intentions de vote ont un score à deux chiffres, ce qui ne s’est jamais vu : à méditer.

Mercredi 18 : la folie sondagière

Une enquête CSA donne 4 points d’avance dans les intentions de vote en faveur de Hollande, une autre de BVA ne lui donne que deux points, LH2 en est à 0.5 et l’IFOP donne deux points d’avance à Sarkozy, tout cela en l’espace de trois jours : cherchez l’erreur ! Corrections, panel interrogé, redressements divers et variés donnent peu de crédibilité à ces enquêtes. Il faut donc aller voter, ce sera le seul vrai sondage.

Dupont-Aignan, réfutant les sondages joue aussi, comme Sarkozy des surprises à venir : on à tout de même du mal à envisager qu’il soit au second tour. Peut-être nous prédit-il un second tour entre Sarkozy et Le Pen ou Mélenchon ?

Jeudi 19 : les marchés et les salariés des Fonderies du Poitou pas rassurés

Au cas où les marchés financiers ne sauraient pas quoi faire à partir du 7 mai, Sarkozy et l’Ump se sont empressés de leur dire qu’il fallait attaquer la France en cas de victoire de Hollande, ce qui en dit long sur le climat qui règne chez le candidat sortant. On se doit de préciser que ces mêmes marchés, qui ne voient pas plus loin que leur portefeuille, feront exactement la même chose s’il est réélu.

Un petit bémol sur les conditions de reprise des Fonderies du Poitou annoncée triomphalement par Sarkozy : on apprend que le repreneur n’a pas laissé que des bons souvenirs à Vénissieux où des salariés d’une entreprise reprise en 2005 (sans doute avec l’aide publique) on été licenciés en 2009 et l’activité transférée en Europe de l’Est : toujours se méfier des annonces de campagne.

La presse s’efforce de sonder les reins et les cœurs des électeurs qui seront les arbitres du scrutin : les ouvriers et employés dont on ne sait plus ce qu’ils votent mais dont on sait qu’ils ont tendance à fuir Sarkozy, les 18/24 ans dont certaines enquêtes prédisent un vote en faveur de Le Pen et les seniors qui votent traditionnellement à droite, sauf les baby-boomers nés après la guerre. Avec ça, essayez de comprendre…

Que se passera-t-il vendredi ? A part des surprises de dernières minutes, on devrait se contenter de commenter les épiphénomènes qui meubleront cette dernière journée, à l’image de la campagne morne et triste que nous avons vécue.

 Dimanche, j’irai voter et une partie des 30 % d’indécis le fera peut-être et dimanche soir je ferai comme tout le monde : je regarderai les résultats, sans enthousiasme, sans conviction, en attendant le second tour, peut-être…


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • sto sto 20 avril 2012 10:25

    >> Peut-être nous prédit-il un second tour entre Sarkozy et Le Pen ou Mélenchon ?

    On pourrait meme penser, si Hollande se fait enfoncer, a un second tour Le Pen - Melenchon

    Tout est possible ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès