Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des actes en politique

Des actes en politique

Alors qu’il était prévu qu’il débatte avec Eric BESSON dans l’émission « A vous de juger », Vincent PEILLON a posé un lapin à France 2, au ministre de l’immigration, ainsi qu’aux spectateurs et téléspectateurs. Le lendemain matin, le philosophe répond qu’il avait prémédité son coup et voulait provoquer un incident. Comment comprendre son geste ? Comme une fuite ou au contraire comme une action ? L’hypothèse que je formule est que c’est l’homme politique qui a été invité et finalement c’est le philosophe qui s’est exprimé. Retour sur le faux bond de Vincent PEILLON à l’émission « A vous de juger ».

Refuser de débattre pour un homme politique qui plus est philosophe, n’est ce pas avouer son impuissance ? Pis un reniement de la démocratie. Socrate n’a-t-il jamais refusé le dialogue ? Non, c’est même selon lui une pratique noble et civilisé. Car le débat d’idée, la capacité à échanger des arguments c’est non seulement ce qui nous différencie des animaux mais c’est également une alternative à la violence. Le docteur en philosophie auteur d’un livre sur la Révolution Française ne peut ignorer cela.
 
Il est vrai qu’en politique, le seul fait d’assister à un évènement est déjà le signe d’un soutien, d’une caution. Cela est d’ailleurs vrai pour toutes les personnalités publiques. Il n’y a qu’à voir le nombre de people qui soutiennent par leur présence des causes d’intérêt général. C’est justement ce que Vincent PEILLON n’a pas voulu faire et en décidant de ne pas se rendre au débat. Ou plutôt il a marqué son désaccord. Seulement en gardant l’information pour lui jusqu’au dernier moment il a boycotté la présence socialiste et s’est donc suppléé à l’avis de son parti. De quel droit ?
 
Parler de fuite serait une erreur. Il n’a pas fuit le débat, bien au contraire il s’est exprimé car sa non présence est en réalité un acte posé. « Résister, c’est créer » disait Gilles DELEUZE. C’est cette résistance qu’il a voulu mettre en avant comme un acte d’engagement. En ce sens il a respecté les codes de la vie sociale, sauf peut-être celui de la bienséance.
 
 
 
 



Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès