Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des paroles aux actes : quand le buzz de Nadine Morano devient une (...)

Des paroles aux actes : quand le buzz de Nadine Morano devient une incitation au racisme ordinaire

Les propos tenus par Nadine Morano dans "On est pas couché" ont des conséquences qui dépassent de loin le seul cadre médiatique. Ils sont une invitation concrète au racisme ordinaire. La preuve par l'exemple : retour sur l' "Effet Morano".

  Depuis quelques jours, dans à peu près l’ensemble des médias, Madame Morano fait « le buzz » avec ses paroles navrantes sur la France qu’elle a qualifiée dans l’émission « On n’est pas couché » de « pays judéo-chrétien de race blanche ».

Revenir en politique ou comment faire le buzz ?

 On ne reviendra pas sur son ignorance crasse à propos de ce pays qu’elle dit tant aimer et défendre, mais manifestement qu’elle méconnaît totalement, puisque la France compte depuis des siècles des départements ou territoires (DOM ou TOM) dont les habitants sont en majorité de « race noire » pour parodier l’élue, et sont pour beaucoup Français depuis bien plus longtemps que beaucoup de Français de métropole, si on veut donner dans la surenchère facile. Ceci est, par ailleurs, sans compter l’ensemble des Français issus de l’immigration qui, quelque soit leur origine ou leur couleur, ont une carte d’identité française, et sont donc tout aussi Français que le peu qui n’ont ni « origines » ni couleurs.

 Ce qui est consternant dans cette saillie de Nadine au nom si français de Morano (on n’est plus à une contradiction près…), c’est qu’elle montre, une fois de plus, que pour retrouver de la visibilité en tant que personnage politique, faute d’y parvenir par un véritable discours et des idées solides, il faut avoir la petite phrase sale qui fait tache et qui permet de faire parler de soi… En politique, tenir une semaine ou deux le haut du panier de linge sale semble manifestement valoir mieux que le silence, qu’il soit d’or ou d’indigence !

La parole politique comme pollution de l'espace public.

 On s’en arrêterait bien là, si malheureusement de tels propos gonflés à l’ignorance et au carriérisme n’avaient des conséquences qui dépassent le seul cadre médiatique. Ils ajoutent dramatiquement au discrédit de la parole politique : ce temps de parole publique donnée à ceux censés montrer la voie aux citoyens, ce temps qui devrait être plein de sens et de sens des autres car il s’agit de parler pour eux et non pour soi, parce qu’il permet d’être une voix pour les sans-voix quand tant de causes et de combats – pourtant si lourds de significations- ne trouvent même pas quelques minutes d’audience pour s’exprimer… Polluer par des propos pareils est une atteinte grave à la parole publique et par extension à la démocratie.

L' "Effet Morano", un homme à une femme noire : "ouais, c'est ça. Y a pas à dire : Morano a bien raison". 

 Mais le plus inquiétant est sans doute que les propos de Nadine Morano ont une incidence sociale concrète, car ils ne sont pas seulement des instruments de montée du thermomètre médiatique : ils sont des mots forts qui pour certains deviennent des armes de légitimation au quotidien.

 On en donnera pour preuve une scène vue dans les rues d’une ville de région parisienne ce dimanche : une femme (noire) se promène avec son enfant. Le petit chante. Un homme (blanc) sort sur le pas de sa porte et, sans prévenir, se met à crier : "Vous voulez que je vous aide ? Votre sale gosse, vous pouvez pas le faire taire ? Vous pouvez pas l'éduquer ? ". La femme reste calme, en disant que l'enfant ne fait que chanter et qu'il n'a que trois ans. L'homme gonfle la poitrine : "ouais, c'est ça. Y a pas à dire : Morano a bien raison". Il claque la porte. La femme est au bord des larmes… Voilà un exemple affligeant de l’ « effet Morano » : ses mots donnent légitimité et confiance en eux aux racistes ordinaires qui se sentent confortés, et dans leurs idées, et dans le fait de les exprimer à haute voix, dans l’espace public. Ses mots deviennent en creux une invitation à agresser l’autre et à le discriminer, le salir en raison de sa couleur de peau, à le rendre « intrus » sur son propre territoire, celui qui, parce que noir, n’a plus le droit d’être Français, n’a plus le droit de se promener sans être insulté dans les rues de son pays.

 Madame Morano, de par son statut et de par le droit qu’on lui octroie à exister sur la scène publique, est donc doublement coupable : d’outrage à la parole publique et d’incitation au racisme pour laquelle elle mériterait d'être condamnée. Ses propos ne sont donc pas, comme on a pu l’entendre, un « dérapage » ou « l’autre nom de la primaire » : ils sont des actes, des actes qui divisent les Français entre eux et les invitent à s’entre-salir. Ils sont le contraire de ce que devrait être la « Nation française » tant appelée de ses vœux par Morano et consoeurs : une nation libre, égale et fraternelle. Sans doute faut-il y voir là la triste définition de la République par tous ceux qui se targuent, à grands renforts de noms revisités, d’être des « Républicains ».

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 10:09

    Seul les trous du culs réagissent à ces propos...
    Aucun intérêt... !


    • sylvie 5 octobre 2015 10:30

      @Le p’tit Charles
      la preuve.... smiley


    • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 10:38

      @sylvie...Avec vous ça fait deux...j’me sentais seul..merci à bientôt


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 octobre 2015 10:14


      Bravo Inès Salas. !

       

      Dans la « pollution de la parole publique » vous faites très très fort. Sur le sujet je n’avais encore rien lu d’aussi stupide.

       

      Et pourtant Dieu sait que, ces derniers jours, les candidats sont nombreux et besogneux. Vous méritez vraiment la prime.


      • Jonas 5 octobre 2015 23:34

        @Pierre Régnier

        "Dans la « pollution de la parole publique » vous faites très très fort. Sur le sujet je n’avais encore rien lu d’aussi stupide. "

        Tout à fait d’accord, et Nadine Morano a raison.
        Dans l’Histoire de France, tous nos rois (Clovis, Charlemagne, Saint-Louis, Philippe-le-Bel, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV...), écrivains, poètes, architectes, peintres, scientifiques... sont chrétiens ou de culture chrétienne, et de race blanche.
        Si vous regardez les vidéos d’archive de la France et de Paris dans les années 1920-1950, il n’y a que des français de race blanche :
        https://www.youtube.com/watch?v=SDlVcMl6oQ8
        http://www.youtube.com/watch?&v=wy7lNJ7jrYg
        http://www.youtube.com/watch?v=AuLQ6C243X8

        Ce n’est qu’à partir du début des années 1970, avec la poussée de l’immigration extra-européenne et le regroupement familial imposé par Giscard d’Estaing, que le Grand Remplacement a débuté :
        https://www.youtube.com/watch?v=0QITxZjSa0k

        La doctrine totalitaire socialiste des années 1980 et ses multitudes d’associations anti-racistes ont lobotomisé les cerveaux des français en leur expliquant ce qu’ils devaient penser, leur faisant croire que la France est un pays multiculturel, sans race, sans religion.
        Avant cette période, les ouvrages décrivaient parfaitement les races. Comme le Larousse (1971-1976), qui décrivait scientifiquement la notion de races humaines.
        http://www.larousse.fr/archives/grande-encyclopedie/page/11394

        Christiane Taubira a elle même dit qu’elle est de « race créole », une « guyanaise de souche » qui protège son identité et sa culture, personne ne l’a traité de raciste pour ça.
        https://www.youtube.com/watch?v=5UWHkY59Edk
        http://www1.rfi.fr/fichiers/MFI/PolitiqueDiplomatie/2068.asp

        Tout comme le poète et homme politique antillais Aimé Césaire, militait contre le « génocide par substitution » de la population de la Martinique, était-il un raciste pour avoir tenu ces propos ?
        Tout comme personne ne fait un scandale lorsque des associations dites anti-racistes comme le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) promeut et défend la race noire.

        La propagande totalitaire socialiste vise à qualifier de raciste, fasciste les français de souche de race blanche, déshumaniser l’homme blanc, son Histoire, ses racines, qui doivent disparaître afin de faire place à la « diversité » défendue sous toutes ses formes, comme le préconise clairement le think tank Terra Nova, proche du gouvernement socialiste.
        http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/18/01016-20140918ARTFIG00316-quand-terra-nova-conseillait-au-ps-d-investir-sur-le-vote-des-immigres-francais.php


      • jfortains 6 octobre 2015 08:10

        @Pierre Régnier

        Je suis d’accord avec vous.
        Qu’il est affligeant de voir un tel catalogue d’inepties, mal écrites qui plus est (l’auteur ne connait pas la différence entre quelque et quelle que, par exemple). Aucun concept, rien que des leçons de fausse morale, cette morale affligeante imposée à coup de cinéma psycho-socio-dramatique, de cannabis distribué à la criée dans la cour du lycée, de poncifs journalistiques façon « Libération » et de vociférations associatives qui ont trouvé dans la commisération feinte le moyen de se créer des emplois...
        Le pire, dans tout ça, c’est que ces propos quasi-robotiques, pimentés d’une fausse anecdote sans intérêt, rencontrent l’approbation de la majorité : C’est cette majorité égarée qui nous entraîne dans le mur, elle a d’ailleurs été faite pour ça. Qui parviendra à la réveiller ? Pas l’auteur de ces balivernes, en tout cas, car elle parle en dormant.

      • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 octobre 2015 08:46

        @ Jonas et à jfortains

         

        Prenons garde tout de même de ne pas opposer à la fausse Gauche (je suis de gauche, d’où la précision) prétendument antiraciste, une systématisation de la défense du monde français parce que majoritairement blanc d’origine, contre les immigrés de couleur, dont beaucoup sont, depuis très longtemps, aussi français que les autres. Le vrai problème n’est pas là. Il est dans la défense des valeurs acquises par le peuple de France.

         

        J’ai pour ma part appris le meilleur de la poésie en langue française à la bibliothèque de Pointe-à-Pitre en lisant Le cahier d’un retour au pays natal du martiniquais noir Aimé Césaire. Technicien de l’ORTF envoyé en Guadeloupe pour participer au lancement de la télé locale, j’en ai été exclu pour, lors d’élections nationales, avoir dénoncé une scandaleuse campagne d’intimidation menée à la radio-télé par d’authentiques racistes venus comme moi de la France métropolitaine. De retour à Paris, début 67, j’ai décrit la situation antillaise - il y avait eu des morts - dans un article de Témoignage Chrétien titré Combien faudra-t-il encore de morts aux Antilles ? C’était donc avant les années 70.

         

        Hier, lors d’une soutenance de thèse pour un doctorat en médecine j’ai entendu prononcer le mot race dans le serment d’Hippocrate. Je n’en ai pas conclu que le corps médical est globalement raciste.


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 octobre 2015 08:50

        @ Jonas et à jfortains (suite)


        A partir d’un non-événement Morano, l’auteure du présent article s’est laissée entraîner, comme beaucoup d’autres, par la dominante et malhonnête sottise de la fausse Gauche, laquelle, ayant renoncé à son objectif d’égalité, de liberté, de solidarité et de laïcité, crée systématiquement des faux problèmes pour masquer ce renoncement.


        Le « bedosisme » installé totalitairement dans les médias, y compris ceux du « service public », est l’une des composantes de cette sottise omniprésente « de gauche ». L’humour de la famille Bedos autorise à traiter Nadine Morano de « conne », puisque cet « humour » se proclame de gauche. Il autorise pour la même raison le fils à papa Bedos à évoquer les « enculés de nègres ». C’est très juridiquement correct.

         

        Mais à droite il ne faut pas utiliser le mot « occupation » pour parler du comportement de musulmans quand ils occupent des rues de la capitale pour y faire leurs prières, le mot « occupation » étant par ailleurs celui qu’on utilise pour parler de ce que faisaient les nazis quand ils occupaient la France. Parler d’occupation des rues par des musulmans conduit donc Marine Le Pen au tribunal, puisqu’elle a commis cette infamie langagière.

        Étant de gauche depuis toujours je refuse qu’on fasse du crétinisme langagier la marque principal de mon idéal politique.


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 octobre 2015 08:56

        La marque principale, avec un e final. Je répète en mieux :


        Étant de gauche depuis toujours je refuse qu’on fasse du crétinisme langagier la marque principale de mon idéal politique.


      • colere48 colere48 5 octobre 2015 10:24

        Nadine au nom si français de Morano....

        Pour Salas le problème s’est la sonorité du patronyme, couleur arc-en-ciel soit, mais le nom doit être « français » (à définir ...)
        Morano ... beurk c’est rital, corse, ou pire sicilien !!!
        L’auteur est un fieffé tartuffe doublé d’un imbécile !


        • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 10:41

          @colere48....Origine :

          « morano » est un nom de famille catalan, sobriquet désignant celui qui est brun de peau comme un maure .

           !


        • César Castique César Castique 5 octobre 2015 11:01

          @Le p’tit Charles

          « « morano » est un nom de famille catalan... »


          C’est celui de l’homme dont elle a divorcé. Son père se nommait Pucelle, patronyme qu’il a obtenu de faire changer en Pugelle. 

          C’est mieux de le savoir, et, ainsi, éviter répercuter les erreurs de l’autrice.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 11:19

          @César Castique...Une « Pucelle catalane »...ben ça doit exister.. ?


        • marmor 5 octobre 2015 11:33

          @Le p’tit Charles
          Pas tout à fait.. Le brun de peau catalan est « moréno » pas morano qui est un nom d’origine italienne.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 octobre 2015 12:01

          @colere48

          Salas, c’est espagnol (ou italien)


        • fred.foyn Le p’tit Charles 5 octobre 2015 13:22

          @Olivier Perriet...ça dépend à quel moment du repas elle est servie...


        • Agafia Agafia 5 octobre 2015 22:13

          @César Castique


          l’autrice ? ??? smiley
          Si vous voulez absolument succomber à la mode de féminiser tous les substantifs, écrivez « l’auteure »... 
          Mais « l’autrice » c’est vraiment trop laid... smiley

        • eric 5 octobre 2015 22:54

          @Agafia
          Auteur n’est pas approprié : en effet d’après le Larousse

          • Personne qui est à l’origine de quelque chose de nouveau, qui en est le créateur, qui l’a conçu, réalisé ; initiateur, inventeur : L’auteur d’une découverte.

          Ici, l’autrice, anone des bribe de préjugés glanés ici et là dans des sites et médias de propagande des incultes. Vous avez trouez ici une idée originale et créative ?


        • eric 5 octobre 2015 10:25

          Quelle indigeste bouillie ! Évidemment, on pourrait reprendre le texte pour démontrer comment l’auteur isole des catégories de français, suivant des critères raciaux, idéologiques et sociologiques ou politique pour les stigmatiser. Là ou Morano reprend des termes du Général de Gaulle qui décrivent la France en termes génériques et généraux, on a bien chez l’auteur, une pensée structurée de l’exclusion. Celle de toute personne qui ne rentrerait pas dans ses cases ses idées ou son vocabulaire.

          Le genre,« c’est suiquilditquiyest »

          Ce travail facile est inutile. Coline Serreau, dans son film La Crise, a fait justice de ces moralisateurs au petit pied, en apparence méprisant avec tous le monde, mais en réalité essentiellement avec ce qu’ils nomment en public et quand ils prétendent parler en son nom « le peuple », mais entre eux « les bac moins 4 » ou les « sans dents ».
          http://www.dailymotion.com/video/xp9lk_crise-immigration-crise-coline-serr_news
          Et encore, je n’ai pas trouvé l’extrait ou MIchou invite le Bobo dans sa famille.
          Madame Serreau a bien saisi le côté très « restauration » de ces gens. Ici par exemple, on nous parle de la parole « octroyée » à Morano, comme d’une vulgaire charte en faisant mine d’oublier que fondamentalement, elle lui a été « octroyée » par des électeurs.


          • Pere Plexe Pere Plexe 5 octobre 2015 20:24

            @eric
            Sauf erreur Morano n’a aucun mandat électif...

            Et question bouillie indigeste vous parlez en connaisseur !

          • eric 5 octobre 2015 22:40

            @Pere Plexe
            Erreur dans les deux cas !


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 octobre 2015 10:31

            J’aime bien la notion fumeuse de pollution et d’outrage à la parole publique !


            • eric 5 octobre 2015 11:08

              @Robert Lavigue Ouai ! Le premier c’est le vocabulaire du racisme basique des périodes les moins claires de notre histoire, le second c’est celui d un syndicat de la magistrature qui n’a pas compris ce que signifie la séparation des pouvoirs en particulier et la démocratie en général.


            • colere48 colere48 5 octobre 2015 10:40

              En matière de tartufferie rien ni personne ne peut égaler le Sarko qui vient de lui retirer son investiture pour les élections régionales !
              Nadine Morano dénonce « un procès en sorcellerie » et tire à tout-va.
              Elle a « trouvé minable » la réaction d’Alain Juppé .
              Quant à Nicolas Sarkozy, ce n’est même pas la peine qu’il songe à se présenter à la présidentielle, je le dézinguerai ! »

              Elle est pas belle la droite française...  ?



              • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 octobre 2015 12:03

                @colere48

                Juppé... j’ai eu une indigestion après l’avoir entendu donner ses leçons sur RTL dimanche.

                On va faire du neuf avec du vieux.


              • aimable 5 octobre 2015 11:09

                au moyen âge on criait au loup
                depuis la fin du 20ème siècle on crie au racisme
                 a chaque époque on joue a se faire peur , si bien qu’un jour a force de crier ...


                • marmor 5 octobre 2015 11:30

                  On en donnera pour preuve une scène vue dans les rues d’une ville de région parisienne ce dimanche : une femme (noire) se promène avec son enfant. Le petit chante. Un homme (blanc) sort sur le pas de sa porte et, sans prévenir, se met à crier ...........
                  Imaginons que l’homme soit noir et la femme blanche.... Merde, ça marche plus......
                  Vous nous prenez pour des cons ??


                  • Pere Plexe Pere Plexe 5 octobre 2015 20:25
                    ...c’est assez tentant.

                  • Sozenz 5 octobre 2015 11:31

                    Encore un article sur la poissonnière à la criée ? ( pardon pour les poissonniers véritables)


                    • rocla+ rocla+ 5 octobre 2015 11:42

                      Tu pourras tourner tes phrases comme tu veux  , la France 

                      est un pays de taches blanches , ensuite des taches  noires jaunes 
                      puis des sous-taches pour le café au lait . 

                      • sonin28 5 octobre 2015 18:56

                        @rocla+
                        Vous en tout cas vous êtes une tache tout court ...


                      • rocla+ rocla+ 5 octobre 2015 18:58

                        @sonin28


                        Enchanté ... ça fait plaisir .... smiley

                      • bartneski bartneski 5 octobre 2015 11:50

                        race ou pas race ?



                        Comment déclarer ne pas être raciste en classant les différences humaines en races tout en admettant qu’il n’y a qu’une seule espèce humaine ?

                        S’il n’y a qu’une seule espèce humaine, alors nous sommes tous égaux. Pourquoi devoir nous différencier si ce n’est pour hiérarchiser l’espèce ?

                        Il y a des humains dominants et des humains dominés comme il y a des humains honnêtes et d’autres malhonnêtes. 

                        Je considère que chaque humain est UNIQUE. Tellement unique qu’il rêve à son âme soeur pour ne plus être unique et seul mais humain. C’est à dire intégrer un groupe d’individus uniques ayant les mêmes besoins.

                        Mon humanité m’interdit de classifier les humains de quelque façon que ce soit. Car même les dominants sont dominés, même les dominés sont dominants, même les humains honnêtes sont malhonnêtes, même les humains malhonnêtes sont honnêtes. 

                        con ou pas con ?

                        Je suis convaincu qu’un humain n’est : qu’une personne comme moi. Ni plus, ni moins. 

                        Tu manges, tu bois, tu pisses, tu chies, tu pètes, tu ris, tu pleures, tu réfléchis, tu t’occupes, tu sais que tu vis, tu sais que tu vas mourir, tu baises, tu fais des gosses, tu fais la gueule.

                        Voilà ce que je suis, voilà qui tu es. Nous sommes égaux. Nous sommes des ETRES

                        A quoi sert de différencier l’humain si ce n’est pour le diviser ? Et pourquoi vouloir la division ?


                        Je suis con. 

                        Eclairez moi.

                        • Rmanal 5 octobre 2015 12:00

                          @bartneski
                          La division vient du fait que l’animal humain vit en communauté, comme ses ancêtres, et que toutes personnes hors de cette communauté est un ennemie.
                          Les racistes qui pullulent se servent de critère comme la couleur de peau pour « reconnaitre » leurs ennemis d’autres communautés. Si tout le monde était blanc, ils seraient plus embêtés mais auraient probablement trouvé d’autres critères pour reconnaître qui haïr.


                        • Agafia Agafia 5 octobre 2015 23:38

                          @bartneski
                          (...) Il y a des humains dominants et des humains dominés comme il y a des humains honnêtes et d’autres malhonnêtes. (...)


                          Ouaip et malheureusement, la plupart du temps, ce sont les malhonnêtes qui sont les dominants, ou les dominants qui sont les plus malhonnêtes, et c’est bien pour ça que ce monde est un foutoir déglingué et violent depuis toujours.

                        • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 5 octobre 2015 12:10

                          Nadine Morano a de la chance, les nouveaux inquisiteurs n’utilisent plus la question ni les brodequins, ils se contentent d’excommunier et de faire des procès télévisés.
                          Mais les comités de surveillance des paroles et des actes, MRAP, LICRA et autres, aimeraient qu’elle fasse pénitence en place publique.
                          « Abjure, abjure, sorcière ! »
                          Et pourtant elle tourne ...


                          • Pere Plexe Pere Plexe 5 octobre 2015 18:20

                            @Gilles Mérivac
                            Alors applaudissez notre pays et sa justice qui permettent à Mme Morano comme à tout autre de s’exprimer.

                            Contrairement à vos affirmations il n’y a plus d’inquisiteurs.
                            La liberté de parole est en notre pays comme dans peu de pays.
                            Certes ceux qui détiennent les médias peuvent ne pas donner échos à certains propos ou certaines personnes.Mais en aucun cas ils ne peuvent réduire au silence !

                            Reste que les détracteurs de l’ex ministre ont eux aussi le droit de s’exprimer.
                            Et là encore ,vous et vos amis n’empercherez pas cette parole !

                          • Agafia Agafia 5 octobre 2015 23:50

                            @Pere Plexe
                            Je plussoie.


                            Sur Avox, beaucoup ont tendance à cracher sur le gouvernement, sur nos dirigeants, sur la France, et crier à la dictature en oubliant aisément d’apprécier qu’ils peuvent le faire en toute liberté ...

                            A croire qu’ils n’ont absolument pas conscience de ce qu’est une véritable dictature. Alors franchement, quand je les vois porter aux nues des types comme Assad, ou d’autres du même acabit, je préfère me marrer pour ne pas vomir.

                          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 6 octobre 2015 10:20

                            @Pere Plexe
                            Mais si, on peut réduire les gens au silence, il suffit de les interdire d’antenne, de leur refuser une salle, de ne pas les embaucher et leur parole devient inaudible.
                            La dictature, ce n’est obligatoirement des camps de rééducation, elle peut être beaucoup plus subtile mais n’en est pas moins une dictature.


                          • tashrin 5 octobre 2015 12:20

                            Et si on arretait de donner à cette bonne femme le retentissement mediatique dont elle beneficie ?
                            Serieusement, si ca n’avait pas été relayé par les réseaux sociaux pour le plus grand plaisir de ruquier et son equipe de prod, qui en aurait quelquechose à secouer de ce que dit la poissonniere ?
                            Elle est soit bête à manger du foin, soit pas du tout et c’est parfaitement orchestré. Dans les deux cas, en parler n’a aucune utilité. laissez la donc tomber dans l’insondable oubli qui l’attend nécessairement...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès