Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des pierres à droite...

Des pierres à droite...

Depuis que le président Sarkozy a confié sur Facebook avoir assisté en direct à la chute du Mur de Berlin, il ne manque pas de gens pour dire que c’est lui, dans de précédentes réincarnations, qui a découvert le feu et inventé la roue. Qui sait s’il n’a pas été aussi le premier joueur de Go....

Au jeu de Go, pour ceux qui ne le savent pas, chacun pose des « pierres » sur l’une des 361 intersections d’un grand damier (Goban). Vous entourez complètement les pièces de l’adversaire... Il les perd. Vous gagnez. Simplicité enfantine. Mais les parties de championnat de Go durent des semaines et les joueurs se relaxent en jouant aux échecs...

 Quelle stratégie peut bien suivre le Grand Maître Nicolas, dans sa longue partie contre la Gauche, quand il souffle sur les braises de l’identité nationale et fait des appels du pied au FN, dont il a pourtant déjà raflé de la clientèle tout ce qui pouvait l’être ? « Old Nick » - le diable, chez les Anglo-Saxons - a-t-il perdu la main ? Une autre explication est qu’il soit très, très intelligent...

Supposons le scénario - imaginaire, bien sûr - d’une France qui ne voudrait vraiment plus de Sarkozy, avec une Gauche parcellaire qui n’a rien à offrir et, au Centre, un Modem et des Verts qui ne passionnent pas vraiment. Si apparaît un homme charismatique de centre-droit, il peut draguer vers lui tout le Centre loin à gauche et même quelques mécontents néo-gaulliens de l’UMP à qui l’atlantisme actuel donne de l’urticaire.

 Dans ce cas de figure, le sarkozysme qui a fait le plein à droite et reculerait ainsi au centre, pourrait être mis en minorité. Danger ! Où trouver des effectifs de réserve ? C’est là que le véritable Maître de Go montre qu’il connaît bien le goban qu’est la France. 

 L’électorat français, c’est 90 % des citoyens qui se désintéressent totalement de la politique ou ont déjà fait allégeance à un parti. Dans la mesure où les mots ne changent pas pour le dire, ils ne prêtent qu’une attention distraite à ce qui se raconte. Situation statique, donc, où chaque parti cherche prudemment à garder son image de marque, qui est son identification sociale... et aussi une rente de situation.

Le jeu politique ordinaire se limite ainsi à convaincre les 10 % de vagabonds au centre qui basculent et donnent le pouvoir. Convaincre par des slogans et des jeux de personnalités seulement. Toucher aux idées est tabou. On ne prend pas de risques. Il n’y a qu’aux extrémités du spectre politique qu’on peut prendre des risques, ou au moins offrir une image moins rance que la platitude des éléphants et assimilés.

Quand tout va bien, le jeu ordinaire suffit et tout le monde est peinard. Mais si l’on fait face à de vrais problèmes, le jeu ordinaire ne sert plus. Seuls les extrêmes peuvent offrir des solutions miracles. Quand les choses se gâtent, il y a donc une brève période pendant laquelle le peuple VEUT prendre des risques et regarde dans la direction des « extrêmes »

Quand la population veut prendre des risques, elle va d’abord vers ceux qui lui ont fait miroiter l’utopie dont elle rêvait... et c’est généralement la Gauche. Quant arrive cette prise de conscience, la Gauche a un peu de temps pour répondre au rejet de l’ordinaire en offrant de l’extraordinaire et un projet de vrai changement.

Hélas, bien souvent, quand vient l’heure où elle est mise en demeure de le faire, une Gauche devenue bien pansue et qui a proposé des changements éculés et sans vraiment y croire refuse donc de passer à l’acte. Elle est consciente des difficultés, voire de l’irréalisme de ce qu’elle a proposé. C’est alors que la population se tourne vers la Droite. Pas la droite de l’inégalité, celle de la discipline

Quand la France se tourne vers la Droite, aujourd’hui, elle voit une jolie femme avec les yeux bleus de Jeanne d’Arc qui a quelque chose à offrir... Disons, des couilles. Il y a une clientèle pour Marine Lepen. Le génie de Sarkozy, c’est de voir que cette clientèle est à gauche. Pas chez les gauchistes qui ont trouvé une carte du PS dans leur berceau - ceux-la sont entrés en coma et vont bientôt mourir d’inanition, faute d’une perfusion de rêves crédibles - les gauchistes sérieux. La Gauche du Grand Soir…

Cette vraie Gauche - pour qui le rejet de Sarkozy est devenu viscéral - peut néanmoins trouver séduisant le discours d’une vraie Droite. Parce que ce discours est clair, moral, sans cautèle, anti-élitiste, anti-corruption. L’affaire Mitterrand a peut-être été la paille qui a brisé le dos du chameau, la population prenant conscience que son ennemi n’est pas à sa gauche ou à sa droite, mais en haut : une caste de dirigeants élitistes qui ne lui veut pas du bien et qui la manipule par une illusion de démocratie.

Une certaine Gauche peut trouver le discours de la Droite séduisant, mais aussi CRÉDIBLE, parce qu’il n’y a rien d’incongru à ce que la Droite relève le défi de réaliser des promesses de la Gauche ! Une Droite ne propose pas nécessairement un projet social opposé à celui de la Gauche ; elle propose une manière de faire. 

Une Droite n’est pas systématiquement au service des riches. Dès qu’elle le peut, au contraire, elle met riches comme pauvres à leur place et ce sont souvent ces derniers qui y gagnent… un peu ! Ce que la Droite veut, c’est diriger et que les choses se fassent à sa manière. Si la population lui dit clairement ce qu’elle veut, la Droite est souvent prête à tenter de le lui donner et, parce qu’elle prend une approche autoritaire, parfois elle PEUT le lui donner.

Donc, ne pas s’imaginer la Droite caricaturale que dénigrent les médias. Le projet de la droite sera séduisant et beaucoup pourront dire oui. Une large part de la population peut vouloir accepter de payer en perte relative de liberté les avantages sociaux et économiques que la Droite lui offrira. L’autoritarisme mène à une catastrophe, bien sûr, mais la catastrophe n’est pas immédiate.

 La catastrophe arrive plus tard, quand la démesure implicite au projet que le peuple veut - et que la Gauche lui refuse, précisément à cause de cette démesure - pousse une Droite au pouvoir à des actions plus coercitives pour poursuivre la croissance pyramidale des désirs à satisfaire. Ce sont ces actions coercitives qui finalement brisent le soutien de la population et conduisent à un rejet parfois violent de la Droite.

Mais, en attendant, il y a souvent un moment où le peuple est prêt à courir le risque de l’autoritarisme pour sortir du marasme et il y a parfois même un moment de grâce où il est satisfait de la Droite. Jouer avec la Droite est donc dangereux.

 Quel avantage a Sarkozy à favoriser une montée de la Droite qui pourrait lui reprendre les voix qu’il lui a prises ? Le gambit, c’est que, l’UMP ayant le pouvoir, son noyau dur ne la quittera pas : ce sont les extrémistes de gauche qui iront vers le FN. Or, il est hautement improbable que le transport de leurs votes vers la Droite puisse porter celle-ci au pouvoir. Un risque qu’on peut gérer.

Il est probable, au contraire, que ces votes constitueront un bassin d’électeurs qui, au deuxième tour, viendront appuyer une UMP s’affirmant volontariste et musclée contre tout ce qui serait plus à gauche. Incluant un Villepin de centre droit portant le drapeau des valeurs républicaines et qui serait alors présenté comme velléitaire.

 Il n’est pas exclu que ce soit le choix de 2012

 
Pierre JC Allard 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 17 novembre 2009 10:21

    La gauche PS au pouvoir a tellement déçu ,il est illusoire de penser qu’elle va faire une autre politique que celle de la droite , la seule chose qui la fera bouger étant que le PS passe derrière Europe écologie aux régionales dans de nombreuses régions .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 18:42

      @ Le chat :


      Et même ça.. ! Une défaite peut stimuler, mais elle pourrait aussi accélérer la décomposition

       PJCA

    • Voris 17 novembre 2009 11:19

      La seule question qui se pose à la Droite sarkoziste et extrêmiste pour doubler la mise en 2012, c’est de trouver un leader pour conduire la Gauche à la défaite. Or, ce point est réglé. Ségolène Royal a décidé de s’imposer comme elle l’a fait en 2007. Seul Bayrou pourrait sauver les meubles mais une campagne médiatique orchestrée d’où vous savez l’en empêchera sans doute. Je ne crois pas à un réveil démocratique. Sarko c’est pour 10 ans.



      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 18:50

        @ Voris (?) 


         Je crois que la Gauche n’a que l’embarras du choix pour diriger sa sortie de route. 10 ans ? Qu’est-ce qui vous fait penser que le Prince Président se contentera de si peu ? Mais avec un peu de chance, en effet...



        Pierre JC Allard





      • freedom2000 freedom2000 17 novembre 2009 23:45

        Oui, amha Sarkozy a 90 % de chances d’être réélu en 2012 (cf Mitterand, Chirac, Bush... dont le peuple avait marre et pourtant) et au bout de son 4ème mandat, laissera la place à son fiston.
         d’abord les défections dans le camp de F. Bayrou, et maintenant dans celui de S. Royal, on peut penser que Sarkozy a su approcher les ambitieux et proposer mieux poue en faire des judas.

        On accuse souvent S.Royal d’être une gourde, mais une gourde issue de l’Ena aurait-elle vraiment pu s’imposer vis à vis de tous les éléphants de son propre clan qui rivalisaient à la descendre PENDANT les élections ? Messieurs Lang, DSK, Fabius, Allègre, Besson, avouez donc pour qui vous travaillez réellement, sinon pour Israel, quitte à faire élire un « rival » de l’autre camp ?

        Le seul espoir pour la France ?? Carla Bruni

        qui est une enfant gâtée et volage, et qui se lasse vite de ses conquêtes, gageons qu’elle voudra bientôt quitter Naboléon qui lui refusera cette satisfaction. On ne quitte pas un type autoritaire et possessif comme lui .

        Et alors qui sait si la première dame n’aura pas recours à des moyens radicaux et extrêmes, car souvenez vous, on n’est jamais mieux trahis que par ses amis et entourage en politique...

        Sachons profiter de nos derniers jours de prospérité et liberté, car qui sait si une guerre, épidémie (réelle cette fois-ci) ou dictature ne viendra pas supprimer ces 65 ans de prospérité pour l’Occident, et qui constituent amha un ACCIDENT dans l’histoire de l’humanité car de tout temps, les politiciens n’ont jamais oeuvré d’abord et surtout pour leurs PROPRES intérêts.

        il y a peine un siècle, en France (ou ailleurs) un riche pouvait TOUT se permettre, les pauvres étaient corvéables à volonté. Aujourd’hui, les riches pour réellement profiter de leur richesse doivent aller dans quelques iles loitaines pour être à l’abri des regards, et les domestiques, trop bien payés à leur goût, ne veulent pas dépasser les 35H et réclament leur weekend ! Quelle audace !

        Un retour en arrière s’impose d’urgence pour ces gens, sinon à quoi cela sert il d’être riche et puissant finalement ?


      • Jiache 17 novembre 2009 11:39

        >> Quand la France se tourne vers la Droite, aujourd’hui, elle voit une jolie femme avec les yeux bleus de Jeanne d’Arc qui a quelque chose à offrir... Disons, des couilles.

        Vous avez raison, j’ai toujours pensé que Jeanne d’Arc était un travlo !

        Blagues à part : je partage en grande partie votre analyse, les votes de « désespoir » iront hélas au FN. C’est un peu comme si le F Haine pouvait résoudre à lui tout seul vos problèmes d’argent, le mal au dent, retour de l’être aimé etc etc. Et vous allez voir qu’une fois élu (comme pour Sarko) les électeurs seront déçus et dirons : « ah la la on nous a menti ». Encore une fois ça sera bien fait pour leur gueule.

        Ceux qui tiennent le discours tous pourris (umps et tout et tout) ne se rendent vraiment pas compte que le F Haine est encore plus pourri que les autres. Pas besoins d’aller chercher loin : il suffit de voir ce que ça a donné à chaque fois que le F Haine a eu des mandats.

        Pauvre France.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 18:58

          @ Jiache :


           Ils seraient déçus si le FN prenait le pouvoir, mais c’est bien improbable. Voyez plutôt un FN en soutien permanent, plus radical, avec un programme idéaliste - si on a cet idéal - et agissant comme aiguillon pour l’UMP. Lui servant de prétexte et d’excuse pour ses politiques les plus à droite... tout en suggérant à l’électeur frileux que seul Sarko évite que ça ne se durcisse encore plus...



          PJCA

        • fredleborgne fredleborgne 17 novembre 2009 14:30

          Une analyse interessante. Avec 90% de veaux irrécupérables et 10% d’instables.

          C’est triste, même si c’est un peu caricatural.

          Et pourtant, je le constate, dans mes démarches de mobilisation du « grand Foutoir »

          J’ai mis un sondage. Il y a la possibilité de l’alternative « Ce que vous proposez ne m’intéresse pas »

          Et bien, seulement 8% des visiteurs renseignent le sondage.

          Et vous

          Grand Foutoir


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 19:02

            @ Fredleborgne :


             La proportion est sensiblemnet la mçme dans toutes les démocraties médiatiques actuelles.. J’ai vu votre son sondage Hadopi. Je serai aux Phlippines cet hiver et au Canada au printemps. Donc à l’écart pour la premiere manche.. Mais ne me donnez pas pour hors-combat.



            PJCA


          • JL JL 17 novembre 2009 15:13

            Bonjour PJCA, j’ai beaucup du mal à comprendre cette subtile analyse. Peut-être que je suis trop « dedans », pas assez de hauteur, disons.

            Je suis d’accord lorsque vous écrivez : « Ce que la Droite veut, c’est diriger et que les choses se fassent à sa manière ». Je dirai même plus, la droite est maladivement opposée à laisser la gauche prendre le pouvoir. C’est peut-être cela la spécificité de la France.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 19:25

              @ JL :


               Je pense que le rejet du systeme oligarchique actuel avec son immobilisme et sa corruption va devenir la priorité pour une nombre croissant de citoyens, pour qui « ce qu’on fera après » va devenir moins important que de mettre fin à ce que nous faisons. 

              Pour ces gens, si le pouvoir médiatique est habilement utilisé, une sortie de route a droite peut apparaitre plus facile qu’une sortie de route à gauche. Qand le soutien au premier tour est acquis à une extreme droite, le repli au deuxieme tour va tranquillement vers la droite institutilonnelle (UMP) plutot que vers l’autre parti de gouvernance, PS ou Modem élargi.

              Intéret pour l’UMP, donc, a une montée du FN et même d’ un volet extreme du FN, qui accueillera les extremistes de gauche, lesquels ne peuvent pas vraiment se replier sur Besancenot ou Melenchon pour poser des « gestes »’ révolutionnaires. 

              L’UMP a intérêt a intrumenter un antiparlementarisme d’extreme droite. Mais si elle en perd le contrôle...


              PJCA


              • ddacoudre ddacoudre 17 novembre 2009 19:39

                bonjour pierre

                bien subtile ton analyse avec une tendance indicative vers le totalitarisme qui nous guette si les jeux politiques restent en l’état et n’apportent pas de réponses aux difficultés que développent notre organisation économique.
                les plus pessimistes prévoient la guerre et moi le développement d’une nouvelle forme de fascisme avant.
                 tu as eu déjà l’occasion de me dire que j’étais alarmiste, malheureusement des magistrats débattant de l’évolution du droit pénal français constatent que le criminel n’est plus reconnu comme un citoyen punissable, mais un humain investi d’un germe du crime qu’il faut éliminer comme un ennemi. ce glissement c’est opéré sur plus de 10 ans, sur la base de la culture du faits divers et à investi les esprit et se répercutera inévitablement dans d’autres champs, tel un vers qui entre dans un fruit.

                cordialement.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 20:06

                  @ Ddacoudre ;


                  Je prévois aussi une « dérive autoritaire » - qui devrait commencer rapidement aux USA - qui sera plus dictatoriale que le fascicme corporatiste qui y est déjà en place. Le pouvoir prendrait alors ses coudées franches du capitalisme, prenant acte que la richesse est maintenant moins une condition du pouvoir réel que sa conséquence.

                  La crise actuelle devrait normalement ruiner les « petis riches » par une inflation non compensée, laissant toute la place à ceux qui ont la force pour eux et qui ’impriment" et distribuent à leur guise ce qui sert de monnaie. Pas très loin de ce que faisait l’élite dirigeante en URSS.

                  Je pense que c’est sur cette toile de fond qu’il faut penser le modele de gouvernance qui se développera en France,lequel devra être compatible avec un dirigisme pu mais aussi avec nos propres schèmes de pensée.


                  PJCA



                • jaja jaja 17 novembre 2009 19:42

                  @PJCA : Que l’extrême gauche internationaliste rejoigne les beaufs nationalistes, colonialistes racistes et partisans du bon capitalisme « patriote » mais tout aussi exploiteur que celui qualifié « d’apatride » me semble être une drôle d’idée...

                  Maintenant qu’il y ait un volant d’électeurs paumés (j’en connais certains dans ma propre famille) qui fassent le tour de l’échiquier politique en quelques années, ça, hélas oui ça existe...

                  Mais c’est très peu significatif... Ce qui compte pour l’« extrême gauche » c’est cette nouvelle génération de militants (et non d’électeurs volatiles) qu’elle rassemble désormais et qu’elle se doit de renforcer numériquement. Le reste suivra....


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 20:39

                    @ jaja : 


                    Drôle d"idée.... mais les années ’’30 ont été une série de ces tentatives de la gauche et de la droite pour s’instrumentaliser l’une l’autre et encercler et donc détruire - d’où l’idée de Go - le centre mou démocratique. 
                     
                    Le contexte aujourd’hui est le même : une vague de fond contre cette élite arrogante, incapable, dégénérée, corrompue qui gouverne de droit divin et exploite sous le couvert d’une pseudo-démocratie. 

                    Or il est de la nature de la droite de discuter moins et donc d’arriver plus vite au passage è l’action. Elle entraîne alors tous les mécontents. Il est classique que les partis traditionnels cherchent alors à canaliser cette force pour leurs intérêts et c’est ce que je crois que l’UMP veut faire avec le FN. À nos risques et périls. 



                    Pierre JC Allard



                    • jaja jaja 17 novembre 2009 21:19

                      L’extrême droite arrive toujours au pouvoir lorsque les capitalistes l’ont décidé pour « remettre de l’ordre » en temps de crise et permettre à leur domination de perdurer. C’est le dernier rempart de la bourgeoisie. Il n’y a pas de différence de nature entre elle et les forces politiques classiques de défense du système...

                      Si ses séides devaient passer un jour à l’acte c’est qu’ils en auront reçu l’ordre de leurs patrons. Et encore une fois leurs cibles ne seront pas l’élite « arrogante »(contre laquelle ils continueront de façon démagogique de pérorer) mais les syndicalistes, les militants de gauche etc...

                      Un FN Anti « Establishment » comme le dit Le Pen n’est qu’une douce rigolade pour gogos....


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 23:56

                      @Jaja : 


                       Historiquement faux. Hitler n’a pas pris ses ordre des junkers et capitalistes. C’eat. se qu’ils attendaient, mais ils ont vite déchanté. De même, Franco n’a rien eu de si pressé que de mettre le front dans la possiere à ses tros grands alliés : l’Église, l’Arméee et les grands propriétaires, Meme chose, en plus poussé, pour Peron en Argentine. Et on ne parle pas des régimes dits de gauche, mais qui, côté autoritarisme, n’avaient rien à leur envier, comme celui de Staline ou de Mao... La droite a le sens disciiplinee - qu’elle revendique - on lui ajoute celui d’inégalité de la richesse, mais il n’est pas indispensable. Pinochet est la caricature de la Droite. Si elle n’était que ça, elle n’aurait jamais séduit personnne....


                       PJCA 

                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 novembre 2009 23:58

                      Désolé pour toutes les coquilles..


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 novembre 2009 00:02

                      @ Calmos : je vous comprends.... mais il n’est pas ici le personnage principal. Je crois que même s’il croit tirer les ficelles, il est dans cette évolution mû lui-même par des forces plus grandes. C’est ça. qui est inquiétant.


                      PJCA

                    • oeil-de-lynx oeil-de-lynx 17 novembre 2009 23:28

                      Ingénieux, comme d’habitude. Mais est-ce bien vrai ?


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 novembre 2009 00:11

                        @ Oeil de lynx.


                         Juste une hypothese. Mais je vous souligne que je suis le seul a avoir dit dès le premier jour et catégoriquement que la supposée nomination de Sarkozy jr comme patron de l’EPAD était une diversion et ne se réaliserait pas. Et j’ai annoncé et expliqué la crise financière actuelle il y a 6 ans.. Je ne vous sis pas ça pou me péter les bretelles, mais parce qu’il me semble important qu’on prenne cette hypothèse au sérieux.. Maintenant.




                        PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès