Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des primaires pas secondaires

Des primaires pas secondaires

Dans chaque camp, autant chez les « républicains » que chez les « socialistes », l’affaire serait entendue, les candidats seront Sarközi et Hollande, mais ça ne fait pas l’affaire de tout le monde… qui au nom d’une démocratie qu’ils veulent vivante, ou tout simplement d’une classe politique qu’ils veulent renouveler, réclament une primaire…

Celle prévue pour la droite aura bien lieu, même si on sent bien la volonté du président des « républicains » de la repousser le plus tard possible, et à gauche, une initiative vient d’être lancée, provocant l’énervement et des tensions dans le camp hollandais.

À droite donc, c’est en principe les 20 et 27 novembre 2016, soit à moins de 6 petits mois de la présidentielle, que cette primaire sera organisée.

Pour y participer, il faudra payer 2 euros, s’engager dans une « charte de l’alternance », assurer partager les valeurs de droite et du centre, et s’engager « pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ». lien

Or, on sait déjà que Juppé est largement favori, même s’il ne s’agit que de sondages, et que face à lui, que ce soit Hollande, ou Le Pen, qui lui soit opposé, les probabilités sont fortes qu’il l’emporte. lien

Avec 38% d’intention de vote au 1er tour pour Juppé, contre 29% pour Sarközi, il n’y a pour l’instant pas photo. lien

Quant à Fillon et Le Maire, ils sont crédités de 12% d’intention de vote.

Nous aurions donc à la tête de l’état un homme qui a été condamné par la justice, après avoir été 1er ministre sous Chirac, puis ministre du budget.

Plus tard lors du gouvernement Fillon, il est passé de l’écologie à la défense, puis finalement aux affaires étrangères. lien

Sauf que la charte proposée par les «  républicains » n’empêcherait pas des militants de l’autre bord de participer à la primaire républicaine, choisissant Sarközi afin de permettre à leur camp de gagner…car finalement, s’engager « pour l’alternance » ne prouve en rien la sincérité de l’électeur, électeur si souvent trahi par celui qu’il a élu, qu’il ne devrait pas avoir trop de problème avec sa conscience pour trahir à son tour celui-ci.

Ne serait-il pas machiavélique de la part des responsables socialistes de pousser leur militants à participer à la primaire « républicaine », en lançant très discrètement cette consigne ?

Le politologue Bruno Roger-Petit s’est exprimé sur le sujet dans les colonnes du « Monde », et son analyse mérite le détour.

Il rappelle ce qu’avait dit Juppé en février 2015 dans les colonnes du « Figaro  » : « s’il y a 500 000 votants, Nicolas Sarközi aura toutes ses chances, s’il y en a 3 millions, j’aurais toutes mes chances »…lien

Or d’après un sondage Odoxa, 13% des français se déclarent prêts à participer à cette primaire, soit près de 4 millions d’électeurs.

Ce qui devrait en principe favoriser Juppé

Pourtant il faut aussi se souvenir les échecs des anciens premiers ministres…Chaban-Delmas, Rocard, Barre, Delors…qui avaient les faveurs des électeurs au moins dans les sondages, et qui n’ont jamais décroché le poste présidentiel, soit parce qu’ils ont renoncé, soit parce qu’ils ont été battus.

La question étant : Juppé aura-t-il l’énergie d’aller jusqu’au bout ?

Le politologue continue : « l’électeur de gauche peut il accepter le risque d’être pris en otage par un second tour Sarközi/Le Pen ? »...et il ose la question : « Hollande mérite-t-il d’être réélu ?  ». lien

Question légitime si on se base sur le dernier baromètre Ipsos qui note la dégringolade dans l’opinion de Sarközi autant que de Hollande, à 29% d’opinions favorables chacun. lien

Mais quid de la primaire à gauche ?

Le patron des socialistes à déjà fait savoir qu’il y avait peu de chance qu’elle ait lieu et Hollande fait manifestement la sourde oreille. lien

Lui se positionne clairement comme candidat légitime, malgré sa cote de popularité, souvent au plus mal, avec un léger rebond par ces temps de terrorisme, en chute libre depuis.

Mais il semble avoir la mémoire courte.

N’avait-il pas dit en 2010, dans les colonnes du «  Parisien », tout le bien qu’il pensait de la primaire socialiste… ?

Le journaliste lui avait demandé : « si vous êtes président, y aura-t-il des primaires pour 2017 ? » et Hollande avait répondu : « Oui, c’est un principe désormais inscrit dans le temps et l’espace politique ». lien

Il est probable qu’il n’a pas oublié qu’un sondage CSA de juin 2010 portant sur la primaire socialiste ne le créditait que de 5 %, loin derrière DSK (28%), Martine Aubry (24%), voire même Ségolène Royal qui était à 12%. lien

Toujours est-il que l’initiative prise le 11 janvier 2016 par des personnalités indéniables du monde de gauche fait le buzz. lien

En moins de 48 h plus de 20 000 personnes avaient signé l’appel, preuve selon Thomas Piketty, que ça correspond à un profond besoin de renouvellement et de démocratie chez les électeurs. lien

Une dizaine de citoyens de gauche s’étaient réunis au mois de décembre et avaient finalement lancé l’initiative, sous la forme d’un appel que l’on peut soutenir ici.

Ils ont pour nom Thomas Piketti, Hervé Le Bras, Romain Goupil, Mariette Darrigrand, Daniel Cohn-Bendit, Julia Cagé, Michel Wieviorka, Marie Desplechin, Guillaume Duval, et Dominique Méda, et ils ont été rejoints par des centaines d’autres. lien

La pétition lancée pour soutenir cette initiative va vraisemblablement atteindre les 100 000 signatures, voire même les dépasser, alors que le congrès du PS n’avait rassemblé en 2015 que 60 000 votants. lien

Mais pour l’instant, Hollande n’en a cure, et un hollandais aurait repris la vieille formule chiraquienne : « ça lui en touche une sans faire bouger l’autre »…

« Ils font ça pour se payer Hollande » lance un autre, très remonté contre ce qu’il appelle « le club des aigris  ».

Un autre ajoute « et puis, il est trop tard, à 15 mois de la présidentielle »…

Quant à Jean Christophe Cambadélis, il tente de calmer le jeu, tout en enterrant le projet : « cette primaire, elle n’est pas impossible, mais elle est peu probable ». lien

Aurait-il oublié qu’en juin 2009, plus de ¾ des électeurs étaient favorables aux primaires ? lien

Mais d’autres sons de cloche se font entendre à gauche, comme celui de Thierry Mandon, pourtant membre du gouvernement en temps que secrétaire d’état à la réforme de l’état, qui a jugé « indispensable » l’organisation d’une telle compétition interne…et il a été soutenu par le porte parole du PS, Olivier Faure affirmant : « il n’y a pas de raison particulière de considérer que la primaire ne vaut que pour les années où la gauche est dans l’opposition  ». lien

Par contre, le locataire de l’Elysée verrait d’un bon œil un primaire qui départagerait « l’autre gauche  »…comprenez « Cécile Duflot, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent, voire Christiane Taubira qui selon un hollandais serait « en embuscade ».

Il s’agirait surtout pour lui de ne pas prendre le risque d’une autre candidature à gauche, laquelle lui ferait perdre toute chance d’être présent au second tour… le syndrome Jospin.

Quant au Front National, une primaire ne s’envisage pas, vu que le pouvoir quasi monarchique reste dans la famille : que ce soit celui du père, de la fille, du gendre, ou de la petite fille…le pouvoir ne se partage pas, ou peu, étonnant pour un parti qui se veut républicain.

Au-delà de ces luttes pour le pouvoir, les 3 partis principaux du pays démontrent bien, par leur stratégie, qu’ils veulent seulement prendre le pouvoir, et sont prêts manifestement à tout pour y arriver, quitte à proposer des programmes qui ne seront pas tenus.

Le désintérêt actuel pour les urnes n’est donc pas un hasard, mais une conséquence logique, et il est probable que tant qu’un coup de balais salutaire ne sera pas passé par là, cette situation perdurera.

Il s’agirait donc de refaire vivre une réelle démocratie, dans laquelle par exemple, un élu condamné par la justice, ne pourrait plus se présenter à une élection…dans laquelle les avantages considérables proposés aux élus seraient considérablement revus à la baisse.

Comme l’explique fort logiquement ce blog, notre régime politique ne mérite pas de prendre le nom de démocratie, mais serait en réalité une oligarchie ploutocratique dans laquelle un petit nombre de personne possède le pouvoir, les riches y étant surreprésentés.

Les tenants pour une 6ème république en pensent de même et ont réuni plus de 100 000 signataires.

Ils affirment que la constitution a été confisquée par les monarques et leurs obligés parlementaires, et ils proposent une journée citoyenne le 30 janvier à Montreuil, afin de faire grandir l’exigence d’une assemblée constituante pour passer à la 6ème République. lien

Comme l’avaient écrit sur les murs les énervés de mai 68, « la dictature, c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours ».

Et comme dit mon vieil ami africain : « l’héritier du léopard hérite aussi de ses taches  ».

L’image illustrant l’article vient de ump.blog.lemonde.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Une démocratie en lambeau

L’Europe en panne de démocratie

L’Europe est-elle schizophrène ?

La jolie vie des parlementeurs

Européennes, le syndrome de Lisbonne

Les cocus de la démocratie

De la vague brune au raz de marine

Le premier parti de France

Une démocratie en lambeau

La jolie vie des parlementeurs

Les cocus de la démocratie

Si c’est ça la France…

Les bannis de la république

Les cocus de la démocratie

Les comptes de fées du FN

Ces français que l’on aime

Marine le Pen amène le pire

Ségo et Marine sont dans un bateau

L’UMP, la fin d’un leurre ?

Documents joints à cet article

Des primaires pas secondaires

Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 15 janvier 09:19

    Tous les politiciens français se retrouvent dans la « Fosse septique » du pouvoir...Comment peut on voter pour des « étrons » pareils.. ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 09:27

      @Le p’tit Charles
      cruel dilemme donc... ouvrir la chasse, ou la tirer ?

       smiley

    • soi même 15 janvier 20:26

      @olivier cabanel salut vieux chameaux qui ne passe pas le chas de l’aiguille, je ne souviens de ton delirium tremens sur la campagne de 2012 , car tous ce que ton vieux Grillot , ta souffles dans l’oreille se sont réveiller êtres des vessies qui ce prennent pour des lanternes... !

       smiley


    • gaijin gaijin 15 janvier 09:26

      salut olivier
      de toute façon quel que soit le gagnant il fera la même politique que les autres ( ainsi que je l’ai annoncé en 2012 ) c’est ça la blague
      quand aux sondages ils ne sont que des produits de feux d’artifice destinés a diriger les moutons dans telle ou telle direction
      les sondages sur juppé me font marrer dans la mesure ou je sais depuis plus d’un an que c’est lui qui est censé gagner la primaire car choisit par les « vrais décideurs » j’ai même un paris en cours la dessus vu que je persiste a penser que ce sera sarko ...............


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 09:28

        @gaijin
        sarko gagnant ?!

        j’en viendrais a souhaiter que tu perdes ton pari... smiley
        sinon, c’est la France qui sera perdue.
        merci de ton commentaire quand même.

      • Fergus Fergus 15 janvier 09:36

        Bonjour, gaijin

        D’accord sur la poursuite du même type de politique en 2017 : comment y échapper tant que les dirigeants n’auront pas suffisamment eu le feu aux miches face à la multiplication de mouvements populaires dont on voit malheureusement pas les prémices.

        Pas d’accord en revanche sur les sondages. A l’évidence, ils ne manipulent pas les moutons, mais mettent en évidence la manière dont se comporte le troupeau !

        Pour ce qui est de Juppé, par exemple, si j’avais été sondé, j’aurais affirmé être déterminé à voter pour le maire de Bordeaux lors de la primaire LR. Ce que je ferai sans aucun doute. Et nous sommes nombreux dans ce cas. Non pour soutenir l’homme contre lequel j’ai manifesté durant des semaines en novembre et décembre 1995, mais pour barrer la route à un retour de Sarkozy. Une question de salubrité publique dans un contexte où il est probable que la droite l’emportera. 


      • gaijin gaijin 15 janvier 10:26

        @olivier cabanel
        olivier moi aussi je préférerais perdre smiley
        néanmoins j’ai la facheuse habitude d’avoir raison ....................


      • gaijin gaijin 15 janvier 10:38

        @Fergus
        vous commettez l’erreur de croire de manière intuitive que tout le monde est comme vous mais ce n’est pas le cas vous avez des idées une réflexion etc ........
        une élection ne se joue pas sur les gens comme comme vous elle se joue sur les indécis ( mais vous le savez )
        ceci posé il faut admettre ( et les « élites » le savent ) que nous ne sommes pas des homo sapiens mais des sino sapiens ( sinon pourquoi non de dieu est on le pays qui a la plus forte concentration de macdo ? ) le fait de présenter un candidat comme vainqueur va avoir globalement tendance a déplacer les « électeurs flottants » vers celui là
        c’est en jouant sur de telles choses que l’on manipule ( ou tente de manipuler ) l’opinion par les sondages on crée en quelque sorte une bulle d’opinion positive. sauf que bien sur parfois ça ne marche pas et la bulle explose par exemple dans le cas balladur - chirac


      • Fergus Fergus 15 janvier 11:56

        @ gaijin

        « le fait de présenter un candidat comme vainqueur va avoir globalement tendance a déplacer les « électeurs flottants » vers celui là »

        Je ne suis toujours pas d’accord sur ce point. Non que cet effet ne soit pas recherché, mais il n’est pas déterminant à mon avis.

        On a d’ailleurs pu le constater avec Ségolène Royal en 2006-2007 : longtemps en tête des sondages, elle a progressivement été grignotée par Sarkozy. Et cela non parce que les instituts en ont décidé ainsi, mais parce que la candidate du PS a vu sa planche savonnée par des caciques de son propre camp (notamment Jack Lang), ce qui a décomplexé la droite, jusque-là dans la crainte d’être taxée de sexisme.

        La progression de Hollande durant la primaire socialiste de 2011 en est un autre exemple. Au fond du trou sondagier avant, il ne s’est pas imposé grâce aux instituts, mais grâce à son habileté tacticienne lors de la primaire, cumulée aux erreurs commises par ses adversaires, et à un positionnement « rassurant » pour une majorité d’électeurs de cette primaire.


      • gaijin gaijin 15 janvier 12:03

        @Fergus
        « Non que cet effet ne soit pas recherché »
        c’est ce que je voulais dire ensuite on est ok bien d’autres choses entrent en jeu c’est évident


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 13:34

        @Fergus
        si ségolène a perdu finalement, c’est qu’elle a été lachée par les membres, ou du moins une partie, de son parti.

        mais bof, au fond, je ne le regrette pas, même si elle a permis à sarko de l’emporter,
        au moins on a pu voir de quoi il était capable.
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 13:35

        @gaijin
        signe d’une intuition forte.

         smiley

      • gaijin gaijin 15 janvier 14:38

        @olivier cabanel
        oui ça marche plutôt pas mal merci smiley
        mais bonne intuition et bonne analyse ça fait deux jambes qui permettent de bien avancer smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 19:38

        @olivier cabanel
        C’est Juppé qui a été désigné par les Américains. Le soir des élections, le site Harris Interactive (USA) sortait de son chapeau un sondage qui annonçait Juppé favori. Affirmation auto-réalisatrice, depuis les médias ne cessent de dire « que Juppé monte dans les sondages ».


      • Fergus Fergus 15 janvier 09:26

        Bonjour, Olivier

        Il ne faut pas être dupe, l’appel à une primaire de « gauche » - à laquelle le président en exercice ne peut participer, sauf à sacrifier toute la fin de son quinquennat - ne vise qu’à exprimer de manière indirecte le rejet de Hollande dans son propre camp, à lui faire comprendre qu’il est poussé vers la sortie.

        Quant à la primaire de LR, si Sarkozy n’est pas plombé d’ici là par des mises en examen dans les affaires de financement de la campagne de 2012, j’y participerai, de même que plusieurs personnes de mon entourage, et avec nous sans doute de nombreux Français qui voudront faire barrage à cet aventurier cynique, malhonnête et préoccupé de sa seule personne.


        • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 09:29

          @Fergus
          oui, c’est bien comme ça que j’ai perçu la chose,

          je partage,
          merci de ton commentaire.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 19:50

          @olivier cabanel
          La Gauche dans son ensemble a abandonné les ouvriers, les employés, les emplois, la France et les Français.
          Normal, c’est ce qu’imposent les articles des Traités européens les plus nocifs.


          Aucun de ceux que vous citez n’envisage de sortir de l’ UE ni de l’euro.
          Alors comment peuvent -ils, avec les mêmes articles des Traités, faire une autre politique que Hollande ou Sarkozy ? Comment peuvent-il faire une politique intérieure nationale, alors que c’est interdit ?

          Vous vendez depuis 35 ans « une Europe sociale », qui n’est que du pipeau.
          Si la Gauche, ( et la Droite !), ne comprennent pas que les électeurs attendent des Partis politiques qui s’occupent de la France et des Français, elles finiront dans les poubelles de l’ histoire.

        • colere48 colere48 15 janvier 09:40

          Encore une fois on va nous offrir le choix entre la peste , le choléra ou le sida !

          Si au moins on pouvez en éliminer 2 avant le grand choix cela serait déjà un petit mieux.
          Ni Sarko Ni Hollande la majorité des français l’exprime dans les sondages
          et 70% des même français ne veulent pas de la Marine (ils ont mal au cœur)

          Putain d’élection faussée par une constitution faites pour de grands hommes
          Or ceux-ci ont disparu, reste les nains...

          Enfin encore 478 jours pour espérer une solution ...
          Bon, ben ....je vais essayer les cierges à la vierge, on ne sait jamais ....

          Bon d’accord je sors !


          • Fergus Fergus 15 janvier 10:02

            Bonjour, colere48

            En 2017, ni PS, ni LR, ni FN !

            Un espoir vain, en l’occurrence. Mais la faute n’en est pas à la Constitution, quoi que l’on en dise et même s’il est évident que celle-ci a besoin d’être totalement remaniée, notamment pour en revenir à un régime parlementaire primo-ministériel, la faute en est aux électeurs eux-mêmes qui, depuis des décennies, ne varient pas suffisamment dans leurs choix pour faire émerger d’autre possible alternative que le populiste FN.

            Les résultats des législatives montrent d’ailleurs de manière éloquente que ce problème n’est pas limité à la présidentielle. Ce ne sont pourtant pas les offres alternatives qui manquent dans les circonscriptions.

            Cela montre que, malgré leur mauvaise humeur à l’égard du personnel politique des grands partis, les Français s’en contentent, persuadés sans doute que mieux vaut ne pas courir le risque de chevaux aveugles pour avoir voulu écarter des chevaux borgnes. Et c’est ainsi que la même ligne politique perdure.


          • colere48 colere48 15 janvier 10:20

            @Fergus

            Bonjour Fergus

            Certes la responsabilité des électeurs est engagé puisqu’ils votent (ou pas)

            Mais que dire des manipulations en tout genre du pouvoir en place (droite ou gauche) ?
            Mais que dire des offres alternatives ?
            Mais que dire du spectacle désespérant des parlementaires, pros de la politique , bien plus préoccupés de leur avenir professionnel que de celui de leur pays ?
            Mais que dire des médias , autre source de désespérance ?

            Alors oui, c’est de notre faute, notre très grande faute....

            Décidément le cierge, c’est peut-être encore la moins pire des « solusses » Oupsssssss smiley


          • Fergus Fergus 15 janvier 12:02

            Bonjour, colere48

            « Que dire », en effet ?

            Mais comme je l’ai fait remarquer ci-dessus, ces questions valent surtout pour la présidentielle. Or, l’on constate les mêmes réflexes électoraux lors des législatives où, pourtant, l’offre est élargie, et où pourtant il semble plus facile de faire émerger des forces alternatives dans la circonscription, d’autant plus qu’il y a ici et là des personnalités intéressantes et porteuses de qualités reconnues. Et pourtant... rien ou presque.

            D’où la conclusion qui s’impose : les Français sont, qu’on le veuille ou non, plus ou moins satisfaits d’une offre dominée par les grands partis.


          • colere48 colere48 15 janvier 13:45

            @Fergus

            Oui un comportement bien étrange.
            Probablement une analyse bien complexe à mener pour comprendre ce comportement qui s’apparente à un « réflexe de Pavlov »

            Maintenant il faudrait aussi ramener les scores des grand partis en tenant compte des abstentions etc etc ... Je ne serai pas surpris que la politique clientéliste des grand partis soit déterminante pour comprendre le « troupeau de Panurge »


          • Fergus Fergus 15 janvier 13:51

            @ colere48

            « Je ne serai pas surpris que la politique clientéliste des grand partis soit déterminante pour comprendre le « troupeau de Panurge  » »

            Pas seulement, mais ce problème existe bel et bien. Il est même pratiqué à grande échelle ici et là (à droite comme à gauche) et c’est l’une des plaies de notre système politique. On peut même parler d’une vraie gangrène en certains lieux comme la région Paca ou les Hauts-de-Seine.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 20:02

            @colere48
            Cet article est un excellent exemple de la manière dont fonctionne l’information dans ce pays.
            Il n’est JAMAIS question des nouveaux Partis politiques, mais toujours de ces vieux croutons rassis dont la moitié des électeurs ne veulent plus entendre parler !
            Comment voulez-vous que les électeurs votent pour des Partis qu’ils ne connaissent pas ?


            L’UPR est censurée depuis 9 ans, vous avez entendu « nos grands démocrates » de Gôôche, ou de Drouate, ou du soit disant Républicain - FN , s’en offusquer ? Nada, wallou, rien du tout !

            Tout ce que sait faire le FN, c’est d’essayer de récupérer les voix de l’ UPR au 2e tour, bernique ! .
            Quant aux autres, silence radio. Mais ils ne manquent pas une occasion de critiquer « le manque de liberté d’expression » .... en Russie !

          • legrind legrind 17 janvier 20:26

            Tout ce que sait faire le FN, c’est d’essayer de récupérer les voix de l’ UPR au 2e tour, bernique ! .
            Et ? à l’instar de François Asselineau et des « cybermilitants » de l’UPR qui passent leur temps à dénigrer le FN, c’est de bonne guerre.


          • Ar zen Ar zen 17 janvier 21:24

            @Porcu Nustrale

            Nous avons ici une analyse de haut niveau ! Il faut la mettre sous verre ! Ce n’est pas tous les jours que l’on est amené à lire ce genre de chose.


          • Ar zen Ar zen 17 janvier 21:25

            @Porcu Nustrale

            Vous en savez des choses ! C’est votre petit doigt votre informateur ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 janvier 07:47

            @Porcu Nustrale
            Si l’ UPR avec un programme copié sur celui du Conseil National de la Résistance, est un Parti farfelu...., que dire des autres ... !!


          • JL JL 15 janvier 09:57

            ’’... le locataire de l’Elysée verrait d’un bon œil un primaire qui départagerait « l’autre gauche  »…comprenez « Cécile Duflot, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent, voire Christiane Taubira  ».’’


            Des gens de gauche qui organisent une primaire à laquelle le président en exercice ne participerait pas, ça s’appelle une opposition de gauche. Preuve s’il en fallait une que le Pouvoir actuel n’est pas de gauche. Nous aurions donc deux candidats de droite, un candidat de gauche et un candidat d’extrême droite.

            Une primaire à laquelle participerait le président en fin de son premier mandat, c’est contraire à l’esprit de nos institutions ; mais pourquoi pas. En cas de victoire de Hollande, il n’y aurait au premier tour de la Présidentielle aucun candidat de gauche.



            • Fergus Fergus 15 janvier 10:07

              Bonjour, JL

              « pourquoi pas »  ?

              Strictement impossible : on ne voit pas comment Hollande pourrait garder une autorité présidentielle pour la fin de on mandat si, dès l’automne 2016, il vient sur les plateaux se chicorer avec Montebourg, Taubira ou Duflot. C’est inimaginable. C’est bien pourquoi cet appel à une primaire implique, en filigrane, un renoncement de Hollande à un 2e mandat.


            • JL JL 15 janvier 10:38

              @Fergus,


              je ne fais pas dans la méthode Coué, encore moins je ne lis dans le marc de café ; je me contente de faire des suppositions.

              Il y a certainement des gens qui aimeraient bien n’avoir aucun candidat à gauche, et cette option que vous écartez aussi prestement serait pourtant un bon moyen d’y parvenir. Parmi ces gens, il y a les Hollandistes, mais aussi tous ceux qui craignent l’élection d’un président de gauche.

              Pour moi, cet appel à une primaire à gauche est un jeu de poker menteur : à savoir qui des hollandistes et de leurs opposants de gauche, se placera le mieux pour s’appropriera au premier tour les voix des électeurs du PS puisque l’on est quasiment sûr que les voix de la gauche radicale n’iront pas à Hollande. Dans cette optique, toutes les modalités de cette primaires restent envisageables.




            • Fergus Fergus 15 janvier 13:00

              @ JL

              « cette option que vous écartez aussi prestement »

               ???? Je ne comprends pas cette phrase.

              Sur la nécessité d’une candidature de « gauche », au sens où nous l’entendons, vous et moi, c’est à dire hors PS, l’affaire semble malheureusement mal engagée, entre un Mélenchon qui, à juste titre, rejette le principe même d’une primaire générale à gauche de l’UDI, et un Laurent qui se dit prêt, le cas échéant, à y participer. ce qui revient à accepter, au terme du processus, une allégeance au PS moyennant un nouveau plat de lentilles.

              Tout cela est consternant. Et c’est ainsi qu’en 2017, la politique qui sera mise en place après la présidentielle ressemblera furieusement à celle des mandats précédents, que le vainqueur appartienne à LR ou au PS.


            • JL JL 15 janvier 18:21

              @Fergus,


              je ne vous remercierai jamais assez de me faire profiter si souvent de vos dons de divination.

            • Fergus Fergus 15 janvier 18:38

              @ JL

              Pourquoi ce ton systématiquement persifleur ? Vous donnez votre avis, je fais part de mon opinion, conformément à la règle du jeu dans ce genre de débat.


            • Le421 Le421 15 janvier 18:45

              @JL
              ça s’appelle une opposition de gauche
              Ah ??

              Parce que Hollande est de gauche ??

              J’ai du rater quelque chose moi...


            • JL JL 15 janvier 19:53

              Fergus,


              un ton systématiquement persifleur ? 

              Si vous le dites, puisque vous avez comme toujours, raison.




            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 20:09

              @JL
              Mais quel candidat de Gauche ? Les Verts sont dans les choux, Mélenchon et Pierre Laurent ont soutenu Syriza, avec le succès qu’on connait. Montebourg vient de créer un Mouvement européen avec Varouflaquette...  Qui ? Taubira ? Moules frites ? Valls et son valet Macron ?


            • JL JL 15 janvier 20:10

              @Le421

               relisez bien tous les mots :


              Des gens de gauche qui organisent une primaire à laquelle le président en exercice ne participerait pas, ça s’appelle une opposition de gauche.

            • JL JL 15 janvier 20:13

              @Fifi Brind_acier,


              ce n’est pas à moi qu’il faut demander ça.

              A Fergus, peut-être ... ? Il sait tout, lui.

            • olivier cabanel olivier cabanel 15 janvier 20:38

              @Fifi Brind_acier
              les solutions ne manquent pas.

              ceux qui défendent une 6ème ouvrent des perspectives, 
              les frondeurs du ps s’ils ont un peu de courage politique devraient enfin se libérer de ce PS qui n’est pas socialiste...
              tous les verts ne sont pas dans les choux...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès