Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des sans-culottes aux sans-dents

Des sans-culottes aux sans-dents

La « vengeance de la Blonde » aura respecté toutes les règles : elle s’est mangée froide, comme le plat du même nom, et elle sera difficile à digérer pour le chef de l’Etat, qui après avoir affronté les « bonnets rouges » va peut-être devoir affronter les sans-dents, dans le droit fil des « sans-culotte » de 1789.

Avec un score historique dans l’histoire de France de la 5ème république, les 87% d’insatisfaits de la politique menée par François Hollande, entraînant dans sa chute ininterrompue son 1er ministre, sont signe que la plaisanterie a assez duré. lien

Et ce score épouvantable a été mesuré avant la parution du livre de Valérie Trierweiler

En trahissant jour après jour ses promesses électorales, augmentant les impôts plus que ne l’ont fait ses prédécesseurs, faisant des cadeaux sans contrepartie aux patrons, choisissant comme ministre du budget un Jérôme Cahuzac censé traquer les exilés fiscaux, alors qu’il est lui-même l’un d’eux, nommant comme secrétaire d’état un homme qui ne payait pas ses impôts depuis 3 ans, (lien) choisissant comme nouveau ministre de la finance Emmanuel Macron, un banquier, avec dans son gouvernement Jean-Marie Le Guen cachant une partie de son patrimoine, un conseiller très spécial qui faisait cirer ses chaussures, et en étalant au grand jour les détails de sa vie privée, François Hollande s’est lui-même encore plus discrédité.

Pire encore, alors que le profil bas s’imposait, il a tenu à se justifier devant la scène internationale dans le cadre du sommet de l’OTAN affirmant doit dans ses bottes : « je n’accepterais jamais que puisse être mis en cause l’engagement de toute ma vie, tout ce qui a fondé ma vie politique (…) de la relation humaine que j’ai avec les plus fragiles, les plus humbles, les plus pauvres, je suis au service des plus pauvres, c’est ma raison d’’être, tout simplement ma raison d’être » mettant d’une part en doute la parole de son ex-compagne, et en la menaçant par la même occasion. vidéo

Une courte vidéo illustre bien le décalage entre tous les chefs d’états réunis au sommet de l’Otan : alors que tous regardent dans une seule direction, le président français tourne obstinément le regard de l’autre coté. lien

« Quand on touche le fond, on creuse encore » grince une députée socialiste, accusant implicitement François Hollande d’abimer encore un peu plus la fonction présidentielle.

Mais comment imaginer que Valérie Trierweiler ait pu inventer cette expression « les sans-dents  » qu’elle attribue à son ancien compagnon ?

En tout cas, le coup médiatique de celle-ci est un succès qui bouscule toute la fameuse « rentrée littéraire », puisque le livre est déjà en réimpression, tout en étant proposé en version numérique pour les plus pressés. lien

Le Président va atteindre dans quelques jour la moitié de son mandat, et on ne voit guère comment il pourrait tenir encore, même s'il entend aller jusqu’au bout ? lien

Il n’a cessé de mentir d’abord à son ex-compagne, et surtout à la France entière, ce qui lui fait perdre le peu de légitimité qu’il lui restait.

A la lecture des pages de « merci pour ce moment », on découvre la première rencontre après la rupture, déclarant d’abord qu’il la trompait depuis un mois, puis 3, 6, 9 mois, et enfin avouant qu’il la trompait depuis un an…

Elle fait un bilan accablant de la politique qu’il mène, écrivant : « où est le président exemplaire ? Un président ne mène pas 2 guerres tout en s’évadant dès qu’il le peut pour rejoindre une actrice dans la rue d’à côté. Un président ne se conduit pas comme ça quand les usines ferment, que le chômage augmente… »

On découvre qu’il a non seulement un mépris pour les plus pauvres, mais qu’il traitait son « ex » de Cosette, pour son origine sociale, et alors qu’elle a un faible pour les petits bistrots, il aime les grands restaurants, préférant les grands hôtels alors qu’elle aime les petites auberges…lien

Au-delà du drame amoureux, c’est donc toute la France qui a été trompée, et on se demande si elle va réagir, ou rester les bras ballants ?

Le 16 septembre, Manuel Valls espère que les députés lui accorderont leur confiance, mais le mouvement des frondeurs va-t-il s’amplifier ?

Les socialistes détiennent 290 des 577 sièges, n’ayant qu’un petit siège permettant la majorité absolue, et certains députés de l’UMP, approuvant la politique hollandaise faite de cadeaux aux patrons, et basée sur une politique de l’offre, pourraient soutenir le gouvernement.

Lors de sa nomination, Valls avait obtenu le 8 avril 2014, 306 voix pour et 239 contre, 6 écologistes, 3 radicaux, et 11 membres de l’aile gauche du PS s’étaient abstenus. lien

Puis lors du vote concernant la stabilité budgétaire, le 29 avril, 41 socialistes s’étaient abstenus… ce chiffre retombant à 33 lors du budget rectificatif du 8 juillet. lien

Qu’en sera-t-il cette fois ?

En avril 2014, ils étaient 90 frondeurs à réclamer un nouveau « contrat de majorité  ». lien

S’ils étaient cohérents, ils devraient refuser de voter la confiance, ne donnant donc théoriquement que 216 voix au gouvernement, et même si quelques députés de droite apportaient leur confiance, ce serait donc la dissolution, et la chute de François Hollande.

Mais les frondeurs vont-ils aller jusqu’au bout de leur logique ?

On sait que Emmanuel Macron a annoncé qu’il se passerait de l’avis des députés pour faire passer son programme, ce qui ne devrait pas calmer les contestataires, mais devant le risque encouru vont-ils sagement jouer les godillots, ou provoquer la dissolution ?

Cette dissolution n’arrange pas les affaires de l’UMP, qui est en pleine décomposition, et préfèrerait avoir eu le temps de se reprendre, Nicolas Sarközi jouant les arlésiennes et attendant la fin du mois pour se déclarer, alors que ses ennuis juridiques s’accumulent, et que d’autres à droite sont candidats… lien

A l’extrême droite, Marine le Pen, alors qu’elle mettait UMP et PS dans un même sac, a récemment changé d’avis, car en proposant à Hollande d’accepter de lui confier une place de 1er ministre, elle prouve qu’elle serait à l’aise dans ce sac qu’elle vilipendait jusque là. lien

Les quelques élus de ce parti ont déjà montré le visage du FN lorsqu’il parvient au pouvoir.

Le maire de Hayange, Fabien Engelmann vient d’être accusé par son ex-première adjointe d’avoir omis de déclarer certaines dépenses de campagne…lien

David Rachline, celui de Fréjus, qui tout en affirmant qu’il faut être exemplaire pour montrer ses capacités à prendre le pouvoir au plus haut niveau, a trouvé des prétextes discutables pour fermer un centre social, et dès son élection s’est opposé à la construction d’une mosquée, alors qu’il avait affirmé lors de sa campagne qu’il ne stigmatiserait pas les musulmans. lien

Robert Ménard, à Béziers, se lance dans la discrimination en instaurant le couvre feu pour les enfants de moins de 13 ans, mais en le limitant au quartier « black-blanc-beur  » de la Dévèze, quartier pourtant calme. lien

A Mantes la Ville, Cyril Nauth, à privé de leur salle de prière les musulmans de la ville, sans tenir compte de la règle citoyenne qui veut que la liberté du culte soit respectée. lien

Le nouveau maire du Luc en Provence n’a pas hésité à augmenter son salaire de maire, ainsi que celui de ses adjoints, tout comme Marc-Etienne Lansade, maire FN à Cogolin. lien

A Hénin Beaumont, Steeve Brivois, à privé la ligue des droits de l’homme de leur local.

Franck Briffaud, à Villers-Cotterêts, ferme la marche : il a eu un acte peu républicain en refusant de commémorer l’abolition de l’esclavage.

L’exemplarité dont se vantait le FN n’est donc pas au rendez vous.

Quittons ce parti pour le centre, avec François Bayrou qui a vu sa côte faire un bond impressionnant en avril 2014, parallèlement à celle d’Alain Juppé, mais ce mouvement va-t-il perdurer ? lien

Mais la politique fiction connait ses limites, même si un sondage récent affirmait que Marine Le Pen battrait en 2017 François Hollande au second tour.

En effet ce sondage Ifop avait posé la question : « si dimanche prochain avait lieu le premier tour de l’élection présidentielle de 2017, pour lequel de ces candidats suivants y aurait-il plus de chances que vous votiez ? »

30 % avaient choisi Le Pen, devant Juppé (24%), Hollande ne récoltant que 16%. lien

Mais n’est-ce pas se tromper de question, car au-delà des candidats, n’est-ce pas surtout la 5ème république qui est contestée ?

Quid du nombre effarant de députés, quid de leurs avantages exorbitants incompatibles avec la situation du pays, quid de ces retraites offertes aux grands élus, de leurs privilèges (voiture de fonction, garde du corps…) (lien) quid de l’intérêt du conseil économique et social, quid du contenu de la constitution souvent obsolète…etc ?

Aujourd’hui d’autres choix politiques sont proposés, choix dans lesquels on s’agite autour du concept de décroissance, de revenu de base, de partage et de solidarité réelle, certains n’ayant pas attendu des lendemains qui chantent en mettant en place des programmes audacieux, dans le droit fil de l’exemplaire Totnes, avec le choix d’une réelle transition. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « ne juge pas le grain de poivre à sa taille »

L’image illustrant l’article vient de « radioscoop.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Article a découvrir sur ce lien

Articles anciens

Le bras d’honneur hollandais

La France avance avec une canne

L’un promet, l’autre agit

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

De Coluche à Grillo

Dérapages en mairies FN

Le changement, c’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

En marche pour une 6ème

Un président tétanisé

La taxe carbonisée

La retraite au flamby

Qui Hollande trompe-t-il vraiment

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

J’aime pas les riches

Faire sauter la banque

Le discours du Bourget partie 1-partie 2

Blog de René Dosière


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

141 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 2014 09:34

    Sacré Hollande englué dans ses affaires de gonzesses comme Sarkozy dans celles des embrouilles crapuleuses de comptes de campagnes et de pognon de l’UMP ..... 


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 11:18

      zygzornifle

      ce serait oublier (pour sarkö) que du coté « gonzesses » c’était pas mal non plus !
      rappelez vous : « si tu reviens j’annule tout » !
       smiley

    • zygzornifle zygzornifle 9 septembre 2014 09:36

      Je rappelle à Mr le présiDENT que le fait de na pas avoir de dents ne veux pas dire qu’il n’existe plus rien au dessus , en 2017 vous allez payer le prix fort de votre arrogance comme votre prédécesseur l’a payé .....


      • Salade75 9 septembre 2014 13:16

        Il ne va rien payer du tout.
        Il s’en est mis plein les poches avec ses copains aux frais du contribuable, comme ses prédécesseurs et successeurs.

        Les seuls à payer, ce sont ceux qui ne votent pas pour ces malfrats mais qui subissent la loi de la « démocratie » . les soi-disant citoyens qui votent sans réfléchir, puis pleurnichent sur les conséquences de leurs actes sans même se rendre compte qu’ils en sont les seuls responsables !


      • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 16:59

        salade 75

        faire porter les torts de la situation sur les citoyens trahis me semble pour le moins injuste !
        ils ont voté, et puis après, chantait Ferré !
        mais quand on vote, ce n’est pas pour un candidat, c’est pour le programme qu’il propose, et lorsque celui ci renie sa parole, n’est-il pas incongru de s’en prendre aux trompés, plutot que de s’en prendre au trompeur ?

      • Attilax Attilax 9 septembre 2014 21:22

        L’élection est par nature aristocratique. Voter pour des « gens », quels qu’ils soient, est sans doute républicain, mais en démocratie on devrait voter directement pour des lois, non ?
        Donc tant que le « trompé » exige son droit de vote, tant pis pour lui (et pour nous tous).
        Sans ça article au poil, comme d’hab smiley


      • colere48 colere48 10 septembre 2014 10:35

        Tout le problème est que cette Vème République à été taillée sur mesure pour des hommes du genre De Gaulle, capable de partir pour un léger désaveu
        On en est loin depuis !!
        Ne se succèdent que de véreux politicards cyniques !!
        Avec Hollande on atteint le comble de la veulerie !


      • Salade75 10 septembre 2014 13:22

        Olivier Cabanel,

        Ni la 5ème république, ni Hollande ne sont nés d’hier.
        Alors, quand on me dit qu’un « citoyen » a voté pour un programme que le porteur officiel n’a jamais validé de toute sa carrière à part dans les 6 mois précédant l’élection, je répond que le citoyen est soit un grand naif, soit un con. Dans les 2 cas, il n’en reste pas moins responsable de son acte.

        Personne n’a été trahi par Hollande qui n’a pas cherché à l’être !
        Il n’a jamais caché son libéralisme, son appartenance aux mouvement pro américains, son goût pour le luxe, son respect pour l’aristocratie des grandes écoles, son fonctionnement basé sur les inversements de tendance conjoncturels sans avoir besoin d’agir, ...

        Comme dit votre ami africain : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ».


      • Byblos 10 septembre 2014 16:27

        @ Salade 75


        Il n’y a plus de citoyens en France, ni nulle part en Occident d’ailleurs. Il n’y a plus que des abonnés de l’État qui payent une cotisation appelée impôt, en contrepartie de services.

        La concurrence, ou entreprises privées, tente de leur faire croire -publicité ou manipulation, c’est kif kif- qu’elle leur offre mieux à meilleur prix.

        Un citoyen vote en fonction d’une certaine conception du Bien Public. On cherche en vain un tel phénomène.

      • Salade75 11 septembre 2014 09:08

        D’accord avec vous Byblos.

        Ce qui me sidère, c’est cette chaine totale de l’irresponsabilité que cultivent les énarques et que s’empressent de diffuser les « citoyens ».
        Les électeurs votent sans prendre en compte le poids donné par la constitution au président, sans s’intéresser ou prendre en compte les réalisations passées de leur champion, sans se poser de questions sur le fait que quelques propositions ne constituent ni une stratégie, ni une feuille de route, ..
        Et après ils pleurnichent qu’« on » les a trompé.
        Ils avaient tout sous les yeux, mais ils ont préféré un rêve. Puis ils se plaignent que ce rêve ne devienne pas réalité.
        Avec des citoyens de ce niveaux, nos politicards n’ont pas fini de s’en mettre plein les poches et de rigoler des « sans dents » (comme des autres d’ailleurs).


      • Gnostic GNOSTIC 9 septembre 2014 09:55


        Un bon titre, une bonne analyse de la médiocrité générale de tout notre personnel politique.

        A ce titre il aurait été judicieux d’y inclure l’extrême gauche, verdâtres compris qui sont loin eux aussi d’être exemplaires

         smiley

         

        Enfin tout ne marche pas trop mal, Paris Match et le monde de l’édition tournent bien en ce moment avec des bouquins tirés à 500.000 exemplaires ce qui montre que les français savent encore lire

         

         smiley

         

        Allez on se lève tous pour Valérie et on crie :

         

        MERCI POUR CE MOMENT … de RIGOLADE

         


        • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 11:20

          gnostic

          j’ai lu ici ou là que certains se pinçaient le nez, refusant de lire ce livre...
          mais dans un siècle, ce livre fera partie de la documentation que les historiens utiliseront pour écrire notre époque...
           smiley

        • Garance 9 septembre 2014 11:39

          Cabanel


          « Mais comment imaginer que Valérie Trierweiler ai pu imaginer cette expression ? »

          Ben oui : c’est cela qui la rend véridique

          Valérie est trop caustique pour l’avoir inventée

          Alors que Hollande sait être si drôle quand il le veut : 

          A Lourdes lors des inondations :  « La saison touristique est en croix, si je puis dire » ; Lourdes ils en rigolent encore 

          Et puis il y a les autres ; toutes aussi drôles


          A la fin de sa fonction ( je n’ose dire son quinquennat ) : il pourra se recycler comme comique troupier : on en a plus
          Ouvrard....Fernandel....Hollande suite logique


          • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 11:46

            garance

            c’est marrant, l’avatar que vous avez pris a failli être mis en illustration de mon article... j’hésitais entre celle là, et celle que j’ai finalement choisi.
             smiley

          • Garance 9 septembre 2014 12:00

            Cabanel


            J’ai eu chaud ; j’aurai été obligé de le changer ce qui aurait été bien dommage convenez-en

            Ce sera donc mon avatar pendant toute la période hollandaise qu’il nous reste à endurer

            Encore qu’avec lui on ne sache jamais : il suffirait qu’il en sorte une autre encore meilleur pour que , tel un morbach assoiffé de sang , je saute dessus et change cet avatar

          • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 13:00

            garance, 

            c’est pas une mauvaise idée
            il faudrait trouver un avatar sans dents et sans culottes...
            je pense que ça pourrait être prémonitoire...
             smiley

          • Byblos 10 septembre 2014 16:39

            @ Garance,


            Déjà en 1983 (il y a 31 ans !) il se livrait à des facéties, de mèche avec son pote André Bercoff. Écoutez plutôt :


          • Tall 9 septembre 2014 11:43
            Salut Cabanel

            Pour moi, Hollande, c’est le gars qui cocufie tout le monde en permanence

            Quant au livre de Trierweiler, je l’ai acheté et lu vendredi déjà.
            Et je le garde, car comme tu dis, il pourrait bien entrer dans les docs d’histoire un jour.

            • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 11:47

              Tall

              c’est exactement ça !
              j’ai vraiment le sentiment d’avoir été cocu lorsqu’au second tour, j’ai voté pour lui.
               smiley

            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 septembre 2014 12:00

              Pourtant je m’étais escrimée vainement à vous faire comprendre à tous qu’avec les socialistes ce serait cinq années de perdues.Je suis la cassandre d’agoravox : il y a personne qui veut me croire !


               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley 

              Même pas Morice, c’est tout dire !

               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley 


            • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 13:03

              Alois Frankenberger

              je ne suis pas socialiste, et ça me permet de m’exprimer le plus lucidement possible.
              le problème n’est pas le socialisme, c’est seulement le respect des engagements pris devant la France entière, et Hollande les a trahis...
              comme si vous disiez que Brejnev, et d’autres, étaient communistes...
              l’idéologie n’est pas critiquable, c’est la trahison qui l’est.
              n’est-ce pas ?
               smiley

            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 septembre 2014 14:49

              Oui et non, quand une idéologie conduit droit dans un mur, on aurait tort de ne pas la critiquer avant de se prendre ledit mur en pleine tronche.


              Parce que là, comme je l’avais dit, on est en train de s’en prendre plein la tronche en raison du fossé entre l’idéologie et la dure réalité économique et que si on ne fait pas gaffe, on finira comme les Grecs qui ont du obéir aux injonctions du FMI pour pouvoir survivre.

              Zallez me dire que vous qui êtes pro décroissance, le cas grec vous réjouit au plus haut point vu qu’ils font de la décroissance tout azimuts (espérance de vie en baisse, natalité en baisse, économie en décroissance .... ), mais ce n’est peut être pas le cas de tout le monde non plus.



            • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 17:01

              Alois

              mais en Russie communiste, ce n’est pas l’idéologie qui était en cause, mais un dévoiement de celle ci... tout comme en Chine, et ailleurs.
              le socialisme, pas plus que le communisme, n’est pas critiquable, c’est la trahison de l’idéologie qui l’est.

            • julius 1ER 10 septembre 2014 08:51

              c’est vrai ce que tu dis Cabanel à tel point que en regardant sur ARTE hier soir un docu sur le siège de Leningrad(900jours quand même) surtout raconté par des femmes qui ont vécu l’horreur, ce qui était intéressant c’était surtout le regard de ces femmes sur l’époque et la période qui a suivi ....... des femmes qui analysaient de manière très réaliste les réussites mais aussi les manques du régime Stalinien à tel point que les principaux responsables de la défense de Leningrad à la fin du siège plutôt qu’être honorés seront envoyés en camp sans autre forme de procès comme s’il avaient failli à leur tâche.............. ces femmes étaient très lucides sur ce qu’était vraiment le régime stalinien, la plupart d’entre elles étaient ingénieurs,elles reconnaissaient qu’elles avaient pû faire de bonnes études qu’il y avait quand-même une grande dynamique économique après-guerre mais qu’elles voyaient Staline comme le sauveur de la patrie, mais aussi comme un tyran.....



            • julius 1ER 10 septembre 2014 08:51

              c’est vrai ce que tu dis Cabanel à tel point que en regardant sur ARTE hier soir un docu sur le siège de Leningrad(900jours quand même) surtout raconté par des femmes qui ont vécu l’horreur, ce qui était intéressant c’était surtout le regard de ces femmes sur l’époque et la période qui a suivi ....... des femmes qui analysaient de manière très réaliste les réussites mais aussi les manques du régime Stalinien à tel point que les principaux responsables de la défense de Leningrad à la fin du siège plutôt qu’être honorés seront envoyés en camp sans autre forme de procès comme s’il avaient failli à leur tâche.............. ces femmes étaient très lucides sur ce qu’était vraiment le régime stalinien, la plupart d’entre elles étaient ingénieurs,elles reconnaissaient qu’elles avaient pû faire de bonnes études qu’il y avait quand-même une grande dynamique économique après-guerre mais qu’elles voyaient Staline comme le sauveur de la patrie, mais aussi comme un tyran.....



            • Fergus Fergus 9 septembre 2014 11:44

              Bonjour, Olivier.

              « alors que le profil bas s’imposait, il a tenu à se justifier devant la scène internationale ».

              Pas d’accord avec toi sur ce point : Hollande était obligé de réagir, moins pour se défendre lui-même que pour défendre la fonction qu’il incarne et qui, quel que soit le contentieux avec Trierweiler, était gravement atteinte, et cela au mépris du vote des millions d’électeurs qui ont soutenu Hollande et qui n’ont strictement rien à faire d’un règlement de compte entre ex-concubins. Ajoutons à cela qu’il a également bien fait de ne pas entrer dans le détail des petites phrases pour éviter d’entrer à son tour dans un déballage indigne.

              Quant au fait qu’il soit intervenu dans le cadre de l’Otan, où est le problème ? D’autant plus que c’était en réponse à des questions qui lui ont été posées. En répondant, il évitait d’avoir à chercher une autre tribune pour remettre les pendules à l’heure.


              • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 11:49

                bonjour Fergus

                bon, on n’est pas d’accord sur ce point...
                perso ça m’a choqué qu’il ait mis cette histoire dans le contexte international...
                il aurait pu très bien éluder la question, ou répondre dans un autre cadre.
                de toutes façons, sa réponse est maladroite, d’abord parce que personne n’y croit.
                on a été tellement trompés que plus personne ne lui accorde la moindre crédibilité.
                merci de ton commentaire.

              • Fergus Fergus 9 septembre 2014 11:56

                @ Olivier.

                Qu’aurait-on dit s’il avait éludé la question ? A coup sûr, il aurait été pourfendu au motif que son silence en aurait dit long sur la réalité du reproche qui lui était fait ! Il ne pouvait donc pas éluder.


              • Garance 9 septembre 2014 12:08

                Fergus


                Suivant l’adage : « Le linge sale se lave en famille » : cette déclaration il pouvait la faire sur un média français en France ; donc ne pas répondre à ce journaliste

                Encore qu’il passe pour un con une fois de plus à l’étranger n’est pas grave : sa réputation sur le sujet est déjà établie

              • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 13:12

                Fergus

                soit il se taisait, reconnaissant implicitement avoir prononcé ces paroles, 
                soit, et ça aurait été plus courageux, il aurait avoué l’avoir dit, en regrettant de l’avoir fait.
                cuit pour cuit, autant y mettre du panache.
                mais il n’en a pas.

              • Fergus Fergus 9 septembre 2014 11:54

                @ Olivier.

                Sur le coup des « sans dents », ni toi ni moi ni quiconque sur ce site ne sait dans quelles conditions ce propos a été tenu, en admettant qu’il ait été tenu. Dans chaque couple, un jour ou l’autre, est prononcée une blague vaseuse qui ne reflète pas la personnalité ni les convictions de celui qui la prononce : ce peut être sur les pauvres, mais aussi sur les riches (et là, bizarrement, personne ne critique !), ou sur les Arabes, les Noirs, les Juifs, les handicapés, les collègues, les amis, des membres de la famille.

                Bref, sur tout le monde, et cela n’a pas forcément la moindre signification. Si tel était le cas, Le Canard Enchaîné et plus encore Charlie-Hebdo auraient disparu depuis belle lurette ! Je note d’ailleurs que, dans la classe politique (gauche et droite confondues), ainsi que dans les médias, aucun de ceux qui ont côtoyé Hollande n’a soutenu - euphémisme ! -Trierweiler sur cette histoire de pauvres.


                • howahkan howahkan Hotah 9 septembre 2014 12:35

                  vu comment ces gens traitent les chômeurs que leur système fabrique exprès pour des raisons de contrôle de population et de contrôlent de salaires, car sinon on en revient tres vite a une société qui ne peut être que de partage plus que très raisonnable signifiant la fin de la domination des voleurs, il est + que probable que le mépris pour le peuple est réel....

                  ces gens sont aussi le peuple mais ils ne le savent plus...cela dit par profession genre VRP en centrale d’achat alimentaire j’ai côtoyé des P-DG de grosses boites lors de lancement de produit de marque propre pour les centrales et bien le discours patronal a propos des ouvriers est beaucoup plus gratiné que ces petits mots doux de Hollande, il est donc très probable que cela fut dit ,et en bien pire encore bien sur, car ayant été témoin de ce que pense de nous des gros patrons , je peux vous dire que ça n’est même plus du mépris mais rejoint plutôt la vision sioniste élitiste de race élue d’un coté et animaux de l’autre, je signe et persiste dans ce que je dis.....l’ouvrier donc le pauvre est juste une vraie sous merde pour ces gens....même un kleenex aurait plus d’intérêt à leurs yeux....

                  cela dit, qui sont les vrais sous merde ? on peut se poser la question...


                • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 13:10

                  Fergus

                  bien sur, c’est parole contre parole, et il est logique de s’interroger sur la véracité de ce qui a été publié par l’ex, en se disant, « elle a inventé ça pour le punir »...
                  mais franchement, je pense que pour se venger, il y avait d’autres solutions, et que je n’ai pas trop de mal à imaginer qu’Hollande ait pu tenir de tels propos.
                  il n’a pas arrêté de nous mentir.
                  pour Cahuzac, comment aurait-il pu ignorer la situation... ?
                  pareil pour le dernier en date, en délicatesse avec ses impots...
                  deux ans après avoir été élu, il se déclare social libéral.
                  il sait bien que s’il l’avait fait au Bourget, il n’aurait pas été élu.
                  aujourd’hui, nous avons un gouvernement géré par un socialiste de droite, encouragé par l’UMP, qui n’avait récolté que 8% lors de la primaire socialiste.
                  nous avons un ministre du budget un banquier, et pas le moindre...
                  étonnant pour un gouvernement dont le patron disait que « son ennemi était la finance »
                  les frondeurs se sont exprimés aujourd’hui : ils ne voteront pas la confiance, et s’abstiendront.
                  on s’achemine vers le refus.
                  bref, un bordel dont Hollande est le seul responsable.
                  merci de ton commentaire

                • olivier cabanel olivier cabanel 9 septembre 2014 13:11

                  howakhan

                  pas mieux
                  je partage et remercie.

                • Fergus Fergus 9 septembre 2014 13:17

                  Bonjour, Howahkan.

                  « il est + que probable que le mépris pour le peuple est réel ».

                  C’est indiscutablement vrai pour une partie des élites, mais pour beaucoup de personnes appartenant à ces élites, c’est plutôt d’« indifférence » que l’on devrait parler.

                  Indifférence aux conditions de vie, indifférence aux souffrances que ressentent les démunis. Comment s’en étonner lorsque les personnes en question vivent et travaillent loin des quartiers populaires ?

                  Des gens indifférents comme ceux-là, j’en ai connus et j’en connais encore. Le pire est que lorsqu’ils sont mis, par hasard le plus souvent, en contact avec la vraie pauvreté, c’est une réaction de gêne, voire de honte qu’ils éprouvent. On est là bien loin du mépris. Hélas ! revenus chez eux, c’est très vite l’indifférence qui reprend le dessus, dans le confort douillet d’un appartement chic ou d’une villa avec jardin entretenu par un paysagiste.

                  Quant aux pédégés cyniques et brutaux, le fait est qu’ils existent. Comme existent également des types remarquables, attentifs à leurs employés et aux gens modestes qui les entourent. A cet égard, j’en profite pour saluer ici la mémoire de Guy Crescent, ancien patron de Calberson, qui, malgré sa fonction, était un humaniste, sensible à la souffrance des autres.


                • Garance 9 septembre 2014 13:21

                  Howahkan


                  Il est vrai que l’opinion qu’ont les politiques ( tous bords confondus ) de ceux qui les ont mis en place est à gerber : même pas la reconnaissance du ventre ces ordures

                  Ecouter et voir ce Hollande la main sur le coeur débiter à la face du monde « sa profession de bonne foi » ; est franchement dégueulasse

                  Qu’il réponde aux accusations d’une maitresse bafouée prouve qu’elles ne sont pas sans fondements puisque lui-même est obligé de s’en défendre

                  Un homme vertueux n’aurait pas eut besoin de le faire , sa conduite aux yeux de tous étant exemplaire autant qu’évidente

                  Tout simplement par ce discours : il accrédite le contenu du livre en mentant éhontément 

                  Comme à son habitude

                • Fergus Fergus 9 septembre 2014 13:27

                  @ Olivier.

                  Franchement, cela me casse les pieds de devoir jouer les avocats de Hollande tant il a menti aux Français (tout comme ses prédécesseurs, soit dit en passant !), mais on ne peut tout lui reprocher.

                  Qu’il ait connu la situation de Cahuzac lorsqu’il l’a nommé, je n’y crois pas un instant ; en revanche, il est probable qu’il a ensuite trop longtemps cherché à le couvrir.

                  Quant à Thévenoud, qui peut croire sérieusement qu’il l’a nommé en connaissance de cause ? Là aussi, c’est totalement aberrant, sachant que désormais tous les pedigrees de ministres sont épluchés par les journalistes et les internautes. Comment imaginer d’ailleurs, pour les mêmes raisons, qu’un gugusse en délicatesse avec le fisc puisse accepter un maroquin ? Cela défie le bon sens, et cela montre qu’il y a décidément des abrutis qui n’ont encore rien compris à leur devoir d’exemplarité. Pour en revenir à Hollande, dans cette dernière affaire, on peut tout au plus lui reprocher ne n’avoir pas encore mis en place, à la Justice et aux Impôts, une cellule chargée de vérifier en urgence la situation personnes pressenties pour faire partie d’un gouvernement.


                • howahkan howahkan Hotah 9 septembre 2014 13:27

                  tout a fait garance......

                  salutations

                   smiley


                • Fergus Fergus 9 septembre 2014 13:36

                  Bonjour, Garance.

                  Pas d’accord. Comme je l’ai indiqué plus haut à Olivier, si Hollande n’avait rien répondu, le résultat aurait été encore bien pire pour lui, et cela en vertu du bon vieil adage « qui ne dit mot, consent ! ». Autrement dit, approuve. Coincé entre le marteau de la prise de parole et l’enclume du silence, Hollande a choisi la moins mauvaise solution.


                • Tall 9 septembre 2014 13:37

                  Fergus


                  Franchement, cela me casse les pieds de devoir jouer les avocats de Hollande 

                  Et pourquoi tu le fais ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès