Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des sondages quelque peu préoccupants pour Nicolas Sarkozy

Des sondages quelque peu préoccupants pour Nicolas Sarkozy

Les commentaires autour du dernier baromètre présidentiel de la Sofres révèlent combien l’analyse d’un sondage peut-être biaisé par un prisme idéologique ou par l’incompétence journalistique. Car comment expliquer qu’aucun article n’ait souligné les mouvements d’opinion qu’il révélait - par exemple une hausse de 4,5 points de Ségolène Royal en une semaine ! - alors même qu’un baromètre sert avant tout à suivre l’évolution des opinions.

Il est vrai qu’en testant les potentiels d’intentions de vote des prétendants UMP dans un contexte de fortes tensions entre sarkosystes et chiraco-villepinistes, ce sondage et son interprétation n’étaient pas dénués d’enjeu politique.

Sur ce plan, les résultats sont particulièrement cruels pour les personnalités telles Michèle Alliot-Marie qui s’était autoproclamée "la seule à pouvoir battre Ségolène Royal". Candidate unique de l’UMP, elle ne réaliserait même pas la moitié du score de Nicolas Sarkozy (17% contre 36%), et ferait même moins bien que le Premier ministre (18%). Et au cas où l’idée lui viendrait de se présenter contre lui, elle se ridiculiserait (5% contre 31% pour Nicolas Sarkozy) sans élargir l’espace électoral de son parti (36%).

Cinglante leçon pour Dominique de Villepin, auquel un regain de popularité semble avoir redonné des ailes dans la course à l’Elysée, cette enquête relègue ainsi au rang d’élucubration l’idée selon laquelle un autre candidat UMP pourrait faire mieux que Nicolas Sarkozy.

C’est d’ailleurs ainsi que Le Figaro l’a présenté, en particulier sous la plume d’Alexis Brézet qui a disserté autour du "rôle-titre" préempté par Nicolas Sarkozy et de ces désirs (chiraquiens) "d’une chute qui ne vient pas". Pourtant, cette septième vague du baromètre de la Sofres contient des éléments préoccupants pour le président de l’UMP.

D’abord, la hausse exceptionnelle de Ségolène Royal (+ 4,5 points) qui récupère en une semaine le terrain qu’elle avait perdu au mois de septembre. Corrélée avec la dernière enquête d’Ipsos (+ 1 point en un mois), cette hausse confirme sa bonne tenue dans l’opinion, malgré le feu de critiques auquel l’expose la course à l’investiture socialiste. Dans le détail, cette hausse est tirée par une baisse des autres candidats de gauche (- 3 points) mais aussi de Nicolas Sarkozy (- 2 points) avec lequel elle fait désormais quasiment jeu égal (34 contre 36%).

Ce dernier est donc confronté à une érosion de son potentiel d’intentions de vote, d’autant plus préoccupante qu’elle est enregistrée à la fois par les dernières enquêtes d’Ipsos (- 3 points en deux mois) et de CSA (- 2 points en trois mois). Sans aller jusqu’à parler de chute, comme en rêvent les chiraquiens, le ministre de l’Intérieur semble bien s’inscrire dans une dynamique négative, à laquelle les derniers évènements ne sont pas étrangers.

Car la tendance à la hausse d’un Jean-Marie Le Pen (+ 1,5 point), aux dépens des représentants pourtant les plus présents sur les thèmes qui lui sont chers (Nicolas Sarkozy, Philippe de Villiers), reflète peut-être une radicalisation d’une certaine frange de l’électorat de droite. En perdant son bras de fer avec les expulsés de Cachan ou en marquant les limites de l’action de la police en banlieue, Nicolas Sarkozy a sans doute perdu au cours des deux dernières semaines des points précieux auprès de cet électorat. Or, dans l’optique d’un second tour qui s’annonce des plus serrés avec Ségolène Royal (51% pour elle, 49% pour lui) - notamment à cause d’importantes défections dans les rangs centristes - les reports des voix lepénistes constituent un enjeu majeur pour la victoire finale.

Finalement, Nicolas Sarkozy reste confronté au dilemme qui se pose à la droite néo-gaulliste depuis près de vingt ans : marcher sur les terres frontistes afin de se garantir un bon report de voix lepénistes, ou porter un discours plus modéré pour séduire ce fameux marais centriste qui fait basculer une élection. En développant, depuis la crise du CPE, un discours de plus en plus social-républicain, on peut penser qu’il tente une sorte de syncrétisme dans lequel ces deux franges de l’électorat retrouveraient chacune une part de leurs aspirations, sociales pour les électeurs centristes, autoritaires pour les lepénistes.

Plus d’infos :

Le baromètre "présidentielles" TNS -SOFRES / Le Figaro / RTL / LCI (election-presidentielle.fr)



Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (308 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Paldeolien (---.---.3.15) 18 octobre 2006 10:45

    Juste pour dire que.

    Le sondage cité n’est pas vraiment représentatif, il porte sur uniquement 100 suffrages.

    Sur le site votez2007.com, la plus forte progression et la plus régulière va a François BAYROU, ici, la préférence se porte sur François BAYROU et ce candidat est ouvertement soutenu. 4395 votes AGORAVOX, 100 votes pour le sondage cité dans l’article.

    Lequel est le plus représentatif de l’opinion public ???


    • Bonjour Tristesse (---.---.142.247) 18 octobre 2006 15:55

      Bayrou. Le projet :

      « ëtre premier ministre du gagnant qu’ il soit de gauche ou de droite »

      Il ratisse large le Bayrou !!!!!


    • Paldeolien (---.---.3.15) 18 octobre 2006 17:58

      Deuxieme fois que je vous demande ou vous avez vu de telles élucubrations !!!

      Auriez vous quelques problèmes de surdités ou de compréhension ?


    • Paldeolien (---.---.3.15) 18 octobre 2006 17:59

      Pouf pouf patapouf !


    • Olivier MARTY (---.---.82.21) 31 octobre 2006 15:47

      Le nombre ne fait pas la représentativité. Si sur un vote virtuel on fait voter des lecteurs du Figaro par exemple, Sarkozy gagne sans lever le petit doigt. Si on fait voter des lecteurs de l’Huma, c’est le futur condidat PC qui gagne. Maintenant, si on prend dans la population des échantillons représentatifs (5% d’agriculteur, 35% d’ouvrier, 35% d’employés...) on peut approcher un résultats assez représentatif (à x% près). 4395 votes ne veulent strictement rien dire dans des conditions fondamentalement floues.


    • btr999 (---.---.178.54) 3 novembre 2006 15:44

      Voilà utilement rappelée la définition d’un sondage. Un petit échantillon représentatif vaut mieux qu’un gros échantillon partisan ou non fiabilisé.


    • chantecler (---.---.4.246) 18 octobre 2006 11:15

      poufpouf:ces sondages ne sont que des manipulations,on devrait les appeler les condages !


      • Fabienne Piniarski (---.---.28.244) 18 octobre 2006 11:52

        A l’heure où notre société se débat avec des problèmes presque incommensurables, il est alarmant de voir que les sondages d’opinion continuent de faire la pluie et le beau temps de cette manière, sans AUCUNE garantie d’aucune sorte de sérieux : on a vu le résultat des sondages le 21 avril 2002 où aucun organisme de sondage n’avait vu juste.

        Alors nous DEVONS nous interroger sur la légitimité des sondages : pourquoi ceux-ci ne seraient-ils pas réalisés en direction des élus ?!

        Si c’était le cas, il y aurait une image plus crédible des sondages, et il serait (enfin) UTILES à tout le monde !!!


        • Pruls (---.---.49.3) 18 octobre 2006 21:38

          dans la meme idée :

          A quoi servent des sondages si les sondés savent que leur réponse va influencer les enarques ?

          En d’autres termes, les sondés répondent ils franchement ?


        • Voltaire Voltaire 18 octobre 2006 11:53

          Le dernier sondage ifop révèle au contraire une baisse de Mme Royal (-4%) au profit de Bayrou (+4), qui atteint les 12% en cas de duel Sarko-Royal (il est même au second tour en cas de duel Sarko-Fabius...). Comme quoi, il faut se méfier des sondages actuels, peu représentatifs, et ne pas oublier les marges d’erreur ( 3-4 % !).

          Actuellement, les sondages reflêtent des popularités (boostées par l’exposition plus ou moins médiatique des candidats) plutôt que de vraies intentions de vote. Seules les tendences sur quelques semaines peuvent être significatives (et à ce sens en effet, la montée de Bayrou semble se confirmer).

          Il faudra attendre le début 2007, avec la connaissance de tous les candidats réélements présents dans la course, et les projets/programmes de candidats, pour avoir une estimation plus fiable des intentions de vote.


          • François Kraus François Kraus 18 octobre 2006 17:18

            Voltaire,

            je souhaitais juste te signaler que le sondage auquel tu fais référence (ifop) relate des évolutions par rapport au mois de juin (près de 4 mois !) et donc n’est absolument pas comparable aux dernières vagues du mois d’octobre.

            Cdt


          • Paldeolien (---.---.3.15) 18 octobre 2006 18:01

            Que pensez-vous de ce graphique ?

            l’aime bien moi ^^


          • T.B. (---.---.21.162) 18 octobre 2006 22:45

            Il n’y a pas Mourguy parmi les petits candidats de cette élection virtuelle (et payante il me semble). Peu importe s’il ne totalise que 0,0001 % des voix. Pour moi, cest lui ou blanc si on devait voter dimanche.


          • Paldeolien (---.---.113.239) 19 octobre 2006 22:55

            Peu importe T.B.

            L’essentiel est que ton bulletin représente un mouvement d’idées. Le blanc ne représente pas grand chose sinon un ras le bol...C’est pas cool de votez blanc pour les candidats qui ont les moins mauvaises idées...car cela leurs enlève du poids dans la balance parlementaire.


          • miaou (---.---.205.138) 18 octobre 2006 12:07

            Cette manie de taper sur les sondages... Les sondages sont un outil interessant, mais dont il faut naturellement connaître les limites (ce ne sont pas des boules de cristal) :
            - ils représentent un instantané de l’opinion à un instant t (or, cette opinion est de plus en plus volatile)
            - tout sondage possède une marge d’erreur (de l’ordre de 2%) ; comme la gauche et la droite sont souvent au coude au coude, il est difficile de déterminer quel candidat est en tête.
            - les Français ayant connaissance des sondages peuvent changer d’avis (mais il est difficile de déterminer dans quel sens)

            Malgré toutes ces restrictions, les sondages sont utiles pour déterminer les grandes tendances , les évolutions (à condition de ne pas surinterpréter des différences de 1 ou 2 %) ou les points forts et faibles d’un candidat (milieu socio-professionnel à cibler, thématiques utilisées...)


            • Popeux (---.---.106.71) 18 octobre 2006 19:46

              L’incertitude rélative est plutot de 3/4 points que de 2 sur un tel échantillon.

              En considérant en plus que cet échantillon soit représentatif de la population...

              Les sondages c’est de la merde. Je vous le dis en connaissance de cause, j’en bouffe toute la journée.


            • Sam (---.---.116.120) 18 octobre 2006 12:49

              Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec Sarko !Ca suffit avec..

              L’auteur se serait bien avisé de regarder les questions que les sondages NE POSENT PAS.

              Deux sujets au moins : les hommes politiques, les institutions. Ils ne sont pas mis en question.

              Un thème, au moins : les idées. Exemple, "tel parti propose dans son projet de privatiser tel truc, tel parti propose dans son projet de ne pas donner de voix à..Les sondages sur des mesures incarnant des idées n’existent pas, systématiquement. Il y a bien des sondages genre « que pensez-vous de la création de tel viaduc », ou autre.

              Ps de sondage proposant une batterie de questions uniquement centrées sur des propositions concrètes (c’est-à-dire, de réalisations physiques ou de mesures législatives, financières, administratives...).

              C’est dire combien les sondeurs sont faignants, combien ils nous prennent pour des boeufs.

              N’oublions que comme disait E. Hall, chercheur de l’Ecole de Palo Alto, Californie, « l’information, c’est la différence qui fait la différence ».

              Au risque de me répéter, le commentaire borduré d’une information faible ne peut donner qu’une conscience entravée.


              • chantecler (---.---.4.246) 18 octobre 2006 13:51

                @ Sam:sur l’interaction:Palo Alto 1965.74.P.Watzlavick...


              • Sam (---.---.116.120) 18 octobre 2006 21:24

                Sam :sur l’interaction :Palo Alto 1965.74.P.Watzlavick

                Mea maxima culpa ! C’est vrai, j’ai mélangé, E.Hall est de la même école, si je me souviens bien, et je le lisais à la même période. smiley


              • Fabienne Piniarski (---.---.76.178) 18 octobre 2006 12:52

                Ne pas apprécier les sondages, est-ce une « manie » ou alors est-ce une expression populaire qui montre un certain désaccord avec ce type d’information qui vient en quelque sorte s’immiscer dans la conduite des élections ?! Pour ma part je penche pour la deuxième solution.

                Les sondages viennent avant les campagnes officielles et n’ont rien d’officiel : c’est là tout le problème ! Ils sont payés par des organismes de presse à des moments qui sont seuls déterminés par ces organismes.

                Ils conduisent l’opinion publique vers la voix de l’élection, là où ils devraient être une indication des intentions de votes des élus et montreraient par là la réalité sur le terrain.

                Si vous êtes satisfaits de la situation actuelle de notre pays, mais par-delà, de celle du monde au niveau politique, alors c’est que vous n’êtes pas bien intelligents et je peux comprendre en ce sens que les sondages dans leur état actuel vous satisfassent !


                • capitaine.iglo (---.---.24.186) 18 octobre 2006 13:10

                  J hallucine , je reve Un sondage avec moins de 10 % pour le borgne A croire que personne ne prend la temperature de ce qui se passe actuellement. UN VRAI CONDAGE C SUR


                  • thomas 18 octobre 2006 13:21

                    vous nous gonfler avec ce genre d’article creux.


                    • LE CHAT (---.---.75.49) 18 octobre 2006 13:35

                      tu as raison captain igloo , 70% rien que pour le couple mediatique sarko-sego , on nous prend vraiment pour des cons .les electeurs ne se laisseront pas si facilement bipolariser C’est certain que le borgne fera bien plus , et il n’est pas le seul . Les sondages sont un instrument de manipulation pour ceux qui controlent les médias


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 octobre 2006 13:43

                        Je ne suis pas un fan de Sarko, mais question sondage,...attendons celui qui viendra près les « festivités de fin d’année » !

                        P@py


                        • Lui (---.---.178.61) 18 octobre 2006 14:09

                          LES SONDAGES D’OPINION POLITIQUE DEVRAIENT ETRE INTERDIT.

                          ON SAIT TRES BIEN QUE TOUT CECI JOUE EN FAVEUR DU BIPOLARISME UMPS VOULU PAR LES INDUSTRIELS, NOTAMMENT LES MEDIAS(TF1)ET QUE CECI CONDUIT LES CANDIDATS A PROPOSER UNE OFFRE POLITIQUE EN FONCTION DES EVENEMENTS ET NON UN PROGRAMME PERSONNEL MUREMENT REFLECHI.


                          • Rantanplan (---.---.4.246) 18 octobre 2006 14:22

                            jevaisfairelasieste.


                          • tal (---.---.20.233) 19 octobre 2006 09:12

                            @ Lui

                            Vrai, mais tu peux le dire sans crier.

                            Au besoin prend une petite camomille avant de te coucher.


                          • arthur (---.---.200.233) 18 octobre 2006 15:28

                            Article partisan


                            • Bonjour Tristesse (---.---.142.247) 18 octobre 2006 16:04

                              Ah bon, sur Agoravox, il y a des articles sur les présidentielles 2007 et les candidats qui ne sont pas partisans ?

                              J’ai pas encore trouvé...

                              Merci de me renseigner.


                            • Mémoire moins courte que d’autres (---.---.70.21) 18 octobre 2006 15:39

                              Dans l’histoire de la 5ème république, il n’est jamais arrivé que les favoris de l’opinion et des médias 6 mois avant l’élection soient encore là au 2ème tour, voire même au 1er tour de la présidentielle...

                              Rappelez-vous Balladur, Rocard, et d’autres avant eux !

                              Alors, qui sera réellement là en mars 2007 smiley ?


                              • Panel non-représentatif ! (---.---.64.135) 18 octobre 2006 15:51

                                que sarkozy se balladurise est une bonne nouvelle !

                                que royal se rocardise est plus triste !

                                on va avoir DupontAignan/Bayrou/StraussKahn au premier tour !

                                Dans les instituts de sondages il y aura beaucoup de hara-kiri !


                                • ralpol (---.---.20.101) 18 octobre 2006 15:54

                                  Sondage, sondage, Nicolas, Royal, c’est le meilleur qui gagnera, ne vous en faites pas ! ne soyons pas dupes de celle qui rase gratis ! Strauss-Kahn lui a remonté les bretelles ! laissons Nicolas agir et réagir ! tout le reste n’est qu’élucubration et bavardage !Ne vous préoccupez pas trop de Nicolas ! il va la bouffer !


                                  • CHKDSK (---.---.64.135) 18 octobre 2006 16:05

                                    la politique :il faut faire 1.75 m ! srako n’aurait même pas du être minustre de l’intérieur !


                                  • Bonjour Tristesse (---.---.142.247) 18 octobre 2006 16:12

                                    ralpopol

                                    Ah bon DSK lui a remonté les bretelles... pour le moment c’est plutôt Ségolène qui lui a fait pan pan sur le cul cul...

                                    Elle va le croquer le Sarko !!!


                                  • Sam (---.---.116.120) 18 octobre 2006 21:26

                                    il faut faire 1.75 m

                                    C’est petit, comme critère. smiley


                                  • Léon Nabot (---.---.71.55) 18 octobre 2006 16:19

                                    Le seul but du petit Nicolas alias « Iznogood » c’est d’être kalife à la place de Chirac,peu importe les moyens,s’il le fallait ils enjamberait des cadavres sur les escaliers de l’Elysée.Il est encore pire que Chirac car en politique internationale,il s’alignerait sans problème sur Bush (ce que quand même ne fait pas Chirac).Ce type n’a aucun scrupule,il ferait même des messes noires si le fallait.S’il est élu, j’émigre et je ne serais pas le seul.


                                    • Rantanplan (---.---.237.238) 18 octobre 2006 19:40

                                      oh oui:nous irons en Hongrie !


                                    • patrick patrick 21 octobre 2006 12:43

                                      @leon nabot

                                      Et bien moi je me tire d’un pays qui sera assez stupide pour voter pour le vide !

                                      On peut être de droite ou de gauche mais encore faut il un peu de contenu. Je comprend qu’un électeur de PS votre pour DSK qui est capable d’analyse et de proposition voir même pour FAFA s’il croit au grand soir mais voter pour le vide et la demago...

                                      Jospin reviens , ils sont devenus fou ! (mort de rire)


                                    • LE CHAT (---.---.75.49) 18 octobre 2006 16:24

                                      s’il se rate en 2007 , sarko pourra toujours se présenter aux municipales à Eu (76) , on aura enfin un petit maire d’Eu


                                      • Bourricot Zerth 18 octobre 2006 16:28

                                        Bonijour,

                                        Je me permets de saisir l’occasion pour affirmer que le sondage sur agoravox portant en première position Bayrou n’est en rien représentatif.

                                        Posez-vous simplement la question de savoir quel est le public qui vient sur ce site. Il ne répsente sûrement pas la mosaïque de la population française.

                                        Et ce constat s’applique à l’ensemble des sondages. Comment peut-on affirmer être réprésentatif avec un échantillon d’un millier d’opinions. Alors que les 42 millions d’électeurs potentiels sont autant d’individus que de sensibilités différentes. Les sondages effectués par les organismes d’enquête d’opinions fonctionnent sur la base de catégories.

                                        Or, il est clair et prouvé, que la catégorisation n’a rien de réelle. Les opinions ne naissent pas de notre appartenance à une catégorie mais de notre expérience propre, notre milieu familial, notre milieu d’habitation, notre entourage et notre vécu.

                                        Amicalemennt,

                                        Zerth

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès