Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des symboles et pas d’actes : une campagne à la con

Des symboles et pas d’actes : une campagne à la con

Une campagne pour les cons à expliquer aux nuls ? Des citoyens réunis pour un dîner de cons scotchés à l’écran où la mise en scène médiatique déploie un sérieux incontestable pour faire vivre cette campagne pourtant jugée ennuyeuse. L’émission la plus emblématique s’intitule « des paroles et des actes ». Une formule aux antipodes du déroulement de cette campagne menée à grands coups de déclarations, d’intentions, de propositions souvent futiles, parfois irréalisables mais qui flattent l’entendement moral du citoyen grâce à un contenu symbolique évident. En plus de ces interminables gloses technocratiques, batailles de chiffres et autres bavardages réformistes, les petites phrases fusent. Bretteurs de salon et autres chipies de cirque médiatique y vont de leur imaginaire sémantique qui ne restera pas dans les annales du printemps des poètes. Mais l’effort doit être salué. Hollande mollasson a dit JFC. Marine le Pen et son sketch des parrainages déclare NKM. Putain, Hollande étrille Sarkozy peut-on lire et NKM de répliquer que le camp socialiste s’affole à cause d’un sondage vite démenti le soir par un autre qui donne 4 points d’avance à Hollande et pour finir, un journal américain qui titre sur Nicolas le Pen. Alors que la presse commente interminablement le Brasillach de Jean-Marie et sa valse de Strauss sans Kahn alors que sa fille était invitée pour un bal à Vienne. Et l’avenir des Français dans tout ça ?

Quand on ne peut changer les choses on change les mots a dit Jaurès. Sans doute François Hollande s’en est-il inspiré en suggérant de supprimer le mot race de la Constitution. Comme si ce geste avait une incidence sur la vie des gens. Que le mot race soit supprimé ou pas, la perception des gens ne changera pas. Car l’ostracisme est universel et si les circonstances s’y prêtent, l’homme aboiera contre celui qu’il juge mauvais parce qu’il est différent. Cette campagne ne propose pas vraiment de dessein national ni même européen. Des paroles, des paroles et quelques symboles. Il faut déclarer que les riches doivent contribuer à l’effort financier national. Quitte à annoncer des propositions irréalisables. Taxer les exilés fiscaux part d’une intention louable mais comme le savent les politologues, cette éventualité n’est pas possible dans le contexte des conventions européennes. Tout comme du reste la fermeture des frontières avec des Etats membres qui impliquerait une sortie de l’Europe. Sarkozy ne fait que jouer sur des symboles. Les paroles prononcées ne peuvent être suivies d’actes. Excepté l’acte de voter exercé par des citoyens satisfaits et flattés d’être compris à travers ces manipulations mentales. Et puis toutes ces prétentions, affichées par Sarkozy, Bayrou et d’autres, à vouloir transformer des systèmes comme l’éducation ou les urgences au mépris des compétences professionnelles de ceux qui, sur le terrain, connaissent mieux les problèmes. Mais on leur pardonnera. Pour exister dans la campagne, il faut une idée par jour.

Si la campagne politique prend cette forme, c’est certainement à cause de la stratégie de marché employée par les partis et visant à occuper le maximum de fenêtres médiatiques. A chaque intervention, il faut se faire remarquer et lancer une idée, une phrase, un symbole, une pique contre l’adversaire. Cela fini par une guerre des boutons. C’est à celui qui parvient à éviter que le spectateur n’appuie sur le bouton de la télécommande pour zapper le programme ou éteindre le poste. Des symboles et pas d’actes. On oubliera vite cette campagne. Les événements du monde vont rattraper les Français. Mais pour l’instant, il faut imprimer sur l’électeur, influencer l’opinion. Alors rien de plus efficace, surtout en France, que la manipulation de symboles et d’émotions. Il faut flatter, impressionner, choquer, provoquer, cliver, diviser, et assommer le citoyen pour en faire un électeur sommé de placer le bon bulletin dans l’urne. Parfois, il faut désigner des coupables, l’immigré, la mondialisation, l’assisté, l’euro, l’Europe et c’est efficace pour faire diversion. Inutile donc d’en appeler à la raison, ni à la vision à long terme ou aux graves enjeux de société. Une règle du jeu non signée et non écrite s’est installée. Elle est acceptée par tous les candidats. Elle consiste impacter les cerveaux populaires afin qu’ils se souviennent des paroles de campagne et votent en fonction de cette inclination. Les candidats ne s’adressent pas à l’intelligence politique ou alors c’est très rare. Et les médias ont trop tendance à faire de cette campagne un cirque médiatique. Et le cirque finit par lasser les gens.

Que dire de plus sur cette campagne aussi ennuyeuse que le dernier disque de pony pony run run ? Peut-être pourrions-nous enquêter sur cette vie politique qui s’avère si nulle. Il semble qu’il y ait quelques raisons d’ordre culturel et historique. Les partis sont-ils le maillon faible de la politique française ? Quoi qu’il en soit, il faut faire avec et réjouissons-nous de vivre dans un pays démocratique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • credohumanisme credohumanisme 14 mars 2012 09:09

    Cette campagne des « antis » est insupportable.

    Anti-immigrés, anti-assistés, anti-riches, anti-halal, anti-« race dans la constitution », anti-Schengen, anti-gauche, anti-droite, anti-« avortement de confort », anti-patrons, anti-Europe, anti-dépenses, anti-austérité, anti-« mademoiselle », anti-référendum …

    Mesdames, messieurs les candidats nous voulons des propositions qui puissent changer notre vie, qui puissent donner une perspective à notre pays.

    Cessez de vous définir par opposition aux autres défendez vos projets plutôt que de démolir ceux des autres. Cessez de nous faire croire que vous n’êtes d’accord sur rien. Ayez le courage de dire que, sur certains points, il peut, il devrait y avoir des consensus à trouver.

    Nous sommes las des petites phrases, des débats démagogiques, des propositions qui n’ont pas de sens.

     

    .


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 mars 2012 15:02

      Ouais, enfin en même temps...

      On le dit à chaque fois, que « la campagne ignore les vrais sujets », « on ne parle pas des vraies questions » etc...

      Messieurs les suffisants, indiquez nous quel sujet peut, éventuellement, être digne de vous intéresser, SVP  smiley


    • Tall 14 mars 2012 09:13

      Elle est limite anorexique la NKM ... quand elle rougit on dirait un themomètre


      • NKM VAMPIRRELA....ELLE A LES DENTS SI LONGUES....

        sondages contradictoires............giacometti et sont institut ont été « achetés » par l’élysée.

        les sondeurs sont propriétés des patrons du cac...40.....donc...leurs sondages ne valent rien

        QUE LA VRAIE GAUCHE PASSE AU 2EME TOUR C EST CELA QUI EST IMPORTANT
        A 54 OU 60% C EST UN DETAIL......................

        ON NE PEUT LAISSER LES MAFIEUX DE L UMP CONTINUER A VENDRE LA FRANCE.....EN TRANCHES COMME L IMMOBILIER DE PARIS...


        • Balian of Ibelin Balian of Ibelin 14 mars 2012 11:49

          @Bernard dugué

          Vous avez raison, quel candidat dégage actuellement du charisme,
          et propose un projet cohérent à long terme pour la France ?

          Que de la gestion à la petite semaine, et des propositions bidons qui ne visent
          qu’à faire de la surenchère médiatique et rallier les gogos écervelés..
          (taxer le bénéfice mondial des entreprises, etc..)

          Par contre « réjouissons-nous de vivre dans un pays démocratique » me laisse perplexe..
          Quand on voit la mainmise d’une certaine caste sur le pouvoir en France, et la soumission
          des médias...

          Merci pour votre article.


          • Catart Catart 14 mars 2012 21:20

            hola,

            Tout d’abord merci à Bernard pour ce bon article. Il dit avec civilité et bons mots ce que nous avons envie de gerber dans la rue...je veux dire ce ras le bol de mensonges et de refus de parler des problèmes des français.
            Perplexe je le suis aussi et nous le vérifirons samedi lors de notre conférence de presse au café du croissant où 5 petits candidats accuseront.
            Même ici il y a barrage notre communiqué de presse pour la conférence de samedi refusé et notre article sur « 2012 l’année du vote blanc » bloqué...

            BRAVO LA DÉMOCRATIE DU JOURAL CITOYEN 

            On est à plus de 90 articles pour Mélenchon ...ce qui est très bien... mais pas de place nous dit on pour un seulement 2ème article sur le vote blanc...étrange non...il est certain que pousser à voter dans le sens du ras le bol des français « 82% des français refusent les politiques » cela risque en cas de succès du vote blanc de porter sur le trône non un président mais un ridicule.

            A lire communiqué de presse « les 10 bonnes raisons de l’appel du 17 mars » et pour le vote blanc « 2012 l’année du vote blanc » sur :

            http://www.indigne-je-propose.fr/


          • Soi Même 14 mars 2012 11:51

            Sarko c’est tellement discrédité pendant 5 ans, ce n’est pas lui qui présente un danger, c’est bien son entourage d’aréopage malodorant.


            • kalagan75 14 mars 2012 12:50

              aucun de nos polititiens n’ose dire que nous allons « morfler grave » et c’est bien ce qu’il va arriver . Le peu de courage de nos dirigeants va envoyer notre pays dans un gouffre sans fin .
              Leur seul objectif est le pouvoir ( éventuellement l’argent + les aventages en nature qui vont avec )


              • COVADONGA722 COVADONGA722 15 mars 2012 07:01

                yep , perso je m’en cogne de Flamby mais la derniere du leader minimo grand défenseur de la republique je la trouve gratinée
                Pour le grand meeting  de Nicolas sarkozy dimanche à Villepinte, il fallait mettre le paquet. Pas question de laisser des sièges vides. Le Canard enchaîné de ce mercredi nous révèle comment l’UMP a réussi à faire affréter deux cars par une association musumane du 93. Bug, les bus étaient séparés : hommes dans le premier et femmes dans le second.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès