Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dette publique : Merci la Droite !

Dette publique : Merci la Droite !

Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, la dette publique ne cesse de se creuser. Un nouveau palier a été franchi en 2007 avec l’élection de Nicolas Sarkozy et la mise en œuvre de nouvelles mesures fiscales, injustes et très coûteuses.

La politique fiscale et budgétaire menée par la droite porte une responsabilité écrasante dans l’explosion de la dette, qui avait commencé bien avant la crise de 2008. En réduisant les recettes publiques dans des proportions alarmantes, en étant incapables de renforcer la croissance, les politiques fiscales entreprises depuis 2003, et encore plus depuis 2007, ont des conséquences catastrophiques pour les Français.

Démantèlement du système de protection sociale et des services publics, redistribution des revenus à rebours, effets macroéconomiques désastreux et véritable politique de purge budgétaire, les Français paient la facture des cadeaux fiscaux aux plus aisés.

Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, les politiques budgétaires et fiscales menées par la droite ont provoqué une envolée des déficits et de la dette publique. Loin de stimuler la croissance et les rentrées fiscales, les mesures adoptées ont réduit les recettes, aboutissant à un creusement la dette de l’Etat alors que les collectivités locales ont pris en charge son désengagement croissant, sans déséquilibrer leurs comptes.

Une dette croissante depuis 2003

Depuis 2003, la dette publique ne cesse de s’accroître alors que le gouvernement de Lionel Jospin était parvenu à la faire reculer durablement en pourcentage du PIB. Elle s’envole à partir de 2007. Malgré une croissance supérieure à 2% par an entre 2004 et 2007, les gouvernements de droite ne sont pas parvenus à réduire l’endettement, au contraire.

La dette publique s’établit au quatrième trimestre 2009 à 1489 milliards d’euros, soit l’équivalent de 77,6% du PIB (10 points de plus en un an), alors qu’elle était sous la barre des 60% en 2002 (58,8%).

Le résultat de huit ans de gouvernement de droite : une augmentation de la dette de près de 65% !


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 1er septembre 2010 09:52

    la dédette qui monte qui monte qui monte...


    • Alpo47 Alpo47 5 septembre 2010 08:00

      Il apparait aujourd’hui totalement flagrant que la Droite au pouvoir « sert la soupe » aux plus riches. Notamment quelques centaines de familles. Or, comment faire pour perpétuer la domination de cette classe numériquement ultra minoritaire, mais qui détient tous les leviers du pouvoir ?

      Si le Pouvoir utilisait l’impôt, surtout avec des prèlèvements proportionnels, cette classe d’ultra riches se verrait ponctionnée d’une partie de ses revenus. Les politiques, ont donc conçu un système de niches fiscales, qui sont autant de placements qui permettent d’échapper à l ’impot et ... d’augmenter son capital. Actuellement, seuls les crétins mal conseillers ont recours au bouclier fiscal, tellement les possibilités sont nombreuses d’échapper à l’impot.

      Ajoutons les réformes des lois sur l’héritage qui vont leur permettre de transmettre tranquillement le patrimoine à leurs enfants, donc de perpétuer leur domination.

      Deuxième système pour servir la caste dominante : les emprunts garantis par l’’Etat. Ceux ci, sont essentiellement pourvus par les « zinzins » ou les gros patrimoines. Donc vont également leur permettre ... d’augmenter leur capital, plutôt que de voir celui ci diminué par l’impot.

      On voit donc que le choix de diminuer les impots et d’emprunter sur le marché, sert uniquement les grosses fortunes. Tout va bien, ce sont les « mandants » du pouvoir libéral en place.

      Combien de temps ce système prédateur va t-il continuer, sans que l’immense majorité dise « Ca suffit ! » ?


    • Alpo47 Alpo47 5 septembre 2010 08:24

      Ou, en synthèse ...

      Souscrit par les plus riches et remboursé par les « classes moyennes » (dernières à payer l’impot), l’emprunt d’Etat sert surtout à transférer encore plus de capital vers les ultra-riches.

      Si Robin des Bois volait aux riches pour donner aux pauvres, la Droite prend aux plus modestes pour enrichir davantage ceux qui le sont déjà.


    • Cogno2 1er septembre 2010 10:14

      Ce que refusent de voir les adeptes de la droite.

      Pour eux, les causes sont les aides sociales (leur poils se hérissent à ce simple mot : « social »), les 35h00, bref, tout ce qui ne rapporte pas directement et immédiatement, car leur vision est celle d’une taupe.
      A aucun moment, les aides pour ceux qui sont déjà gavés de pognon ne sont citées.
      Oeillère et mauvaise foi sur fond d’égoïsme.l

      Enfin, y a bien monsieur islamisme et monsieur 68 qui vont venir répéter leur rengaine habituelle, et peut être la daniella qui vote pour ceux qui la prenne pour une conne, et qui en est fière.... comme quoi ils ont raison finalement.


      • slipenfer 1er septembre 2010 11:03

        A qui doit-on 1489 milliards d’euros ?
        Punaise on a bien des imprimeries en France,
        on fabrique 1489 milliards en billets et on envoie
        le tout par cargo a oncle picsou
        simple ,efficace,pas cher. smiley


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 5 septembre 2010 00:44

          Et tu ruinerais les milliardaires qui vivent de la rente et qui s’engraissent sur notre dos.
          Gauchiste !

           smiley smiley


        • Traroth Traroth 1er septembre 2010 11:05

          J’entends un bruit de gros sabots... On ne va pas tarder à nous balancer des trucs du genre « vous voulez revenir à l’époque de Jospin le trotskyste » et autres fines remarques, hors-sujets mais comme il n’y a pas d’argument contre ce que dit l’auteur, on est bien obligé de recourir aux vannes idiotes pour ne pas rester sans réponse, pas vrai ?


          • tchoo 1er septembre 2010 11:26

            On diminue les recettes fiscales (sous prétexte de relance de l’économie) qui n’ont rien relancer du tout.
            Mais les dépenses restent les mêmes, d’où le creusement du déficit.

            Alors maintenant c’est forcément la faute aux dépenses trop importantes si le déficit se creuse.

            C’est une démarche néo-libérale d’appauvrir l’état sous prétexte de redonner du dynamisme à la société :

            ce n’était pas le credo de la france, surtout depuis le programme du CNR (pas inventé pour rien celui-là), c’est devenu celui de nos hommes politiques depuis longtemps y compris ceux de la pseudo gauche nommé PS.
            Sarkho en est devenu le champion, parce qu’il veut être le premier partout !


            • Bodhi 1er septembre 2010 12:47

              Ah, vive la libre pensée !

              Le coup classique du tableau trafiqué. On rogne une partie du tableau, on change l’échelle sur l’axe des ordonnées ou des abscisses. Et hop, le tableau dit ce qu’on veut.

              Quand on voit le tableau on ne dit plus seulement « Merci la droite » mais aussi « Merci la gauche » et surtout merci les capitalistes et en particulier les libéraux.

              Merci d’avoir créer et perpétuer ce système qui nous oblige à nous endetter.

              Merci grâce à vous l’Etat a enfin trouvé les arguments pour se débarrasser de la fonction publique : hôpitaux, éducation, recherche... Pour mieux les transférer vers le secteur privé.

              Comme ça il y a plus d’égalité face aux soins, à l’éducation.

              Après il y a les naïfs qui vont dire, non mais à gauche on ferait jamais ça. J’ai envie de leur répondre oui mais à « gauche » ils ont pas remis en cause ce système d’endettement, donc ils le cautionnent. Quand on ne fait rien pour détruire l’argument et la cause principale du démantèlement de la fonction publique, on est complice.

              Aller plus que 1 an et six mois pour ne pas aller voter. De toute façon voter pour qui ou pour quoi, ça changera pas.


            • anvil mac lipton anvil mac lipton 1er septembre 2010 15:01

              Heu, dans votre pièce jointe, on voit tout de même qu’en pourcentage du PIB, la dette :
              - augmente de pente en 1986
              - revient à une pente modérée en 1988
              - réaugmente vers 1993
              - se stabilise puis décroit entre 1997 et 2002
              - réaugmente entre 2002 et 2005.
              Il faut noter qu’entre 2005 et 2007, la dette diminue « massivement » : c’est le résultat de la cession des actifs rentables de l’état (par exemple les sociétés d’autoroute) à des investisseurs privés (et non le résultat d’une politique vertueuse)

              Donc, grâce à votre graphique, qu’il faudrait confronter à l’évolution de l’économie mondiale, et à celle du PIB, on peut dire que du strict point de vue de la dette, en effet, les gouvernements de droite ont adoptés des politiques plus génératrices de dette que les gouvernement de gauche ces dernières années.
              Ceci ne veut pas dire que la politique économique de la gauche était plus efficace (il faudrait étudier la rentabilité du privé également pour conclure au niveau de l’état, et donc comparer avec le PIB total), mais je doute fortement qu’on puisse trouver un intérêt à l’appauvrissement de l’état et à l’enrichissement conjoint des investisseurs privés....


            • kiouty 1er septembre 2010 11:59

              « Démantèlement du système de protection sociale et des services publics »

              Mais c’était le but dès le début !!!


              • heliogabale boug14 1er septembre 2010 12:10

                Il y a eu plusieurs caps dans l’évolution de la dette :
                jusqu’en 1980, la dette =20% du pib
                de 1980 à 1986 la dette monte de 20 à 40 % (Les nationalisations ont eu un coût)
                de 1986 à 1990 stagnation
                de 1991 à 1995 envolée de la dette de 40 à 60 % du PIB (récession de 1993, mauvaise gestion, le crédit lyonnais etc)
                de 1996 à 2002 maîtrise puis baisse du ratio (notamment grâce à la croissance de 1997 à 2000, mais également pressions de l’UE pour respecter les critères de Maastricht)
                de 2002 à 2006 : le ratio monte puis baisse mais le déficit public est entièrement dû au paiement des intérêts donc pas de déficit primaire.
                depuis 2007, le grand n’importe quoi qui nous mène à la ruine
                Les torts sont partagés mais sous Sarkozy, on défie les règles basiques du bon gestionnaire, il disait qu’il fallait gérer la France comme un bon père de famille, il serait facile de conclure sur ses qualités de père de famille mais je ne le ferai pas...


                • LOKERINO LOKERINO 1er septembre 2010 13:46

                  en général , la droite solde les dépenses non provisionnées de la gauche 

                  ou la droite assainit le budget (ex Juppé pour qualifier la France pour l’euro) et la gauche fait du clientelisme dans une période pourtant favorable au desendettement (ex Jospin emplois publics, 35h)
                   ....puis la droite « repaye » les pots cassés

                  Stupide ?
                  Pas plus que la « demonstration » de votre article !


                  • Cogno2 1er septembre 2010 14:21

                    Stupide ?

                    Complètement, le principe du gentil et du méchant est d’une rare stupidité.


                  • PhilVite PhilVite 1er septembre 2010 15:03

                    Au bout du compte, la bonne question ne serait-elle pas : « A qui profite la dette ? »

                    (43 milliards d’euros payés pour les simples intérêts en 2009, si je me souviens bien)

                    Je crains que « Gauche » ou « Droite » n’aient rien à voir là-dedans.


                    • pastori 1er septembre 2010 18:23

                      « la droite c’est la dette ! » dit le titre.

                      la droite c’est pas que ça :

                      c’est aussi l’égoïsme du « chacun pour moi »
                      c’est l’arrogance des nantis pour les plus démunis
                      c’est le vol et la magouille pour parvenir à la richesse et au pouvoir la r
                      c’est dépenser en une nuit en champagne l’équivalent d’années de salaires.
                      c’est appauvrir le monde pour s’enrichir
                      c’est se conduire en négriers auprès de ses salariés
                      c’est empocher les aides de la solidarité nationale et délocaliser l’usine, jettant à la rue ceux qui l’ont crée............

                      il faudrait 6 pages.


                      • Castor 1er septembre 2010 18:27

                        Encore un gentil binaire démago...


                      • LOKERINO LOKERINO 1er septembre 2010 20:29

                        pastori c’est le sectarisme

                        la gauche c’est :

                        c’est aussi l’égoïsme du « clientelisme », profs, fonctionnaire et autre protégés

                        c’est l’arrogance de la pensée et le mepris des adversaires politiques

                        c’est le vol et la magouille pour parvenir à la richesse et au pouvoir l( urba , mnef, conseil general bouche du rhone et la liste est sans fin .. 

                        c’est dépenser en une nuit en champagne l’équivalent d’années de salaires. ( cf les bonnes conscience de gauche du show bisness...)
                        c’est appauvrir les productifs pour s’enrichir les improductifs et autre parasites

                        c’est se conduire en négriers auprès de ses salariés (cf Segolene Royal condamnée)

                        c’est empocher les aides de la solidarité nationale et augmenter les impots locaux pour se construire des palais regionnaux

                        .


                      • anvil mac lipton anvil mac lipton 2 septembre 2010 19:39


                        « c’est aussi l’égoïsme du »clientelisme « , profs, fonctionnaire et autre protégés »
                        Et la droite c’est actionnaires, grands patrons, propriétaires et troisième âge ?

                        « c’est l’arrogance de la pensée et le mepris des adversaires politiques »
                        Lefèbvre ? Balkany ?

                        "c’est le vol et la magouille pour parvenir à la richesse et au pouvoir l( urba , mnef, conseil general bouche du rhone et la liste est sans fin .. « 
                        Louise-Yvonne Casetta, affaire Bétencourt, Chirac, Carignon, Balkany (bis), Santini, EPAD, île de la Jatte, frégate de Taïwan, Angolagate, Woerth...

                         »c’est dépenser en une nuit en champagne l’équivalent d’années de salaires. ( cf les bonnes conscience de gauche du show bisness...)« 
                        Le Fouquet’s, le yacht de Bolloré, les réceptions de la mairie de Paris sous Chirac, la garden-party de l’Elysée, l’airbus de Sarko, les voyages en avion des ministres ? Johnny Hallyday, Sardou qui font des fêtes... Vous pensez vraiment que ce sont les gens qui votent à gauche qui ont l’argent en France ?

                         »c’est appauvrir les productifs pour s’enrichir les improductifs et autre parasites« 
                        Quand vous parlez des improductifs, vous parlez des retraités, des rentiers, des actionnaires, des familles nombreuses catholiques ( »croissez, multipliez« ) ? Vous pensez qu’ils votent à gauche ?

                         »c’est se conduire en négriers auprès de ses salariés (cf Segolene Royal condamnée)« 
                        Il est connu qu’aucun politicien de droite n’a jamais été condamné. Et que les patrons sont tous d’infâmes gauchistes, il n’y a qu’à voir les discours communistes de Parisot, et les résultat des négociations entre syndicats de patrons et syndicats de salariés... On fait le ratio ?

                         »c’est empocher les aides de la solidarité nationale et augmenter les impots locaux pour se construire des palais regionnaux« 
                        Bouclier fiscal, hold-up sur les fonds de formation, privatisation des autoroutes, détournements (Balkany, Chirac, Carrignon, Noir, etc.), transferts de coméptences aux assureurs privés, appartements de fonctions (Gaymard, Estrosi), enveloppes de Dassault à Corbeil...

                        Sans die que les politicien,s de gauche, ou que »les gens de gauche" soient vertueux, honnêtes, etc., ne croyez vous pas que votre message est totalement à côté de la plaque, partial, inexact sur le fond, et ne peut laisser penser que l’une des trois choses suivantes :
                        - vous n’avez aucun moyen d’information i,dépendant sous la main, vous ne lisez que le Figaro, et ne regardez que TF1 (à la rigueur LCI)
                        ou bien
                        - vous êtes totalement inintelligent, et vous ne vous rendez pas compte de ce que vous dites
                        ou bien
                        - vous faites preuve d’une totale mauvaise foi assumée, et vous tentez de faire de la propagande politicienne. Après tout, diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose.


                      • pastori 1er septembre 2010 18:47

                        si tu a des arguments développe au lieu de dire des conneries comme d’habitude.

                        quelle est la phrase qui ne teplait ou qui serait fausse ? 
                        dis nous toi les bons cotés de la droite pour le plus grand nombre ! si tu en connais.


                        • Castor 1er septembre 2010 18:53

                          Il n’y a rien de ce que tu dis dans ton post que l’on ne pourrait dire d’un mec de gauche.


                          Généraliser à outrance est le signe d’une vision tronquée, et je ne parle même pas de l’intelligence du propos.

                          Sauf erreur de ma part, je n’ai rien constaté de probant dans les programmes de la gauche qui se sont succédés.

                          Le jour où tu posteras tes commentaires sous une autre forme que sous celle d’une imprécation démagogique et binaire (j’insiste), on pourra reparler de développer nos discussions.

                          D’ici-là, Tchao !

                        • ELCHETORIX 1er septembre 2010 20:26

                          Le vrai pouvoir est le pouvoir économique , pour cette dette abyssale , il suffit de redonner à l’état le pouvoir d’émettre la monnaie donc redonner à la banque de France son rôle premier comme avant POMPIDOU , l’agent des ROTCHILDS !
                          Ensuite , nationaliser toutes les banques privées et compagnie d’assurances de l’ HEXAGONE !
                          De cette manière la dette sera absoute pour ne pas dire éteinte !
                          RA .


                          • pastori 1er septembre 2010 21:26

                            lokerino, castor.

                            je me base sur mon vécu. la droite (ou plutôt le capitalisme sauvage que la droite défend bec et ongles) gouverne toute l’Europe au moins depuis la guerre.

                            cela a totalement échoué partout, n’a créé que guerres, tueries, misères et désespoir.
                            il faudrait être pour ? applaudir ? en redemander ?

                            la totalité de ceux qui se sont emparés du monde et qui exploitent ceux qui travaillent sont de droite. comme c’est bizarre !

                            bétencour, bouygues, dassault, ......la liste est longiue...les grands banksters.. sont tous de droite.
                            ils vivent comment ? comme moi ? ils travaillent réellement combien d’heure par jours ? ils perçoivent en échange l’équivalent de centaines d’années de labeur d’un ouvrier !

                            comment moi qui ait travaillé dur 45 ans à leur profit, pour n’avoir que le minimum vital, pourrais- je les applaudir.

                            si vous êtes masos c’est votre problème, moi, les coups de pieds au cul, je n’en redemande pas.


                            • titi 1er septembre 2010 22:02

                              Faut pas mettre ces échecs personnels sur le compte des autres.


                              Vous avez travaillé 45 ans.
                              Vous êtes donc de ceux qui ont commencé à travaillé pendant les « 30 glorieuses ».
                              Epoque ou avec un CAP tourneur ajusteur on pouvait devenir cadre supérieur... voire bankster..

                              Où étiez vous


                            • Castor 2 septembre 2010 17:07

                              Tu as raison, Pastori.

                              D’ailleurs, partout où la gauche a pu laisser des traces, on s’éclate dans la joie, la bonne humeur et l’opulence.
                              ça doit d’ailleurs être pour cette raison qu’il n’y a jamais eu de guerre dans ces pays et que le modèle s’exporte si bien.

                            • pastori 1er septembre 2010 23:25

                              echec personnel ? tu veux savoir.

                              cadre sup banque-assur, en partant de bac-2 mon pote. il y a pire comme échec.
                              mais les milliards que j’ai engrangé, c’est le patron qui les a gardés et il n’en a pas fait lourd .
                              il n’était pas de gauche bien sûr voyons ! normal.

                              moi je vis (pas trop mal) c’est tout. et pourtant j’en ai fait lourd.

                              à 10 ans de sa retraite, il a vendu la boite à des anglais. des milliards.
                               5 ans après 30% du personnel qui avaient fait la valeur de la boite ont été virés par le nouveau patron anglais. pas par non rentabilité. par délocalisation chez lui, la-bas.
                              j’ai heureusement pas vécu ça.

                              -"combien allez vous cette année faire progresser votre chiffre d’affaire
                              ( mon !)  et contenir vos frais (mes frais !)  qu’ils disait !!


                              ma fierté c’est d’avoir aidé un max les clients et mes collaborateurs, c’est à dire compagnons de rame. aucune différence entre eux et moi.

                              être de gauche mon cher, ce n’est pas soutenir aubry, dupont ou durand. pas de guide !
                              les hommes sont ce qu’ils sont, pas toujours fiables. les idées par contre....

                              mais c’est d’avoir des valeurs humanistes et les appliquer, à chaque instant !


                              • ffi ffi 2 septembre 2010 03:21

                                Lis mon message en dessous (Loi 73-7), tu comprendras pourquoi, c’était le plein-emploi pendant les 30 glorieuses et pourquoi la génération qui a suivi n’a jamais pu avoir mieux que des petits bouts de contrats malgré des niveaux Bac++.

                                Pour une gauche humaniste, verser l’intégralité de l’impôt sur le revenu des contribuables au comptes des rentiers, ne devrait être une bonne chose..

                                Mais quand on lui propose de restaurer la souveraineté monétaire pour contourner le problème, elle s’exclame : jamais, c’est du fascisme ! Ou bien jamais, c’est du communisme ! ça dépend du parti...

                                Bref, en accord avec ses « valeurs humanistes » qu’elle pratique à chaque instant, la gauche continue de promouvoir le pillage des biens de la Nation et de précipiter toujours d’avantage à la misère sa jeunesse.

                                Parmi les bonnes intentions affichées, il y a les sincères, dont la réalisation peut échouer.
                                Parmi les bonnes intentions affichées, il y a les hypocrites, qui sont dites pour tromper.


                              • LOKERINO LOKERINO 2 septembre 2010 07:34

                                curieux quand m^me de n’avoir que le minimum de retraite après avoir travaillé 45 ans dans la banque assurance et finir cadre sup !!
                                Ou sont les retraites complémentaires , retraire cadre , assurance vie,participation ?

                                Si l’on croit ce que vous écrivez ,drôle de façon de penser dans ce milieu ! vous deviez dénoter..

                                Après nos réponses caricaturales ne sont qu’une adaptation a vos positions tout aussi caricaturales et sectaires

                                 

                                Quand vous parlez des ravages de l’utra capitalisme en Europe il doit y avoir mal- donne..

                                En effet, dans des pays comme la France où la dépense publique représente plus de 50% du Pib on est loin du libéralisme ni du capitalisme sauvage si on se rend compte du carcans et de la lourdeur des lois et règles sociales dans ces pays..

                                Au fait , vous connaissez un autre modèle politique qui a fait mieux pour le bonheur de ses citoyens individus ou collectivement ?
                                Le collectivisme façon ex Urss ?, le capitalo-communisme de Pekin ? 


                              • ffi ffi 2 septembre 2010 13:16

                                Parler de libéralisme, capitalisme, socialisme, communisme, c’est déjà donner un tour idéologique à des questions qui devraient être abordées concrètement.


                              • pastori 2 septembre 2010 16:27

                                et alors ?

                                 j’ai les retraites auxquelles j’ai droit après mon parcours. bien entendu. il ne manquerait plus que ça !

                                mais quand j’ai le patron a 1 million. pourtant il ne s’est pas trop fatigué. !

                                et c’est quoi par rapport à ce qu’on a engrangé mes collèges et moi au seul bénéfice du patron ?

                                vous deviez détonner0 dans ce milieu......croyez pas ça, une grande partie des cadres étaient de gauche car ils avaient accès aux comptes de l’entreprise et leur formation les mettaient en mesure d’apprécier entre ce qu’on leur demandait et ce qu’ils avaient.

                                par contre, bien souvent beaucoup d’employés au cerveau lavé et impressionnés par le puissant de base se disaient « de droite » !

                                ce n’est pas exceptionnel, ce sont les classes moyennes les plus éduquées qui sont le plus souvent humanistes et de gauche.


                              • Castor 2 septembre 2010 17:11

                                « .croyez pas çaune grande partie des cadres étaient de gauche car ils avaient accès aux comptes de l’entreprise et leur formation les mettaient en mesure d’apprécier entre ce qu’on leur demandait et ce qu’ils avaient. »


                                Donc, on est de gauche par jalousie ?

                                Moi qui pensais que c’était par convictions...
                                J’suis déçu, tiens...

                              • titi 5 septembre 2010 22:25

                                @Pastori,

                                Si je comprends bien ce qui vous embête c’est pas ce que vous touchez c’est que quelqu’un touche plus que vous.
                                Alors disons que votre patron a touche 1000 fois ce que vous avez touché. Vous jugez cela anormal. Et si je vous dis que vous touchez 1000 fois ce que touche un prolétaire chinois, êtes vous prêts à partager ? Bah non.
                                C’est le socialisme à géométrie variable.

                                Qui plus est je relève quelques points :

                                « j’ai les retraites auxquelles j’ai droit après mon parcours. bien entendu. il ne manquerait plus que ça ! »
                                Bien comme beaucoup de francais vous n’avez rien compris au système de répartition. Ce qui est grave que on pense à tous les gens qui vont descendre dans la rue alors qu’ils n’ont rien compris. Pendant votre carrière, vous n’avez pas cotisé pour vous. Vous avez cotisé pour les retraités. Et maintenant il faut que les actifs de maintenant cotisent pour vous. Sauf que des actifs y ’en a pas..

                                J’ai aussi relevé qu’après la vente de votre société les nouveaux propriétaires ont demandé plus de rentabilité.
                                J’en conclue donc que votre ancien boss n’était pas si mauvais que ca, puisqu’il se contentait d’une rentabilité moyenne.

                                Lorsque vous affirmez que ce sont les salariés qui font la valeur de votre entreprise, je pense que vous ne connaissez pas grand chose à l’achat / revente d’entreprise.
                                La valeur d’une entreprise, c’est rarement, (à part pour des marques reconnues et dans ce cas c’est la marque qu’on achère plus que l’entreprise) ce qu’est l’entreprise au moment du rachat que ce que pense en faire l’acheteur.

                                Enfin, et c’est tout simple, ce qu’à fait votre patron, qu’est ce qui vous a empecher de le faire à sa place ? 


                              • ffi ffi 2 septembre 2010 03:03

                                @ l’auteur,
                                vous adoptez une vision extrêmement réductrice sur ce sujet.
                                La dette vient de la loi 73-7 (décret de Pompidou) qui oblige l’Etat à emprunter sur les marchés monétaires, aux banques commerciales.
                                En clair, cela signifie que :
                                - avant l’état ne paye pas d’intérêt sur la dette.
                                - après, il en paye (et il a déjà remboursé autant qu’il en doit encore).

                                Je me demande bien toujours pourquoi la gauche, pourtant si généreuse, ne s’est toujours pas emparée de ce sujet. En effet,

                                - Philosophiquement, il est illogique que la Nation, qui représente le bien commun, doive payer une taxe aux intérêts privés.
                                - Il est injuste que l’intégralité des impôts sur le revenus viennent alimenter les pensions des rentiers.
                                - Il s’agissait d’un acquis du conseil de la résistance.
                                - Si les investissements privés sont en défaut pour garantir les besoins populaires, alors la Nation doit pouvoir prendre le relais sans dépendre de ces dits intérêts privés sui se refusent à leur devoir.

                                Ce problème de la dette n’a donc aucun sens : puisque l’argent s’imprime, il ne coûte rien à produire, il n’y a donc aucune raison de bloquer les investissements Nationaux qui rétabliraient le plein-emploi, selon ce qu’avait établit le CNR.

                                C’est incroyable de constater combien les militants de gauche sont tenus à l’écart de cette problématique.

                                Bref, sans souveraineté monétaire, droite ou gauche creuseront les déficits. Ignorer le problème de la souveraineté monétaire, c’est vouloir ou l’aggravation des déficits, ou le démantèlement de l’état à moyen terme.


                                • Proudhon Proudhon 5 septembre 2010 18:56

                                  Il est vrai que cette histoire d’intérêts de la dette payés aux banques privées est une des principales escroqueries des années Pompidou et consorts (Bien entendu, ancien dirigeant de la banque Rotschild), n’y voyez je vous en prie aucun conflit d’intérêts.
                                  Par contre que les gouvernements socialistes ne soient pas revenus sur cet état de fait prouve explicitement qu’ils sont de droite. Ce qui me fait peur pour l’avenir, c’est de voir revenir ces pseudo-socialistes au pouvoir. Tant que les abrutis du peuple de gauche n’auront pas changé de vision politique en éliminant le parti socialiste au premier tour àl’avantage d’un vrai parti de gauche, tout recommencera comme avant dans le meilleurs des mondes néolibéral.

                                  Pensez àl’avenir de vos enfants bordel...


                                • titi 5 septembre 2010 22:13

                                  Pour ne pas être pris dans l’engrenage des intérêts de la dette,
                                  il suffisait de ne pas générer cette dette...

                                  Le déficit et donc la dette, devraient être l’exception : années de crise ou investissements.
                                  Or le déficit en France c’est la manière de gouverner.

                                  Que ce soit droite ou gauche.

                                  D’ailleurs le graphique de l’auteur, c’est le ratio dette/pib.
                                  La dette n’a absolument pas baissé sous Jospin. A aucun moment le budget n’a été excédentaire, bien qu’avec l’épisode de la « cagnotte » des abrutis aient pu le croire. Simplement le PIB a été doppé par la bulle internet. Le dénominateur augmentant plus vite que le numérateur, alors le ratio baisse.


                                • Fergus Fergus 5 septembre 2010 13:32

                                  Bonjour, Arnaud, et merci pour ce rappel utile.

                                  Personnellement cela fait longtemps que je dénonce cette réalité dont peu de gens ont une conscience réelle. Votre article vient donc à point nommé faire un état des lieux utile qu’il faudra sans aucun doute renouveler et appuyer lors de la campagne de 2012.

                                  Et sans doute auriez-vous pu ajouter que Sarkozy est le champion toutes catégories de la dette. Une dette qui a brusquement enflé lors de ses passages au budget (sous Balladur) pui su aux Finances et maintenant à la présidence. Incompétence ou irresponsabilité ? Les deux probablement !


                                  • Le péripate Le péripate 5 septembre 2010 17:09

                                    Moi qui n’aime pas l’inflation de textes législatifs, il y a pourtant une loi simple qui empêcherait l’endettement de l’État.
                                    Interdiction de dépenser plus que les recettes, c’est à dire les impôts .

                                    Pas compliqué, pour une fois.

                                    Accessoirement la possibilité de censurer un budget par référendum, local ou national.


                                    • sonearlia sonearlia 5 septembre 2010 18:26

                                      A lire, ici, et


                                      • gf.delhomme 5 septembre 2010 22:36

                                        au niveau finance, à mon avis La seule chose qui compte c’est l« évolution du PIB mondial.

                                        citons au passage et approximativement le livre d’urantia 

                                        ( ouvrage reçu en écriture automatique au debut du sciècle dernier, envoyé par des gens qui s’y connaissent puisque qu’ils ont a gerer des miryades de civilisation au dela de la terre )

                                         »un individu peut choisir d’être pauvre, mais une société se doit être riche" 

                                        bref et si j’ai bien compris vaut mieux quand même vivre tous riches que tous pauvres,

                                        et c’est pas forcément plus facile

                                        ça veut dire pricipalement ne gacher aucunes ressources humaines

                                        1) ne pas faire que poser des chiottes et monter des cloisons à einstein , gainsbourg, adjanie etc.. c’est brider dans l’interet personnel ce qui peut servir à tous

                                        2) idem ne pas transformer marie curie, la callas en prostituée, c’est contre productif pour tout le monde même si ça fait éventuellement plaisir à deux ou trois

                                        2) limité l’intéret sur le linkage de la société productive, rôle qu’ont les bourses, ce rôle est indispensable à l’évolution de la société, il ne doit absolument pas être confié en dernier lieu aux ordinateurs, incapable d’apprécié la réalité d’un futur sociétaire

                                        la bourse est un exercise d’éthique sociale, la possibilité d’agir en bourse ne devrait être confié qu’aux élus, ou a des collèges de sages, et les bénéfices sur les transaction engrangés par les états,

                                        ce qui n’est pas pareil que de faire une taxe sur les intérêts financiers qui vont acrroître la domination des crapules et des magouilles sur les marchés

                                        cette taxe veut dire, faite ce que vous voulez du tissus induistriel et collectif du moment que ça nous rapporte directement, et non plus à long terme.

                                        3) aucn encouragement de l’oisiveté, si elle n’est pas justifiée par une finalité positive pour tous, mais cette finalité doit être libre, c’est dans le respect de la liberté que le bas blesse, donc assistanat uniquement avec contre partie volontaire quelqu’elle soit

                                        4)interressemnt de chaqu’un à la richesse du monde, par exemple retour pur chaqu’un sur le pib mondial, 

                                        plus tu aide tout le monde plus tout le monde touche

                                        ça a déja été essayé sur des entreprises, synergie garantie

                                        4) limitation de l’enseignement à la base permettant de continuer à apprendre par soi même.

                                        le pouvoir des professeurs est devenus énorme et scérosant, au point de les aliéner eux même, et encore je ne parle pas des gouroux ,’ véritable infantilisation de la personnalité ; et des gouroux il y en a partout, c’est en général ceux qui se sont organisé pour être incontournable, ils ne sont plus au service des autres, mais les autres au service d’eux même )

                                        la scérose de l’enseignement sur le corps social sape l’initiative et la personnalité des gens, or c’est la seule chose qu’une société ai besoin pour avancer, d’autant plus que l’esprit de corps fait désigner comme bouc émiissaire ceux qui sont les meilleurs éléments du futur.

                                        retrouver pour chaque état le symbole du monde, 

                                        or le monde ne peut être qu’en équilibre financier, puisque rien n’en echappe, et le monde ne peut pas non plus virer les gens sans les détruire, ce qui veux dire que le phénomène de l’exclusion n’est pas acceptable dans une visée globale, et ce à tous les niveaux des groupes humains, 

                                        ( sauf les gens qui s’excluebnt eux même d’un système par prise de conscience, ce droit de réorienter sa vie et non celle des autres est inaliénable, c’est la différence entre une société et une dictature )

                                        ce qui m’amène à une conclusion peu ortodoxe

                                        c’est qu’il y a un lien entre la dette et l’exclusion non voulue, ( les bon gestionnaire d’ailleurs font feu de tous bois ) 

                                        l’aspect financier de la dette n’en serait que la conscéquence 

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès