Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Deux éléphants qui ne peuvent pas se voir

Deux éléphants qui ne peuvent pas se voir

Dans quelques mois maintenant, une fois sélectionnés par leur propre camp, les candidats, réduits à deux seulement, se rencontreront une dernière fois pour n’en faire plus qu’un. Si chez les démocrates c’est Hillary Clinton qui risque fort d’emporter le lot, face à un Obama qui aura grignoté progressivement son écart, mais qui ne pourra pas empêcher le rouleau compresseur Clintonien de passer, chez les républicains la lutte s’est annoncée plus serrée pour finir par retomber sur McCain, le vétéran dans tous les sens du terme, qui sera donc adoubé par le parti de l’éléphant auquel appartient Georges W. Bush. Dans un dernier meeting électoral, le président en exercice viendra donc soutenir officiellement le candidat McCain, en le félicitant, en le prenant dans ses bras comme les Américains savent si bien le faire, afin de réaliser le cliché indispensable pour montrer l’unité indispensable et indéfectible du parti. Une image idyllique, à un seul détail près : les deux hommes, du même bord politique, se détestent cordialement. McCain a des raisons pour cela, et elles sont suffisamment graves et profondes pour qu’on y revienne ici même. Tout les oppose ou presque. W. Bush, depuis 2000, a tout fait pour torpiller son ancien collègue. Avec des méthodes fort peu ragoûtantes.

En 2000, déjà, McCain souhaitait obtenir l’investiture du parti. Né sur une base militaire au Panama d’un père amiral (dont le père l’était aussi et fut lui un héros de la bataille de Leyte !), véritable héros de la guerre du Vietnam, ayant connu pendant plus de cinq ans les geôles communistes du Nord-Vietnam, l’homme avait tout du militaire décidé, plutôt tête brûlée, une image forte qui commençait à percer alors dans l’opinion inquiète de la tournure des événements dans le monde. L’homme bénéficiait en prime d’une réputation extraordinaire de chanceux : le 29 juillet 1967, il avait échappé par miracle à une mort atroce, son Skyhawk ayant reçu sur le pont de son porte-avions Forrestal un tir accidentel de roquette Zuni tirée d’un F-4 Phantom qui fera 134 morts au total, les images de l’époque montrant un pont entièrement dévasté.

Ce n’était pas la première fois qu’il avait eu de la chance. En 1958, son avion d’entraînement s’était déjà crashé dans la baie de Corpus Christi, lors d’un atterrissage en difficulté, McCain ayant été sonné au passage. En Méditerranée, son jet volant trop bas cisailla un jour des lignes électriques, lors d’un vol au-dessus de l’Espagne, l’appareil réussit à rentrer à la base, mais tout juste. Son troisième crash le fut lors d’un retour de Philadelphie, le réacteur de son avion d’entraînement ayant pris feu, il fut forcé de s’éjecter pour atterrir sur une plage. Les deux autres le furent à bord de son Skyhawk, le premier détruit comme indiqué, le second descendu par un missile SAM au-dessus du Nord-Vietnam, lors de sa 23e mission de combat qui se termina par sa capture. Aviateur un peu casse-cou, mais pilote de chasse avéré, sans discussion possible. L’homme, qui a été retenu cinq ans par les Vietcongs, a du mal à digérer une chose, lors de cette fameuse investiture : son opposant est tout l’inverse : il n’a quasiment jamais mis les pieds dans un siège éjectable de chasseur, uniquement pour faire la photo, et ne sait même pas faire voler le petit Cessna de son ami milliardaire, alors qu’il se vante d’avoir piloté à plusieurs reprises un F-102, le Dagger, un engin plutôt délicat à piloter. Alors qu’on le trouve plutôt sur les registres des vols sur T-33 réputé avion bien plus tranquille (c’est celui de Tanguy et Laverdure !).

Pire encore : pendant que McCain se faisait descendre au Vietnam, W. Bush avait demandé à faire partie de la Garde nationale au Texas... afin d’éviter d’y aller. Entré en 1970 pour un engagement de six ans, il cesse de voler dès 1972. Son unité est surnommée "Champagne Unit" tant elle regorge de fils de familles ou de fils d’hommes politiques désireux d’avoir leur garçon dans un endroit tranquille. L’un bombarde les ponts du Nord-Vietnam pendant que l’autre fait sauter les bouchons de champagne ! Le premier ; qui été décoré par Richard Nixon en personne, tempête contre l’autre, jugé vil usurpateur de carrière militaire. En 2004, un événement le met à nouveau en rage : le Pentagone annonce avoir détruit par mégarde des microfilms. Dedans, ceux contenant les registres militaires de W. Bush en Alabama, que des journalistes avaient indiqués comme trafiqués. Indignés, des vétérans proposent aussitôt 50 000 dollars à quiconque produirait un témoignage sur la présence de W. Bush dans la Garde nationale. Quatre ans après, aucune personne n’a déposé. McCain s’était déjà étranglé une première fois, le 8 mai 2003, jour où ce fanfaron de Bush se pose à bord du porte-avions USS Abraham Lincoln en appontant sur un S-3BViking. Bush en descend en tenue de pilote... en affirmant que c’est lui qui pilotait ("Yes, I flew it. Yeah, of course, I liked it"), alors que tout le monde sait que pour faire apponter un pareil engin il faut une qualification qu’il ne possède absolument pas (sans oublier les remarques que fera plus tard le véritable pilote, disant "qu’il a fallu l’empêcher de toucher à tous les boutons"). McCain crie au scandale quand il apprend la facture, transmise par des amis démocrates. La visite aurait pu se faire en hélicoptère, le porte-avions, détourné de sa route de retour de mission, n’étant qu’à quelques encablures seulement de San Diego ! Chez les maquettistes, on s’arrache les décalques : c’est pas tous les jours qu’un fou du manche à balai laisse son nom sur la carlingue.

Finalement, MacCain, en 2008, réussit à venger l’affront du discours de Bush ("infamous 2003 “mission accomplished” speech") en finissant sa campagne de Caroline du Sud, le 18 janvier dernier à bord du successeur USS Yorktown, coulé en 1942, le second étant un porte-avions qu’avait connu son... grand-père, et qui a servi au Vietnam... (et à la récupération de la cabine Apollo 8). De même qu’on dit ici la Royale pour la Marine, McCain, descendant de deux générations d’amiraux et pilote de la Navy se considère comme faisant partie de la "royauté navale" et, en privé, ne se gêne jamais pour railler Bush, le fils à papa politicien, fort mauvais aviateur de la Garde nationale, de la grande confrérie aéronautique des planqués.

Lui-même détenu des geôles vietnamiennes et sauvagement torturé, il s’est violemment opposé à Bush en proposant un amendement, le McCain Amendment 1977 réprimant l’usage de la torture sur les prisonniers, un texte de loi visant particulièrement Guantanamo. Un amendement sur lequel l’administration s’est vite assis, après avoir feint de le mettre en place. McCain a alors été pris au piège de passer pour un pacifiste s’il dénonçait le non-respect de sa proposition, laissant le champ libre à la CIA de mettre en marche la gégène. McCain, ce jour-là, aura au moins eu la satisfaction de défendre une idée qui l’honore.

McCain candidat républicain, mais pas celui soutenu par le clan des néo-cons de l’équipe Bush : autant McCain déteste Bush, autant ce dernier et son entourage lui rendent bien. En choisissant par exemple ouvertement un autre candidat, tel Mitt Romney, rejoint récemment par Elisabeth (Liz) Cheney, la propre fille du vice-président Dick Cheney. Un cas d’école comme ralliement : sa sœur Mary est lesbienne, vient d’avoir un enfant en mai dernier, et Romney, républicain bon teint a tourné casaque sur le cas de l’homosexualité après être devenu gouverneur du Massachusetts. A en perdre des électeurs dans son propre camp, à base de Mormons bien obtus (et bien tartignoles il est vrai ). Cheney, gêné un temps par l’homosexualité révélée de sa fille a fini par en faire une arme pour passer pour un père attentif ou plus souple qu’il ne paraissait. Ce dont McCain semble s’être inspiré en choisissant de laisser bloguer à tout va sa fille Meghan, 23 ans, blonde à RayBan, au style plus que déluré, sa première fille avec sa seconde femme. L’air du temps, assimilé et accepté par ce candidat de 71 ans, toujours à part ("maverick") dans un milieu républicain jugé conservateur. Le ralliement de Bush à Romney plutôt que McCain s’explique très bien. Chez les Bush, on avait caressé un temps l’idée d’un ticket Romney - Geb Bush, le frère gouverneur de Floride, en proposant des hommes et des femmes pour ça. L’équipe de campagne du mormon a ainsi emprunté aux proches de W. Bush, comme Ann Woods Herberger, sa directrice financière. L’idée n’est pas saugrenue : le vice-président est uniquement choisi par le président, aucune loi ne le force à quoi que ce soit pour choisir (Kerry aurait pu être celui de McCain en 2000 !) et Geb pourrait ainsi obtenir un poste-clé, sans avoir à rien faire : "run on the national ticket without having to run for the ticket.” C’est pour ça que l’équipe Bush soutient davantage Romney : pour placer au mieux le frangin ! Quatre ans vice-président, la rampe de lancement parfaite pour la présidentielle de 2012 ! La question épineuse de la religion de Mitt Romney n’est déjà plus un problème pour les Bush. Leur intérêt commun, c’est... Geb Bush.

Pour battre un adversaire, en politique, tous les moyens sont bons. Nous sommes dans le sprint final de l’élection de 2000, il ne reste que deux candidats républicains : McCain et W. Bush. En Ohio, en Californie (l’Etat le plus peuplé) et à New York (un Etat à lui tout seul), des publicités télévisées anti-MacCain apparaissent comme par enchantement quelques jours avant le choix final. L’Ohio est crucial pour emporter l’adhésion totale. On y voit le visage de McCain avec en arrière-plan un ciel sombre d’air pollué. Double message, mais c’est la défense de l’environnement selon W. Bush qui est vantée. Quand on sait ce qu’il pense des accords de Kyoto, vu d’ici ça paraît gros. Là-bas, ça marche sans problème, Bush devient subitement beaucoup plus "vert". McCain est accusé de voter contre les énergies renouvelables et Bush loué d’avoir fermé les dernières centrales électriques au charbon "qui polluent". On trouve vite celui qui a payé les annonces : c’est Sam Wily, industriel qui venait juste de revendre deux compagnies de software spécialisé J2EE pour 7,9 milliards. En 2006, Wily technologies sera acheté par Computer Associates pour 375 millions de dollars, CA rachetant par la même Instroscope, sa solution SAP. La presse, indignée, téléphone à l’industriel pour lui demander si le futur président a été mis au courant : ’’Absolutely not’’, répond-il avec un incroyable aplomb. La loi interdit aux adversaires de faire une contre-campagne durant ce délai, mais n’interdit pas un particulier de dépenser son argent comme bon lui semble pour soutenir un candidat ! Des liens évidents existent pourtant : Wily et ses frères ont déjà donné 200 000 dollars pour les deux campagnes de W. Bush et de son frère en tant que gouverneur du Texas et de Floride. Il est aussi à la même époque un "pioneer", à savoir qu"il a déjà donné plus de 100 000 dollars pour la campagne présidentielle en cours. Celui qui devient vraiment vert, c’est McCain, qui passe pour un rétrograde en environnement dans les trois Etats où les spots sont passés. Roué, l’homme prend sa revanche quelques années après, en s’associant avec un... démocrate, Russ Feingold, il fait adopter une loi surveillant de près le financement des campagnes électorales : aujourd’hui, le coup de Wily ne pourrait plus se reproduire ! Ceci pour l’une des mémorables attaques subies de la part de l’équipe Bush, mais ce n’est pas la pire de toutes...

L’origine véritable de la haine tenace entre les deux candidats débute exactement dans le New Hampshire en 2000. McCain, au sortir de ce vote, possède alors 19 % de voix de plus que Bush, une avance énorme ! L’Etat suivant devient primordial pour les deux camps : si la Caroline du Sud verse McCain, c’en est fini définitivement des chances de W. Bush. C’est compter sans le pouvoir de nuisance du principal conseiller de W. Bush, un dénommé Karl Rove. L’homme va déployer toute sa science à traîner l’autre candidat dans la boue, en tenant des propos abjects et en faisant circuler une rumeur immonde. Il en a les moyens : c’est lui qui imprime les dépliants des deux candidats, et il possède une société de phoning, qui peut appeler chaque quartier qui vient de recevoir le dépliant, car il en possède le plan de routage. McCain, revenu brisé de sa guerre du Vietnam avait décidé d’adopter une petite fille du Bengladesh, une orpheline de Mère Thérésa. Une petite fille de 3 mois à la peau noire, affublée d’un bec de lièvre, n’ayant pas le type indien trop marqué, ressemblant plutôt à une Noire-Américaine, prénommée Bridget. McCain, fier de son adoption, l’avait fait figurer sur ses genoux dans une photo de son dépliant. Elle a alors 8 ans. Rove va faire téléphoner dans chaque maison une heure après la distribution de la profession de foi en ne posant qu’une seule question "que pensez-vous d’un Blanc qui a une fille noire" ? Laissant ouvertement entendre qu’il s’agit d’une fille illégitime et non d’une fille adoptée. Les appels furent tous anonymes et tous répartis selon le plan de distribution des papiers officiels de McCain. On ne demandait pas d’y répondre, ils étaient destinés simplement à créer le doute dans les esprits des électeurs. Un professeur d’université conservateur, devenu plus tard procureur, tombé dans le piège va même envoyer des mails où figure la question "que penser d’un homme qui accepte d’avoir des enfants hors mariage"... Le mail fera le tour du pays... et McCain perdra la Caroline du Sud, et plus tard le droit de devenir le représentant des républicains. Le professeur, interrogé plus tard sur sa responsabilité dira "bon d’accord, il n’a pas eu d’enfant en dehors du mariage, mais pouvez-vous prouver qu’il n’en a jamais eu "... Exactement le principe même de la rumeur, infondée mais tellement destructrice ! McCain est anéanti : s’il avait répondu aux attaques de Rove, c’eût été pire encore, on aurait laissé entendre qu’il se défendait car, c’est bien connu, "il n’ y a pas de fumée sans feu".

C’est comme cela que Bush a fait campagne dans son propre parti, en utilisant tous les coups tordus et imaginables pour abattre son grand rival McCain qui l’a longtemps devancé. A partir de là, McCain ne peut que lui retenir un chien de sa chienne. Sa meilleure revanche serait de devenir enfin président en 2008, et de révéler ce qu’il sait sur la montée en guerre contre l’Irak, et comment l’Amérique y est arrivée.

Ne rêvons pas : McCain est persuadé que Ben Laden est derrière tout ça et n’a recommencé à supporter W. Bush qu’après le WTC, en 2001. Il souhaite ardemment rester en Irak : il ne VEUT pas d’une seconde humiliation comme celle du Vietnam. Il y sera pourtant bien contraint... par le budget américain, qui n’est pas éternellement extensible. Mais il n’est pas encore sûr d’obtenir l’investiture : Romney a de l’argent, beaucoup d’argent, et n’oublions pas que l’équipe des coups tordus qui travaille dans l’ombre de la famille Bush est toujours à l’ouvrage, même si elle ne fait plus partie officiellement du gouvernement depuis l’été dernier. Le "push polling" de Karl Rove, surnommé le "Goebbels américain", peut encore faire bien des dégâts. Ce que McCain a bien compris : en Caroline du Nord, l’homme qui conduit sa campagne républicaine, c’est Charlie Condon, un ancien procureur... c’est le même qui avait répandu la rumeur à propos de Bridget McCain, aujourd’hui âgée de 16 ans. "Si vous ne pouvez pas les battre, recrutez-les", dit TheNation. Il faudra attendre le 6 mai pour savoir si sa tactique a été efficace. La démagogie peut encore l’emporter, même si sa victoire en Floride est très encourageante.

Ces deux-là se haïssent donc cordialement : il n’empêche, on les verra bientôt la main dans la main, annoncer sur scène que McCain est le seul rempart pour vaincre Hillary Clinton. A 71 ans et avec huit ans de règne de W. Bush, McCain, contraint et forcé à embrasser le diable, hérite d’un véritable boulet. Le même qui lui avait coupé les jambes en 2000.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • morice morice 4 février 2008 12:08

    PS : le lien sur le f-102 qui ne marche pas c’est ici.


    • Didier B Didier B 4 février 2008 12:34

      John Mc Cain n’en est pas à sa première couleuvre avalée ; il avait déjà pactisé avec Jerry Falwell dont il déclarait en 2000 qu’il était "une source d’intolérance". (Le bon pasteur est décédé en mai 2007)

      Alors, accepter le soutien de G.W.Bush ne sera pas un si grand sacrifice, d’autant plus que, comme indiqué dans l’article, ils se retrouve sur la necessité de rester en Irak, et d’augmenter le nombre de soldats sur le terrain.


      • morice morice 4 février 2008 12:35

        Ah, en voilà un qui suit. Merci Didier B, votre prénom me plaît bien.


      • aigle80 aigle80 4 février 2008 12:37

        Ah le rêve americain en prend encore un bon coup,existe-t-il encore du reste ?Cette campagne n’est guère passionante et plutôt triste à l’image du pays qui sombre de plus en plus.Aucun des candidats ne me passionne vraiment ! Une consolation cependant H.Clinton semble avoir des chances et là je me dis, naïvement peut être, que Bill sera derriere pour la conseiller c’etait quand même le moins pire des derniers présidents non ? affaire à suivre.


        • patrice69 patrice69 4 février 2008 13:01

          En tant qu’electeur américain, je vous annonce que je voterais pour Obama s’il est candidat ou pour Hillaty Clinton. Et j’espère que Mr Bush paiera pour ses crimes *

          * Voila, maintenant que les excités doivent être calmés, on va pourvoir glisser deux ou trois remarques sans se faire traiter de troll, fasciste and co, juste parce que l’on met un bémol à un propos orienté à gauche.

          On nous a expliqué il n’y a encore pas si longtemps que l’amérique avait très largement basculé "à gauche".

          J’ai l’impression qu’il va être assez cocasse de voir nos médias tenter de justifier pourquoi les républicains ont gagnés... car ce sera à mon avis la surprise (pour nous francais, les américains savent que ce n’est pas joué.).

          J’entends déjà Morice nous dire que c’est parce que ce sont de sales cons racistes (si Obama n’est pas élu), ou de sales machos retrogrades (si ce n’est pas hillary qui est élue). A l’image des médias qui ont une nécro toute prête pour la mort du Pape, Maurice a du déjà préparer ses papiers.

          Et je crois que je ne pourrais pas lui donner tout à fait tort. Car sincèrement, pensez-vous que une femme, ou un noir, dans ce pays religieux, et toujours relativement raciste, ont une chance face à un héros du vietnam, qui condamne la torture et à des positions de "gauche" ? Et bien moi, non...

          Je précise que je met "gauche" et "droite" entre guillements car il est assez cocasse de voir les francais s’imaginer que républicain=ump et démocrate=socialistes. Alors qu’il faudrait plutôt écrire republicain=front national très dur, et démocrate= UMP très dur. Mais c’est tellement plus sympa d’étendre son camp à toute la planète ? Hein ? I On est plus nombreux dans le troupeau et ca fait du bien.

          Quant à ton article, mon cher momo, je l’ai trouvé interessant, et je lui ais collé un +.
          Forcément, quant tu prends plusieurs jours pour écrire un article, il est mieux que quand tun en ponds 5 par jours. Si tu continues comme ca, je dis bravo.


        • patrice69 patrice69 4 février 2008 13:05

          "Bill sera derriere pour la conseiller c’etait quand même le moins pire des derniers présidents non ?"

          Avez-vous pris en compte l’embargo de 8 ans sur l’irak qui a fait parait-il 1.500.000 morts dont 300.000 enfants ?

          Parce que de mémoire, même cette crapule sanguinaire de Bush n’a pas fait mieux.

          Mais comme en france on pense que démocrate=socialisme... On est très indulgent.

          Amicalement,

          Patou.


        • morice morice 4 février 2008 13:07

          Ne vous méprenez pas, Aigle80, les deux candidats sont à la merci des lobbys qui les soutiennent, et Bill Cliton est loin d’être celui qui n’y avait pas cédé. Tous deux sont favorables à la guerre, car c’est le seul moyen de tenir une économie de guerre florissante aux USA (pas l’économie "civile"). Vous retirez les guerres, tout s’effondre. Les USA vivent du maintien des guerres : à partir de là les faire sous le nom de la démocratie est bien un leurre. McCain ne veut même pas d’un retrait de troupes : or que va-t-il pouvoir faire avec un gouvernement fantoche qui discute actuellement directement avec les anciens dirigants de Saddam Hussein  ? Que va-t-il pouvoir annoncer à son pays et à ses électeurs  ?Qu’il les a trompés ? Bush a déjà mis en place un retrait, mais il est assez malin pour en jeter la responsabilité sur McCain, sa bête noire. Ce sont les lobbys qui gouvernent, et celui qui reçoit les 600 000 des 3 milliards de budget (une première !) c’est l’Armée.. la société américaine depuis Bush est devenue pire que sous Reagan. Elle survit grâce à la guerre : autant dire vaut mieux pour ELLE, qu’il y en aie. Si l’irak se termine, faut en créer impérativement un autre, de conflit.... visons l’Iran, au hasard...C’est paradoxal, mais ça explique tout. A partir de là, le propos sur "amener la démocratie" c’est du vent.


        • patrice69 patrice69 4 février 2008 13:11

          Tu as entendu les propos de Norman Mailer à l’époque de la première guerre du Golf. Il rejoignent un analyse qu’aurait soutenu Clausewitz en son temps. Ce pays en proie au doute et aux émeutes raciales, avait besoin d’un conflit externet, pour éviter d’avoir trop de confilts internes.

          Ce n’est bien sur pas la seul raison, loin de là, mais c’est un facteur important. Si nous en France avons renoncé à notre empire (et je ne le déplore pas), nous nous sommes également privé d’une source commode de fierté nationale. Les USA jouent sur cet aspect, et pratiquent un colonialisme bien plus pervers que le notre en son temps. Car s’il est indéniable que la France a laissé des infrastructures partout, les USA ne laisseront pas grand chose...


        • morice morice 4 février 2008 13:12

          Patrice 69 "Forcément, quant tu prends plusieurs jours pour écrire un article, il est mieux que quand tun en ponds 5 par jours".. désolé de vous décevoir mais cet article fait partie d’un lot de 3... vous verrez les autres, peut être un autre jour... Il ne m’a pris que la soirée d’hier pour l’écrire, les deux autres ont pris plus longtemps, essentiellement pour trouver les bonnes illustrations !!! Remarquez, celle du jour je ne suis pas mécontent : à voir la tronche de Bush et les dents serrées de McCain j’aurais bien aimé être petite souris le jour du cliché... exact de relever que démocrat chez nous serait un centre droit.... et non une gauche. Vous avez noté l’étonnante place de l’OVNI de droite RonPaul dans le Maine ???


        • morice morice 4 février 2008 13:14

          "Si ça ne pas pas dans le pays, fabriquons lui une bonne guerre, ça calmera"... Ça marche toujours au XXIe siècle le slogan...


        • patrice69 patrice69 4 février 2008 13:14

           Bon choix quant à la photo.


        • Kobayachi Kobayachi 4 février 2008 13:18

          Un autre candidat qui mériterait un article c’est Ron Paul.

          Un silence médiatique assourdissant sur cette homme qui a battu des records de donnations pour sa campagne, non pas de grands groupes comme les autres, mais uniquement par des particuliers. Qui a un soutient populaire immense. Qui a battu Gulliani dans presque tout les caucus.

          Les autres candidats ont bien compris que c’est lui l’homme a abattre par tout les moyens, http://www.youtube.com/watch?v=bDjPY_ngxNU car de tout les candidats il est le seul a etre honnete.


          • patrice69 patrice69 4 février 2008 13:21

            "car de tout les candidats il est le seul a etre honnete. "

            J’espère que l’on ne vous diras jamais que vous étiez naif...


          • morice morice 4 février 2008 13:27

            Pardon ??? ah c’est pour notre postier au chapeau. Ron Paul est à part, mais pas plus honnête que les autres, loin de là.... C’est un phénomène Web, une sorte de Bayrou qui s’ignore et qui finira comme lui... seul !


          • Zalka Zalka 4 février 2008 13:46

            Pas de quoi s’extasier. Ce type est un dangeureux extremiste libertarien. Bush est sans doute préférable à ce fou furieux.


          • Kobayachi Kobayachi 5 février 2008 00:17

            Vous traiter d’extremiste un homme politique qui se tiend strictement a la constitution americaine ? C’est a dire aux idées meme des fondateurs du gouvernement americain (influencer par quelques francais comme Lafayette).

            Cela dit c’est vrai que l’on parraitre fou a notre epoque de croire a des valeurs comme l’Habeas corpus, ou l’interdiction de taxer des personnes sur le fruit de leur labeur (impot sur le revenu). Les libertés individuel n’ont plus la cote ces jours ci, et pourtant faudrai bien que quelqu’un la defende, surtout aux USA. La liberté est une chose qu’il faut toujours defendre au risque de tomber dans la dictature.

            Resseigner vous avant de debaler vos propos diffamatoires ou au moins essayer de les argumenter. 

            Dernieres petites questions :

            Quel est le seul homme politique qui se fait applaudir quand il va a Wall Street ?

            Quel est le seul candidat a avoir un diplome en économie et en medecine ?

            Qui a eu le plus grand nombre de contributions de la part de particuliers pour sa campagne ?

            Qui est le seul candidat a ne pas avoir organiser lui meme sa campagne mais a eu le soutient spontanement de milliers de gens pour le faire ?

            Qui a été le seul candidat a avoir voter contre la guerre en Irak ? 

            Ron Paul


          • Zalka Zalka 5 février 2008 12:24

            J’ai lu ses principales propositions. C’est un libertarien. Ceux ci sont des cons à peine moins dangeureux que les staliniens.

            Alors oui, c’est un putain d’extremiste.


          • Lambert85 Lambert85 4 février 2008 13:51

            HA HA ! Des conspirationistes croient encore que Ron Paul les soutient alors qu’il a déjà déclaré plusieurs fois qu’il ne croyait pas au complot interne ! Comme il est libertarien il ne supporte pas les agences gouvernementales, c’est tout !


            • Kobayachi Kobayachi 4 février 2008 16:55

              Il n’est pas conspirationiste, mais constitutioniste !

              Les quelques americains qui n’ont pas ete "brainwasher" par les medias savent bien qu’il est le seul candidat qui defendra la liberte des citoyens et non les interets des groupes petroliers et de l’armement 


            • stephanemot stephanemot 4 février 2008 14:07

              McCain a ravalé sa fierté pour se rapprocher de Bush et des créationistes. Cela n’a pas suffit pour être accepté par les ennemis de la république.

              Les theocons montent un plan anti-McCain mais n’ont comme solution que Romney avec dans les pattes un Huckabee qui syphone toujours une partie conséquente du vote fondamentaliste. Or le Super Tuesday républicain n’est pas à la proportionnelle comme chez les Dems, mais de type "winner takes all". La machine de guerre du parti mène donc une campagne de rabattage intensif pour barrer le vétéran du Vietnam en catastrophe ou tout du moins éviter que tout soit plié dès cette semaine. Si Romney survit, McCain a du souci à se faire : d’ici la convention, tous les coups seront permis.

              Le parti républicain se meurt et une victoire en novembre ne changerait rien sur le fond : tant que les thecons font la loi, le parti ne retrouvera pas l’unité.


              • aigle80 aigle80 4 février 2008 14:23

                Je ne me fait aucune illusion sur les pouvoirs des lobbies et autres multinationales, il y a longtemps que je considère les politiques comme des pantins aux mains des financiers surtout aux US ,mais c’est egalement vrai en europe.DE là a considerer les democrates comme des socialistes là il y a un grand pas que je ne franchis pas !d’ailleurs y a -t-il des socialistes aux US ?Et pour repondre à Patrice69 j’ai précisé "naîvement" que Clinton me paraissait le moins pire ça ne veut pas dire que j’approuve tout ce qu’il a fait.Les blocus économique sont evidemment la pire choses pour les populations,car les gens au pouvoir eux n’en souffre guère.Il faut malheureusement constater que pendant les blocus on continue à vendre des armes,il ne faudrait tout de même pas se priver d’un commerce juteux....alors fallait-il laisser Saddam au pouvoir plutôt que de déstabiliser la région et laisser l’Irak en proie à une guerre civile ? Le nombre des victimes aurait-il etait moindre ? Vu le peu d’opposant qui restait face à Saddam ! De toute façon vu que le moteur de la guerre etait le petrole les dés etaient jetés depuis longtemps et la cavalerie prête a charger.

                cordialement


                • Saï 4 février 2008 14:40

                  Article qui ne semble avoir d’autre intérêt que de montrer une nouvelle fois, si besoin en était, à quel point W.Bush et sa clique sont des salopards lobbyistes rompus aux coups tordus de l’accession au pouvoir outre-Atlantique, à côté desquels même un éléphant dent dure comme McCain évoquera plus facilement au lecteur les aimables bun’s et frites surgelées de son homonyme agro-alimentaire, que le redoutable politique conservateur chargé de perpétuer la ligne politique de l’administration républicaine qu’il est, ainsi qu’il le présentera au monde en fin d’année s’il s’extirpe du piège démocrate.

                   

                  L’inimitié (notoire) entre McCain et Bush n’a qu’un intérêt stratégique limité. On est dans l’image, là, il s’agit de trouver du passionnant à une campagne somme toute relativement lisse jusqu’ici. McCain élu, qui peut raisonnablement s’attendre à un revirement significatif de la politique internationale américaine ? Car c’est là la question de fond, finalement. Et la façon dont la pose l’article, en suggérant au lecteur que les profondes divergences personnelles et stratégiques des deux hommes peuvent déboucher sur des divergences d’action politique tangibles, simplifie à l’excès une problématique bien plus compliquée.

                   

                  Car Bush va s’arranger pour lui laisser quelques planches savonneuses afin d’éviter une remise en question trop directe de sa politique. S’il passe, McCain devra composer avec les restes de la politique de son prédécesseur, s’inscrire dans une certaine continuité vis-à-vis de son alignement républicain et des attentes de l’électorat américain en ce sens, tout en faisant face au reste du monde qui attend, dans des proportions de plus en plus perceptibles, l’après-Bush comme un virage décisif. Soit la perspective d’une politique de compromis à tous les étages, bien peu en phase avec les attentes de la plupart des milieux intellectuels internationaux et notamment européens.

                   

                  Bref, s’il s’agissait de montrer que la politique américaine n’est que la production de l’influence des lobbies, c’est réussi, mais était-ce encore nécessaire ?...

                   


                  • patrice69 patrice69 4 février 2008 15:07

                    @aigle.

                    Il ne faut d’ailleurs pas oublier que c’est Bush père (loin d’être un con celui-là d’ailleurs) qui avait déclenché la première guerre du Golf. Il est difficile de porter un jugement global sur les présidences américianes. Il nous manque le recul (plusieurs siècles ?) pour l’apprécier...

                    Au yeux d’un observateur de l’époque, la politiquen d’un Trajan était excellente... au yeux d’un historien du 21ème siècle, c’est autre chose.

                    Il n’en reste pas moins que Mr Clinton dort en paix alors que l’on juge des dictateurs africains pour crimes contre l’humanité, là ou Mr clinton a fait bien pire au nom de la démocratie...


                  • Néo 4 février 2008 23:51

                    Patrice, quand on vous lit on a l’impression d’entendre un republicain de base aux Etats-Unis.

                    Exactement les memes remarques sur Clinton que les redneck du font de Idaho. Republicain et conservateur dans le coeur, mais cette fois ci faut bien changer quelque chose, alors peut etre on vas voter Obama ou Clinton.

                    Bill Clinton etait loin d’etre un ange, mais face a ce que Bush a fait a son pays, Clinton passe vraiment pour un genie. Quand il a quitter le gouvernement, les comptes de l’Etat etaient dans le vert.... apres 8 ans de Bush, combien de deficite deja ? Bill clinton doit avant tout son image negative aux medias controler par les neocons et la campagne de discredit qu’ils font depuis son depart.

                    Quand a Obama, qui a eu des contributions de 32 Millions (origine diclosed) a sa campagne le mois dernier. A mon avis il y a peu de chance qu’il ne se soit pas fait acheter pour les memes groupes d’influence que vos amis republicains pour justement contrer Hillary (ce n’est qu’une hypothese).

                    Apres quelques attaques contre Obama du genre faire passer des rumeurs comme quoi Obama serait musulman et qu’il refuserait de saluer le drapeau national, Fox news se montre bien plus diligent avec lui ces derniers temps. C’est des signes qui ne trompes pas.

                    Obama est un bon politicien, il a de la carrure, il s’exprime bien, mais at-il vraiment un programme ? Tout au long de sa campagne il a paufine son discour en en empreintant les themes a ses adversaires.


                  • patrice69 patrice69 5 février 2008 09:58

                    @Néo con

                    Je viens de demander à ma femme si nous avions toujours des amis dans le partit républicain. Elle m’a répondu que nous n’en avions jamais eu, et que d’aileurs nous n’étions jamais allés ensemble aux etats unis. Mais "qu’est-ce que tu racontes comme bétises" m’at-telle dis.

                    Il semblerai donc que vous racontez n’importe quoi quand vous prétendez que je serai amis des républicains.

                    Deuxio, vous dites : "apres 8 ans de Bush, combien de deficite deja ?"
                    Vous pensez que je vais défendre le bilan de Bush ? Mais ou avez-vous vu que je soutenais Bush ?
                    Je viens de me relire, je n’ais pas trouvé. et je tapes sur son père 4 messages plus bas...

                    En conclusion, vous devez être une ces personnes extrémistes que l’on rencontre dans les forums. Parce que j’ai rapellé que Mr Clinton a du sang sur les mains, vous avez déduit que j’étais contre Clinton. Si je ne suis pas pour clinton, cqfd je suis républicain. Et si je suis républicain, je suis pour Bush. Voila ce que vous avez pensé de moi.

                    Bref, vous me semblez quelque peu, comment dire... dérangé ?

                    A partir du moment ou l’on aurait choisit un camp comme vous le faites, on devrait tout accepter de ses représentants. Si aujourd’hui vous soutenez Hillary par exemple, et que demain elle prolonge la guerre en Irak, ce sera "Amen" parce qu’elle est démocrate... ?

                    Et vous pensez être libre ? Votre attitude me semble quelque peu moutonnière.

                    D’ailleurs, ni vous ni moi ne sommes américain, dans l’absolu vous seriez bien incapable (puisque nous devons jouer à votre petit jeu stupide de deviner ce que pense l’autre) de me citer le programme des différents candidats. Tout au plus avez-vous ingurgité ce que nos chers médias vous donnent comme bouilli (untel est "pro/anti guerre irak", "anti/pro avortement", "anti/pro machin") et vous avez rattaché le blabla à votre idéologie du moment. Le résultat, si on pouvait l’exposer par écrit serait certainement très élégant à n’en pas douter...

                    Allez zou, je vous ejecte de mon cerveau.


                  • aigle80 aigle80 4 février 2008 16:27

                    Le jour ou l’on jugera un président americain pour crime contre l’humanité je réviserai bien volontier mon scepticisme ce n’est pas demain la veille .... 


                    • morice morice 4 février 2008 16:57

                       "Il est difficile de porter un jugement global sur les présidences américianes. Il nous manque le recul (plusieurs siècles ?) pour l’apprécier..." erreur : le budget US vient de passer à 3 milliards de dollars, celui à 2 milliards date de 2002, le premier milliard aura été fait ...sous ReagaN L’amérique a mis 200 ans pour arriver au premier, et 6 ans seulement pour passer du second au troisième : c’est du suicide. Economiquement, l’économie est une économie de guerre : le budget demandé cette année par Bush est de 600 millions de dollars. Du jamais vu. Buhs est déjà dans les annales pour avoir fait de son pays un pays où la guerre est le seul moteur économique. Même Reagan n’était pas allé aussi loin. L’histoire a déjà jugé : tout ce qu’a fait Buhs est à contresens du bonheur de sa population. So porte-monnaie personnel et celui de son père, en revanche vont bien, très bien. Le népotisme est à tous les étages chez lui. Tous les membres de son gouvernement sont multimillionnaires, et ont gagné davantage depuis le début des deux guerres. Historiquement déjà aussi cet enrichissement de toute l’équipe dirigeante est un cas unique. L’histoire a déjà jugé, désolé, il ne faut pas attendre 200 ans pour savoir combien les Bush ont grugé leur propre pays. Clinton n’a pas été le pire, mais certainement pas le meilleur. Vous faites bien de souligner ces erreurs graves ,comme celles qui ont suivi l’invasion afghane par les russes, et où, pour contrecarrer leur entrée, il s’est appuyé sur les islamistes qu’il dénonce tant aujourd’hui... La famille Bush remonte surtout à Prescott Bush : faites quelques recherches sur Internet, vous trouverez vite ses liens avec Thyssen, premier profiteur économique des camps de concentration ; Buh est un benêt, mais sa famille n’est PAS de droite. Elle est OUVERTEMENT d’extrême droite. Et eugéniste, je vous le rappelle.


                      • frédéric lyon 4 février 2008 19:39

                        Momo peut tout nous dire sur la campagne américaine, car il a tout lu sur le sujet, et uniquement chez les bons auteurs.

                        Par ailleurs il connait l’histoire des relations intimes entre Mc Cain et George Bush, pour y avoir été impliqué personnellement. Ne participe -t-il pas depuis toujours aux évolutions de la politique américaine, de Tora Bora au Capitole ?

                        C’est pourquoi il est très bien placé pour nous informer et pour nous dispenser son savoir.

                        Momo, le Kollabo, qui vient sur Agoravox pour y dégueuler sa bile.

                        La prose de Momo le Kollabo est la merde que nous devons supporter pour payer notre liberté de parole.


                        • morice morice 4 février 2008 20:58

                          Mr Lyon, vous me voyez au regret de demander à la rédaction de supprimer votre post : je ne pense pas que "kollabo", terme emprunté à un autre, Mr Jacob pour le pas le citer (preuve flagrante de votre manque d’imagination) et "la merde" soient des termes que je puisse accepter à mon égard. On aimerait que vous critiquiez un jour ce qu’on écrit, au lieu d’avoir recours àl ’injure grossière, injurieuse et cette fois scatologique. Retournez dans votre fange vous vautrer, ça vaudra mieux pour tout le monde.


                          • morice morice 4 février 2008 21:53

                            lire 3000 milliards de dollars, au post du dessus ! et le budget de la défense en 600 milliards et non pas millions : désolé, mais quand j’ai posté je n’avais pas les chiffres devant moi. Les deux autres sont donc bien en 1000 milliards pour Reagan et 2000 pour Bush en 2002. Vraiment désolé, j’ai souhaité faire vite et ça tombe à côté là... le texte de référence c’est celui du monde de ce soir, c’est ici. Le budget US dépasse les 2 023 milliards d’euros !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès