Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Deuxième tour, à gauche toute !

Deuxième tour, à gauche toute !

Mélenchon, sera-t-il au second tour ? Avouons que ça aurait de la gueule ! Et en rêvant on imagine un deuxième tour Sarkozy/Mélenchon, l’inverse du fameux Chirac/Le Pen. Que se passerait-il, qui appellerait à voter pour qui, qui le ferait spontanément et qui le ferait avec une boule dans la gorge ? Quelles en seraient les conséquences, que se passerait-il, et si la désillusion était une nouvelle fois au rendez-vous, que ferait le mouvement ouvrier ? Les pauvres, les chômeurs et les précaires se terreraient-ils chez eux ou alors assisterions-nous à de nouvelles grèves générales comme en 36 qui avaient fait céder le gouvernement de gauche ou un nouveau remake de mai 68 qui avait obligé la droite à de nombreuses concessions. L’enthousiasme autour de Mélenchon est-il les prémices de quelque chose d’aussi fort ?

Je me rappelle en 81 aussi, il y avait également quelque chose de très fort, qui nous dépassait, et lorsque l’on a sorti les bouteilles de champagne, je me souviens que certains avaient la larme à l’œil ! Mitterrand avait remporté l’élection, la gauche était au pouvoir, les communistes au gouvernement. Tout allait changer, on avait un gouvernement qui allait défendre les intérêts des travailleurs.

Mais je me souviens aussi qu’en 88 plus personne n’a sorti le champagne, et en 95 n’en parlons pas, nous avions déjà pris l’habitude de ne plus voter pour la gauche mais plutôt contre la droite. Le FN progressait, et l’on entendait plus fréquemment « tous pareils, tous pourris ». Tapie dans l’ombre, la famille Le Pen attend son heure en sachant qu’une nouvelle désillusion d’un gouvernement dit de gauche peut la propulser sur le fauteuil présidentiel la prochaine fois…

Ce n’est pas le moment de faire la fine bouche et de s’étaler sur toutes les déceptions qu’ont engendrées les différentes gauches plurielles, chacun peut faire des erreurs et en tirer des leçons pour l’avenir. Ce qui est plus problématique est sans doute le fait que dans les régions, les départements et les mairies, le Front de Gauche, qu’il participe ou non aux exécutifs, soutient et vote la politique capitaliste du PS. Il est présent dans toutes ces instances où l’on continue d’embaucher des précaires, de distribuer des subventions à des entreprises privées, bref qui agissent à contrario de son programme ; il se satisfait fort bien de cette situation parce que la politique est un métier en général fort bien rémunéré.

En définitive, la question n’est pas que Mélenchon fasse 14%, car dans l’absolu, et en considérant la situation actuelle il devrait rassembler beaucoup plus de voix, mais le problème c’est que pour arriver à ce résultat il soit obligé d’assécher l’électorat de LO et du NPA. En 2009, à la création du NPA, les sondages prédisaient à celui-ci un score à deux chiffres, LO était à 3 ou 4 % et le PC restait péniblement à 2 %, c’est à dire qu’actuellement avec Mélenchon à 14, LO à 1 et le NPA à 1, on reste grosso modo avec le même électorat ! Ce que je rêve, c’est de Mélenchon à 28%, et LO et le NPA à 10% chacun, alors là oui, sans se tromper, on pourrait prédire un véritable cataclysme dans le système politique français et un signal fort envoyé à l’ensemble de l’Europe !

Alors, messieurs du Front De Gauche, quoi qu’il arrive, pour continuer à porter l’espoir, aucun d’entre vous ne doit rejoindre un gouvernement socialiste, sinon c’en serait fini des illusions…

Alex CAPUCIN pour Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/04/06/deuxieme-tour-a-gauche-toute/


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • chapoutier 17 avril 2012 09:12

    bonjour robert gil

    n’est-il pas utopique d’imaginer un gouvernement ouvrier (au sens communiste du terme ) par les urnes ?
    n’est-il pas mortellement dangereux pour la classe ouvrière que d’avoir ces illusions ?

    la situation trouvera une issue positive a la seule condition de résoudre le problème de la direction révolutionnaire .

    la classe n’a jamais eu besoin d’un parti pour entrer en action, mais la question cruciale du parti se pose dès lors que la classe veut prendre le pouvoir. ( en terme de centralisation du combat ). il faut se souvenir qu’en mai 68, les staliniens ont appelé à la « reprise victorieuse du travail » à partir du moment où les comités de grève ont initié leur fédération dans le cadre d’un comité centrale de grève sur tout le territoire ! de manière concrète, une structure de double pouvoir se mettait en place.

    la prise de pouvoir ne pourra faire l’économie d’un tel mouvement.


    • Robert GIL ROBERT GIL 17 avril 2012 09:24

      bonjour chapoutier,
      voici un article de Yapadaxan que vous devriez trouver interressant :
      http://2ccr.unblog.fr/2012/03/30/democratie-reforme-et-revolution/


    • iris 17 avril 2012 09:14

      et tout à gauche aux législatives surtout !!
      car ces présidentielles sont une grosse farce


      • Fergus Fergus 17 avril 2012 09:35

        Bonjour, Robert Gil.

        Le constat que vous faites concernant les données de ce scrutin sont les bons : Mélenchon fait une bonne campagne mais reste à un niveau relativement bas en intentions de vote relativement aux espoirs qu’il suscite parmi les électeurs de la gauche de progrès. Son score est en effet, comme vous le soulignez, la résultante d’un assèchement de LO, du NPA et de la frange trotskyste d’EELV. Mais il ne va pas, ou très peu au delà. Conséquence : si la gauche hors PS principalement fédérée par Mélenchon sur le FdG fait mieux qu’en 2007, elle fait moins bien qu’en 1995 et surtout en 2002.

        Rien de négatif dans ce constat : il montre qu’il reste un travail considérable à accomplir pour que cette gauche-là, à laquelle j’adhère, puisse se donner les moyens d’être au 2e tour afin d’avoir une chance d’imposer ses idées. Mélenchon en est conscient car il a lui-même reconnu hier qu’il s’agissait là d’un objectif à 10 ans, la qualification en 2012 relevant de l’utopie en l’état de la société française.

        Reste les questions qui tuent : Faut-il ou non participer à un gouvernement avec le PS ? Faut-il passer un accord législatif avec lui en vue des législatives ? La balle est clairement dans les rangs du PC qui détient les réponses. En l’état actuel, si une réponse négative semble à peu prsè acquise sur le 1er point, rien n’est réglé pour le 2e, et cela en grande partie pour des questions matérielles.


        • Fergus Fergus 17 avril 2012 09:37

          Erratum : Les constats que vous faites...


        • iris 17 avril 2012 11:25

          attendez le légilatives !! on vote hollande pour débarquer NS et pour etre sur qu’une gauche passera et on votera front de gauche aux législatives !!


        • Gabriel Gabriel 17 avril 2012 09:41

          Dans un choix de société, il n’est pas question d’ouvrier ou de patron, de droite ou de gauche, de communisme ou de libéralisme, mais il est question d’humanisme et de quel environnement politique et sociologique est le meilleur pour l’épanouissement de la majorité des citoyens dans la communauté. Si c’est dans un mouvement qui se revendique de gauche que cet humanisme est le plus prononcé, alors il ne faut pas hésiter à le choisir.


          • Henrique Diaz Henrique Diaz 17 avril 2012 10:20

            Un vrai 21 avril à l’envers, ce serait un second tour Mélenchon/Hollande. Question à poser autour de soi : si cela arrivait, pour lequel voteriez vous ? On verra alors qu’une majorité de ceux qui votent Hollande uniquement par peur d’avoir Sarkozy ou Le Pen au second tour retrouveraient le sens d’un vote véritablement utile pour ce qu’ils trouvent juste.


            • Fergus Fergus 17 avril 2012 11:11

              Bonjour, Henrique.

              Pas si simple car il faudrait convaincre que le programme du Front de Gauche est crédible ce dont très peu de nos concitoyens (y compris parmi certains électeurs du FdG venus là pour faire pression sur le PS) est convaincu. C’est pourquoi Mélenchon, plus pragmatique que ne pourraient le laisser croire ses envolées lyriques, s’est donné 10 ans pour atteindre le 2e tour d’un présidentielle sur ses idées. 


            • Tall 17 avril 2012 11:24

              Fergus > C’est pourquoi Mélenchon, plus pragmatique que ne pourraient le laisser croire ses envolées lyriques, s’est donné 10 ans pour atteindre le 2e tour d’un présidentielle sur ses idées. 


              la source ?


            • Fergus Fergus 17 avril 2012 12:41

              @ Tall.

              Mélenchon lui-même, en campagne sur RMC ou un autre média, propos rapporté par d’autres journalistes.


            • Tall 17 avril 2012 12:44

              Moi je l’ai entendu parler d’un gouvernement du Front de Gauche bien + rapide que ça. Dans les mois qui viennent.


            • Fergus Fergus 17 avril 2012 13:01

              @ Tall.

              Renseignement pris, sa phrase exacte, vérifiable sur Public-Sénat, visait à amener « le Front de gauche au pouvoir avant 10 ans ».


            • PiXels PiXels 17 avril 2012 23:11
              Il y a « l »homme, qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours« 

              et puis il y a le fergus qui a entendu l’homme qui a entendu l’homme qui a entendu Mélenchon (mais ce n’était peut-être pas lui ou bien ce n’est pas vraiment ce qu’il a dit...enfin il ne sait pas bien....mais ce n’est pas important, il le répète quand-même ! (surtout que ça tombe vachement bien pour »prouver« à la façon fergus...que fergus a raison ! (en même temps, pour une fois qu’il ne »prouve« pas en se référant à la »sociologie« du pays !)


              Tall  : 
               »Fergus > C’est pourquoi Mélenchon, plus pragmatique que ne pourraient le laisser croire ses envolées lyriques, s’est donné 10 ans pour atteindre le 2e tour d’un présidentielle sur ses idées. 

              la source ?« 

              Fergus :
               »Mélenchon lui-même, en campagne sur RMC ou un autre média, propos rapporté par d’autres journalistes."

              ...et rapporté (en fait, colporté comme d’habitude sans aucune vérification préalable ) sur Agoravox par le fidèle perroquet des merdiacrates ... l’inénarrable Fergus ....qui une fois que Tall lui met le nez dedans se rend compte une fois encore, mais un peu tard, qu’il a dit une énorme connerie.

               Errare humanum est, perseverare diabolicum !

              perseverare diabolicum ! ..Fergus !

            • Tall 17 avril 2012 10:54

              Même si Mélenchon ne devient pas Président, il est possible de faire du Front de Gauche un poids lourd aux législatives. Ce qui sera très important pour gauchiser la gouvernance réelle de la France.


              • Fergus Fergus 17 avril 2012 11:05

                Bonjour, Tall.

                Entièrement d’accord : c’est surtout aux législatives qu’il conviendra de faire le forcing pour amener un maximum d’élus à l’Assemblée. Mais attention aux comportements jusqu’auboutistes, et cet appel vaut aussi bien pour le PS que pour le FdG ou EELV : les candidats de gauche les mieux placés à l’issue du 1er tour des législaties devront recevoir le soutien sans ambiguité des autres composantes de la gauche.

                Aux dernières municipales à Morlaix (mon ancienne ville) la droite, pourtant très minoritaire, a conquis la mairie pour faute de triangulaire avec le PS et Les Verts, incapables de s’entendre. Ce type de comportement débile est à proscrire !


              • Tall 17 avril 2012 11:21

                Non, il faut faire le forcing dès maintenant au 1er tour de la présidentielle.

                Et puis le continuer encore après.
                Il n’y a aucune raison de relâcher la pression à aucun moment.

                Il y a juste qu’il faut déjà se préparer à l’éventuelle non-présidence de Mélenchon pour ne pas, sous le coup de la déception, tout abandonner juste après.

                Car comme dit Mélenchon lui-même : ce n’est pas une date qui va arrêter le combat.
                La guerre des classes est permanente. L’Histoire le montre.


              • Fergus Fergus 17 avril 2012 12:49

                @ Tall.

                Il serait d’autant plus absurde de relâcher la pression lors des législatives que Mélenchon n’a pas l’ombre d’une chance d’être au 2e tour de la présidentielle.

                Si je rappelle cela, c’est précisément pour éviter la démobilisation que pourrait entraîner la déception dans les rangs du FdG. Dans le contexte socioéconomique de notre pays, il est en effet primordial que ces législatives soient marquées par l’adhésion la plus massive possible au vote de progrès.


              • Tall 17 avril 2012 13:04

                Je ne dirais pas qu’il n’a aucune chance pour le 2e tour. Il a une petite chance quand même. Je développe >

                - Il y a encore 35% d’indécis. C’est beaucoup. Surtout en pleines vacances de Pâques.

                - Les 2 favoris ont essayé de l’imiter avec les grands meetings à l’air libre, mais sans l’égaler vraiment. Du coup, il a une image de meneur, et eux de suiveurs.

                - Son dernier grand meeting aura lieu jeudi à Paris ( Porte de Versailles ) et les derniers sondages publiés vendredi ne pourront sans doute pas tenir compte de l’’effet produit par ce meeting de la veille.

                L’indécision subsistera donc jusqu’à dimanche soir.
                Donc : outsider, oui ... mais pas perdant d’avance.

              • Fergus Fergus 17 avril 2012 15:12

                @ Tall.

                Mis à part les grands rassemblements de lancement de campagne, les meetings n’ont qu’un effet d’entraînement limité sur les électeurs.

                Pour ce qui est des indécis, ne te fais pas d’illusions : ceux qui iront voter le 22 avril se répartiront grosso modo comme ceux qui ont déjà arrêté leur vote. Il y a d’ailleurs beaucoup moins d’indécis cette année qu’en 2007 au même moment. Or, en 2007, la décision des indécis avait quelque peu modifié les scores mais sans invalider les équilibres ni l’ordre des candidats.


              • Fergus Fergus 17 avril 2012 15:25

                @ Tall.

                Qui plus est, Mélenchon bénéficie actuellement de scores allant de 12 à 17 %. On voit mal comment il pourrait aller chatouiller Sarkozy qui se situe dans une fourchette de 26 à 28 %, soit 9 points de mieux dans le cas le plus favorable à Méluche. N’oublions pas non plus Le Pen qui obtient entre 14 et 17 %, soit à peu près à égalité avec Mélenchon. Puisse celui-ci battre la candidate FN.

                La 3e place est d’ailleurs devenue le véritable objectif du FdG dont les dirigeants ont les pieds sur terre et non la tête dans les étoiles comme Ariane Walter dont le rêve éveillé est très sympathique mais risque fort de déboucher sur une déception inversement proportionnelle à l’espoir qu’elle a placé dans des sondages souterrains que personne n’a vu hormis l’homme qui a vu l’homme qui a vu le sondage.

                N’oublions pas que la déprime et l’abattement sont les filles de l’espoir fou. Oui au soutien à Mélenchon, mais dans la raison et le pragmatisme.


              • Tall 17 avril 2012 15:50

                Les comparaisons chiffrées avec d’anciennes élections ne valent rien car le contexte social et politique de 2012 est inédit.

                On entre en période pré-insurrectionnelle à cause des politiciens qui ne protègent pas, pour l’instant, les peuples contre la finance spéculative.

                Et Mélenchon l’a parfaitement compris.

                C’est pour ça qu’il parle d’insurrection civique, qu’il rappelle anecdotiquement 1789 ; et qu’il enthousiasme les foules en montrant du doigt les spéculateurs, ennemis du peuple.

                Et tous tes calculs d’apothicaire « pragmatique », Fergus, te font perdre une dimension essentielle de vue : le caractère émotionnel des révolutions ( par les urnes ou non ).

                C’est pour ça que je ne moque pas du lyrisme d’Ariane Walter. Car elle illustre une facette émotionnelle typique des grands mouvements sociaux.

                Et pour c’est pour ça que je penserai jusqu’au soir du 22 avril que Mélenchon a une chance. Et ce, malgré ce que prétendent ces sondages dont je me méfie assez, vu qu’ils sont faits sous l’ultra-présidence de Sarkozy.


              • logan 17 avril 2012 17:48

                Depuis le départ Fergus essaie de convaincre les gens que le FDG n’a aucune chance et qu’il faut voter Hollande. Ou sa variante que Mélenchon perdrait à coup sûr au 2ème tour contre Sarkozy et donc qu’il faut voter Hollande.

                Il essaie de distiller des sentiments de résignation ou de peur, voilà sa méthode.
                Les sondages jouent le même rôle.
                La meute médiatique de chiens de garde du système font la propagande des mêmes idées.
                Tout le monde s’est finalement mis à taper sur nous.

                C’est le conservatisme à l’oeuvre.

                Il faut que comme en 2005 les gens résistent à ces manipulations mentales, qu’ils se libèrent de cette pression et des menaces qui sont faites, et qu’ils osent nous rejoindre et soutenir le FDG au 1er tour, car ce ne sont pas les sondages qui décident qui est président, c’est nous.

                Franchement, il ne faut pas avoir peur d’être déçu, être déçu après avoir espéré et fait de son mieux, c’est toujours préférable à être déçu et avoir des remords en n’ayant pas fait ce qu’il fallait au moment où il le fallait.

                On peut rendre cette élection historique, ou laisser ce système que l’on ne supporte plus perdurer encore plusieurs années supplémentaires. J’espère que les français vont faire le choix de la révolution.


              • Tall 17 avril 2012 18:48

                logan

                Oui, Fergus a un discours assez bizarre.
                Il dit avoir voté à l’extrême-gauche avant, mais j’ai un doute.
                Ou alors il n’a pas compris que le PS 2012 est devenu un parti du centre.

              • Fergus Fergus 17 avril 2012 18:58

                Bonsoir, Logan.

                Depuis des mois, et contrairement à ce que vous affimez avec une étonnante obstination, je ne cesse de dire que je vote Mélenchon au 1er tour - par adhésion à ses idées - et,malgré mes réticences, Hollande seulement au 2e tour pour barrer la route à Sarkozy.

                Vous avez le droit d’être un militant Front de Gauche. Et moi - jamais encarté dans un parti ou un syndicat - j’ai le droit d’être un simple électeur Front de Gauche, parfaitement libre de mes analyses de la situation politique. C’est d’ailleurs ce qui m’intéresse le plus dans la politique : évaluer le plus froidement possible les forces et les faiblesses de chacun, et cela en essayant autant que possible de faire preuve d’objectivité, y compris vis-à-vis du parti pour lequel je vote. En définitive, il n’y a que Sarkozy qui me fasse sortir de mes gonds et me livrer à des attaques parfois virulentes ; ce faisant, je reconnais faire une entorse à mes habitudes

                Cordialement..

                 


              • Fergus Fergus 17 avril 2012 19:04

                @ Tall.

                Je te renvoie à la réponse que je viens de faire à Logan.

                J’ai parfaitement compris ce qu’est devenu le PS. Simplement, je ne crois pas que l’on puisse espérer renverser le système en 2012. C’est trop tôt car pour réussir, et il faudra s’appuyer sur un long travail de pédagogie pour avoir une chance de voir un jour triompher les idées du Front de Gauche. Comme observateur intéressé, je ne dis pas autre chose.

                Bonne soirée.


              • Tall 17 avril 2012 19:37

                Fergus

                Tu me rassures un peu là ...
                Et pour la pédagogie, ne t’en fais pas : c’est la Finance elle-même qui va s’en occuper ( avec la complicité des ripoux de l’UE ) en se montrant encore + repoussante que Sarkozy ne l’a été durant 5 ans.

              • Equibella 17 avril 2012 20:59

                @ Tall
                Ce qui commence à m’angoisser un petit peu , c’est l’éventualité que le pouvoir en place fausse les résultats du vote , en se servant des manipulations informatiques que permettent les machines à voter électroniques  ; j’ai vu en effet cet après-midi un docu sur Youtube http://www.youtube.com/watch?v=i9TDqMr6NlY&feature=player_embedded# (proposé sur une page d’Agora) qui évoque par le menu les falsifications possibles ( et réelles, en même temps) au pays de l’Oncle Sam, et ,comme l’activiste ayant réussi à prouver la consternante duplicité des vendeurs de ces machines ( en fin du docu) , eh bien , il me vient des larmes de rage à l’idée que ça pourrait se passer ici , dans qq jours !


              • Fergus Fergus 17 avril 2012 22:21

                @ Tall.

                Il semble que cela sente le roussi pour Sarkozy si l’on en croit le sondage CSA de ce soir : Hollande est à 29 % (+2) et Sarkozy à 24 % (-2) au 1er tour ; 2e tour : Hollande est à 58 % (+1) et Sarkozy à 42 % (-1). Revers de la médaille : Mélenchon décroche de 2 points à 15 % (-2) au profit de Le Pen à 17 % (+2), mais il reste à un bon niveau.

                Je crois, comme toi, que l’exercice de « pédagogie » va être constant dans les mois qui viennent pour faire progresser les idées du FdG. A cet égard, je suis satisfait de constater que Mélenchon a obtenu l’unité des syndicats pour le 1er mai et s’est engagé à participer au défilé auquel il appelle à participer massivement. Je serai présent dans le cortège de Rennes.

                Bonne fin de soirée.


              • Tall 17 avril 2012 22:45

                Equibella

                Il y a des contrôles faits par des gens nommés par tous les candidats.

                Fergus

                Ben oui, ce que Sarkozy perd, c’est Le Pen qui le gagne. Impossible qu’ils passent tous les 2. La droite est foutue.
                Mais il faudra une vraie gauche pour gouverner après les présidentielles.

              • PiXels PiXels 17 avril 2012 23:30

                Fergus


                «  C’est trop tôt car pour réussir, et il faudra s’appuyer sur un long travail de pédagogie pour avoir une chance de voir un jour triompher les idées du Front de Gauche »

                Et là, on peut compter sur lui (Fergus) pour la pédagogie.
                La pédagogie c’est son truc à Fergus.

                bon, c’est un peu la méthode dite « par répétition » (vous rabâchez 500 fois le même refrain ex :« Mélenchon n’a pas l’ombre d’une chance d’être au 2e tour de la présidentielle »)

                Sinon, j’ai bien aimé aussi le très logique :
                « Mélenchon n’a pas l’ombre d’une chance d’être au 2e tour de la présidentielle.Si je rappelle cela, c’est précisément pour éviter la démobilisation »

                Le pire, c’est que les caractères gras sont d’origine (si, si je vous jure ! allez vérifier si vous ne me croyez pas !)

                Je ne sais pas pourquoi me revient à l’esprit la célèbre tirade d’Audiard :

                « Les cons ça ose tout...c’est même à ça qu’on les reconnaît ! »


              • Fergus Fergus 18 avril 2012 08:23

                Bonjour, PiXels.

                1) Vous remarquerez que je ne me répands pas, comme vous l’affirmez, sur les articles consacrés à Mélenchon. Tout au plus ai-je mis de commentaires sur 20 % d’entre eux.

                2) Je m’exprime comme observateur, et non comme un militant. Mon propos est donc par nature infiniment moins sectaire que peut l’être celui de gens comme vous.

                Essayez d’ôter vos oreilles et consacrez vos attaques sur les ennemis des classes populaires !


              • Tall 18 avril 2012 10:00

                Fergus

                Franchement, des « gauchistes » comme vous, je préfère encore les voir à droite.
                Car j’écris ouvertement pour Mélenchon, et je vous vois régulièrement essayer d’éreinter mon argumentation par des attaques en oblique. Le genre « oui mais » mais qui veut dire « c’est faux ».
                Et votre grand truc, c’est de déclarer « je vote pour x » puis de développer une argumentation contre x.


              • jaja jaja 17 avril 2012 10:56

                Bonjour Robert,

                Les illusions sont tenaces... Ainsi si tout ou partie du FdG rejoignait un gouvernement PS pour y faire le contraire de ce qui était promis aux électeurs (la Révolution par les urnes...pas moins !) combien parmi ses électeurs continueraient sans broncher à soutenir cette nouvelle « gauche plusrien » ?

                Combien de centaines de commentaires sur Agoravox pour nous expliquer que le changement est en marche malgré les premiers coups du nouveau pouvoir portés aux classes opprimées. On a déja connu ça depuis 1981pour celles et ceux que l’âge va bientôt faire taire....

                Les urnes ne peuvent rien changer à nos vies... Les dés sont pipés. Espérons que nombreux seront celles et ceux qui dès les élections finies s’apprêteront à descendre dans les rues pour y défendre leur droit à une existence débarrassée de l’exploitation capitaliste défendue par tous les gouvernements « élus » par l’argent et les médias à la botte....


                • Scual 17 avril 2012 11:43

                  Et tout ça nous vient de madame Irma ou d’Elisabeth Teissier ? Paco Rabane peut-être ?


                • Scual 17 avril 2012 11:45

                  En totu cas j’espère que vous suivrez vos propres conseils et n’irez pas voter Poutou ou blanc.


                • taktak 17 avril 2012 12:04

                  Outre la question de la participation au gouvernement, il faut poser celle de la sortie de l’euro et de l’UE.

                  A l’heure ou le capitalisme européenne, par la voix de l’Allemage mais aussi du besoin d’airEs étouffant de Sarko Medef, oppose une fin de non recevoir à tout illusion sur un infléchissement vers « une autre Europe » / « l’Europe sociale » et propose au contraire la suppression de la souveraineté du peuple par encore plus d’intégration européenne. Il est urgent que le FDG se positionne sans ambiguïté sur la question suivante :

                  Si la refondation de l’UE et de l’euro n’est pas possible à court terme, cessera -t -il de les défendre bec et ongles alors que ce sont les outils d’agression contre la classe ouvrière ?

                  Car de la même manière qu’il est illusoire de faire évoluer les sociaux libéraux du PS, il est illusoire de faire évoluer l’UE... Et un succès electoral du FDG ne serait alors, tel celui de 2005, que l’anti chambre d’une défaite idéologique et politique encore plus dramatique que celle de 2007.

                  Non, il ne suffira pas de taper du point sur la table et de dire « blabla »la france parle pour que le capitalisme européen se couche. Loin de moi l’idée de dire qu’il ne faut même pas essayer. Mais l’honnêteté politique est de dire quel est le plan B. Sinon, tout hableur et beau parleur qu’est Mélenchon, il se retrouvera aussi démuni que Hollande face à la finance.

                  Je précise que pour la dynamique de la gauche qui repose aussi sur le fait de se compter et d’installer le rapport de force, je voterai sans doute FDG au présidentielle. Mais j’ose espère que le FDG laissera toute sa place, qui existe en son sein (voir Sapir par exemple) pour poser la question de la sortie de l’UE capitaliste pour que la France puisse s’en sortir


                • Cocasse Cocasse 17 avril 2012 12:16

                  taktak, je suis à peu près de votre avis.
                  J’attends du FDG un véritable positionnement en tant que parti de gauche nationale et souverainiste, et pas de l’à-peu-près.


                • Scual 17 avril 2012 12:27

                  « Car de la même manière qu’il est illusoire de faire évoluer les sociaux libéraux du PS, il est illusoire de faire évoluer l’UE »

                  Cela n’a absolument aucun rapport, mais alors aucun.

                  Ensuite quand la France tape du point, effectivement même le capitalisme pourrait bien se coucher car rappelons le même si c’est la dernière chose qu’il faut dire en diplomatie, nous avons la dissuasion nucléaire et par conséquent nous sommes toujours ceux qui bénéficions du rapport de force hormis autre puissance nucléaire et encore que ça abouti à du 50/50, même si c’est les USA.

                  J’espère que vous comprenez que c’est bien ça le vrai ressort d’un rapport de force et que vous comprenez pourquoi il est irresponsable de mettre ce détail sur la table.

                  Mais je vais quand même vous rassurer. Effectivement si l’opposition au projet du FdG est trop forte, nous ferons cavalier seul. Le sauvetage de l’Europe et l’Euro n’est pas un dogme mais un objectif préférable. Et c’est Mélenchon lui même qui l’a dit. Donc ce que vous demandez a déjà été fait.

                  Cela dit, expliquez moi comment on pourrait empêcher la France de faire ce qu’elle veut avec l’Euro vu que si on nous refuse de changer le statut de la BCE, il y a une loi qui nous autorise à faire des emprunts forcés auprès des banques au taux auquel elles se financent à la BCE, ce qui revient exactement au même... Personne ne peut nous en empêcher.


                • taktak 17 avril 2012 14:13

                  "Ensuite quand la France tape du point, effectivement même le capitalisme pourrait bien se coucher car rappelons le même si c’est la dernière chose qu’il faut dire en diplomatie, nous avons la dissuasion nucléaire et par conséquent nous sommes toujours ceux qui bénéficions du rapport de force hormis autre puissance nucléaire et encore que ça abouti à du 50/50, même si c’est les USA.« 

                  Doit on comprendre que l’on imposera nos vues par la force au reste de l’UE ? Et que l’on risquera la guerre nucléaire plutôt que de sortir de l’euro ? cela me parait tout de même bien plus risqué que de se retirer et de nouer accord avec les pays qui nous suivent (y compris hors de l’europe)

                   »Le sauvetage de l’Europe et l’Euro n’est pas un dogme mais un objectif préférable. Et c’est Mélenchon lui même qui l’a dit. Donc ce que vous demandez a déjà été fait.« 

                  Je suis désolé mais je n’ai jamais rien entendu de tel, ni de Melenchon, encore moins du PCF qui par la voix de Laurent défend l’euro. Mais si vous avez des prises de positions écrites et récentes engageant le front de gauche sur ce point, elle m’intéresse grandement. Car c’est bien ce genre de clarification que j’attend, en particulier dans le discours public. Car le propos des militants de base rejoint bien souvent le votre. Sauf que l’on s’entend aussi souvent dire que ne pas défendre l’UE et l’euro des capitalistes c’est faire le jeu de Le Pen.

                   »Cela dit, expliquez moi comment on pourrait empêcher la France de faire ce qu’elle veut avec l’Euro vu que si on nous refuse de changer le statut de la BCE, il y a une loi qui nous autorise à faire des emprunts forcés auprès des banques au taux auquel elles se financent à la BCE, ce qui revient exactement au même... Personne ne peut nous en empêcher.« 
                  N’est il pas bien plus simple de sortir de l’euro que d’y rester pied et poing liés par l’ensemble des autres contraintes de l’UE ? si l’emprunt forcé peut être un outil utile durant une période de transition, il ne règle en rien les problèmes liés aux divergences économiques des pays de la zone euro. Je vous invite à lire cet article à propos du livre de Sapir »faut il sortir de l’euro ?" qui résume bien la complexité du problème, que par son ton un peu hableur mélenchon évacue rapidement (c’est parfait face au chien de garde Lenglet, mais un citoyen ayant une conscience de gauche se doit de creuser plus loin)
                  Soyons cohérent, utiliser cette possibilité revient de facto à faire exploser la zone euro et pose donc exactement les mêmes problèmes que d’en sortir. Il convient donc de préparer, y compris politiquement, cette sortie de l’euro.

                  En utilisant des arguments analogues aux vôtres, je ne comprend pas pourquoi le FdG ne préconise pas alors également la prise de contrôle de l’OTAN, la réforme de la politique de pret du FMI, ou encore que l’OMC organise sa taxation au km des marchandises. Soyons sérieux, les outils des capitalistes sont forgés spécifiquement pour empêcher la prise de pouvoir populaire. Voir ici

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès