Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dis-moi quel est le prix de ton ralliement et je te dirai qui tu (...)

Dis-moi quel est le prix de ton ralliement et je te dirai qui tu es

Si la politique est le fruit du compromis remis à la mode par DSK lors de l’un de ses meetings, en est-il de même en ce qui concerne les ralliements ?

Si le Parti socialiste nous a offert le premier prix de ce concours, puisqu’il n’existe pas de semaine où un responsable socialiste ne rejoigne le camp de Ségolène Royal, on peut toutefois arguer qu’il s’agit de mouvements internes à même parti politique.

Si on peut mettre en doute certaines conversions, comme celles de Arnaud Montebourg et de Vincent Peillon, les fondateurs du NPS qui n’auraient, selon une « blague » interne au PS, eu la révélation qu’à quinze jours de différence, on se demande à quels jeux Pierre Mauroy, Georges Frêche ou Jean-Marc Ayrault se livrent en se ralliant officiellement à Ségolène Royal.

Mais il y a un fait qui a commencé à défrayer la chronique et qui pourrait devenir majeur dans les semaines à venir : le cas de Pierre Christophe Baguet. Cet élu des Hauts-de-Seine (élu à l’Assemblée nationale dans la circonscription de Boulogne-Billancourt) vient officiellement, alors qu’il appartient au groupe UDF, de déclarer son soutien à... Nicolas Sarkozy.

Il indique la raison de son choix sur son site Web en reprenant son interview au Figaro du 4 octobre 2006, dans laquelle il explique le « manque de stratégie » de François Bayrou et la « volonté d’ouverture et de renouveau » que représente Nicolas Sarkozy.

Menacé d’exclusion du groupe par l’UDF, Pierre Christophe Baguet semble serein et n’envisage pas de lui-même de quitter sa famille politique.

Cette situation appelle quelques commentaires et réflexions.

L’hémorragie d’élus UDF continue. Elle avait commencé lors des ralliement à la candidature de Jacques Chiac en 2002, quand un certain nombre de centristes ont préféré le président à celui de leur mouvement politique.

La création de l’UMP a continué à organiser le pillage du mouvement centriste. Mais jusque-là, les élections législatives et municipales (préludes à un poste de sénateur) ne menaçaient pas vraiment puisque l’UDF continuait à voter avec la majorité présidentielle.

Or, depuis, François Bayrou et ses fidèles ont décidé d’adopter une tout autre posture. Lassé de perdre des troupes ? Décidé à ne plus faire de la figuration ? Le président de l’UDF est passé de l’abstention au vote avec l’opposition contre des projets gouvernementaux.

Si on ajoute foi à la rumeur évoquant de futurs ralliements d’élus UDF emblématiques à Nicolas Sarkozy, on est en droit de poser la question fondamentale : Les idées résistent-elles à la perte de son siège de député, de maire ou de sénateur ?

Comment, dans ces conditions, croire un élu lorsqu’il prétend représenter une voie originale, alors qu’à la première élection, il se jette dans les bras des formations les plus conformistes ?

Comment croire que la révélation de certains élus pour un candidat à la présidence de la république ne soit liée qu’aux paroles, actes et engagements de celui-ci, et non pas à une promesse de poste ministériel ou de petit mandat de plus ?

Jacques Chirac aurait déclaré que « les promesses n’engagent que ceux qui veulent bien y croire ». Les Français resteront-ils aussi longtemps naïfs qu’une certaine classe politique aime à le croire ?

Réponse en 2007.

Crédit images
Editions Tabary
Marcel Gotlib


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (98 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • (---.---.123.107) 9 octobre 2006 10:44

    Tout ça est lié au fait que les élections législatives continuent à être subordonnées aux élections présidentielles. Et cette fois, la proximité des élections locales accentue le phénomène. De ce fait, quand on approche du but, les partis deviennent systématiquement avant tout des écuries présidentielles.


    • Serge (---.---.134.108) 9 octobre 2006 11:05

      Il s’agit plutôt de Charles Pasqua : « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ».


      • Voltaire Voltaire 9 octobre 2006 11:06

        Les cas que vous citez sont assez symptomatiques ;

        Au PS, les ralliements de personnalités qui jusqu’ici professaient des idées largement opposées à celle de Mme Royal s’expliquent bien sûr par le carrièrisme de celles-ci : postes de ministre pour les plus jeunes, ou « fromage » (entendez par là l’un de ces postes bien payés et tranquille que la république offre à quelque uns de ces vieux servanys, en général nommés sur « proposition » du président de la république") pour les plus vieux...

        Quant à Mr Baguet, la pression dans le département de Nicolas sarkozy est évidemment très importante sur tous les élus hors opposition (en gros, si tu n’es pas avec moi, tu es contre, et tu peux t’assoir sur ta réélection...). Peu de politiques ont le courage de résister à ce type de pression, contrairement aux électeurs... Mr Baguet aura sans doute fait un mauvais calcul, et risque de perdre son siège après avoir perdu son honneur.

        Plus généralement, rares sont les politiques qui parviennent à faire passer leurs convictions avant leur carrière (l’exemple d’Anne-Marie Comparini, UDF, en Rhone-Alpes en 98, qui avait refusé de s’allier avec le FN malgré les pressions du RPR de l’époque, et préféré une co-gestion de la région avec le PS, est par exemple une exception). Cela est en partie dû à notre système politique qui voit les élus faire toute leur carrière en politique plutôt que, comme dans les pays anglo-saxons, les voir retourner au monde socio-économique après quelques mandats politiques. La limitation du nombre de mandats pourrait aider...


        • ZEN zen 9 octobre 2006 11:12

          Pour ceux qui connaissent l’histoire de notre pays depuis une trentaine d’années, ce ne sera pas un sujet d’étonnement. L’UDF révèle sa véritable nature et tend toujours vers son « lieu naturel » par conviction ou opportunisme : la droite. Le « centre » est un lieu mythique...


          • Voltaire Voltaire 9 octobre 2006 11:34

            IL me semble que vous faites erreur. Il a fallu aux élus UDF une sacrée dose de courage politique pour résister à la machine RPR-UMP et aux menaces qui les accompagnaient (rappellez-vous du mot d’Accoyer, le président du groupe UMP à l’assemblée, lors du débat sur la motion de censure, menaçant les députés UDF...). Le cas de Baguet est particulier, étant élu dans le département de Sarkozy et n’étant pas maire de sa ville (et donc très menacé, ce qui n’excuse pas son manque de courage politique bien sûr).

            Je remarque que vous ne commentez pas les ralliements des membres du NPS à Mme Royal... On aurait pu penser qu’au cours de primaires, et donc sans menace directe sur leurs sièges, les responsables politiques PS auraient eu le courage de défendre leurs idées...


          • La Taverne des Poètes 9 octobre 2006 12:54

            A Zen :

            Le Centre n’est pas plus opportuniste que la Gauche ou la Droite.

            C’est la vision centrale qui définit la qualité de la vue. Ceux qui n’ont qu’une vision latérale sont handicapés, et je ne parle même pas des borgnes.


          • ZEN zen 9 octobre 2006 15:28

            « Le Centre n’est pas plus opportuniste que la Gauche ou la Droite »

            On est bien d’accord, vous m’avez mal lu , je n’évoquais que le « centre » , dont je suis les contorsions depuis Lecanuet...ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas des personnes intelligentes et intègres à l’UDF, comme dans d’autres partis. Le problème est celui du positionnement politique sur les problèmes de fond.


          • José w (---.---.25.142) 9 octobre 2006 11:19

            Tout cela ne constitue en rien une surprise ni une nouveauté.

            Quel est l’intérêt d’en faire un article, et quel est l’intérêt de le publier ?


            • JC BENARD (---.---.92.11) 9 octobre 2006 11:43

              José,

              Si vous êtes blasé, ce n’est par forcément le cas de tout le monde !!! La prochaine legislature sera déterminante pour notre pays et il me semble important de mentionner le décalage entre discours et opportunisme lorsque c’est le cas. Maintenant, c’est vous qui voyez ....


            • José w (---.---.25.142) 9 octobre 2006 11:49

              Oui, vous avez sans doute raison.

              Mais j’espère quand même que ces articles de « rappel » (pour les nouvelles générations de votants par exemple) ne sont pas publiés au détriment d’articles plus « innovants »...


            • olivier (---.---.229.136) 9 octobre 2006 13:49

              il y a peut etre moins de papiers innovants simplement. Peut etre parce que le manque de tolerance evident dans certains commentaires fait qu’il est difficile de dire autre chose que ce qui dans l’air du temps, genre : Sarko est un facho (tiens ca veut dire quoi facho ?), Segolene vire a droite (et la droite c’est quoi ?), il faut donner des papiers a tous les sans papiers (et des papiers ca veut dire quoi concretement ? et ils auront quoi comme conditions de vie une fois les papiers obtenu ? et la loi dans tout ca c’est juste pour ceux qui la respecte ? et les pays africains ils en pensent quoi ?).


            • (---.---.115.196) 9 octobre 2006 14:39

              « Après les déclarations délirantes de Philippe Douste-Blazy à Beyrouth, prêtant à l’Iran des mollahs un rôle stabilisateur au Proche-Orient »(*) Bayrou peut gagner, s’il relance l’économie à Bruxelles ? Les entreprises européennes devraient être spécialisés sur la production du matériel techniquement supérieur ? Augmente ca les capacités des libéraux à gagner ainsi, tandis que le UDF approuve une attaque sur l’Iran ? À la maison avec sa race des chevaux dans les pré-Alpes pyrennées espagnoles Bayrou n’a pas de clientèle enthousiaste. Pour Bayrou frapper un enfant arabe au visage est plus simple que monter un cheval sauvage.Il s’agit du parti libéral et Bayrou doit être exigé même si il se casse son col.

              (*) Le Liberal, Inscrit le : 16 Juil 2006 Messages : 31, Localisation : Lyon, posté le : Mar Aoû 08, 2006 7:49 pm , Sujet du message : Mickey d’Orsay au pays des merveilles, Communiqué AL[ = Alternative Libérale ] , planetepolitique.com Forum politique de la gauche sociale libérale, du centre et de la droite modérée ).

              re« l’UDF continuait à voter avec la majorité présidentielle » et « plus faire de la figuration ? Le président de l’UDF est passé de l’abstention au vote avec l’opposition contre des projets gouvernementaux.. »(Jean Claude BENARD, Politique Agoravox, « Dis-moi quel est le prix de ton ralliement et je te dirai qui tu es », lundi 9 octobre 2006 ).


              • Cratyle (---.---.37.13) 9 octobre 2006 15:48

                Votre article me semble très tendancieux pour trois raisons : 1) Nulle part on n’y dit que les ralliements des élus de droite qui ne partagent pas du tout ses idées à un Sarkozy ne sont rien d’autre que de l’opportunisme, exactement comme les ralliements des élus de gauche d’autres courants à Royal. Pourquoi cette surprenante indulgence à l’égard d’élus de droite ? 2) Pourquoi, à l’égard d’élus de gauche, la même indulgence d’ailleurs, comme si entre la gauche du PS et la droite du PS il y avait identité de vues sur ce que signifie le mot « socialisme » ? 3) Votre article tout entier est fondé sur une RUMEUR. Selon laquelle de « nombreux élus » UDF se rallieraient à Sarkozy. Rumeur fausse et à l’appui de laquelle vous n’avez sous les dents qu’UN ralliement, autant dire rien. Or nulle part vous n’interrogez le fait qu’il s’agit d’une rumeur et rien d’autre, que cette rumeur a été lancée par ceux dont elle sert les intérêts (l’UMP), qui ont intérêt à la répandre, et que votre article n’est rien d’autre qu’un moyen de plus de la répandre... Comment pourriez-vous être convaincant dans ces conditions ? Cela dit, Baguet je vous l’abandonne. En 2002 il s’est fait élire sous l’étiquette UMP avant de passer à l’UDF, et maintenant il passe à l’UMP... sans commentaire ! Mais son cas n’a rien à voir avec tous les autres UDF qui, eux, ont résisté au pouvoir depuis 2002. Vous commettez là un article politicien sans aucune base sérieuse. D’où ma conclusion, comme d’ailleurs d’autres : pourquoi cet article ?


                • michelp (---.---.7.249) 9 octobre 2006 16:44

                  Effectivement cette article n’apporte aucun éclairage sur ce qui se prépare à l’UDF, et les commentaires que je viens de lire montrent que les jugements se font sur des rumeurs et non sur les textes et les déclarations des membres de l’UDF, pourtant le site donne tous les détails des actions en cours. Il aurait été interessant de demander si le projet - déposé par l’ensemble des élus de l’UDF- d’une 6ème Constitution était cohérent et apportait quelque chose au débat politique, mais comme aucun média n’a signalé cette publication....


                  • JC BENARD (---.---.92.11) 9 octobre 2006 17:15

                    Cratyle,

                    Je vous signale que même le journal Le Parisien qui consacrait un article au ralliement de M. BAGUET évoquait du « lourd » dans les futurs ralliements à l’UMP.

                    Vous auriez peut être avant de rejetter cet article nous expliquer quel est la position future de Gilles de ROBIEN ?

                    Votre blog qui semble être dédié à François BAYROU reste muet sur le sujet. Est ce un hasard ?


                    • herbe (---.---.155.53) 9 octobre 2006 20:25

                      Ok pour : de l’UDF à l’UMP.

                      Pour info il y a eu aussi l’inverse, suivre le lien pour les détails.


                      • Cratyle (---.---.37.13) 10 octobre 2006 00:44

                        Sur mon propre blog, j’ai déjà eu l’occasion de dire souvent ce que je pense de Gilles de Robien. Cherchez et vous trouverez. Il s’est déclaré Villepiniste il y a longtemps ; il est utilisé par l’UMP depuis un bon moment pour mobiliser contre Bayrou ce qu’il peut mobiliser, c’est-à-dire à peu près personne en dehors de ses proches. Ce ne sera pas une surprise si Robien vote ailleurs, on s’y attend. Mais justement, il ne représente rien. Ce n’est donc pas un problème pour nous. Cela dit, là encore vous fonctionnez par rumeur ! et par rumeur directement issue de l’UMP ! Et quand Le Parisien évoque ceci ou cela sans donner aucun nom, que fait-il d’autre que de relayer comme vous des rumeurs sarkozystes ? Que je sache, Robien ne s’est pas encore décidé à appeler à voter Sarkozy, et pour cause ; s’engager derrière Sarkozy serait pour ses militants de la Somme un chiffon rouge, si j’ose dire. Etant villepiniste, il n’est d’ailleurs pas certain que Robien vote Sarkozy, loin de là, et à votre place j’attendrais au lieu de faire le fond des caniveaux des journaux. Soyons francs : il n’y a que l’UMP et donc les média à donner de l’importance à Robien, parce que cela les arrange. Ses attaques de l’an dernier ont été un gigantesque flop y compris parmi les élus, et bien sûr parmi les électeurs. Bref, le jour où vous voudrez faire un article, présentez des informations. Pas des rumeurs. Je constate que vous n’avez aucune objection sérieuse à mes trois arguments.


                        • servet (---.---.233.8) 15 octobre 2006 16:11

                          Comment mettre en doute la portée et la justification des ralliements à Ségolène ROYAL ?

                          Pierre MAUROY la soutient par ca que c’est une femme et qu’elle est en tête des sondages. Manuel VALLS se rallie à elle car la pensée politique royaliste se situe dans la doite file de celle de ROCARD et JOSPIN.

                          Deux exmples magnifiques de ralliements réfléchis et rationnels. Mais, arrêtons de faire du mauvais esprit. Les dernières interventions de la madone des sondages montrent la profondeur de sa pensée et de ses réflexions sur le monde de demain. Pourquoi gaspiller sa suffisante intelligence sur des questions aussi secondaires que l’entrée de la Turquie dans l’UE ?


                          • duong (---.---.123.107) 16 octobre 2006 10:07

                            Manuel Valls n’a jamais dit que la pensée de Royal se situe dans la droite file de celle de Rocard et Jospin.

                            Il a dit qu’il ne pensait pas que Fabius et DSK se situaient dans cette lignée : nuance.

                            Je n’ai entendu aucun commentaire positif de sa part à l’égard de Ségolène Royal, mis à part le fait qu’il est a des proximités avec elle sur les questions de sécurité. Il a surtout dit qu’il s’est résigné à voter pour elle car il pensait qu’elle a déjà gagné de toute façon ... et il a aussi dit qu’il n’est pas séduit par les deux autres.

                            Quant à Mauroy, il joue ce qu’il pense être le « bon cheval » pour la présidentielle, comme il l’avait fait avec Mitterrand. Il insiste qu’elle est populaire mais n’a pas exprimé de proximité de pensée avec elle.

                            Beaucoup de gens sont dans l’état d’esprit de ces deux personnages : on ne peut pas parler de ralliement de conviction, mais plutôt de « réalisme » de la part de deux personnalités par ailleurs assez réfléchies.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès