Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Dominique Lorentz, femme debout

Dominique Lorentz, femme debout

Les éditions des Arènes redonnent la parole à Dominique Lorentz, dix ans après la publication de son premier livre « Une guerre », six ans après « Affaires atomiques », deux brûlots essentiels qui n’ont pas écorné la République, mais laminé leur auteur. La vérité s’épuise, elle coûte cher.

La France est un pays formidable, une démocratie. Les journalistes peuvent écrire ce qu’ils veulent, surtout si ce qu’ils veulent ressemble comme deux gouttes d’eau à une dépêche AFP. Sinon, ils sont perçus comme des gratte-papier, des emmerdeurs ou, au mieux, un mal nécessaire. Le journaliste en France révèle ce qu’on peut révéler, soulève quelques questions embarrassantes, déterre quelques cadavres, mais ne s’aventure en règle générale pas au-delà d’une certaine ligne jaune. Ou alors sous couvert d’humour, de parodie. Seul le mélange des genres permet l’insolence, le franchissement de limite. Le journaliste en France doit obéir à son rédacteur en chef, qui lui-même doit obéir à ses sponsors, ou au patron du groupe de presse qui détient le journal. Connais Lagardère mieux que toi-même, si tu veux publier. Si tu veux garder ta place. Le journaliste en France est, dans une immense majorité, un porte-flingue qui ne dégaine que très peu, qui se contente de petits bruits de couloir, de renseignements plus ou moins généraux et de fuites pas très importantes. Il faut dire qu’on ne lit plus les journaux, que la radio la plus écoutée est NRJ, suivie de RTL, que les 13 heures et 20 heures les plus regardés sont ceux de TF1. Il faut dire, à la décharge du journaliste, que le public, le citoyen comme on l’appelle aujourd’hui, ne fait dans l’ensemble pas beaucoup d’efforts pour s’informer. Il ne lit que les livres dont parlent les critiques, il ne regarde que les films ou les documentaires adoubés par Télérama ou Michel Drucker, il fait confiance aux sondages et se dit que « si ça marche, c’est pas un hasard ». Dans tout ce cirque, le journaliste dit d’investigation n’a qu’à bien se tenir, quand il s’embarque sur un sujet sensible. Il sait d’emblée que les médias ne le suivront pas, ou très peu. Qu’il progressera à tâtons, dans un silence profond, et qu’il aura de ce fait beaucoup de mal à se faire entendre.

Dominique Lorentz est de ces journalistes. Une femme capable d’écrire deux livres « énormes » (Une guerre en 1997 et Affaires atomiques en 2001) dont la lecture, longtemps après, comme on dit dans les polars « continue à vous hanter ». Deux livres, pour reprendre l’expression favorite des quatrièmes de couverture, dont on ne sort pas indemne. Elle n’en est d’ailleurs pas sortie indemne. Bâillonnée, niée, censurée, cambriolée, Dominique Lorentz a gagné très peu et perdu beaucoup dans cette aventure qui semble toucher à sa triste fin, en 2007, avec la publication d’un petit livre glaçant (Des sujets interdits, toujours aux éditions des Arènes) où elle raconte sa galère, simplement, sans emphase, sans romantisme, comme on ferme les yeux d’un mort. Dominique Lorentz a eu le tort de s’attaquer à des sujets trop sensibles : l’Iran et sa bombe nucléaire, le Liban et ses otages, George Besse et Eurodif, Michel Baroin et les francs-maçons. Du lourd, pas du people, pas du Catherine Nay, pas du Duhamel. Pas ce journalisme institutionnel qui joue à tout savoir mais qui radote depuis vingt ans les mêmes courbettes devant les mêmes filous en faisant comme si, cette fois-ci, il y avait de bonnes raisons d’y croire.

Une fois qu’on a lu Dominique Lorentz, on ne croit plus aux journalistes. On se rend compte combien tout leur travail est compromis, trop compromis pour devenir compromettant. Elle qui n’a jamais utilisé d’autres sources que des sources dites « ouvertes », c’est-à-dire disponibles, accessibles à tous, consultables et vérifiables, par opposition aux sources dites fermées, reposant sur de mystérieux témoins, souvent des RG, distribuant des témoignages totalement invérifiables qui ne démontrent rien et embrouillent tout. Dominique Lorentz, ce sont des centaines de notes de bas de page, renvoyant à des articles du Monde, du Figaro, à des livres, des conférences, des documents libres comme l’air qu’il suffisait d’analyser, de recouper, pour en extraire une certaine vérité, pour ne pas dire une vérité certaine.

Mais la vérité ne plaît pas toujours. Elle dérange parfois. Mieux vaut donc s’en tenir aux dépêches des agences de presse certifiées conformes, qui constituent l’essentiel des journaux télévisés de TF1, de France 2, et même aujourd’hui des chaînes d’information du satellite, I Télé ou LCI. La vérité dérange et certaines ne sont pas bonnes à dire. C’est aussi simple que cela. Dominique Lorentz n’avait pas le droit d’écrire ce qu’elle a écrit. Elle n’avait pas le droit de comprendre ce qu’elle a compris. Elle raconte dans Des sujets interdits comment des éditeurs, des producteurs, des rédacteurs en chef lui ont fait comprendre, par leur refus de soutenir son travail, qu’elle faisait fausse route, qu’elle sortait du chemin, de la droite ligne, et qu’en aucun cas elle ne pouvait espérer recevoir quelque soutien que ce soit de la part de ce monde interlope ditdes médias. Personne ne la suivrait dans ses errements.

Personne, en effet, ne l’a suivie. Sauf quelques « originaux », Philippe Harel, Denis Robert, Laurent Beccaria, et d’autres « illuminés » comme Alexandre Adler. Certains lecteurs aussi, malgré le silence de la presse, certains rares lecteurs qui ont osé lire ses livres, qui tous en sont sortis subjugués et les ont fait lire à d’autres. Mais ces livres, peu défendus par des libraires préfabriqués, conditionnés et mal payés, ont été des échecs. Comme le seront plus tard les tentatives d’éclaircissements de Denis Robert, Révélations ou La Boîte noire.

Le non-succès entraîne une certaine forme de non-crédibilité. Dominique Lorentz, jamais invitée, jamais entendue, n’existe pour ainsi dire pas. Malgré la diffusion d’un reportage sur Arte (La République atomique) jamais rediffusé depuis. Malgré l’excellent travail des éditions des Arènes, rééditant en 2002 un extrait des Affaires atomiques intitulé Secret atomique et relançant aujourd’hui (dix ans après Une guerre) la machine avec ce petit livre noir et rouge, Des sujets interdits qui dit beaucoup, avec des mots simples, justes et pas haineux, sur l’impossibilité de véhiculer une certaine information. Sur l’impossibilité d’écrire certaines choses, qui dérangent, qui laisseraient à penser que l’ordre n’est pas si juste que ça. Sur l’état de notre démocratie, rien de moins.

Une démocratie où les politiques nous expliquent qu’il n’y a pas d’affaire des otages du Liban, qu’il n’y a pas de prolifération nucléaire dissimulée, que George Besse a été assassiné par Action directe et que toutes ces histoires n’ont rien à voir entre elles. Tout le reste n’est que littérature, ou coïncidences. Rien d’autre. Circulez, il n’y a rien à révéler. Une démocratie où la poésie érotique de Serge Lama ou Le cahier de gribouillages pour les adultes qui s’ennuient au bureau sont en tête des ventes de livres. Une démocratie où Djamel Debbouze est une « conscience » et l’abbé Pierre un « symbole ».

Tout ce qu’a écrit Dominique Lorentz est vrai. Toutes ses révélations. Elle pensait peut-être, comme tous ceux qui l’ont lu, que cela suffirait que ce soit vrai. On reproche tellement aux journalistes de raconter n’importe quoi. Mais non, ça n’a pas suffi. Pire : cette vérité-là s’est retournée contre elle, sans que personne ne puisse l’aider. Elle s’est retrouvée seule, une main devant, ses livres derrière, à chercher du travail.

On ne peut s’empêcher de mettre son délaissement en parallèle avec la récente mise en examen de Denis Robert. Ceux qui cherchent à comprendre ont aujourd’hui besoin de comités qui les soutiennent. Un grand sujet de réflexion pour nos candidats à l’Elysée, qui, dans leur immense majorité, s’en foutent complètement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.97/5   (120 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 29 janvier 2007 12:52

    Bonjour,

    Je vote oui, article extrêmement utile pour le citoyen. Des sujets interdits, il y en a pas mal et je crois bien que le silence sur ma radiation de la fac (malgré mes appels à la presse, vieille affaire) pour cause d’innovation théorique s’explique par cette omerta généralisée


    • Ronny ronny 29 janvier 2007 13:32

      L’article est intéressant mais il ne donne pas d’exemple. Sans devoiler tous les aspects du livre ou des livres, quels sont cerrtains de ces secrets si bien gardés ?

      Pour le reste, je suis d’accord avec vous sur la médiocrité de la presse en général (excepté le canard, le diplo, certains articles de Marianne ou de Politis...) et de la presse télévisée en particulier. A l’exception, là aussi de certains magazines d’informations, qui eux sont diffusés à des heures souvent tardives.

      Quant à ce que vous dites de D. Robert, c’est l’exemple même de l’investigation lourde qui devrait faire réagir. Et que voyons nous ? Rien ! Ni au niveau Français, ni au niveau européen. Ah si, au niveau luxembougeois, tous s’en sortent bien, voire même récompensés pour leur « honnêteté ». Circulez, il n’y a rien à voir, et brave gens, continuez à regarder TF1.

      La aussi, comment s’en étonner : colusion entre els politiques et les milieux financiers. Collusion entre les politiques et la presse à grand tirage ou la télévision privée. Nommination politique à la tête des télévisions et radios publiques. Censure par les annonceurs, autocensure des journalistes. Une caricature de démocratie, à moins que celle ci soit réellement résumable, comme le dit une plaisanterie classique, par « cause toujours ! ».

      Seule une évolution - révolution des mentalités pourrait faire avancer le pays. Celle-ci n’est malheureusement pas à l’ordre du jour dans un pays qui élit et réelit des politiques condamnés pour fraudes massives, et qui préfère se vautrer devant de la TV réalité plutôt que de chercher à comprendre la réalité de la TV...

      Allez, Papi va aller prendre ses comprimés... smiley


      • soren (---.---.209.50) 29 janvier 2007 15:59

        @ Ronny,

        dans son livre « Une guerre » Dominque Lorentz nous dévoile qu’en 1974 la France a conclu un contrat avec l’Iran, ce contrat stipulait que la France allait aider l’Iran à obtenir la bombe atomique.

        En 1979 lorsque Khomeyni revint en Iran et que ce pays devint une république islamique, la France décida d’interrompre ses livraisons d’uranium et de casser ce contrat.

        Pour faire céder la France, l’Iran se lança dans une politique de terreur, enlèvement de ressortissants français au Liban, multiplication des attentats à Paris durant les années 80 et enfin assassinats de certaines personnalités.

        Ce climat de terreur cessa lorsque la France abdiqua et reprit ses livraisons d’uranium vers l’Iran ... Voilà ce que révèle cette journaliste dans ses différents livres ...


      • aquad69 (---.---.100.34) 29 janvier 2007 13:45

        Bonjour Lilian,

        merci, merci beaucoup pour votre article qui participe, et qui aide à faire connaître la véritable information, le véritable journalisme et ses héros - mot ridicule parceque tellement galvaudé, mais j’insiste avec respect -

        Cela, à lui seul, rend indispensable un site comme Agoravox...

        très amicalement Thierry


        • jako (---.---.21.70) 29 janvier 2007 14:02

          Bonjour, impossible de s’arrêter quand on a commencé à lire tellement je le trouve bien écrit (vôtre article). Merci


          • Yoyo (---.---.132.225) 29 janvier 2007 14:58

            +1 !

            ça me donne envie d’acheter le livre de cette journaliste que je ne connaissais pas du tout.

            Merci Lilian


          • RClaude (---.---.88.176) 31 janvier 2007 10:55

            Pas étonnant que vous n’ayaez pas entendu parler d’elle : à quelques exceptions (France Inter, par ex.), elle a vécu - et connait encore - un boycott en règle de la part de la quasi totalité des médias français. Il faut préciser que c’était juste avant l’explosion du ouèbe. Dans ce petit livre nerveux, Dominique Lorentz raconte ses années de lutte et de galère pour simplement trouver un éditeur prêt à publier ses manuscrits. Chaque fois, on lui répondait que c’était très fort... pour se défiler le lendemain ! C’est finalement Laurent Beccaria (ex-Stock), éditeur casse-cou, qui créa sa maison (Les Arènes) avec les droits d’auteur de ses bouquins précédents pour publier le premier ouvrage de l’opiniâtre journaliste. Le plus étonnant est qu’elle a obtenu les informations les plus sensibles sur le nucléaire français et l’Iran, LE sujet particulièrement sensible de ses enquêtes, auprès de sources « ouvertes » ; elle a su les lire et surtout relier des faits qui s’étalent sur une période de trente ans. Je recommande son court récit qui éclaire utilement le fonctionnement des médias généralistes et l’interpénétration des univers. Quai d’Orsay, lobby nucléaire, Défense, monde de l’édition se sont entendus pour occulter ses livres et pousser les journalistes à se taire et/ou à mentir sur le dossier iranien.


          • EXSAGO (---.---.108.197) 29 janvier 2007 15:43

            Merci pour votre article car je connais les éditions les arènes. Il y a de belles sorties (livres). C’est vrai que c’est assez difficile pour des journalistes d’investigation, de dire la vérité, de faire son travail sans rencontrer un mur. De toute façon, il faut toujours avoir un esprit crtique face aux grands medias.


            • alberto (---.---.242.188) 29 janvier 2007 15:51

              Pour preuve du formatage de l’opinion et de la pensée unique : l’ANATHEME lancé sur celles et ceux qui osent s’exprimer sur sujets hors du consensus médiatique !

              Ainsi Dominique Lorentz, Denis Robert et quelques autres...

              Et,nous, et vous Lilian Massoulier, Bernard Dugué, attention de bien raser les murs sinon : haro sur les paranos, les conspiratinistes...

              Il y a encore les Arènes pour publier, mais, quelquefois, je me demande...

              Enfin, merci M. Massoulier pour cette petite piqure de rappel.

              Bien à vous : alberto.


              • Michael (---.---.112.105) 29 janvier 2007 16:00

                Je me répète, oui, sans aucun doute, mais faut crier fort pour se faire entendre des sourds obtus et des aveugles sélectifs :

                Votez Le Pen et cette Dominique Lorentz et vous tous pourrons s’exprimer au grand jour, enfin libres.

                C’est si simple...l’arbre qui cachait la forêt.


                • aurelien (---.---.155.167) 29 janvier 2007 16:51

                  En parlant d’atomes, Monsieur Sarkozy était chargé de mission pour le gouvernement sur les riques radioactifs et chimiques, l’année suivant la catastrophe de Tchernobyl. Vous savez ? L’année où les nuages radioactifs s’arrêtaient aux frontières...


                  • jojo (---.---.231.121) 29 janvier 2007 21:24

                    encore de la pub, cet article devrait être interdit. Je ne comprends pas comment AVX tolère ce type d’article !


                    • caramico (---.---.227.229) 29 janvier 2007 21:58

                      Il y en a même que je connais très bien qui ont contre leur gré été faire un tour à Téhéran alors qu’ils pensaient tranquillement aller en avion, à Francfort, la preuve que ceci a parfois des retombées sur la vie du français moyen qui a eu le malheur d’être au mauvais endroit au mauvais moment.


                      • daniel (---.---.176.12) 30 janvier 2007 09:41

                        bonjour à tous, d’abord je veux dire que je n’ai aucunement la prétention de me comparer à DL que je salue au passage et que je remercie pour ses livres. Cependant, j’ose un petit parallèle qui rappelera sans doute bcp de choses à de nombreux anonymes comme moi qui osent mettre leur nez où il « ne faut pas ». Syndicaliste CGT, j’ai été mis au placard pendant +de 4 ans, payé intégralement environ 20 000 FF pr mois entre 99 et 2003... avant d’être viré. J’étais au ministère des Finances et je dénonçais la corruption de certains hauts fonctionnaires. Personne ne m’a défendu... pas même la CGT qui collabore avec le système. La justice ? Toutes mes plaintes, TA, Cour d’appel administative, Pénal, cour d’Appel, cour de cassation, TOUTES rejetées. Lorsque je désire de force reprendre mon boulot en 2003, mon employeur fait intervenir la BAC qui me tabasse et me conduit au commissariat menotté dans le dos. Non lieu confirmé en appel malgré les traces de coups constatées officiellement par un médecin judicaire !!! Les magistrats ? J’ai enquêté, les principaux sont Francs-maçons... comme je soupçonne de l’être mon DG (CQFD) ! Récemment,je prends le parti de dénoncer tout ça sur un blog que j’ouvre sur le site de RMC info (http://koubalibre.rmcinfo.fr). Immédiatement des témoignages anonymes affluent pour dénoncer certaines pratiques de cette « secte », mais la police aussi rapplique et des Francs maçons aussi. Je suis menacé, d’autres sont renvoyés de leur boulot, certains disent avoir été cambriolé et que leur matériel informatique a disparu. Ensemble ils font censurer mon blog que j’ai réouvert (http://karcher.rmcinfo.fr) en mettant des bémols, bcp de bémols pour pouvoir continuer à m’exprimer. Les élections qui arrivent ? Il serait fou de remettre la même clique au pouvoir celle qui trafique mais qui ne veut pas qu’on s’en mêle. Alors la remplacer ? Oui, mais par qui ?? Le débat est ouvert. Bravo Mme D. Lorentz, bravo M. Denis Robert. Bravo, d’autant plus que les confessions des magistrats (Halphen, Mongolfier et bcp d’autres) eux mêmes ne laissent planer AUCUN doute sur la corruption de la « justice » et de tout le petit monde judiciaire. Nous sommes CUITS... si nous ne nous réunissons pas pour combattre ce fléau. Je serais ravi d’avoir votre avis (amis lecteurs) sur cette question. Daniel.


                        • yoda (---.---.63.52) 30 janvier 2007 11:01

                          Je compatis. Concernant la corruption de la justice, VOIR ce documentaire terrifiant : http://www.dailymotion.com/Sidharta/video/xyijz_fr3-profanation-meurtre-d-enfants


                        • borneo (---.---.251.42) 30 janvier 2007 12:08

                          A vous lire les livres de Dominique Lorenz ne sont plus disponibles. Il me semble que devant l’etat de fait que vous décrivez, ces ouvrages devraient désormais être diffusés librement sous licence Creative commons. Je sais, il peut paraitre facile d’inciter l’auteur ou l’éditeur à renoncer ainsi à une partie de leurs droits. Peut-être qu’une fondation de cotisants volontaires, citoyens, municipalités ayant un sens républicain et autres associations pourraient tenter de réunir des fonds afin de dédommager et soutenir des auteurs dont la diffusion large des écrits sembleraient essentielle à la vie démocratique


                          • liane007 (---.---.71.168) 30 janvier 2007 17:36

                            Ces livres sont apparement disponibles et il n’y a qu’ à les commander chez Amazone. Mais avant, le lecture de commentaires de lecteurs laisse rêveur : Journalisme ou science-fiction ?


                          • jean (---.---.89.218) 2 février 2007 19:05

                            bonjour pour avez voulut ecrit ce film


                            • jean-loup (---.---.233.21) 2 février 2007 20:03

                              Bel article sur un esprit d’une intelligence exceptionnelle. J’ai lu « Une guerre », qu’un de mes amis militaires, initiés aux affaires nucléaires, conseillait à tous ses amis. C’estt un petit livre glacé et glaçant, qu’on lit d’une traite, en une nuit, sans pouvoir trouver le sommeil. J’ai « Affaires atomiques », froid dans le style, mais chaud par l’intelligence qu’il nous apporte. Le puzzle épars de nos connaissances sur les relations internationales se reconstitue en quelques heures, devient logique et clair. Ce prodige n’a rien à voir avec les thèses conspirationnistes. Il s’agit d’un chef d’oeuvre d’intelligence des choses, au sens de la compréhension, du dévoilement. J’ai lu cette semaine « Des sujets interdits », le coeur serré, en espérant à chaque page que l’auteure s’en sorte tout en sachant qu’elle n’y arrivera pas, que la porte claquera avant la fin. Un bel article dans le blog de Pierre Assouline est à signaler. J’ai écoué aujourd’hui France info et c’était le livre du jour. Peut-être que ce récit brisera la glace ? Merci à l’auteur de l’article de l’avoir écrit pour nous, à Dominique Lorentz d’exister, et à l’éditeur -Les Arènes- d’être à la hauteur de ce genre de manuscrit, c’est à dire d’être peut-être la seule maison d’édition où ce livre n’est pas incongru.


                              • FRédéricLN (---.---.244.231) 4 février 2007 20:42

                                Bravo à Dominique Lorentz et merci à Lilian Massoulier de signaler ce livre.


                                • emmanuelle (---.---.178.182) 5 février 2007 22:29

                                  très heureuse d’avoir des nouvelles de Dominique Lorentz dont j’ai lu les livres il y a quelques années. Des nouvelles dures parce qu’elle a continué à galèrer bien après la publication de ses enquêtes. Mais une bonne nouvelle aussi que ce nouveau livre, qui montre qu’elle ne s’est pas laissée abattre et qu’elle n’a pas laché le morceau. Merci à elle. A nous de prendre le relai maintenant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès