Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Donne moi ta main et prend la mienne

Donne moi ta main et prend la mienne

C’est connu, les grands ménages comme les lessives se font au printemps ou à l’automne.

Au printemps parce que le retour des beaux jours favorise les secouages de tapis, à l’automne parce que l’approche irrémédiable d’un hiver toujours incertain favorise les bonnes volontés qui veulent ramasser les feuilles.

La rentrée est donc un vrai recommencement et les syndicats s’y préparent depuis les vacances. Le 7 septembre sera le jour de la rentrée sociale pour tous les français mécontents. On verra bien combien ils seront à arpenter les trottoirs, puisque dans ce pays il est bien connu que les décisions finales de nos dirigeants, s’effectuent à la faveur des mobilisations de ce genre.

C’est une tradition française bien ancrée, qui semble se ficher des crises financières et de la mondialisation.

Jamais période estivale n’aura été autant marquée du sceau de la politique politicienne. Entre les problèmes d’Eric Woerth et la mobilisation sécuritaire qui tourne au fiasco avec l’affaire des Roms, il ne vous aura pas échappé qu’aucun homme politique n’aura parlé ni de santé, ni de retraites, ni de la baisse du pouvoir d’achat, ni des problèmes de l’emploi, n’aura émis la moindre réflexion sur les solidarités et l’économie durable.

A commencer par les socialistes à la Rochelle dont la situation de premier parti de l’opposition leur donnait un devoir de traiter ce genre de questions avant tout le monde et de proposer un véritable projet politique alternatif. En ce début de septembre, on est en droit de se demander s’ils en sont capables ?

Le seul exploit dont a été capable le P.S. est de faire taire ses courants et ses divisions pendant son université d’été de la Rochelle. Ce qui n’a pas été le cas ni des centristes, ni de l’UMP. Port-Marly a été le théâtre d’étranges dissonances dans un parti présidentiel qui ne nous avait pas jusqu’ici habitué à cela. Xavier Bertrand et Jean-François Copé ont montré les divisions que traversent le Mouvement populaire (qui n’a de populaire que le nom..). Je parie pour ma part que nous n’en sommes qu’au début.

Enfin les Centristes exhortent l’unité mais il s’agit encore d’un rêve. Il y a bien eu trois universités distinctes (dont celle du MODEM qui n’a pas encore eu lieu à l’heure où j’écris cet article) et pas de rapprochement unitaire en vue pour le moment.

Hervé Morin à l’université de la Grande Motte a montré très clairement qu’il s’affranchissait (enfin !) de la tutelle présidentielle pour redevenir un véritable Centriste. Les Jeunes Centristes lui en ont été très reconnaissants.

L’Alliance Centriste n’a pas fait pot commun, ni partage des frais avec le Nouveau Centre, puisque son université d’été s’est tenue à Laval, le même jour … Il a été fortement question de reconstruire la famille centriste en formulant le souhait que le choix du candidat à la présidentielle de 2012 se fasse sous forme de primaires.

J’attends pour ma part beaucoup du club de réflexion de Jean-Louis Bourlanges qui sera un bon test pour vérifier les motivations de chacun à se réunir vraiment.

Mais avant 2012 il y a les Cantonales et les Sénatoriales où il faudra faire autre chose qu’exprimer un nombre incalculable de vœux pieux. Le temps passe très vite…

C’est à nous, observateurs et acteurs de terrain, à qui revient la tâche. Il va falloir débattre ensemble et se retrouver rapidement pour proposer une alternative.

Surtout lorsqu’on sait que dans la famille Centriste, les chapelles ont idéologiquement moins, que l’épaisseur d’une feuille de cigarette en terme de différence idéologique !


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • galien 2 septembre 2010 03:28

    Nan mais c’est quoi cette fixette des centristes de TOUJOURS parler de la présidentielle et JAMAIS de politique.
    C’est quoi le truc, il est trop bon le fromage ?


    • Teo Toriatte 3 septembre 2010 13:29

      Il ne faut rien attendre des sièges nationaux de ce coté là. Si les centristes veulent travailler ensemble, ils peuvent le faire au niveau des fédérations. Une entente au niveau des cantonales, une ébauche de liste commune pour les sénatoriale histoire de présenter les dossiers clés en main à Paris.
      Si la base bouge, si la base bouge fort et beaucoup, tout est possible.
      Mais je n’y crois pas beaucoup pour l’instant. Ce sera, à mon avis, aprés 2012 que tout le monde se « décoincera »



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès